GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'octobre de la Gazette des sorciers !
-28%
Le deal à ne pas rater :
110€ de remise sur le Dyson Pure Hot+Cool (purificateur + ...
289 € 399 €
Voir le deal

Partagez

and finding my way | phoebus [1970]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gina Da Valle

Gina Da Valle


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 131
| AVATARS / CRÉDITS : Naomi Scott ✫ (c)exotic
| SANG : Officieusement Sang-Mêlé, Officiellement Sang-Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une femme enceinte.
| PATRONUS : Un Renard.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

and finding my way | phoebus [1970] Empty
MessageSujet: and finding my way | phoebus [1970] and finding my way | phoebus [1970] EmptySam 23 Mai 2020 - 13:37

Certains moment de l'existence vous faisaient repenser la vie. C'était exactement ce type de moment. Ses études étaient entre parenthèses, sa vie, et son cœur aussi. Certainement. Être humain était difficile et avoir des sentiment l'était tout autant. Elle avait besoin de ralentir, elle l'avait attendu trop vite, trop longtemps pour finalement ne voir que son frère et ses parents lui jeter des gallions au visage. Celle qui avait attendu des mots, des explications, peut-être simplement de le serrer dans ses bras, s'était retrouvée là, dans cette situation que ni elle, ni ses parents n'arrivaient à comprendre. Au final, le monde avait continué de tourner en blessant tout ceux qui se trouvait sur sa route, un dialogue de sourd avait commencé entre les deux patriarche, et la jeune fille avait fait de son mieux pour convaincre son père de rester dans l'ombre, de ne rien faire, simplement de refuser et de se tapir dans l'obscurité, comme ils l'avaient toujours fait. La rééducation et l'absence d'Anselmus l'avait conduite sur une route escarpée de laquelle elle avait eu du mal à ne pas tomber, la tête haute, elle avait continuer à avancer, gardant pour elle déception et incompréhension, espérant le voir passer la porte de la chambre blanche et sans vie de l'hôpital. Elle était persuadée qu'il n'avait pas voulu la mettre à terre, pourtant, à se moment précis, c'était à elle de faire en sorte qu'il ne tombe pas devant sa passion. Ne rien dire et se taire en continuant de marcher sur des braises.

Mais aujourd'hui, cela devait s'arrêter : complètement et définitivement. Il était difficile d'avancer, mais elle avait décider d'essayer, d'apprendre et de trouver son chemin avec ses proches à ses côtés. Sortir de l'hôpital lui avait fait un bien fou, elle retrouvait la civilisation sorcière ou moldue, peu lui importait : il lui fallait simplement un peu de couleur, de cris, de rires, mais plus de pleurs. Pourtant, c'était avec Phoebus qu'elle ferait sa première sortie, tout deux perdus sur une route escarpée et emplie de braises. La route de la vie sentimentale était beaucoup trop compliquée à comprendre, elle avait simplement décidée de faire le grand saut, de passer sur une route parallèle : celle du travail et des études, marchant en parallèle sans jamais croiser le chemin qu'elle avait quitté. Elle en ferait abstraction, enfilant son col roulé noir cachant les quelques cicatrices encore visibles, elle était prête à revivre, à s'amuser. Peut-être ? La certitude était une chose à laquelle elle ne voulait pas penser.

Elle transplana dans leur bar fétiche : en plein Londres Moldu, ou les corps souvent bien trop proche dansaient sur la piste de danse.La brune se faufilait à travers les corps telle une ombre dans la nuit, se frayant un chemin jusqu'à leur table habituelle. A leur sortie de Poudlard, combien de temps avaient-ils pu passer dans cet endroit ? Elle ne comptait même plus et pourtant le nombre augmentait toujours. La silhouette de l'étudiant journaliste se dessinait à quelques mètres d'elle, et se fut avec un sourire mystérieux sur le visage qu'elle déposa ses mains sur ses yeux avec douceur. « Bonsoir Bellâtre. » chuchota-t-elle en retenant un rire bien trop reconnaissalbe, ne doutant pourtant pas un instant qu'il l'avait reconnu, après tout qui d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Phoebus E. Dearborn

Phoebus E. Dearborn


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 58
| AVATARS / CRÉDITS : Chris Pratt - Bazzart
| SANG : Sang mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une petite prison très sombre sans fenêtres...
| PATRONUS : un ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

and finding my way | phoebus [1970] Empty
MessageSujet: Re: and finding my way | phoebus [1970] and finding my way | phoebus [1970] EmptyVen 2 Oct 2020 - 19:53


Londres, ses ruelles interminables, ses kiosques, ses taxis, ses bus, les gens… magiques ou moldus il l’a retrouvait péniblement. La fougue de la jeunesse n’avait pas été la meilleure des conseillères ces derniers mois, lui faisant faire des erreurs stupides et lui faisant prendre des risques inconsidérés.
Du haut de ces vingt-et-un ans, le Mexique fut sans nul doute la pire de ses destinations de voyage… Si le monde moldu l’avait beaucoup intéressé, ce fut le monde magique qui le prit dans ces griffes. Tout cela pourquoi ? Une femme, comme d’habitude…

Esperanza était une sorcière du même âge que Pheobus, la peau bronzée par le soleil, le regard ébène et des cheveux longs, noir de jade qui travaillait pour le ministère de la magie mexicaine dans le service de la répression des fraudes. Ils vécurent une idylle, des moments de perfections laissant croire au beau brun que celle-ci serait la bonne, envisageant presque de rester au Mexique avec elle … Les choses dérapèrent rapidement, sans prévenir, et frappèrent le petit couple de plein fouet. Esperanza, se rapprochant du but dans l’affaire d’animagus sur laquelle elle enquêtait, fut piégé voyant son enquête lui être retirée, attribué à un autre sorcier qui l’accusa de faire partie des fraudeurs avant d’être finalement enfermé avant son procès. Pheobus, certain de l’innocence de sa bien-aimée remua ciel et terre pour essayé de le prouver , malheureusement dans son entreprise il découvrit l’impensable… Esperanza était bien coupable…pire que ça, il découvrit qu’elle était l’une des têtes pensantes de l’organisation d’animagus…
Se sentant trahis, le coeur brisé, blessé dans son orgueil il témoigna contre Esperanza et quitta le pays presque immédiatement après.

Il passa quelques semaines dans les caraïbes, tentant vainement d’effacer ce qu’il avait vécue dans l’alcool, la fête et les femmes faciles, mais ce ne fut pas si simple, la cicatrice de la trahison laissée dans son cœur avait de la peine à se refermer. Il reprit néanmoins du poil de la bête et décida finalement de rentrer au pays, l’envie de voyager remise à plus tard.

Sans être pour autant au meilleur de sa forme Bus se remettait du Mexique avec l’envie de laisser le passé derrière lui et d’avancer vers quelques choses de meilleur sans pour autant se relancer dans un voyage, l’Angleterre lui allait parfaitement pour le moment.
Après avoir sécurisé son quotidien et avoir donné des signes de vie à sa famille, le jeune homme voulut se tourner vers une amie de longue date, quelqu’un qui le connaissait et qui ne l’avait jamais trahi, une personne de confiance , Gina. Chacun d’entre eux avait vécu quelque chose de compliqué et de difficile dernièrement, chacun avait une blessure sentimentale avec laquelle il devait vivre et se reconstruire, à cet instant ils étaient assurément l’un pour l’autre, une potion, un remède.

Ils s’étaient donné rendez-vous dans leur bar fétiche, ce bar qu’il les accueillit tellement souvent après Poudlard, ce bar dans lequel ils avaient passé des soirées mémorables à danser, boire, rire et tour simplement s’éclater !
Phoebus s’était assis à leur table habituelle sur laquelle d’ailleurs ou pouvait y trouver, graver dans le bois, leurs initiales. Tapotant dessus avec ses doigts il sentit tout d’un coup la douceur de deux mains se poser sur ses yeux accompagnés d’une voix mélodieuse lui soufflant un « bonsoir bellâtre » des plus agréables retenant un petit rire qu’il connaissait bien. Un grand sourire fendit son visage, il inspira profondément la senteur du parfum de son amie, ses mains se posant sur celles de la guérisseuse il les fit doucement s’ouvrir avant de remonter la tête pour croiser son regard et de lui répondre «Bonsoir beauté ».
Gardant la main de Gina dans la sienne il se leva lentement faisant le tour de sa chaise puis se mettant en face d’elle il l’a regarda de haut en bas, les yeux pétillants de plaisir de la revoir. Accrochant à nouveau le regard de la brune il avança vers elle et l’a prit délicatement dans ses bras.
Après un temps court, il lui murmura au creux de l’oreille « je suis vraiment très heureux de te revoir, en forme qui plus est et plus ravissante que jamais ... » Il resta contre elles quelques secondes de plus avant de se détacher d’elle et de reculer, un grand sourire sur les lèvres.

« Je t’en pris », lui dit-il en lui montrant Sa place de la main .
 
Revenir en haut Aller en bas
Gina Da Valle

Gina Da Valle


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 131
| AVATARS / CRÉDITS : Naomi Scott ✫ (c)exotic
| SANG : Officieusement Sang-Mêlé, Officiellement Sang-Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une femme enceinte.
| PATRONUS : Un Renard.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

and finding my way | phoebus [1970] Empty
MessageSujet: Re: and finding my way | phoebus [1970] and finding my way | phoebus [1970] EmptyJeu 22 Oct 2020 - 19:04

Cela faisait bien trop longtemps que les bras de la sicilienne n'avait pas croiser ceux d'un homme, et ce de quelque manière que ce soit. Mais n'en faisons pas tout un cirque. Elle était simplement très heureuse de voir son ami le plus cher. Phoebus et elle avait été comme les doigts de la main à Poudlard, certes pas au même point que Rosie, mais tout de même ils n'étaient pas en reste tout les deux. Elle se souvenait encore de la petite crise de jalousie qu'Athos avait retenu lorsqu'il était en 4ème année. La belle époque. Un sourire s'étira sur son visage, mais quel... « ... sacré beau parleur. » pouffa-t-elle, en secouant la tête. La jeune femme était bien consciente de faire encore peur à voir : les cernes des nuits désagréables passées pendant un an dans le service de l'hôpital, les cicatrices laissées par les divers soins médicaux encore visible  dans le creux de son cou, mais l'élément le plus définitif serait au niveau de ses jambes. Cette canne à la tête sculptée dans l'ivoire l'accompagnerait tout au long de sa vie, l'aidant à avancer sur les chemins de la vie. « Je suis vraiment heureuse de te revoir aussi. J'ai cru que je devrais attendre de voir le chaudron sauter pour que tu daignes rentrer. » fit-elle en prenant la place qui lui était réservée. Quel gentleman. « Je dois t'avouer que si je la croise, je ne sais pas si je dois l'embrasser pour t'avoir fait rentrer, ou la suivre partout et la tabasser à coup de canne pour ce qu'elle t'a fait cette saleté de marmite. » grimaça-t-elle. Non, au bout de quinze ans, elle n'avait toujours pas mémorisé les expressions anglophones et se trompait. Non, elle ne plaisantait pas. Non, elle n'hésiterai pas un seul instant à lui mettre des coups de canne. Cette piccola puttana.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




and finding my way | phoebus [1970] Empty
MessageSujet: Re: and finding my way | phoebus [1970] and finding my way | phoebus [1970] Empty

Revenir en haut Aller en bas

and finding my way | phoebus [1970]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres-