GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !
-46%
Le deal à ne pas rater :
Vélo électrique 26′ VELOBECANE -7 vitesses
649.99 € 1199 €
Voir le deal

Partagez

Tata Freya (Freya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 385
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /hedgekey/rainmaker
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyDim 12 Juil 2020 - 13:24

Grâce au cachet sur les différentes enveloppes des réponses de Miss Bake, Amelia avait fini par trouver l'endroit où son ancienne professeure logeait. La campagne britannique profonde dessinait sous ses yeux. L'endroit était encore plus désertique que Tinworth. Il y avait une forêt à perte de vue et quand elle tomba sur une vieille bâtisse et sombre, elle se dit qu'elle était au bon endroit. Elle remarqua un petit étang. C'était assurément agréable pour s'isoler. Mais jamais la jeune femme ne viendrait se terrer dans un coin pareil. Elle aimait la ville, le bruit, les gens. Oui, elle aimait avoir des voisins juste en traversant la rue. Et ce lieu lui donnerait presque des frissons. Elle ne voyait personne, pas même un chat. Mais que faisait-elle là au juste ? Ah oui, Miss Bakke.

Elle inspira profondément, répétant dans sa tête ce qu'elle comptait lui dire. Elle avait emmené les lettres au cas où... des lettres inquiétantes et particulièrement concises. La première avait été relativement simple pour dire vrai. Elle s'était juste trompée de langue. Elle avait compris qu'elle avait rédigé quelques mots dans sa langue nature. S'agissait-il de Norvégien ? Amelia n'avait jamais étudié des langues qui lui paraissaient aussi lointaine. Dans tous les cas, la seconde lettre avait bel et bien amplifié sa crainte. Elle n'avait pas pris la peine de rayer le norvégien et surtout cette dernière phrase "Les visions viennent, ils parlent toujours." Qu'est-ce que cela signifiait ? Etait-ce une prédiction ? Entendait-elle des voix ? Si la première solution lui donnait des frissons, la seconde lui faisait peur. dans tous les cas, elle n'avait pas tardé à se faire sa propre conclusion. Quelque chose s'était mal passé entre le professeur Bakke et sa psychomage, Nora.

Elle se demandait bien ce qu'elle allait découvrir et surtout qui... Serait-ce la sympathique professeur qu'elle avait croisé à Poudlard ? Ou bien une autre Miss Bakke qu'elle ne voudrait pas rencontrer, pas même dans ses pires cauchemars ? Toutes ces inquiétude venaient tout simplement de ces mots écrits à l'encre noire rapidement sur lesquels elle jeta un énième regard interrogateur. Elle avait prévenu ses parents qu'elle rentrerait assez tard, mais dans le fond, cette entrevue pouvait tout aussi bien durer cinq minutes qu'une heure.  Elle avait embarqué avec elle le dit livre de divination dans l'espoir qu'elle ne comprenne pas les réelles raisons de sa présence ici. Elle gravit les quelques marches qui la séparaient de la porte et toqua aussi fort que possible. Quand celle-ci apparut, elle lui sembla fatiguée et pas dans une forme olympique. “ Bonsoir prof... miss Bakke. ” Il lui était encore tout particulièrement difficile de ne pas appeler ses anciens professeurs... "professeur" justement. Plus encore, elle avait du mal à s'adresser à miss Hoover par son prénom. Mais avec Freya Bakke, elle préférait garder une certaine formalité même si elle savait quelque chose de sa vie privée qu'elle ne devrait absolument pas connaitre. “ Suite à notre échange de lettres, je vous ai proposé de venir ce soir et vous étiez d'accord. J'espère que je ne vous dérange pas. ” Elle avait envie de lui demander si elle allait bien. Mais en même temps, elle était certaine qu'elle lui répondrait à nouveau oui. Sauf que cette fois-ci, en face à face, elle ne pourrait absolument pas la croire. C'était évident qu'elle ne se portait pas très bien et elle allait devoir gratter la surface. “ Puis-je entrer ? ” Demanda-t-elle finalement avec un faible sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 216
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyDim 12 Juil 2020 - 19:27

Difficile de dire combien de temps avait passé. Difficile même de dire comment le temps passait. Freya en avait perdu la notion déjà relative il y a un moment. La douleur qui la tenait l’avait fait vivre très difficilement les derniers jours de l’année scolaire. Il avait été particulièrement difficile de faire illusion autant auprès des élèves que de ses collègues. Son caractère naturellement peu porté sur le collectif l’avait sans doute aidé puisqu’il semblait que personne ne se soit réellement inquiété de ne pas la voir sortir de sa tour aussi souvent. La scandinave s’était renfermé, tenant ses journées avec difficulté et se laissant décliner une fois les cours terminés. Une certaine forme de stabilité restait malgré tout grâce à cette obligation. Les dates avaient fini par faire qu’elle avait quitté le château comme presque tous ses habitants.

Et là les choses s’étaient un peu compliqué. Comme chaque année s’était posé la question de savoir où passer l’été. Si elle était généralement ravie de rentrer chez elle en Norvège et retrouver ses obligations de prêtresse, cette année les choses ne lui semblaient pas aussi simples. Rentrer voudrait dire qu’elle retrouverait sa mère. Une femme qui possédait elle aussi un don, différent de celui de son enfant cela dit. Frigga ressentait de façon surprenamment précise les sentiments de ceux qu’elle touchait. Et actuellement, Freya ne souhaitait pas vraiment partager ce genre de choses avec elle. Elle resterait donc certainement en Angleterre. Elle avait donc retrouvé sa maison habituellement si apaisante qui sentait aujourd’hui comme une forme de déception. C’était dans cette petite maison sombre et surchargée de pierres, plantes, ossements et autres décorations atypiques que Nora avait touché la scandinave en plein coeur. C’était cette décoration qui avait tant charmé la psychomage, ça et la personnalité toute aussi particulière de la propriétaire des lieux qui avaient attiré sa sympathie puis son amour. Cette idée n’avait pas manqué d’arracher quelques larmes à la belle à peine la porte passée. L’été promettait d’être long.

Les premiers jours elle avait passé des heures à implorer la déesse qu’elle pensait responsable de cette situation. Elle voulait que ces sentiments disparaissent, qu’elle puisse oublier sa douleur, oublier cette femme impitoyable qui avait brisé son coeur. Tout y était passé, toutes les incantations possibles, les offrandes, le jeûne, elle en avait eu des douleurs à force de rester ainsi sans bouger. Rien n’avait fonctionné. Nora restait dans son esprit, et pire encore, elle y restait toujours aussi sublime que le premier jour. Alors Freya avait pris les Dieux comme responsables, cessé toute forme de prière, recouvert son autel, et leur faisait plus ou moins une bouderie d’enfant.

La scandinave avait changé de stratégie. Elle avait commencé par retrouver Phil qu’elle considérait capable de combler ce vide qui semblait gagner toujours plus de terrain en elle. Si ce fut un échec, elle avait au moins le mérite de passer des moments assez agréables, d’avoir une compagnie dans sa consommation sans doute trop massive d’alcool, et d’être même sortie un peu en sa compagnie pour un festival. Une fois seule elle avait plongé plus loin encore, se laissant glisser sans résistance dans une profonde déprime. Se voyant incapable de recentrer ses idées les plus basiques, elle avait décidé de combiner avec les plantes qu’elle prenait normalement pour aider son esprit à s’ouvrir pour se préparer à la divination. Des plantes qui lui permettaient normalement de suivre ses pensés et rester lucide dans ses visions. La combinaison des deux avait été désastreuse, mais la prêtresse s’y accrochait. Elle avait ainsi perdu le fil du temps et avait du mal à se rendre compte de ce qui pouvait se passer autour d’elle. C’est ainsi qu’en recevant les lettres d’Amelia, elle avait répondu sans trop y penser, presque incapable maintenant de dire qu’elle l’avait bien fait.

Freya avait entamé en cette fin de soirée un nouveau mélange à fumer, déjà bien diminuée. Les joues creusées et les paupières lourdes, elle était étendue dans son canapé à ne penser à rien de précis, cherchant surtout à éviter la pensé fâcheuse qu’elle souhaitait effacer. Il lui fallut un moment avant de comprendre ce qui faisait ce bruit qu’elle entendait et aller ouvrir sa porte. Ayant parfaitement oublié sa dernière réponse à Amelia, elle avait oublié sa visite. Enfin, si elle avait seulement réellement compris à un moment que la jeune fille comptait passer.

-Bonsoir prof... miss Bakke.

Le mélange peu heureux de Freya avait réveillé ces voix qu’elle pouvait entendre parfois depuis son séjour douloureux chez les mangemorts. Détaillant la jeune fille pour la reconnaître, elle du ensuite tendre l’oreille pour s’assurer de la présence réelle de cette voix, plissant ses yeux embrumés. Ses cheveux attachés rapidement pour qu’ils ne soient simplement pas devant son visage glissaient sur son épaule alors qu’elle se penchait un peu, appuyée sur l’encadrement de la porte pour son équilibre.

-Suite à notre échange de lettres, je vous ai proposé de venir ce soir et vous étiez d'accord. J'espère que je ne vous dérange pas.

La jeune fille fut étudiée encore quelques instants, le temps d’essayer de remettre ses idées en place. Les lettres, la visite, la déranger? Non, elle ne dérangeait pas. Ou alors elle dérangeait? Dérangeait de quoi? Freya s’était un peu égaré avant de lâcher d’une petite voix pensive et un peu enrouée une réponse.

-Les lettres… oui… ce soir… oui…

De toute façon elle n’allait pas lui demander de partir. Elle n’y songeait à vrai dire même pas. L’idée ne lui venait tout simplement pas. Son regard était dans le vide, porté vers le lac derrière Amelia, son esprit surprenamment vide.

-Puis-je entrer ?

Freya reporta son attention vers Amelia, l’air interrogatif, la fixant quelques instants.

-Oui…

Sa voix tout aussi faible et éraillée, elle s’était écarté de la porte pour se retourner et repartir en direction du salon. Les grigri qui pendaient du plafond avaient commencé à prendre la poussière, les pierres semblaient ne pas avoir bougé depuis des semaines, une odeur de camphre brûlé et de résines d'épineux froides emplissait l'intérieur, trois bouteilles vides trônaient sur la table aux côtés d’une déjà bien entamée. D’ailleurs Freya la saisi au passage pour en verser dans une tasse où à l’odeur traînait encore un fond de café. Freya n’avait pas pris la peine de refermer la porte, Amelia était encore devant quand elle l’avait perdu de vue.

-C’était pour…

Freya avait lancé un début de question avant d’entendre ce rire si particulier raisonner dans sa tête qu’elle s’était aussitôt mise à secouer en lançant un “shht”. Il était effectivement passé et elle s’était laissé tomber dans le canapé, reprenant son mégot où elle l’avait laissé pour en respirer une grande bouffé suivie d’une toux.

-Pourquoi tu voulais me voir?

Prenant la tasse servie précédemment en main, elle avait commencé par en prendre une gorgé avant de grimacer au goût du mélange involontaire avant de la terminer d’une traite.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 385
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /hedgekey/rainmaker
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyMer 15 Juil 2020 - 12:02

Le premier mot qui lui vint à son esprit quand l'enseignante de divination apparut fut : méconnaissable. Elle se le répéta alors tout en plissant des yeux afin de faire le jeu non pas des sept erreurs, mais plutôt celui des sept point communs. C'était pourtant bien la même femme avec les mêmes yeux, le même nez et les mêmes cheveux. Elle lui paraissait étrangement plus petite que la dernière fois... comme si un drame absolument terrible lui était arrivé. Elle garda toutes ces pensées dans un côté de sa tête et expliqua les raisons de sa présence ici. La voix faible et éraillée de l'enseignante la refroidit, sans parler du fait qu'elle avait, manifestement, totalement oublié les lettres en question et qu'elle avait prévu de venir. Bien évidemment, elle avait eu raison de venir. Elle se demandait pourquoi Nora ne faisait rien... ou bien ? Ou bien, c'était ça le problème. La psychomage ignorait ce qui se passait dans la vie de sa compagne - ex compagne ? - et cette seule idée brisait le cœur d'Amelia. Elle aurait certes préféré ne pas tomber sur elles à la tour d'astronomie, mais elle avait fini par les trouver charmantes toutes les deux ensemble, touchantes également. Elles leur étaient apparues comme un joli couple. Et il était évidemment que Nora ne laisserait pas quelque chose comme ça se produire si elle était au courant de l'état second de miss Bakke. Elle mettrait sa baguette à brûler s'il le fallait.

