GRYFFONDOR : 240 pt | POUFSOUFFLE : 217 pt | SERDAIGLE : 188 pt | SERPENTARD : 196 pt
Retrouvez l'édition de juillet de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment :
Case Logic Snapview Étui pour Apple iPad ...
Voir le deal
11.23 €

Partagez

L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 90
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS Empty
MessageSujet: L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS EmptyMer 15 Juil - 11:50

Phil passait un super début de festival, il fallait qu'on se le dise. Outre son accoutrement ridicule qui attirait les regards sur lui - et le Diable lui-même savait combien il adorait cela - Phillipus se faisait remarquer par sa nature de bel homme. Aussi n'avait-il absolument aucune difficulté à trouver une nouvelle tente pour la nuit. Enfin, on exagérait un peu les choses, mais que voulez-vous, c'était un homme. Disons qu'il se trouvait bien, depuis le début du festival, deux nouvelles tentes dans la semaine, on se rapprochait déjà un peu de la réalité. Quoiqu'il en soit ! C'était justement après une nuit fort longue et fort agitée que notre escroc émergea de bon matin aux alentours de dix heures pétantes. Il réalisa avec une certaine déception qu'il était seul et sortit en prenant ses affaires pour se diriger vers les douches communes. Pit-stop aux toilettes et une bonne douche bien froide pour réveiller les neurones non encore ravagés par les joints qu'il se fumait avec Freya. Il entra avec son habituelle attitude de conquérant dans les douches communes avant de se diriger vers la partie toilette. Il n'était pas seul. Quoi de meilleure surprise pourtant, de voir un faciès familier au fond, tout au fond de la pièce. Sa vue n'était pas encore assez basse pour que Phil rate le visage maintenant bien adulte et non plus poupon d'Athos. Un sourire carnassier et taquin se peignit sur les traits de l'ancêtre alors qu'il s'approchait de son habituel pas traînant pour se poster juste à côté de ce gamin qu'il avait éduqué à l'escroquerie. Pas de doute, Athos avait été plus réceptif que Glinda concernant cela.
D'une certaine façon, il était content de le revoir. Phil avait déserté l'Angleterre pour s'établir à Naples pendant quelques années et cela faisait bien longtemps qu'ils ne s'étaient plus vus : « Chouette coupe de cheveux Athos, mais je trouve quand même que les bouclettes, ça te va bien mieux » le salua-t-il de son verbe le plus atypique histoire de le mettre bien mal-à-l'aise. Oh Phil était un peu en retard quand même. Le minot à qui il avait arrangé la fuite n'était plus vraiment similaire à l'homme qu'il avait à côté de lui, dans ces urinoirs publics. Mais bon. Allez expliquez ça à l'ancêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 260
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS EmptyJeu 16 Juil - 18:57

Autrefois, les gens biens se levaient à l’heure où il se couchait. Mais ça, c’était il y avait de ça une éternité, du moins c’était ce qui lui semblait. Désormais, Athos ne se couchait pas beaucoup plus tôt, mais redécouvrait les joies du lever du soleil. Enfin, surtout, les joies des brailleries matinales de mini Tobias, qu’il venait voir le plus tôt possible pour décharger Magda. Sa convalescence était terminée depuis un moment, mais Athos tenait à l’aider le plus possible et à veiller à ce qu’ils soient tous les deux en sécurité. Le drame l’avait énormément bouleversé, même s’il essayait de ne rien en montrer, il était aujourd’hui bien plus présent, que ce soit pour son fils ou celle qui l’avait porté, et dont il se rapprochait ces derniers temps. Tout ça faisait beaucoup de choses à gérer, même pour lui. Ce matin-là, il était donc passé chez Shannon passer un peu de temps avec son ersatz de famille, avant de prendre le chemin du festival où il avait à faire.

Mais voilà, les affaires d’Athos n’étaient pas aussi lève-tôt que lui, et il avait oublié que le public de ce genre d’événements avait tendance à faire la grasse matinée. Aussi transplana-t-il à l’entrée d’un camping résolument endormi, et étrangement calme. Là où il aurait pu faire demi-tour et revenir plus tard, Athos apprécia cette quiétude de fin du monde. Pas un bruit, rien, un silence paisible où ses pensées tourmentées pouvaient enfin se remettre un peu en ordre. Il déambula parmi les tentes sans un bruit, réalisant à quel point il aurait pu facilement dépouiller ces âmes endormies. Mais voilà, il ne donnait plus là-dedans depuis quelques années, préférant exercer une activité à la limite de la légalité, mais où les gens lui donnaient leurs gallions avec tout leur consentement. Ses tarifs étaient ridiculement élevés, mais le désespoir, ça se monnayait. Et les gens désespérés, ça courrait drôlement les rues.

Finalement, la nature le rattrapa et il eut besoin de faire un tour là où personne ne pouvait aller à sa place. La pièce était déserte, et ses pas résonnèrent doucement tandis qu’il se postait à un urinoir qui paraissait plus clean que les autres. C’était bien parce que c’était le matin. Mais sa tranquillité fut bientôt réduite à néant par un festivalier matinal, au pas un peu traînant. Heureusement, les règles des toilettes pour hommes le protégeaient : on ne démarrait pas de conversations dans pareil endroit. Mais ça, c’était parce qu’il ignorait encore l’identité du nouvel arrivant. Déjà, tout son corps se raidit lorsque l’inconnu, du moins le pensait-il, transgressa une première règle en venant se poser juste à côté de lui. Mais qui faisait ça, bordel ? Oh qui, il le savait, mais il n’avait pas prévu de le recroiser à pareil endroit. Et pourtant. Athos ne tourna pas le visage, tout occupé qu’il était à essayer d’ignorer cette provocation, mais la voix venue du passé vint le happer. 5 ans. 5 ans qu’il n’avait pas entendu cette voix emplie de malice et de bagoût. Un frisson de malaise parcourut son échine. Et merde…

Cela faisait quelques temps qu’Athos savait que son ancien mentor était revenu en ville. Quand on exerçait son activité, il était de bon ton de tout savoir, surtout quand il s’agissait de ce milieu si particulier qu’il fréquentait. Et le retour d’un escroc si réputé en son quartier ne passait clairement pas inaperçu. À plusieurs reprises, il avait croisé son chemin, mais avait toujours réussi à l’esquiver avec l’habileté d’un chat. Clairement, il n’avait aucune envie de précipiter ces retrouvailles qu’il savait inévitables, preuve en était. Le moment était pourtant si mal choisi, et que dire du lieu. Crook. Il avait eu envie de lui encastrer la tête dans la faïence dès qu’il avait entendu son intonation si reconnaissable, mais ça n’était pas son genre. Aussi termina-t-il silencieusement son affaire, et remonta sa braguette avant de faire demi-tour. Son regard glissa sur lui comme s’il était invisible, comme s’il n’existait pas et pourtant, c’était difficile de l’ignorer vu l’accoutrement qu’il portait. Ce bonhomme était ridicule, ri-di-cule et finalement, il s’estimait chanceux e s'être extrait de son influence avant de flirter lui-même avec ce mauvais goût si caractéristique. « J’aimerais pouvoir te retourner un compliment, mais j’trouve pas. » Sans même le réaliser, il avait retrouvé un espèce d’accent qu’il avait emprunté à l’époque, quand il se cherchait encore et voulait se donner un petit genre. Comme si les souvenirs se rematérialisaient d’une façon bien différente. Aussitôt, il se reprit, prenant la direction du lavabo tout en surveillant la silhouette derrière lui via le miroir. Ne jamais tourner le dos à ce type, il le savait bien. C’était une des premières leçons qu’il lui avait appris. Malgré toute sa rancune, Athos ne pouvait nier que Phil avait été un bon professeur. Un excellent professeur. Mais un père à chier, comme l'avait prouvé son plus récent hibou. Et ça, plus que jamais aujourd’hui, c’était quelque chose qui l’insupportait. « Je pensais que les italiens avaient du goût. Quoique, ton nouveau plan de carrière t’emmène peut-être en Floride ? Au moins là-bas, tu retrouverais une certaine forme de jeunesse… » Il avait retrouvé ses manières, sa façon de parler habituelle aux notes aristocratiques, et sa fâcheuse tendance à appuyer là où ça pouvait faire mal. Dès leur 1ère rencontre, Crook avait laissé échapper que son âge était un problème. Athos n’avait jamais bien compris pourquoi, et leur différence d’une bonne vingtaine d’années étaient devenue un running gag. Oui mais voilà, il n’avait plus envie de rire. Une fois ses mains propres, il foutrait le camp de cette salle de bain et laisserait le vieux vaquer à ses malhonnêtes occupations. Athos avait assez de problèmes comme ça en ce moment, sans s’en imposer d’un nouveau, oh combien encombrant celui-là. Mais une fois le poisson ferré, Phil s’y accrochait comme une tique à la patte d’un Croup, il le savait. Aussi prépara-t-il ses plus belles réparties tout en respirant un grand coup, histoire de retrouver un peu de patience. Problème, il n’en avait plus beaucoup en stock en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 90
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS EmptyMer 22 Juil - 13:37

Généralement, Phillipus Crook trouvait drôle des situations qui ne l'étaient pas. Aussi, apercevoir son ancien apprenti se soulageant dans les toilettes publiques alors qu'il venait lui-même se régler la même affaire, ça le faisait marrer. Il en fallait peu pour être heureux, disait-on, et il était plutôt d'accord avec cette idée. Loin de lui l'idée de respecter l'urinoir de politesse, Phil afficha un sourire entièrement narquois en se postant bien à côté d'Athos, pour le créditer qu'une moquerie au niveau épouvantablement bas. Bien entendu, le jeune homme lui renvoya une pique bien sentie qui fit ricaner notre homme. Ah, pauvre Athos et sa fierté et son affection et son tout, qui n'avait pas apprécié de le retrouver. Pauvre Athos qui s'était fié à lui. Quiconque se fiait à Crook finissait avec des épines dans les pieds, ce n'était pas faute de l'avoir prévenu en avance. Mais enfin, on se voile souvent la face par affection et on ne se la dévoile que par clairvoyance. « N'en cherche pas, puisqu'il n'y en a pas » ricana Phil, loin d'être vexé par le tempérament dur de ce gamin à qui il avait sauvé les miches plus d'une fois. L'escroc finissait son affaire alors que le britannique allait au lavabo. Il se tourna finalement vers lui quand il eut finit, avec cette espèce d'expression indéchiffrable qu'il démontrait toujours.
Il sourit à la pique sur la jeunesse en s'approchant du jeune homme pour laisser l'eau couler sur ses mains dans le lavabo : « Je ne suis pas italien, mais peut-être l'as-tu oublié comme tu as oublié que ton animosité ne m'a jamais rien fait et ne me fera jamais rien ? ». Les mots étaient durs, mais nécessaires pour faire redescendre ce petit péteux de son étage. Phil ne s'attachait pas tant aux gens. Il appréciait Athos, c'était un fait. Mais il ne comprenait pas vraiment pourquoi il était si en colère contre lui, tout comme il ne voyait pas pourquoi Glinda l'évitait. Pour ainsi dire, toutes les problématiques de sa personne, l'ancêtre les ignorait sciemment. Une fois ses mains propres, Phil fit des gestes brusques avec elles pour évacuer l'eau qui vînt éclabousser Athos et il s'accouda contre le rebord du lavabo, sans pouvoir s'empêcher de le regarder de cet insupportable regard moqueur qu'il avait toujours et qui traduisait si bien, hélas, son âge mental.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 260
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS EmptyJeu 23 Juil - 13:13

Plus le temps passait, moins il était aisé de faire sortir le jeune anglais de ses gonds. Toutefois, il existait certaines personnes qui avaient cette faculté, quelle que soit l’heure, quel que soit l’endroit, et Crook en faisait désormais partie. Difficile de croire que ces deux là avaient fait la paire il fut un temps, et pourtant. En réalité, Athos savait qu’il lui devait beaucoup de choses, et ça le faisait incroyablement chier. Sa reconnaissance se mêlait à une forme de détestation, sans doute due à la toute dernière leçon qu’il avait apprise à ses côtés : les équipes, ça n’était pas fait pour durer. Faire cavalier seul, c’était bien mieux. Crook n’avait jamais été un excellent pédagogue, aussi lui avait-il appris ça avec la rudesse caractéristique de ce personnage qu’il s’était construit, en sauvant les miches du jeune Athos tout en le laissant partir sans un soupir. Quel enfoiré, quand on y pensait. Ce gamin lui avait autant apporté que l’inverse, en réalité, avec sa jeunesse, sa fougue, son talent pour se cacher du monde et escroquer en toute discrétion. Parfois même, on les prenait pour père et fils.

Père, ahah, laissez-le rire. Non seulement Athos avait vu une seconde figure paternelle le décevoir, mais ça, il pouvait s’en remettre. C’était passé d’ailleurs, et apprendre à son retour à Londres que l’escroc avait fui à Naples ne lui avait presque fait ni chaud, ni froid. À peine une pointe de douleur dans l’estomac, se disant que s’il était parti en Italie, il aurait bien pu le suivre quelques temps plus tôt, non ? Mais bref, ça, ça n’était rien, Athos avait compris et jouait désormais en solo. C’était une bonne leçon, d’ailleurs. Mais non, ce qui l’avait énervé au plus haut point, c’était sa très récente découverte. Athos payait toujours ses dettes, toujours, et il en devait une à Crook pour lui avoir sauvé les fesses. Il lui avait demandé par hibou, ce gros lâche, de veiller sur sa fille. Père en carton, réellement. L’ancien apprenti s’était exécuté, surveillant Glinda de loin, très loin, tissant un lien de surface avec elle, sa couturière attitrée.

Mais voilà, si Athos payait toujours ses dettes, ça n’était pas le cas de Crook. Aussi, quand il avait découvert au Casino la montagne d’argent que devait Phil, c’était là que sa colère était montée. Putain de merde, Crook, enfoiré de première. Tout devenait plus clair maintenant : veiller sur quelqu’un qui allait se retrouver avec une somme astronomique à rembourser, ça faisait sens. Depuis, Athos réfléchissait à la meilleure façon de gérer ça, pour protéger la jeune femme sans se faire griller au Casino. Il n’avait pas encore trouvé : c’est qu’il avait bien des choses à penser maintenant. Et puis, vu que Crook était de retour, il aurait pu gérer ça, non ? Tout bien pensé, il préférait régler le problème de Glinda plutôt que de laisser faire son imbécile de père. Mais la solution était sûrement toute trouvée : orienter les Flint sur le retour de l’escroc prodige, histoire d’apaiser la jeune femme. Toujours était-il que c’était ça qui l’avait énervé. Réellement énervé. Sentiment décuplé depuis qu’il était père : qui pouvait infliger ça à son gosse, franchement ?

Alors oui, Phil avait raison pour une fois, il ne méritait aucun compliment, tout juste s’il valait la peine qu’on lui réponde. Ce qu’Athos ne fit pas, le laissant gagner cette joute là qui n’était qu’un préambule, il le savait. De toute façon, Crook avait toujours le dernier mot, c'était une manie. Alors qu’il s’essuyait les mains en surveillant toujours Phil du coin de l’oeil, Athos réfléchissait à la conduite à adopter. Fuir, même avec son invisibilité, n’était pas une bonne option. Phil était proche, l’entrée exiguë, il aurait vite fait de le chopper ou de lui faire un croche-pied. Athos le connaissait par coeur, et inversement, c’était dire si ça s’annonçait compliqué. De toute façon, mieux valait le confronter car fuir n’aurait fait de repousser l’inévitable. Le sentir à côté de lui, tout proche, mit tous ses sens en alerte. Le vieux l’éclaboussa avec un plaisir non dissimulé, tout fier de son petit effet et de sa phrase cinglante. Non content d’être un salopard sans sentiments, il s’en vantait. Reculant légèrement, mais lui faisant face, Athos serra le poing, les dents, et lui lança un regard glacial, bien qu’il aurait préféré être indifférent. Détester quelqu’un, ça voulait dire qu’on avait des sentiments à l’égard du quelqu’un en question, et ça le faisait vraiment, vraiment chier. Et là, il avait réussi à transformer sa fausse désinvolture en colère pure en moins de deux secondes. Définitivement, Crook avait le don pour le foutre en rogne. « Oh, mais comment pourrais-je oublier ? Le grand Crook, le magnifique, n’a besoin de personne. Montrer une once d’affection pour le gamin que t’avais pris sous ton aile, ça t’écorcherait la gueule, hein ? » Sa vulgarité trahissait son agaçement, comme toujours. Sa baguette n’était pas loin de son poing, juste au cas où il aurait besoin de dégainer. Phil avait une fâcheuse tendance à utiliser des sortilèges de confusion quand ça devenait compliqué. Athos savait surtout que Crook allait retourner la moindre phrase contre lui, c’était peine perdue. Mieux valait donc se montrer le plus adulte des deux, même si c’était compliqué face à un adolescent attardé dans une chemise bariolée. « Je ne pense pas qu’on ait encore quoi que ce soit à se dire. Alors va traîner ton mauvais goût ailleurs, faire les poches des gens, j’en sais rien. La ville est assez grande pour qu’on ne se marche pas dessus, alors au plaisir de ne jamais te revoir. » Il s’était montré extrêmement adulte sur ce coup-là, presque poli d’ailleurs. Mais il sentait au fond de lui qu’il était à deux doigts de s’énerver, et de quitter sa froideur pour encastrer son ancien mentor dans le mur de faïence. C’était tout ce que sa vieille caboche méritait.
Revenir en haut Aller en bas
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 90
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS EmptyMer 29 Juil - 8:25

Si Phil avait eu des scrupules, il ne serait sans doute pas devenu un escroc jusque dans son nom. Peu de monde savait ce qu'il en était de sa vie avant de dériver vers des contrées moins éthiques. Pourtant, à un nom de métier en avait succédé un autre. Phillipus avait appris à ses dépends que la vie était moche et il avait mis un point d'honneur à la rendre encore plus affreuse. Pour lui, finalement, l'existence était similaire à un jeu de cartes, ou à une machine à sous moldue. Soit on avait de la chance, soit on en avait pas, il n'y avait pas de chance grise. Elle était soit blanche, soit noire. Soit vivante, soit morte. C'était sous ce prisme étrangement négatif qu'il vivait sans vergogne. Athos pouvait bien le juger en se pensant supérieur à lui. Il ne l'était pas. Ou en tout cas, il ne l'était pas aux yeux de son ancien mentor, qui se fendit d'un rire à la remarque moqueuse du jeune américain. 'Crook le magnifique', cela flattait son ego. Ainsi donc le problème était dans l'affection, d'accord soit. « Tu veux un câlin ? » - il se foutait ouvertement de lui quand même. Phil n'avait qu'un enfant et ce n'était malheureusement pas Athos. Alors oui, il l'avait apprécié ce gamin. Avec ses jolies bouclettes. Mais maintenant, Athos était un homme un peu plus âgé. Il n'avait plus dix-sept ans. Il n'avait plus besoin d'avoir autant d'affection, non ? « Sérieusement petit » - il adorait prendre son grand ton de Grand-Père Feuillage - « n'attend pas des autres qu'ils te démontrent de l'intérêt. Tu vas passer ta vie à en attendre et une vie à réaliser que les gens n'en ont rien à faire ». Voilà, l'affection de Crook se trouvait dans ses conseils épouvantablement cyniques. Chanceux étaient ceux qui avaient le droit d'en recevoir, parce qu'ils étaient au moins dignes d'un peu de son intérêt. Il ne comprenait jamais pourquoi les gens ne supportaient pas ses conseils. Il aurait adoré les avoir au lieu de subir à ses dépends les conséquences pour ne pas les avoir eu avant.

Phillipus hocha la tête à l'entente de la réplique finale du jeune homme. Alors comme ça il ne voulait pas de lui ? C'était un aveu à ne pas faire à quelqu'un qui prenait un malin plaisir à être le plus emmerdeur possible. « Quel empressement » - qu'on lui ferme le clapet pour l'amour du ciel ! - « moi qui pensait que tu serais ravi de me revoir. Comme quoi, le cordonnier est le moins bien chaussé, je ferais mieux de suivre davantage le conseil que je t'ai donné ». L'escroc sortit de sa poche une feuille de tabac qu'il se mit à mâcher. Son je-m'en-foutisme était tel qu'il ne comprenait même pas comment son cher petit Athos pouvait se retenir de lui faire avaler sa feuille.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 260
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS EmptySam 1 Aoû - 4:16

Crook et ses foutus conseils. C’était incroyable le nombre de conneries que ce mec pouvait débiter au kilomètre sans se fatiguer. Pendant des années, Athos les avait écoutés sans trop chercher à les remettre en question, piochant ce qu’il y avait de bon, laissant de côté les banalités et autres joyeuses bêtises qu’il proférait au nom de sa sacro-sainte expérience. C’était qu’il était persuadé de détenir la vérité, et c’était à la fois charmant et agaçant. Charmant quand on était son apprenti, agaçant quand on avait été trahi. Sa mention du mot câlin ne fit qu’amplifier sa colère. S’il s’avisait de le toucher, Athos ne pourrait réfréner sa violence contenue, alors mieux valait ne même pas répondre. Comme il ne répondit pas à sa leçon cynique sur l’affection. Ce bel enfoiré n’avait pas tout à fait tort, c’était bien ça qui l’énervait le plus. Athos et Crook se ressemblaient dans le sens où ils avaient pour habitude d’éloigner toute personne qui aurait pu un tant soit peur s’attacher à eux. Sauf que voilà, le plus jeune désormais père à son tour n’avait pas failli à la tache, du moins, il essayait. Son injonction lui donna envie de se défouler physiquement sur sa gueule de mec trop sûr de lui, mais il n’en fit rien et lui demanda juste de partir. Juste ça, ça n’était pas compliqué, si ? Oh, pour un mec comme Crook, ça l’était. Il était si fier de ses petits effets, il fallait le voir là, à se pavaner dans sa chemise d’un goût vraiment douteux.

Ainsi donc, l’escroc senior s’enfonça dans sa provocation, affichant une nonchalance qui tapait sérieusement sur les nerfs de junior. Il rêvait qu’à cet instant précis, un festivalier matinal déboule et ne le distrait pour qu’il puisse se barrer vitesse grand V. Au lieu de ça, il soutenait le regard de cette figure de son ancienne vie, essayant de contrôler sa colère grandissante. Cordonnier le moins bien chaussé, mais de qui se moquait-il, franchement ? À le voir mâcher sa feuille, Athos se dit qu’une bonne clope pourrait lui calmer les nerfs, et il s’en alluma une, se moquant bien du fait que ce genre de geste était un peu étrange dans pareil endroit. La situation était étrange après tout, alors quoi ? Qui allait venir le faire chier pour ça ? « Arrête avec tes conseils, arrête, vraiment. » Il savait lui donner des ordres ? Et bien l’inverse était tout aussi valable. Du plus calme qu’il pouvait, Athos s’avança vers Phil tout en gardant une distance de sécurité quand même. Ca n’était pas tant pour sa propre sécurité que pour éviter de lui en coller une. « Tu veux un scoop ? Tes grandes vérités générales là, ça n’intéresse personne. Les gens t‘écoutent comme ils écoutent le vieux fou à l’arrêt de bus, pour pas vexer. » Il aurait pu consigner ses conneries dans un grimoire en 4 tomes, ça n’aurait été qu’un ramassis de banalités avec ça et là des bonnes idées, mais vraiment, il fallait s’accrocher. « Même toi, tu les écoutes pas. Ou plutôt, tu te persuades, mais t’es même pas capable de jouer le grand détaché comme tu dis. Ta fille chérie, je parie que tu n’es même pas encore allé la voir. Et tu sais comment je le sais ? » Il tira sur sa clope avec un sourire de contentement narquois. Ca l’amusait d’essayer de lui faire mal, même s’il savait que c’était presque vain, et que c’était aussi tomber bien bas que d’essayer de lui renvoyer l’ascenseur. Mais il s’en foutait. « Parce que la dernière fois que je l’ai vue, elle avait l’air heureuse. »  Or, là où Crook passait, les sourires des honnêtes gens s’effaçaient.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS Empty

Revenir en haut Aller en bas

L'intimité toute relative des WC publics | ATHOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Le Camping :: LES DOUCHES COMMUNES-