GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -40%
-40% sur le polo Lacoste uni slim fit
Voir le deal
66 €

Partagez

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 500
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas EmptyMer 15 Juil 2020 - 23:12

On disait parfois qu'une rencontre pouvait changer une vie.

Dans le cas de Gauwain, même s'il était trop tôt pour dire qu'elles avaient changé sa vie, les différentes rencontres qu'il avait faites début juillet l'avaient poussé à se mettre un gros coup de pied aux fesses. Après avoir passé ses dernières semaines de scolarité à se torturer avec les erreurs commises, il avait finalement décidé de s'accrocher. De se battre et de se donner une dernière chance d'atteindre ses ambitions, en y mettant toute son âme. C'était pas gagné. Mais ça avait commencé par contacter Moran pour quémander une chance de rattraper le coup concernant son avenir professionnel. Et... ça s'était poursuivi par l'envoi de Curriculum Vitae, de façon un peu désespérée, à tout ce que le Chemin de Traverse comptait de commerces.

Son père lui ayant coupé les vivres, il avait besoin d'argent. Vraiment, vraiment besoin d'argent. S'il comptait profiter de ses week-ends avec Amelia, c'était indispensable.

Il s'était, naïvement, imaginé qu'il pourrait joindre l'utile au très utile. Un salaire se doublant d'une expérience professionnelle dans le domaine de la protection, qui pourrait jouer en sa faveur pour son dossier au Ministère. Il s'était imaginé travaillant pour Gringotts ou un autre établissement nécessitant la présence d'hommes de confiance, aux réflexes affûtés.

Les premières réponses étaient arrivées, et elles avaient été négatives.

Mais au final.... Deux femmes avaient accepté de lui donner sa chance.

Alors certes, ce n'était pas les missions dont il avait rêvé. Mais c'était une rentrée d'argent, et une expérience professionnelle, une vraie, pas simplement ranger des cartons dans la réserve de la boutique de sa mère. Et il lui avait fallu peu de temps pour réaliser qu'il développerait des compétences utiles pour des missions d'Auror. Peut-être pas dopées à l'adrénaline, mais essentielles néanmoins.

Il s'était présenté au premier entretien le cœur battant, menton haut, désireux de faire ses preuves, et par dessus tout fier d'avoir été convoqué pour cela au Ministère.

Et comme Soyle Hoover était une femme généreuse (ou une ancienne enseignante pleine de sollicitude envers quelqu'un qui aurait pu être un élève), Gauwain avait décroché une journée d'essai.

Le jour convenu, à heure dite, il était devant la porte de l'établissement qu'elle projetait d'ouvrir. Il n'avait pas su comment s'habiller, et avait donc remis son costume d'entretien, cravate comprise. Ca faisait professionnel.

Il frappa à la porte, ne distinguant pas de mouvement à l'intérieur.

« Miss Hoover ? C'est Gauwain ! ….Robards. Gauwain Robards, je viens pour la journée d'essai ? »

Et oui, lecteur, Gauwain était bien en train de frapper à la porte où étaient inscrits les mots « Crèche du Vivet Doré », et ce n'était pas une erreur. Tant pis pour Gringotts et les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 427
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: Re: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas EmptyDim 19 Juil 2020 - 13:33

Les choses prenaient forme. Doucement, mais tout de même. Le local c’était bon, c’était trouvé, merci Marius. Restait quelques aménagements à faire mais le temps était encore avec elle. Soyle restait sereine pour le moment. Ou en tout cas quand elle n’était pas en rendez-vous au Ministère. Si elle avait fini par s’en sentir les épaules et que la grande institution semblait soutenir son projet, c’était toujours un peu intimidant, mais elle s’y ferait presque finalement.

L’établissement était donc plus ou moins en travaux, le gros du travail étant fait, elle avait tenu absolument à y mettre une touche de douceur et de joie un peu partout. Refaire toutes les peintures, organiser les lieux pour qu’ils soient confortables et parfaitement sécurisés, elle vérifiait tout. Heureusement, elle était maintenant accompagnée d’une personne qui se montrait déjà précieuse. Andromeda Tonks la suivait dans ce projet et savait lui donner les quelques conseils précieux qui pouvaient parfois lui manquer. Mais ce n’était pas tout! Soyle avait eu la grande surprise d’être contactée par un jeune homme pour un emploi de l’été. Elle le connaissait, au moins de vue. Il sortait à peine de Poudlard, elle-même n’avait pas particulièrement eu affaire à lui mais elle le resituait à peu près. La rouquine n’avait à vrai dire rien à lui proposer dans les compétences qu’il proposait. Mais pour être honnête, elle n’était pas contre un coup de main supplémentaire. Elle lui avait donc proposé une forme d’échange de bon procédés. Il venait travailler à ses côtés pour le mois à venir, et il gagnait bien entendu son salaire. Et finalement il semblerait que cela l’intéresse. Ou qu’il n’avait pas trouvé mieux sans doute. Soyle en était consciente, et elle ne lui reprocherait pas. Après tout, elle aussi avait connu cette période.

Dans une robe légère adaptée à l’été mais tout de même assez élégante (elle était directrice maintenant tout de même), Soyle faisait un point sur une fresque qui devait orner le hall d’entrée. Comme un jardin en trompe l’oeil avec un groupe de vivets dorés. La peinture qui devrait être enchantée resterait dans un doux mouvement de brise printanière et les oiseaux devraient suivre les visiteurs du regard. Soyle trouvait l’idée tout à fait charmante et avenante. Le travail avançait, les bases  étaient peintes, elle avait hâte de voir la suite. Mais on toquait déjà à la porte.

-Miss Hoover ? C'est Gauwain ! ….Robards. Gauwain Robards, je viens pour la journée d'essai ?

Un coup d’oeil à la grande horloge, il était parfaitement à l’heure. Soyle souriante laissa donc les peintres de côté pour se diriger d’un bon pas vers la porte d’entrée.

-Mr Robards, je vous en prie, entrez.


Il n’avait pas fait à moitié ce jeune homme. Si elle n’en dirait rien, Soyle trouvait assez amusant qu’il se présente à nouveau dans son costume. Elle n’avait pas l’intention de lui demander une telle rigueur, il n’était après tout là que pour un petit mois et pas pour un poste à grande responsabilité. Elle-même n’avait pas sorti le tailleur…

-Vous êtes… très élégant! Ne vous sentez pas obligé de l’être autant si vous deviez revenir, je ne suis pas aussi stricte. D’ailleurs appelez-moi Soyle, ça ira tout aussi bien.

Souriante et avenante, elle l’entrainait déjà dans le hall d’entrée qui laissait voir que les lieux étaient bien plus grands que ce que l’entrée encastrée entre deux boutiques ne le laissait croire. Principalement des murs blancs encore, mais ça prenait forme. Elle le guida jusqu’à l’étage supérieur où se déroulait un couloir d’une agréable couleur bleu très légère, le fond du couloir étant une baie vitrée qui donnait sur la rue commerçante.

-La première à gauche c’est la salle de repos. Il n’y a pour le moment pas grand monde, mais elle est déjà équipée. Vous pourrez y prendre vos pauses si vous le souhaitez, déjeuner, y laisser quelques affaires… Au fond à droite c’est mon bureau, c’est principalement là que nous travaillerons. La seconde à droite c’est le bureau d’Andromeda Tonks. Elle n’est pas présente aujourd’hui, son poste n’est pas encore parfaitement défini, mais prenez-là comme mon adjointe. Oh et ne vous en faites pas pour les parois vitrées, toutes les pièces du fond en sont équipées, mais elles son enchantées, personne ne vous verra de la rue. L’endroit manquait cruellement de lumière…

Une fois la présentation terminée, Soyle l’invita à la suivre jusqu’à son bureau. Une pièce assez grande, décorée chaleureusement, une plante verte dans un coin de la pièce, quelques tableaux, même un petit coin moins formel avec des fauteuils et une petite table. Sur le bureau des piles de papiers qui devraient être traités dans les jours à venir, une corbeille de fruits, et un bol de bonbons. Loin de passer ses journées à manger, Soyle avait toujours trouvé que c’était accueillant, laissant souvent ce genre de choses trainer sur son bureau de Poudlard. Un mur était effectivement vitré, donnant sur la rue animée sans laisser passer un son, celui d’en face vitré également donnait sur le hall d’entrée, la laissant ainsi avoir un oeil sur ce qu’il s’y passait. Elle pris place derrière son bureau, faisant signe à Gauwain de s’installer dans la chaise en face avant de donner un coup de baguette en direction d’une théière.

