GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'octobre de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -20%
Remise de 20% sur la barre de son Sony HT-SD35 2.1
Voir le deal
199.99 €

Partagez

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyMer 15 Juil 2020 - 11:50

Phil passait un super début de festival, il fallait qu'on se le dise. Outre son accoutrement ridicule qui attirait les regards sur lui - et le Diable lui-même savait combien il adorait cela - Phillipus se faisait remarquer par sa nature de bel homme. Aussi n'avait-il absolument aucune difficulté à trouver une nouvelle tente pour la nuit. Enfin, on exagérait un peu les choses, mais que voulez-vous, c'était un homme. Disons qu'il se trouvait bien, depuis le début du festival, deux nouvelles tentes dans la semaine, on se rapprochait déjà un peu de la réalité. Quoiqu'il en soit ! C'était justement après une nuit fort longue et fort agitée que notre escroc émergea de bon matin aux alentours de dix heures pétantes. Il réalisa avec une certaine déception qu'il était seul et sortit en prenant ses affaires pour se diriger vers les douches communes. Pit-stop aux toilettes et une bonne douche bien froide pour réveiller les neurones non encore ravagés par les joints qu'il se fumait avec Freya. Il entra avec son habituelle attitude de conquérant dans les douches communes avant de se diriger vers la partie toilette. Il n'était pas seul. Quoi de meilleure surprise pourtant, de voir un faciès familier au fond, tout au fond de la pièce. Sa vue n'était pas encore assez basse pour que Phil rate le visage maintenant bien adulte et non plus poupon d'Athos. Un sourire carnassier et taquin se peignit sur les traits de l'ancêtre alors qu'il s'approchait de son habituel pas traînant pour se poster juste à côté de ce gamin qu'il avait éduqué à l'escroquerie. Pas de doute, Athos avait été plus réceptif que Glinda concernant cela.
D'une certaine façon, il était content de le revoir. Phil avait déserté l'Angleterre pour s'établir à Naples pendant quelques années et cela faisait bien longtemps qu'ils ne s'étaient plus vus : « Chouette coupe de cheveux Athos, mais je trouve quand même que les bouclettes, ça te va bien mieux » le salua-t-il de son verbe le plus atypique histoire de le mettre bien mal-à-l'aise. Oh Phil était un peu en retard quand même. Le minot à qui il avait arrangé la fuite n'était plus vraiment similaire à l'homme qu'il avait à côté de lui, dans ces urinoirs publics. Mais bon. Allez expliquez ça à l'ancêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 343
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyJeu 16 Juil 2020 - 18:57

Autrefois, les gens biens se levaient à l’heure où il se couchait. Mais ça, c’était il y avait de ça une éternité, du moins c’était ce qui lui semblait. Désormais, Athos ne se couchait pas beaucoup plus tôt, mais redécouvrait les joies du lever du soleil. Enfin, surtout, les joies des brailleries matinales de mini Tobias, qu’il venait voir le plus tôt possible pour décharger Magda. Sa convalescence était terminée depuis un moment, mais Athos tenait à l’aider le plus possible et à veiller à ce qu’ils soient tous les deux en sécurité. Le drame l’avait énormément bouleversé, même s’il essayait de ne rien en montrer, il était aujourd’hui bien plus présent, que ce soit pour son fils ou celle qui l’avait porté, et dont il se rapprochait ces derniers temps. Tout ça faisait beaucoup de choses à gérer, même pour lui. Ce matin-là, il était donc passé chez Shannon passer un peu de temps avec son ersatz de famille, avant de prendre le chemin du festival où il avait à faire.

Mais voilà, les affaires d’Athos n’étaient pas aussi lève-tôt que lui, et il avait oublié que le public de ce genre d’événements avait tendance à faire la grasse matinée. Aussi transplana-t-il à l’entrée d’un camping résolument endormi, et étrangement calme. Là où il aurait pu faire demi-tour et revenir plus tard, Athos apprécia cette quiétude de fin du monde. Pas un bruit, rien, un silence paisible où ses pensées tourmentées pouvaient enfin se remettre un peu en ordre. Il déambula parmi les tentes sans un bruit, réalisant à quel point il aurait pu facilement dépouiller ces âmes endormies. Mais voilà, il ne donnait plus là-dedans depuis quelques années, préférant exercer une activité à la limite de la légalité, mais où les gens lui donnaient leurs gallions avec tout leur consentement. Ses tarifs étaient ridiculement élevés, mais le désespoir, ça se monnayait. Et les gens désespérés, ça courrait drôlement les rues.

Finalement, la nature le rattrapa et il eut besoin de faire un tour là où personne ne pouvait aller à sa place. La pièce était déserte, et ses pas résonnèrent doucement tandis qu’il se postait à un urinoir qui paraissait plus clean que les autres. C’était bien parce que c’était le matin. Mais sa tranquillité fut bientôt réduite à néant par un festivalier matinal, au pas un peu traînant. Heureusement, les règles des toilettes pour hommes le protégeaient : on ne démarrait pas de conversations dans pareil endroit. Mais ça, c’était parce qu’il ignorait encore l’identité du nouvel arrivant. Déjà, tout son corps se raidit lorsque l’inconnu, du moins le pensait-il, transgressa une première règle en venant se poser juste à côté de lui. Mais qui faisait ça, bordel ? Oh qui, il le savait, mais il n’avait pas prévu de le recroiser à pareil endroit. Et pourtant. Athos ne tourna pas le visage, tout occupé qu’il était à essayer d’ignorer cette provocation, mais la voix venue du passé vint le happer. 5 ans. 5 ans qu’il n’avait pas entendu cette voix emplie de malice et de bagoût. Un frisson de malaise parcourut son échine. Et merde…

