GRYFFONDOR : 240 pt | POUFSOUFFLE : 217 pt | SERDAIGLE : 188 pt | SERPENTARD : 196 pt
Retrouvez l'édition de juin de la Gazette des sorciers !
-42%
Le deal à ne pas rater :
STANLEY Coffret outils 38 pièces
19.99 € 34.30 €
Voir le deal

Partagez

Le début de notre histoire | Shannon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 335
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | Sweetie Plum
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le début de notre histoire | Shannon Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 EmptySam 20 Juin 2020 - 23:43

Tobias avait l'air d'être un petit aventurier, et que le gamin d'Athos soit comme ça arracha un bref sourire au jeune homme. De toute évidence, il devait tenir cela de sa mère. Son meilleur ami l'avait assez repris sur le fait qu'il en faisait toujours trop, parce qu'il était un animal tempéré, dans la mesure de lui-même. Ils étaient amis tout en étant deux astres opposés, c'était plutôt beau d'une certaine façon. De ce fait, Shannon se permit un commentaire : « Je suppose qu'il tient ce côté aventurier de toi...? » - il avait bien retenu le désir de la jeune femme de tenter l'expérience de voler sur un balai, et pour qu'elle ait une telle réflexion, c'est qu'elle devait bien avoir un tempérament un peu plus téméraire qu'Athos. L'irlandais ressentit à cette simple pensée d'autant plus d'affection pour elle, bizarrement. Il avait toujours apprécié les gens attachés à leur liberté. La plupart des individus ne l'étaient pas. Ils s'enfermaient dans leurs propres cloches de verre, ils acceptaient de se plier à toutes les conventions sociales jusqu'à oublier de vivre les aventures qui feraient pourtant de leurs existences quelque chose de réel et de beau. C'était la philosophie de vie qu'il adoptait depuis toujours et que son éducation lui avait permise d'avoir. D'une certaine façon, les types avec qui il avait grandi étaient libres comme le vent de se laisser porter par la marée ou de se faire engloutir par elle. Ils allaient où ils voulaient, ils se fichaient des autres et menaient leur petite vie égoïste dans leur coin. Shannon enviait autant qu'il avait peur de ces vies-là. Ils n'avaient rien construit de durable. C'était quelque chose qui le tourmentait particulièrement, finalement. Mais il n'eut pas vraiment le temps d'y penser qu'il vit un florilège d'expressions se peindre sur le visage de Magda.
Il ne comprit pas vraiment pourquoi il décela de la crainte sur les traits de la sorcière. Il avait dit quelque chose de mal ? C'était sans compter sur son manque de tact désolant. Shannon s'adressait à une mère, pas une nonne et il parlait de la sécurité de son gamin comme s'il n'y avait pas lieu de s'en inquiéter du tout. Sa vie avait toujours été ponctuée par l'aventure et le danger, et il y avait une frontière définitivement très fine entre ces deux notions-ci. Dans son esprit, cette frontière n'existait même pas, l'irlandais la faisait disparaître sciemment au profit de l'adrénaline qui fait battre le coeur. « Pour qu'Athos mette Tobias sur un balai, faudrait déjà que lui-même ose grimper sur l'un d'eux » tempéra-t-il ses craintes en comprenant - un peu tard - qu'il avait gaffé, « c'est à dire qu'il n'y a aucune chance pour que ça arrive dans cette vie ». Comme pour la rassurer, il afficha un sourire un peu mal-avisé. Pour lui confirmer qu'effectivement, elle s'enflammait dès lors qu'il était question de son fils, la néerlandaise se confia avec une étrange sincérité à lui. Et Shannon, qui avait l'habitude de fuir ce genre de conversations, ou pire qui les évitait allègrement, se trouvait ainsi surprit de l'écouter patiemment. Il affichait même un sourire, somme toute, fort compréhensif. Il ne fit même pas gaffe au fait qu'elle venait de lui attribuer un surnom, comme si c'était la chose la plus naturelle qu'elle ait fait de la journée. De toute manière, tout était bizarre en fait.

Shannon se retrouvait chez Athos, qui n'était pas là. Il y trouvait Madga, davantage dévêtue que vêtue - qu'on se le dise ! - et il finissait par lui parler de façon tout à fait convenable, assit à côté d'elle, de façon à la mettre suffisamment à l'aise pour qu'ils ne se vouvoient plus, et pour qu'elle lui donne un surnom, chose très personnelle. Décidément. Il la laissa parler jusqu'à ce qu'elle lui dise que son ex était un bon père. Il hocha la tête : « Oui. Tu n'as pas à t'en faire, Magda, vraiment. Même si je sais que tu le sais et que tu ne peux pas t'en empêcher ». Instinct maternel s'il en est, Shannon savait sans comprendre l'étendu de cet étrange sentiment qu'il n'était pas formaté à ressentir réellement. Il afficha un air plutôt amusé quand elle poursuivit ses propos par une excuse. Il pouvait comprendre qu'elle dérape parfois dans ses mots, il comprenait bien que ce n'était pas méchant. Si elle le détestait, elle ne serait pas revenu. Elle ne lui aurait jamais dit qu'il avait un fils, elle l'aurait élevé seule, métamorphomage ou non. Le fait est qu'elle était certes une moldue en quête de réponses, l'irlandais restait persuadé qu'il restait des cendres de sentiments chez Athos autant que chez Magda. D'aucun ne savait, toutefois, si de ces cendres pouvait repartir un feu. « J'en ai entendu des plus vertes et des moins mûres sur lui hein » tempéra-t-il ses excuses, « je sais bien que ce n'est pas en mal que tu en parles ». L'une des grandes qualités de Shannon était probablement d'être trop loyal. Il détestait entendre de mauvaises paroles sur son meilleur ami parce que hé, c'était son meilleur ami. Quasiment son seul ami, même. Mais Magda et Athos avaient une relation tellement plus profonde que lui avec le jeune homme. Pouvait-il lui en vouloir d'utiliser un langage cru pour désigner un type qui l'avait quand même mis enceinte avant de se barrer ? Franchement ?