-Un peu de thé? Vous n’y êtes pas obligé, j’en ai simplement une très forte consommation…

En fonction de sa réponse, elle prépara la boisson avec application. Faisant un rapide point de visu sur les tâches de la journée, son regard vif revint vers son jeune compagnon de paperasse.

-Bien pour commencer je vais vous demander quelque chose d’assez simple. Vous voyez cette pile? Ce sont les dossiers de personnes qui souhaitent rejoindre la structure. Je vais vous demander de les trier pour moi. Je vous ai noté les pièces demandées, vous devrez vérifier qu’elles sont toutes présentes dans les dossiers ou me noter celles qui pourraient manquer. Ensuite vous les classerez par spécialités: Les éducateurs, les magicopuéricultrices, le personnel soignant, et… les autres. Si l’un d’entre eux possède plusieurs de ces spécialités basez-vous sur celle où il a le plus d’expérience. C’est un peu ingrat comme tâche mais cela me fera gagner beaucoup de temps.

Souriant et le ton doux, elle se doutait que ce n’était pas une tâche qui faisait rêver, mais cela lui serait réellement utile. Et puis elle testerait ainsi sa patience, à ce brave garçon. Elle-même se plongea vers un dossier pour le Ministère qui demandait des attestations et autres documents qu’ils devaient avoir trois fois dans différents bureaux déjà… Elle en poussa un petit soupir avant de se saisir de sa plume pour se lancer. Après quelques instants elle revint tout de même vers le jeune homme.

-Oh et bien sûr ne vous mettez pas non plus de pression, vous avez le droit à l’erreur ou l’hésitation, c’est simplement pour m’aider à gagner un peu de temps. N’hésitez pas non plus si vous avez des questions. Je suis parfaitement multitâche.

Presque rieuse, sa bonne humeur habituelle saurait sans doute donner une ambiance détendue à cette collaboration. Ou en tout cas elle l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 500
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: Re: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas EmptyDim 19 Juil 2020 - 20:09

Miss Hoover l'accueillit avec bienveillance et assurance, et cette combinaison suffit à faire disparaître le stress qu'il avait pu ressentir. A l'invite de la directrice, il la suivit à l'intérieur, en jetant des coups d'oeil curieux aux lieux, encore en pleins préparatifs. Tout n'était pas encore achevé, mais la femme semblait visualiser à la perfection ce que serait le résultat final.

Une équipe de peintres s'activaient pour orner les murs de couleurs vives, un décor encore balbutiant, dans lequel on reconnaissait les silhouettes d'arbres, et des touches dorées ici et là. La fresque ferait sans doute forte impression sur les visiteurs ; on devinait qu'il s'agissait d'une pièce maîtresse du futur bâtiment.

Il détourna les yeux de la peinture lorsqu'elle engagea la conversation par un compliment, qui généra en lui un embarras amusé mais aussi une certaine satisfaction. Bon, okay, il avait peut-être été un peu trop formel mais... il eut l'impression que cela ne jouerait pas contre lui, loin de là. Elle paraissait amusée et non critique. Il hocha la tête, avec un sourire à demi-embarrassé :

« D'accord, Miss- Je veux dire, d'accord, Soyle. »

C'était étrange de l'appeler par son prénom, alors qu'elle était plus âgée, professeur et de surcroît, sa potentielle patronne pour les semaines à venir. C'était comme briser des règles de bienséance tacites. Et en même temps... Difficile de la voir comme l'enseignante aperçue parfois à la table de la Grande Salle, à présent. Soyle Hoover était vêtue de façon élégante sans que sa tenue soit formelle, mais surtout, elle dégageait un contrôle total de la situation. Elle était dans un univers en gestation, dont elle était l'orchestratrice et qui semblait se créer selon sa volonté propre.

Il la suivit à l'étage, à un niveau dont on aurait pas soupçonné qu'il puisse avoir un jour été sombre. Dans une ambiance d'azur pâle déferlait depuis les différentes pièces du couloir la lumière de l'extérieur.

Il écouta avec attention, hochant la tête en silence, à chaque nouvelle information, les notant avec soin dans un coin de son esprit ; tant qu'à faire, il préférait éviter de vivre un moment embarrassant plus tard, à supposer qu'il se trompe de porte ou qu'il oublie le nom de la directrice adjointe, ce qui aurait fait mauvais genre. Tandis qu'elle le conduisait à son bureau, il se permit un unique commentaire concernant les filtres disposés sur les vitres, avec un rire dont elle ne lui tiendrait pas rigueur, il l'espérait :

« Les voisins d'en face sont trop curieux ? »

Il se doutait qu'il y avait d'autres raisons, cela dit. Pouvoir travailler sans craindre d'être épiée. Ou, peut-être,vu l'époque que l'on traversait, ne pas constituer une cible évidente, pour quiconque se trouvait dans un bâtiment, de l'autre côté de la rue.

Elle n'avait pas exagéré. La baie vitrée était immense, impressionnante. Son premier instinct avait été de vouloir s'approcher, afin d'observer la vie qui se déroulait dans le Chemin de Traverse ; il refréna cette curiosité, pour accepter la chaise qu'elle lui avait désignée, et déclina l'offre d'un thé. Le bureau était meublé de façon à la fois efficace et agréable. La pièce se voulait espace de travail mais pas prison, et il lui sembla que c'était là une touche définitivement féminine. Il en détailla les différents éléments tandis qu'elle se préparait une boisson chaude, avant qu'ils ne passent aux choses sérieuses.

Il sortit une plume, et quelques parchemins vierges, attentif à ses consignes ; le travail à accomplir était précis et, il en avait l'impression, plutôt dans les cordes de Gauwain. Il ne présenterait a priori pas de difficultés, d'autant qu'elle lui avait mis par écrit les pièces justificatives. Il nota sur quatre morceaux de parchemin les différentes catégories qu'elle lui exposa, et lui adressa un hochement de tête serein. Elle n'essayait pas de l'accabler de stress, mais se montrait au contraire patiente et très claire dans ses attentes. En d'autres termes, elle lui facilitait beaucoup les choses.

S'installant sur le coin de bureau qui lui était dévolu, le jeune homme plaça devant lui les quatre morceaux de parchemins correspondant aux catégories convenues, et attrapa le premier dossier, non sans demander :

« Il y en a un nombre impressionnant ; vous pensez en recruter beaucoup ? »
Revenir en haut Aller en bas
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 427
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: Re: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas EmptyLun 3 Aoû 2020 - 13:28

Soyle avait au départ songé se lancer dans un projet un peu ambitieux, mais s’en sentait les épaules. Ou en tout cas la plupart du temps. Fort heureusement pour elle, la rousse avait rapidement eu quelques surprises. Tout d’abord Andromeda qui avait immédiatement été emballée par l’idée et l’avait suivie sans se poser plus de questions que cela. L’ancienne enseignante avait bien entendu été ravie et soulagée par cette aide imprévue. Mais ce n’était pas encore terminé. Elle avait eu la surprise de recevoir un autre petit coup de pouce. Gauwain Robards s’était donc présenté ce jour-là pour son jour d’essai, formalité nécessaire selon Soyle mais sans grandes conséquences. Pour avoir déjà un bon aperçu du caractère du jeune homme, elle ne pensait pas avoir à revenir sur son choix. Sans compter que c’était pour une courte période et pour des tâches assez simples. Alors c’est sereine et bienveillante qu’elle l’avait fait entrer dans son nouveau domaine en construction. Il était bien vêtu, sans doute un peu trop pour ce qui l’attendait, mais Soyle ne pouvait tout de même pas lui en faire le reproche. Cela partait sans doute d’une très bonne volonté. Elle avait tout de même voulu le détendre un peu.

-D'accord, Miss- Je veux dire, d'accord, Soyle.

Une fois encore, elle ne se formaliserait pas de la petite hésitation qu’il avait eu. Cela se ferait après un peu de temps. Et puis il y a encore assez peu de temps il devait encore l’appeler “professeur”, ce qui faisait un certain changement tout de même. La rouquine lui offrit donc un nouveau sourire qu’elle voulait rassurant.

-Parfait! M’en voudrez-vous que je vous appelle Gauwain dans ce cas?

Probablement pas. Soyle prenait la future structure comme un environnement qu’elle voulait convivial. Elle espérait pouvoir trouver et former une équipe qui saurait montrer une bonne entente. Elle espérait sincèrement pouvoir en faire un endroit chaleureux et rassurant autant pour les enfants qui y seraient accueillis que pour les parents qui devraient laisser leurs petites merveilles entre des mains qui n’étaient pas les leurs.

Mais il n’était pas encore temps de se préoccuper de ces détails. Soyle avait conduit son jeune employé saisonnier jusqu’à l’étage qui accueillerait une bonne partie de leur travail. Elle lui avait fait une présentation assez sommaire des lieux, il aurait bien le temps plus tard de se faire une idée plus précise.

- Les voisins d'en face sont trop curieux ?

Il plaisantait, c’était une bonne chose, il devait être assez détendu. Soyle rit donc avec lui quelques instants face à une remarque qui avait un fond de vérité. Faire enchanter les vitres avait été une des premières choses mises en place dans les lieux. Si elle avait voulu un espace lumineux, Soyle aurait trouvé particulièrement désagréable de se savoir surveillée, pour une raison ou une autre. Il faut croire que les leçons de John avaient fini par porter un minimum leurs fruits. Le poste était moins risqué que celui qu’elle avait pu occuper par le passé. Mais elle avait déjà été suffisamment attaquée pour souhaiter éviter d’être une cible facile sur son lieu de travail. Elle fit pourtant une réponse légère à son jeune collègue.

-Les voisins d’en face sans doute, mais les passants de la rue commerçante ne sont pas en reste. Et puis il plus confortable de pouvoir observer sans être vue. C’est assez reposant étrangement ce mouvement permanent dehors.

Soyle avait eu à passer déjà un paquet d’heures sur place. Et il lui était arrivé de se mettre devant cette vitre pour y observer la foule plus bas. Une activité qu’elle ne ferait pas pour le moment, guidant son employé provisoire jusqu’à son bureau. Pas de thé pour lui visiblement, tant pis, la rouquine se servit. Le laissant s’installer, elle lui avait ensuite exposé la tâche qu’elle attendait de lui. Rien de bien compliqué mais assez précis pour qu’elle prenne le temps qu’il fallait pour lui expliquer. Soyle aimait que les choses soient organisées. Et visiblement, c’était loin de déplaire au jeune homme qui installait déjà de quoi s’exécuter de façon efficace. La rouquine sourit en le voyant faire avant de plonger dans ses propres parchemins.

-Il y en a un nombre impressionnant ; vous pensez en recruter beaucoup ?

La belle releva les yeux vers lui et son regard concentré s’adoucit une fois sur lui. Elle n’était pas contre la question qu’il lui posait, parfaitement capable de lui répondre sans perdre le fil de ses papiers.

-Pas tant que cela. Un peu moins de la moitié je pense. Tout dépend de ce qu’ils ont à offrir, et je ne suis pas la seule à trancher au final, le Ministère validera mes décisions. Mais nous devrions avoir une bonne capacité d’accueil cela dit. C’est la seule crèche sorcière de Londres, la troisième seulement d’Angleterre. Et certains enfants ne peuvent pas être pris en charge par les crèches moldues. Il semblerait que le projet intéresse du monde. Mais tant mieux, j’espère monter l’équipe la plus efficace possible. Et qui sait, si la demande est trop forte, nous aurons peut-être à nous étendre.

Soyle le savait, certains cas pouvaient être particuliers. Essayez de faire garder un métamorphomage par une structure moldue, vous auriez des surprises. Ne parlons pas des demi géants ou des loups-garous. Et cela, ça ne concernaient que les sorciers. D’autres créatures magiques n’avaient pas même la possibilité de songer à cette option. Soyle espérait pouvoir ainsi offrir à une partie de la population magique une solution confortable et peut-être entrainer d’autres personnes dans des projets similaires. Sur un ton entre humour et grand sérieux, elle avait repris en faisant mine de replonger dans ses documents.

-Qui sait, vous participez peut-être à un projet historiquement important pour la communauté sorcière. Votre nom sera peut-être un jour cité par le Professeur Binns.

Il était très peu probable que cela arrive. Elle n’espérait elle-même pas laisser une telle trace ne serait-ce que dans les archives du Ministère. Mais il n’était pas totalement faux que certains parents se montrent tout à fait reconnaissants pour l’initiative.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 500
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: Re: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas EmptyDim 30 Aoû 2020 - 12:28

Il la regarda, surpris, et réalisa qu'il ne s'était pas attendu à cette question. Qu'il réussisse à l'appeler par son prénom, c'était déjà suffisamment étrange et transgressif, comme franchir une porte interdite, pénétrer dans un espace qui n'était pas autorisé. Alors qu'elle lui rende la pareille, dans ce cadre où ils n'étaient que tous les deux, et pas devant une classe... C'était... désarçonnant. Cependant, il fit signe que c'était d'accord, qu'on pouvait y aller pour « Gauwain », sans chercher à protester, dans un mélange d'obéissance et de curiosité.

Restait le vouvoiement, pour maintenir le respect dû.

Quelques instants plus tard, l'hésitation qu'il avait pu ressentir était oubliée, et il se sentait un peu plus détendu ; peut-être parce que malgré cette volonté de familiarité, elle se montrait clairement aux commandes, maîtresse de cet univers. Il avait écouté avec attention la présentation des lieux, et les raisons derrière son choix de garder une certaine forme d'occultation, de protection face aux regards. Outre les motivations sécuritaires auxquelles il avait pensé spontanément, elle argua du confort et de la tranquillité d'esprit que fournissait le dispositif. Il hocha la tête, comprenant sans mal l'intérêt de pouvoir observer discrètement :

« Je vois ce que vous voulez dire. On voit toujours mieux et plus, quand on est discret. »

Quant au côté reposant, il le découvrirait peut-être, s'il passait suffisamment de temps à observer passer des badauds, à écouter le bruit des pavés et du quotidien, considérant chacun comme une silhouette floue ou un mystère spécifique à résoudre. S'il réalisait son rêve, combien d'heures de sa vie passerait-il à observer des foules pressées, pour y chercher un unique suspect au milieu d'une multitude ?

Pour l'heure, il s'agissait de se concentrer sur le présent. De lui montrer qu'il pouvait se rendre utile, se montrer organisé et réfléchi. Ses premières initiatives pour accomplir la tâche qui lui était donnée semblèrent convenir à la sorcière, s'il en jugeait par l'éclat dans ses yeux verts, et par l'ombre de sourire sur ses lèvres ; il s'en sentit encouragé, flatté, et plus motivé encore à s'acquitter de sa tâche au mieux.

« Le Ministère a un droit de validation ou de veto sur votre recrutement ? Vous pensez qu'ils feront des enquêtes de moralité ? »

Il baissa les yeux sur le curriculum vitae qu'il avait en main présentement, se demandant si cette Wallis Williams pouvait s'avérer être une Mangemort, derrière ces prétendues passions pour le Lambeg et le tiramisu aux mûroises. Le reste de l'explication de la directrice le fit rire, un rire franc et chaud :

« C'est plus probable qu'il cite votre nom, ce serait bien plus mérité. Encore qu'on peut pas exclure la possibilité qu'il ressente le besoin de lister tout le personnel ayant participé, même le nom du livreur de boulons. Je plains les élèves de Poudlard dans vingt ans.... ! »

Ce n'est qu'à ce moment qu'il réalisa que sa petite plaisanterie était peut-être un peu inconvenante ; après tout, Binns avait beau avoir l'art de vous endormir avec des détails de peu d'intérêt (quoi qu'en dise Amelia), il restait un ancien collègue pour Miss Hoover. Il baissa les yeux sur son travail, s'éclaircissant la gorge pour se donner contenance, avant d'enchaîner rapidement :

« ….je ne pensais pas que tant de familles avaient besoin de faire garder des enfants, je- il me semble que ma mère ne travaillait pas, quand je suis né. Mais- C'est vraiment chouette, si ça intéresse des gens. Si ça peut aider. »

Il ne connaissait pas beaucoup de personnes ayant des enfants en bas âge, mais... Moran et sa femme, par exemple, seraient-ils contents de pouvoir confier leur enfant à cette crèche?

« …vous proposerez des activités, pour les enfants ? Ce sera... comme une école, en fait ? »


Citation :
Pardon pour le retard, j'ai vraiment honte Rougir
Revenir en haut Aller en bas
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 427
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: Re: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas EmptySam 10 Oct 2020 - 16:32

Soyle était d’un naturel très franc et amical. Il n’était pas rare pour elle de mettre en place une forme de proximité relative avec les personnes qui l’entouraient. Avec les élèves en général, un “Miss Hoover” ou “Professeur Hoover” faisait très bien l’affaire. Il arrivait qu’elle les appelle par leur prénom et peut-être même les tutoie, mais seulement pour ceux qui avaient déjà une forme de proximité avec elle, qui la voyaient souvent ou partageaient avec elle des informations plus personnelles que les cours habituels. Gauwain ne faisait pas partie de ces élèves particuliers à ses yeux. Elle ne le connaissait en fait pas spécialement, de vue en général. Mais puisqu’il était venu la trouver pour un petit travail, elle lui proposa rapidement et naturellement de passer à cette situation qu’elle trouvait plus détendue et agréable dans une collaboration du genre. Le jeune homme avait l’air assez décontenancé par son attitude pourtant. Il n’avait pas refusé finalement, la laissant faire ainsi. Soyle lui sourit en retour, essayant de le mettre à l’aise.

La rouquine avait repris la main, lui faisant faire le tour des lieux avec l’assurance de la future directrice qu’elle serait sous peu. Si sur les papiers elle l’était déjà, elle ne se considèrerait ainsi que lorsqu’elle pourrait ouvrir l’endroit. Mais elle se devait de se présenter ainsi tout de même, ce n’était qu’une façon de voir les choses, une façon très personnelle. Le jeune homme semblait se détendre, s’essayait même à une forme d’humour. Elle y répondait sans mal, arrivant tout de même à garder cette assurance et cette maîtrise de la situation qui en faisaient définitivement la maîtresse des lieux.

-Je vois ce que vous voulez dire. On voit toujours mieux et plus, quand on est discret.


Soyle n’était pas forcément une espionne dans l’âme. Curieuse oui mais pas assez pour passer son temps à observer ceux qui passaient sous les fenêtres de son nouveau bureau. Elle observait le mouvement général sans forcément se fixer précisément. Sauf lorsqu’il pouvait lui arriver de voir et reconnaître quelqu’un qu’elle connaissait. Là en revanche son regard pouvait se faire précis et souvent un sourire apparaissait sur ses lèvres. Et dans cette rue, cela pouvait être assez souvent. Sans doute un résultat de son métier qui voulait qu’elle ait vu passer beaucoup de sorciers sous sa surveillance.

-Oh je ne suis pas forcément une grande voyeuse, mais la discrétion peut être un grand avantage. C’est un endroit assez exposé tout de même.


Ils avaient été plusieurs à lui signaler que c’était une mesure préventive de base. Elle avait déjà été une cible, plusieurs fois. Il serait donc tout à fait idiot de faciliter la tâche de potentiels agresseurs. Sans compter que John lui en voudrait à mort si elle ne faisait pas ce petit effort. Elle avait donc mis en place cette petite protection sans grande difficulté, se satisfaisant de cette petite tranquillité lorsqu’elle se tenait devant ces fenêtres.

Il était temps de se mettre au travail ceci dit. Les deux sorciers installés face à face avaient chacun plongé dans leurs activités respectives. Soyle lui avait confié une mission relative simple mais fastidieuse. De quoi lui faciliter la tâche à elle. La belle ne s’en sentait pas forcément coupable pour autant puisque cela faisait partie du travail, c’était le jeu aussi. Elle regardait son installation avec attention, cherchant à savoir si il saurait se faire à ce genre de travail pour le mois où si il n’était vraiment pas bon pour ce genre de tâches relativement ingrates. Gauwain avait l’air prêt, il affrontait sa mission avec résignation et organisation.

-Le Ministère a un droit de validation ou de veto sur votre recrutement ? Vous pensez qu'ils feront des enquêtes de moralité ?

Le Ministère avait techniquement droit de validation ou de véto sur absolument tout, jusqu’à la couleur de sa chaise de bureau. En revanche, que cette institution surchargée en ce moment prenne le temps de s’y intéresser, c’était encore une autre affaire. A vrai dire, l’ancien professeur ne savait pas si son choix serait révisé ou non par le Ministère, mais elle préférait partir du principe que oui, estimant qu’elle-même le ferait à leur place…

-Même si je vais faire preuve de prudence dans mes choix j’aime espérer qu’ils en feront une, oui. Je n’ai pas leurs moyens après tout, et ils restent techniquement mes supérieurs. Si mes choix leur déplaisent je ne doute pas qu’ils me le feront savoir de façon très claire!