Cela faisait quelques temps qu’Athos savait que son ancien mentor était revenu en ville. Quand on exerçait son activité, il était de bon ton de tout savoir, surtout quand il s’agissait de ce milieu si particulier qu’il fréquentait. Et le retour d’un escroc si réputé en son quartier ne passait clairement pas inaperçu. À plusieurs reprises, il avait croisé son chemin, mais avait toujours réussi à l’esquiver avec l’habileté d’un chat. Clairement, il n’avait aucune envie de précipiter ces retrouvailles qu’il savait inévitables, preuve en était. Le moment était pourtant si mal choisi, et que dire du lieu. Crook. Il avait eu envie de lui encastrer la tête dans la faïence dès qu’il avait entendu son intonation si reconnaissable, mais ça n’était pas son genre. Aussi termina-t-il silencieusement son affaire, et remonta sa braguette avant de faire demi-tour. Son regard glissa sur lui comme s’il était invisible, comme s’il n’existait pas et pourtant, c’était difficile de l’ignorer vu l’accoutrement qu’il portait. Ce bonhomme était ridicule, ri-di-cule et finalement, il s’estimait chanceux e s'être extrait de son influence avant de flirter lui-même avec ce mauvais goût si caractéristique. « J’aimerais pouvoir te retourner un compliment, mais j’trouve pas. » Sans même le réaliser, il avait retrouvé un espèce d’accent qu’il avait emprunté à l’époque, quand il se cherchait encore et voulait se donner un petit genre. Comme si les souvenirs se rematérialisaient d’une façon bien différente. Aussitôt, il se reprit, prenant la direction du lavabo tout en surveillant la silhouette derrière lui via le miroir. Ne jamais tourner le dos à ce type, il le savait bien. C’était une des premières leçons qu’il lui avait appris. Malgré toute sa rancune, Athos ne pouvait nier que Phil avait été un bon professeur. Un excellent professeur. Mais un père à chier, comme l'avait prouvé son plus récent hibou. Et ça, plus que jamais aujourd’hui, c’était quelque chose qui l’insupportait. « Je pensais que les italiens avaient du goût. Quoique, ton nouveau plan de carrière t’emmène peut-être en Floride ? Au moins là-bas, tu retrouverais une certaine forme de jeunesse… » Il avait retrouvé ses manières, sa façon de parler habituelle aux notes aristocratiques, et sa fâcheuse tendance à appuyer là où ça pouvait faire mal. Dès leur 1ère rencontre, Crook avait laissé échapper que son âge était un problème. Athos n’avait jamais bien compris pourquoi, et leur différence d’une bonne vingtaine d’années étaient devenue un running gag. Oui mais voilà, il n’avait plus envie de rire. Une fois ses mains propres, il foutrait le camp de cette salle de bain et laisserait le vieux vaquer à ses malhonnêtes occupations. Athos avait assez de problèmes comme ça en ce moment, sans s’en imposer d’un nouveau, oh combien encombrant celui-là. Mais une fois le poisson ferré, Phil s’y accrochait comme une tique à la patte d’un Croup, il le savait. Aussi prépara-t-il ses plus belles réparties tout en respirant un grand coup, histoire de retrouver un peu de patience. Problème, il n’en avait plus beaucoup en stock en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyMer 22 Juil 2020 - 13:37

Généralement, Phillipus Crook trouvait drôle des situations qui ne l'étaient pas. Aussi, apercevoir son ancien apprenti se soulageant dans les toilettes publiques alors qu'il venait lui-même se régler la même affaire, ça le faisait marrer. Il en fallait peu pour être heureux, disait-on, et il était plutôt d'accord avec cette idée. Loin de lui l'idée de respecter l'urinoir de politesse, Phil afficha un sourire entièrement narquois en se postant bien à côté d'Athos, pour le créditer qu'une moquerie au niveau épouvantablement bas. Bien entendu, le jeune homme lui renvoya une pique bien sentie qui fit ricaner notre homme. Ah, pauvre Athos et sa fierté et son affection et son tout, qui n'avait pas apprécié de le retrouver. Pauvre Athos qui s'était fié à lui. Quiconque se fiait à Crook finissait avec des épines dans les pieds, ce n'était pas faute de l'avoir prévenu en avance. Mais enfin, on se voile souvent la face par affection et on ne se la dévoile que par clairvoyance. « N'en cherche pas, puisqu'il n'y en a pas » ricana Phil, loin d'être vexé par le tempérament dur de ce gamin à qui il avait sauvé les miches plus d'une fois. L'escroc finissait son affaire alors que le britannique allait au lavabo. Il se tourna finalement vers lui quand il eut finit, avec cette espèce d'expression indéchiffrable qu'il démontrait toujours.
Il sourit à la pique sur la jeunesse en s'approchant du jeune homme pour laisser l'eau couler sur ses mains dans le lavabo : « Je ne suis pas italien, mais peut-être l'as-tu oublié comme tu as oublié que ton animosité ne m'a jamais rien fait et ne me fera jamais rien ? ». Les mots étaient durs, mais nécessaires pour faire redescendre ce petit péteux de son étage. Phil ne s'attachait pas tant aux gens. Il appréciait Athos, c'était un fait. Mais il ne comprenait pas vraiment pourquoi il était si en colère contre lui, tout comme il ne voyait pas pourquoi Glinda l'évitait. Pour ainsi dire, toutes les problématiques de sa personne, l'ancêtre les ignorait sciemment. Une fois ses mains propres, Phil fit des gestes brusques avec elles pour évacuer l'eau qui vînt éclabousser Athos et il s'accouda contre le rebord du lavabo, sans pouvoir s'empêcher de le regarder de cet insupportable regard moqueur qu'il avait toujours et qui traduisait si bien, hélas, son âge mental.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 343
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyJeu 23 Juil 2020 - 13:13

Plus le temps passait, moins il était aisé de faire sortir le jeune anglais de ses gonds. Toutefois, il existait certaines personnes qui avaient cette faculté, quelle que soit l’heure, quel que soit l’endroit, et Crook en faisait désormais partie. Difficile de croire que ces deux là avaient fait la paire il fut un temps, et pourtant. En réalité, Athos savait qu’il lui devait beaucoup de choses, et ça le faisait incroyablement chier. Sa reconnaissance se mêlait à une forme de détestation, sans doute due à la toute dernière leçon qu’il avait apprise à ses côtés : les équipes, ça n’était pas fait pour durer. Faire cavalier seul, c’était bien mieux. Crook n’avait jamais été un excellent pédagogue, aussi lui avait-il appris ça avec la rudesse caractéristique de ce personnage qu’il s’était construit, en sauvant les miches du jeune Athos tout en le laissant partir sans un soupir. Quel enfoiré, quand on y pensait. Ce gamin lui avait autant apporté que l’inverse, en réalité, avec sa jeunesse, sa fougue, son talent pour se cacher du monde et escroquer en toute discrétion. Parfois même, on les prenait pour père et fils.

Père, ahah, laissez-le rire. Non seulement Athos avait vu une seconde figure paternelle le décevoir, mais ça, il pouvait s’en remettre. C’était passé d’ailleurs, et apprendre à son retour à Londres que l’escroc avait fui à Naples ne lui avait presque fait ni chaud, ni froid. À peine une pointe de douleur dans l’estomac, se disant que s’il était parti en Italie, il aurait bien pu le suivre quelques temps plus tôt, non ? Mais bref, ça, ça n’était rien, Athos avait compris et jouait désormais en solo. C’était une bonne leçon, d’ailleurs. Mais non, ce qui l’avait énervé au plus haut point, c’était sa très récente découverte. Athos payait toujours ses dettes, toujours, et il en devait une à Crook pour lui avoir sauvé les fesses. Il lui avait demandé par hibou, ce gros lâche, de veiller sur sa fille. Père en carton, réellement. L’ancien apprenti s’était exécuté, surveillant Glinda de loin, très loin, tissant un lien de surface avec elle, sa couturière attitrée.

Mais voilà, si Athos payait toujours ses dettes, ça n’était pas le cas de Crook. Aussi, quand il avait découvert au Casino la montagne d’argent que devait Phil, c’était là que sa colère était montée. Putain de merde, Crook, enfoiré de première. Tout devenait plus clair maintenant : veiller sur quelqu’un qui allait se retrouver avec une somme astronomique à rembourser, ça faisait sens. Depuis, Athos réfléchissait à la meilleure façon de gérer ça, pour protéger la jeune femme sans se faire griller au Casino. Il n’avait pas encore trouvé : c’est qu’il avait bien des choses à penser maintenant. Et puis, vu que Crook était de retour, il aurait pu gérer ça, non ? Tout bien pensé, il préférait régler le problème de Glinda plutôt que de laisser faire son imbécile de père. Mais la solution était sûrement toute trouvée : orienter les Flint sur le retour de l’escroc prodige, histoire d’apaiser la jeune femme. Toujours était-il que c’était ça qui l’avait énervé. Réellement énervé. Sentiment décuplé depuis qu’il était père : qui pouvait infliger ça à son gosse, franchement ?

Alors oui, Phil avait raison pour une fois, il ne méritait aucun compliment, tout juste s’il valait la peine qu’on lui réponde. Ce qu’Athos ne fit pas, le laissant gagner cette joute là qui n’était qu’un préambule, il le savait. De toute façon, Crook avait toujours le dernier mot, c'était une manie. Alors qu’il s’essuyait les mains en surveillant toujours Phil du coin de l’oeil, Athos réfléchissait à la conduite à adopter. Fuir, même avec son invisibilité, n’était pas une bonne option. Phil était proche, l’entrée exiguë, il aurait vite fait de le chopper ou de lui faire un croche-pied. Athos le connaissait par coeur, et inversement, c’était dire si ça s’annonçait compliqué. De toute façon, mieux valait le confronter car fuir n’aurait fait de repousser l’inévitable. Le sentir à côté de lui, tout proche, mit tous ses sens en alerte. Le vieux l’éclaboussa avec un plaisir non dissimulé, tout fier de son petit effet et de sa phrase cinglante. Non content d’être un salopard sans sentiments, il s’en vantait. Reculant légèrement, mais lui faisant face, Athos serra le poing, les dents, et lui lança un regard glacial, bien qu’il aurait préféré être indifférent. Détester quelqu’un, ça voulait dire qu’on avait des sentiments à l’égard du quelqu’un en question, et ça le faisait vraiment, vraiment chier. Et là, il avait réussi à transformer sa fausse désinvolture en colère pure en moins de deux secondes. Définitivement, Crook avait le don pour le foutre en rogne. « Oh, mais comment pourrais-je oublier ? Le grand Crook, le magnifique, n’a besoin de personne. Montrer une once d’affection pour le gamin que t’avais pris sous ton aile, ça t’écorcherait la gueule, hein ? » Sa vulgarité trahissait son agaçement, comme toujours. Sa baguette n’était pas loin de son poing, juste au cas où il aurait besoin de dégainer. Phil avait une fâcheuse tendance à utiliser des sortilèges de confusion quand ça devenait compliqué. Athos savait surtout que Crook allait retourner la moindre phrase contre lui, c’était peine perdue. Mieux valait donc se montrer le plus adulte des deux, même si c’était compliqué face à un adolescent attardé dans une chemise bariolée. « Je ne pense pas qu’on ait encore quoi que ce soit à se dire. Alors va traîner ton mauvais goût ailleurs, faire les poches des gens, j’en sais rien. La ville est assez grande pour qu’on ne se marche pas dessus, alors au plaisir de ne jamais te revoir. » Il s’était montré extrêmement adulte sur ce coup-là, presque poli d’ailleurs. Mais il sentait au fond de lui qu’il était à deux doigts de s’énerver, et de quitter sa froideur pour encastrer son ancien mentor dans le mur de faïence. C’était tout ce que sa vieille caboche méritait.
Revenir en haut Aller en bas
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyMer 29 Juil 2020 - 8:25

Si Phil avait eu des scrupules, il ne serait sans doute pas devenu un escroc jusque dans son nom. Peu de monde savait ce qu'il en était de sa vie avant de dériver vers des contrées moins éthiques. Pourtant, à un nom de métier en avait succédé un autre. Phillipus avait appris à ses dépends que la vie était moche et il avait mis un point d'honneur à la rendre encore plus affreuse. Pour lui, finalement, l'existence était similaire à un jeu de cartes, ou à une machine à sous moldue. Soit on avait de la chance, soit on en avait pas, il n'y avait pas de chance grise. Elle était soit blanche, soit noire. Soit vivante, soit morte. C'était sous ce prisme étrangement négatif qu'il vivait sans vergogne. Athos pouvait bien le juger en se pensant supérieur à lui. Il ne l'était pas. Ou en tout cas, il ne l'était pas aux yeux de son ancien mentor, qui se fendit d'un rire à la remarque moqueuse du jeune américain. 'Crook le magnifique', cela flattait son ego. Ainsi donc le problème était dans l'affection, d'accord soit. « Tu veux un câlin ? » - il se foutait ouvertement de lui quand même. Phil n'avait qu'un enfant et ce n'était malheureusement pas Athos. Alors oui, il l'avait apprécié ce gamin. Avec ses jolies bouclettes. Mais maintenant, Athos était un homme un peu plus âgé. Il n'avait plus dix-sept ans. Il n'avait plus besoin d'avoir autant d'affection, non ? « Sérieusement petit » - il adorait prendre son grand ton de Grand-Père Feuillage - « n'attend pas des autres qu'ils te démontrent de l'intérêt. Tu vas passer ta vie à en attendre et une vie à réaliser que les gens n'en ont rien à faire ». Voilà, l'affection de Crook se trouvait dans ses conseils épouvantablement cyniques. Chanceux étaient ceux qui avaient le droit d'en recevoir, parce qu'ils étaient au moins dignes d'un peu de son intérêt. Il ne comprenait jamais pourquoi les gens ne supportaient pas ses conseils. Il aurait adoré les avoir au lieu de subir à ses dépends les conséquences pour ne pas les avoir eu avant.

Phillipus hocha la tête à l'entente de la réplique finale du jeune homme. Alors comme ça il ne voulait pas de lui ? C'était un aveu à ne pas faire à quelqu'un qui prenait un malin plaisir à être le plus emmerdeur possible. « Quel empressement » - qu'on lui ferme le clapet pour l'amour du ciel ! - « moi qui pensait que tu serais ravi de me revoir. Comme quoi, le cordonnier est le moins bien chaussé, je ferais mieux de suivre davantage le conseil que je t'ai donné ». L'escroc sortit de sa poche une feuille de tabac qu'il se mit à mâcher. Son je-m'en-foutisme était tel qu'il ne comprenait même pas comment son cher petit Athos pouvait se retenir de lui faire avaler sa feuille.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 343
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptySam 1 Aoû 2020 - 4:16

Crook et ses foutus conseils. C’était incroyable le nombre de conneries que ce mec pouvait débiter au kilomètre sans se fatiguer. Pendant des années, Athos les avait écoutés sans trop chercher à les remettre en question, piochant ce qu’il y avait de bon, laissant de côté les banalités et autres joyeuses bêtises qu’il proférait au nom de sa sacro-sainte expérience. C’était qu’il était persuadé de détenir la vérité, et c’était à la fois charmant et agaçant. Charmant quand on était son apprenti, agaçant quand on avait été trahi. Sa mention du mot câlin ne fit qu’amplifier sa colère. S’il s’avisait de le toucher, Athos ne pourrait réfréner sa violence contenue, alors mieux valait ne même pas répondre. Comme il ne répondit pas à sa leçon cynique sur l’affection. Ce bel enfoiré n’avait pas tout à fait tort, c’était bien ça qui l’énervait le plus. Athos et Crook se ressemblaient dans le sens où ils avaient pour habitude d’éloigner toute personne qui aurait pu un tant soit peur s’attacher à eux. Sauf que voilà, le plus jeune désormais père à son tour n’avait pas failli à la tache, du moins, il essayait. Son injonction lui donna envie de se défouler physiquement sur sa gueule de mec trop sûr de lui, mais il n’en fit rien et lui demanda juste de partir. Juste ça, ça n’était pas compliqué, si ? Oh, pour un mec comme Crook, ça l’était. Il était si fier de ses petits effets, il fallait le voir là, à se pavaner dans sa chemise d’un goût vraiment douteux.

Ainsi donc, l’escroc senior s’enfonça dans sa provocation, affichant une nonchalance qui tapait sérieusement sur les nerfs de junior. Il rêvait qu’à cet instant précis, un festivalier matinal déboule et ne le distrait pour qu’il puisse se barrer vitesse grand V. Au lieu de ça, il soutenait le regard de cette figure de son ancienne vie, essayant de contrôler sa colère grandissante. Cordonnier le moins bien chaussé, mais de qui se moquait-il, franchement ? À le voir mâcher sa feuille, Athos se dit qu’une bonne clope pourrait lui calmer les nerfs, et il s’en alluma une, se moquant bien du fait que ce genre de geste était un peu étrange dans pareil endroit. La situation était étrange après tout, alors quoi ? Qui allait venir le faire chier pour ça ? « Arrête avec tes conseils, arrête, vraiment. » Il savait lui donner des ordres ? Et bien l’inverse était tout aussi valable. Du plus calme qu’il pouvait, Athos s’avança vers Phil tout en gardant une distance de sécurité quand même. Ca n’était pas tant pour sa propre sécurité que pour éviter de lui en coller une. « Tu veux un scoop ? Tes grandes vérités générales là, ça n’intéresse personne. Les gens t‘écoutent comme ils écoutent le vieux fou à l’arrêt de bus, pour pas vexer. » Il aurait pu consigner ses conneries dans un grimoire en 4 tomes, ça n’aurait été qu’un ramassis de banalités avec ça et là des bonnes idées, mais vraiment, il fallait s’accrocher. « Même toi, tu les écoutes pas. Ou plutôt, tu te persuades, mais t’es même pas capable de jouer le grand détaché comme tu dis. Ta fille chérie, je parie que tu n’es même pas encore allé la voir. Et tu sais comment je le sais ? » Il tira sur sa clope avec un sourire de contentement narquois. Ca l’amusait d’essayer de lui faire mal, même s’il savait que c’était presque vain, et que c’était aussi tomber bien bas que d’essayer de lui renvoyer l’ascenseur. Mais il s’en foutait. « Parce que la dernière fois que je l’ai vue, elle avait l’air heureuse. »  Or, là où Crook passait, les sourires des honnêtes gens s’effaçaient.
Revenir en haut Aller en bas
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyVen 7 Aoû 2020 - 14:28

Personne ne suivait jamais les conseils de Crook. Il n'avait jamais su pourquoi on le défiait de la sorte. S'il y avait une once d'honnêteté chez cet homme, elle demeurait sans aucun doute là-dedans. Il ne les dispensait pas pour le plaisir de s'entendre parler - Phil était assez bavard pour profiter du doux timbre de sa voix de façon générale - mais bien pour "aider". Aider de manière relative, vous en faîtes ce que vous voulez. Athos avait été, fut un temps, un minimum réceptif à ses paroles. Mais vieillir ne l'avait pas fait mûrir comme le bon vin de toute évidence - pas comme lui, donc - puisqu'il prit soin de le rembarrer comme s'il l'avait insulté. Heureusement qu'il ne l'avait pas appelé 'fils'. Heureusement qu'il savait où se trouvait la limite. Enfin, disons plutôt, heureusement qu'il avait choisi de ne pas la franchir cette fois-ci. Dire qu'il ne se délectait pas de la situation serait faux, bien au contraire, Phillipus avait toujours particulièrement apprécié de pousser à bout son petit Athos. Même si ce dernier savait où taper pour blesser l'ancêtre, c'est-à-dire, son grand âge. Mais qu'importe ! « Tu regretteras bien assez tôt de ne pas avoir écouté mes vérités générales » répondit Phil d'un ton qu'il fit exprès de rendre prophétique, en le pointant irrespectueusement de son index. C'était vraisemblablement le combat de qui aurait la plus grosse tête de con.

Le vieil homme mâchait tranquillement sa feuille en regardant Athos. Ce dernier était néanmoins un renard bien fourbe. Ramener Glinda sur le tapis, qu'est-ce que c'était moche. L'un avait visiblement de la décence, pas l'autre, mais Phil préféra ne rien montrer de son agacement. Montrer au minot qu'il avait gagné une manche, ce n'était carrément pas son genre. Un rire s'échappa des lèvres de l'escroc. Glinda avait l'air heureuse, hein ? Il mima une blessure en plein coeur. C'est qu'il avait de l'humour, le Crook. « Aaaaah tu sors tes grands chevaux, je t'agace, peut-être ? » lança-t-il en sortant son meilleur sourire torve. S'il lui parlait de Glinda, sachant que le sujet était délicat, c'était que ça commençait à chauffer sous sa caboche. « Peut-être qu'on devrait ramener le sujet de ton père sur le tapis, alors ? » - il poussa le vice à lui faire un horrible clin d'oeil - « je veux dire. Ton vrai père génétique ».
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 343
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyLun 10 Aoû 2020 - 3:50

La théâtralité. Ces deux-là avaient, encore une fois, ce point en commun. Mais toute la différence résidait dans l’exécution. Si Athos était partisan des pauses dramatiques, souvent entrecoupées d’une inspiration goût nicotine ou d’une plongée dans un verre alcoolisée, Phil, lui, jouait les tragédiens grecs. Si le ridicule tuait, cet homme serait mort depuis bien longtemps. Son mauvais jeu d’acteur délibéré n’avait d’égal que son impolitesse, et il pouvait se montrer aussi charmant que rude. Voir son doigt le pointer n’énerva pas le plus jeune toutefois, qui était bien plus facilement vexé avec une pique bien sentie qu’avec un geste dégradant. Il aurait envie de lever un autre doigt en réponse mais là, clairement, ça aurait été s’abaisser à un niveau dégradant. Donc, une nouvelle fois, il ne répondit pas. Il le laissa gagner, enfin, si tant était que c’était une victoire que d’agir ainsi. Dans le monde de Crook, dans son prisme déformé, c’était le cas. Pauvre, pauvre vieille chose.

Mentionner Glinda fut, et il le comprit bien trop tard, une grave erreur. Oh bien sûr, il avait fait mouche, il le savait. Tout avait été savamment calculé, la façon de le dire, le ton sur lequel il l’avait dit. La pause semi-dramatique, évidemment. Tout ça n’était qu’un jeu, une pièce sur la scène du petit théâtre des cruautés. Athos était allé à bonne école. Mais hélas, l’élève ne dépassait pas encore le maître et ça, il allait le découvrir bien vite. Le vieux bouc surjoua une nouvelle fois, ce qui déclencha un soupir chez son ex apprenti dont la patience était tout de même mise à rude épreuve. Qu’il était agaçant. Pourtant, Athos savait qu’il avait réellement blessé l’escroc, il le connaissait assez pour ça. Problème : ils se connaissaient très bien tous les deux, malgré les années qui avaient filé depuis leur dernière rencontre. Mais les vieilles blessures étaient souvent les plus profondes. Et ce qui devait arriver arriva.

Phil et Athos avaient été comme père et fils, c’était un fait indiscutable. À bien des égards d’ailleurs. Pendant un temps, le jeune garçon encore bouclé avait même hérité du surnom de Lil’ Crook, ce dont il tirait d’ailleurs une sorte de petite fierté mal placée. Il fallait dire qu’à l’époque, le vieux était vraiment ce qui se rapprochait le plus d’un modèle de non vertu. Ça tombait bien, c’était la voie qu’il avait choisie d’emprunter. Et donc, son éducation malhonnête avait été faite par le roi des bas-fonds. Et parfois même, on y décelait un peu de tendresse. Et pas mal de confiance. Raison pour laquelle Athos avait révélé pas mal de choses à ce bel enfoiré, à l’époque où il pensait un peu bêtement que Crook & fils associés, ça pourrait durer. Grossière erreur. Pourtant, l’aîné avait toujours été assez honnête sur le sujet mais hé, c’était en se cassant la gueule qu’on apprenait. Et ça, oh oui, il avait bien appris. Et visiblement, il n’avait pas encore retenu toutes les leçons.

La remarque de Crook le sonna tellement qu’il faillit en ouvrir la bouche, ébahi. Au lieu de ça, il serra les dents si fort que sa mâchoire craqua. Non. Pas ça. Il n’avait pas le droit. Tout son non-verbal, ses manières dégueulasses ne firent que rajouter à l’horreur de ce qu’il venait de dire. En lui même, Athos sentit sa jauge de colère monter si haut qu’elle explosa. Ca n’arrivait jamais. Enfin, ça ne lui était plus arrivé depuis très longtemps. Il n’avait pas le droit, putain. Même lui devait avoir des limites, non ? Non ? Putain. Peu de personnes était au courant de cette histoire, ça se comptait d’ailleurs sur les doigts d’une main. Shannon. Addison. Âamet. Carina. Qui jamais, jamais, jamais au grand jamais ne se permettaient d’aborder le sujet. Et il y avait Crook, aussi. Qui lui, clairement, venait d’outrepasser le tabou avec une désinvolture qui ne faisait que rendre la chose encore plus indigeste. Athos n’abordait même plus le sujet dans sa tête parce qu’il pensait que tout ça, c’était derrière lui. Alors qu’évidemment, c’était plutôt un très joli petit déni. Et ça, tout le monde le savait, les gens censés en tout cas. Et puis, il y avait ce vieux fou qui n’imaginait même pas ce qu’il venait de faire. Ou bien, au contraire, qui avait envie de voir à quel point il pouvait l’énerver. Mission accomplie. Et parfaitement exécutée, on pouvait dire que ça avait un certain style. La première phrase avait remué ses organes, le coup de grâce à base d’adjectif avait stoppé son coeur un court instant.

Et quand le palpitant repartit, ce ne fut pas tranquillement. Oh non. Son sang ne fit qu’un tour, et une ombre noire passa dans son regard. C’était trop. Trop tard. Aucune répartie ne pouvait contrecarrer ça, rien. C’était le KO ultime, le point faible, le talon d’Achille du gamin au prénom de mousquetaire. C’était donc vrai. Crook était le seul à pouvoir le faire sortir de ses gonds comme ça. Ivre de colère, il parcourut la distance qui le séparait de son ancien père de substitution, qui ne méritait clairement plus cette attribution. Plutôt crever. Refermant ces mêmes doigts sur lesquels on pouvait les gardiens du secret, Athos balança son poing sans réfléchir, outrepassant une de ses règles d’or, comme le vieux venait d’outrepasser les limites de la bienséance.

1-2 - Pour une personne âgée, il avait encore des réflexes, le vieux Crook. Ratant de peu, Athos s’éclata la main sur la faïence fragile qui se fissura. On entendit un ou deux os craquer, et une salve de jurons la suivre. La jauge de colère atteignait des sommets.

3-4 - Son poing atterrit sur une de ses pommettes insupportables relevées dans un sourire, cognant cette vieille caboche en arrière contre le mur. Fort heureusement, cela suffit amplement à le défouler, et Athos le regarda d’un air de mépris. Putain, qu’il n’aimait pas ça, se montrer violent. Mais qu’est-ce que ça faisait du bien. « Dégage d’ici avant que je te cogne l’autre dans un joli effet de symétrie. »

5-6 - La rage faisait parfois faire de ces choses… Son poing s’abattit sur le nez de l’escroc qui fit un bruit qu’aucun cartilage ne devrait jamais faire. Athos s’en fit d’ailleurs mal à la main, qu’il secoua un peu un fois le coup donné. Mais voir le nez de Crook qui pissait le sang comme une fontaine était une récompense qui valait toutes les phalanges explosées au monde. « Je t’interdis de sous-entendre que t’as été comme un père pour moi. Tu n’es rien du tout. Rien. » La colère était toujours là. Froide. Implacable. Glaçante.


Dernière édition par Athos Greyson le Lun 10 Aoû 2020 - 3:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6701
| SANG : Hasardeuse


L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyLun 10 Aoû 2020 - 3:50

Le membre 'Athos Greyson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyMar 11 Aoû 2020 - 15:53

Phil était toujours satisfait de l'effet qu'il faisait aux gens. Que ce soit un effet positif - très rare - ou un effet négatif - très courant... Pousser à bout les autres était probablement son plus grand passe-temps, en plus de voler de l'argent. Oh, il n'était certainement pas cleptomane, en réalité, Phil faisait cela pour les palpitations de l'amusement le plus primaire. Notre ancêtre savait ce qu'il appréciait faire, il savait comment le faire et retirer un grand plaisir de ses divers talents. Il savait qu'il avait fait un touché-coulé avec sa réflexion sur le père d'Athos. La bonne et simple raison étant qu'il l'avait traité comme s'il était son fils lorsqu'il l'avait pris sous son aile. Sérieusement, il lui avait même préparé son fameux plat de spaghettis à la mascarpone. Athos semblait avoir oublié ce détail. Ou alors, il s'en rappelait si bien qu'il venait de se faire briser le cœur par celui qui avait fait l'objet de figure paternelle. Comme si ce n'était pas prévisible. Taper sur le sujet de sa fille, c'était quand même tenter sa chance. Comme si Phillipus Crook allait laisser ce petit insolent s'en tirer après une attaque si vicieuse. Lui qui ne faisait que plaisanter dans des WC publics, se faisait donc ramener à l'ordre par un jeunot de même pas trente ans. Une honte !

Athos avait changé après toutes ces années. Crook ne l'avait pas souvent revu, pour la bonne et simple raison qu'exilé à Naples pour ses petits commerces illégaux - hum hum - il n'avait jamais pris soin d'essayer de recontacter son ancien élève lorsqu'il revenait au Royaume-Uni. Et de retour depuis quelques mois, ils ne s'étaient pas vus. Il ne comprenait pas très bien l'animosité du jeune homme pour lui, à dire vrai. La dernière fois qu'ils s'étaient croisés, la tête bouclée du britannique s'échappait d'Angleterre grâce à Crook. L'ingratitude des jeunes, que voulez-vous. Quoiqu'il en soit, Phil avait particulièrement réussi à le mettre en rage, mais un homme tel que lui avait des réflexes hérités d'un excellent instinct de survie. Il fallait au moins cela pour vivre presque un demi-siècle sans se faire balafrer son charmant visage - il en était très fier par ailleurs. Pas une seule coupure même, avec son rasoir de barbier. « Alors mon chou, on arrive plus à toucher le vieux ? » provoqua-t-il gratuitement le gamin dont les phalanges avaient craqué de façon particulièrement sinistre. Il se souvenait de la canette qu'il avait explosé lorsqu'il était encore un petit foetus. A l'époque, Phil lui avait fourni du dictame. Pourquoi le ferait-il aujourd'hui ? Légèrement à l'écart pour ne pas se reprendre d'attaque particulièrement fourbe d'un jeune homme en colère, Phil plongea sa main dans sa poche pour en ressortir sa baguette : « Allez, laisse moi te réparer ça sans faire le fier » lui proposa-t-il de sa bien provocante manière. Phil ne serait pas Phil s'il ne donnait pas un petit coup de main aux gens qu'il appréciait un peu. Même si ces coups de mains faisaient souvent office de coup de couteau dans le dos.


