GRYFFONDOR : 240 pt | POUFSOUFFLE : 217 pt | SERDAIGLE : 188 pt | SERPENTARD : 196 pt
Retrouvez l'édition de juin de la Gazette des sorciers !
-36%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max 270 React – Chaussure pour Homme
102 € 160 €
Voir le deal

Partagez

La voix de la colère | Ft. Carina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 303
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La voix de la colère | Ft. Carina Empty
MessageSujet: La voix de la colère | Ft. Carina La voix de la colère | Ft. Carina EmptyMar 30 Juin 2020 - 22:36

C’était un scandale ! Inadmissible ! Inacceptable !
Aussi furieux que désespéré, Stubby effectuait les cent pas dans la salle d’attente des urgences de Ste-Mangouste en ruminant, un mug de thé à la cannelle et au miel entre les mains. Il avait l’impression d’être ici depuis des années – en vérité, il y avait juste passé la journée. Le chanteur des Croque-Mitaines était à bout de nerf. Mais que lui était-il arrivé ? Quelle était cette histoire ?
Au petit matin, Stubby s’était réveillé avec un léger mal de gorge. Déjà pour lui, cela s’annonçait mal. Car le soir, les Croque-Mitaines devaient donner un concert très important. Un peu inquiet, il s’était tout de même contenté de boire une vieille recette de grand-mère contre le mal de gorge. Ce fut quand l’heure de la première répétition du matin que tout dérapa : il se trouvait incapable de chanter correctement. Ni même de crier pour manifester son horreur ou sa colère – pour le plus grand bien du personnel médicomagique. Il pouvait à peine parler, il n’avait tout simplement plus de voix.
A cette constatation, Stubby voyait déjà son monde s’effondrer autour de lui. Qu’allait-il devenir s’il ne pouvait plus chanter ? Sa voix, c’était la seule chose qu’il avait. Et comment cela avait pu arriver aussi soudainement ? D’habitude, ce genre de chose, il avait le temps de repérer les premiers symptômes pour le voir venir gros comme la Grosse Dame de Poudlard. Il en était vite venu à une conclusion : on avait trafiqué quelque chose qu’il avait mangé ou bu la veille au soir. Et ça, il en était certain.
Une fois arrivé à Ste-Mangouste avec son agent, et prévenu en catastrophe sa maman, son frère, sa sœur, Neolina et son médicomage généraliste, qui était en vacance, par hiboux, il ne fut pris en charge que quelques heures après et ce malgré ses crises silencieuses. Et il lui fallut attendre encore quelques heures pour que les résultats tombent : du silence et de la tisane au miel. Stubby fut scandalisé ! Il avait été empoisonné et les médicomages n’y voyaient qu’un rhume. Ils voulaient juste se débarrasser de lui, en fait. Mais il était hors de question qu’il parte après ce diagnostique forcément erroné. De toute façon, c’était mort pour le concert : il avait été annulé, fatalement.

Vingt-deux heure. Tandis que Stubby faisait ses cent pas, fatigué de sa journée interminable d’attente, son agent se présentait comme son porte-parole auprès de la secrétaire médicomagique en essayant de négocier. Un sage homme, cet agent. Il exprimait plus calmement ce que son artiste aurait dit colériquement sans dénaturer le message. Le chanteur ne faisait même pas attention au sorcier qui chantait toutes les chansons des Croque-Mitaines en boucle depuis trois heures – probablement un mauvais sort qui l’empêchait de s’arrêter de chanter.
Revenir en haut Aller en bas
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 50
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (likeanewday)/ signature (Magma.)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La voix de la colère | Ft. Carina Empty
MessageSujet: Re: La voix de la colère | Ft. Carina La voix de la colère | Ft. Carina EmptyMer 1 Juil 2020 - 19:50