Elle n'ajouta rien à propos des lettres afin de ne pas insister et se contenta de lui demander si elle pouvait entrer. La maison était presque aussi terrifiante à l'intérieur qu'à l'extérieur. C'était lugubre, sale et mal entretenu. L'apparence de la pièce semblait convenir à celle de sa propriétaire... Il y avait un laisser aller. Si sa mère assistait à une telle scène, elle ferait probablement une syncope. Mais si Amelia aimait avoir sa chambre propre, elle n'était pas non plus du genre à juger les autres et critiquer les autres sur la tenue de leur maison. Puis, elle ne pouvait pas décemment se permettre du haut de ses 18 ans de faire la morale à une femme qui pourrait être sa mère. Et elle sentait qu'il s'agissait plutôt là le fruit d'un désintérêt ponctuel que de sa personnalité toute entière. Elle remarqua également les bouteilles d'alcool : trois vides et une déjà bien entamée. Et oh... elle venait de s'en verser dans une tasse. Et là, elle attrapait une cigarette. Elle s'attendait bien évidemment à ce que miss Bakke ait des habitudes, et des vices comme tout le monde. Mais là, ça faisait beaucoup d'un coup pour une seule personne. Bon définitivement, elle ne se rappelait rien du tout de leur échange. Fallait-elle dire la vérité ? A vrai dire, peu importait ce qu'elle allait dire, les deux solutions étaient assez proches de la réalité. “ Je vous avais contacté à propos d'un livre de divination que j'ai trouvé à Fleury et Botts. ” Elle lui indiqua le livre en question, mais ne lui tendit pas pour autant. Elle semblait bien encombrée aussi bien dans sa tête que physiquement - tasse d'alcool à la main, cigarette au bec.

En voilà un charmant tableau - ironie ! - qu'elle ne risquait pas d'oublier. Mais tous les signes de la mélancolie collaient, enfin, elle n'était pas une experte. “ Mais vous m'avez dit de ne pas m'y fier car la divination est vivante. ” Se rappela-t-elle. Elle ne savait pas exactement ce que cela signifiait, mais dans un même temps, elle se demandait si Freya le savait elle-même. Peut-être qu'elle le savait, mais ne pouvait pas vraiment l'expliquer pour le moment. Elle l'aurait certainement dit dans sa lettre non ? “ J'ai entendu parler d'astrologie et de chiromancie... mais pas de xylomancie en vérité. Et le livre parle de tout un autre type de divination dont j'ignorais l'existence. ” La xylomancie, c'était l'art de lire l'avenir dans les brindilles. Elle n'avait pas forcément envie de se pencher sur le sujet. Mais c'était l'excuse parfaite pour obtenir des informations supplémentaires sur son état de santé. “ Vous êtes une experte en divination, alors cela me paraissait cohérent de vous envoyer une lettre. ” Bon allez, elle devait se jeter à l'eau. Que risquait-elle très exactement ? Etre jetée dehors ? Elle ne l'en croyait pas vraiment capable. “ Puis je souhaitais vous demander comment vous vous portiez. Vous avez été... laconique dans vos lettres. ” Bon vu l'état de la maison, de son interlocutrice - elle était exténuée - et de ses bouteilles, elle commençait à avoir un petit aperçu.  
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 216
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptySam 18 Juil 2020 - 17:01

Les dernières semaines avaient été très difficiles, dans beaucoup de sens du terme. Freya trouvait simplement le temps long, peu importait ce qu’elle faisait. Le temps était long, passait pourtant sans qu’elle ne le voit, laissant aller tout ce qui l’entourait jusqu’à sa propre personne. Diminuée, elle ne s’en rendait à vrai dire pas vraiment compte, se faisant parfois la remarque que sa robe ne lui faisait pas le même effet que d’habitude avant de se resservir un verre. Mangeant aussi peu qu’elle dormait, les nuits s’alternaient entre un sommeil qu’elle accueillait comme salvateur et ces réveils en sueur qui la faisaient se lever comme si c’était finalement quelque chose de dangereux que de s’endormir à nouveau. Ses rêves surtout étaient agités, alternants entre souvenirs douloureux, complément de se cerveau fatigué qui lui offrait à nouveau la vue des mangemorts et même de sa douce Nora qu’il mêlait désormais à ses bourreaux.

Mis à part Phil qui passait et dont elle n’avait jamais craint le regard, elle n’avait plus revu grand monde ces dernières semaines. Se retrouver face à Amelia ne lui faisait pas prendre conscience de son état mais simplement qu’il était difficile de suivre une conversation qui s’étalait sur plus d’une heure. La scandinave n’avait aucun souvenir de ces lettres. Ce qui l’ennuyait un peu certes, même si c’était une pensé fugace qui passait vaguement dans sa tête. Elle ne parvenait pas vraiment à se focaliser sur l’action. Ses mouvements étaient lents et hasardeux, son pas chancelant.

-Je vous avais contacté à propos d'un livre de divination que j'ai trouvé à Fleury et Botts

Un livre, vraiment? Elle n’en avait sincèrement aucun souvenir. Sans faire un mouvement vers elle, Freya avait fixé le fameux livre, de loin, comme si elle pourrait réellement savoir de quoi il parlait rien qu’avec ce coup d’oeil. Devant son échec plus que prévisible elle avait à nouveau rempli sa tasse qui devrait maintenant être empli d’un seul et même liquide. Elle ne la porta pas à ses lèvres cependant, la gardant simplement en main en la posant sur ses genoux avant de prendre une nouvelle bouffée de son mélange maison à fumer.

-Mais vous m'avez dit de ne pas m'y fier car la divination est vivante.

Ah là par contre elle était assez d’accord. En même temps si c’était elle-même qui l’avait dit… Bon… c’était bien d’être en accord avec soi-même… On se contenterait de ça pour le moment.

-Oui oui, comme nous. Elle réagit avec nous, nous répond ou pas. Un livre ne peut pas le dire. Ton intuition, il faut la suivre. Seulement la tienne!

C’était entre une forme de vérité et des paroles parfaitement embrouillées. Tirant une nouvelle fois sur sa cigarette, elle fit un mouvement de la main dans une petite toux pour dissiper les fumées épaisses qui lui bloquaient la vue de la jeune fille qu’elle avait déjà du mal à suivre.

-J'ai entendu parler d'astrologie et de chiromancie... mais pas de xylomancie en vérité. Et le livre parle de tout un autre type de divination dont j'ignorais l'existence.Vous êtes une experte en divination, alors cela me paraissait cohérent de vous envoyer une lettre.

Bon, là, même si elle connaissait les termes et les pratiques, elle se perdait un peu là tout de suite. Il y eut donc un silence de sa part, quelque chose qui relançait un moment où elle fixait dans le vide.

-On peut tout lire, quand on sait. Mais ce n’est pas toujours bon. Parfois on en voit trop. Difficile à contrôler. Impossible avec le livre. Je ne sais plus ce que je vois…

Freya resta pensive. Elle avait du mal à distinguer maintenant ce qui relevait effectivement de la vision ou d’une hallucination provoquée par tout autre chose. Cherchant elle-même une réponse elle fut prise à nouveaux par ces voix, l’obligeant à fermer les yeux comme prise par un mal de tête fulgurant. Des mots qu’elle ne parvenait pas à comprendre, sur un ton autoritaire, presque criés, plusieurs voix qui se mêlaient. Freya s’était un peu repliée le temps de reprendre les choses en main.

-Arrêtez, ça suffit!

Presque chuchoté, encore quelques instants et cela s’arrêtait. Comme si cela y répondrait elle avait vidé à moitié sa tasse d’une traite, laissant la brûlure de l’alcool envahir sa gorge.

-Puis je souhaitais vous demander comment vous vous portiez. Vous avez été... laconique dans vos lettres

Oh des mots bien complexes pour son cerveau ralenti et peu réactif à cette langue. Mais la question principale était là. Et Freya savait exactement ce qu’elle devait répondre. Toujours la même réponse, sur un ton égal, malgré sa voix cassée.

-Je vais bien.

Le regard hagard qu’elle lui adressait depuis sa dernière phrase finit par passer alors que Freya chercher à rattraper le fil.

-Pourquoi moi? Pourquoi tu es là?

La fatigue rendait ses yeux difficiles à garder ouverts, mais elle tenait. Son attention à nouveau sur la jeune fille, elle avait du mal à la suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 385
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /hedgekey/rainmaker
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyDim 19 Juil 2020 - 17:55

Il n'était pas difficile de deviner que son (ancienne) enseignante ne voyait pas grand-monde ces derniers  temps et cela ne fit que provoquer de nombreuses interrogations sur ce qui avait pu se passer entre Nora et elle. L'issue de cette relation s'avérait plus qu'évidente à ses yeux... Mais qu'est-ce qui avait bien pu provoquer une fin aussi affligeante ? Était-ce son intervention ? Et rien que cette possibilité l'affligeait énormément. Si elle pouvait observer les conséquences de cette rupture sur Freya, elle ne savait pas encore ce qu'il en retournait avec Nora. Elle ne se sentait, pour ainsi dire, pas légitime les interroger toutes les deux et estimait même cela particulièrement déplacée. Mais aurait-elle le culot de les secouer pour obtenir les réponses et clefs nécessaires pour peut-être les réunir ? Il lui était absolument impossible d'envisager la possibilité de fermer les yeux et d'ignorer une telle détresse. Quel humain normalement constitué assisterait à un tel spectacle sans réagir ? Pas elle en tout cas. Elle allait devoir, à son grand désarroi, s'armer des flèches, du carquois et de l'arc de Cupidon et s'acquitter de cette tâche très rapidement.

Mais pour parvenir à un tel exploit, elle allait devoir gratter la surface. A en croire les lettres de miss Bakke, elle ne lui dévoilerait pas sa vie en trois coups de cuillère à pots. Suivre son intuition ? Mais c'était précisément ce qu'elle comptait faire. Ses yeux perçants fixaient la propriétaire de ses lieux. Ses paroles ne faisaient pas entièrement sens ou peut-être que si... Amelia n'avait peut-être pas la même vision qu'elle du monde. “ Je compte appliquer ce conseil. ” Amelia Bones se fiait bien plus souvent aux faits, événements et livres. Pour autant, une nouvelle fois dans sa vie, elle allait obéir à son instinct et ne surtout pas lâcher l'affaire. Elle maintenait l'ouvrage sous son bras et fit alors un pas sur le côté pour éviter la fumée qui s'échappait de la bouche et le nez de son aînée. “ Très bien pas de livre alors. ” Dit-elle doucement en le rangeant presque immédiatement dans son sac. Elle eut l'impression de parler à une enfant. Ce qui se rapprochait le plus dans sa vie d'un gosse était le bébé d'Edgar et Vicky, mais elle s'imaginait qu'on ne s'adressait pas de la même manière à un nourrisson qu'à un môme de sept ou huit voire un pré adolescent de dix ans. Pour autant, le ton de sa voix n'était pas celui qu'elle employait avec tout autre professeur. Elle fronça les sourcils que cette femme déjà bien inquiétante murmura quelque chose qu'elle comprit pourtant. Elle jeta un coup d’œil alentour pour s'assurer qu'elle n'avait pas manqué la présence d'animaux : un chat et une souris, ou peut-être des chiens. Rien de tout cela. L'instant d'après, elle se souvint la toute dernière phrase rédigée sur la deuxième lettre de miss Bakke "Les visions viennent, ils parlent toujours." Ceci, elle le connecta aux bouteilles d'alcool vides qu'elle s'était manifestement enfilé très récemment et à la cigarette - était-ce seulement du tabac ? Sur laquelle elle tirait depuis le début de leur entrevue. Était-il possible qu'entendre des voix soit l'une des conséquences d'un abus d'eau de vie et de drogues ? Elle n'y connaissait pas grand-chose, alors, elle se contenta de la fixer tout en essayant de collecter d'autres informations par l'observation.  

L'odeur qui émanait de cette cigarette ne ressemblait pas à celle du tabac qu'elle avait pu discerner quelques fois sur le chemin de traverse ou à Tinworth voire même à Pré au Lard lorsqu'elle passait à côté de fumeurs. Elle soupira légèrement quand pour une énième fois elle lui assura qu'elle allait bien. “ Mon intuition me dit que ” Et bien d'autres choses évidemment, mais cela elle s'abstint bien de le mentionner pour le moment. “ vous vous me mentez. ” Elle voulait très certainement se protéger elle-même, Amelia le saisissait bien. Mais pourquoi nier l'évidence ? Elle n'était pas une menace, elle l'avait déjà prouvé en disant rien de sa relation amoureuse avec sa psychomage. “ La dernière fois que nous nous sommes parlées, vous sembliez... plus heureuse. Que s'est-il passé ? ” Elle l'avait dit elle-même. C'était sorti de sa propre bouche. Elle avait dit que Nora la rendait heureuse. Alors, Amelia ne reprenait que son interlocutrice en posant cette question. Elle allait devoir mettre les pieds dans les plats si elle voulait que cette histoire avance, car ça n'allait nulle part tout ça. Elle s'inquiétait plus pour les êtres humains que pour elle et c'était terrible à quel point abattement d'une personne qu'elle ne connaissait pratiquement pas la bouleversait. “ Je suis venue à cause de la divination... Vous êtes la seule personne que j'ai rencontré qui pratique la divination. ” Ce qui était vrai. Elle avait beau cherché, elle ne voyait personne d'autre s'imposer à elle pour répondre à ses questions. Mais ce n'était plus ces questions là qu'elle considérait comme urgentes.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 216
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyDim 19 Juil 2020 - 20:22

Freya n’avait jamais eu tant de relations dans ce pays. Elle n’avait pas pris l’habitude de recevoir beaucoup de monde dans cette maison. Mais le peu qui avaient passé la porte s’étaient toujours senti bien. Une maison un peu chargée, mais fraîche, accueillante, autant que sa propriétaire qui faisait généralement attention au bien-être de ses invités. On s’y sentait bien, l’endroit était chaleureux, et les longues soirées près du feu au bord du lac en avaient conquis certains. En revanche, elle ne pourrait pas dire avoir pris un soin quelconque avec cette pauvre Amelia qui n’avait droit à aucun égard habituel, pas même les encens qui brûlaient généralement et embaumaient la maison et détendaient tous ceux qui passaient. A vrai dire elle n’avait pas même droit au sourire bienveillant de la propriétaire. Non, au lieu de cela elle passait dans une maison délaissée et une scandinave tout aussi dépitée.

Amelia lui parlait, Freya peinait à comprendre. Plus encore elle peinait à lui répondre. Rester concentrée était délicat, rester cohérente étaient peut-être pire encore. Elle tentait de se souvenir de ces fameuses lettres sans succès. Avait-elle déjà dit quelque chose? Avait-elle donné des réponses? Des réponses à quoi d’ailleurs? Elle s’y perdait, obnubilée par les yeux clairs et le doux visage de sa tendre Nora, par ces moments échangés emplis de douceur, et ces terribles paroles qui avaient mis fin à leur relation. Alors elle déroulait les paroles qui lui venaient en réponse aux interrogations de la jeune femme.

-Je compte appliquer ce conseil.

Oui, ce conseil… lequel? Ah oui, l’intuition. Ne se fier qu’à soi pour avancer, en divination comme pour le reste d’ailleurs. Mais ça, Freya ne songea pas même à le préciser actuellement. Les paroles d’Amelia étaient calmes, sa voix douce, elle épargnait le petit crâne bien sensible de Freya qui elle par contre lui en remettait une couche à coups d’alcool.

-Même les conseils pèse-les bien. Il ne faut pas toujours les suivre.

Qu’elle le prenne comme elle le pouvait la pauvre. Freya se contredisait perpétuellement, ne s’accordant pas avec elle-même dans tous les moments. Si certains sujets trouvaient toujours auprès d’elle une grande logique, elle peinait parfois à se suivre.

-Très bien pas de livre alors.


Freya hocha la tête en reprenant une gorgé qui lui échauffa à nouveau la gorge. La tasse fut vite et termina donc sa route sur la table où elle serait sans doute remplie sous peu. Mais pas pour le moment. La scandinave reporta tant bien que mal son attention sur la jeune femme qui se préoccupait de son cas sans même qu’elle ne le remarque. Freya en était incapable, se contentant d’essayer de lui répondre et encore convaincue que ces questions étaient la raison de sa visite.

-Qui écrit ces livres? Ont-ils déjà essayé de lire l’avenir? Les signes sont là, mais ton ressenti doit passer avant. Tu es un esprit libre, tu dois te suivre.

Une pointe de tristesse passa sur son visage alors qu’elle repensait qu’elle avait effectivement suivi son instinct en s’engageant dans une relation si intense avec sa psychomage adorée. Quelques voix vinrent réveiller sa colère toutefois et elle s’empressa de les rabrouer. Si elle avait tenté de parler bas, prise dans la conversation, elle n’avait pas même changé de langue à nouveau. Cela dit elle ne se demanda pas si Amelia l’avait entendu ou non, elle ne serait pas même capable de dire si elle entendait elle aussi ces voix qui lui venaient. Mais une nouvelle question la tira de ses réflexions alors qu’Amelia lui reposait une nouvelle fois cette question récurrente, la laissant répondre la même chose qu’à son habitude, de cette voix monocorde bien qu’éraillée, répétant cette même phrase une fois de plus.

-Mon intuition me dit que vous vous me mentez.


Une enfant prise en faute n’aurait pas eu un regard différent. Freya ne voulait pas faire de peine, elle ne voulait pas laisser d’autres s’inquiéter pour elle, tout comme elle ne souhaitait pas laisser accès à une question si sensible à quelqu’un d’autre qu’elle-même. Alors si Amelia voyait déjà une partie de la réponse, ses efforts ne servaient pas. Détournant les yeux de la jeune femme comme si cela pourrait l’empêcher de voir plus loin, elle repris une bouffée de sa cigarette, la main un peu tremblante. Inutile de se demander comment elle l’avait remarqué. Freya ne se rendait pas compte de grand chose, elle voyait assez clair pour savoir qu’elle n’était plus la même qu’à son habitude. Il n’était donc pas difficile de savoir que cela devait laisser des indices assez gros même si elle ne savait pas lesquels avec exactitude.

-Tout n’est pas bon à savoir…

Elle-même aurait préféré ignorer les difficiles révélations de sa compagne. Freya fixa donc son regard sur un point au loin par la fenêtre, tentant de divaguer de son mieux malgré la présence de la jeune femme qui devrait retenir au moins en partie son attention.

- La dernière fois que nous nous sommes parlées, vous sembliez... plus heureuse. Que s'est-il passé ?

Ce qui s’était passé? Une affreuse trahison, son coeur s’était brisé, sa relation avait explosé, sa compagne l’avait rejeté. Replonger si clairement dans ces pensés n’avait pas tardé à provoquer une réaction. Freya qui tentait toujours de regarder l’extérieur senti presque immédiatement les larmes lui monter. Pinçant ses lèvres pour les retenir cela ne dura que quelques secondes avant qu’un sanglot ne vienne faire céder tout effort. Nora l’avait brisé, et elle ne parvenait pas même à lui en vouloir. Freya se replia dans son coin, une main sur ses yeux qui déversaient un flot toujours aussi douloureux.

-Je lui ai promis, j’ai promis de la laisser, c’était son choix, je…

Un nouveau sanglot, prise d’un sentiment si fort qu’elle en était douloureuse. Toujours parfaitement éprise de cette femme elle ne parvenait à l’oublier et encore moins son attachement. Elle l’aimait, la trouvait toujours merveilleuse, et si loin. S’accrochant à sa promesse de respecter son choix, elle n’avait pas même tenté de lui envoyer un moment, résignée et décidée à l’oublier pour lui laisser l’espace dont elle avait besoin. Mais c’était une tâche qui lui semblait impossible. Pourtant elle s’accrochait et tenait parole. Tentant de reprendre la conversation autrement, elle posa une question, ne prêtant pas attention au fait qu’elle l’avait déjà posé plus tôt, simplement dans d’autres termes. Les larmes qui s’échappaient encore de ses yeux ne s’étaient que calmées et n’attendaient qu’une nouvelle raison de repartir. Non elle n’allait pas bien, non elle n’était plus heureuse, et il semblait à présent de plus en plus clair que son bonheur était dans les bras de cette femme merveilleuse qui l’avait rejeté. Le constat la brisait un peu plus chaque jour, rendant la tâche plus impossible encore.

-Je suis venue à cause de la divination... Vous êtes la seule personne que j'ai rencontré qui pratique la divination


Freya actuellement ne se sentait plus capable de transmettre un tel savoir. Elle était professeur pourtant, et justement de cette matière. Tremblante, elle porta à nouveau sa cigarette à ses lèvres alors qu’elle pensait à ce constat. D’une voix faible elle se rendit à l’évidence qu’elle devait le confier à Amelia, quitte à décevoir ses espoirs.

-Je ne peux plus, je ne contrôle plus, je ne sais pas…

Confuse et tout à fait honteuse, Freya ne savait où se placer. Elle ne se sentait pas réellement capable de l’aider, elle ne se sentait pas non plus capable de lui cacher son désarroi, elle échouait donc décidément beaucoup trop de choses ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 385
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /hedgekey/rainmaker
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyLun 20 Juil 2020 - 11:51

La confusion était visiblement contagieuse, car même Amelia commençait à se perdre parmi toutes ces divagations. Elle devait sans cesse se répéter de ne pas se concentrer sur chacun des mots que l'enseignante prononçait. Pour autant, il y avait de quoi perdre quelques neurones et devenir aussi lente qu'un géant ou un troll. Elle se gratta légèrement le front et se concentra à nouveau sur la femme qui se tenait en face d'elle. Elle lui paraissait se frêle désormais et pas même un mois entier ne s'était passé depuis la dernière fois qu'elle l'avait vue à Poudlard. “ D'accord... ” Souffla-t-elle sans vraiment savoir répondre d'autre. Si sa mère avait été là, elle aurait trouvé les mots. Elle avait tellement plus de patience et d'expression qu'elle. Mais la Bones allait devoir faire avec les moyens du bord et de toute évidence, personne ne viendrait les interrompre ni voisins, ni invités. Elle était toute seule sur ce coup-là et se demandait comment elle pouvait la laisser dans un état pareil... Après avoir rangé son livre, elle avait un nouveau problème à résoudre. “ Je crois que ce sont des personnes... qui connaissent la divination mieux que moi. ” Amelia ne connaissait pas grand-chose dans ce domaine, juste les noms des pratiques. Et encore... c'était plus que ce qu'elle savait réellement. “ Apprendre à faire confiance à ses instincts... ” Résuma-t-elle plus pour elle-même que pour alimenter la conversation. Elle avait tellement l'habitude de se fier aux livres, faits et événements qu'elle avait du mal à se fier à son ressenti et son intuition.

Ce n'était évidemment pas son intuition qui lui disait que quelque chose clochait dans cette maison et la maîtresse des lieux, mais des faits : les bouteilles d'alcool, l'odeur de la cigarette, la saleté qui traînait ici et là, la fatigue de la sorcière et bien entendu les paroles de cette dernière. Mais elle avait pensé que faire mine de "suivre" son conseil pourrait être utile à ce moment-là. “ Je suis prête à prendre le risque. ” Elle ne serait de toute façon pas celle qui souffrirait de la réalité, mais peut-être que si elle savait, elle pourrait l'aider... à sa manière. De toute façon, qui semblait vouloir le faire ? Elle ne voyait personne à l'horizon ni trace d'une présence régulière dans cette maison lugubre. Même si l'ambiance lui faisait froid dans le dos, elle n'avait pas la moindre envie de partir comme ça. Et pourtant, elle aurait toutes les raisons du monde de fuir. Elle n'était pas vraiment en position de juger, de secouer ou de tout simplement interroger une femme de quinze ans son aînée sur ses pratiques ou attitudes. Elle n'était pas non plus capable de réellement l'aider, et malgré tout, elle avait envie d'essayer. Ce serait comme foutre toutes les valeurs sur lesquelles elle s'était construite aux ordures pour la simple et bonne raison qu'une situation la gênait. Son cœur se serra lorsqu'elle entendit les raisons de cette... déchéance. Par Merlin. L'image qu'elle s'était fait de la relation entre sa psy et la professeure de divination venait d'en prendre un sacré coup... Mais que se serait-il passé si elle ne les avait pas vu ? Si elle n'avait pas dit telle chose ou si elle les avait laissé profiter de ce moment intime sans dire un seul mot... Que se serait-il passé si elle avait pris le temps de venir plus tôt à la tour d'astronomie ?

Mais pourquoi Nora aurait voulu qu'une femme, qui la rendait heureuse, la laisse tranquille ? Pourquoi avait-elle fait une telle chose ? Peut-être... Peut-être qu'elle ne la connaissait pas si bien qu'elle l'avait imaginé. Et peut-être qu'elle devrait lui en parler à un moment donné. “ Je suis profondément désolée... c'est de ma faute. ” Dit-elle sans vraiment savoir. Elle ignorait pourtant ce qui avait convaincu Nora de demander une telle chose. Mais malgré cela, elle ne pouvait pas s'empêcher de s'en blâmer. “ Je n'aurais pas dû être là. ” C'était bien de la culpabilité qu'elle ressentait là. De la culpabilité qui ne fit qu'augmenter lorsqu'elle réalisa que Freya pleurait... Mais qu'avait-elle fait ? Elle n'osa pas vraiment approcher et resta les bras ballants... là comme une idiote. En plus de cela, elle disait avoir perdu le contrôle sur son (ses ?) don(s). “ Ce n'est pas grave... J'apprendrai plus tard. ” Voulait-elle seulement apprendre la divination comme le droit magique ou les sortilèges ? Était-elle réellement si curieuse ? Elle n'était pas vraiment certaine. Elle laissa glisser son sac sur le sol et choisit de faire quelques pas vers l'enseignante tout en évitant de l'approcher de trop près. Prise entre la culpabilité et l'inquiétude, l'ancienne serdaigle ne se voyait pas la planter là... Question de conscience. Ou alors, elle passerait le reste de sa vie à se demander si elle n'avait pas fait une énième erreur. Une seule suffisait. Elle allait devoir rattraper le coup. D'une manière ou d'une autre. “ Est-ce que vous avez mangé aujourd'hui ? ” Demanda-t-elle finalement se doutant malgré elle de la réponse à cette question.      
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 216
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyLun 20 Juil 2020 - 21:09

Freya était une femme plutôt solide en général, une femme qui pouvait même plutôt en imposer. D’un caractère bien marqué, elle faisait généralement de son mieux pour ne pas blesser les autres tant par mots que par actes. Elle restait une référence, un appui pour sa communauté, quelqu’un qu’on appréciait et dont on venait chercher l’aide. C’était entre autres pour cela qu’elle avait décidé de ne pas rentrer en Norvège cette fois-ci, se sentant incapable de jouer ce rôle qui pouvait lui être si naturel. La prêtresse ne s’en sentait pas les épaules au moment de prendre la décision, et visiblement elle ne s’était pas trompé. Si elle pouvait être d’une grande force, elle pouvait se laisser plonger à une vitesse folle. Si quelque chose clochait, c’était ton son être qui tombait. En un temps réduit, elle avait donc perdu le sommeil, perdu l’appétit, perdu la notion du temps et des choses, et perdu une bonne partie de sa mémoire (malheureusement pas celle qu’elle avait réellement espéré perdre), lui faisant oublier le rendez-vous donné à Amelia. Une pauvre jeune femme qui se retrouvait bien embêtée face à elle.

Freya qui tentait encore de faire bonne figure essayait de répondre à la jeune femme sans trop taper à côté. C’était plutôt réussi jusqu’à maintenant, enfin pour ce point. On ne pouvait pas non plus dire que c’était d’une grande clarté ni forcément d’une grande cohérence. Mais ça serait sans doute trop lui demander actuellement.

-D'accord...

La politesse indiquait sans doute à Amelia d’aller dans le sens de son ancienne pas même enseignante. Freya ne savait pas franchement faire la différence et pensait simplement ses conseils écoutés ou au moins entendus. Elle hocha donc la tête pour confirmer que c’était la bonne piste, la bonne chose à faire, avant d’aspirer une nouvelle bouffée de fumée. Mais Amelia avait soulevé une nouvelle interrogation avec son livre. Freya était comme tout professeur et s’appuyait souvent sur les livres, ils faisaient une base pour permettre aux étudiants de s’en sortir sans qu’elle n’ait à tout répéter à chacun à chaque fois. Elle ne pensait pourtant pas qu’ils suffisaient seuls à permettre de comprendre cet art. C’était une tradition qui se voyait, se touchait, et s’entendait pour pouvoir l’apprivoiser. Les mots sortaient donc sans grande tendresse pour les personne ayant écrit l’ouvrage en question.

-Je crois que ce sont des personnes... qui connaissent la divination mieux que moi.

Réponse tout à fait pertinente… Freya n’ajouta cependant rien, buvant une nouvelle gorgé au passage, ruminant sans le laisser entendre pour une fois. Certes ils devaient sans doute mieux s’y connaître qu’Amelia qui ne semblait pas avoir de grandes bases dans cette matière délicate. Mais elle n’était pas persuadée que leurs méthodes si bien décrites aient donné de résultats seuls. Elle ne pouvait donc pas réellement contredire la petite blonde sur ce point, ayant cependant une bonne envie de lui signifier qu’il y avait plus fiable comme méthode…

-Apprendre à faire confiance à ses instincts...

La scandinave releva des yeux fatigués vers elle alors qu’Amelia semblait avoir compris une part importante. Freya était assez bêtement un peu fière de la voir comprendre ce qu’elle savait bien être un peu embrouillé. Elle savait bien ne pas être au mieux, elle savait qu’elle n’était pas dans son état habituel. Elle espérait simplement ne pas trop  poser d’interrogations à sa visite du jour, ce qui honnêtement était mal engagé.

-Tu peux apprendre, apprendre à t’écouter, à te faire confiance. Il n’y a que sur toi que tu peux compter.

Un double langage tout à fait clair pour qui savait lire. Mais pas moins pertinente pour une fois, il fallait lui reconnaître.

La jeune femme avait ensuite engagé la conversation sur une pente bien glissante. Freya sentait venir un moment plus délicat et s’était un peu recroquevillé sur son canapé, cherchant à éviter le regard de la jeune fille qui ne lui voulait pourtant pas grand mal. Elle ne la craignait d’ailleurs pas directement, mai plus ses réaction, l’image qu’elle pouvait donner. Freya se savait dans une situation peu enviable et savait qu’elle n’adoptait pas forcément une attitude appropriée. C’était plutôt la réaction la plus naturelle qu’elle avait, cherchant à oublier et se perdre dans quelque chose qu’elle espérait moins douloureux. Dans les deux cas c’était un échec. Et Amelia l’avait visiblement remarqué au moins en partie.

-Je suis prête à prendre le risque.

Amelia était une jeune femme qui avait toute une vie à mener, tant à faire, tant à voir. Freya s’en voulait un peu de la voir s’impliquer de la sorte dans une vie qui ne la touchait pas vraiment. Assez solitaire au château, le professeur de divination ne s’était pas impliqué dans la vie de cette élève avant la soirée où elles s’étaient rencontré. Elle avait donc un peu de mal à saisir ce qui retenait ainsi la jeune blonde à ses côtés alors qu’elle n’était très visiblement pas la meilleure compagnie possible. Et ses réponses peu convaincantes lui paraissaient une bien piètre raison. Ce fut pire encore lorsqu’Amelia lui avait dévoilé sa réelle question, ce qui l’avait poussé à venir à elle et surtout à rester. Freya n’avait opposé qu’une piètre résistance à ses pleurs et ils étaient une fois de plus revenus à la charge, comme si souvent ces derniers temps. Elle fut assez incapable de voir la réaction désolée de son interlocutrice alors qu’elle lui avait donné une part de la triste vérité.

-Je suis profondément désolée... c'est de ma faute. Je n'aurais pas dû être là

De sa faute? Non, la pauvre fille n’avait rien fait de mal. Elle s’était trouvé là, elle avait même permis de clarifier un sentiment que Freya n’avait jamais pris la peine d’affirmer à sa compagne, la laissant dire que son amour serait plus fort que le regard des autres si il le fallait, qu’elle l’aimait, la rendait heureuse. Non, c’était elle, Freya Bakke, qui avait tout gâché avec son insistance à la franchise dans cette relation. Elle avait voulu savoir, elle avait insisté auprès de sa compagne pour qu’elle lui parle franchement, souhaitant au départ une entente toujours plus forte et une parfaite compréhension. C’était ça qui avait provoqué le drame, pas la présence de la pauvre Amelia. Prise dans ses pleurs presque incontrôlables, Freya ne pouvait donc pas la laisser dire et secoua la tête faiblement pour marquer son désaccord.

-Non, non, pas toi. Tu n’as rien fait. C’est moi, c’est de ma faute, je n’aurais pas du lui demander.

Le sanglots reprirent devant le constat. Repliée sur elle-même, secouée par les pleurs, Freya se sentait la plus misérable possible alors qu’elle ne pouvait que se sentir seule responsable de son malheur.

-Je n’avais pas besoin de savoir, j’ai tout brisé…

Elle aurait préféré ne pas savoir que sa compagne aux si douces caresses les offrait aussi à d’autres. Si Freya n’avait pas insisté et placé Nora contre ce mur par sa demande, elles auraient sans doute continué à nager dans le bonheur. Un bonheur illusoire, la psychomage étant incapable de résister à ses envies selon elle, mais un bonheur tout de même. Freya ne l’aurait pas su, elle n’en aurait pas souffert, pas comme c’était le cas actuellement.

Finalement un peu plus calme, rassemblant sa volonté pour ne pas rester ainsi face à Amelia, elle finit par se redresser et tenter de détourner les conversation malgré ses yeux rouges, fatiguées, et ses joues humides. Là encore Amelia ne semblait pas avoir une grande envie de lâcher l’affaire. Submergée par les émotions, Freya ne put faire autrement que lui avouer sa perte de maîtrise de ses capacités. Elle ne pourrait pas aider Amelia ce soir-là, elle ne s’en sentait tout simplement plus capable. Mise face à ce nouvel échec, son visage perdit le masque de bonne volonté qu’elle avait tenté de porter jusqu’à maintenant. Amelia était intelligente, elle avait déjà compris la situation, et maintenant qu’elle savait la prêtresse incapable de l’aider, qu’avait-elle d’autre à cacher? Freya ne la vit d’ailleurs pas s’approcher.

-Est-ce que vous avez mangé aujourd'hui ?

Il fallut une bonne minute à Freya pour réellement comprendre la question. Amelia était-elle réellement en train de lui demander si elle avait pris la peine de s’alimenter? Etait-elle réellement en train de purement s’occuper de sa santé? Alors même qu’elle n’avait absolument aucune raison valable de le faire? L’enseignante eut un peu de mal à saisir la démarche pour tout dire. Et puis il lui avait fallu une bonne réflexion pour être capable de répondre. Quoi que parler de réponse était un peu abusé. Elle ne savait pas dire quel jour il était ni de quel jour datait son dernier repas. Difficile donc si c’était bien aujourd’hui.

-Je ne sais pas… je n’en veux pas…

Une réponse qui lui fit froncer les sourcils à peine la phrase terminée. C’était sans doute assez désagréable de sa part. Freya avait donc posé ce qui restait de cigarette, libérant ses mains pour prendre celle d’Amelia. Ses mains fines et sèches vinrent la prendre avec douceur pourtant, un rapide moment de lucidité semblant la prendre et même un début de sourire se dessiner entre les larmes qui étaient encore sur ses joues.

-Tu es tellement jeune encore, tu as tellement mieux à faire. Ne t’en fais pas pour moi Amelia, tu n’as pas à te sentir mal pour moi.

Et puis son regard s’était fixé, signant sans doute la fin de sa relative clairvoyance. Ses pensés étaient reparties, ses idées s’étaient remises à se faire confuses, l’une d’elle venant rapidement s’imposer.

-Mais toi?..

Sans finir sa phrase, elle avait lâché la main de la jeune femme pour se lever (non sans difficulté) et contourner le canapé (non sans difficulté) pour arriver dans une autre pièce plus loin. Si Amelia lui posait la question, c’était sans doute que l’heure devait l’indiquer. N’en ayant aucune idée, Freya en avait déduit que la jeune femme avait peut-être faim elle-même. Ne s’étant pas posé ce genre de questions depuis quelques jours il lui fallut un moment à regarder autour d’elle avant de trouver quelque chose. Bon, du poisson fumé, elle en avait toujours, c’était un départ. Du pain? A le voir il avait l’ai aussi dur que la table sur laquelle il était posé. Quelques légumes? Son potager était certes bien fourni, difficile de dire depuis combien de temps ils avaient été cueillis ceux-là, mais sans doute trop longtemps. Elle se souvint pourtant que prise d’une grande motivation elle avait préparé il y a peu des lefse, sortes de crêpes de pommes de terres norvégiennes. Préparées oui, mais pas mangées, ayant perdu cette motivation au cours de la préparation. Sans faire appel à cette baguette qu’elle n’avait plus en réflexe d’utiliser depuis plusieurs jours déjà, elle fit donc un semblant d’assiette composée de ces éléments avant de la présenter à Amelia (ayant trop peu confiance en sa stabilité pour la porter elle-même jusqu’à une table). Elle jeta ensuite quelques plantes dans une tasse d’eau avant d’y presser un citron. Cette fois elle rejoint la jeune femme seule (une main longeant le mur au cas où et dans une allure raisonnable) avant de se rassoir serrant sa boisson entre ses deux mains. Freya se sentait satisfaite d’avoir été au moins pour quelque chose une hôte pas trop pitoyable, heureuse d’offrir ce repas à Amelia sans qu’elle n’ait rien demandé ceci dit.

-Tu peux manger, moi je n’y arriverai pas…

Un simple regard sur l’assiette la fit même légèrement grimacer en sentant son estomac se nouer. Freya pris donc une première gorgé de sa boisson (non alcoolisée!!), la sentant presque lui redresser un peu son fonctionnement interne malmené. C’était sans doute une pure illusion due au fait que la boisson était fraîche et à l’acidité du citron, mais les illusions ne faisaient pas toujours du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 385
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /hedgekey/rainmaker
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyMer 22 Juil 2020 - 10:23

On accordait à Amelia Bones beaucoup de crédit lorsqu'on la disait "gentille" ou "adorable". En effet, beaucoup de son affabilité venait évidemment de son éducation, de la manière dont elle avait été formatée. La politesse passait toujours avant tout le reste : avant la franchise, les sentiments et la douceur. Elle ne pouvait pas s'empêche d'être courtoise. On lui accordait bien évidemment des qualités bien trop exagérées dans son caractère. Même avec des personnes qu'elle ne connaissait pas vraiment ou qu'elle méprisait, elle ne montrait à aucun moment des signes d'irrespect. Pour autant, elle n'en pensait pas moins. Evidemment, l'apparence de son aînée, ses paroles évasives et son regard perdu l'inquiétaient réellement. Mais cet émoi n’effaçait pas le moins du monde les pensées condescendantes qui pouvaient lui passer par la tête. La poussière et les bouteilles d'alcool vide ne lui inspiraient aucune confiance. Elle faisait bonne figure toutefois, ne montrant aucun jugement, ni froncement de sourcil, ni grimace, rien. Elle avait appris à maîtriser les expressions de son visage durant ces dernières années. Elle était passée maître dans l'art de se contrôler à la perfection. C'était à se demander comment elle faisait pour réellement fonctionner. Tout en essayant de faire de même avec sa voix, Amelia restait posée et formulait des phrases courtes ou du moins pas très compliquées à comprendre... du moins elle l'espérait. Plantée sur des talons de quelques centimètres, sa pointe de ses pieds commençait à picotaient pour lui indiquer de bouger. C'est ainsi qu'elle se retrouva à faire quelques pas sur le côté. Elle essayait de saisir la logique derrière chaque mot que son interlocutrice prononçait et quelque part, il y avait du sens derrière. Elle se dit que le cerveau de l'enseignante ne devait pas être aussi embrumé qu'elle ne l'avait cru au début pour lui répéter des phrases similaires avec des locutions différentes. “ J'apprends vite, il parait. ” Oui quand il s'agissait d'accumuler des connaissances en sortilèges ou en histoire. En terme de divination ou étude des runes, cette affirmation était toute relative. “ J'essaie de m'améliorer, de prendre la vie comme elle vient et de profiter des petits plaisirs de la vie dernièrement. ” Elle ne put s'empêcher de se claquer mentalement. Pourquoi racontait-elle un truc pareil ? Elle avait effectivement la sensation de changer depuis quelques temps et de peut-être même devenir une meilleure personne. Elle n'avait pas l'arrogance de penser qu'elle était un modèle pour les autres, mais quelque part, elle en ressortait une assez grande fierté. Enfin un peu en tout cas.

Plusieurs émotions tiraillaient l'ancienne serdaigle : l'inquiétude bien évidemment, de la culpabilité également, mais aussi de la peine. Son cœur saignait pour miss Bakke à cause de ce qui avait provoqué une telle tristesse : une histoire d'amour avortée, mais peut-être pas brisée. Elle voulait essayer de rabibocher les deux femmes ou tout de moins de secouer Nora. Car si elle comprenait bien, c'était elle qui avait demandé une telle... séparation. Elle se mordilla la lèvre inférieure, tout en agitant ses petits doigts afin de les nouer et ne pas montrer la nervosité qui grandissait en elle. Toutes deux se reprochaient la rupture entre les deux femmes et Amelia se demanda quelles informations la psychomage avaient bien pu révéler de si terrible pour briser la joie qui régnait dans son couple. Il lui paraissait évident désormais qu'elle ne savait plus vraiment qui était Nora, non pas parce qu'elle était gay - ou bisexuelle - mais parce qu'elle avait brisé le cœur d'une sorcière aussi charmante que Freya Bakke. C'était bien l'impression qu'elle avait eu au cours des dernières années. Et même avec de l'alcool et de la drogue dans les veines, elle semblait toujours disposée à l'aider. Hésitante, elle prit tout de même la parole : “ J'ignore ce que vous lui avez demandé, mais je suis certaine que ce n'est pas votre faute. ” Elle avala sa salive lorsqu'elle reconnut que la coupable, à ses yeux du moins, n'était personne d'autre qu'une femme qu'elle admirait, respectait et affectionnait. L'erreur était humaine, il paraissait. Il fallait reconnaître les défauts des autres pour mieux les accepter. Elle s'approcha de la professeure de divination aussi doucement que possible, afin de ne pas la surprendre, ou la brusquer. A quoi bon lui faire plus de mal ? Elle souffrait déjà bien assez. Elle l'observait se recroqueviller sur elle-même dans un coin de la pièce, pleurant à chaude larmes. Et elle enregistrait dans son esprit chaque détail comme si à partir de sa mémoire elle allait imprimer une photographie à l'encontre de Nora. Elle serait capable de la dessiner. Elle savait qu'elle pouvait. Il ne serait pas difficile de retranscrire le chaos dans lequel elle l'avait mise. “ Si vous pensez toujours être fautive... sachez que les tords sont probablement partagés. Une histoire d'amour, ça se fait à deux. ” Elle ne doutait pas un seul instant que l'une des deux aient pu être abusive ou particulièrement dominante. Elle avait été aux premiers rangs pour voir qu'elles avaient formé un tandem plus ou moins complémentaire. “ S'il vous plait, ne vous blâmez pas... Ce n'est pas en demandant quelque chose à quelqu'un qu'on aime qu'on brise toute relation avec cette personne. Et tout... tout problème a une solution si les deux partis sont prêts à le résoudre. ” Elle le savait. Du plus profond de son être. Une seule personne ne pouvait tout arranger si l'autre ne faisait pas un pas en avant également.

L'enseignante se redressa et essaya de changer de conversation. Mais Amelia avait décidé de ne pas la laisser tomber ainsi. Après avoir compris que son aînée était dans une bien terrible posture, elle choisit de s'inquiéter de sa santé. “ Vous n'avez pas faim ? ” Demanda-t-elle dans un souffle. C'était à peine audible. Elle ignorait comment une personne pourrait ne plus vouloir s'alimenter à cause d'une peine de cœur. Cette réalisation lui fit peur, car elle craignait ce qu'elle ferait si une telle chose lui arrivait. Elle cligna des yeux plusieurs fois quand elle lui expliqua qu'elle était si jeune. Beaucoup de personnes diraient sans doute qu'elle avait bien dix ans de plus dans sa tête. “ Ma jeunesse ne m'empêchera pas de m'inquiéter pour les autres. ”  Sauf peut-être des personnes qu'elle n'aimait pas. Même bourrée, elle s'était demandée comment les très grandes personnes faisaient pour vivre. Après tout ce ne devait pas être bien facile de mesure près de deux mètres non ? Amelia regarda les mains de Freya... elles étaient froides et si fines. Amelia n'était pas bien épaisse elle-même, mais parvenait à constater quand les autres avaient perdu du poids. Elle haussa un sourcil quand son interlocutrice sembla commencer une phrase sans vraiment la finir. Elle s'écarta afin de lui laisser la place de se relever et de passer. Mais que faisait-elle ? “ Attendez... ” Mais peu importait ce qu'elle avait dit, elle se retrouvait plantée au milieu de la pièce. Elle parcourut quelques mètres dans la direction vers laquelle la propriétaire des lieux était partie. Sans oser faire plus de pas, elle restait dans le couloir pour s'assurer qu'elle se portait bien - aussi bien que possible. Si jamais, elle ne revenait pas d'ici dix ou quinze minutes, elle se dit qu'elle la rejoindrait. Elle avança finalement pour voir que Freya lui présentait une assiette composée de divers aliments. Elle la prit davantage par politesse qu'autre chose et l'amena jusqu'à une table. Après cela, miss Bakke revint avec un verre d'eau... une boisson non alcoolisée avec du citron ? C'était déjà ça, elle pensa. Elle s'installa à son tour pour lui faire face et hésita quelques secondes. Sa manœuvre n'avait pas fonctionné aussi bien qu'elle l'avait espéré. C'était une semi-réussite. Elle ne buvait plus d'alcool... Il fallait peut-être se contenter de cette victoire... Peut-être, se répéta-t-elle sans conviction. Par Merlin, ce n'était pas suffisant. “ Pas même un morceau de crêpe ? ” Essaya-t-elle tant bien que mal. Tenace comme elle était, Amelia s'apprêtait à tenter chaque corde qu'elle avait à son arc. “ Je sais que vous n'avez pas faim mais votre corps a besoin de nourriture et d'énergie. ” La voilà qu'elle lui faisait la morale. Elle posa ses mains sur la table, approchant ses doigts de l'assiette. Elle ne savait pas ce qu'était cette crêpe. On aurait dit des pommes de terre. “ Je me sentirais mal d'abuser de votre hospitalité sans que vous ne touchiez à ce que vous avez préparé vous-même. ” Ce n'était poli ni de refuser - elle avait choisi de faire une micro exception - ni de manger devant les autres sans gêne.     
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 216
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyMar 28 Juil 2020 - 19:00

Il pouvait arriver à Freya de s’égarer dans des illusions parfois franchement convaincantes provoquées autant par son esprit que les quelques excès qu’elle faisait ces derniers temps. Mais ces excès avaient beau la faire divaguer, elle gardait un fond de cohérence et de vérité. Il n’était pas certain cependant que l’on s’en rende compte lorsqu’on conversait avec elle. En grande partie parce que converser lui était assez difficile finalement. Amelia pourtant faisait preuve de patience avec elle, restait posée et tentait de décrypter ce qu’elle pouvait bien vouloir lui signifier. Ce qui ne pouvait que montrer sa bonne volonté. Tous n’auraient pas eu la patience de faire de même.

-J'apprends vite, il parait.

Pour ça, Freya ne pourrait pas dire. Elle n’avait pas été son professeur. Et actuellement, elle n’aurait pas été capable de se rendre compte de grand chose, ou pas aussi finement. Non, elle ne prendrait pas la peine de donner son avis sur le sujet à Amelia. En revanche, elle voyait en elle une jeune femme pleine de capacités, qui avait pour elle une curiosité qui lui serait certainement utile dans bien des situations.

-J'essaie de m'améliorer, de prendre la vie comme elle vient et de profiter des petits plaisirs de la vie dernièrement.

Sans doute une jeune fille très bien d’après la scandinave. Il était bon de savoir revenir sur ses erreurs et de s’en servir pour avancer. Savoir profiter du moment présent et de ce qu’il avait à offrir. C’était ce qu’elle essayait de faire en temps normal. C’était aussi ce qui lui faisait cruellement défaut à l’heure actuelle. Freya ne cessait d’être renvoyée dans le passé auprès de sa belle sans parvenir à revenir au moment présent.

-Une bonne leçon. Une bonne maturité. Il faut savoir doser, garder son objectif, difficile parfois…On ne voit pas toujours, ou on voit trop…

Elle s’égarait un peu, mais le fond était là. Apprécier le moment ne devait pas passer par-dessus les grands objectifs de sa vie. Trop profiter pourrait nuire dans certaines situations. Mais Amelia ne semblait pas être de ce type de caractère. Cependant cet échange courtois et finalement assez calme s’était vite changé en quelque chose de beaucoup plus difficile. Les émotions faisaient partie de ce que Freya avait bien du mal à contrôler en ce moment. Elle avait rapidement craqué et fondu en larmes. Elle ne s'occupait finalement pas tellement de ce que pouvait bien penser Amelia, trop tourmentée par ses pensées tournées désespérément vers la psychomage. Elle n'avait pas même remarqué que la jeune femme était venue plus près, repliée dans son coin, prenant le temps de répondre toute de même par moment, refusant qu'Amelia ne se sente responsable d'une situation si douloureuse.

-J'ignore ce que vous lui avez demandé, mais je suis certaine que ce n'est pas votre faute.

Oh pourtant c'était bien le cas. Freya avait poussé trop loin sa propre curiosité. Elle avait forcé Nora à se dévoiler, même si elle lui avait dit devoir le faire de toute façon. Mais la scandinave aurait pu tout aussi bien ne pas le faire, faire semblant de ne pas voir que sa compagne était troublée, se contenter de la prendre dans ses bras et de profiter du paysage en haut de la tour. Au lieu de cela elle avait posé des questions et avait provoqué cette rupture. C'était de sa faute, et elle le savait très bien.

-Si vous pensez toujours être fautive... sachez que les tords sont probablement partagés. Une histoire d'amour, ça se fait à deux.

Oui, ça, elle le savait. Elle avait pensé que Nora aussi et qu'elle avait partagé son envie de vie à deux. Elle en avait parlé comme si c'était déjà évident à ses yeux, comme si c'était une suite logique. Freya n'arrivait toujours pas à comprendre sa décision et c'était sans doute une bonne partie de sa douleur.

-J'ai cru qu'elle le pensait aussi, qu'elle était sincère... J'm'en veux tellement, je l'ai poussé à le faire...

Après tout, Nora n'avait peut-être pas été sincère, elle avait peut-être cherché à protéger l'enseignante en disant le contraire. Freya ne pouvait plus en être sûre, même si elle avait envie d'y croire. Et en même temps, si Nora avait réellement nourri les mêmes sentiments pour elle, mais avait tout de même décidé de rompre, il était inutile de regretter autant cette relation qui n'était de toute façon plus d'actualité. Elle ne pouvait pas s'en empêcher, elle y repensait sans arrêt. Freya avait eu cette sensation qu'elles se complétaient bien, qu'elles formaient un duo fonctionnel. Ce n'était sans doute pas le cas finalement.

-S'il vous plait, ne vous blâmez pas... Ce n'est pas en demandant quelque chose à quelqu'un qu'on aime qu'on brise toute relation avec cette personne. Et tout... tout problème a une solution si les deux partis sont prêts à le résoudre.

Pourtant c'était bien ce qui s'était passé. Si Freya n'avaitpas insisté Nora n'aurait sans doute pas pris cette terrible décision. On pourrait sans doute dire qu'elle l'aurait prise à un moment, tôt ou tard. La belle se sentait responsable de cette fin prématurée. Tout avait une solution, sans doute, mais elle ne pensait pas Nora capable de revenir sur une telle décision. C'était une forme de peur qu'elle avait lu dans ces yeux, Nora avait pris sa décision par peur de quelque chose d'autre, se sentant prise au piège.

-Non, elle ne le fera pas. Elle a peur, elle est trop indécise, trop instable...

Freya releva les yeux vers Amelia. Elle était visiblement perturbée par ses consommations diverses, mais une rande tristesse transparaissait malgré tout, profonde et intense.

-Je l'aime tellement...

Sa voix s'était brisée sous la douleur de l'aveu. Freya était toujours folle de son ex compagne, elle ne se la sortait jamais de la tête, et surtout pas de son cœur, aussi brisé qu'il puisse être.
Cette fois c'était elle qui avait souhaité détourner la conversation. Et ce fut réussi pour cette fois. Amelia semblait s'attaquer à un autre problème maintenant, un que Freya ne voyait même pas en fin de compte. Non, elle ne savait pas depuis quand elle n'avait pas mangé, mais à vrai dire elle ne ressentait pas la faim et n'y prêtait ainsi pas une si grande attention actuellement.

-Vous n'avez pas faim ?

Non, pas franchement non. La question ne la touchait pas franchement. Elle fit donc « non » de la tête d'un air un peu ébêté. Elle avait un peu de mal à saisir pourquoi cela semblait tant perturber la jeune femme qui avait sans doute bien mieux à faire que de s'inquiéter du contenu de son estomac. Chose qu'elle lui avait exprimé d'ailleurs, un peu maladroitement peut-être...

-Ma jeunesse ne m'empêchera pas de m'inquiéter pour les autres.

Freya lui sourit entre deux larmes qui restaient maintenant figées sur ses joues. Un sourire attendri, un peu timide, mais visible tout de même. Elle s'était ensuite levé en voyant un lien avec la question posée par Amelia, pensant la jeune fille tenue par la fin. Après tout, le soleil était bas, il était possible qu'elle se soit attendu à manger quelque chose. Freya le lui avait peut-être même proposé dans ces fameuses lettes dont elle n'avait pas souvenir. Alors elle avait entrepris de préparer rapidement quelque chose, couplant de fines tranches de poisson fumé avec des crêpes de pommes de terre. Elle avait elle-même commencé une préparation à base de plantes et de citron. Assise face à son invitée, elle souriait un peu en attendant qu'elle ne soulage sa faim.

-Pas même un morceau de crêpe ?

Freya jeta un œil à l'assiette et ne put retenir une expression de dégoût. Non, elle ne pensait pas pouvoir faire cet effort là maintenant. Comme réponse elle but une gorgé de sa boisson, la laissant lui rafraichir la gorge.

-Je sais que vous n'avez pas faim mais votre corps a besoin de nourriture et d'énergie.

Après tout, elle n'avait pas tout à fait tord. Il fallait lui accorder cela. La scandinave jugea à nouveau l'assiette d'un regard critique. C'était définitivement difficile.

-Je me sentirais mal d'abuser de votre hospitalité sans que vous ne touchiez à ce que vous avez préparé vous-même.

Freya se pinça les lèvres, se sentant un peu coincée par l'argument. Il est vrai qu'après réflexion elle ne se serait sans doute pas permis un geste similaire. Après hésitation et d'une main peu assurée, elle pris donc la fourchette posée près de l'assiette pour couper un morceau de crêpe avant de s'en saisir et de le mettre en bouche sans parvenir à l'avaler dans un premier temps. Pas parce que ce n'était pas bon, non ça elle s'en était même très bien sorti, mais parce qu'elle avait déjà cette sensation de sortir à peine d'un repas de fête bien que son estomac soit vide. Après une légère grimace elle finit par avaler et plaça deux doigts devant sa bouche comme pour empêcher quoi que ce soit d'en ressortir. C'était plus psychologique qu'autre chose comme geste, mais elle se voyait cela dit assez mal retenter immédiatement.

-Je t'en prie Amelia, tu peux... Mange à ta faim.

Elle en avait pris un bout non ? Donc la jeune femme pouvait prendre sa part sans culpabiliser ? Freya espérait en tout cas qu'elle n'insisterait pas trop ou qu'elle ne se vexerait pas. La scandinave avait osé un léger sourire en l'invitant par le geste qui se joignait à ses paroles à commencer son repas. Elle espérait que cela suffirait à rassurer la jeune femme. La brune elle repris une gorgé de sa boisson pour contrer l'impression de trop-plein. Freya sentait ses yeux la brûler, elle tanguait presque au rythme de sa propre respiration. Ses yeux étaient de nouveau dans le vague, fixant un point quelconque dans la direction de la jeune femme.

-Tes cheveux doivent être superbes sortis de l'été, éclaircis par le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 385
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /hedgekey/rainmaker
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyJeu 30 Juil 2020 - 22:03

Amelia ne s'était jamais retrouvée dans une situation aussi abracadabrante de toute sa vie. Elle avait toujours cherché la tranquillité et le "raisonnable" plutôt que les surprises et autre extravagances. Quoique son anxiété lui avait causé bien du soucis quelques fois, mais rien n'était comparable à ce qu'elle vivait actuellement avec Freya. Ses yeux fatigués, sa voix tremblotante et l'alcool dans ses mains n'auraient été rien s'il n'y avait pas eu les phrases parfois décousues de la professeure de divination. La Bones haussa les sourcils à la dernière phrase "On ne voit pas toujours, ou on voit trop…", ne sachant pas vraiment comment la prendre. Faisait-elle référence à son indécrottable curiosité ? Un vilain défaut selon certains. Une immense qualité d'après la très respectable Rowena Serdaigle, fondatrice de la maison dans laquelle elle avait été. “ Oui, je sais... mais je pense qu'il vaut mieux trop savoir que pas assez. ” Voire pire encore "pas du tout". L'ignorance était une de ses plus grandes craintes. Elle détestait ne pas maîtriser une situation ou une conversation, ne pas avoir les connaissances suffisantes pour entretenir une discussion. Elle était tout à fait capable de reconnaître qu'elle n'était pas un puis de science. Mais elle avait toujours éprouvé un profond besoin d'évoluer, de s'améliorer, de grandir, de devenir meilleure, de mieux contrôler. Le travail était quelque chose qui lui permettait de faire toutes ces choses. Peut-être était-ce pour cette raison qu'elle cherchait tant à savoir ce qui avait pu briser le couple de l'enseignante et la psychomage. Et dans un sens, elle se posa même la question quand elle réalisa qu'aucune de ses tentatives ne semblait la calmer, la rassurer, voire la consoler. Peut-être s'y prenait-elle comme un troll et au lieu de viser juste, elle passait entre les anneaux comme au beerquidditch. Cette image la renvoya évidemment à cette défaite cuisante. Elle secoua la tête pour rejeter ce souvenir aux orties et inspira profondément.

Elle ne faisait que quelques pas en direction de son aînée et essayait de ne pas la brusquer. Elle ne comprenait pas vraiment comment elle pouvait se blâmer de la rupture... en posant une question... une simple question. Comment cela était-il possible ? “ Pas sincère ? ” Souffla-t-elle à elle-même. Sa psychomage n'était pas sincère. Pas vraiment un terme qu'elle aurait associé à cette dernière dans son esprit et cela la perturbait. Elle préféra ne rien répondre à cela plutôt qu'enfoncer le clou et analysait chacune de ses mots du moins qu'elle le pouvait, sans vraiment saisir ce qui posait problème. "Pas sincère" Cela signifiait-il que Nora s'était lancée dans cette relation sans vraiment vouloir une relation longue ? Ou avait-elle juste joué avec Freya ? Non, cela ne ressemblait pas à la femme qu'elle avait connu. Ce ne pouvait pas être cela. Pour autant, elle croyait chaque syllabe, chaque son qui sortaient de la bouche de la femme face à elle. Elle ne se mettrait pas dans un tel état si elle ne le pensait pas vraiment, si ce que Nora lui avait dit n'avait pas heurté son cœur. “ La peur ne justifie pas de blesser les autres... Vous n'y êtes pour rien. ” Vu l'état de Freya, il y avait quand-même à se demander qui était réellement l'instable des deux. “ J'ai moi-même pris peur la première fois que mon petit ami m'a avoué ses sentiments. Ce n'était pas sa faute vous savez ? ” Elle marqua une pause et se mordilla la lèvre inférieure. Elle ignorait où elle allait avec ça. “ Tout comme ce n'est pas votre faute si Nora n'est pas prête à s'engager dans une relation parce qu'elle a peur... Gauwain m'a laissé le temps dont j'avais besoin pour prendre mon courage à deux mains. Ce n'est pas à cause de lui ou de ses sentiments que j'ai été lâche. Et vous n'êtes pas la raison pour laquelle elle a décidé de ne pas essayer de vous laisser une chance. ” Elle n'avait pas vraiment envie d'expliquer pourquoi elle avait choisi de faire la morte pendant presque trois semaines... Ce n'était certainement pas la même chose. C'était à cause d'une insécurité, d'une barrière, mais assurément pas à cause de la personne qui avait des sentiments. “ Vous avez été très courageuse de vous laisser l'aimer et de lui avouer vos sentiments. Le courage ne devrait pas être reçu par de l'indifférence. ” 

Après l'avoir bassiné sur l'amour - car franchement comment une gosse de 18 ans inexpérimentée en venait à conseiller une femme de 37 ans - elle choisit d'aborder le sujet de la nourriture. Et alors qu'elles se retrouvaient face à une assiette fournie de victuailles - saumon fumé et crêpes - Amelia se demanda si l'enseignante allait se nourrir quand-même un peu. Au début, elle lui sembla fort réticente, mais la blondinette n'avait pas dit son dernier mot et usa de ses courtoisies habituelles pour la convaincre... Désespérée comme elle était, elle n'avait pour ainsi dire pas pensé que cela suffirait. Car elle la vit découper un bout de crêpe et le manger... réellement. Elle fit certes ce qui ressembler à une grimace, mais elle l'avala. Et Amelia se réjouit d'au moins de cela. Elle buvait autre chose que de l'alcool et au moins, elle s'était alimentée... un petit peu. C'était une petite victoire, mais pour le moment, elle s'en contenterait. Dans le pire des cas, elle reviendrait là-dessus plus tard en laissant quelques morceaux de côté. “ D'accord. ”Dit-elle en hochant la tête. Et elle se servit d'un bout de poisson tout en essayant de manger le plus convenablement possible. Elle avait l'impression qu'à tout moment Freya pourrait la juger... quoique. Si elle n'avait pas été si lente à déguster le plat, elle aurait certainement avalé de travers.  “ Vous trouvez ? Mes cheveux sont assez secs et ce n'est pas toujours joli... surtout en plein été. ” "Sortis de l'été" "éclaircis par le soleil" tout cela faisait sens d'une certaine façon. Même si les mots n'étaient pas toujours très bien choisis. “ Vos cheveux sont également très beaux... Prennent-ils un reflet auburn au soleil ? ” Demanda-t-elle sur le ton de la conversation. Elle se demanda combien de temps elle avait passé dans cette maison sans pointer le bout de son nez dehors. Des jours probablement. Des semaines peut-être même... Et cela l'inquiétait énormément.   
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 216
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyDim 2 Aoû 2020 - 23:16

Il était devenu difficile de rassembler ses idées et de se focaliser sur la pauvre jeune fille qui commençait à voir qu’elle avait mis les pieds dans un sacré paquet de problèmes. Freya sentait son esprit lui filer entre les doigts quand il n’était pas tout simplement en train de partir vagabonder ailleurs. Elle avait saisi la raison première de sa visite. Même si elle avait oublié lui avoir proposé cette visite. Trop tard pour la renvoyer chez elle de toute façon. Freya se trouverait bien peu délicate de le faire. Alors elle tentait de tenir la conversation, comme elle le pouvait. Ce qui semblait garder la jeune Amelia dans un flou artistique assez important. Elle était visiblement de plus en plus perplexe. Mais pour le coup,  Freya ne savait pas trop comment la soulager. L’exercice de participer à cet échange était déjà complexe. Plus elle en rajoutait pour essayer d’éclaircir ses pensées, pire c’était pour Amelia. Elle était gentille pourtant et ne blâmait pas l’enseignante en difficulté.

-Oui, je sais... mais je pense qu'il vaut mieux trop savoir que pas assez.

La pauvre jeune femme voulait rebondir, essayer de réagir aux propos embrouillés de la scandinave. Pour le coup, cette dernière n’était pas franchement d’accord. En savoir trop était pesant, cela donnait des responsabilités pour soi et les autres dont elle se serait parfois bien passé. Elle en savait maintenant bien trop sur sa douce Nora dont elle aurait finalement préféré ignorer la part d’ombre. Elle aurait aimé continuer à ignorer sa tendance à la tromperie et garder cette image si parfaite qu’elle avait d’elle. Il était sans doute trop tard pour cela. C’est d’une voix faible que Freya avait répondu, pensive.

-Heureux sont les ignorants. J’aurais préféré ne pas savoir. Il peut être douloureux de savoir. J’ai vu tellement de choses…

Ses visions parfois douloureuses, elle les gardait en mémoire, vivait avec leur souvenir, des souvenirs qui n’étaient pas les siens et n’étaient même pour la plupart pas encore arrivés dans la vie de ceux qu’elles concernaient. Qu’on lui confie des chose ou que cela s’impose à elle, Freya avait cette sensation d’avoir sur les épaules des choses qui n’étaient pas à elle. Mais ce n’était rien encore en comparaison avec les révélations de Nora. Les visions, elle avait toujours fait avec. Le rejet de sa belle, elle ne parvenait pas à s’en remettre. Le sujet arrivant plus directement dans la conversation, Freya s’était donc effondrée. Maintenant recroquevillée, tordue par la culpabilité, en larmes, elle sentait sa poitrine se serrer de douleur alors qu’elle se blâmait pour cette réaction imprévisible de la part de sa douce. Freya avoua à la jeune femme presque sans s’en rendre compte l’affreux doute qui la tenait maintenant. Elle craignait que Nora ne se soit moqué d’elle, qu’elle lui ai fait croire en cette belle histoire sans jamais elle-même lui donner la moindre chance. Freya était brisée par cette idée qu’elle ait pu être la seule à se sentir en accord avec leur situation amoureuse. Voire même la seule à ressentir quelque chose. Elle était tellement éprise de la belle psychomage que ces idées le plongeaient toujours un peu plus dans cette profonde tristesse.

-La peur ne justifie pas de blesser les autres... Vous n'y êtes pour rien.

