GRYFFONDOR : 20 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 58 pt | SERPENTARD : 2 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !

Partagez

So many books, so little time ▬ PV Neolina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 66
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace
| SANG : Pur


So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyMar 9 Juin 2020 - 18:08

ft. Neolina Siankov

So many books
so little time

C'était un samedi pluvieux. Alors que, comme moult londoniens, il aurait pu se terrer chez lui dans l'attente que le soleil de juin revienne pointer le bout de son nez, Natanaël avait décidé de sortir faire quelques emplettes. Le mauvais temps ne l'avait jamais dérangé. Au contraire, il lui assurait de ne pas croiser trop de monde lors de ses déambulations. Son appartement était en plus idéalement situé, à la fois proche de l'Académie supérieure de magie, mais aussi à quelques dizaines de minutes de marche du Chemin de Traverse. Son temps parmi les Moldus avait en effet habitué Natanaël à se déplacer à pied. Si bien qu'il usait beaucoup moins du transplanage ou de la poudre de cheminette que ses confrères sorciers ... Ce fut donc au son de la pluie londonienne battant les pavés qu'il se mit en route - au grand dam de Jotünn, qui aurait préféré que son coussin préféré reste bien au chaud à l'intérieur. Le ciel était bas, le fond de l'air aussi mordant qu'en plein mois de mars. Seules les fleurs suspendues aux devantures des magasins, et qui ployaient sous les trombes d'eau que déversait sur elles le ciel, indiquaient qu'ils approchaient de l'été.

Ses pas le menèrent tout naturellement vers Fleury and Botts. Il ponctuait toujours ses déambulations par un petit tour dans la librairie, qui avait gagné son respect en renouvelant très régulièrement ses rayons. Il poussa la porte avec les cheveux dégoulinants de pluie. Un désagrément qui aurait pu être aisément évité à l'aide d'un sort - mais Natanaël avait perdu l'habitude d'utiliser la magie pour son petit confort personnel, surtout en public. Ce qui n'était pas un grand mal, de son avis. Poli, il utilisa toutefois une formule rapide pour sécher son manteau en entrant dans la boutique. Il s'en serait voulu de dégrader de précieux ouvrages ... Sans grande surprise, la librairie était presque vide. Saluant d'un hochement de tête les responsables, qui avaient pris l'habitude de le voir traîner sa grande carcasse chez eux, il laissa ses pieds le guider jusqu'au rayon potions. Il avait déjà parcouru de nombreux ouvrages, mais ne désespérait pas de tomber sur un remède pour son mystérieux mal. Les Médicomages n'avaient pas encore gagné sa confiance sur ce point - loin s'en fallait.

Conscient qu'il ne risquait pas d'être dérangé, il prit le temps de choisir, ignorant au passage la petite clochette qui indiquait les allées et venues dans la boutique. Les bras chargés de trois livres qu'il comptait ajouter à sa collection, il se dirigea ensuite vers les étagères consacrées à l'astronomie. Il avait peu d'espoir d'y trouver des perles rares, mais ne manquait jamais d'y mettre les pieds. Ne serait-ce que pour décaler certains livres qu'il jugeait trop douteux vers une autre section, ou bien tout au fond de leur étagère. Il fut ainsi surpris, en arrivant à hauteur des précieux ouvrages, de trouver une sorcière déjà occupée à en feuilleter un. Et pas des meilleurs, en plus. Natanaël n'aimait pas se faire remarquer, encore moins s'incruster dans une conversation ou une lecture. Mais ignorer la situation était accorder une victoire à l'auteur de ce brouillon de livre. Il se racla donc la gorge pour signaler sa présence, avant de prendre la parole.
- Si vous me permettez ... Ce livre-là ne mérite pas un dixième de votre attention, asséna-t-il, de son ton aussi froid que l'air au-dehors. Puis, se rappelant peut-être qu'il avait affaire à une étrangère et non à une de ses étudiantes, il prit un air imperceptiblement plus affable. Si l'étude des astres vous intéresse, je peux vous conseiller de bien meilleurs ouvrages.

< La BO pour les curieux Coeur >

Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 321
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyMer 10 Juin 2020 - 23:40

Les gouttes de pluie tombaient sur son parapluie invisible tandis que Neo déambulait dans le Chemin de Traverse, appréciant ce délicat son étouffé. Malgré le temps londonien, elle avait décidé de s’offrir une balade durant sa journée de libre. Voilà déjà quelques jours qu’elle avait commencé son travail au Ministère, s’adaptant avec une redoutable aisance à des méthodes qu’elle ne connaissait pas et sympathisant avec ses nouveaux collègues tout en gardant une certaine distance. Neolina n’avait jamais vraiment eu peur de la solitude, douce compagne de sa vie post-Andrea avec qui elle avait appris à cohabiter désormais. Là où d’autres comblaient ces moments qu’ils considéraient vides en cherchant absolument la présence d’autres gens, elle appréciait sa propre compagnie. Se perdre dans ses pensées, laisser le temps s’étirer jusqu’à ne plus avoir vraiment de logique, flâner… Autant d’activités qui ressemblaient à de l’ennui, mais pas pour elle. Bien au contraire.

Malgré le temps donc, Neo marchait d’un pas tranquille, son regard se baladant de vitrines en vitrines. Londres et ses merveilles continuaient de la surprendre jour après jour, la confortant dans ce choix qu’elle avait fait de quitter l’austérité de la Russie. Ici, tout était plus coloré, plus joli, plus vivant aussi. Dans les poches de sa cape, mornilles et noises tintaient doucement, agréable petite mélodie synonymes de liberté pour elle qui s’était si longtemps privée. Ses achats à Moscou se limitaient à la stricte nécessité, rien de plus. Alors ici, tout lui donnait des envies d’achats compulsifs, même si elle évitait soigneusement de dépenser ses maigres économies sur un coup de tête. Se faire plaisir, oui. Se retrouver ruinée au bout d’un mois, peut-être pas…

Ses petites bottes en caoutchouc protégeaient ses pieds de la pluie, mais son pantalon commençait à subir les assauts de l’averse qui s’intensifiait. Aussi décida-t-elle de pousser la porte de la première boutique venue. Fleury&Botts. Le hasard faisait bien les choses. Sitôt que la petite clochette retentit, la douce chaleur du lieu l’enveloppa et l’odeur des livres neufs lui apporta un réconfort dont elle n’avait pourtant même pas besoin. L’endroit était quasiment désert, à l’exception de quelques clients qui longeaient les étagères, et auxquels elle ne prêta qu’une vague attention. Baissant sa baguette et la glissant dans sa poche, elle adressa un adorable sourire au vendeur derrière son petit comptoir, et s’essuya poliment les pieds avant de laisser ses yeux se promener dans les rayonnages. Laissant ses pas la guider, elle effleurait du bout des doigts les reliefs des couvertures en passant, se délectant des titres parfois originaux. Instinctivement, elle fit un tour du côté des bouquins sur les créatures magiques, bien sûr. Comme toujours, elle feuilleta quelques livres à propos des Croup, alors qu’elle maîtrisait ce sujet sur le bout des ongles. Tellement absorbée par sa demi-lecture, elle ne remarqua d’ailleurs pas qu’elle avait peint ceux de sa main gauche en bleu, oubliant de faire la même chose avec ceux de sa main droite qui arboraient une couleur vert d’eau.

Finalement, elle se retrouva au rayon astronomie, sans trop savoir comment. C’était véritablement un sujet auquel elle ne connaissait rien, mais elle se demanda un instant en quoi le ciel d’Angleterre était différent de celui de Roumanie, et si on y voyait d’autres étoiles. Plus jeune, elle aimait se poser l’été dehors et regarder le ciel en compagnie de Razvan ou de ses soeurs, et inventer des constellations qui n’existaient que dans son imagination. Après tout, qui avait décidé de relier les points ainsi dans la voûte céleste ? Elle attrapa un ouvrage dont la couverture lui avait tapé dans l’oeil, et le lisait sans vraiment y porter une grand attention. C’est alors qu’une voix lui sortit la tête des étoiles. Une voix froide comme la brise londonienne qui faisait taper les gouttes sur la vitrine. Décollant ses yeux des pages, elle fut surprise de devoir autant lever le cou pour croiser le regard du propriétaire de cette voix légèrement intimidante. Sa surprise fut plus grande encore quand elle découvrit qu’il avait des traits fins et un visage bien plus doux que ce que son intonation pouvait laisser entendre. Lui aussi avait bravé l’averse, comme ses mèches brunes trempées d’eau de pluie le laissait entendre. Une goutte coulait dans son cou, et Neo se demanda un instant ce que son regard faisait à traîner par-là. Que lui avait-il dit déjà ?

Heureusement, il reprit la parole d’un ton bien plus apaisé, et Neo lui adressa un sourire en retour. Si certains auraient pu trouver cette intervention impolie, ou l’interpréter comme une tentative de drague un peu foireuse, la jeune femme n’avait pas pour habitude de juger ainsi les comportements des autres. Au contraire : pour elle, c’était simplement quelqu’un de bienveillant qui voulait lui donner un petit conseil. Refermant le bouquin dont elle ne connaissait même pas le titre, elle rit doucement avant de lui répondre. Sans prévenir, sa première phrase lui était revenue finalement. « Oh, ne vous inquiétez pas, il a à peine retenu un vingtième de mon attention ! » C’était bien vrai. Elle aurait été incapable de se souvenir de ce qu’elle avait lu. « Il faut dire que je n’y connais rien en astronomie. Mais que voulez-vous, je suis curieuse. » Son léger accent de l’est  enveloppé dans un sourire trahissait ses origines. « Que conseilleriez-vous à une novice en la matière, alors ? »

Une nouvelle goutte d’eau, perchée au bout d’une des mèches du front de ce grand brun mystérieux, attira de nouveau son attention. Elle perla doucement jusqu’à atterrir sur la couverture du bouquin visiblement médiocre. D’un revers de la main, elle l’essuya délicatement avant de le regarder à nouveau. « Vous êtes une arme de destruction de parchemins massive ! » dit-elle dans un rire en désignant ses cheveux tout trempés. « C’est la concurrence qui vous envoie ? » Son imagination fertile se faisait déjà tout un film autour d’une guerre ridicule entre deux libraires qui se battaient en envoyant quelques infiltrés - c’était le cas de le dire - imbibés de gouttes de pluie. Quelle idée ridicule. Mais ça aurait fait un bon livre, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 66
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace
| SANG : Pur


So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptySam 20 Juin 2020 - 0:31

ft. Neolina Siankov

So many books
so little time

Natanaël gardait son regard rivé sur le livre victime de son mécontentement. La couverture piquetée de petites étoiles, cousues dans un cuir sombre, était parfaitement conçue pour attirer l’œil du lecteur naïf. Car si l'on était un simple curieux, un passant cherchant à percer le mystère des astres, on serait bien sûr plus enclin à choisir cet ouvrage d'apparence à la fois élégante et ancienne, plutôt qu'un traité plus sérieux mais aussi moins attirant à première vue. Le professeur soupira. Pouvait-on faire plus cliché que ces constellations approximatives, dessinées avec autant de talent qu'un première année peu attentif en cours ? Mais ce n'était pas à un élève de Poudlard qu'il s'adressait cette fois-ci, ni même à une étudiante assidue de ses classes. Mais son interlocutrice avait évoqué de la curiosité, ce qui l'invitait à éclairer quelque peu sa lanterne. Outre son intérêt, il avait aussi su déceler dans son timbre clair des intonations étrangères. Un accent qui lui rappelait des temps lointains, mais qui, allez comprendre pourquoi, ne sonnait pas aussi menaçant que les autres évocations de son passé. Peut-être parce que le ton de la jeune femme paraissait intensément bienveillant.

Natanaël releva enfin les yeux sur elle. Et se retrouva surpris de rencontrer un regard pétillant, reflet d'un esprit vif, à ne pas en douter. Son visage aux traits doux était encadré par des cheveux blonds mi-longs. Qui n'étaient pas détrempés, eux. Est-ce qu'il la contemplait trop longtemps ? Il n'en était plus sûr. Son expression parvint toutefois à ne pas refléter son trouble, et il resta aussi impassible qu'à son habitude. Sa langue en revanche mit quelques secondes à se remettre en route, et ce ne fut qu'après un bref silence qu'il put formuler une réponse à sa requête.
- J'aurais beaucoup de titres à vous conseiller, tous bien meilleurs que celui-ci ... Mais la plupart ne seront pas trouvables ici. Les moldus sont très avancés dans l'astronomie, vous savez ... Et il ne s'embarrassent pas de notions empruntées à d'autres disciplines, comme les sorciers aiment le faire.
Est-ce qu'il parlait trop ? Quand on s'attaquait à son sujet de prédilection, Natanaël devenait presque bavard. Oh bien sûr, on ne lisait pas en lui la passion ou la fougue que pouvaient manifester d'autres professeurs. Les signes chez lui étaient plus subtils. Son regard devenait lointain, comme perdu dans les galaxies qu'il évoquait. Son ton perdait de sa froideur pour devenir plus profond. Comme une minuscule porte d'entrée vers la personne qu'il était vraiment, et qu'il enfouissait derrière de hauts murs de glace.
- Mais si vous voulez partir d'ici avec un livre à mettre sur votre table de chevet, je vous conseillerais celui-ci, enchaîna-t-il en saisissant un ouvrage situé sur une des étagères les plus hautes, presque à hauteur de sa tête. La couverture, beaucoup plus sobre, indiquait seulement "Les secrets des constellations". Il se souvenait avoir été agréablement surpris d'y trouver des concepts complexes, expliqués de manière à la fois simple et assez correcte.

Il fallut que son interlocutrice s'en amuse pour que Natanaël réalise alors que ses cheveux gouttaient sur les livres. La remarque avait beau avoir été formulée sur le ton de l'humour, il ne put empêcher ses joues de rosir imperceptiblement. Abimer de précieux ouvrages, voilà exactement ce qu'il souhaitait éviter. D'un geste un rien maladroit, il ramena ses quelques mèches trempées en arrière, tout en évaluant du regard les éventuels dégâts. Qui étaient minimes, à son grand soulagement. Il prit tout de même la peine de sortir sa baguette et, d'un petit geste qui se passait de formule, fit circuler un courant d'air tiède sur les pages qu'il avait humidifiées.
- Loin de moi l'idée de causer le moindre dommage ici, se défendit-il d'un ton qu'il prit soin de garder neutre. Ou d'entretenir une rivalité de libraires, ajouta-t-il toutefois, avec une ébauche de sourire.
La jeune femme l'ignorait sans doute, mais tirer au professeur autre chose qu'une grimace contrariée passait pour un exploit à l’École Supérieure de Magie. Cela dit, lui demander des conseils concernant l'astronomie était sans aucun doute le meilleur moyen de l'apprivoiser.

- Enfin, je m'excuse de vous avoir retenu aussi longtemps avec mes longs discours, enchaîna-t-il ensuite en reculant de quelques pas. Il n'était de toute façon pas venu se fournir en livres d'astronomie, et de la lecture l'attendait. Il ne s'éloigna pas trop, cependant. Quelque chose dans le joli minois qui lui faisait face lui faisait regretter sa tendance à toujours prendre congé au plus vite. Voilà qui ne lui ressemblait guère ... Il rangea sa baguette dans la poche de son long manteau, ramassa les livres qu'il avait choisi, et qu'il avait posé pour sécher les parchemins victimes de ses cheveux mouillés. La pluie battait toujours la vitre de la fenêtre dans son dos, comme une invitation de plus à rester s'attarder dans cette librairie.
- Si je puis me permettre, cependant ... Vous qui parliez de concurrence, connaîtriez-vous d'autres librairies dignes de ce nom ? C'était une bien piètre excuse pour relancer la discussion, il en était conscient. Etait-ce cette pointe d'accent ou juste le regard pétillant de cette jeune femme qui lui faisaient perdre son habituelle froideur ?
- Je ne me suis même pas présenté, réalisa-t-il. Natanaël Johansson. J'étudie et enseigne l'astronomie à l'Ecole Supérieure de Magie - j'imagine que vous vous en seriez doutée, ajouta-t-il avec une nouvelle ébauche de sourire - si ses étudiants l'avaient vu, ils n'en auraient pas cru leurs yeux. 

Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 321
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyMar 23 Juin 2020 - 0:38

Les gouttes continuaient à marteler la vitrine de la petite boutique au sein de laquelle cette bien étrange rencontre avait lieu. Étrange, vraiment ? Sans bien s’expliquer pourquoi, Neolina appréciait l’attitude de ce grand étranger un brin trempé. Oh bien sûr, au premier abord, il n’y avait pas grand monde qu’elle pouvait prétendre ne pas aimer - les préjugés, ça n’était vraiment pas sa façon de penser. Mais dès qu’il se mit à parler d’astronomie, quelque chose changea dans son regard, et la tournure de ses phrases était un indice évident sur le fait que cet homme-là savait de quoi il parlait. Entretenir la curiosité de ce petit bout de femme était aussi un excellent moyen de maintenir toute son attention, désormais focalisée sur ses yeux couleur émeraude.  Il semblait la regarder sans vraiment la voir, tout à fait concentré sur ce qu’il racontait. Ainsi donc, l’inconnu était plus admiratif du travail moldu que sorcier dans ce domaine. Intéressant. Dans le contexte actuel, il était plutôt rare de formuler ce genre de convictions à une personne qu’on venait à peine de rencontrer. Les affres de la passion sans doute… Pour l’astronomie ! Enfin, qu’allez-vous croire ?

N’osant pas l’interrompre, Neolina hochait la tête sans le quitter des yeux, un peu plongée dans les siens pour éviter de laisser son propre regard se balader ailleurs. Profitant de sa grande taille, il attrapa un ouvrage à sa hauteur, qu’elle aurait elle-même eu toutes les peines du monde à agripper sans l’aide de sa baguette. Un conseil de féru en astronomie alors ? Neo n’avait pas vraiment pour intention d’acheter quoi que ce soit, mais il avait réussi à attiser sa folle curiosité. Et puis, tout de même, il avait pris de son temps pour la conseiller, alors c’était là la moindre des politesses, non ? « Les secrets des constellations… » lut-elle à voix haute, légèrement basse, comme si elle divulguait elle-même un secret. La sobriété de la couverture ne l’étonna pas. Tout cela coïncidait parfaitement avec l’image que renvoyait son mystérieux interlocuteur. Le nom de l’auteur était imprononçable. Ni de l’anglais, ni du slave. Elle ne se serait pas risqué à essayer. « Voilà un homme qui doit savoir murmurer à l’oreille des étoiles pour recueillir leurs confidences. » L’image lui plaisait. Elle était comme d’humeur à s’imaginer des choses fantasques. Sans doute était-ce l’ambiance de la librairie, qui lui évoquait les nombreux romans à travers lesquels elle s’évadait durant son enfance en Roumanie où, il fallait bien le dire, les distractions n’étaient pas bien nombreuses. Neo et son petit monde intérieur. Souvent, sa mère se demandait si sa maladresse légendaire n’était pas due au fait que petite, elle marchait trop souvent le nez levé, la tête tournée vers le ciel.

Pour une fois, ce ne furent pas les joues de la jeune femme qui rosirent sous le coup d’une petite émotion, mais bien celle de ce grand type charmant qui n’avait pourtant pas l’air timide. L’avait-elle mis mal à l’aise avec sa remarque qui se voulait gentille ? Sans réfléchir, elle se mordit la lèvre, un peu gênée tandis qu’il essayait de retrouver une once de contenance en coiffant ses mèches. Ouf, parchemins sauvés. Son regard ne fut détourné de cette vision que lorsqu’elle sentit un courant d’air sur ses mains qui la fit frissonner un peu. Cet homme aimait vraiment beaucoup les livres. Au point donc de prendre la peine de les sécher alors que lui-même était tout trempé. De bien étranges priorités, nota-t-elle mentalement, ignorant l’étrange réaction de son corps qu’elle attribua à de la surprise. Finalement, son interlocuteur se dérida et lui offrit un joli sourire auquel elle répondit par un des siens. « Me voilà rassurée. J’aurais été obligée de vous dénoncer. » Choix de mots particulier dans la bouche d’une jeune sorcière qui était partie d’un pays qui chassait les siens, et où la délation était plutôt monnaie courante. Pratique détestable s’il en était.

Et puis, comme il était arrivé, l’amoureux des astres s’éclipsa doucement, s’éloignant d’elle en s’excusant. « Oh, ce n’est rien… Merci pour les conseils. » bredouilla-t-elle, le laissant regagner sa liberté. Le début de conversation était agréable, mais il avait sans doute mieux à faire que de passer son après-midi à discuter avec une étrangère dans une librairie. Qui faisait ça ? Oh oui, Neolina. Reposant le médiocre bouquin, elle se surprit à serrer le livre à la couverture noire contre elle et s’apprêtait à explorer un autre rayon quand la voix profonde la surprit à nouveau. Se tournant vers lui, elle écouta sa question, ne cherchant pas à comprendre pourquoi il était soudainement venu lui parler- encore. Neo et les signaux… voilà qui n’était pas son fort. Prise de court, elle ne répondit pas de suite et il enchaîna sur une présentation. Voilà qui devenait un peu plus… non, pas officiel, ça n’était pas le bon mot. Mais quoi alors ? Il lui décocha un charmant sourire en lui expliquant son métier, et elle rit légèrement. En effet, voilà qui expliquait tout. « Neolina Siankov. » Son accent roumain ressortit plus que jamais, car elle n’avait pas pour habitude de se plier aux intonations anglaises pour son nom. Elle lui tendit sa main libre aux ongles bleutés pour sceller les présentations. « Je travaille au Ministère, au département des Oubliators. Navrée, c’est un peu moins séduisant que d’observer le ciel et d’en parler des heures. » Neolina adorait pourtant son métier. Mais beaucoup de gens considéraient que c’était un peu ennuyeux. Et puis, le secret professionnel n’aidait pas trop à délier sa langue, et par pudeur et conscience professionnelle, elle évitait de divulguer les histoires qu’on lui confiait. Ce qui n’était pas vraiment le cas de ses collègues en Roumanie. Ou en Russie. Neo était vraiment un cas à part.

Oh, elle avait failli oublier. « Pour répondre à votre question, mes souvenirs de Londres remontent à plus de seize ans. Même si je faisais un effort, j’ai peur que vous erriez des heures durant pour rentrer bredouille. Je m’en voudrais que vous attrapiez la mort par ma faute. »  Jetant un coup d’oeil par la vitrine, la jeune femme remarqua que le temps s’était un peu calmé. Un peu. Les gouttes se raréfiaient, disons. Ce qui, pour Londres, était synonyme de beau temps. Sans savoir pourquoi, elle eut peur que Natanaël disparaisse de sa vue à nouveau. Aussi se hasarda-t-elle à proposer une invitation un peu curieuse. Après tout, ils avaient échangés leurs prénoms. Ça serait un peu dommage d’arrêter la conversation ici. « Que diriez-vous d’une balade ? » L’invitation était innocente, mais tout observateur extérieur y aurait prêté une intention. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle agissait comme ça. Peut-être parce qu’elle ne connaissait personne ici, et qu’il était plaisant de croiser quelqu’un d’un peu altruiste. « Vous me faites visiter un peu et moi, je vous tiens compagnie en attendant que le chemin ne nous mène à une nouvelle librairie ! » C’était ce qui s’appelait un échange de bons procédés. Elle fixa les émeraudes dans l’attente d’une réponse, un sourire bienveillant sur les lèvres. Elle n’avait pas envie que ce professeur d’astronomie ne soit qu’une étoile filante dans son après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 66
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace
| SANG : Pur


So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyMer 24 Juin 2020 - 0:03

ft. Neolina Siankov

So many books
so little time

A voir la manière dont la jeune femme caressait le livre du regard, Natanaël sut qu'il n'avait pas délivré ses conseils pour rien. Il fallait un amateur de livres pour en reconnaître un autre. Sa simple présence chez Fleury & Botts en une après-midi comme celle-ci, où bon nombre de leurs semblables avaient préféré rester cloîtrés chez eux, était déjà un indice. Mais il y avait dans sa façon de dévorer la couverture des yeux quelque chose de bien plus parlant. Un amour pour les mots, pour le savoir qu'ils pouvaient délivrer, pour la curiosité qu'ils allaient assouvir ... des sentiments qui lui étaient familiers. Il effaça de ses lèvres un sourire qu'elle ne verrait jamais, trop absorbée par l'ouvrage qu'il lui avait tendu. Ce n'était pas seulement la satisfaction de savoir qu'il avait répondu à ses questions ; c'était aussi de reconnaître en elle des émotions qui le traversaient souvent.

Un homme murmurant à l’oreille des étoiles pour recueillir leurs confidences ... Ces quelques mots chuchotés suffirent pour le projeter lui aussi dans les astres. Jamais il n'avait formulé de manière aussi poétique ce qui occupait ses journées. Et même si la réalité était moins onirique, les longues heures passées à déchiffrer des runes ou de complexes calculs étaient exactement cela. Une manière d'apprendre à parler le langage du cosmos, d'apprendre ses secrets à la force de l'intellect et de la plume. Il ne savait que répondre à la jeune femme, mais le regard qu'il lui lança valait tous les longs discours. Un regard de compréhension, de connivence, de respect aussi, pour avoir su exprimer son ressenti simplement en posant ses mains sur le livre qu'il lui avait proposé. Des étoiles brillaient dans les lacs limpides de ses iris, comme en reflet de la voûte céleste.

Un petit cocon semblait s'être formé autour des deux amateurs de littérature et de science. La pluie au-dehors assourdissait tous les bruits, créant l'impression que le temps s'était ralenti, qu'il ne restait plus qu'eux deux dans la librairie. Ou même dans tout Londres. C'était donc à regret qu'il s'était éloigné. Et avec un petit sursaut dans le cœur qu'il la vit se retourner pour lui répondre, à nouveau. Cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas autorisé à ressentir ce genre d'émotions. Ce petit serrement dans la poitrine qui indique qu'on a rencontré quelqu'un qui compte. Mais il s'égarait. Ils n'avaient après tout échangé que quelques mots. Son bon sens devait s'être égaré dans les étoiles en accompagnant ses discours passionnés. Bien que ce ne soit pas dans ses habitudes - comme beaucoup de scandinaves, Natanaël n'était pas très tactile - il saisit sa main tendue pour la serrer brièvement. Et s'en sépara sans doute un peu trop vite en apprenant son métier.
- Je préfère en effet me cantonner aux étoiles, assura-t-il en un mensonge bien rodé. Si bien rodé qu'il était venu tout seul, comme par réflexe.
Le sortilège d'Oubliettes et ses multiples usages avaient longtemps fait partie de ses habitudes. Mais pas dans un cadre aussi propre et légal que celui du Ministère, bien sûr. Plutôt dans une routine qui comportait aussi son lot de pot-de-vins et de corps balancés dans le détroit d'Øresund. L'expression de Natanaël s'était un rien figée, et son regard avait perdu le peu de chaleur qu'il avait pu gagné, pour redevenir aussi froid que la pluie qui cognait les carreaux derrière eux.

- Je ne crains pas le froid, mais je préfèrerais en effet trouver une librairie plutôt qu'un bar mal famé, renchérit-il quand elle évoqua sa connaissance de Londres.
La réponse de la jeune femme avait suffit à le tiédir de nouveau. Il avait remarqué son accent, mais était trop poli pour le signaler. Tout comme il avait pris note de son nom aux consonances étrangères - Europe de l'Est, songeait-il, mais sans être assez calé sur cette région pour pouvoir être plus précis dans ses déductions. Il s'était bien gardé d'y réfléchir, de toute manière. L'époque où il devait deviner un maximum d'informations concernant ses interlocuteurs était révolue, et ce genre de vieux réflexes n'étaient plus les bienvenus. En revanche, il était assez séduit par l'idée de continuer à discuter avec cette jeune femme qui partageait avec lui l'amour des livres - il n'allait pas oublier de sitôt ses mots concernant l'astronomie.
- Allons pour une balade, alors, acquiesça-t-il, tout en s'inquiétant de se voir accepter si facilement. Mais si l'on veut rester sur des chemins qui me sont familiers, il faudra quitter le Londres que vous côtoyez habituellement et rejoindre celui qui manque si cruellement de magie pour beaucoup d'entre nous, prévint-il. Quelques mots qui pouvaient paraître anodins, mais qui avaient pour lui valeur de confidence. Il n'avait pas pour habitude de s'étendre sur son temps passé parmi les Moldus, même si ce dernier était loin d'être un secret - on n'apparaît pas brutalement dans le petit monde des sorciers sans susciter quelques questions.

Il accompagna la jeune femme jusqu'au rez-de-chaussée, où il fut presque surpris de trouver le libraire, tant la boutique lui avait paru déserte au cours de leur échange. Ses achats réglés, il se dirigea vers la porte aux côtés de Neolina, notant au passage que la pluie était désormais réduite à une faible bruine. Pris d'une inspiration venue d'on ne sait où, il lui proposa son bras pour sortir de la boutique. Geste qu'il regretta presque aussitôt, et qu'il accompagna d'une grimace à demi-gênée. Ce n'était pas comme s'il allait les transplaner tous les deux dans le Londres moldu. Déjà parce que le secret magique en aurait pâti, mais surtout parce qu'il était terriblement impoli de téléporter quelqu'un qu'on venait à peine de rencontrer, surtout sans lui demander son avis.
- Je serais curieux de savoir quel sort vous a permis de ne pas arriver trempée - ma pratique de la magie est quelque peu ... rouillée. Du moins, si vous ne voyez pas d'inconvénient à partager ce genre de secrets, demanda-t-il donc pour faire diversion, tandis qu'ils s’engageaient sur le chemin de traverse.

Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 321
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyLun 29 Juin 2020 - 6:08

Le monde de la magie fonctionnait selon ses propres règles. Et il y avait des dons bien particuliers, comme celui des visions inattendues, quand les peaux se touchaient. Lorsque la main de Neo toucha celle de Natanaël, il n’en fut rien, mais il se passa tout de même quelque chose d’inexplicable. Mais l’inconnu qui n’en était plus un maintenant rompit le contact si vite qu’elle n’eut pas le temps de chercher à comprendre quoi que ce soit. Étrange, il avait eu cette réaction quand elle avait parlé de son métier. C’était là un travail incompris et un peu mystérieux certes, mais pourquoi avait-il donc été si prompt à retirer sa main ? Peut-être qu’elle surinterprétait. Peut-être que les anglais n’aimaient pas serrer la main, tout simplement. Il n’éprouva toutefois aucune forme de curiosité concernant ce qu’elle venait de lui dire, et repartit sur son domaine préféré, les étoiles. Au-delà d’une simple passion, ce sujet était-il une obsession pour lui ? « Vous avez raison. Je pense qu’il y a bien plus de choses à dire à ce sujet. » Quelque chose l’avait mis un peu mal à l’aise, mais elle n’aurait su dire quoi.

Peut-être était-ce le changement soudain de ton dans la voix de son interlocuteur. Cet homme semblait bien changeant, autant qu’un ciel un peu couvert lorsqu’on cherchait à l’observer en hiver.  Un instant dégagé, puis juste après totalement voilé. Aussi attendait-elle sa réponse à sa question avec une once d’appréhension, quoiqu’il était bien ridicule d’avoir autant d’attentes après quoi, cinq minutes de conversation ? Après tout, s’il refusait, elle continuerait à déambuler dans les rayons jusqu’à oublier toute notion du temps et continuerait sa balade en solitaire jusqu’à retourner voir son Gabi chéri. Rien de dramatique en somme, juste un souvenir fugace, une rencontre éphémère comme il en arrive tant dans une vie. Aussi, son grand sourire trahit sa joie lorsqu’il accepta son invitation à explorer un peu la ville qu’elle ne connaissait pas. Voilà que son après-midi prenait un tournant totalement inattendu, et elle aimait ça. Ignorer au petit matin ce que lui réservait sa journée, et s’endormir en se disant qu’elle avait été surprise par ce qui s’y était passé. La routine l’ennuyait mortellement, les petites habitudes ne faisaient pas partie des siennes, justement. Il y ajouta une invitation à l’aventure qui acheva de la charmer totalement. Un dépaysement du côté du monde moldu n’était pas pour lui déplaire, elle qui fréquentait beaucoup leur monde au quotidien et surtout, aimait en découvrir toujours un peu plus. « Avec plaisir ! Je suis sûre que vous ferez un très bon guide. » Sa façon de parler avec éloquence et passion de ce qui lui plaisait l’avait charmée en quelques secondes, aussi ne doutait-elle pas de sa capacité à l’émerveiller sans s’en rendre compte. Il lui en fallait peu, venant de l’Est. « Et puis, la magie ne se résume pas à nos sorts et nos baguettes, n’est-ce pas ? » La question était rhétorique, mais elle y ajouta un petit clin d’oeil mutin. Elle savait qu’il se rangeait sans doute à son avis, car il semblait apprécier le monde moldu bien plus que nombre de ses congénères, y compris au Ministère. Cette petite virée serait sans doute l’occasion rêvée pour elle d’en connaître un peu plus sur leur mode de vie ici, à Londres, ce qui ne pourrait qu’être utile lors de ses prochaines missions. Et d’en apprendre aussi un peu plus sur son interlocuteur, ce qui était tout aussi intéressant.

Ils prirent donc la direction de la caisse, où Neolina entreprit de payer pour ce mystérieux livre qui l’intriguait, et qu’elle avait hâte de feuilleter le soir même dans son lit, son Croup réchauffant ses pieds. Elle ignorait à cet instant que ses pensées se perdraient un peu plus loin que dans les étoiles, invoquant notamment une couleur émeraude qui avait marqué sa rétine. Un peu perdue et éternellement maladroite, Neolina essaya de s’en sortir avec sa monnaie qu’elle ne maîtrisait plus très bien - quel nom pour quelle pièce déjà ? - et fit tomber quelques unes d’entre elles au sol. « Mince, décidement, je suis… » Se baissant pour les ramasser, elle se cogna légèrement au comptoir en se relevant. Habituée à perdre quelques neurones dans ce genre d’incidents, elle grimaça en se frottant l’arrière du crâne avant de payer le libraire, même pas vraiment gênée par ce qui venait d’arriver avant de rejoindre la porte avec Natanaël. La pluie tombait en fines gouttes, c’était presque agréable. « Désolée pour cette scène désolante. Je suis une sorte de catastrophe ambulante. » le prévint-elle. Les pavés trempés étaient pour elle une épreuve, et elle savait qu’elle risquait fort de glisser à un moment donné. Qu’il soit alerté sur la suite des événements lui semblait la moindre des choses.  

Aussi, dans un geste terriblement gentleman, Natanaël lui tendit son bras. Était-ce pour la faire transplaner quelque part, ou bien pour lui servir d’appui et éviter qu’elle ne se casse la figure tous les trois mètres ? Impossible à deviner, mais avec sa spontanéité habituelle, elle y glissa le sien qui s’y cala parfaitement, avant de capter sur le visage du grand anglais une expression un peu gênée. Aussitôt, elle s’écarta un peu de lui et dégagea son bras, ses joues rougissant sous l’effet de sa maladresse. Encore. Elle avait sans doute mal compris son geste. Devait-elle s’excuser pour son comportement qui devait la faire passer pour une folle ? Elle n’en savait trop rien, mais leurs pieds étaient déjà embarqués pour la balade prévue, et ses joues reprirent doucement une couleur normale tandis qu’il la questionnait sur tout autre chose, notamment sa capacité à rester sèche sous la pluie. Elle en fut un peu étonnée, mais lorsqu’il lui confia qu’il ne pratiquait plus beaucoup la magie, elle comprit que son engouement pour les moldus était peut-être un peu plus profond que ça. « Oh ! Si c’est le seul secret que vous me demandez de partager, je suis prête à vous mettre dans la confidence. » Il y avait quelque chose d’adorable dans sa façon d’ignorer cet espèce de rudiments de la magie, surtout à Londres. Elle attrapa sa baguette et la dirigea vers le ciel gris qui donnait l’impression que la nuit allait tomber, alors qu’elle était encore loin. « Vous m'excuserez, je ne le connais qu’en roumain. » Elle fixa alors ses grands yeux verts, y puisant un minimum de concentration que ses mèches trempées auraient ruiné en un instant et chuchota alors comme un secret. « Protecploaia. » Aussitôt, le parapluie invisible se forma et recouvrit leurs deux silouhettes, s’adaptant à la grande taille de son comparse. Pour éviter qu’il ne soit mouillé, elle s’approcha un peu de lui. « Garanti à l’épreuve du vent. Les moldus ne peuvent pas se vanter d’en avoir des comme ça ! » La magie, c’était un peu de la triche au fond, et peut-être que cette remarque ne plairait pas à un homme qui semblait les aimer tant.

Trop occupée à regarder son compagnon du dimanche plutôt que ses pieds, ce qui était une vraie erreur quand on s’appelait Neolina Siankov, elle fut surprise d’être déjà presque arrivée au bout du Chemin de Traverse. Toutefois, tandis qu’elle détachait son regard de lui, elle fut intriguée par une vitrine qu’elle n’avait encore jamais vue. La Vermentino Art Gallery devait être récente, car elle n’en avait aucun souvenir. Un tableau exposé attira son attention et elle s’arrêta devant, attrapant une nouvelle fois le bras de Natanaël sans s’en rendre compte cette fois, pour éviter qu’il ne disparaisse quelques mètres plus loin avec ses grandes jambes. « Attendez, je… » La peinture déclencha en elle une émotion inexplicable alors qu’il était difficile de la décrire. L’art abstrait avait ce pouvoir, paraissait-il. Les couleurs criardes avaient attrapé son oeil, mais quelque chose d’autre se jouait en elle sans qu’elle l’explique. Elle resta silencieuse quelques secondes, avant de se rappeler qu’elle n’était pas seule. « Je ne sais pas expliquer mais… c’est un peu comme le ciel, vous ne pensez pas ? C’est un ensemble de quelque chose et chacun y voit ce qu’il veut, non ? » Inconsciemment et sans quitter le tableau des yeux, elle s’était reconnectée à sa grande passion. Certains y voyaient des dragons, des ourses et des casseroles même alors que ce n’étaient là que des astres et qu’il était comme étrange d’y chercher une signification. Un peu comme pour cet après-midi si particulier, et si agréable. La magie avait ses propres règles, mais celle qui se déployait sur cette journée en semblait totalement dépourvue.
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 66
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace
| SANG : Pur


So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptySam 4 Juil 2020 - 16:18

ft. Neolina Siankov

So many books
so little time

Il n'était pas dans les habitudes de Natanaël de dévier ainsi de la route qu'il s'était fixée en quittant son appartement. Le scandinave avait pris l'habitude de s'enfermer dans nombre de rassurantes routines. Il n'était pas facile de changer de vie, de devenir une nouvelle personne. S'imposer des habitudes toutes neuves était une très bonne manière d'y parvenir. Vos mauvais côtés ne peuvent pas revenir à la charge si vous ne leur laissez aucune ouverture dans la journée pour le faire. Aussi évitait-il en temps normal de s'éloigner de chemins connus. Mais pour une raison qui lui échappait, cette pétillante jeune femme semblait vouloir le prendre par la main pour l'emmener vers l'inconnu. Et il ne parvenait pas à y être réticent. C'était ... étrange. Déstabilisant. Comme observer une fissure se former dans la muraille de glace dont il s'entourait soigneusement, sans se souvenir avoir entendu le choc qui aurait pu la créer. Mais comme elle le disait si bien, la magie ne se résumait pas à agiter des baguettes en murmurant d'obscures formules ...

- Les sorciers sont étrangement aveugles à beaucoup de sources de magies, répondit-il de son ton lointain et rêveur tandis qu'il l'accompagnait jusqu'à la caisse. Patient, il la regarda se dépatouiller de ses Mornilles avec plus ou moins de succès. Alors que ce genre de perte de temps l'aurait habituellement fatigué, il se surprit à contenir un sourire ... attendri ? Lui-même avait souvent dû passer d'une devise à l'autre - d'abord des pièces sorcières danoises aux livres, puis des livres aux Gallions. De la petite monnaie de diverses origines traînait ainsi continuellement dans le fond de sa bourse. L'épaule appuyée contre le montant de la porte, il attendait donc Neolina, qui en était à se cogner le haut du crâne contre le comptoir, dans sa hâte de se redresser. D'autres en auraient sans doute ri, ou du moins souri, mais l'idée ne lui traversa même pas l'esprit. Il esquissa un pas en sa direction, l'air quelque peu inquiet, avant de se raviser en constatant qu'elle n'avait rien - à part une légère rougeur des joues.
- J'espère surtout que vous ne vous êtes pas fait trop mal, lui répondit-il, un petit pli soucieux en travers du front.

Neolina se saisit avec naturel du bras qu'il lui avait proposé, et l'espace d'une fraction de seconde, il en oublia de regretter son geste. Le temps d'un clin d’œil à peine, durant lequel avoir cette jeune femme à ses côtés lui parut naturel. Agréable. Mais elle ne tarda pas à s'éloigner de lui, les joues rosissant sous l'effet de l'embarras. Natanaël ne savait plus que penser. Craignait-elle de s'afficher au bras d'un inconnu ? Il n'aurait pu le lui reprocher. Ou avait-elle simplement remarqué sa petite grimace gênée, et l'avait prise pour elle ? Le pauvre professeur nageait dans la confusion. Il se mit en route à ses côtés, veillant à rétrécir ses enjambées pour ne pas trop la distancer.
- Je suis tout ouïe, sourit-il à sa proposition, heureux qu'elle ne s'attardât pas sur leur instant de gêne réciproque.
Elle était donc roumaine, avait-il compris en l'écoutant. Voilà qui expliquait son accent. Mentalement, il additionnait tous les petits détails qu'il glanait à son sujet, pour se faire d'elle un portrait de plus en plus précis. Sans pour autant oser lui poser trop de questions - lui-même n'aimait pas les indiscrets et autres curieux, aussi évitait-il d'agir de la sorte.

- Je ne suis pas sûr que mon accent garantisse l'effet de la formule, soupira-t-il. Mais merci, je tâcherai de m'en souvenir.
Cela lui éviterait au moins de se retrouver trempé car, comme Neolina l'avait fait remarquer, les parapluies moldus n'étaient pas de taille contre le vent qui soufflait parfois dans les rues de Londres. Et il préférait encore pas de parapluie du tout que de devoir lutter contre les bourrasques.
- Je vous le confirme ... J'ai vécu plusieurs années parmi les Moldus, expliqua-t-il. C'est là-bas que j'ai commencé à étudier les astres, ajouta-t-il, avant de s'interrompre presque précipitamment. Qu'est-ce qu'il lui prenait, à s'ouvrir ainsi ? Il s'en serait mordu la langue. Ce genre de confession n'était bonne qu'à soulever une flopée de questions toutes plus embarrassantes les unes que les autres. Et même si ce n'était un secret pour personne, particulièrement pas à l'Académie, il évitait toujours d'évoquer ces années d'exil. Tout ce qui se rapportait à son passé était normalement exclu de ses sujets de discussion. Car plus on creusait, moins ce qu'on y trouvait était agréable à regarder ...

Heureusement, Neolina ne tarda pas à trouver une diversion. Alors qu'il laissait ses pas le conduire jusqu'au bout du Chemin de Traverse, elle attrapa son bras, et il s'arrêta comme en sursaut. Il pencha légèrement la tête, tourna un regard curieux vers elle. Mais son attention était toute absorbée par une des vitrines alentour. Plus précisément, par un tableau qui était exposé. Natanaël le parcourut des yeux, débauche de couleurs sans forme, comme une  offense au ciel grisâtre de ce jour de juin. Un silence s'était installé, troublé seulement par la bruine qui pianotait sur l'invisible parapluie que la magie avait dressé au-dessus d'eux. Brisé enfin par le ton fasciné de Neolina. Natanaël n'était pas un grand amateur d'art. Il trouvait plus de beauté dans les cieux qu'aucun peintre n'avait jamais réussi à en exprimer sur une toile. Mais pour elle, il était prêt à faire un effort.
- On peut tout imaginer dans ces couleurs, acquiesça-t-il. Cela dit, et j'espère que vous ne me prendrez pas pour un rustre, j'ai toujours trouvé l'art trop ... fixe. La beauté est dans le mouvement. Et je ne parle pas de ces peintures sorcières qui semblent vivre.

Devaient-ils reprendre leur marche ? L'entrée du Chaudron Baveur était toute proche, et avec elle leur passage avec le Londres moldu. Sauf qu'il n'avait plus vraiment envie de passer par le pub. Neolina était si fascinante, mais si facilement distraite aussi ... Il craignait de l'y perdre. A nouveau, il lui tendit son bras, mais sans hésitation cette fois. Au contraire, il ancra son regard fermement dans le sien - limpides lacs d'émeraude contre pétillantes étincelles dorées. Il pensait à plusieurs endroits peu fréquentés où ils pourraient transplaner sans alarmer les Moldus. Il attendit qu'elle se soit saisie de son bras et, tentant d'ignorer le doux frisson que son contact avait fait naître le long de son échine, disparut avec elle du Chemin de Traverse.

Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 321
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyMar 14 Juil 2020 - 0:23

Ainsi donc, le mystérieux Natanael avait vécu un temps parmi les moldus. Voilà qui était intéressant, et étrangement honnête dans une période pareille. Toutefois, Neolina n’avait pas le même rapport que les britanniques à la frontière sorcière/moldue. En Roumanie, à l’Est globalement, la communauté sorcière fréquentait bien plus les moldus qu’ici et se fondait dans la masse en toute discrétion, la peur au ventre de se faire démasquer, mais c’était ainsi. Ici, tout était différent, chacun avait peur de l’autre… Elle le voyait bien dans son métier. Elle avait senti dans la voix de Natanaël une pointe de regrets d’avoir quitté cette vie, du moins c’était ce que son intuition lui dictait. Elle comprenait, un peu. « Leur monde est au moins aussi beau que le nôtre. Mais ça, peu de gens le voient. Comme c’est dommage de se limiter à une seule partie du monde quand on a la chance de pouvoir tous les visiter… » Car oui, les sorciers ne réalisaient pas à quel point ils étaient privilégiés, souvent. Les moldus ignoraient tout de leur vie, ne pouvaient pas goûter à ce à quoi ils avaient droit. Un peu de reconnaissance ne ferait pas de mal, un peu moins de condescendance. Il n’y avait qu’à écouter les conversations chez certains Oubliators, qui mettaient Neolina parfois en colère. « J’ai beaucoup fréquenté les moldus moi aussi. Certains sont même devenus mes amis… » continua-t-elle, un peu nostalgique. Comme il avait été difficile de leur mentir parfois. Comme elle aurait aimé leur montrer son monde de Neo. Mais c’était impossible, et elle le savait. Ils n’auraient pas été prêts à la voir telle qu’elle était.

La peinture l’intriguait plus qu’elle n’aurait pensé, et le monde autour semblait ne plus exister, bien qu’elle soit toujours consciente qu’elle était en charmante compagnie. Elle l’avait attiré à lui sans même le réaliser, sans même se demander si tout ça avait une quelconque forme d’intérêt pour lui. Mais Neo était comme ça, à laisser des éléments de son environnement l’embarquer un peu ailleurs. Toutefois, il lui partagea son impression, et elle laissa son regard couler jusqu’à lui, observant ses réactions. Natanaël ne semblait pas aussi réceptif qu’elle à cette forme d’art, tout attaché qu’il était à ses astres et au mouvement semblait-il. Peut-être était-il agacé qu’elle se soit ainsi arrêtée, alors ? « Rustre, mais pourquoi ? » Clairement, ça n’aurait pas été l’adjectif qu’elle aurait choisi pour le qualifier, même si elle le connaissait depuis peu. « C’est intéressant, que vous parliez de mouvement alors que vos si précieux astres semblent immobiles. Alors qu’ils sont peut-être morts depuis des années… » Mouvement invisible, vie invisible. Neo était habituée à tout ce qui se jouait sans se voir finalement, comme la grande douleur qui l’accompagnait au quotidien mais que personne ne pouvait déceler. Toutefois, elle espérait ne pas l’avoir vexé avec sa remarque, ce qui n’était pas du tout son intention. « Je trouve vraiment ça intéressant, je ne voulais pas … me moquer, vous savez. » Pourquoi se sentait-elle godiche à ce point, alors qu’elle n’aurait pas dû ?

Finalement, Natanaël lui tendit à nouveau le bras, et elle eut une légère hésitation après le moment de gêne qui avait précédé. Cette fois, il avait l’air tout à fait sûr de lui, son regard rivé dans le sien comme une ancre sous les flots. Elle s’y agrippa un peu, sans se noyer, à ses émeraudes comme à son bras. Quelque chose traversa son corps, mais elle ne sut pas vraiment quoi. « Où m’emmenez-vous, Natanaël ? » L’ivresse de la sensation fut vite remplacée par celle du transplanage. Mais le fait de transplaner impliquait une chose. L’atterrissage. Et Natanaël ne connaissait pas Neo depuis suffisamment longtemps pour savoir que sa maladresse était telle que si elle n’en était pas l’initiatrice, les chances que ça se passe bien étaient infimes. Surtout sur des pavés aussi mouillés que ses mèches. Mais elle avait bien voulu prendre le risque, allez savoir pourquoi.

1-2 - Échec, évidemment. Ses bottes déjà trempées glissèrent sur le pavé qui l’attendait à son arrivée, et paf. Le sortilège fut rompu, et la pluie battante les assaillit tandis que Neo était par terre, les fesses dans une flaque d’eau. Et flute ! Flute, flute, maudite maladresse ! « Je vous ai dit, catastrophe ambulante… » souffla-t-elle, lasse de sa propre attitude, ses mèches blondes collées sur ses joues. Le grand brun était lui aussi soumis aux affres de la pluie. « Je suis désolée, vous êtes à nouveau trempé... » Elle afficha un sourire légèrement gêné, et même si les gouttes brouillaient sa vue, elle ne pouvait que constater que la pluie ne faisait pas fondre le charme de cet homme.

3-4 - L’atterissage fut un peu catastrophique, sa botte gauche glissa mais heureusement, Natanaël la tenait fermement, ou alors c’était elle qui se cramponna suffisamment à son bras pour atterrir sans encombre. « Oups, je… Désolée. » Elle s’éloigna de lui, mais garda son bras calé contre le sien, sans savoir pourquoi. « Je disais donc, où allons-nous ? »


5-6 - Il ne fallait jurer de rien : atterrissage 100% réussi, avec presque une once de grâce. Neolina dégagea son bras de celui de Natanaël, mais resta proche pour qu’il profite toujours de son sort invisible. « J’aurais juré que j’allais glisser, mais il faut croire que les miracles arrivent ! » Son rire cristallin émergea parmi le son des gouttes de pluie sur les pavés. « Je vous laisse me guider alors ? » Son impatience se sentait légèrement dans sa voix. Qu'est-ce qui se passait exactement ?


Dernière édition par Neolina Siankov le Mar 14 Juil 2020 - 0:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6802
| SANG : Hasardeuse


So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyMar 14 Juil 2020 - 0:23

Le membre 'Neolina Siankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 66
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace
| SANG : Pur


So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyMar 11 Aoû 2020 - 20:31

ft. Neolina Siankov

So many books
so little time

Natanaël avait toujours vécu dans le secret. La dissimulation était devenue chez lui une seconde nature. Il n'était pas bien difficile de cacher vos pouvoirs à vos collègues moldus quand vous aviez pour habitude de vivre dans la clandestinité. Cela ne rendait pas l'exercice plus agréable pour autant. Ni le temps ni l'habitude ne lui avaient épargné la boule au ventre accompagnant la peur de voir vos mensonges voler en éclats. Aussi était-il parfois plus stratégique de choisir ce que vous souhaitiez cacher, plutôt que de vouloir trop en faire. Par exemple, en revenant parmi les sorciers, Natanaël avait préféré taire son passé danois plutôt que son temps chez les moldus. Une stratégie qui n'allait peut-être pas s'avérer être la plus payante, au vu du climat politique actuel ... Mais Neolina ne lui paraissait pas adepte des théories les plus extrêmes qui circulaient ces derniers temps. Il l'imaginait mal prôner la pureté du sang et la supériorité des sorciers sur les moldus. Mais peut-être que ses mèches blondes et ses paroles ouvertes d'esprit cachaient bien leur jeu ? Natanaël attarda une fois de plus ses yeux sur elle - un peu trop longtemps, peut-être. Non, il ne parvenait décidément pas à la trouver menaçante. Elle s'étonnait même qu'il se définisse comme un rustre.

Mais un rustre, il l'était et le savait. On peut tenter de camoufler ses erreurs sous autant de couches de peinture qu'on le souhaite, elles restent là, à la merci du conservateur curieux qui viendra gratter sous le vernis. Et Natanaël ne pourrait donc jamais faire disparaître le criminel qu'il avait un jour été. Peu importaient les murs qu'ils construisaient entre le monde et lui. C'était aussi pour cela qu'il n'avait jamais été sensible à l'art. Vestige de l'époque où n'avaient de valeur que les domaines qu'il pouvait infiltrer, s'approprier, souiller. La peinture n'en faisait pas partie. Mais il ne voulait pas contrarier Neolina, ou pire, l'effrayer d'un aperçu de cette sombre facette de lui. Il se contenta donc de répondre à sa question par un haussement d'épaules. Sa remarquer concernant les astres lui fit tout de même lever un sourcil. Une légère colère naquit au creux de sa poitrine, qu'il fit taire en un instant, aussi négligemment que l'on mouche la flamme d'une bougie.
- Qui dit immobile ne dit pas nécessairement mort, rétorqua-t-il en arborant son habituel air rêveur. Leur beauté réside justement dans leur apparente immobilité.
Même un rustre comme lui trouvait de la poésie - voire même du réconfort - dans l'idée que les astres qu'il voyait briller aujourd'hui s'étaient peut-être éteint des milliers d'années plus tôt. Comme un rappel que ce qui était beau pouvait marquer durablement le temps et l'espace. Durablement, mais pas infinemment. Ce qui le ramena à Neolina. Son temps avec elle ne serait pas infini - il était donc précieux.

Il espérait que ce transplanage impromptu n'allait pas l'effaroucher. Alors qu'en temps normal, il se fichait éperdument de repousser les autres, il se surprenait à vouloir garder Neolina proche. Ses pieds pivotèrent, le vide les aspira, pour les recracher une fraction de seconde plus tard sur les pavés humides d'une ruelle moldue déserte. Le brouhaha des piétons, quelques porches plus loin, indiquait que contrairement à leurs mystérieux pairs sorciers, les londoniens ne s'étaient pas laissé décourager par le temps maussade. Natanaël eut un discret sourire en coin. Les Moldus ne changeraient jamais : toujours pressés, toujours affairés. Le bras de Neolina se décrocha bien trop vite du sien à son goût, et son sourire se fana quelque peu. Même sa remarque sur sa maladresse ne parvint pas à le faire réapparaître. Malgré tout, le son de son rire sembla amener un peu de soleil entre les gouttes de pluie. A moins qu'il ne s'agisse seulement de son sortilège d'imperméabilité ?
- Je vous guiderai avec plaisir, répondit-il cordialement.
Sans commettre l'erreur de lui proposer une troisième fois son bras - le romantisme s'arrêtait là où l'insistance commençait - Natanaël se mit en route vers la sortie de la ruelle et la bruyante foule de Moldus qui s'y pressaient.
- En revanche, je crains que nous ne devions nous mouiller cette fois, indiqua-t-il juste avant qu'ils ne plongent dans le grand bain, avec un coup de menton vers sa baguette.

Il attendit qu'elle ait mis fin à son sortilège pour leur frayer un chemin sur le trottoir. La pluie avait beau s'être calmée, il sentait encore quelques gouttes froides venir couler dans son cou, comme un rappel régulier qu'ils avaient quitté le monde magique et ses commodités. Il marchait d'un pas ample et assuré, assez lent toutefois pour s'assurer que Neolina puisse le suivre. Il ne tenait pas à la perdre dans la foule londonienne. Quelques minutes de marche plus tard, ils étaient de retour dans une allée plus calme ; Natanaël put reprendre la parole sans craindre de voir son ton naturellement bas englouti par le grondement des voitures et les babillages de la foule.
- Je n'ai pas réussi à garder de contact moldus en quittant leur mode de vie - alors qu'ils étaient plus cordiaux que beaucoup de sorciers londoniens, confia-t-il en reprenant le fil de leur discussion précédente. Il sentait que leur attirance mutuelle pour le monde non magique était à la fois sincère et peu dangereuse à évoquer. Ce qui était bien la première fois depuis son retour dans la communauté sorcière. Il faut croire que leur monde et le nôtre sont plus distincts que l'on ne pourrait le croire.
Il obliqua dans une ruelle adjacente, craignit un instant que Neolina l'ait perdu, tendit la main vers son épaule pour attirer son attention ... et se ravisa à mi-chemin. Il n'était décidément pas très tactile. Et puis, la jeune femme n'était pas idiote, elle arrivait très bien à le suivre. Ses pas les menèrent jusqu'à la devanture discrète d'une librairie-salon de thé qu'il fréquentait souvent autrefois. L'université où il travaillait n'était d'ailleurs pas bien loin. Il croisa les doigts pour ne pas croiser d'anciennes connaissances, tout en s'effaçant devant Neolina pour lui laisser la primeur de découvrir le lieu.
- Après vous, s'inclina-t-il poliment, en tenant la porte ouverte.

Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 321
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyMer 19 Aoû 2020 - 5:50

Leur étrange alchimie les poussait à parler de choses qui confinaient presque à la poésie. L’écouter ainsi parler des astres, son sujet de prédilection semblait-il, la fascinait réellement, et elle serait bien restée longtemps pendue à ses lèvres s’il avait été un peu plus bavard. Elle faillit lui rétorquer d’un ton un peu joueur qu’il avait le don de se contredire, invoquant un temps le mouvement, repartant ensuite sur l’immobilité, mais s’abstint, se contentant de hocher la tête à la suite de sa phrase. « Et dans le fait qu’ils laissent une marque dans le ciel, même après leur disparition. » poursuivit-elle, allant dans son sens, espérant ainsi continuer à garder son attention, et son intérêt. Pourquoi cela avait-il tant d’importance à ses yeux ? Elle n’aurait su le dire.

Le transplanage s’était déroulé sans encombre. Elle en était vraiment étonnée, et jeta un coup d’oeil à ses pieds comme s’ils appartenaient à quelqu’un d’autre. Ainsi donc, il jouerait les guides. Une pensée imbécile lui vint, celle qu’elle aurait pu le suivre jusqu’au bout du monde. Les élans romantiques n’étaient vraiment dans ses habitudes, aussi fronça-t-elle les sourcils, se suppliant intérieurement d'arrêter de penser à pareilles sottises. Si ça continuait, elle allait finir par lâcher une bêtise tout haut, et le faire fuir. Sa spontanéité était une jolie qualité, certes, mais parfois aussi un bien vilain défaut. Retrouvant ses esprits, elle mit fin à son sortilège tandis qu’il l’appelait à la prudence en présence des moldus. Heureusement qu’il y en avait un pour penser pour deux dans ce duo incongru ! « Ca ne fait rien, on slalomera entre les gouttes. » Petite, en Roumanie, elle faisait ce jeu ridicule avec ses soeurs, d’essayer d’esquiver les averses en courant comme une folle. Courir sous la pluie faisait partie de ses plaisirs coupables, mais à son âge maintenant, il était difficile de s’autoriser un comportement aussi enfantin en public. Quelques gouttes tombèrent sur ses cheveux mi-longs, qui allaient sans nul doute onduler doucement après quelques minutes de marche.

Le silence fut leur compagnon de trajet un petit temps, tandis que la foule se pressait autour d’eux. Elle aimait le monde moldu, ce pas pressé qu’ils avaient car eux ne pouvaient transplaner, alors ils couraient après le temps. Milles et uns parapluies, bien visibles cette fois, les entouraient, tandis qu’ils affrontaient fièrement le mauvais temps, comme de bons londoniens. Finalement, la foule disparut, et Neo se surprit à apprécier d’être presque seule en la compagnie du charmant Natanaël, qui reprit le fil de leur conversation comme si cinq minutes, ou plus, ne s’étaient pas écoulées. Était-il aussi amoureux des moldus que des étoiles ? « Je comprends, les secrets ont parfois raison de quelques amitiés, c’est ainsi. » Le secret magique, ce sacro-saint mot qu’elle entendait toute la journée. Si seulement chaque partie avait fait preuve de tolérance, le monde n’en tournerait que plus rond. « Mais c’est un peu triste que la magie puisse éloigner les gens, alors qu’elle a tout en elle pour les rapprocher, non ? » Curieux discours de la part d’une Oubliator, certes. Mais Neo était un cas unique en son genre, préférant sélectionner un souvenir précis plutôt que ravager toute une journée. La magie ne devait pas détruire, jamais, encore moins de précieux souvenirs. Elle devait protéger, c’était ainsi qu’elle le voyait. Parce que c’était ce que Neo faisait, toujours, protéger les autres quitte à se faire mal elle-même. Elle appréciait en tout cas cette conversation, plus profonde qu’elle n’aurait du entre deux âmes qui venaient à peine de se rencontrer. Elle n’avait jamais cru au destin, ou à toutes ces bêtises qu’on se racontait pour justifier les choses qui arrivaient. Pour Neo, les choix que l’on faisait définissaient notre vie, et pas une force invisible. C’était parce qu'elle avait décidé de se rendre dans cette boutique, à cet instant, que l’étincelle de leur rencontre s'était créée, et rien d’autre. La chance alors ? Peut-être. Mais elle n’y croyait pas non plus. Elle aurait pu décider d’écourter la conversation, il aurait aussi pu s’éclipser après lui avoir donné son gentil conseil. Non, l’infime lien qui se tissait doucement résultait de leur envie mutuelle de se découvrir, sans qu’une explication rationnelle n’ait besoin d’être invoquée. Peut-être juste le besoin de deux âmes solitaires de trouver quelqu’un à qui parler, quelqu’un à écouter aussi.

Leurs pieds les menèrent finalement à une jolie devanture qui la séduisait déjà, comme le prouvait son grand sourire que les quelques gouttes de pluie ne pouvaient effacer. Elle lui lança un regard pétillant, tandis qu’il lui faisait une petite courbette polie en lui cédant le passage. Comment diable cet homme pouvait se considérer comme un rustre, alors qu’il avait tout l’attirail du parfait gentleman ? Un instant encore, elle se perdit dans ses yeux. « Merci… » répondit-elle en poussant la porte, où une petite clochette retentit. Il régnait dans le lieu une atmosphère chaude et réconfortante. Partout, des livres, dans un capharnaüm presque ordonné hallucinant. Des piles semblaient branlantes, mais tenaient bon, comme par… magie. Comme quoi les moldus savaient aussi la convoquer parfois. Les couleurs douces, mêlées au bois brut des tables, la firent se sentir comme à la maison. « Oh, c’est si… joli ! » Elle se retourna, vérifiant que Natanaël était bien derrière elle, sentant pourtant sa présence rassurante avant même de le voir. Ses cheveux étaient à nouveau imbibés de quelques gouttes d’eau qu’elle eut envie de sécher pour éviter qu’il n’attrape la mort. « Vous êtes Legilimens, c’est ça ? » lui dit-elle en fronçant les sourcils dans une moue qui se voulait méfiante. Son expression changea aussi vite qu’elle était apparue, ses traits se détendant pour retrouver son sourire de gamine. « C’est comme si vous aviez lu dans ma tête ce que mon coeur avait l’envie ! » Emerveillée, elle en oublia quelques bases d’anglais.

D’instinct, elle choisit une petite table dans un coin, et s’enfonça dans le fauteuil. L’endroit était si charmant que son regard se promenait partout, et parfois aussi sur les traits apaisants de Natanaël. Elle finit par arrêter ses rêveries, et se focalisa sur lui. Il était au moins aussi fascinant que l'endroit. « Vous venez souvent ici ? » Ce lieu lui allait bien, maintenant qu’elle l’avait en face de lui. Elle comprenait qu’il l’aime, était ravie qu’il lui ait fait part de ce petit secret bien gardé au détour d’une minuscule allée. « Il va falloir me conseiller… » admit-elle en regardant la carte du coin de l’oeil. « J’ai un affreux défaut : je ne sais pas me décider. » Oh oui, c’était si pénible que même elle parfois, ça la rendait folle. Sans même attraper le menu, elle choisit tout à coup une voie bien aventureuse. « Puisque vous semblez lire dans ma tête, je vous laisse commander pour moi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 66
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace
| SANG : Pur


So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyMar 25 Aoû 2020 - 20:28

ft. Neolina Siankov

So many books
so little time

Les secrets n'avaient pas eu raison que d'amitiés, en ce qui le concernait. Sa famille, son pays de naissance ... Il avait tout sacrifié à sa double vie. Tandis qu'il marchait aux côtés de Neolina, Natanaël pouvait laisser dériver ses pensées sans craindre, pour une fois, de s'y perdre. Car même quand elles s'éloignaient un peu trop du côté de son passé, elles finissaient toujours par revenir vers la jeune femme, comme si elle était une ancre rassurante dans la mer agitée de la réalité. Étrange pensée envers quelqu'un que l'on vient juste de rencontrer ... Mais elle ne lui laissa guère le temps de s'appesantir sur cette constatation.
- Je ne sais pas si la magie pourrait vraiment avoir à vocation de rapprocher les gens. Les sorciers restent des humains, avec les mêmes travers que les autres. Ils ont juste bien plus de pouvoir, et cela ne les rend que plus dangereux.
Voilà qui était bien sombre, pessimiste, même. Mais il était difficile de voir les choses différemment, quand vous reveniez dans le monde magique pour le trouver au bord de la guerre.
- La magie n'a pas rendu les sorciers moins meurtriers, moins cruels ... peut-être même tout le contraire, ajouta-t-il calmement - et en parfaite connaissance de cause.
Son visage avait conservé ce même air neutre, presque absent, qu'il arborait le plus souvent. Une expression à des années lumières des mots qu'il prononçait, comme si les maux des mortels ne pouvaient vraiment l'atteindre. L'espace de quelques instants, il détourna le regard pour venir rencontrer celui de Neolina, tellement plus vivant, tellement plus expressif. Un pavé glissant le rappela bien vite à l'ordre, et il reprit sa route vers la librairie.

Un couple de londoniens les doubla ; il songea que si, par hasard, ils avaient capté quelques bribes de leur conversation, alors elle devait leur paraître bien étrange. Une chance pour eux, les Moldus avaient une incroyable capacité à rationaliser les choses - ajoutez à cela le célèbre flegme anglais, et vous comprendrez qu'ils ne risquaient pas de révéler le secret magique par une simple discussion. De toute manière, ils arrivaient à destination. Et il était temps, car la pluie ne s'était pas calmée. Loin de slalomer entre les gouttes, les deux sorciers n'avaient pas fait mieux que les Moldus autour d'eux : ils étaient aussi trempés l'un que l'autre. Même fine, la bruine londonienne avait cet indéniable talent pour imbiber vos vêtements aussi sûrement que s'ils étaient tombés dans un lac. Mais Natanaël n'avait jamais été dérangé par un peu de pluie, et faisait facilement abstraction des gouttes qui dégoulinaient dans son cou. Toutefois, il était autrement plus difficile d'ignorer celles qui brillaient sur le visage de Neolina, qui faisaient onduler ses cheveux clairs, et ... Il détourna son regard, qui s'était fait bien trop insistant. A quoi pensait-il, au juste ? En le dépassant pour entrer dans la minuscule boutique, elle ne put heureusement pas voir ses joues rosir légèrement. Le temps qu'il la suive, il avait repris contenance ; quand la porte claqua derrière lui, son teint avait repris son habituelle couleur pâle.

Une pâleur qui allait cependant être mise à rude épreuve, tant l'enthousiasme de Neolina était attendrissant. Natanaël l'observa tandis qu'elle admirait les petites tables perdues entre les épais fauteuils, les livres aux couvertures multicolores entassés çà et là, sur des comptoirs, des étagères, ou juste à même le sol. Il savait ce qu'elle ressentait ; lui aussi était tombé amoureux de ce désordre ordonné, saupoudré de calme et de confort, la première fois où il avait mis les pieds ici. Elle se tourna vers lui, et la chaleur qui naquit au creux de sa poitrine n'avait rien à voir avec la tiédeur de la pièce. Elle était d'ailleurs bien plus difficile à ignorer. Il dut se retenir de ne pas tendre la main pour dégager de son visage les mèches que la pluie y avaient collé.
- Je ne suis pas ... commença-t-il à répondre, soudain sur la défensive, quand elle évoqua des dons en légilimancie. Mais il se tut aussi vite. Les yeux de Neolina pétillaient de bonheur, et il comprit que son accusation n'en était pas une. Bonheur, angoisse, soulagement ... Cette jeune femme faisait décidément naître en lui des émotions qu'ils ne s'étaient pas autorisées depuis longtemps.
Docile, il la suivit quand elle trottina vers un coin de la pièce. Plus que jamais, il paraissait démesuré dans cette boutique basse de plafond. Par deux fois, il dût baisser la tête pour éviter des pots de plantes fixés à des poutres ; chaque enjambée était prudente de ne pas renverser un tas de livres ou une théière décorative. Il s'assit en face de Neolina, qui avait quasiment disparu dans le large fauteuil qu'elle avait choisi. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire involontairement attendri.
- Je venais souvent. Généralement seul, ajouta-t-il sans trop savoir pourquoi. J'en ai perdu l'habitude en revenant au monde magique. Peut-être pour ne pas cultiver de nostalgie, songea-t-il à voix haute.
Il haussa les épaules, se concentra plutôt sur Neolina, qui paraissait batailler avec la carte des menus. Ainsi donc, elle était une indécise ? Alors que ce genre de trait l'aurait agacé chez un autre, cet aveu ne parvint pas à lui faire perdre son sourire. A son tour, il saisit la carte, et se perdit de bon cœur dans ses méandres.

Clairement, ce serait un thé. Il ne se voyait pas proposer un café à une Neolina qui trépignait déjà au fond de son fauteuil. Surtout que l'établissement était plus réputé pour ses infusions de plantes que pour sa caféine. Alors oui, mais quel thé, justement ? Le choix était vaste ... Jusque là absorbé par sa lecture, il releva les yeux vers la jeune femme, croisa les siens. En quelques secondes, son choix était fait. Lorsque la serveuse arriva, il ne prit pas la peine de prétendre hésiter. Il commanda un Earl Grey pour lui, et un thé vert agrémenté de nashi et de yuzu pour Neolina. Le nashi pour la douceur et la complexité. Le yuzu pour la pointe d'énergie, le côté solaire. Il se garda bien toutefois de préciser les raisons de son choix. Il détourna son regard de la serveuse qui s'éloignait déjà pour revenir vers elle.
- J'espère que vous ne regretterez pas de m'avoir laissé choisir. Heureux que le lieu vous plaise, en tout cas.
L'exercice avait été ardu, mais pas inintéressant. Il aurait presque été curieux de savoir ce qu'elle aurait choisi pour lui. Mais c'était le genre de risque qu'il n'était pas encore prêt à prendre. Leurs thés arrivèrent bientôt, et il se saisit du sien avec un soupir d'aise.
- Rien ne vaut un bon thé lors d'une journée pluvieuse, vous ne pensez pas ? Surtout accompagné d'un bon livre, ajouta-t-il en laissant courir son regard sur les montagnes d'ouvrages qui les entouraient.

Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 321
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina EmptyDim 20 Sep 2020 - 4:43

On ne pouvait pas dire que la roumaine tombait amoureuse facilement, loin de là. Des personnes, en tout cas. L’amour était une chose qu’elle avait laissé de côté désormais, un doux désastre dans lequel elle n’avait plus tellement envie de s’embarquer. Pire, qu'elle craignait de revivre. Mais pour ce qui était des lieux, des moments, des choses, son petit coeur craquait souvent. Et dans ce magnifique endroit, Neolina ressentait une douce émotion l’envahir. Elle sut à l’instant même où elle avait franchi la porte qu’elle viendrait souvent s’y inviter pour y chercher du bien-être, parfois peut-être même du réconfort. Seule, ou en aussi charmante compagnie qu’aujourd’hui, ça, seul l’avenir le lui dirait.

Enfoncée dans le fauteuil tellement moelleux qu’en se levant, elle y laisserait la trace complète de son corps, Neolina observait Natanaël avec attention. Le calme du lieu, l’éclairage flatteur, lui permettait de se rendre compte, mieux que dans la librairie où en marchant même, de la beauté de ses traits. Il lui était toujours un peu difficile de ne pas se laisser distraire par les gouttes d’eaux dans ses cheveux d’ébène, tout comme il était dur de ne pas se perdre dans ses grands yeux ou sur ses lèvres. Non, Neolina ne tombait pas facilement amoureuse. Elle n’en restait pas moins une femme, et une femme qui savait voir en chacun la beauté qui se cachait. Et parfois, elle était extérieure, on ne pouvait le nier. C’était la première fois, depuis leur étrange rencontre, qu’elle le réalisait réellement.

Sa voix l’extirpa de ses pensées. Elle y décela une pointe d’accent, mais n’aurait su dire d’où, et ne se permettrait pas ce genre de curiosité. En tout cas, elle appréciait que la conversation soit devenue un peu plus badine que le sujet des moldus, sorciers, magie et compagnie, qui n’avait pas été achevé car ils étaient arrivés devant la petite boutique. Non pas que la question n’était pas passionnante, juste un poil sérieuse pour une première fois, non ? Mais Natanaël semblait bien sérieux, même quand il répondit à sa question. Neolina connaissait assez la mélancolie pour savoir la reconnaître, même si elle s’interdisait de trop y sombrer. Elle opina doucement en l’écoutant. « J’ai l’impression qu’on ne se sent jamais vraiment seul ici… » La chaleur du lieu, les milles et unes histoires qui les entouraient dans ces pages, ces livres. « Il n’y a qu’à tendre le bras pour se trouver un compagnon imaginaire après tout ! » Son rire se fit à nouveau entendre, aussi doux que l’atmosphère ambiante.

Tandis que Natanaël semblait accepter l’idée de commander pour elle, Neo en profita pour l’observer plus en détail alors qu’il se perdait dans la carte. Il semblait indéchiffrable, mystérieux, recelant de milles et uns secrets. Ce qui aurait pu paraître effrayant pour beaucoup ne l’était pas pour elle. Chacun sa vie. Chacun son histoire. Quand son regard d’un vert brillant croisa le sien, elle eut l’impression d’être pris en flagrant délit, mais lui adressa un sourire franc en guise d’excuse. La serveuse, fort heureusement, fut une distraction suffisante pour éviter que Neo ne se sente gênée. En l’écoutant commander, elle réalisa que c’était sans doute la meilleure idée du monde car elle ne n’s’y connaissait pas assez en thé. Elle aurait juste commandé… et bien, du thé s’il vous plait ! L’amoureux des astres, lui, semblait maîtriser le sujet. Aussi, sa remarque l’amusa. « Je ne m’embarrasse jamais de choses comme les regrets, encore moins pour un thé ! » C’était si vrai, si sincère. « Mais je suis certaine que ça sera délicieux. Et puis, j’aime découvrir de nouvelles choses. Le yuzu par exemple… Ça sera une première ! » Si son accent n’était pas une preuve suffisante sur le fait qu’elle n’était pas anglaise, son manque de connaissance au niveau de la boisson nationale laurait largement trahie.

Leurs boissons arrivèrent bien vite, et les effluves des infusions ajoutèrent un charme supplémentaire au moment qui n’en avait pourtant pas besoin. Habituée à se brûler la langue par impatience, cette fois, Neo ne fit pas l’erreur et attendit un peu, respirant avec délice les vapeurs chaudes qui émanaient de sa tasse, yeux clos. « Je commence tout juste à découvrir les vertus du thé… Il va falloir que je me fasse à ce rituel je crois. » Pourtant, qu’est-ce qu’elle aimait le café ! « Mais j’aime assez l’idée de revivre de pareils moments à l’avenir. » Parlait-elle du lieu ? Du thé ? Du fait de partager un moment avec lui ? Les trois, peut-être. Sûrement. Elle ne savait pas encore alors que cet énigmatique inconnu allait prendre une grande place dans sa vie. Et que cette journée n’était que le début de quelque chose qui ne demandait qu’à naître. Quelque chose que, pourtant, elle essayait d’éloigner de sa vie. Mais la vie, parfois, vous imposait des choses. Et Neolina n’était pas du genre à ne pas saisir les occasions. Voilà pourquoi elle passa sa fin d’après-midi à parler de tout et de rien avec le beau Natanaël, buvant ses paroles tout autant que son thé, aussi délicieux que leur conversation.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty
MessageSujet: Re: So many books, so little time ▬ PV Neolina So many books, so little time ▬ PV Neolina Empty

Revenir en haut Aller en bas

So many books, so little time ▬ PV Neolina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Empty Storytime [PV Gak' & Eva] [Hentaï Page 2&3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-