Carina regarda sa dernière patiente de la journée avec un sourire. Elle avait été empoisonnée par une plante lors d'un voyage à l'étranger et après plusieurs jours à l'hôpital Saint Mangouste, elle semblait presque guérie. “Eh bien, ma chère aventurière au cœur de lionne, ” Commença-t-elle en l'appelant par ce surnom qu'elle avait spécialement trouvé pour cette jeune femme. Elle affichait un sourire lumineux afin de la rassurer et lui transmettre un peu de sa bonne humeur.  “J'ai l'immense joie de vous annoncer que vous êtes sur la voie de la guérison. Je vois votre sœur demain pour l'informer de cette nouvelle et vous pourrez nous quitter dès le lendemain. ” C'était si plaisant de voir le visage réjoui des patients lorsqu'ils apprenaient une telle chose. Car c'était là tout l'intérêt de son métier : soigner les gens. Elle écrivit quelques informations et notes sur son calepin qui lui serviraient pour remplir le dossier. La sorcière en convalescence la remercia et promit de bien se reposer. Après avoir quitté la chambre, elle inspira profondément soulagée que la journée ne touche à sa fin et se rendit dans son bureau pour compléter ses derniers fichiers.

Son bureau n'était pas le plus grand du service, celui du guérisseur en chef faisait des envieux, y compris Carina. L'espace était bien rangé. Elle s'avérait parfaitement ordonnée lorsqu'il s'agissait de son lieu professionnel tout en apportant sa petite touche d’originalité. Au lieu d'un sablier, elle possédait une montre qu'elle portait à la main. La photo disposée dans un coin d'un meuble ne bougeait pas. Rien de particulièrement choquant pour un oeil non averti, mais elle savait que cela pouvait surprendre certaines personnes habituées à vivre entourés uniquement ensorcelés. Installée à son siège, elle remplissait des parchemins de phrases tout à fait académiques - pas de fioritures ou de surnoms qu'elle affectionnait tant - tout en chantonnant un air du groupe ABBA. Alors qu'elle achevait son travail de rédaction, quelqu'un toqua à la porte de son bureau et qui entra sans son autorisation. Elle releva la tête tout en pinçant légèrement des lèvres. “Carina, peux-tu venir aux urgences s'il te plait ? ” Voilà qui était inquiétant. Elle savait qu'on ne viendrait pas la déranger si près de la fin de son service si ce n'était pas important. “J'arrive de suite.”   

Après avoir achevé le classement des dossiers, elle descendit vers les étages inférieurs. La collègue qui l'avait interrompue l'attendait à l'accueil en compagnie d'une secrétaire et d'un homme. “Ah Carina, je te présente l'agent de Stubby Boardman. ” Elle ne réagit aucunement à ce nom, mais comprit rapidement aux regards que lui lançaient son interlocutrice et cet agent qu'elle devait apparemment le connaitre. “Le chanteur des Croque-Mitaines... ” Ah ! Oui effectivement. Une (grande) célébrité alors. Elle avait bien lu ceci dans un journal, la gazette probablement. Mais elle ne s'intéressait pas réellement à la musique sorcière. “Eh bien, que puis-je faire pour vous ?Que lui est-il arrivé ?” Demanda-t-elle bien plus intéressée par l'état de santé de ce dernier que de son statut social dans la communauté magique. Ils lui expliquèrent tout d'abord que la voix du chanteur avait disparu et que cela représentait un obstacle terrible pour les concerts. Elle ne dit rien, écoutant sagement, tout en notant au passage les allusions malvenues dans son esprit. Puis vint ensuite le récit de cette longue journée dans la salle d'attente de l'hôpital. Les autres médicomages avaient diagnostiqué un rhume alors que l'agent et son client insistaient pour dire qu'il s'agissait d'un empoisonnement.

Je comprends tout à fait votre inquiétude et...” Ses yeux remarquèrent très rapidement la mine tendue de la secrétaire. Elle devait être à cran. C'est ce qui la convainquit d'allonger sa journée davantage malgré son envie de rejoindre sa maison près de Bristol. “Indiquez-moi où est votre client, je vais faire un second diagnostique. ” Dit-elle finalement au grand soulagement de tous. Elle le suivit sans rien de plus, dans un silence de cathédrale qui ne lui ressemblait pas vraiment. Puis l'agent - dont le nom lui échappait bien évidemment - lui interpella le dénommé Stubby. Elle le reconnut avec difficulté. Les gens paraissaient toujours différent dans la réalité. Sa culture musicale sorcière s'avérait quelque peu pitoyable tandis qu'elle collectionnait les vinyles de tous les groupes moldus actuellement populaire. “Bonsoir Mr Boardman, je suis Carina Hodgens, médicomage au service des empoisonnements par potions et plantes.” Se présenter, toujours se présenter le plus poliment possible malgré la fatigue qui commençait à la prendre. Il était tout de même 22 heures. “J'ai cru comprendre que vous pensez avoir été empoisonné, si vous voulez bien me suivre jusqu'à mon bureau pour une consultation, je pourrais confirmer ou non ces soupçons.” Elle ne tarda pas à se rappeler qu'il ne pouvait pas parler et se tourna alors vers l'homme de confiance de son nouveau patient : “Il serait bien que vous veniez également.

HJ : Je peux changer la fin si tu n'as pas assez de matière pour répondre... 
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 303
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La voix de la colère | Ft. Carina Empty
MessageSujet: Re: La voix de la colère | Ft. Carina La voix de la colère | Ft. Carina EmptyVen 3 Juil 2020 - 19:51

Stubby exerçait un métier exigeant. On ne s’en rendait pas vraiment compte quand on le voyait se déchaîner sur scène comme s’il avait dormi dix heures et but deux flacons de potions énergisantes. Il lui fallait toujours veiller à sa santé. A la veille d’un concert, un rhume, un seul petit rhume, pouvait être une véritable épine dans le pied. Toujours veiller à ne pas se blesser, aussi. Et les classiques bien manger, bien bouger, l’alcool est dangereux pour la santé et bien dormir. De fait, le chanteur avait eu, dès le début de sa carrière, un médicomage personnel qui s’occupait toujours de lui, qui connaissait pour ainsi dire tout son dossier médicomage sur le bout de la baguette. Il avait une confiance aveugle en lui et il était assez réticent à l’idée de voir un autre médicomage qui éventuellement ferait les choses différemment. Mais là, il n’avait pas eu vraiment le choix.

Stubby ronchonnait en silence. Ces gens-là se disaient médicomages ? Laissez-le rire ! Tant d’années d’étude pour tant d’incompétence. Au bout de quelques minutes d’attente, une femme en blouse blanche entra dans la salle des urgences. Le chanteur regarda de loin son échange avec la secrétaire médicomagique et son agent, la mine renfrognée. Quelques secondes plus tard, la femme et son agent vinrent à lui. Il se tourna vers lui, un regard fatigué et un peu fermé. A vrai dire, il s’attendait à ce qu’on lui dise encore de se reposer. Elle se présenta, annonçant au passage dans quel service elle travaillait. Tout d’un coup, Stubby sembla un tout petit peu plus disposé à l’écouter. « Enchanté. » fit-il d’une petite voix. A ce volume, elle ne semblait pas très cassée.
Oh ! Elle annonça qu’elle allait le consulter. Bah enfin ! Il avait gain de cause. Mais il demeurait méfiant. Et si on l’envoyait juste pour achever de lui démontrer qu’il avait tort par un argument d’autorité ? Elle se tourna vers son agent et proposa, plus ou moins, que l’agent les accompagne.
« Je crois encore être capable de m’exprimer tout seul. Merci. » répondit-il un peu sèchement mais on ne savait pas vraiment si c’était intentionnel ou si c’était l’impression que donnait sa voix déraillée.
L’agent ne put qu’obtempérer, obéissant docilement à son artiste. Il savait d’expérience qu’il fallait éviter de lui déplaire pour d’aussi petites choses. Il leva une main en signe d’abdication et alla s’asseoir dans la salle d’attente tandis que la médicomage et Stubby allèrent en salle de consultation.

Cette salle était austère au goût du trentenaire. Il n’aimait pas cette ambiance. Il s’assit à la place du patient.
« Vous allez vraiment m’ausculter ? Ou simplement faire semblant pour me dire la même chose que vos collègues ? » demanda-t-il de but en blanc en croisant les bras.
Son regard était sévère mais on pouvait y déceler une pointe d’espoir. Et un petit brin de douceur désespérée.
Revenir en haut Aller en bas
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 50
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (likeanewday)/ signature (Magma.)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La voix de la colère | Ft. Carina Empty
MessageSujet: Re: La voix de la colère | Ft. Carina La voix de la colère | Ft. Carina EmptyDim 5 Juil 2020 - 14:43