Le justifier non. Mais c’était bien elle qui avait poussé Nora à prendre cette décision. Car c’était de la peur que Freya avait senti chez elle, et pourtant elle avait continué, elle avait poussé jusqu’à ce qu’elle se retrouve obligée de la rejeter pour se protéger de cette peur. Ne rien dire, laisser passer les choses, la prendre contre elle et lui assurer que tout irait bien. C’était sans doute ce qu’elle aurait du faire ce jour-là. Elle aurait sans doute ignoré des choses importantes, mais elle n’en aurait ainsi pas autant souffert. Et qui sait, Nora serait peut-être resté encore un peu près d’elle, elle aurait peut-être continué à lui cacher les autres compagnies qu’elle pourrait avoir, mais finalement, face à la souffrance qui était la sienne, Freya en venait à se demander si elle n’aurait pas préféré.

-J'ai moi-même pris peur la première fois que mon petit ami m'a avoué ses sentiments. Ce n'était pas sa faute vous savez ?

Freya releva des yeux pleins de larmes vers la jeune fille. Elle avait tenté d’être attentive, sincèrement, et cela lui demandait une grande concentration. Mais elle sentait que c’était important.

- Tout comme ce n'est pas votre faute si Nora n'est pas prête à s'engager dans une relation parce qu'elle a peur... Gauwain m'a laissé le temps dont j'avais besoin pour prendre mon courage à deux mains. Ce n'est pas à cause de lui ou de ses sentiments que j'ai été lâche. Et vous n'êtes pas la raison pour laquelle elle a décidé de ne pas essayer de vous laisser une chance.

Non, à ses yeux, Nora ne leur avait jamais laissé cette chance. Et c’était bien là le problème. La belle avait laissé la scandinave se lancer dans cette histoire, elle l’y avait encouragé, et avait balayé cette histoire de façon si soudaine que c’était à n’y rien comprendre. Alors elle ou un autre, Freya avait l’impression que cela n’aurait pas changé grand chose pour Nora. Elle n’était pas la raison de cette rupture. C’était leur relation elle-même qui n’avait rien à faire dans la vie de Nora.

-Vous avez été très courageuse de vous laisser l'aimer et de lui avouer vos sentiments. Le courage ne devrait pas être reçu par de l'indifférence.

De l’indifférence? Non, Nora n’avait jamais été indifférente. Et si Freya avait bien été la première à se lancer et donner à Nora cette confirmation d’un sentiment fort, la belle  avait répondu avec douceur à ces avances et montré une certaine implication auprès d’elle. Meurtrie, l’enseignante en détresse répondit larmoyante.

-J’aurais préféré de l’indifférence, j’aurais préféré qu’elle ne me réponde jamais. Mais c’est elle qui parlait de coup de foudre, c’est elle qui parlait de chez nous, tu l’as entendue ce jour-là? Comme elle avait l’air sûre d’elle? Elle m’a impliquée dans sa vie et m’a rejetée. Et c’est moi qui l’y ai poussé.

Une nouvelle vague de larmes la pris, prenant son visage dans une main, l’autre tenant son bras, tendue sous une douleur qui n’était finalement que psychique mais semblait tenir tout son corps.

-Je voulais simplement qu’elle se sente bien, qu’elle me fasse confiance. Je voulais la rassurer… Je ne pouvais pas la partager comme ça, pas comme elle le voulait, c’était au-dessus de mes forces…

La scandinave avait relevé un regard déchirant vers Amelia, se sentant encore trahis par l’aveu de sa douce, meurtrie par son rejet.

-Elle le savait… elle l’avait prévu… je n’ai jamais eu ma chance… Pourquoi me le laisser croire?..

Nora l’avait rendue aussi heureuse qu’elle la faisait maintenant souffrir. Et Freya avait sans doute tenté la pire méthode possible pour essayer d’oublier ces doux moments partagés et étouffer ses sentiments encore bien vivaces. Ce qui n’avait pas manqué d’inquiéter la pauvre Amelia. Faisant une courte pause dans ses travers, Freya avait décidé de boire de quoi l’aider à soulager un peu son organisme malmené. Elle avait même cédé face à la jeune fille et avalé (non sans difficulté) un morceau de crêpe. Prise d’une contemplation soudaine, elle avait changé brutalement de sujet sans trop s’en rendre compte.

-Vous trouvez ? Mes cheveux sont assez secs et ce n'est pas toujours joli... surtout en plein été.

Ses cheveux, c’était un sujet presque trop banal pour une entrevue pareille. Mais elles étaient déjà dans une situation si particulière que ce nouveau sujet serait presque reposant finalement.

-Ils vivent, ils évoluent, c’est une bonne chose.

Les yeux toujours dans le vague, elle finit par reprendre ses esprits pour revenir vers le visage de la jeune fille avant de tenter de lui sourire. Ce ne fut pas un grand succès mais l’intention était là.

-Vos cheveux sont également très beaux... Prennent-ils un reflet auburn au soleil ?

Comme pour répondre, Freya pris en main une grande mèche de ses longs cheveux qu’elle commença à caresser nerveusement sans lâcher du regard son interlocutrice. Ils étaient un peu emmêlés, mais toujours plutôt doux et épais.

-Oui… presque noirs mouillés… Je les ai toujours eu très longs…

Freya repris une gorgé de sa boisson, redevenant pensive, fixant la table cette fois. La fatigue rendait la conversation difficile. Et peu dérangée par les silences, elle ne relançait pas immédiatement la conversation. Son visage était crispé, fatigué, elle n’y faisait plus réellement attention maintenant. Heureusement, Amelia semblait apprécier le repas, c’était déjà bien…
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 385
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /hedgekey/rainmaker
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptySam 8 Aoû 2020 - 15:05

Elle fronça les sourcils d'étonnement et de frustration quand miss Bakke fit part de son désaccord. Toute cette conversation décousue l'exténuait. Il fallait dire que la journée avait été longue et quelque peu difficile. Mais essayer de comprendre les paroles parfois sibyllines de son interlocutrice monopolisait une bonne partie de son énergie, ainsi que sa motivation. Mais elle ne céderait pas sous la pression qu'elle sentait sur ses épaules et fit un mouvement de tête estimant qu'il valait mieux ne pas mettre de l'huile sur le feu. Peut-être était-ce dû à aux difficultés amoureuses que l'enseignante rencontrait avec Nora... ou l'état général de Freya qui la poussaient à ne pas surenchérir. Car dans d'autres circonstances, elle aurait sauté sur l'occasion pour en rajouter une couche. Elle aimait avoir le dernier mot, montrer sa science. Elle n'en démordait pas la Bones avec son innocence de petite fille et sa sagesse de grand-mère. Elle faisait un drôle d'être humain. Et ce curieux personnage essayait de se montrer patiente, compatissante et bonne conseillère en se basant sur son expérience la plus minime qui soit. Elle ne se considérait pas comme une experte en histoires d'amour, mais ne se voyait pas lui expliquer d'en parler au courrier du cœur - de toute façon, ça ne l'avait pas elle-même aidée, puisqu'elle avait décidé d'y aller instinctivement. Mais peut-être qu'avec ses maigres compétences, elle pourrait lui donner un conseil avisé ou du moins une clef pour aller mieux.  

Ce qui sortait de la bouche de son interlocutrice entrait totalement en collision avec ce qu'elle savait - ou croyait savoir - de Nora. Elle essayait de suivre les réactions de la femme face à elle tout en connectant le tout à l'image qu'elle pouvait avoir de sa psychomage. C'est un tel désastre, songea-t-elle avec tristesse. Elle aurait aimé pouvoir faire quelque chose en particulier pour elle.  “ L'être humain est... compliqué. ” Répondit-elle alors qu'elle essayait de saisir quelque chose que l'enseignante venait de dire "Je ne pouvais pas la partager comme ça, pas comme elle le voulait" Cela signifiait-il que Nora était polygame ? Ou bien ? Elle n'était pas réellement certaine de pouvoir croire tout ce que miss Bakke pouvait bien dire. Mais qui se mettrait dans un tel état si ça n'avait pas été le cas ? Ou du moins si ce n'était pas ce qu'elle croyait avoir compris ? Surtout que peu importait ce qu'elle pouvait dire, cela ne semblait n'avoir absolument aucun effet sur elle. C'était encore pire. “ Je ne prétends pas pouvoir la comprendre ou savoir ce qui se passe dans sa tête. Mais je suis vraiment navrée de voir qu'elle vous fait autant de peine. ” Ce n'était pas là une véritable contradiction, loin de là même. Mais... Elle était perdue, confuse et ne savait plus quoi dire, penser ou faire. Tout cela n'aurait du sens que si elle en parlait avec Nora. Elle ne pouvait pas se fier qu'à une seule version si ? Ou alors, elle pourrait la remuer un peu au moins pour la motiver à donner une véritable explication à son ex-compagne. “ Vous méritez d'être heureuse, miss Bakke, et j'ai bon espoir que cela vous arrivera un jour. ”  A défaut de lui donner ce qu'elle souhaitait, Nora pouvait peut-être aider Freya à avancer, à tourner la page, à se relever pour vivre mieux et se concentrer sur l'enseignement de la divination.

Manger n'avait pas vraiment été sa préoccupation première lorsqu'elle avait posé la question. Elle avait surtout voulu que son hôte se nourrisse. Elle se fichait bien de quel aliment elle ingurgitait, tant qu'elle se restaurait. Tant qu'elle avait quelque chose. Assurément si elle ne s'alimentait pas du tout en 24 heures, il était évident qu'elle n'allait se porter mieux. Elle fut alors satisfaite quand elle la vit prendre un morceau - certes petit - de la crêpe aux pommes de terre présente dans l'assiette. “ Ils... oui. ” Que pouvait-elle commenter de plus de toute façon ? Ses cheveux étaient vivants. Voilà une bonne remarque. Dans tous les cas, Amelia choisit de ne pas s'officialiser d'une telle évidence et laissa les mots flotter dans l'air comme pour les laisser s'en aller à tout jamais de son esprit, de cette discussion. “ Quand on a la patience et la motivation, c'est très bien d'avoir les cheveux longs. On peut faire plein de coiffures très différentes tous les matins. ” A condition d'avoir un peu d'imagination également. Une queue de cheval torsadée était quelque chose de simple, mais beaucoup plus joli et élégant qu'une queue ordinaire. “ Je peux vous coiffer si vous le voulez, après manger. ” Bien que spécialisée dans la coloration des cheveux, Amelia s'était retrouvée à faire beaucoup de choses à Harpile Poil. “ Je travaille dans un salon de beauté et j'ai appris à faire beaucoup de coiffures. ” Peut-être pas forcément les plus compliquées, mais cela lui semblait tout à fait possible. Car après tout pourquoi pas ? Que risquait-elle à essayer quelque chose de simple, efficace et classieux ?

   
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 216
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyLun 10 Aoû 2020 - 0:47

En général, Freya se faisait relativement discrète, tentait au possible de garder pour elle son opinion, consciente qu’elle parlait bien trop assez régulièrement. Une fois qu’elle était lancée c’était difficile de s’arrêter. Alors dans l’état dans lequel elle se trouvait actuellement, c’était peut-être pire encore, incapable de réellement savoir si elle parlait ou non, ou en tout cas à voix haute ou non. Il était difficile parfois également de savoir si les voix qu’elle entendait se trouvaient bien près d’elle ou non. Mais Amelia savait plus ou moins manier l’esprit embrumé de la scandinave. Assez pour qu’elle s’exprime relativement honnêtement. Mais elle ne pouvait pas pour autant garder ses bonnes résolutions et laissait les mots s’écouler tel qu’ils venaient. Parfois ils faisaient sens, parfois moins. Et parfois ils allaient contre la pensé de la jeune femme. Ce n’était pas volontaire, elle aurait aimé être en accord avec elle. Sa douleur pourtant ne pouvait lui donner raison, Freya souffrant d’en avoir trop appris sur le compte de sa belle. Elle aurait préféré rester dans l’ignorance, elle aurait aimé ne pas le savoir, ne pas la voir, peut-être ne pas la rencontrer, ne jamais avoir cette vision qui l’avait mise sur le chemin de sa belle, sa merveilleuse psychomage. Et pourtant, si elle pensait de la sorte, elle finissait par penser que sans elle, Nora serait peut-être déjà loin, elle aurait peut-être succombé sous les mains de cet homme dans l’allée des embrumes. Une chose qui était peut-être plus douloureuse encore. Quoi qu’elle fasse, quoi qu’elle en pense, il n’y avait aucune solution valable, pas avec ce qu’elle savait. Ce qui ne faisait que la remettre face à son échec et lui montrer que cela avait été une fatalité, une voie qui n’aurait pas été évitable. Quoi qu’elle fasse, Freya n’avait jamais eu sa chance. Nora ne la laisserait sans doute jamais à personne, jamais réellement. Elle n’en semblait pas capable. Et voilà ce qu’elle en venait à dire à Amelia, partageant avec elle l’incapacité avouée par la psychomage à rester dans les bras d’une seule personne.

-L'être humain est... compliqué.

Oui, c’était vrai. Et il se débrouillait toujours pour tout faire foirer. L’être humain avait cette capacité à tout saborder en un temps record, y compris son propre bonheur. Freya elle-même se mettait dans un état peu enviable, se débrouillant parfaitement seule pour le faire. Sa propre personne se retournait contre elle, et elle parvenait de moins en moins à se dire qu’il y avait une porte de sortie quelque part. Même si Amelia tentait de lui montrer avec beaucoup de patience!

-Je ne prétends pas pouvoir la comprendre ou savoir ce qui se passe dans sa tête. Mais je suis vraiment navrée de voir qu'elle vous fait autant de peine.

Ce qui se passait dans la tête de Nora, la belle n’était pas même sûre que son ex compagne le sache. Elle lui avait parut soudainement instable, effrayée, incapable de prendre une trop grande décision. Elle passait sa vie à conseiller et rassurer les autres, mais préférait fuir lorsque son tour arrivait. Freya doutait qu’elle puisse un jour trouver son bonheur. Elle lui avait confié vouloir cette relation stable que Freya voulait lui offrir de tout coeur. Et elle avait changé d’avis ce soir-là. Par peur sans doute, mais comment être sûre? C’était peut-être totalement autre chose? Peut-être que dans le fond Freya ne la connaissait pas du tout? Comment savoir au final? Mais Amelia avait raison. Nora lui avait fait de la peine, du mal, l’avait brisée. La faisant douter de tout.

-Je ne suis pas sûre qu’elle-même le sache. Elle a l’air perdue… Nora… Elle s’en sortira pas seule. Même si elle le pense…

Quelles que soient ses décisions, la psychomage prenait des risques. Plus ou moins importants, mais elle était douée pour s’attirer des ennuis. Freya avait essayé de l’aider, elle l’avait aimé, elle avait essayé de la protéger. Dans quels genres d’ennuis Nora irait-elle encore se mettre maintenant? Cela ne la regardait plus, elle ne devait plus se poser la question. Mais il était évident que cela recommencerait. Et elle ne serait pas là. Elle l’avait promis.

-Vous méritez d'être heureuse, miss Bakke, et j'ai bon espoir que cela vous arrivera un jour.

Ce fut un regard larmoyant que Freya leva vers elle, une profonde détresse la prenant jusqu’au fond de la gorge. Le mérite, qu’est-ce que ça pouvait faire? Qu’est-ce que ça changeait le mérite dans tout ça? Est-ce que c’était la réponse? Est-ce qu’elle n’avait pas mérité l’amour de Nora? C’était à cause de cela qu’elle ne l’avait pas gardé près d’elle?

-Etre heureuse? Mon bonheur c’est elle qui l’a, elle est partie avec, je lui avais confié…

Sa voix déjà fragile s’était brisée dans les derniers mots, se faisant déjà trainante dès le départ de sa réponse, comme si elle manquait d’air. La prêtresse avait confié son coeur, son bonheur, elle lui aurait confié sa vie si elle lui avait demandé, lui faisant une confiance aveugle, l’empêchant de voir l’issue dramatique qui s’était jouée.

Amelia et elles avaient ensuite changé de ton dans leur conversation. La scandinave avait même décidé de lui servir un repas. Tout du fait maison d’ailleurs, on pourrait presque dire qu’elle la bichonnait si ce n’était pas si maladroit et improvisé. Son esprit avait vagabondé pour se fixer sur les cheveux de la jeune femme. Pourquoi? Aucune idée. Mais ses pensés étaient sorties ainsi.

-Ils... oui.

Freya ne fut pas perturbée une seule seconde par la réponse assez substantielle d’Amelia. En fait ses idées étaient déjà reparties. Un bourdonnement tournait dans sa tête, se faisait de plus en plus fort. Elle cherchait à l’ignorer mais plus elle le faisait, plus elle était curieuse. Curieuse de ces sons, de ce qu’ils voulaient dire, passant par-dessus la voie d’Amelia ou se fondant à l’arrière. Des chuchotements, ils chuchotaient. Ils riaient. Ce fut une question de la jeune femme qui la tira un instant de son écoute. Oui, ses cheveux prenaient ces reflets. Elle les aimait bien en fait, en prenait soin.

-Quand on a la patience et la motivation, c'est très bien d'avoir les cheveux longs. On peut faire plein de coiffures très différentes tous les matins

Oui, cela demandait un certain entretien. Mais elle les avait toujours eu longs, les brossant et tressant avec soin certains jours, les laissant libres à se balancer dans son dos, glissant sur ses épaules. Aujourd’hui ils étaient à peine peignés, elle avait fait un nœud avec, formant une sorte de queue de cheval pour simplement éviter qu’ils ne viennent trop vers son visage. Freya en caressait une mèche nerveusement, le regard un peu vide.

-Oui… J’aime les tresser…

La belle n’avait pas regardé Amelia pour lui répondre, laissant sa voix faible passer ses lèvres avec difficulté. Ses mains continuaient à caresser cette mèche de cheveux dans un geste répétitif frénétique.

-Je peux vous coiffer si vous le voulez, après manger.

Freya avait relevé les yeux vers elle, mettant quelques instants à comprendre. La coiffer? Après un regard sur ceux qu’elle avait en main elle en conclu que ce n’était pas idiot. Une conclusion qui pouvait manquer de logique en sachant que ce serait Amelia qui le ferait. Mais cela n’était pas forcément pris en compte actuellement.

-Je travaille dans un salon de beauté et j'ai appris à faire beaucoup de coiffures.

La scandinave n’avait pas besoin d’arguments pour lui laisser la main. Amelia n’était pas une menace à ses yeux, elle ne l’était pas plus pour ses cheveux. Qu’elle en fasse ce qu’elle voulait, cela ne comptait pas vraiment. Elle tenta un sourire, sans grand succès. Mais l’idée était là. Elle voulait essayer d’être agréable avec la jeune femme. Même si c’était difficile…

-Pourquoi pas?..

Freya se leva en manquant une première fois de perdre l’équilibre. Elle s’était rattrapé à la table avant d’arriver à poursuivre sa route jusqu’à sa chambre. Elle avait été prendre sa brosse, une brosse en bois gravé d’entrelacs nordiques et son prénom en futhark, et poils de sangliers. Un cadeau de sa mère. Elle revint ainsi vers Amelia, passant devant la table basse pour y récupérer la bouteille et le mégot qu’elle avait laissé plus tôt. Elle posé la brosse sur la table, retombant un peu brusquement sur la chaise, remplissant sa tasse maintenant vide du contenu de la bouteille. Freya pris le temps de détacher ses cheveux, ses gestes un peu difficiles, comme si elle avait des courbatures. Une cascade brune pris son épaule alors qu’elle venait de détacher cette masse. Ses cheveux étaient encore doux, épais, lourds. Amelia ne manquait ainsi pas de matière. Freya pris ainsi une petite gorgé dans sa tasse, fuyant le regard d’Amelia, comme si reprendre la boisson était aussi indispensable qu’une erreur. Elle le savait, le sentait, mais ne pouvait pas s’en empêcher. Calmer ces chuchotements dans son dos, les étouffer, les ignorer. Il fallait qu’elle embrume ses pensés, qu’elle ne les laisse plus aller.

-Quand on était plus jeunes je coiffais ma soeur, on piquait des fleurs dans nos cheveux pour les fêtes.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 385
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /hedgekey/rainmaker
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) EmptyJeu 20 Aoû 2020 - 10:24

Amelia n'était pas très versée en psychomagie, sans doute, ne le serait-elle jamais. Elle se posait suffisamment de questions, à chaque fois qu'elle voyait quelqu'un, afin de comprendre les intentions de son interlocuteur. Réfléchir des minutes durant avait toujours été son dada. Ecouter, elle savait le faire également. Mais psychanalyser était bien au dessus de ses moyens. De toute façon, à chaque fois qu'elle croyait comprendre quelque chose, une fois sur deux, elle était à côté de la plaque. C'était pas faute d'essayer pourtant. Elle écoutait avec peine tout ce que miss Bakke pouvait bien raconter sur sa psychomage. Cela semblait si éloigné de la réalité, de sa réalité, de la Nora qu'elle avait toujours connu. Essayant de former des phrases compréhensibles et logiques, elle reprit la parole : “ Eh bien, avant de la secourir, il faut que vous vous aidiez vous-même. ” Cela semblait si simple dit comme cela. Cela aurait été tellement bien s'il suffisait de se dire qu'on voulait avancer pour réellement avancer. Non, c'était là un processus lent et peut-être qu'à force de la secouer, la Freya finirait par réagir d'une manière ou d'une autre. Elle supposait qu'elle aurait de toute façon d'avoir un mot avec Nora, ne serait-ce que pour lui passer l'information. La phrase suivante de Freya lui brisa le cœur. Son bonheur, c'était Nora... “ Vous pouvez le reprendre... votre bonheur. ” Peut-être que justement Freya devait aller la voir, lui parler pour améliorer la situation. Elles ne pouvaient pas décemment s'éviter toutes les deux.

La discussion autour de la table était moins difficile à suivre, moins compliquée et peut-être même frivole comparée aux autres sujets de conversation précédents. Les cheveux ne représentaient pas un grand danger en soi. Elle espérait ne pas tomber dans les travers des autres échanges. Pas de larmes. Pas d'alcool. Pas de Nora. Et cela commençait bien en vérité. Miss Bakke avait déjà pris autre chose que de l'alcool. Elle avait même mangé un morceau de crêpe... rien de particulièrement conséquent. Mais vu l'état de son interlocutrice, Amelia ne s'attendait à guère plus. “ Oui, je me souviens vous avoir vu avec des tresses à la table des professeurs. ” Reconnut-elle spontanément. Elle roula des yeux à cette réflexion. C'était le top des remarques, bravo. Et alors qu'elle s'insultait mentalement, elle poursuivait sa découverte des lefse - bien qu'elle n'en connaissait pas le nom - car par Merlin, c'était une véritable tuerie. Après avoir avalé une bouchée - car voyez-vous, il aurait été bien impoli de manger la bouche pleine - elle reprit la parole : “ Ça vous va bien d'ailleurs, les tresses, j'entends. ” Elle ne s'en rappelait peut-être pas suffisamment... des tresses. Ce n'était pas tellement un problème. Dans tous les cas, elle n'avait jamais pensé que l'enseignante s'habillait comme un arlequin et se coiffait n'importe comment. “ Les crêpes sont délicieuses. ” C'était bien la moindre des choses. Elle s'était invitée chez elle et maintenant, elle mangeait sa nourriture. Elle se devait d'au moins reconnaître quand elle trouvait quelque chose de bon... De toute façon, même si elle avait trouvé cela très mauvais, elle aurait complimenté la jeune femme, d'une manière moins enthousiaste cela dit.

Finalement, elle lui proposa de coiffer cette sacré masse. Pour n'importe quel professionnel, c'était là une aubaine. Certes, Amelia n'en était pas une, mais elle pouvait si aisément se mettre à leur place. Elle accepta avec un pourquoi pas ? Ce que Amelia prit pour un bon signe. Elle la suivit du regard jusqu'à ce qu'elle disparaisse. Bon, elle ne saurait pas de suite ce que son hôtesse comptait prendre. Tant pis. Elle prendrait son mal en patience. En attendant, bien malgré elle, elle avala un morceau de poisson fumé. Et ce n'était définitivement pas un saumon acheté en grande surface. Elle ne doutait pas de la qualité du travail de l’industrie - quoi peut-être un peu - mais savait tout de même faire la différence. Finalement, miss Bakke revint avec un nécessaire et une très belle brosse. Elle déposa l'ensemble sur la table basse et récupéra... la bouteille d'alcool. Que Rowena lui vienne en aide. Elle avait pensé trop vite. Tant pis, elle devrait faire avec. En tout cas, Amelia avait une patience d'or, digne de Poudlard. Elle en était presque fière. Presque. “ Puis-je me laver les mains ? Avant de toucher à vos cheveux. ” Sur ce, elle se dirigea vers la cuisine - elle saurait bien la retrouver - et sans se perdre ou se prendre un mur en passant, elle parvint jusqu'à l'évier. La cuisine était à l'image du reste de la maison, on voyait bien que ce n'était l'endroit qu'elle privilégiait, du moins, en ce moment. De la poussière un peu par ici par là. Des légumes plus très frais pourtant bien rangés. Elle se nettoya les mains le plus rapidement possible afin de ne pas laisser Freya seule trop longtemps.

Quand elle revint, miss Bakke n'avait pas changé de place. Elle buvait toujours. Amelia prit donc l'initiative de récupérer la brosse et quand elle s'approcha à nouveau de son interlocutrice, elle reste bouche-bée. Venait-elle réellement de lui raconter ce moment de son enfance ? “ J'aurais aimé avoir une sœur pour faire ce genre de choses. Ce n'est pas à mes deux grands frères que je pouvais demander cela. ” Est-ce que seulement Edgar aurait été prêt à prendre des fleurs pour les mettre dans ses cheveux ? Elle grimaça à l'image. Non, Edgar avait bien d'autres choses, tout aussi touchantes. Et il avait été très patient avec elle, se rendit-elle compte. Tout autant que Samuel. “ Ils ont essayé de me convertir au quidditch, sans grand succès. ” Wilda avait été plus douée dans ce domaine. Et tout en parlant, elle avait commencé à passer la brosser dans ses cheveux. Ils était doux, épais et propre, mais tout de même un peu emmêlés. Elle espérait ne pas tomber sur un nœud toutefois. “ C'est un très bel objet. ” Finit-elle par révéler sans pour autant attendre une explication sur les origines de cette brosse.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Tata Freya (Freya) Empty
MessageSujet: Re: Tata Freya (Freya) Tata Freya (Freya) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Tata Freya (Freya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre-