GRYFFONDOR : 240 pt | POUFSOUFFLE : 217 pt | SERDAIGLE : 188 pt | SERPENTARD : 196 pt
Retrouvez l'édition de juin de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -20%
Microsoft Manette Xbox One sans Fil + Câble pour ...
Voir le deal
47.99 €

Partagez

Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1333
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Gypsophile
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : la mort de sa femme et son fils.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  Empty
MessageSujet: Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  EmptyLun 22 Juin - 14:06

Moran, qui avait les poches remplies de la moitié de son salaire, se présenta à Gringotts un samedi matin, avec la ferme intention d'épargner son argent. Les gobelins étaient déjà sur le pied de guerre. Ils étaient là, à huit heures du matin, derrière les grilles en train de compter leurs sous, comme s'ils ne faisaient que cela de leur vie. Quelques personnes attendaient avec Moran que la banque des sorciers ouvre ses portes - et ils étaient en retard - afin de faire leurs petites affaires. Les gens appréciaient de moins en moins de flâner dehors, il fallait dire que le contexte n'était pas très propice à la chose. Aedhan dans les bras, l'écossais s'avança enfin lorsque les grilles s'ouvrirent pour qu'ils puissent tous entrer.
Une vieille mégère qui ressemblait à son arrière grand-mère venait de lui passer devant et pétait un scandale auprès du gobelin en chef. Mais décidément, ce ne devait être la journée de personne. Une fois que ce fut son tour, au lieu d'être conduit à son coffre avec un autre gobelin, celui qui vérifiait sa clé lui demanda sa baguette : « Si vous voulez mais franchement, ça fait trois siècles que je viens déposer mon argent de bon matin le samedi hein » grommela-t-il en sortant sa baguette en bois de sorbier pour la tendre à la créature qui s'en saisit comme si elle lui appartenait. Aedhan levait un doigt boudiné pour pointer les gobelins parce qu'il ne comprenait vraisemblablement pas de quoi ils étaient fait. Quelques paroles soufflées en gaélique ramenèrent les yeux bleus du gamin vers le visage souriant de son père... Qui n'était pas sortit de l'auberge. La vieille avant lui, apparemment, avait subi le même contrôle serré. « Qu'est-ce qui se passe ? » demanda-t-il alors qu'on l'informait qu'il devait patienter dans la pièce d'à côté. Et apparemment, la politique du jour était de contrôler, plus que nécessaire, absolument tous les sorciers qui venaient déposer leur argent. Les deux autres personnes qui étaient derrière lui subirent le même sort, et avec la petite vieille, ils finirent tous enfermés dans une pièce attenante à la pièce principale de Gringotts.

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 49
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @Bazzart
| SANG : Mêlé


Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  Empty
MessageSujet: Re: Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  EmptyMar 30 Juin - 23:40

Ah, l’argent… Quand on en avait manqué quasiment toute sa vie, et qu’on avait peu l’habitude des systèmes bancaires pour cause de communisme, Gringotts n’était pas le premier endroit auquel on pensait quand on débarquait à Londres. Et Neolina en était la preuve vivante. Ayant fait un passage rapide pour changer ses pièces à son arrivée, Neolina était désormais bien ennuyée avec son gros paiement d’Oubliator. Oui, bon, ça ne payait pas si bien que ça, évidemment, mais encore une fois, à Moscou, le salaire était bien plus maigre. Aussi, persuadée d’être aussi riche qu’un propriétaire de niffleurs bien dressés, Neolina avait pris la direction de la banque en ce joli samedi d’été, matinale comme à son habitude. Mais visiblement, elle n’était pas la seule à ne pas faire de grasse matinée en ce pays, et elle dut donc faire la queue comme tout le monde.Mais la patience était fort heureusement une de ses qualités, et elle se perdit dans ses pensées, imaginant milles et uns programmes pour occuper sa journée jusqu’à ce que les portes s’ouvrent… et qu’elle se fasse passer devant par quatre personnes avant de se reconnecter à la réalité. Oups !

Les Gobelins étaient des petites créatures assez peu agréables, et peu réceptives aux sourires. Absolument pas au courant des démarches, Neolina s’embrouilla dans des explications confuses avant qu’un autre congénère de son interlocuteur ne débarque et ne lui réclame sa baguette. Pardon ? Neolina avait une relation forte avec sa baguette, malgré le fait qu’elle soit peu matérialiste. Mais peut-être était-ce ainsi que ça fonctionnait ici ? Jetant un coup d’oeil aux alentours, elle remarqua que son voisin de guichet subissait le même sort, aussi se résigna-t-elle à leur remettre son bien le plus précieux. « Quand pourrais-je la récupérer ? » En guise de réponse, elle eut droit à un claquement de langue avant de se faire conduire dans une autre pièce, loin de sa baguette. Tout ça l’inquiétait drôlement, mais elle essaya de ne rien en montrer. Mais son angoisse alla grandissant quand elle entendit un homme demander ce qui se passait. Visiblement, elle se retrouvait encore, avec sa chance légendaire, au coeur d’une situation peu commune. Soufflant sur une mèche de ses cheveux blonds, elle remarqua qu’un petit garçon, dans les bras de son père, la dévisageait. Depuis qu’elle savait qu’elle ne pouvait pas en avoir à elle, Neolina ressentait un léger malaise en présence d’enfants. Mais celui-ci était vraiment craquant, et il lui renvoya un sourire adorable. « Coucou toi… » murmura-t-elle pour faire baisser son stress. Son père était l’homme qui avait posé une question, aussi se permit-elle de l’interpeller. Il était jeune, bien plus jeune qu’elle, mais il avait l’air d’en savoir plus qu’elle sur les us et coutumes de Gringotts. En même temps, tout le monde ici en savait plus qu’elle. « Excusez-moi… C’est la deuxième fois que je viens ici, et … » C’était même l’une des rares fois qu’elle mettait les pieds dans une banque, mais elle se garda bien de le dire. « Savez-vous pourquoi ils nous ont pris nos baguettes ? » Son instinct lui dictait que ça n’était pas normal. Et sans son extension d’elle-même, Neolina se sentait plus vulnérable que jamais. Sans compter qu’être enfermée dans un endroit restreint réveillait une forme de claustrophobie qu’elle essayait de combattre sans rien montrer. Mais déjà, son souffle se faisait haletant, sans qu’elle n’y puisse rien. Oh non, quand même, on était que samedi matin !
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1333
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Gypsophile
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : la mort de sa femme et son fils.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  Empty
MessageSujet: Re: Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  EmptyMer 1 Juil - 16:42

Moran n'aimait pas trop Gringotts. Il avait la sale impression que les gobelins avaient dans l'idée de le dépecer vivant, ou quelque chose dans le genre. Aedhan semblait plutôt d'accord. Si le petit garçon ne gigotait pas, il regardait d'un air suspect les créatures au nez crochu qui comptaient leur or. Les petites mains de son fils accrochées à sa chemise, Moran pestait dans son coin. Depuis l'attentat en avril, les mesures étaient de plus en plus drastiques. Le moindre soupçon et on passait la baguette au crible, on faisait patienter les contribuables dans une pièce où il n'y avait même pas de chaises pour s'asseoir. Le marbre au sol semblait tout aussi resplendissant que celui de l'entrée de la banque des sorciers. Le jeune homme admirait les briseurs de sort. Fréquenter des gobelins tous les jours, il y avait de quoi devenir une sacrée pince. Finalement, l'écossais remarqua qu'Aedhan fixait étrangement une sorcière à côté de lui, et il s'en excusa : « Je suis vraiment désolé s'il vous embête ». Si lui, bien entendu, adorait son fiston, tout le monde n'était pas à l'aise face aux deux billes bleues qui servaient d'yeux d'un enfant de un an et demi. Mais la sorcière, qu'il identifia silencieusement comme étrangère étant donné son accent, et plus vieille que lui considérant ses traits, s'adressa à lui pour lui demander si de tels contrôles étaient normaux. Moran soupira et afficha un sourire défait souligné par ses dents de travers : « Non, je ne comprends pas pourquoi on nous les a enlevé » lui confia-t-il en détournant ses yeux bleus vers un gobelin plus loin qui avait le nez dans ses papiers, « ce n'est pas aussi strict d'habitude. Depuis l'attentat d'avril, tout le monde est sur le qui-vive. C'est suffocant ». Il posa ses yeux sur son fils qui continuait de regarder fixement la sorcière, et l'étudiant lui tendit la main : « Moran » - il fit une demi-pause en pointant le morpion dans ses bras : « et Aedhan ». La situation ne semblait pas vouloir évoluer et le jeune homme n'avait pas franchement envie de rester-là. C'était un coup à rester bloqué pendant une heure parce que des Gobelins étaient mécontents de la qualité des gallions qu'ils produisaient. Finalement, Aedhan était lourd, quand même, aussi le posa-t-il par terre alors que le gamin s'accrochait à la main de son père, en équilibre précaire sur ses petites jambes.

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 49
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @Bazzart
| SANG : Mêlé


Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  Empty
MessageSujet: Re: Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  EmptyMar 7 Juil - 11:34

L’homme avait l’air gentil, gentil au point de vouloir excuser son petit de la déranger. L’enfant ne faisait rien de mal, si ce n’était la mettre mal à l’aise mais ça, il n’y était pas pour grand chose. Elle secoua la tête, et ses mèches blondes suivirent. Malheureusement, le soupir et l’air de l’homme, ainsi que la réponse à la question qu’elle avait posée ne la rassura pas des masses. Alors donc, ça n’était pas normal de se faire prendre sa baguette ? Ça, c’était plutôt mauvais signe. L’angoisse de Neolina monta d’un cran tandis qu’elle essayait de contrôler - difficilement - sa respiration. Cela ne pouvait que lui évoquer de mauvais souvenirs de son passé de l’est. Mais les souvenirs, ça appartenait au passé, et ça ne devait pas ressurgir comme ça de façon impromptue, un matin tranquille comme un autre. L’inconnu mit alors un mot sur son propre trouble : l’avait-il fait exprès ? Effectivement, elle suffoquait. Neolina n’avait pas peur de la guerre, pas peur des situations dangereuses. Pas peur, en général. Elle était venue à Londres en toute connaissance de cause, et aussi justement car elle savait que son aide serait précieuse. Mais voilà, là, il s’agissait d’une situation banale ou presque, qui l’angoissait plus que ce qui aurait du. L’espace n’était pas si réduit, mais pourtant, les quelques personnes présentes et l’absence de sa baguette avaient fait monter sa panique rapidement. Elle si rêveuse avait besoin de rationnel pour se sentir mieux. Pourquoi ? Combien de temps ? Que faire ?