Il existait toute sortes de patients et collègues avec lesquels il fallait composer. Ce n'était pas toujours facile, mais elle savait faire preuve d'une grande patience lorsqu'elle était sur son lieu de travail. Sortie du cadre professeur, elle pouvait s'avérer très différente dans les moments comme celui-ci. La fatigue avait tendance à la rendre un poil irritable, mais elle se forçait à rester polie et courtoise - probablement la seule chose avec le suédois qu'elle avait retenu de l'éducation de ses parents - face à ce nouveau patient en fin de service. Mais il ne lui parut pas aussi terrible au premier abord, fatigué, désespéré, mais au moins il avait sorti un "enchanté" ce qui signifiait, au moins, qu'il ne lui parlerait pas comme s'ils avaient élevé les cochons ensemble. Cependant, la remarque qu'il adressa à son agent modifia légèrement la première impression qu'elle avait eu de lui. Surtout ne jamais s'y fier. Il fallait toujours s'adapter aux autres. C'était parfois un exercice de haut voltige. “Très bien. ” Dit-elle avec en hochant la tête doucement. Au moins, il avait du caractère et ne semblait pas effrayé de s'exprimer. Elle se dit qu'il valait mieux ainsi sachant le métier exigeant qu'il faisait et la célébrité qu'il entraînait.

Son bureau ressemblait à tout autre : propre, rangé, les mêmes couleurs - blanc cassé - sans grande personnalité - seuls quelques objets étaient disposés ici et là. Elle n'avait rien à envier aux autres. Elle invita Stubby à s'installer sur l'une des chaises destinées aux patients avant de prendre place sur son siège habituel. Elle ouvrit un tiroir pour récupérer un parchemin afin de remplir un nouveau dossier et attrapa l'une de ses plumes. Ce qu'il dit par la suite lui fit un pincement au cœur. C'était à la fois sec et désespéré. Carina aurait presque pris cela comme une forme de vulnérabilité si elle n'avait pas été aussi fatiguée. Elle l'observa un instant avant de prendre la parole : “Je suis vraiment navrée que mes collègues vous aient donné cette impression.” Elle n'allait certainement par leur trouver des excuses, ce n'était pas à elle de justifier ou non leur comportement. Elle s'était imaginée affalée sur son canapé à écouter la radio en train de manger son reste de ratatouille son chien sur les genoux.   “Je pourrais être déjà chez moi, à me reposer, mais je suis là devant vous. Et ce n'est pas pour faire semblant. Je compte faire mon travail. ” Elle ignorait totalement si cela le rassurerait ou pas.

Cela allait prendre le temps qu'il faudrait. Si cela devait durer une heure et bien soit. Ce ne serait pas la première fois qu'elle faisait des heures supplémentaires. Ses patients étaient une part non négligeable de son existence, certes pas autant que sa nièce, mais elle leur accordait une grande importance. “Avant de vous ausculter, j'aimerais vous pouvez des questions sur les symptômes. Avez-vous rencontré des difficultés pour parler soudainement ou cela s'est dégradé petit à petit ? Dites moi tout ce qui vient à l'esprit, tout est important. ” Elle était prête à prendre des notes, mais se rendit compte qu'il préférait peut-être écrire afin de ne pas monopoliser sa voix davantage. Elle lui tendit une plume ainsi que du papier. “Un empoisonnement peut être accidentel... ou volontaire. Alors j'aurais également besoin de savoir ce que vous avez mangé. Vous pouvez rédiger tout cela si vous le préférez.” Elle lui offrait les deux possibilités comme pour lui donner une forme de contrôle sur le déroulé de la consultation.

 
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 303
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La voix de la colère | Ft. Carina Empty
MessageSujet: Re: La voix de la colère | Ft. Carina La voix de la colère | Ft. Carina EmptyHier à 19:05

Stubby avait un fort caractère, n’hésitait pas une seule seconde à s’affirmer et savait parfaitement ce qu’il voulait – ou ne voulait pas. La plupart des personnes ayant travaillé à ses côtés s’accordaient pour dire que c’était parfois difficile de gérer ce tempérament qui pouvait être rassurant comme cauchemardesque. Quand Stubby Boardman exigeait quelque chose, on devait lui donner ce qu’il voulait. Sinon, il pouvait très rapidement devenir grincheux.
Cette médicomage du service des empoisonnements, elle arrivait au bon moment. Autant pour ses collègues que pour le chanteur. Ses collègues étaient à deux doigts de craquer. Les nerfs de Stubby commençaient à lâcher, le faisant lentement transitionner de la colère au désespoir. Quand la femme se présenta à lui, il douta de sa bonne foi. Ils allèrent tous deux à son bureau qui ressemblait à tous les autres aux yeux du chanteur. Il se demandait comment il était possible de garder un lieu de vie aussi organisé sans passer sa journée à ranger. Sa nature expansive faisait que lui en était incapable. Son intérieur aurait été dans un sacré désordre si son elfe de maison, Pomelo, n’était pas là pour y mettre de l’ordre. Son regard se baladait dans la pièce, à la recherche d’un élément visuel stimulant tandis que la médicomage s’installait en face de lui. Là, ses yeux se tournèrent vers elle.

A ses doutes, elle s’excusa et essaya de dissiper ses doutes. Mais Stubby attendait de voir avant de la croire. Il ne répondit alors rien si ce ne fut un « Ok. » sans sourire. Ce fut ainsi qu’elle commença à faire son travail, posant une question sur l’apparition des symptômes et leur manifestation. Tandis qu’il s’apprêtait à répondre, elle rajouta une autre interrogation en lui tendait une plume et du papier. La façon dont il les regarda ! On aurait dit qu’ils allaient le mordre ! Il prit ce que la médicomage lui tendait malgré tout, avec ce qui semblait être un peu de réticence.
Bah. Elle avait raison en quelque sorte. Il ne fallait pas qu’il force d’avantage sur sa voix. Alors, dans un premier temps, il se résolut à écrire. Mais ce fut sans compter sur le petit temps d’hésitation qu’il eut avant de poser le bout de la plume sur le papier. Il griffonna lentement quelques mots, comme un enfant qui n’aurait pas envie d’écrire sa leçon. C’est qu’il ne semblait pas très à l’aise avec cet exercice. Preuve en était qu’il reposa la plume dans un silence de tombe.
« Je crois que ça sera plus simple et rapide à l’oral qu’à l’écrit. » commenta-t-il de sa voix cassée.
Il gardait néanmoins le papier restant entre ses mains en entreprenant de le plier dans tous les sens distraitement.
« C’est venu d’un coup. » commença-t-il. « Ce matin, quand je me suis réveillé… J’ai voulu appeler mon elfe de maison mais j’arrivais pas à élever la voix assez fort pour qu’il m’entende. Pourtant, il était pas loin. J’habite en appartement, pas dans un château. Puis je me suis rendu compte que même parler était pénible. Alors que la veille au soir, je pouvais encore parler normalement, chanter, rire sans avoir l’impression de mourir et même crier. »
Sa voix faisait des hauts et des bas très irréguliers et secs. Elle était rauque. Stubby avait l’impression de muer une seconde fois en mille fois pire. Il fronça les sourcils tandis qu’il essayait de se rappeler ce qu’il avait mangé la veille.
« Et je pense rien avoir mangé d’inhabituel. J’étais pas sorti, je n’ai mangé que chez moi ce que m’a préparé Pomelo… J’avais invité un ami le soir, il avait ramené une bouteille de vin.  Mais elle était scellée et on était deux à la boire. Il n’a rien, lui. »
Il lâchait les choses en vrac, au fur et à mesure qu’il s’en souvenait, sans regarder la médicomage. En fait, il regardait fixement la montre qu’elle avait au poignet. Le bout de papier qu’elle lui avait donné se transformait lentement en charpie.
« Y’a ma voisine qui est venue dans l’après-midi pour me ramener une part de cheesecake qu’elle avait fait pour ses petits-enfants. C’est une toute petite vieille, ‘voyez. Elle a au moins 90 balais. J’crois qu’elle était mannequin. Ou peintre. Ou les deux. Je ne sais plus. Rotula, qu’elle s’appelle. »
Rotula Bersbek était en vérité une célèbre inventrice et écrivaine sorcière. Mais en effet, elle avait été mannequin. Au moins Stubby n’avait pas faux sur toute la ligne. On disait qu’elle avait eu trois époux. Simultanément.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




La voix de la colère | Ft. Carina Empty
MessageSujet: Re: La voix de la colère | Ft. Carina La voix de la colère | Ft. Carina Empty

Revenir en haut Aller en bas

La voix de la colère | Ft. Carina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres :: 
L'hôpital Ste Mangouste
-