Et plus il la regardait sourire, et parler, et s'excuser, et le questionner, et plus il se demandait ce qui avait bien pu passer par l'esprit "troublé" d'Athos comme elle le disait, pour qu'il quitte une personne comme la jeune femme. Elle était pleine de vie, elle était enthousiaste. C'était vraisemblablement une personne qui ne voulait pas se prendre la tête et qui se réjouissait des simplicités éternelles que proposait la vie. Pourquoi partir, enfin ? La seule relation durable qu'il avait eu, c'était avec Glinda, et s'il le niait avec de la ferveur devant elle, il était clairement évident qu'elle était celle qui l'avait largué et bien comme il faut. Shannon s'en voulait assez de ne pas avoir essayé de la convaincre de rester. Il se serait flagellé d'être parti. « D'ailleurs, Magda c'est ton surnom, je suppose ? C'est quoi la version néerlandaise de Magdalena ? » demanda-t-il sincèrement curieux de savoir si depuis tout ce temps, en fait, il l'appelait par son diminutif ou par son prénom en entier.
Le temps s'écoulait malheureusement plus vite que Shannon voulait bien l'admettre. Prendre une pause aussi inattendue le laissait pantois. Il ne s'était jamais aussi bien entendu avec quelqu'un aussi vite. C'était absolument incroyable de sentir enfin qu'une conversation était intéressante et vivante, avec quelqu'un qu'on connaissait à peine et à qui on avait échangé, tout au plus, une conversation légère. Magda lui demanda ce qu'il devait faire à Belfast et les joues de Shannon chauffèrent légèrement sous sa barbe. Il afficha un sourire un peu mal-à-l'aise mais répondit néanmoins avec honnêteté : « Hm...Je suis arbitre de Quidditch. Y'a un match de la Ligue que je dois arbitrer ». Il essaya de faire passer sa gêne pour lui sourire. Arbitre, c'était un métier de rien. On le lui avait rappelé, un peu trop durement. Mais bon, c'était comme ça. C'est pas comme si on voulait de lui ailleurs.



(1222)
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Magda Debusschere

Magda Debusschere


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 55
| AVATARS / CRÉDITS : Ella
| SANG : Rouge? Comme tout le monde.


Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le début de notre histoire | Shannon Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 EmptyMar 23 Juin 2020 - 1:05

Une nouvelle pointe d’inquiétude se formait dans l’estomac de la jeune femme : venait-elle de froisser son premier ami magique en faisant aller sa mauvaise langue sur le meilleur ami de celui-ci? Elle espérait que non. La vérité était que Magdaleenjte éprouvait beaucoup d’affection pour Athos Gayson et le critiquer faisait partie de sa manière de l’exprimer et d’affronter les embuches qu’ils lui avaient bien involontairement semés. Elle ne le mettait pas sur un piédestal, mais serait la première à le défendre devant une personne qui le critiquerait en ignorant sa valeur. En ce qui la concernait, elle jugeait avoir gagné plus d’une fois le droit de faire claquer sa langue à son sujet. Néanmoins, Shannon ne la connaissait pas et ne connaissait pas leur relation, ou s’il la connaissait, c’en serait probablement que les bribes que son ancien amant avait voulues lui raconter. Vu ses tendances fuyardes, elle douta que le latino sache la profondeur du lien qui les avait autrefois unis. Cette pensée concernant l'homme-adolescent qui lui avait fait un enfant lui donna envie de rouler les yeux au ciel. « Merci » dit-elle simplement à ce sorcier qui semblait interpréter tout ce qu’elle disait correctement. Il venait de la rassurer en quelques paroles à peine, voire avec une touche d’humour. Il était parfait. La néerlandaise en retrouva aussitôt sa confiance et sa sérénité qui la poussa à rebondir sur d’autres dires de son nouvel ami. « Alors comme ça Gayson a peur de grimper sur un balai! » un sourire malin étira largement ses lèvres « moi qui pensait qu’il ne disait jamais non à s’envoyer en l’air » voilà, c’était dit, en toute maturité. Magda étouffa un rire satisfait, elle aurait bien aimé qu’Athos soit là pour entendre sa jolie répartie, bien qu’elle sache qu’il était habile à se défendre. Malgré sa blague, la jeune femme ne manqua pas de barrer l’espoir de monter un jour sur un balai que sa discussion avec Shannon lui avait fait naître. Elle pourrait lui demander de lui faire faire un tour, la passion qui brillait dans les yeux de l’homme ne pouvait mentir : il n’était pas aussi couard que son meilleur ami. La jeune mère décida de se garder une gêne, histoire de ne pas inonder cette généreuse personne avec sa curiosité. Après tout, il lui avait déjà proposé d’être son guide touristique le temps d’une visite de Londres. La petite nature révélée du père de son fils avait au moins calmé les appréhensions de Magda : son gosse n’était pas entrain de voler à des mètres d’altitudes.

Est-ce que les sorciers pouvaient se cloner? Si oui, elle devait absolument passer une commande pour produire plus de Shannon O’Mahony, car il était d’une considération rare et d’une politesse remarquable. Le fait qu’il s’enquerra du prénom complet de la néerlandaise, lui vint droit au cœur et lui fit même réaliser qu’elle appréciait ce genre d’attention, chose qui la surprise : elle avait toujours cru que c’était sans importance et que le commun des mortels trébuchait de toute manière sur ses nom et prénoms. Un franc sourire illumina son visage. « Oui, Magda c’est un raccourci acceptable de Magdaleenjte…un prénom qui ne s’offrent qu’aux langues habiles » – dans tes dents Gayson. « Magda me convient tout à fait » ajouta-t-elle par politesse, ne sachant pas encore que l’irlandais était plutôt doué dans la maitrise des langues étrangères. C’était vrai, que Magda lui convenait, bien qu’elle appréciât entendre son prénom complet être prononcé par un ton autre que celui sévère de son père ou supérieur de son frère.

Les sourcils de la brunette se relevèrent sous la curiosité et la surprise « oh! » s’exclama-t-elle en se mordillant la langue histoire de se rappeler que non, elle ne pouvait pas lui demander de l’apporter avec lui pour assister à un match professionnel de ce fameux sport de barbares, car oui, elle avait un gamin sous sa responsabilité, qui devrait revenir bientôt au bercail, d’ailleurs. « Alors, tu es entrain de me dire qu’il y a des arbitres à votre sport volant!? Oh la la, j’ai de la difficulté à concevoir en quoi pourrait consister une faute lorsqu’on peut se taper dessus avec des battes – pardon, avec des cognards – vous êtes vraiment fascinant vous, les magiciens. » commenta-t-elle, la mine pensive. « En tout cas, ce doit être génial de faire de sa passion son métier…ça se voit dans tes yeux que tu as le béguin pour ce sport. » Il aurait beaucoup de raisons pourquoi Magda éprouverait de la jalousie à l’égard de Shannon : les pouvoirs magiques, l’absence de gosses, pouvant aller se balader en Irlande en un claquement de doigts. Toutefois, aucun de ses éléments ne déclenchait un tel sentiment, plus curieuse qu’envieuse. C’était bien le fait de pratiquer un métier qui l’intéressa qui rempli le regard de la jeune mère de convoitise. Plus jeune, étant fiancée à plate étudiant en comptabilité et étant considérée par son père comme non admissible à l’éducation supérieure, Madgaleenjte s’était un peu résigné à ne jamais exercer quelque chose qui la stimule. Lorsqu’Athos la vola des griffes oppressantes de sa famille, la brunette s’était remise à chérir l’idée de se reconstruire quelque part, au bout de leurs voyages, et de s’offrir l’éducation qu’elle désirait : un cadeau à moi, de moi. Évidemment, aussi vite Gayson avait-il ravivé cette flamme, qu’il l’avait éteint en l’arrosant de son sperme magique afin qu’elle lui pondre un gosse qui ne savait pas dormir. Les maigres économies qu’elle avait pourtant réussie à mettre de côtés lors de leurs aventures, avaient été détourner pour les besoins de ce petit être dépendant, et ses rêves d’une carrière passionnelle s’étaient eux-mêmes enterrés, du moins, pour le moment. Avoir le père de son enfant dans le décor était sujet à changer une nouvelle fois la direction de son destin, mais afin d’éviter d’être prise de court par un revirement aussi brusque que le dernier, Magda s’empêchait de chérir quelconque projet qui serait rendu possible grâce aux partages des responsabilités parentales. Il était trop tôt. Beaucoup trop tôt.  

La brunette se laissa glisser du bras du divan au coussin avec beaucoup moins de contrôle que prévu, ce qui causa l’eau qui restait dans son verre de lui éclabousser le visage. « Oh! » s’exclama-t-elle encore avant d’éclater d’un rire cristallin.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 335
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | Sweetie Plum
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le début de notre histoire | Shannon Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 EmptyMer 24 Juin 2020 - 9:26

Shannon n'avait jamais vraiment compris comment on pouvait détester le Quidditch, ou de façon générale, grimper sur un balai. Il n'y avait à ses yeux, qu'une seule autre forme de liberté pouvant concurrencer celle que l'on ressentait une fois les fesses posées sur l'un d'eux : les bateaux. Et comme naviguer ne s'offrait pas à n'importe quelle âme vagabonde, les balais étaient quand même une sacrée jolie ressource. Mais Athos ne pensait pas de la même façon. Et tant mieux pour les nerfs de Magda qui, vraisemblablement - et naturellement - pensait d'abord à la sécurité de son gamin. Enfin, Shannon n'avait jamais particulièrement entendu parler de drame consistant à ce qu'un bambin meure en raison d'une chute d'un balai pour enfant. Les sorciers avaient des lubies qu'il avait lui-même toujours trouvé très étranges, mais ils s'occupaient de leurs enfants. Il y avait des exceptions partout, bien entendu. Mais bon. La néerlandaise ramena l'attention sur elle comme elle savait si bien le faire avec une remarque grivoise qui fit sincèrement rire son interlocuteur. Elle n'avait pas foncièrement tort. Comme quoi, les galipettes ça valait mieux que de grimper sur un balai volant. « Je ne sais pas s'il en a vraiment peur » répondit-il en souriant, pour sauver l'honneur de son pote - en avait-il encore seulement ? - « mais en tout cas il aime pas trop ça ». La spontanéité de la moldue sur ce genre de plaisanteries était agréable à entendre en ces temps où l'on réservait ce type de blague pour les hommes, voire, pour certains types d'hommes. Shannon n'était pas assez coincé pour s'offusquer de pareilles remarques, bien au contraire. Il leur trouvait un certain charme, le charme de la spontanéité et du naturel. L'irlandais était cependant ravi de voir cette spontanéité, ainsi que de ne plus la voir inquiète pour Tobias. Le fait est qu'il avait une sensibilité qui se rapprochait du point mort - zéro quoi - et qu'il se trouverait un peu con de la faire paniquer alors qu'en réalité, il n'y avait pas franchement de raison de paniquer. Tout comme il n'y avait pas de raison d'avoir peur de monter sur un balai. Ils ne se connaissaient pas assez encore pour qu'il lui propose en tout bien tout honneur de l'initier au vol mais ma foi, un jour il le fera peut-être. Pour l'instant, hélas la jolie néerlandaise devra se montrer patiente. Il était fort probable, toutefois, que si elle n'avait pas eu un quelconque lien avec son meilleur ami, il lui ait proposé la chose spontanément un peu plus tôt dans la conversation. Mais les conventions sociales étant ce qu'elles étaient... Bon.
Parlant de ça, Shannon n'était pas particulièrement connu pour être quelqu'un de très poli. Pour autant, il était absolument curieux de savoir son prénom en entier, allez savoir pourquoi. Probablement qu'il s'agissait d'une curiosité naturelle pour quelqu'un qui avait entendu tellement de prénoms, et de langues différents dans le monde. Le jeune homme était trop internationalisé pour passer à côté de cela et faire taire sa curiosité à ce sujet. Il ne releva pas la remarque - qu'il aurait pu mal interpréter en d'autres circonstances - de la moldue une fois qu'elle eut dit son prénom. « Magdaleenjte...O.K » répondit-il, ravi d'avoir réussi à le prononcer à la perfection. C'est que Shannon avait une très bonne oreille, habituée à s'exercer à prononcer l'imprononçable. Magdaleenjte, ça ne lui faisait clairement pas peur. « Je parle beaucoup de langues, mais j'avoue que je ne parle pas le néerlandais. A part pour dire 'krijg de klere*' mais c'est une autre histoire » plaisanta-t-il. Le type néerlandais qui travaillait sur le bateau avec son père, avait une voix tellement gutturale que de toutes les insultes qu'il l'avait entendu dire, c'était la seule qui lui était restée. Mais ce n'était pas assez naturel pour qu'il l'utilise au quotidien. Sur ce point, il préférait les insultes espagnoles.

Considérant son enfance, il n'était pas spécialement surprenant de retrouver Shannon sur un balai de Quidditch tous les week-end pour arbitrer un match. Mais Magda ne pouvait pas le savoir, tout comme elle ne pouvait pas vraiment savoir qu'il avait justement, un peu honte de son occupation professionnelle. L'irlandais n'avait jamais eu particulièrement d'ambitions - il n'était pas un serpentard, hein, ça coule de source - ou plutôt, il en avait une, celle de se laisser porter par le vent. Aussi le Quidditch lui offrait-il un poste sûr - parce que la passion pour ce sport ne connaissait pas la crise - et beaucoup de temps libre. Ne vous y trompez pas, Shannon n'était pas vraiment quelqu'un de feignant, au contraire. Il était actif dans toutes les activités auxquelles il s'adonnait, y comprit le voyage. « Les fautes sont à la 'hauteur' de la barbarie du sport, sans mauvais jeu de mot » répondit-il en souriant, « si un jour tu veux assister à un match, hésite pas à me demander une place hein, je peux t'en trouver une facilement ». La mine un peu pensive, elle continua en lui faisant remarquer que c'était beau de faire de sa passion son métier. Il y vit là une pointe de regret, mais il ne se sentait pas vraiment légitime à la lancer là-dessus. Ils ne se connaissaient pas. Ou en tout cas, pas assez. Mais il était plutôt d'accord avec ce qu'elle disait : « C'est vrai. Enfin, je ne sais pas si le Quidditch est vraiment ma passion, j'aime beaucoup ça. Mon truc c'est un sport de non-magicien pour reprendre tes termes ! Genre la voile ». Le Quidditch était un sport très médiatisé dans le monde des sorciers, mais la voile faisait un peu moins partie des informations moldues. Allez savoir pourquoi.
Magda était définitivement une pitre et non contente de lancer des grivoiseries à chaque coin de phrase, elle trouva également le moyen de s'inonder totalement le visage. A la grande surprise de Shannon qui lança, forcément en souriant : « Un vrai poisson dans l'eau ».

(970)


*attrape le choléra
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Magda Debusschere

Magda Debusschere


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 55
| AVATARS / CRÉDITS : Ella
| SANG : Rouge? Comme tout le monde.


Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le début de notre histoire | Shannon Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2020 - 3:08

« Magdaleenjte » répéta la brunette en haussant les sourcils, surprise par la prononciation sans faille de l’irlandais. Elle le laissa lui dévoiler encore plus de sa personne avec une appréciation intarissable et en pouffant doucement lorsqu’il jura dans sa langue maternelle. « Pour un homme qui ne parle pas le néerlandais, ta prononciation est impeccable! » le félicita-t-elle franchement impressionnée. C’était une bonne chose, peut-être Shannon aurait-il la patience qu’elle n’avait pas et passerait des heures à expliquer à Gayson à quel endroit placer sa langue pour prononcer « Debusschere » correctement, pas qu’elle ait l’intention un jour de cesser de l’appeler Gay-son. Ce nom, bien qu’adopté à titre de revanche, lui saillait trop bien. La brunette nota mentalement les nouvelles informations qu’il lui offrait concernant le Quidditch, plus particulièrement sa suggestion d’assister à un match. Elle allait certainement lui revenir à ce sujet, bien trop curieuse pour passer une telle opportunité. « J’aimerais bien parlé plusieurs langues » exprima-t-elle pensive, « j’ai un italien acceptable, je crois. Un vieil italien – Giuseppe, vraiment charmant – a séjourné près d’un an à notre auberge, il m’a appris à jouer au échec et à faire des mathématiques différentielles et intégrales. J’étais bien déçue lorsqu’il est parti, je n’ai jamais su pourquoi d’ailleurs, même si ça ne me regardait surement pas ». Magdaleenjte n’avait pas l’habitude d’être si bavarde. Oh, elle aimait discutée, mais elle excellait particulièrement dans l’art d’écouter et n’avait jamais cherché à être le bouffon de la salle ou l’animateur de la soirée. Toutefois, sa présente compagnie lui donnait envie de partager. C’était agréable. Il fallait dire que Shannon était plus réceptif que Tobias. En commençant sa réponse, Magda n’avait pas pensé une seconde se perdre dans le souvenir de ce vieillard, qu’elle aurait bien aimé avoir pour oncle. La jeune femme, autrefois tout juste âgée de dix-sept ans, l’avait apprécié dès le premier instant, et ce, bien malgré son introduction un peu trop charmeuse et sa tendance à parler bien trop fort. Elle avait décelé, dans ses yeux clairs, un éclat de bonté. Giuseppe avait toujours été très discret concernant son passé. Il ne lui avait jamais ouvertement parlé de sa femme ou de sa carrière, mais elle avait compris qu’il avait eu des enfants, au moins une fille. Les éclairs de tristesses qu’elle avait parfois surprises dans ses iris lui avait donné l’impression que son enfant était peut-être décédé ou encore qu’il regrettât un éloignement profond qui s’était immiscé entre eux. Évidemment, Magda avait respecté sa discrétion et elle avait tout simplement décidé qu’il avait été professeur. Dans tous les cas, il avait été le sien. « Je parle aussi espagnol… » tenta-t-elle très timidement, consciente qu’elle faisait face à un latino pur « parler est probablement un trop grand mot…je baragouine espagnol? C’est certainement plus juste…on a été deux à trois mois en Amérique du sud, avec Athos. Et pas dans des grands centres…j’ai eu envie de connecter avec les gens, réellement… » les joues de la brunette s’empourprèrent violemment, soudainement gênée pour une raison mystérieuse. Elle n’aurait pas dû dire à un colombien qu’elle parlait espagnol, franchement, c’était comme un allemand qui disait parler néerlandais. Magdaleenjte osa néanmoins croiser le regard chocolaté du sorcier.
[voilà où je fais un bond dans le deuxième temps du rp mdr]

« La voile! » répéta-t-elle, excitée en se redressant vivement et en essuyant les éclaboussures d’eau qui perlaient sur son visage. « Un poisson dans l’eau, je ne sais pas, mais je veux bien être un poisson sur l’eau. » commença-t-elle en rebondissant tout sourire sur sa taquinerie. « Tu es vraiment un homme fascinant Shannon! » ne put-t-elle s’empêcher de déclarer, les yeux brillants. Elle croisa ses courtes jambes, agitée comme une gosse « Tu fais beaucoup de voile? Je veux dire, tu es un navigateur » insista-t-elle à la blague, convaincue qu'il n'était pas possible qu'il navigue au point de porter ce titre. Telle une gamine, la jeune mère appuya son menton sur la paume de sa main et se remis à détailler le visage de l’irlandais. « J’ai eu la chance de traverser l’océan Atlantique en bateau…mais c’était un petit cargo, beaucoup moins excitant qu’un voilier. Néanmoins, je ne compte pas les fois où Gayson a dû m’arracher au cockpit en s’excusant au capitaine » Magda rigola doucement, les yeux pétillants de ce souvenir. « Mais de la voile, je n’en ai fait que trois fois…seulement des excursions d’une journée. Le mouvement des vagues, l’air salin, le bleu infini, c’était magnifique… » comme elle avait aimé ces expériences. Elle se souvenait avoir regarder certains des passagers déverser le contenu de leur estomac dans les flots, sans comprendre comment on pouvait être affectés si négativement par une force si puissante, et pourtant si sereine. « On ne m’a jamais laissé toucher aux cordages ou à la barre…on ne m’a jamais laissé naviguer en fait… je ne suis qu’un petit bout de femme après tout.» Elle soupira, tristement nostalgique de s’être vu privée d’une telle expérience, mais aucune surprise. La navigation, comme bien trop de domaine, était un monde d’homme où les femmes n’avaient que leur place sur la proue, nues, belles et muettes.

Magdaleenjte eu un regard furtif vers la porte et son fit un léger bond : elle était presque nerveuse de savoir que le père et l’enfant allaient pointer le bout de leur petit nez dans quelques minutes. Secrètement, elle espéra qu’ils s’attardent afin qu’elle profite encore un peu plus de la présence de Shannon. La néerlandaise était convaincue qu’ils avaient encore tant de choses à ses dire.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 335
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | Sweetie Plum
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le début de notre histoire | Shannon Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2020 - 14:13

Les compliments de Magdaleenjte faisaient un bien fou à l'ego de Shannon, il fallait bien l'admettre. C'est qu'il avait assez comme cela l'habitude de se descendre et de ne pas forcément se faire complimenter, quand bien même il se savait par exemple très doué pour les langues étrangères. Le fait est qu'il était toujours très curieux de rencontrer des personnes qui ne parlaient pas une langue qu'il connaissait. Cela rendait, de façon peut-être assez ironique, les échanges plus profonds. On réfléchissait davantage à ce que l'on voulait dire, aux émotions que l'on voulait transmettre. La néerlandaise parlait néanmoins très bien anglais, mais la conversation avait déjà dérivé avant qu'il ne puisse le lui faire remarquer. Il venait de constater, avec une appréciation certaine, qu'elle avait une appétence disons similaire à la sienne pour les langues étrangères et a fortiori, voulait-il croire, pour les cultures étrangères. « C'est plutôt pas mal » lui répondit-il en se penchant légèrement vers elle, sans même s'en rendre compte. Il ne s'offusqua pas du tout de sa gaffe concernant l'espagnol parce qu'il n'était pas vraiment du genre à se vexer là-dessus. Certains le vivaient comme une insulte, il l'entendait et le comprenait. Curieusement, ce n'était pas son cas. Shannon avait sans doute trop voyagé, trop vu de choses, pour se laisser aller à une quelconque susceptibilité là-dessus. « Tu es quand même trilingue, quadrilingue peut-être un jour. C'est plus que la majorité des gens ». Shannon sourit, mais n'ajouta rien, considérant que le volet sur les langues était clôt.

Parler sport le réveillait tout autant. Il fallait bien dire aussi qu'il était un sportif invétéré et en plus de cela, un téméraire endurci. Il avait quasiment tout tenté. Il adorait le parapente, par exemple. Mais les sensations de vol n'avaient rien à voir avec celles que l'on ressentait en mer, c'était un fait. Le vent des altitudes et le vent iodé de la mer n'avaient pas la même saveur. Il était peut-être même l'un des seuls à ne pas grimacer en avalant une tasse d'eau salé. Magda ajouta qu'il était fascinant et il détourna le regard. Shannon ne pensait pas vraiment être quelqu'un de fascinant, en fait. Pas du tout, même. Il avait eu une enfance hors-du-commun c'était vrai, mais cela l'avait surtout conduit à développer un caractère tout particulier qui ne plaisait pas forcément. Son tempérament de tête brûlée avait fait le malheur de certains de ses camarades de promotion à l'école de magie supérieure et avait donné des sueurs froides à ses instructeurs de la même façon. En toute logique, cela avait débouché à un renvoi. Il hocha la tête lorsqu'elle lui demanda s'il était un "navigateur" et enchaîna : « J'ai grandi sur un bateau de marchandises, en fait. Et pendant l'adolescence, en été, je me suis mis à vraiment naviguer à proprement parler. Je rêve tellement de participer un jour à l'America's Cup ! ». Ou tout autre course de voile, en fait. Shannon aimait la compétition et participer à une course c'était carrément son rêve. « Mais c'est bien aussi de naviguer en solitaire si on a pas trop peur de couler au milieu de nulle part ». La néerlandaise lui confia quelques souvenirs, et il accueillit ceux concernant Athos avec un vague sourire sans réellement savoir quoi y répondre. L'air un peu rêveur de la jeune femme hypnotisait complètement l'irlandais. Il adorait rencontrer d'autres personnes passionnées par l'eau, par l'aventure ou la navigation. Il en rencontrait bien peu, on lui disait volontiers que c'était une passion bien peu courante, sans qu'il ne comprenne réellement comment il était possible de ne pas se sentir attiré par l'immensité de l'océan. Magda, pourtant, aussi atypique fut-elle, rentrait dans ces critères qui ne correspondaient pas à grand monde. Cela rendait sa conversation non seulement intéressante mais aussi diaboliquement profonde. « Exactement » répondit-il d'un ton enthousiaste, justement, lorsqu'elle lui parla du mouvement des vagues, « je crois que j'aurais vécu comme un terrible affront d'avoir le mal de mer. C'est drôlement triste ». Il se faisait cette réflexion à chaque fois qu'il avait le pied sur un bateau.
Et puis, Magda lui confia l'autre revers de la médaille. Shannon était bien conscient d'avoir eu de la chance d'être un garçon et non une fille. Son marin de père l'aurait sans doute confié à l'orphelinat le plus proche s'il avait été de l'autre sexe, pour la simple et bonne raison qu'avoir une femme sur un bateau "c'était synonyme de malheur". De sacrées foutaises que ses croyances absentes l'empêchaient de croire. Sans aller jusqu'à dire qu'il était la personne la plus progressive de la terre - il avait quand même grandi entouré d'hommes au tempérament dur et misogyne - il n'avait jamais toléré qu'on empêche quelqu'un, un autre être humain, de faire quelque chose seulement en raison de son sexe de naissance. C'était débile, ça lui paraissait fou, et Shannon avait réellement un élan d'affection pour la néerlandaise qui avait subi cela. « Ces vieilles croyances de la malchance que porteraient les filles sur un voyage en mer, c'est tellement con » lui dit-il le fond de sa pensée. C'était con, il n'y avait pas d'autre mot à ses yeux qui allait pour la chose. « Cela dit, tu es jeune et la vie est longue. Avec un peu de passion, la navigation, ça rentre vite ».  Les conversations sur ce sujet le rendaient définitivement trop enthousiaste, de telle sorte qu'il se surprit à espérer qu'Athos prenne son temps, comme si lui-même en avait. Magda allait lui faire rater son portoloin, mais au fond, il s'en fichait bien.


(933)
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Magda Debusschere

Magda Debusschere


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 55
| AVATARS / CRÉDITS : Ella
| SANG : Rouge? Comme tout le monde.


Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le début de notre histoire | Shannon Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2020 - 19:08

La néerlandaise écoutait le magicien parler avec la bouche en rond et les yeux pétillants. Elle qui l’avait autrefois cru proxénète ne se serait jamais doutée qu’il fut si sympathique et surtout qu’il cache une histoire de vie aussi unique. Shannon avait grandi sur un cargo commercial, surprenant! Par réflexe, la jeune mère chercha du regard son bambin, avant de se rappeler qu’il était partie à l’aventure avec son père – merci beaucoup – tout en se disant qu’autant trouva-t-elle attirante cette idée de passer de longues semaines en mer en visitant port après port, autant ne considéra-t-elle qu’il ne s’agissait pas du meilleur environnement pour élever un enfant. Ayant elle-même voyagé dans la calle d’un bateau, elle ne saurait s’y voir à pousser Tobias à s’épanouir, privé de contacts entre amis de son âge. Magda lui offrit donc un sourire, mais se garda de chanter les louanges d’une enfance en mer. Malgré son excitation face à l’idée de se laisser bercer par les vagues nuits après nuits, la brunette crue qu’il serait maladroit de s’égosiller d’envie de ce fait probablement imposé. Peut-être se trompait-elle, mais elle ne connaissait pas assez Shannon pour faire fit de sa réserve. « Alors tu devrais t’y inscrire » fût le commentaire pour lequel est opta lorsqu’il lui partagea ses ambitions. « Tu penses avoir le calibre prochainement? » continua-t-elle en sachant très bien qu’on ne s’inscrivait pas à une compétition de grande ampleur aussi facilement. La jeune femme espéra sincèrement que l’irlandais puisse un jour participer à une telle course : son envie était palpable. Le sujet dériva sur les rares femmes qu’on trouva à bord d’une embarcation et, encore une fois – décidément ! – elle éprouva une vague d’affection ou de reconnaissance envers le latino. « Pitier, comme si je portais malchance! Tu m’as vu la taille? Je suis une menace pour personne…je n’ai pas trop eu de problème sur ce point, en général les marins ont accepté ma présence, voir l’ont accueillie avec un peu trop d’appréciation. C’est au niveau des nouveaux voyageurs que ces balivernes sortaient… » elle se pencha à son tour vers son ami, comme pour lui faire une confiance, « je me suis fait un plaisir fou à les regarder vomir leur déjeuner à tous les matins » elle ponctua ses propos d’un clin d’œil, ayant une pensée pour ces jeunes fiers pet misogyne…après tout, elle pouvait les comprendre de remettre en doute leur masculinité alors qu’ils se vidaient les trippes et sautillaient nerveusement dès qu’une vague s’heurtait à la coque.

Shannon mis finalement un orteil sur un sujet sensible : le fait qu’elle ait la vie devant elle, jeune et fringante. Magdaleenjte savait que ce n’était pas le cas, elle n’était pas libre, par pour les seize prochaines années du moins. La jeune femme savait pertinemment qu’elle ne remettrait jamais les pieds sur un voilier, ou du moins, pas suffisamment pour y apprendre à naviguer. Elle le savait, parce qu’entre autre, elle ne roulait pas sur l’or, n’avait personne dans son entourage qui possédait un bateau et, avec son bambin, elle arrivait à peine à trouver le temps de travailler. La néerlandaise se trouvait déjà folle d’espérer retourner aux études et reprendre ainsi un peu le contrôle de son chemin. Souhaiter naviguer, réellement, serait tenter le diable. Son infatigable sourire pris une timide teinte triste, qui passa aussi vite qu’elle fût arrivée. « Tu t’es déjà pris la bôme en plein milieu du front? » fût la réaction pour laquelle elle opta. Elle était certaine que oui, et l’image d’un jeune Shannon empêtré dans la bôme ou les cordages la fit rigoler doucement, encore. « S’il-te-plait, dit moi que oui! » continua-t-elle en riant d’avance. Elle étira son petit cou vers l’avant et fermi un œil, scrutant attentivement et comiquement le haut du crâne du sorcier. « Tu choisirais un cognard ou la bôme? » conclut-elle en se disant qu’elle préférait éviter les deux. Sa petitesse était à son avantage sur ce point.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 335
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | Sweetie Plum
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le début de notre histoire | Shannon Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2020 - 19:53

La conversation suivait son cours et Magda et Shannon semblaient étrangement avoir des chemins de vie similaires. Oh, elle n'avait sans doute pas eu une enfance comparable à la sienne, mais le regard pétillant de la néerlandaise à l'appel de la mer résonnait étrangement dans l'esprit du presque trentenaire. L'on reconnaissait vite les gens qui avaient une affinité avec le monde marin, c'était un fait. Certains avaient en horreur le simple fait de regarder une photo de l'eau. Et c'étaient des craintes que lui-même n'avait jamais connu, qu'il ne retrouvait pas chez son interlocutrice. Magda était joyeuse, spontanée et enthousiaste et c'étaient des qualités que l'on ne retrouvait pas chez n'importe qui. Elle semblait aussi avoir la curiosité propre aux explorateurs qui la rendait d'autant plus attachante. Shannon ne comprenait pas pourquoi Athos avait quitté cette fille. Il avait beau essayer de comprendre, de se dire que certaines choses pouvaient faire peur à son ami. Il ne comprenait pas et le sourire épanouit de la jeune femme face à une simple conversation sur la mer, rendait la chose d'autant plus incompréhensible à ses yeux. Mais son meilleur ami et lui n'avaient pas la même vision de la vie, ni des relations. En fait, leurs avis divergeaient sur à peu près tout. Et si l'irlandais vivait pour vivre, il avait souvent l'impression que ce n'était pas le cas de son ami. Cela expliquait, peut-être, qu'il ai fuit Magdaleenjte. Shannon n'ayant pour but que de vivre sa vie, il ne se prenait pas la tête avec les choses qui arrivaient, il passait à autre chose, avançait. Il avait parfois des stops, des moments de tension, c'était vrai. Il le vivait présentement avec son stress post-attentat. Mais c'était une autre histoire et la conversation avec la jeune femme était trop agréable pour qu'il s’annihile avec ses angoisses. « Je ne sais pas » avoua-t-il en se grattant la tête d'un air pensif, « c'est quelque chose qui se prépare bien en amont. Le fait est que je n'ai pas le temps d'y penser réellement ». Malgré tout, sa philosophie était surtout à base de "quand on veut on peut". Il ne pouvait donc que conseiller Magda de se pencher un peu sur l'idée, quand bien même elle avait un gosse, quand bien même elle était au chômage.
Et la néerlandaise avait peut-être de la "chance" d'être une jeune femme en 1978 et non en 1958. « C'est vrai que certains sont gênants avec les filles » acquiesça-t-il d'un air désolé en repensant aux commentaires grivois qu'elle avait dû entendre par-ci par-là, « en tout cas, tu as raison. Avec ta taille, il est probable qu'on puisse te saucissonner pour t'enfermer à la cale ». Il ne le lui dit pas, mais ça lui était arrivé plus d'une fois quand il était gamin. Shannon se trouvait fort bien placé pour parler puisqu'il était justement un homme adulte d'une taille que l'on considérait communément comme "petite". Néanmoins et de façon surprenante, il ne faisait pas de fixette dessus. C'était quelque chose contre lequel il ne pouvait pas lutter, bien que son père l'ait toujours taclé dessus.

Quoiqu'il en soit, Magdaleenjte le crédita d'une question qui lui attira un sourire, avant finalement de lui arracher un grand rire. « Ouais, je me suis déjà pris la bôme, mais qu'une fois hein. Ça a été radical, j'ai été catapulté les fesses en premier dans la mer ! ». En repensant à ce souvenir et à l'oeuf énorme qu'il avait sur le front à la suite de cet épisode peu glorieux, le jeune homme restait parcouru de quelques relents de rire, que finalement elle transforma naturellement en éclat de rire en ramenant la discussion sur les cognards. Il n'eut même pas l'occasion de répondre qu'on toquait à la porte et qu'Athos entrait. Shannon fut comme qui dirait "sur le cul d'une pareille apparition", et un sourire toujours irrémédiablement planté sur le visage, il ne se rendit même pas compte de la bizarrerie de la situation.

(667)
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 204
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le début de notre histoire | Shannon Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2020 - 21:12

C’était la première fois. La toute première qu’Athos et son rejeton aux cheveux bleus se retrouvaient tous les deux, en tête à tête, sans la présence rassurante de Magda à leur côté. Rassurantes pour tous les deux, qu’on se le dise. Mais Athos et Tobias s’apprivoisaient doucement, et le petit n’avait même pas pleuré quand sa mère l’avait calé dans les bras de son sorcier de père. Et lorsque la porte se referma, Athos fut envahi par une grande angoisse qui lui coupa presque le souffle. Son bébé kangourou pendu au cou, il ne savait pas du tout quoi faire, mais se disait que si les enfants étaient des animaux comme les autres, ils devaient sentir la peur. « Bon, bah, c’est toi et moi maintenant mon pote. » Le gosse lui baragouina un truc qu’il ne comprit pas, et il ne savait si c’était parce que c’était du néerlandais ou du langage bébé. Aussi mit-il un pied devant l’autre jusqu’à atterrir dehors, abritant Tobias du vent avec sa longue cape grise. Ses mèches colorées étaient à l’abri sous un bonnet, et il lança un sort pour éviter qu’il ne puisse s’en décrocher avant qu’il ne soit en territoire sorcier. Si les moldus le croisaient avec un gamin aux cheveux cyan, ils auraient hurlé à la maltraitance. Mais pas un mot à Magda, qui n’apprécierait sûrement pas qu’il utilise la magie sur leur fils. Le petit tirait déjà sur la laine récalcitrante, visiblement frustré et Athos marcha du plus vite qu’il put jusqu’au Chemin de Traverse, où il désenchanta le gamin dont les mèches étaient devenues orangées. La colère en image, mesdames et messieurs. « Hé, ça va, ça va, ça va… » Il déposa un baiser sur son front chaud qui portait encore la marque du bonnet, et le petit fit une petite moue sans pour autant ameuter toute la rue commerçante.

Athos ne venait pas souvent au Chemin de Traverse, aussi avait-il jugé que c’était là une bonne destination pour sa première sortie père/fils, malgré ce qui s’y était passé quelques semaines plus tôt. Après tout, quel imbécile de terroriste frapperait deux fois au même endroit ? Et puis surtout, ici, personne ne le connaissait. Il n’allait de toute manière pas l’emmener dans les lieux où il traînait habituellement, puisque bébé et whisky, ça ne se mélangeait pas bien. La magie qui les entourait fascina à nouveau le gamin, comme à chaque fois qu’Athos en faisait une démonstration. Sauf que cette fois, c’était puissance mille. Des gens partout, des sorts lancés, des vitrines qui bougeaient, s’animaient, des hiboux qui volaient… Le regard de Toby ne trouvait aucun endroit où s’accrocher tant l’agitation le rendait fou et ses cheveux devinrent d’un violet lavande. À côté de lui, Athos entendit un gémissement typiquement féminin et sentait bien qu’il avait l’attention d’un groupe avec son mini métamorphomage dans les bras, mais lui dévorait son enfant des yeux, un sourire qu’il arborait rarement sur les lèvres. Comme si la joie innocente de Tobias se transmettait à celui qui lui avait transmis ses gènes. Les deux restèrent plantés là un bon moment, jusqu’à ce que le petit ne batte des pieds, comme pour faire avancer son pégase de père. Athos fut sorti de sa contemplation et avança, guettant la moindre réaction du petit qui par miracle, ne lui demandait pas pour aller par terre. Le poids mort sur son bras n’était même pas douloureux, le gamin s’accrochant à son cou et ses cheveux, pointant du doigt chaque merveille qui faisait briller son regard. Et donc, contre toute attente, le temps passa plus vite qu’Athos n'aurait cru. « Beau ! » Tobias commençait à dire quelques mots en anglais, et chaque fois, Athos trouvait que c’était la plus belle chose qu’il ait jamais entendu. Un vrai chamallow. Heureusement qu’il ne croisait aucune tête connue. « Oui, Toby. C’est beau. Bien plus que la vieille auberge ringarde de ton grand-père, pas vrai ? » Comme il était touchant de redécouvrir ce monde sur lequel il posait un regard blasé dans les yeux d’un enfant émerveillé. D’un geste doux, il entortilla une bouclette violette entre ses doigts, comme il le faisait lui-même quand il était petit, et la cala en arrière. Effet miroir, le petit fit pareil avec une mèche de ses cheveux qui devenaient trop long, mais avec un peu moins de tact toutefois. Nouveau gémissement en arrière-plan.

Finalement, le temps avait fini par les dépasser, et ce ne fut que lorsque Toby entreprit de détacher sa montre avec un acharnement qui n’appartenait qu’aux enfants qu’Athos se souvint qu’il avait une forme de couvre-feu, dans l’après-midi. Vis ma vis de parents. Accélérant la cadence pour éviter que la mère louve ne s’inquiète, il planqua Tobias sous sa cape encore une fois, et celui-ci s’endormit, bercé par les grands pas de celui qui ne se considérait pas comme son papa, mais qui pourtant agissait comme tel. La tête de son mini kangourou était calée contre une peluche de Kelpy dont la crinière changeait de couleur quand on le caressait. Etrangement, ils arboraient tout deux une belle couleur rose pastel, comme si le petit s’était calé à son nouveau doudou qu’Athos n’avait pu lui refuser. C’était ça, ou repartir avec un fléreur et… bon. À choisir.

Une fois arrivé en haut de l’escalier sans réveiller le petit, un miracle, Athos frappa tout doucement pour éviter de faire trop de bruit, pensant que Magda en aurait aussi profité pour faire une bonne sieste. S’il réussissait à poser Toby sur le lit sans geste brusque, lui aussi pourrait sans doute se payer ce luxe : il était vanné. Déjà, parce qu’il n’était plus habitué à se balader à pied. Et puis, parce que l’adorable pesait quand même son poids à force. Toutefois, c’était une bien autre scène qui attendait Athos derrière sa propre porte. Il entendit Shannon avant de le voir, son grand rire franc résonnait dans l’appartement et réveillant par la même occasion Tobias, qui grogna contre le torse d’Athos, le rose virant doucement à l’orangé. Quoi, Shannon ? Enveloppant machinalement le petit un peu plus dans sa cape pour essayer de lui faire finir sa sieste, Athos lança un regard interloqué à son meilleur pote, sans même réaliser que Magda était fourrée dans un de ses t-shirts, ses petites jambes à l’air. « Shannon, tu devais passer ? » Mais qu’est-ce qu’il faisait là, à rigoler comme un bossu sur son canapé défoncé avec Magda ? Est-ce qu’il avait raté un épisode ? Restant figé sur place pour éviter que le moindre mouvement ne fasse hurler Tobias et ne vienne gâcher sa belle après-midi sur un grand cri, son regard se promenait entre son ex et son pote. Il y avait vraiment un truc bizarre dans cette scène. Mais depuis quand. Shannon. Parlait-il. À des filles. Surtout quand elles étaient… Disons-le, à moitié à poil. « J’espère que la conversation était plus reposante qu’une sieste en tout cas. » Depuis le temps que Magda le soulait sur le fait qu’elle ne dormait pas, voilà qu’elle se tapait la discute avec les mêmes exactes cernes que quand il l’avait quitté. Foutage du monde ou quoi. Finalement, il s’installa sur le lit en tailleur et en douceur, Tobias ronflant de son souffle de bébé à nouveau contre son torse, enveloppé dans sa cape. Il eut envie de balancer à Magda un de ses pantalons qui trainait par terre, mais la condescence du geste l’écoeura lui même. Pourtant, il était foutrement mal à l’aise avec le fait qu’elle soit si dénudée, et en sa présence, et en celle de Shannon. « Et tu mettras un bas si tu veux que je te rende ton fils. C’est pas très hygiénique. » Il ne put s’empêcher un sourire narquois, espérant qu’elle se souviendrait du tacle qu’elle lui avait mis quelques semaines plus tôt. Mais en réalité, il n’avait pas envie de se décrocher du petit. Qu’elle aille taper le bout de gras dans le couloir, lui, il avait une sieste à faire avec son fils.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le début de notre histoire | Shannon Le début de notre histoire | Shannon - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Le début de notre histoire | Shannon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres-