GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'octobre de la Gazette des sorciers !
-24%
Le deal à ne pas rater :
Grosse réduction sur la TV LG OLED77CX 77″ OLED 4K UHD (modèle ...
3799 € 4999 €
Voir le deal

Partagez

Moi, le chanteur | Biographie de Stubby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 523
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Empty
MessageSujet: Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Moi, le chanteur | Biographie de Stubby EmptySam 20 Juin 2020 - 19:03


★ Chronologie ★


★ AVANT LA NAISSANCE DE STUBBY ★

1er Septembre 1939 : L’Allemagne Nazie envahit la Pologne. Le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre.
1940-1941 : Le Liban est sous l’autorité du régime de Vichy. James Boardman, soldat anglais sur le front sorcier, rencontre Ayla Shahadi. Ils s’éprennent l’un de l’autre.
  - 02 juin 1941 : Ils s’unissent par les liens du mariage à la hâte.
 - 14 juillet 1941 : Dans l’incertitude de la situation géopolitique, James emmène Ayla au Royaume-Uni pour la protéger.


★ 1943 – 1954 : DEBUT DE VIE ★

05 août 1943 : Naissance de Stubby Boardman à Cambridge.
Décembre 1944 : Mort de James Boardman au front.


★ 1954 – 1961 : SCOLARITE A POUDLARD ★

Eté 1955 :11-12 ans, Mariage d’Ayla avec Jagur Ghazi. Déménagement à Londres.
Octobre 1956 : Ouverture du commerce du couple Ghazi.
Juin 1956 : 13 ans, premiers cours de musique de Stubby.
13 janvier 1957 : 14 ans, naissance d’Anna Ghazi, demi-sœur de Stubby.


★ 1961 – 1964 : A LA RECHERCHE DU SUCCES ★

Mars 1962 : 18 ans, il commence à travailler comme vendeur dans un magasin de vêtement sorcier.
Décembre 1962 : 19 ans, formation des Croque-Mitaines.
Janvier 1963 – Mai 1964 : 19-21 ans, les Croque-Mitaines se produisent sur des petites scènes de bar et de café et souterraines.
Avril 1964 : Stubby débute une relation avec XXX.
Mai 1964 : 21 ans, les Croque-Mitaines se font repérer par un producteur.
Juillet 1964 : succès colossal au Royaume-Uni du premier single du groupe : The Muggle Next Door.



★ 1964 - … : EDGE OF GLORY ★

Octobre 1964 : Sortie du premier album des Croque Mitaines : I’m Mr. Nobody. Gros succès commercial.
Décembre 1964 : Les visages des Croque-Mitaines dévoilés au grand public pour la première fois. Parution dans tous les magazines (dont Sorcière Hebdo) et dans la Gazette.
1965 : Première tournée dans tout le Royaume-Uni.
Juin - Septembre 1966 : Road trip aux États-Unis pour apaiser des tensions internes au groupe.
Février 1967 : Les Croque-Mitaines s’exportent outre-Manche et outre-Atlantique avec le titre Evangeline (chanson d’amour).
Avril 1967 : Rupture avec XXX.
Année 1968 : scandales à répétition.
  - Janvier : Le nouvel an chez les Croques-Mitaines : une soirée qui part en cacahuète. Sullivan Taylor retrouvé ivre sur la voie publique. Whisky pur feu, pèteuforik, poudre de lune...
  - Janvier bis: Holy secret : des paroles indécentes ? Les Croque-Mitaines pervertissent la jeunesse !
   - Février : Charlie Lowe, un suprématiste du sang-pur ?
   - Mars : Stubby Boardman accusé d'être un tyran : plusieurs sorciers s'expriment.
1971 : Stubby débute une relation avec YYY.
1972 : Rupture avec YYY.

A suivre...



(Note: cette chronologie est susceptible d'être quelque peu modifiée)
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Dernière édition par Stubby Boardman le Mer 4 Nov 2020 - 0:48, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 523
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Empty
MessageSujet: Re: Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Moi, le chanteur | Biographie de Stubby EmptySam 20 Juin 2020 - 20:06


★ La Discographie des Croque-Mitaines ★

(Avant-propos : ceci est une discographie participative. Si vous avez une idée de chanson qu'auraient pu faire les Croque-Mitaines, que vous en évoquez une dans un rp, n'hésitez pas à m'en faire part pour que je l'ajoute dans cette liste.)

ALBUM N°1 : I'm Mr. Nobody (1964)
Premier album des Croque-Mitaines. A été un énorme succès. Le public s'est retrouvé dans les sujets de la banalité abordés sur des airs entraînants.
- n°1 : I'm Mr. Nobody
- n°2 : The Muggle Next Door
Premier grand succès des Croque-Mitaines. Raconte une histoire d'amour adolescent déçue avec une moldue qui était la voisine de palier du narrateur.
- n°3 : The Magicobus at 3am

ALBUM N°2 : A dash of Purple Spells (1966)
- n°3 : Papaya Split
LE tube de l'été 1965. Chanson très répétitive et pep's.
- n°4 : ???? (ft. Space Girls)
- n°5 : Up to the moon
N'a été performé sur scène que trois fois dans l'histoire du groupe. Il est réputé quasi-impossible autant à jouer qu'à chanter. La rumeur dit que la voix de Stubby Boardman, tellement qu'elle montait dans les aiguë, a brisé des verres lors des performances.

ALBUM N°3 : ???? (1968)
- n°1 : Friends Forever
- n°2 : Evangeline
Chanson par laquelle les Croque-Mitaines se sont exportés à l'étranger. Suggère une histoire d'amour aux contours malsains. Texte par Desmond Lowe. Stubby dit détester cette chanson. A créé beaucoup de conflits entre Desmond et Stubby, la chanson faisant directement référence à la relation dans laquelle se trouvait le chanteur.
- n°3 : Holy Secret (E*)
Chanson ayant fait scandale à sa sortie pour des propos à tendance sexuelle à peine dissimulée.

ALBUM N°4 : ???? (19??)
Un critique musical écrit :  « Les Croques-Mitaines font du Croques-Mitaines, ils ne nous surprennent plus. » Par cet album, le groupe répond directement à ce genre de critiques de plus en plus nombreuses en faisant de la surprise le thème central.
- n°1 : ???? (ft. Buzzsticks)
- n°2 : A polyjuicy song
Une musique pendant laquelle les Croque-Mitaines se sont amusés à inverser les rôles. Ainsi, Stubby n'y chante que très peu, en a écrit une grande partie des paroles et est au piano.


ALBUM N°5 : 10th Anniversery (1974)
Célèbre le dixième anniversaire du premier album des Croque-Mitaines.
- n°1 : 1964
- n°2 : Somebody
Une reprise du titre I'm Mr. Nobody.
- n°3 : Dear young wizard
Un single feel good encourageant les jeunes à être eux-même et à croire en leurs rêves. Ils s'adressent à leur eux adolescents.

ALBUM N°6 : : ???? (197?)


ALBUM N°7 : ???? (En cours)
n°1 : Lumos in the Dark
Chanson sur l'espoir en temps de guerre. Grand succès de l'année 1978.
Dernier titre en date : You're the witch that I want (Juillet 1978)


(*E = Explicit)
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Dernière édition par Stubby Boardman le Sam 17 Oct 2020 - 1:41, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 523
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Empty
MessageSujet: Re: Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Moi, le chanteur | Biographie de Stubby EmptySam 4 Juil 2020 - 19:28


Décembre 1954 - 11 ans | Un changement de vie ?


« Et tu vois, le Professeur de défense contre les forces du mal, je l’aime pas lui, nous a menacés de nous envoyer dans le bureau de Dippet ! Tu te rends compte ! Pour une bombabouse ! Y’avait rien de méchant quoi…  Heureusement y’a le Professeur Dumbledore qui est intervenu et on a juste perdu 10 points pour Gryffondor ! » racontait Stubby avec enthousiasme, assis en tailleur sur sa chaise.
« Et tu es satisfait de toi ? »
« Baaaah c’est mieux que les dix heures de colle… »
Ayla écoutait son fils parler avec une tendresse fatiguée toute maternelle. Il était rentré à Poudlard pour la première fois en Septembre. Du haut de ses onze ans, cet enfant avait bien trop d’énergie. Elle le regardait manger son plat avec un appétit de lionceau affamé, cherchant le moment opportun pour lui annoncer la nouvelle. Quand elle vit qu’il était déjà prêt à raconter autre chose, elle l’interrompit. De toute évidence, il n’allait pas y avoir de bon moment.
« Dis-moi… Tu aimes bien vivre tout seul avec maman ? »
Stubby lui lança un regard, comme si elle lui avait demandé la définition de « mansuétude » ou « chattemite ». Il avait toujours vécu avec uniquement sa mère, n’avait jamais été à l’école auparavant, avait toujours vécu dans le même quartier avec les mêmes gens. Ils n’avaient même pas la télévision, juste la radio. Comment pouvait-il s’imaginer, à son jeune âge, vivre une autre vie ? Déjà depuis sa rentrée à Poudlard, toutes ses connexions nerveuses étaient en éveil, il était dans un constant état de surexcitation provoqué par tant de stimuli nouveaux.
« Euh… ça dépend avec quoi tu comparerais ça… Si tu me dis qu’à partir de demain, je vais vivre tout seul dans une grotte sans électricité, je risque de faire un peu la gueule… »
« Langage. »
« Mais si tu me dis qu’on va vivre tous les deux dans un grand château avec des serviteurs et un majordome… C’est ok pour moi. »
Ayla lâcha un petit rire amusé… Mais aussi un peu désespérée. L’annoncer n’allait pas être facile. Stubby s’était arrêté de manger pour l’écouter.
« Stubby… Je pense que tu es assez grand maintenant pour comprendre que la vie est faite de changement… Ca peut être perturbant au début mais on s’y fait rapidement et on finit par en retirer beaucoup de positif. »
« Je te suis pas… Qu’est-ce que ça veut dire ? »
« Je ne t’en ai pas parlé parce que je savais pas comment te le dire… Et tu semblais avoir l’esprit déjà très occupé par ta rentrée à Poudlard… Depuis quelques mois, je vois quelqu’un. »
« Voir quelqu’un… ? U-un homme ? »
Elle acquiesça.
« Il s’appelle Jagur. Ne t’en fais pas, il est très gentil, c’est une bonne personne. Très droite, très travailleuse. Il a un fils qui a à peu près ton âge, il est aussi à Poudlard. Georges. »
« Mais ça veut dire que toi et lui… allez vous marier ? »
« Je ne sais pas, on verra où cela nous mène. Mais j’estime que c’est assez sérieux pour que je t’en parle dès maintenant. Si cela devait arriver, on emménagerait avec eux. »
Stubby était tout perturbé à cette nouvelle. Il ne savait pas du tout ce qu’il ressentait. C’était trop d’informations d’un coup.
Quelques jours plus tard, il rencontra son futur beau-père et son futur demi-frère. Cela le rassura. Ils avaient l’air sympas. Tout allait bien se passer, n’est-ce pas ?


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 523
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Empty
MessageSujet: Re: Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Moi, le chanteur | Biographie de Stubby EmptyMer 16 Sep 2020 - 3:56


Juillet 1959 - 15 ans | Coming Out


C’était un début d’après-midi d’été. Il pleuvait dehors. Stubby, allongé sur le dos dans son lit, fixait le plafond, le regard vide d’ennui. Georges, son demi-frère de deux ans son aînés et qui occupait le lit d’à côté, lisait une bande dessinée avant de s’interrompre dans sa lecture, se mettant à son tour à fixer le plafond.
« Je crois que je vais sauter le pas avec Suzanne. »
« Hein ? » Stubby tourna son regard vers lui. « La fille de l’autre soir ? Elle est d’accord ? »
« T’inquiète, je gère. » Silence. « Du coup je me demandais si c’était possible que tu… »
« M’éclipse le temps d’une après-midi ? »
« Ouais, je te revaudrai ça. »
« S’tu veux. »
Déserter l’appartement quelques heures ne le dérangeait pas. Il allait bien trouver quelqu’un pour lui tenir compagnie. Un nouveau silence s’installa.  Les choses étaient simples entre Stubby et Georges. Ils ne se prenaient pas la tête. C’était bien comme ça.
« Et toi, c’est quand que tu ramènes une fille ? »
Le concerné lâcha un rire jaune. Du haut de ses quinze ans, bientôt seize ans, il n’avait eu qu’une seule petite-amie à Poudlard. Et cela avait duré trois mois. « Ne te moque pas de moi. »
« Je me moque pas. Tu sais à l’anniversaire de Justin, y’avait cette fille qui était à fond sur toi. Lucy ! C’est l’été, profite. T’es pas obligé d’être fou amoureux pour profiter avec elle. »
Etait-ce ce que n’importe quel autre garçon aurait fait ? Profiter du béguin d’une fille pour obtenir ses faveurs ?
« Et si j’en ai pas envie ? »
Georges haussa les épaules.
« Je suggère juste. T’en fais ce que tu veux. Mais y’a pas genre une nana qui te plait ? »
Il avait toujours constaté avec amusement que son demi-frère avait son petit succès, facilement compréhensible et explicable, auprès des filles de son âge. Mais cela avait toujours semblé lui passer complètement au-dessus de la tête. Comme si aucune d’entre elle n’était digne de son attention.
« Et s’il n’y en a pas une pour me plaire ? »
« Baah… ça viendra avec le temps. »
« Et si les filles ne m’attiraient juste pas ? »
Georges n’en eut pas plus besoin pour comprendre. Stubby gardait les yeux rivés au plafond, redoutant sa réaction à cette confession spontanée. Il y eut, de nouveau, un long moment de silence. Au fond, est-ce que cet aveu surprenait Georges ? Pas vraiment. Est-ce que cela changeait vraiment quelque chose ? Certainement que non.
« Et qu’est-ce que tu penses de Thomas ? Beau garçon, hein ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 523
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Empty
MessageSujet: Re: Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Moi, le chanteur | Biographie de Stubby EmptyLun 28 Sep 2020 - 13:25


Chapitre I | L'enfance

J’ai grandi dans la banlieue de Cambridge. Vous voyez, celle des pauvres. Ma mère m’y a élevé toute seule. Nous habitions dans une de ces maisons reliées à d’autres en de parfaites rangées se faisant face avec des façades en brique. Dans ces maisons, quand ton voisin d’à côté se mouchait, tu étais le premier à en être informé. L’intérieur était minuscule. Le salon, c’était aussi la salle à manger, la cuisine, une chambre et la salle de bain. Par chance, il y avait une seconde pièce pouvant faire office de deuxième chambre ou de salle de bain si tu tenais à ton intimité – fallait juste déplacer la grosse bassine. Mais elle n’était pas chauffée. A moins que tu n’ouvres la porte pour laisser entrer la chaleur de la pièce principale qui émanait du vieux poêle. Yep. J’ai vécu là jusqu’à mes douze ans. Avec ma mère, nous n’étions pas si mal lotis. Tous les logements se ressemblaient et faisaient la même taille. La plupart des voisins s’entassaient au minimum à quatre dans ces maisons. A deux, c’était vivable même si je prenais beaucoup de place. Ah, et si vous vous posez la question… Les toilettes, c’était au fond du jardin.

Je n’ai jamais connu mon père. Il est mort à la guerre. Ma mère ne m’en a jamais vraiment parlé. En tant que veuve, mère d’un enfant et étrangère, vous vous doutez bien qu’elle peinait à joindre les deux bouts. Pour gagner de l’argent tout en pouvant s’occuper de moi convenablement, elle s’occupait du linge des gens qui avaient les moyens. Elle faisait la blanchisserie et les retouches. Pendant qu’elle travaillait, elle me faisait faire des exercices de mathématiques, de lecture et d’écriture. Elle faisait de son mieux pour m’instruire toute seule. Mais j’étais un enfant difficile. J’étais très fâché contre elle car elle n’avait pas voulu m’envoyer à l’école avec mes copains. Elle craignait que ma nature de sorcier n’y fasse pas bon ménage. Je faisais de telles crises qu’elle en venait à s’isoler pour pleurer parfois. Quand ça arrivait, je me sentais soudainement si mal. Elle faisait de son mieux, après tout.
J’ai eu beaucoup de difficulté à apprendre à lire et à écrire. D’abord parce que je préférais jouer plutôt que de travailler. Puis parce que ma mère elle-même ne savait pas bien parler anglais. A vrai dire, on a appris presque en même temps les subtilités et l’écriture de la langue de Shakespeare. C’était une nécessité absolue que je sache lire et écrire pour quand j’allais entrer à Poudlard. A neuf ans, j’avais encore énormément de mal à lire, là où c’était plutôt bien maîtrisé par les autres enfants.

Les week-ends et les fins d’après-midi, je les passais à jouer avec les garçons de mon âge. Des moldus. Nous jouions à plein de jeux. A cache-cache, à la balle aux prisonniers, à l’épervier – j’étais le meilleur… L’été, des grands – ils avaient quatorze ou quinze dans – nous emmenaient au lac pour qu’on s’y baigne. On se mettait alors tous en sous-vêtements et on faisait de grands sauts, faisant le concours de qui allait faire le plus gros « SPLASH » et se moquant de ceux faisant des plats. J’avais beaucoup de copains. Mais j’avais toujours eu le sentiment d’être en décalage, de ne pas être complètement des leurs. Déjà, je n’allais pas à l’école avec eux et ça jouait beaucoup. Aussi, je leur cachais des choses et ils le sentaient certainement – les enfants sont intelligents. Puis, j’avais déjà des aspirations plus élevées qu’eux. Souvent, on se battait. Ca arrive pas mal entre garçons. Mais la plupart du temps, quand il y avait une discorde, j’y étais impliqué. On disait que je prenais trop de place.

Quand j’ai commencé à savoir me gérer tout seul – entendez par là ne pas me laisser mourir de faim ni faire exploser la maison, ma mère a commencé à travailler à l’usine pour gagner plus d’argent. Quand elle rentrait, elle était toujours très fatiguée mais elle continuait à s’occuper de moi avec dévouement et à faire des travaux de retouche pour arrondir les fins de mois. Et quelques mois plus tard, j’ai reçu ma lettre pour Poudlard. J’étais si heureux ! Je n’avais jamais plus attendu quelque chose que ça. J’ai alors fait ma première année. Ce changement majeur dans ma vie n’arriva pas seul. Il s’accompagna, à quelques mois d’intervalle, de l’annonce d’un mariage et d’un déménagement imminent à Londres. Mais ça, c’est une autre histoire.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 523
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Empty
MessageSujet: Re: Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Moi, le chanteur | Biographie de Stubby EmptyJeu 1 Oct 2020 - 1:06


Chapitre II | L'adolescence - Part 1

En entrant à Poudlard, j’ai été réparti à Gryffondor. J’en étais très heureux. Lors de mes premières semaines de cours, j’avais l’impression de vivre un rêve éveillé. Le château était tellement immense et magique, avec un confort que je n’avais jamais connu. C’était comme si de gueux, j’étais passé à roi. Je m’y suis fait rapidement beaucoup d’amis. Pour la première fois de ma vie, j’avais le sentiment d’être à ma place. Je n’étais pas l’élève le plus studieux ni le plus discipliné. Je n’avais pas vraiment de facilité, j’étais même en retard par rapport aux autres. Je n’avais pas le niveau – et c’était devenu un complexe pour moi. Au-delà de ça, je n’avais juste que très peu d’intérêt pour le savoir théorique. Je voulais apprendre à faire de la magie, un point c’est tout. J’ai eu le droit à bons nombres de retenues. Et je l’acceptais plutôt facilement. La plupart du temps, je les méritais. Certaines, je les voyais comme des trophées que je brandissais avec fierté et orgueil. C’était le prix de la gloire et j’aimais me faire remarquer.

A toutes les vacances scolaires, je rentrais chez moi. Je retrouvais alors ma mère avec joie. Parce que je demeurais très attaché à elle. Comprenez, elle s’était occupée de moi pendant toute mon enfance et était mon pilier. J’étais heureux de retrouver une certaine routine auprès d’elle. Mais bien assez vite, lors de mes premières vacances de Noël, elle m’annonça qu’elle fréquentait un homme et que c’était plutôt sérieux. Du haut de mes onze ans, j’étais tout retourné par cette annonce. J’avais du mal à réaliser la chose. Quelques jours plus tard, je rencontrai cet homme et son fils, de deux ans mon aîné. Quelques mois plus tard, à l’été, ils devenaient mon beau-père et mon beau-frère aux yeux de la loi. Dans la foulée, nous avons déménagé à Londres.
Nous habitions dans un appartement au deuxième étage d’un immeuble. C’était un quartier un peu classe. J’imagine que les loyers devaient être assez exorbitants. Ce qui expliquait certainement pourquoi le logement dans lequel nous vivions était assez étroit. Néanmoins, chaque pièce avait sa fonction propre et je n’avais pas à partager ma chambre. Ou en tout cas pas encore. Une chose était sûre, ma mère n’aurait jamais pu espérer habiter dans un tel appartement dans un tel quartier dans une telle ville si elle était restée célibataire. A l’époque, il y avait énormément de choses que je n’avais pas compris sur cette union avec cet homme. Comme ma mère, il était veuf, parent d’un garçon et libanais. Je comprenais alors au moins comment un rapprochement avait pu se faire. Mais ce n’était pas un mariage d’amour. Et ça, je ne le voyais pas. Ils s’appréciaient sans aucun doute, et peut-être que l’amour n’était venu que plus tard, mais ce n’était pas ce qui avait motivé leur mariage. Ma mère avait besoin d’argent, et mon beau-père était infiniment plus stable et solide financièrement. De plus, une mère célibataire, c’était très mal vu dans la société. De même que mon beau-père avait besoin d’une femme. Vous voyez ? Avant le mariage, mon beau-père était propriétaire d’un commerce qu’il avait vendu pour en ouvrir un nouveau avec ma mère. Ce commerce, il était situé juste en bas de l’appartement. C’était un pressing et une retoucherie. Il a très rapidement commencé à être plutôt fructueux – principalement parce qu’il n’y avait que peu de concurrence. Et ma mère et mon beau-père ont très vite eu une bonne réputation malgré leur origine étrangère. Les riverains les disaient très polis et travailleurs, les opposants aux « autres canailles étrangères ». On ne volait pas sur des balais en or non plus, mais on s’en sortait largement.

De mon côté, je découvrais un tout nouveau monde. J’étais tellement impressionné par tout ce qui m’entourait. La ville, les bâtiments, les gens… C’était un monde que j’allais adorer autant qu’il allait toujours me rappeler où je me situais sur l’échelle sociale. Londres était une ville très inspirante pour moi. C’était une période à laquelle je commençais à réellement me soucier de mon image. Parfois au grand désespoir de ma mère et mon beau-père qui n’approuvaient pas toujours mes choix stylistiques. Le premier ayant été de me laisser pousser les cheveux que, jusque-là, ma mère coupait tout le temps pour qu’ils soient plus faciles à coiffer et que mes boucles soient moins apparentes. Mais mes boucles, j’en étais fier.
Et c’était justement à cette époque que j’entamais ma puberté. A vrai dire, mon adolescence ne fut pas une période particulièrement difficile. Elle l’était surtout pour les autres. Mais ça, c’est une autre histoire.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 523
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Empty
MessageSujet: Re: Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Moi, le chanteur | Biographie de Stubby EmptySam 7 Nov 2020 - 15:35


Chapitre III | L'adolescence - Part 2

J’étais un adolescent odieux. Pour de multiples raisons. Tout d’abord, j’avais du mal à accepter l’autorité de ce tout nouveau père. C’était la première fois que je faisais face à une autorité paternelle et masculine dans le cadre familial. Mon beau-père était un homme rigide et strict et cela ne pouvait en aucun cas être compatible avec mon besoin de liberté. Très vite, des tensions ont commencé à apparaître. Je sais que cela faisait de la peine à ma mère. Mais je m’en fichais.
En parallèle, j’exprimais mon envie de suivre des cours de musique. Je le désirais ardemment. J’insistais encore et encore auprès de ma mère malgré ses refus consécutifs. Je lui en voulais encore de me refuser ça – je n’avais pas conscience du prix que cela coûtait. Mais un jour, le premier des vacances d’été, elle m’annonça que j’étais inscrit au Conservatoire de Musique du Chemin de Traverse. Joie et bonheur. Comme seule condition, elle voulait que j’y sois sérieux. Il n’avait pas fallu me le dire deux fois ! J’appris également que c’était mon beau-père qui avait décidé de m’inscrire. Comme une décision diplomatique pour apaiser les tensions. Cela avait franchement marcher pendant un temps.
J’allais au Conservatoire presque tous les jours comme le plus grand des dévots. Je m’y rendais même quand il n’y avait pas cours pour travailler le piano – j’étais en retard sur la plupart. Ma mère était impressionnée. Elle ne m’avait jamais vu comme ça. Pendant ces cours, j’apprenais le solfège, le piano et le chant lyrique. Les professeurs n’étaient pas tendres avec moi. Cela me donnait envie de me dépasser encore plus. J’avais fait de très rapides progrès. Je chantais mieux que la plupart des autres de mon âge. De tous les garçons, ma voix était celle qui montait le plus haut dans les aiguë. Alors, tout se passait pour le mieux.
En ce qui concernait mon nouveau beau-frère, le feeling était passé immédiatement entre nous. Nous n’avions que deux années de différence, alors c’était facile de se trouver des points communs. On avait commencé à traîner avec des jeunes des quartiers voisins ensemble. On allait au parc et on jouait au football, à la balle aux prisonniers… C’était lui qui m’avait emmené à ma première soirée avec des amis sorcier à lui. Il paraissait que notre nouvelle famille trouvait son équilibre. Si elle était restée ainsi, tout aurait été très simple. Mais ça ne s’est pas passé de la sorte. J’y reviendrai plus tard, en temps voulu.

A cette même période, je réalisais une chose sur moi-même. A cet âge où les adolescents comment à expérimenter une attirance du sexe opposé… j’avais le sentiment de ne pas vivre tout à fait la même chose que mes copains. Ce n’était pas les filles qui m’intéressaient. C’était les garçons. Je n’étais pas surpris, comme si je l’avais toujours su. Mais c’était comme si je marchais avec confiance dans la rue pleine de monde en me disant que, quand même, il faisait bien frisquet, et que tout d’un coup, je me rendais compte que j’étais totalement nu. La honte.
Mon premier réflexe fut de le cacher, de faire comme si pour me fondre dans la masse. C’était ce que la société attendait de moi. Je craignais l’ostracisation sociale pour être différent de la majorité. Parce que je voyais déjà certaines personnes se faire rejeter parce qu’elles ne rentraient pas dans le moule que ce soit par rapport au physique ou un certain comportement bizarre. Je trouvais ça trop injuste. Ayant conscience de ma propre bizarrerie, je prenais toujours la défense de ces gens-là. Bon, je l’avoue, c’était aussi pour la gloire. J’aimais être admiré.
A Poudlard, j’ai commencé à me faire une certaine réputation. Soit on m’adorait, soit on me détestait. Je bénéficiais de l’approbation générale de ma maison, Gryffondor. Cependant, la plupart des Serpentard me détestaient. Je devais être, pour eux, le pire des Gryffondors. Mais je m’en fichais. J’avais le don de mettre un peu d’animation même dans les cours les plus rébarbatifs. Les heures de colle m’importaient peu. Elles ne me dissuadaient pas vraiment de faire ce que je voulais. Moins que la pression du groupe. Parce qu’entre amuser la galerie et agacer toute la galerie, il n’y a qu’un pas.
Aux alentours de mes 14 ans, ma vie prit un autre tournant légèrement différent mais définitivement significatif. Mais ça, c’était une autre histoire.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Empty
MessageSujet: Re: Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Moi, le chanteur | Biographie de Stubby Empty

Revenir en haut Aller en bas

Moi, le chanteur | Biographie de Stubby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: Ecrivez votre histoire :: 
Vos biographies
-