(510)
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 343
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyMer 12 Aoû 2020 - 5:53

La douleur émanait de sa main, mais commençait à remonter le long de son bras, paralysant presque son épaule. Athos répugnait toute forme de violence pour bon nombre de raisons : la première étant qu’il ne supportait pas qu’on porte atteinte à son corps d’une quelconque façon. Cette fois, bravo, il avait réussi à se faire ça tout seul. La seconde, c’était qu’il était une plaie en combat. Vraiment, une catastrophe, preuve en était. Et de ce fait, son seuil de tolérance à la douleur était très, très bas. Au vu du bruit de sa main quand il avait touché le mur, il avait du se casser un os ou deux, et sa main tremblait sous le coup des chocs électriques qui la douleur infligeant à ses nerfs. La colère était comme un charbon ardent qu’on voulait lancer sur quelqu’un, disait-on. Ce dicton n’avait jamais été plus vrai.

La provocation de Phil ne lui fit aucun effet, absolument aucun. À vrai dire, cette fois, il était en colère contre lui plus qu’autre chose, révolté contre sa propre personne de s’être ainsi laissé aller à une pulsion ridicule. Ce n’était que des mots. Des mots douloureux, certes, mais rien de plus. Il aurait du laisser courir, jeter un regard en coin à ce sale filou et partir sans demander son reste mais voilà que l’autre vieille carcasse avait tiré sur la corde, celle la plus sensible qui plus est, et il était devenu dingue. C’était sans compter tout le reste, son manque de sommeil, la peur qui le tiraillait sans arrêt depuis l’agression de Magda, ses recherches immobilières, son travail, son autre travail, les cris du petit, au secours ! En temps normal, jamais il n’aurait réagi comme ça. Mais voilà, le vieux Crook était un maître dans l’art de faire péter des câbles, et il ignorait sans doute que sa victime était aussi fragile.

Une fois sa bouche ayant craché une salve d’insultes sans vrai destinataire, Athos parcourut la distance qui le ramenait au lavabo, tenant son poignet où pendait sa main inerte pour la passer sous l’eau. C’était un geste bien inutile et bien ridicule, mais il était encore trop faible, trop enivré de rage pour se lancer un sort de soin. En attendant, il voulait juste que la fraîcheur vienne un peu apaiser la douleur lancinante. Ce fut pire, bien pire et une grimace traversa son visage fatigué tandis que l’eau ruisselait le long de sa main qui semblait intacte de l’extérieur. Pourtant, remuer le moindre doigt lui donnait l’impression de gratter les cordes d’une guitare tranchante. La sueur sur son front trahissait son malaise, tout comme son silence qui prouvait qu’aucune répartie ne pourrait venir calmer les ardeurs du vieux, qui lui proposait, comble de l’ironie, son aide. Si Athos avait eu le coeur à rire, il l’aurait fait. Les dents serrées pour éviter de laisser une nouvelle fois sa colère s’exprimer vulgairement, il lui lança un coup d’oeil dans le miroir. Toujours le surveiller. Toujours. Une règle d’or. « Joue pas les bons samaritains avec moi, Phil. » De sa vie, Athos l’avait rarement appelé par son prénom. Et lorsqu’il évoqua sa fierté, un souvenir le frappa. C’était une des premières conversations dont ils avaient parlé. Plus que de la fierté, ils avaient évoqué la pitié, et le fait que ce sentiment les répugnait tous les deux. Hors de question de laisser cet escroc le soigner, et puis quoi encore ? « Admire plutôt le magnifique spectacle, régale-toi. » Athos savait que Phil n’était pas un sadique. Mais c’était un connard. En bougeant sa main, un magnifique craquement se fit entendre. Le bruit résonna dans la pièce vide. De sa main gauche, il se résolut tout de même à attraper sa baguette et essayer de faire quelque chose pour réparer ça. « Manibus Emendo… »

PAIR - Avez-vous déjà senti vos os se remettre en place ? Ça faisait mal. Très mal. Athos étouffa un cri de douleur en contractant ses lèvres, mais put immédiatement après remuer les doigts. Et leva bien haut son majeur dans le reflet où Crook l’observait.


IMPAIR - Les os essayèrent tant bien que mal de retrouver leur place originelle mais peine perdue. Pas pour rien qu’il avait un médicomage attitré désormais. Il cala sa main abîmée contre son torse et lança un regard de défi à Crook dans le miroir. Un regard qui voulait dire : si tu t’approches, c’est la magie que j’utilise cette fois.


Dernière édition par Athos Greyson le Mer 12 Aoû 2020 - 5:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6701
| SANG : Hasardeuse


L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyMer 12 Aoû 2020 - 5:53

Le membre 'Athos Greyson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyMer 12 Aoû 2020 - 16:11

L'esprit plein de colère du jeune homme ne semblait pas parvenir à ramener son bon sens. La main avait fait un craquement sinistre et il n'y aurait bien qu'Athos Le Fier Greyson pour ne pas accepter la main tendue d'un vieillard qui s'y connaissait bien en sortilèges de guérison. La vérité ? C'était que Phil n'appréciait pas de se montrer vulnérable. Aussi avait-il appris les rudiments de la médecine pour ne pas finir à Sainte-Mangouste trop souvent. Même si, il devait bien l'admettre, se faire soigner sporadiquement par sa médicomage Da Valle et ses mains d'ors préférées, ça le mettait généralement de bonne humeur. Le gamin repoussa son offre et il leva les yeux au plafond, en rangeant sa baguette. Bah ! S'il était bête, qu'est-ce qu'il y pouvait, le Phil ? Rien du tout.
D'ailleurs, c'était surprenant qu'il l'appelle par son prénom. Il aurait presque pu lui briser le coeur, si d'aventure il en avait un. Enfin, il en avait un, l'ancêtre, mais il n'y avait sans doute qu'une personne susceptible de le lui briser et ce n'était pas Athos. Il afficha un sourire ouvertement moqueur lorsqu'il lui dit de profiter. Oh ça ne lui faisait pas plaisir de le voir souffrir, ça lui faisait plaisir, en revanche, de constater qu'il était tellement orgueilleux qu'il n'était pas capable d'accepter de l'aide. Peut-être était-ce aussi une leçon qu'il avait retenu de lui. L'une des seules, apparemment. Phillipus ne frappait jamais, en tout cas pas physiquement. S'il frappait le premier, c'était avec sa baguette, et son sortilège de confusion, sa grande passion. S'adonner à des plaisirs si barbares et si vulgaires - oui oui, vulgaires ! et non l'hôpital ne se fout pas de la charité ! - pour frapper les autres, ça lui passait complètement au dessus. Pour une fois qu'il faisait quelque chose mieux que le commun des mortels... « Ma foi, tu fais ce que tu veux » lança-t-il en secouant la tête devant l'échec de son sortilège, « tu n'as plus qu'à aller pointer à Sainte-Mangouste. Va voir Gina Da Valle, elle a des doigts d'or ». Phil afficha un sourire naturellement coquin sans se douter, toutefois, qu'Athos connaissait bien Gina. « La dernière fois par exemple » commença-t-il naturellement à raconter sa vie, « elle a retiré de mon fessier 272... Ou bien était-ce 275... Non 272, c'est ça, épines de ronces. Ça faisait bien mal ».
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 343
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyMer 19 Aoû 2020 - 14:51

Si le karma essayait de lui envoyer un message, bravo, c’était réussi. Devant l’échec de son sortilège, Athos se sentit con, lui pourtant si doué habituellement en magie faisait preuve de faiblesse devant ce vieux fantôme du passé. Le moment était quand même particulièrement mal choisi. Mais le hasard n’avait rien à voir là dedans, il était crevé comme jamais et surtout, Crook détraquait ses émotions, à son grand regret. Bien sûr, ça ne pouvait qu’être la faute de Phil, pas la sienne. Rien qu’à le voir dans le miroir, il avait envie de lui en recoller une, mais il fallait bien garder une main valide pour transplaner jusqu’à Razvan. Ecourter la conversation, oui. Surtout maintenant qu’il se sentait en position de faiblesse, et que la douleur lancinante de sa main lui faisait presque tourner la tête.

Crook ignorant évidemment tout de son accord avec le médicomage roumain lui délivra à nouveau un conseil. Encore un foutu conseil, c’était une manie ! Aller à Sainte-Mangouste, oh ça, quelle belle idée, il ne l’aurait pas eu tout seul. Secouant la tête par dépit, il ne put retenir une expression légèrement étonnée quand il entendit un prénom bien connu s’inviter dans la conversation. Gina ? Quoi ? Qu’elle soigne cet imbécile n’était pas très étonnant, en soi, mais qu’il la lui recommande en y ajoutant ce commentaire dégueulasse et salace, ça le dégoutait au plus haut point. Au-delà d’être une amie qu’Athos s’efforçait de garder bien loin de ses affaires, elle avait surtout été sa première copine à Poudlard. Aussi, entendre ce substitut paternel foireux évoquer un quelconque truc sexuel avec une de ses ex petites amies, lui colla une telle envie de vomir qu’il aurait pu se jeter dans une cabine s’il avait seulement eu quelque chose dans le ventre à rendre. Trop surpris pour répondre quoi que ce soit, il observa son reflet pervers dans le miroir. Ce sourire, erk. Ca lui rappelait les fois où il draguait en sa compagnie, quand il était plus jeune, avant de filer à l’anglaise avec une blonde, brune, rousse, bref. Pas besoin de chercher très loin pourquoi Athos avait un tel comportement avec les femmes, quand on voyait le modèle qu’il avait eu en la matière.

Crook poussa le détail plus loin jusqu’à lui parler de son cul, et Athos secoua à nouveau la tête, dépité. Franchement, pourquoi ça le surprenait ? Il était certain que cette histoire peu glorieuse était 100% vraie qui plus est. L’image mentale était peu reluisante, surtout avec Gina penchée au-dessus du triste spectacle, et si sa colère n’avait pas été si présente, il aurait sans doute ricané. « Je sais pas qui t’a poussé dans les orties, mais je lui filerai bien une médaille. » Et aussi à Gina, pour sa patience d’ange. Il refusa de parler d’elle toutefois, refusa de lui apprendre qu’il la connaissait. Bordel, il espérait vraiment que Crook et elle n’avaient pas… Ew, non, vraiment. Image trop horrible. La douleur de sa main le lança tout à coup, il fallait vraiment qu’il parte. « À moins que tu n’aies une autre saloperie à me balancer pour achever nos émouvantes retrouvailles, je vais y aller. » Bien sûr qu’il en avait une. Bien sûr. Mais Athos ne lui laissa pas le temps d’enchaîner. « On se recroisera sûrement. Au casino, tiens. J’y ai entendu dire que j’étais pas le seul à vouloir te cogner pour outrage. »
Revenir en haut Aller en bas
Phil Crook

Phil Crook


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : Orlando Bloom, RaniPyaar
| SANG : Sang de niffleur (moldu enchanté).


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les chaînes d'Azkaban qui grincent
| PATRONUS : Un ouistiti
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS EmptyVen 21 Aoû 2020 - 17:08

Phil Crook était typiquement le genre d'homme à n'avoir aucune gêne. Se faire claquer les fesses par son amante en plein match de beerquidditch ? Check. Parler des doigts d'or d'une médicomage qu'il appréciait bien ? Check aussi. C'était sans compter toutes les fois où il évoquait des sujets à connotations sexuelles comme s'il parlait du beau temps. C'était honteux, sans doute très honteux. Mais bon, il n'était plus à ça près. Le minot continuait d'être désagréable, il ne fallait pas être Dieu pour comprendre qu'il lui pétait les noix. « A presto ragazzo » lui balança-t-il en se payant le luxe inouïe de lui faire un signe de la main comme s'il était un gamin. Une fois lui-même dehors, Phil continua de se promener parmi les festivaliers. Il en retira deux bourses et une montre et il estima que c'était, décidément, une bien belle après-midi.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty
MessageSujet: Re: L'intimité toute relative des WC publics | CLOS L'intimité toute relative des WC publics | CLOS Empty

Revenir en haut Aller en bas

L'intimité toute relative des WC publics | CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les sujets de l'été
 :: 
Été 1978
-