GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment :
Corde à sauter Gritin pour Fitness, Boxe, ...
Voir le deal
8.99 €

Partagez

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptySam 27 Juin 2020 - 19:08

L’été était commencé depuis peu. Soyle avait terminé son année non sans un certain stress comme chaque année, par peur de ne pas réussir malgré les très nombreuses heures passées dans la bibliothèque à lire et relier toutes les informations possibles sur ce qui pouvait lui sembler incertain comme notions. Un zèle qui ne lui était pas inhabituel mais épuisant! Alors forcément, le début des vacances était beaucoup plus léger. Elle avait fait une sélection de romains à finir, avait eu des envies de dessin, et surtout profiter pour revoir les amis moldus qu’elle ne voyait pas dans l’année. Sans oublier ses parents bien entendu. Dominika avait cette habitude de refaire beaucoup de cuisine quand sa fille était à la maison, et surtout la faire avec cette dernière. Difficile donc pour Soyle d’arriver à facilement se décider sur le choix de l’activité à faire! Les mois d’été n’étaient pas de trop pour tout faire…

Mais ce jour-là c’était encore une autre activité qui allait tenir toute la petite famille. Des amis sorcier du couple avaient il y a peu envoyé les invitations pour leur mariage pendant l’été. Toute excitée par l’idée Soyle avait filé dans sa chambre pour retourner son armoire et trouve LA tenue parfaite. Le difficile constat fit beaucoup rire Aiden en voyant sa fille peiner à respirer dans la moitié de ses robes d’été. C’était donc dépitée que la petite rousse était allé chouiner devant sa mère à la fois de la réaction du père et de cette fichue croissance qui lui faisait changer de robes tous les ans, même pour les plus jolies. Il était donc inévitable de faire une sortie sous peu pour partir en quête au moins d’une robe qui irait pour un tel évènement. Ce qui avait été fait l’après-midi même. Aiden Hoover s’était donc une fois encore retrouvé à suivre son épouse et sa fille dans le Londres sorciers. Si il n’était pas contre cette situation, il n’était jamais d’une aisance parfaite. Dominika prenait donc la tête des opérations, sa fille suivant sans hésiter. Après deux boutiques qui n’avaient pas réellement su répondre à leurs attentes, la troisième serait peut-être la bonne. L’énergie de la petite rousse déjà plutôt vive dans cette rue qui grouillait de monde et de merveilles s’était peut-être plus réveillé encore quand elle l’avait repéré.

-Stubby!

Un peu plus loin dans la magasin se tenait effectivement Stubby Boardman , un ancien élève de Poudlard avec qui elle avait sympathisé, malgré leur différence d’âge. Il était plutôt taquin avec elle, un peu perturbateur, mais il était sympathique aussi et jamais méchant. Ou en tout cas pas avec elle. Elle avait donc presque couru vers lui avec un grand sourire, sa longue tresse ondulant dans son dos à chaque pas.

-Tu vois, je t’avais dit qu’on se reverrait quand même!

Soyle déjà très proche de ses amis et des gens en général avait soutenu à Stubby qu’ils se verraient forcément même si il avait quitté l’école. Il lui avait répondu un peu comme si elle divaguait complètement et que la chose était improbable. Mais elle n’en avait jamais douté. Ou bien est-ce qu’elle s’était fait des idées sur sa réponse? Quoi qu’il en soit il était là à nouveau et elle en était très contente. Pour le moment les parents Hoover restaient un peu en retrait, laissant à leur fille une conversation qui était à elle, la gardant simplement à l’oeil alors que Dominika tentait de trouver une nouvelle fois la robe qui lui pourrait aller à leur petite Soyle.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 429
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptyLun 29 Juin 2020 - 22:57

Stubby détestait les éclairages de cette boutique de vêtements. Quand personne ne pouvait le voir, le jeune homme scrutait de près le reflet de sa peau dans le premier miroir à disposition. Et pour cause : la luminosité en faisait ressortir toutes ses irrégularités ! Comment le gars ayant été en charge d’installer les lumières avait-il pu omettre ce détail d’importance ? Constatation futile, n’est-ce pas ?
Cela faisait quelques mois qu’il travaillait dans cette boutique de vêtement du Chemin de Traverse. Elle proposait des vêtements aussi classiques que dans l’air du temps dans une gamme de prix allant du moyen au haut de gamme – sans entrer dans le luxe. C’était bien avant que le sortilège d’ajustement vestimentaire automatique soit inventé et dont le brevet allait être déposé par la boutique Gaichiffon. Le magasin proposait alors des tailles standardisées pour permettre aux clients d’essayer et de se faire une idée avant de pouvoir être ajustés.
Stubby ne travaillait là-bas que par nécessité, pour s’émanciper de sa mère et de son beau-père. Ce dernier ne supportait pas l’idée que son beau-fils soit oisif et voulait qu’il occupe ses journées à travailler. Il le forçait donc à travailler dans le commerce familial, sans être payé. Alors le jeune adulte avait décidé d’aller ailleurs, quelque part où il allait toucher un salaire. C’était soit être serveur, soit travailler ici. Le choix avait été vite-fait. Il connaissait déjà à peu près le job, il aimait les vêtements. Mais son patron était un abruti.

Il fut interrompu dans l’observation minutieuse de son grain de peau par la clochette sonnant l’arrivée d’un nouveau client. Pour passer pour l’employé modèle qu’il n’était pas, il se remit à faire ce qu’il était censé faire : mettre des vêtements en rayon. Il salua les nouveaux arrivants sans les regarder. A peine quelques secondes plus tard, il entendit qu’on l’appelait par son prénom. Interpellé, il se retourna, avec encore dix cintres qu’il tenait d’une main. Il fut très étonné.
« Soyle ! Je ne m’attendais pas à te voir ici. »
Il ne savait pas s’il devait s’en réjouir ou pas. Il affichait un sourire un peu tendu. Il aurait espéré que leurs chemins se croisent autrement. C’est-à-dire pas une situation dans laquelle il aurait été un simple vendeur payé au lance-pierre. Sans offense à tous les vendeurs, mais ce n’était pas un métier qui faisait rêver. La jeune fille était accompagnée de ses parents qui parcouraient les rayons au loin et à qui il adressa un coup d’œil ainsi qu’un sourire.
« Tu vois, je t’avais dit qu’on se reverrait quand même ! »
« Nan tu n’avais rien dit du tout. » nia-t-il pour plaisanter. « J’avais dit qu’on se reverrait et tu ne m’avais pas cru. Parce que j’ai toujours raison. »
Il finit de poser rapidement la petite dizaine de cintres qui commençait à peser sur son bras. En effet, il n’aimait pas avoir tort.
« Alors, qu’est-ce que tu es venu chercher ici aujourd’hui ? Si vous avez besoin d’une quelconque aide, n’hésitez pas. »
Il ne perdait pas de vue le fait qu’il était au travail. Et que son patron avait enfin daigné quitter son bureau pour surveiller depuis son poste d’observation qu’était la caisse.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptyDim 5 Juil 2020 - 14:39

Le soleil était radieux, le temps assez chaud, mais pas trop. Un temps parfait pour une glace selon Soyle. Mais il n’était pas encore temps de penser à ce genre de chose. Ils avaient une mission, une mission importante. Les parents prenaient les choses en main bien entendu, mais la petite rousse se sentait aussi très investie et ne se laissait pas trop vagabonder dans les rues. Même si les tentations étaient nombreuses. Il y avait un oiseau si beau dans l’animalerie, elle aurait aimé aller le voir de plus près. En plus ils avaient toujours des chats aussi, et même si sa petite Isis serait sans doute jalouse, la rouquine aimait aller les voir pour quelques caresses avant de repartir. Et encore, ce n’était qu’une seule boutique!! Mais la tâche de trouver la robe parfaite n’était pas si simple et nécessitait leur attention à tous les trois… enfin… surtout deux… Aiden restait plutôt discret, simplement prêt à dire à sa fille combien la robe que ses deux femmes auraient choisi lui allait bien. Ce n’était clairement pas sa spécialité… Mais sa fille à peine entrée dans la boutique suivante s’était précipité vers le vendeur qu’elle semblait connaître et qui semblait surpris de la voir.

-Soyle ! Je ne m’attendais pas à te voir ici.

C’était visiblement, effectivement. Stubby ne semblait pas s’y attendre et ne pas non plus savoir comment réagir. Mais ça, Soyle n’y prêtait pas une grande attention. Non pas parce qu’elle se moquait de ses sentiments mais plutôt parce qu’elle était à peu près sûre qu’il finirait par apprécier la revoir. Après tout, ils s’entendaient bien non? Alors pourquoi il ne serait pas content?

-Bah pourquoi? J’aime bien cette boutique, on trouve de très belles choses. Même si je ne fais pas très souvent les magasins…

Ce n’était pas son activité principale non, elle préférait se plonger dans la librairie un peu plus loin et se perdre dans les rayons où de nombreuses surprises l’attendaient sagement sur les étagères.

-Nan tu n’avais rien dit du tout.

Soyle arqua un sourcil, penchant sa petite tête sur le côté, sa longue tresse ondulant sous le mouvement. Ses yeux bleus pétillaient malgré son air interrogateur. Parce qu’elle était réellement sûre d’avoir dit quelque chose, même si ce n’était pas ça au mot près…

-J’avais dit qu’on se reverrait et tu ne m’avais pas cru. Parce que j’ai toujours raison.

Outrée, Soyle avait ouvert grand la bouche, un sourire pointant déjà sur ses lèvres. Il plaisantait, bien entendu, elle le voyait bien. Il était souvent de bonne humeur, ce qui plaisait beaucoup à la jeune Serdaigle.

-Alors là tu es vraiment mauvais joueur! Et pourquoi tu aurais toujours raison d’abord?

Parce qu’il était plus âgé? Parce qu’il le disait? Parce que? Au fond elle s’en moquait un peu, son sourire espiègle illuminait déjà son visage encore très enfantin. Les parents de la jeune fille avaient fini par s’approcher un peu tout de même, très détendus, souriants même.

-Alors, qu’est-ce que tu es venu chercher ici aujourd’hui ? Si vous avez besoin d’une quelconque aide, n’hésitez pas.

Ils revenaient donc au sujet réel de leur présence ici. Aucun problème, Soyle laissait donc la parole à ceux qui pourraient répondre le mieux. Et pour le coup c’était sans doute Dominika. Une femme plutôt grande, mais moins que le jeune homme cela dit, aussi rousse que sa fille et aux yeux tout aussi clairs. Elle avait des traits doux et un petit accent polonais qu’elle n’avait jamais réussi à perdre totalement.

-Nous devons nous rendre à un mariage, nous cherchons donc une robe qui soit assez élégante mais que Soyle pourrait reporter dans d’autres circonstances.

Une main sur l’épaule de sa fille, Dominika le voyait comme un investissement à faire mais où elle espérait ne pas trop perdre. Ce qui n’était pas gagné avec la vitesse de croissance de la jeune fille. Jeune fille qui espérait ne pas trop passer inaperçu tout de même.

-Oui, mais c’est un mariage tout de même! Il faut qu’elle soit belle et qu’elle m’aille bien!

Aiden eut un petit rire. Elle n’avait pas sa langue dans sa poche cette petite. Et si il se faisait discret actuellement, il savait que c’était plutôt un trait qu’elle tenait de lui…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 429
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptySam 11 Juil 2020 - 19:02

« Parce que c’est moi. C’est une raison suffisante. » décréta-t-il avec un petit sourire.
Trêve de plaisanterie, Stubby n’était pas là pour discuter mais pour travailler à son grand désespoir. Il lui paraissait loin le temps où il n’était pas le vendeur mais l’acheteur. Enfin, « l’acheteur », façon de parler. Il n’achetait jamais grand-chose même s’il aurait bien voulu. Les galions ne poussaient pas dans les arbres et tout ne se dissimulaient pas sous une veste un peu large.
Il proposa poliment son aide en s’adressant autant à Soyle qu’à ses parents qui l’accompagnaient tout naturellement. Ce fut sa mère qui répondit avec un accent étranger que Stubby fut incapable d’identifier. Mais il en appréciait les sonorités. Il constata également que Soyle avait tout pris de sa mère ! Il écouta attentivement sa demande qui était, somme toute, classique. Il hocha la tête d’un air entendu. La remarque de Soyle lui fit lâcher un petit rire.
« Mariage ou pas, personne ne veut porter des vêtements hideux. C’est important de bien se sentir dans ses vêtements. Essayez de passer la journée dans un pantalon trop serré et qui en plus vous donne la silhouette d’un gobelin. Je vous garantis que vous allez passer une horrible journée. »
Malgré son manque de moyens financiers, Stubby avait toujours fait attention à la manière dont il s’habillait. Il se sentait presque surpuissant quand il appréciait son look. Et cela aurait été un comble pour lui d’être mal habillé. Être mal habillé quand sa mère et son beau-père étaient couturiers – tailleurs, c’était comme un cordonnier mal chaussé.
« Mon conseil, pour votre cas, serait de partir sur du classique. Et ce qui est assez tendance en ce moment, c’est la mini-jupe. » Il sonda la réaction des parents à la mention de cette mode subversive. « Mais je pense qu’on devrait d’avantage partir sur une longueur à peu près aux genoux. Ni trop décontracté, ni trop formel. »
Il guida Soyle et ses parents à travers les rayons du magasin, à la recherche de modèles qui pourraient éventuellement illustrer ses propos et plaire à la jeune fille. Il prit une première robe. Comme expliqué, elle était simple, d’une couleur bleu marine, avec un décolleté bateau et pourvue de mancherons à volants légers. Elle était cintrée sur le buste avant de s’évaser en une jupe en arc-de-cercle encore très imbibée de la mode de la décennie précédente – qui ne remontait pas à si loin que cela.
De la caisse, son patron l’observait toujours.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptyVen 17 Juil 2020 - 20:23

Soyle était une jeune fille joyeuse, qui aimait le contact et qui aimait plaisanter. Alors forcément, croiser quelqu’un qu’elle connaissait dans une contexte qu’elle n’avait pas envisagé, elle était tentée de lancer la conversation. Surtout que c’était quelqu’un qu’elle appréciait. Que ses parents soient présents ou non, cela ne comptait pas réellement pour ce genre de choses.

- Parce que c’est moi. C’est une raison suffisante.

Soyle plissa les yeux l’air faussement irritée. Ce n’était pas une raison, suffisante ou non. Mais au fond elle s’en fichait pas mal. Que l’un ou l’autre ait annoncé ces retrouvailles, ils se retrouvaient tout de même au final. Alors peu importait qui l’avait prévu. D’ailleurs cela n’avait pas été prévu totalement. Autrement ils auraient sans doute choisi un autre endroit et un autre moment que celui où il devait travailler. Même si il pourrait peut-être leur être utiles. Aiden commençait d’ailleurs à placer en lui quelques espoirs de vite en finir avec ce shopping qui s’éternisait. Dominika elle menait les opérations, non sans ponctuation de sa fille. Loin d’effrayer Stubby, il avait lâché un rire. Après tout, il en avait sans doute vu d’autres!

-Mariage ou pas, personne ne veut porter des vêtements hideux. C’est important de bien se sentir dans ses vêtements. Essayez de passer la journée dans un pantalon trop serré et qui en plus vous donne la silhouette d’un gobelin. Je vous garantis que vous allez passer une horrible journée.

Soyle hochait de la tête, parfaitement en accord, sous le regard amusé de sa mère. Mais un mariage, c’était quelque chose. Joyeux, du monde, une fête sur une journée sans doute plus, un grand évènement quoi! Sans compter toute la symbolique. Un couple c’était beau, c’était quelque chose à célébrer, et on rassemblait du monde pour le faire. Soyle était déjà complètement emballée.

-Mon conseil, pour votre cas, serait de partir sur du classique. Et ce qui est assez tendance en ce moment, c’est la mini-jupe.


Une excitation nouvelle avait saisi la jeune fille qui comme beaucoup d’autres appréciait être à la pointe de la tendance. Aiden lui était devenu livide à l’idée que son bébé de 13 ans tout juste puisse porter ce genre de choses qu’il aurait bien plus apprécié sur son épouse que sa fille. Il n’avait pourtant rien dit pour le moment, ce qui était assez rare, tout au plus une très légère toux. Dominika restait calme, impassible, laissant venir la suite, quitte à refuser si besoin sans le moindre remord.

-Mais je pense qu’on devrait d’avantage partir sur une longueur à peu près aux genoux. Ni trop décontracté, ni trop formel.

Le père repris des couleurs. Les genoux c’était déjà plus gérable, c’était acceptable. Aiden était un homme imposant, un peu plus grand que le vendeur, brun, mais lui aussi aux yeux très clairs. Toute la troupe suivait le jeune homme, Soyle en tête et presque sautillante. Dubitatif Aiden regardait le choix du spécialiste, laissant ses femmes faire. Ce n’était pas son domaine il paraît. La jeune fille semblait tout à fait emballée par la proposition et se tournait déjà vers sa mère.

-Oh oui je l’aime bien, je peux l’essayer???

Un regard à ses parents puis à Stubby et elle était partie, robe en main. Une fois dedans, elle avait commencé par la trouver très sympathique, avant de s’arrêter à un détail qui lui était de plus en plus important. Soyle ressortie un peu dépitée, appréciant le modèle sauf pour sa tendance à souligner qu’elle restait aussi plate qu’une planche. Difficile de chercher à s’habiller autrement qu’une enfant quand on en avait encore pas mal de traits.

-Je ne suis pas si convaincue finalement…

Dominika fit tourner un peu sa fille, regardant les points positifs et négatifs de la tenue. Elle faisait les choses sérieusement, Aiden se contentant de la trouver finalement pas si mal. Un regard un peu triste s’était levé de la petite rousse vers son conseiller.

-Peut-être une qui me rendrait moins…

Plate? Oui mais elle ne lui dirait pas. Il ne fallait pas abuser…

-… qui me ferait moins passer pour plus jeune que je ne le suis déjà!

Mouais, c’était sans doute pas si mal rattrapé, mais ça ne tromperait pas grand monde. Dominika avait d’ailleurs ri à cette remarque avait de passer un doigt sur la joue de sa fille qu’elle trouvait amusante à se pencher sur ce genre de questions. Provoquant ainsi un regard un peu vexé de Soyle…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 429
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptyMar 21 Juil 2020 - 20:12

Ce que préférait Stubby dans ce job de vendeur, c’était le contact avec l’acheteur. Il trouvait cela plus gratifiant que de mettre en place des vêtements sur des cintres ou faire des retouches. Quand l’acheteur faisait suffisamment confiance à son sens de la mode pour lui demander des conseils. Et quand il aimait ce qu’il lui proposait. Son égo s’en trouvait très satisfait. Bon. C’était beaucoup moins cool quand les clients étaient particulièrement agaçants et grossiers.
Le vendeur fit quelques premières propositions. Dont la mini-jupe qui ne rencontra guère beaucoup de succès auprès du papa, alors il se ravisa rapidement sur celle-là pour proposer une longueur qui allait lui sembler plus décente pour sa petite fille. Cette dernière voulut essayer la robe proposée.

Mais quand elle ressortit de la cabine, après s’être observée quelques secondes dans le miroir en pied, elle passa de ravie à dépitée. Avec recul, pour ne pas s’attirer les foudres du père qui auraient pu mal interpréter les choses, et d’un œil expert, il observa la façon dont la robe seyait le corps de la demoiselle tandis que sa mère l’examinait aussi sous toutes les coutures. Il ne tarda pas à repérer le détail qui dérangeait Soyle : elle était plate.
La jeune fille se tourna vers lui pour lui faire part du fait que, finalement, la robe ne lui convenait pas. Sans dire pourquoi. Mais il n’avait pas besoin qu’elle lui dise pour comprendre. Il se contenta d’acquiescer avec bienveillance.
« Je vois. Peut-être faudrait-il trouver une robe qui mette d’avantages en valeur la finesse de la taille. » Il fit Soyle se tourner vers le miroir d’un geste doux et il désigna son tour de taille sans pour autant la toucher. Toujours la décence. « A ton âge, le corps n’a pas tout à fait fini d’être formé. La plupart des femmes voient leur taille se creuser par rapport à leur hanche. Alors l’idée serait de créer une illusion de taille plus marquée. »
Il avait la délicatesse de ne pas pointer directement du doigt le véritable problème. Même si, par extension, accentuer le creux de la taille faisait que la poitrine paraissait aussi un peu plus fournie par effet de contraste.
Il abandonna Soyle pour chercher d’autres modèles.  Il eut un moment d’hésitation. Devait-il lui proposer un décolleté ? Ces derniers n’avaient pas vraiment le vent en poupe en ce moment, alors son choix allait être limité. Mais aussi, un grand décolleté mettait une petite poitrine en valeur. Il avait fait son choix.
Quand il arriva à sa sélection, il hésita entre deux robes. Le prix fut un facteur déterminant : il choisit la plus chère. Une ravissante petite robe couleur unie lavande un peu foncée avec un décolleté assez large – mais qui n’allait même pas montrer la naissance de la poitrine de l’adolescente – orné d’un volant – donnant une impression supplémentaire de volume. Il prit une ceinture supplémentaire pour cintrer d’avantage la taille.
Il amena son choix à la petite famille.
« Peut-être que ce choix pourrait effacer tes doutes. En plus, vous avez de la chance, elle est en promotion. »
Même en promotion, elle demeurait pas mal chère. Eh, il perdait pas le Nord le vendeur !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptySam 25 Juil 2020 - 13:25

Soyle n’était pas une inconditionnelle de la mode ou des longues journées de shopping. Elle préférait aller arpenter les allées d’une librairie ou directement dévorer un livre dans l’herbe du jardin familial. Mais pour cette fois, c’était différent. L’enjeu était de taille. Ils devraient se rendre à un mariage, il s’agirait de ne pas se présenter n’importe-comment. Il était évident qu’en très peu de temps la jeune fille avait déjà prévu le reste, de la coiffure à sa parure en argent offerte pour ses 11 ans. Bon, les chaussures il faudrait voir après la robe, c’était une évidence. Mais il ne fallait pas n’importe quelle robe, il en fallait une un peu spéciale qui irait avec le caractère exceptionnel de l’évènement. Et pour cela, elle pensait pouvoir faire confiance à Stubby.

Le premier essai n’était pas très concluant cela dit. La robe était jolie en elle-même, mais une fois portée… Soyle trouvait qu’elle ne faisait que souligner sa triste vérité. La jeune fille était encore une véritable planche à pain. Ses hanches avaient commencé à s’élargir, elle affinait son visage doucement, mais à ce niveau, c’était le néant. Et cette robe le marquait assez fort à son goût. Mais si le constat semblait être le même chez sa mère et son ami, aucun d’eux ne fit de remarque trop directe…

-Je vois. Peut-être faudrait-il trouver une robe qui mette d’avantages en valeur la finesse de la taille.

Soyle se tourna vers le miroir et suivit les gestes de Stubby avec attention. Il semblait tout à fait voir ce qu’elle pouvait attendre. Sa mère s’était approché et regardait sa file dans le miroir avec un sourire. Elle était plutôt d’accord avec lui.

-A ton âge, le corps n’a pas tout à fait fini d’être formé. La plupart des femmes voient leur taille se creuser par rapport à leur hanche. Alors l’idée serait de créer une illusion de taille plus marquée.

La taille marquée et surtout mettre l’accent sur autre chose que ce qui devrait bientôt (elle l’espérait) lui servir de poitrine. tournant un peu sur elle-même pour voir ses différents profils, Soyle porta les mains à sa taille comme pour vérifier les propos de son ami. Oui, ça, elle pouvait le marquer, c’était déjà mieux. Elle se redressa même un peu, buste bombé, sa taille paraissant déjà effectivement plus fine.

-J’ai hâte de voir ce que tu as pour moi!

Un grand sourire vers lui, Soyle retrouvait son côté espiègle. Et elle avait réellement hâte de voir les nouvelles propositions. Il ne mis pas très longtemps à revenir avec sa trouvaille.

-Peut-être que ce choix pourrait effacer tes doutes. En plus, vous avez de la chance, elle est en promotion.

Soyle n’avait pas tellement prêté d’attention à la dernière information. La robe lui plaisait, et le côté encore un peu enfantin qu’elle pouvait avoir n’avait pas manqué de noter le voilage léger. Joignant les mains déjà emballée par cette nouvelle proposition, elle jeta un oeil à ses parents qui restaient décisionnaires. Si son père comme souvent semblait approuver, sa mère aussi avait l’air d’être confiante avec cette proposition.

Sitôt validée, sitôt enfilée. Et tout de suite c’était quelque chose d’autre. Une fois la ceinture ajustée, elle sortit triomphante de la cabine, prenant soin de donner du mouvement au volant et ainsi donner un peu plus de poids à la volonté de marquer sa taille.

-Celle-là elle me plaît bien. Et puis elle a une jolie couleur!

Nouvelle inspection de la part de la mère polonaise, elle semblait aussi d’avis que cela pourrait convenir. Même Aiden s’était déplacé jusqu’à  la jeune fille pour la regarder de plus près alors qu’elle-même se regardait dans la glace. Le père passa la tresse de sa fille sur son épaule, trouvant l’ensemble assez convaincant.

-La chance de la promotion c’est une chose, mais qu’est-ce que ça donne concrètement?

Il était agréable, souriait, disait cela sur le ton de la plaisanterie? Mais c’était un point à aborder tout de même. Ils semblaient tous les trois convaincus cela dit, ce qui était un bon pas en avant.

-Tu as vraiment l’oeil, tu es doué! Si j’avais su je t’aurais demandé avant!
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 429
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptyMar 11 Aoû 2020 - 18:27

Stubby n’avait pas vraiment de complexes. En avait-il jamais eu un jour ? Il ne voyait pas pourquoi il en aurait. Après tout, il était un homme bien fait. Il n’avait aucun problème de santé, aucune difformité. Il était grand, fin et avait des traits harmonieux. Certes, il y avait quelques détails dans son apparence qui le dérangeaient un peu. Mais ce n’était l’affaire que de préférences personnelles.
Cela étant, il comprenait qu’on puisse avoir des complexes dans cette société qui poussait les gens à en avoir pour capitaliser dessus. Les femmes en particulier n’étaient pas épargnées. Que cela devait être pénible d’être né avec un vagin ! Il plaignait Soyle qui, si jeune, avait déjà des complexes. Mais il ne perdit pas de vue qu’il devait penser comme un bon vendeur et tirer profit de ces malheureux complexes. Cruelle société ! Et vous savez quoi ? Il n’avait même pas honte. Quoi ! La prime sur la performance, ça vous dit quelque chose ? Il aimait l’argent et ses vêtements, ses soirées et ses visites chez Harpile Poil n’allaient pas se payer tous seuls.
De toute façon, Soyle était insouciante et semblait loin de se douter de ce qui se tramait, à savoir que Stubby essayait de vendre à ses parents un vêtement très cher. Mais Mr. Hoover n’était pas dupe et malgré le ravissement de sa fille et de son épouse face au choix de robe, il eut la présence d’esprit de demander le prix de cet article. Il souriait aimablement, cela étant. Le vendeur arbora son sourire le plus confiant tandis qu’il entrait dans la phase délicate de la vente. Il joignit ses mains entre elles.
« Alors… Cette robe est à dix-sept gallions et cinq mornilles* hors promotion. Mais avec, elle tombe à quatorze gallions et cinq mornilles**. »
C’était cher, on n’allait pas se mentir. Lui-même n’aurait pas pu se payer quelque chose à ce prix-là – ou difficilement. Il aurait aimé pouvoir se le permettre. Il sentit que c’était le moment de sortir le petit discours marketing pour faire passer la potion.
« Je vous l’accorde, ce n’est pas un premier prix. Mais pour une telle qualité, » il prit le tissus entre ses doigts pour le montrer. « on ne peut pas faire de miracle sur le coût final du produit, n’est-ce pas ? D’autant plus que ce vêtement a été assemblé par des sorciers qualifiés bien rémunérés et non pas par des elfes de maison payés au lance-pierre dans un pays du Tiers-Monde. »
Cela faisait toujours plaisir aux acheteurs d’encourager une production éthique et responsable. Bon, le discours commercial de Stubby manquait de quelques détails importants. Le vêtement était bel et bien cousu par des sorciers en Espagne mais pas si bien rémunérés que cela.  Et le tissus était fabriqué par des elfes de maison on ne savait pas trop où.

* ~125€
** ~103€
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptyMer 26 Aoû 2020 - 18:15

Soyle était encore une jeune fille assez insouciante, de ces jeunes adolescentes qui hésitaient entre les couettes et le chignon, à ne plus savoir si elles devaient courir avec entrain ou marcher avec grâce. De par son caractère, la rouquine avait tendance à rester calme et posée, peut-être plus sage que d’autres. Soyle n’en restait pas moins une jeune fille, en pleine croissance et donc avec les questionnements qui accompagnaient cette situation. Ainsi, la première robe proposée par son ami avait réveillé une réflexion peu agréable. La belle trouvait qu’il lui manquait encore des formes, du charme, et à juste titre, c’était de son âge. Il n’était cependant pas question selon elle d’aller passer une journée si importante et si agréable que celle du mariage sans être à son avantage. Stubby semblait le comprendre parfaitement. Il lui avait trouvé une robe superbe par la suite, plaisant tant à la jeune fille qu’à ses parents. Restait une question d’importance cela dit. Et oui, malgré le ton rassurant de Stubby, il faudrait bien acheter cette robe si elle restait le choix final de la famille.

-Alors… Cette robe est à dix-sept gallions et cinq mornilles hors promotion. Mais avec, elle tombe à quatorze gallions et cinq mornilles.

Aiden qui avait encore quelques difficultés à la conversion entre monnaie moldue et sorcière s’était tourné vers son épouse. Son regard en disait long. C’était cher, très cher. C’était bien ce qu’il avait pensé oui, mais maintenant il en avait la confirmation. Ce fut Dominika qui repris, plus habituée à cette conversion.

-Cela reste assez onéreux. Pour une robe de ce genre qui risque de n’être portée qu’une fois ou deux…

Soyle eut une moue un peu déçue, mais elle entendait l’argument. Elle grandissait, assez vite en ce moment même. Alors même si elle aurait souhaité plaider sa cause pour affirmer que cette robe serait largement appréciée et rentabilisée, en étant honnête quelques seconde cela serait mentir. Ce n’était pas à l’école qu’elle la porterait tous les jours. Et même à la maison, cela serait un peu dommage finalement.

-Je vous l’accorde, ce n’est pas un premier prix. Mais pour une telle qualité, on ne peut pas faire de miracle sur le coût final du produit, n’est-ce pas ? D’autant plus que ce vêtement a été assemblé par des sorciers qualifiés bien rémunérés et non pas par des elfes de maison payés au lance-pierre dans un pays du Tiers-Monde

Si les parents Hoover n’étaient pas insensibles à l’argumentaire, cela restait hors de leurs possibilités, ou dirons nous plutôt que les parents de Soyle avaient d’autres priorités que la tenue d’un jour pour dépenser des fortunes pareilles. Aiden repris donc la main, le ton parfaitement cordial cela dit, sur le ton d’une conversation courtoise.

-Et si nous tentions une gamme en-dessous tout de même? Vous avez sans doute des modèles très convaincants également, non?

Soyle qui suivait la conversation sans intervenir directement finit par se réveiller, souriant à nouveau et s’adressant directement à Stubby.

-Tu en trouverais une jolie en bleu?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 429
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] EmptyDim 6 Sep 2020 - 11:35

La boutique où travaillait Stubby proposait des produits relativement onéreux. Elle avait un positionnement se situant quelque part entre le milieu et le haut de gamme. Il comprenait alors que cela ne pouvait pas être à la portée de toutes les bourses ou que l’on ne veuille pas mettre autant de galions dans des vêtements. Lui, il aurait aimé mais ce n’était pas à propos de lui. Le père de Soyle lui expliqua poliment que cette robe n’était pas dans leur budget. Stubby était un peu déçu mais le client était malheureusement roi.
« Très bien, je comprends tout à fait. »
Soyle eut soudain une requête. Elle voulait une robe bleue.
« Je pourrais trouver ça. »
Il se mit en quête d’une nouvelle robe. Encore. Il parcourut les rayons jusqu’à trouver quelque chose d’intéressant. Il s’agissait d’une robe plus simple que les précédentes dans sa conception. Couleur lapis-lazuli, une encolure en V assez profonde pouvant mettre en valeur une poitrine menue et de légers volants en guise de mancherons.
« J’ai celle-ci qui pourrait vous intéresser. Cette robe est plus simple mais elle présente des avantages certains. Elle est faite en un tissus extensible qui lui permet de s’adapter à une silhouette changeante. Et elle a des poches latérales. »
C’était la meilleure option qu’il avait pour eux. La robe de la dernière chance.
« Je vous laisse l’essayer ? »
Soyle, pour la troisième fois, fila à la cabine d’essayage. Ce fut alors que son patron réclama son attention. Le vendeur s’excusa auprès des parents de son ancienne camarade pour aller le voir.
Il se fit sermonner. Quoi ! Qu’avait-il fait ? Il se défendit comme il pouvait.  De là où les clients se tenaient, ils ne pouvaient pas entendre la conversation. Eventuellement comprendre que Stubby passait un sale moment. Tout ce qu’ils purent entendre fut…
« Et est-ce que je dois astiquer leur baguette à partir de quinze galions d’achat ? » balancé par l’employé avec insolence et agacement.
C’était sûr que l’on avait entendu plus délicat de la bouche d’un vendeur sur son lieu de travail. Il se fit d’autant plus sermonner. Quelques petites minutes plus tard, Stubby revint vers Soyle et ses parents, tout sourire. Comme s’il ne s’était rien passé.
« Alors, qu’est-ce qu’elle donne cette robe ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Contenu sponsorisé




[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty
MessageSujet: Re: [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby] [F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux?  [Stubby] Empty

Revenir en haut Aller en bas

[F.B: été 1962] Plutôt bleu ou vert avec mes yeux? [Stubby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]
» Avec Yoru [Hentaï] !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Le chemin de traverse-