Se raccrochant à la main du jeune homme qu’elle serra brièvement, elle constata que la sienne était légèrement moite. « Neolina. Si jamais ça ne s’entendait pas, je ne suis pas d’ici. » Elle se permit ce trait d’humour pour essayer elle-même de se détendre, mais rien n’y faisait. Moran, donc, posa Aedhan par terre qui continuait de fixer la jeune roumaine de façon insistante. Décidément, le destin avait envie qu’elle se sente mal. « Nous n’avons plus qu’à attendre, je suppose… » L’art de dire des banalités pour combler le silence. Toutefois, quelqu’un d’autre s’en chargea pour elle. Une dame qui avait du vécu, disons poliment, se met à grogner et à hurler d’impatience. « Bon, c’est pas bientôt fini ? J’ai des courses à faire ! » Ses hurlements ne firent qu’augmenter le baromètre angoisse de l’Oubliator, qui ferma les yeux et murmura faiblement. « S’il vous plait, ça ne sert à rien de cr... » Mais rien n’y faisait, la vieille était lancée. Peut-être qu’elle ne l’entendait même pas. « C’est quoi ces contrôles sur les honnêtes gens, hein ? Gardez vos efforts pour les gens suspects, suspects vous m’entendez ! Comme ces maudits étrangers ! » Son regard voilé par la cataracte glissa sur Neolina, qui ne le remarqua même pas, occupée qu’elle était à plonger dans l’obscurité de ses paupières closes, sa poitrine se soulevant dans un rythme saccadé. Sa respiration se faisait entendre, et elle n’arrivait plus bien à penser dans le bon ordre. Samedi. On était samedi. Elle était à la banque, et tout allait bien se passer. Elle allait attendre, récupérer sa banque, déposer l’argent, sortir. Et respirer l’air frais. L’air frais, oui. Gabi lui manquait. Elle aurait payé cher pour passer sa main dans sa fourrure à cet instant, dans le confort de son appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1333
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Gypsophile
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : la mort de sa femme et son fils.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  Empty
MessageSujet: Re: Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  EmptyHier à 22:18

Moran afficha un sourire gentil à l'encontre de la sorcière qui se présentait à lui et s'esclaffa sur sa plaisanterie. « Il me semble pourtant que vous avez plutôt un très bon accent » - il dévoila ses dents de travers - « pour autant que mon accent écossais me donne le droit de dire une telle chose ». Sacré humour british. Pour autant, le jeune homme avait un tempérament écossais donc, pas anglais. Attendre pour rien, se voir dépossédé de sa baguette - soit sa seule arme de protection - alors qu'il était en plus de cela avec son fils, ça lui donnait des sueurs froides. Les gobelins avaient toujours eu un point de vue si négatif sur les sorciers que le journaliste se méfiait des alliances qu'ils pouvaient former. Il sentit une pointe de paranoïa s'insinuer en lui. Qu'est-ce qu'il pourrait faire si on venait à les enlever, hein ? Un film angoissant et stupide commença à se dérouler dans son esprit et il préféra ne pas répondre autrement que par un visage crispé à la sorcière qui lui faisait remarquer qu'ils ne pouvaient qu'attendre. Certes.

La vieille mégère eut moins de patience que lui. Aedhan la regardait déjà avec cet air scrutateur qui laisse entendre qu'on juge l'autre, ce qui aurait été plutôt très amusant pour Moran s'il avait eu la tête à porter son attention sur son fils. Ce n'était pas le cas. La vieille attaqua encore avec plus de véhémence alors que Neolina semblait ne pas aller bien. Moran se sentit attaqué de la même façon que la roumaine, pour la simple et bonne raison que même s'il était un ressortissant britannique, il entendait souvent des piques à son encontre, ne serait-ce que pour son accent : « Vous êtes plus suspecte que les étrangers à gesticuler comme un ver » répondit-il sèchement, « vous pouvez garder vos idioties pour vous ». Bien entendu, cela ne calma pas le moins du monde la mégère : « Comment osez-vous me parler comme cela ? Insolent ! ». Il leva les yeux au ciel pour s'éloigner un peu d'elle et se rapprocher de la roumaine : « Vous vous sentez bien ? Vous voulez que j'appelle quelqu'un ? ». La femme avait l'air de ne pas aller bien. Lui qui n'avait jamais vu l'explosion d'une crise de claustrophobie n'avait donc aucune idée de ce que Neolina pouvait subir.

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  Empty
MessageSujet: Re: Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Le nez crochu des gobelins de Gringotts | LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Le chemin de traverse :: 
Gringotts
-