Pour ce genre de chose, ils manquaient même très souvent de tact. Finalement, ce n’était pas forcément grave en fait. Soyle était généralement sage et disciplinée de toute façon. Et on ne va pas se mentir, cela semblait bien convenir au Ministère pour cette fois. Mais elle savait aussi être une femme ouverte et amusante, provoquant par une nouvelle boutade sage le rire de son jeune interlocuteur à l’essai.

-C'est plus probable qu'il cite votre nom, ce serait bien plus mérité. Encore qu'on peut pas exclure la possibilité qu'il ressente le besoin de lister tout le personnel ayant participé, même le nom du livreur de boulons. Je plains les élèves de Poudlard dans vingt ans.... !

Gentille et amicale, Soyle n’avait en fait pas grand chose contre son ancien professeur puis collègue. Elle ne pouvait pourtant pas nier qu’il n’était pas toujours d’un grand intérêt et même parfois difficile à suivre sans lâcher le fil voire sans sentir une grande fatigue les prendre soudainement. Si le professeur Binns finissait effectivement par parler de cet évènement et choisissait pourquoi pas de citer le moindre ouvrier intervenu sur la structure, cela semblait annoncer des cours très longs pour les futurs élèves. Bon… c’était relativement peu probable, mais on ne pouvait jamais réellement savoir avec lui. La rouquine avait donc ri en réponse avec lui.

- J’avoue avoir déjà une certaine compassion pour les élèves actuels pour ne rien vous cacher. Les journées peuvent déjà être longues.

Gauwain retourné rapidement à sa tâche, presque confus. Soyle pensait savoir pourquoi mais elle ne ferait aucun commentaire sur le sujet. Inutile de s’étendre à ce sujet, le professeur Binns était un ancien collègue mais elle n’en avait jamais été spécialement proche de toute façon.

-….je ne pensais pas que tant de familles avaient besoin de faire garder des enfants, je- il me semble que ma mère ne travaillait pas, quand je suis né. Mais- C'est vraiment chouette, si ça intéresse des gens. Si ça peut aider.

Il n’était pas le premier à se faire cette remarque. Elle-même pouvait se trouver assez surprise de voir à quel point cela intéressait. Si elle avait décidé d’ouvrir un tel endroit, ce n’était pas par hasard. Mais c’était finalement peut-être plus nécessaire encore qu’elle ne l’avait pensé.

-C’est souvent le cas oui, mais les choses changent. De plus en plus de femmes travaillent et espèrent pouvoir continuer à le faire. Moi-même je ne me vois pas m’arrêter très longtemps en fait. Je pense que c’est une solution qui peut aider pas mal de monde oui. Ou en tout cas je l’espère.

Et c’était sans compter sur le fait que les enfants magiques pouvaient être délicats à gérer par un environnement moldu. De même certains parents moldus se retrouvaient assez désemparés quand il fallait maîtriser la magie accidentelle de son enfant. Soyle avait peut-être des espoirs trop grands, mais elle pensait réellement que son geste pourrait aider un peu.

-…vous proposerez des activités, pour les enfants ? Ce sera... comme une école, en fait ?

Pour être franche, le détail, elle le peaufinait encore. Il était déjà clair dans son esprit que les activités variées seraient une part importante de son travail et celui de ses futurs collègues. Mais comparer cela à une école? Peut-être finalement. Et si les âges d’accueil restaient assez bas, devrait-elle par la suite élargir les chose? Créer une annexe peut-être même? Ou revoir son organisation? L’avenir lui dirait. Chaque chose en son temps cela dit et elle devait commencer par mettre cette structure sur pieds, prête à accueillir les premiers enfants.

-Une école ça serait peut-être me donner un peu trop de crédit. Mais je souhaite effectivement mettre en place diverses activités. Il faudrait essayer de faire une forme de relai des parents, et cela fait une bonne responsabilité déjà!

Il y avait de quoi faire, mais Soyle était enthousiaste. Elle changerait peut-être de point de vue par la suite, mais pour le moment elle se sentait prête à tout affronter dans cette aventure. Surtout qu’elle se savait aidée par sa nouvelle collègue et complice Andromeda. Le regard vif, entre deux mots appliqués sur son parchemin, Soyle avait relevé un visage souriant vers le jeune homme.

-Alors vous avez l’ambition de devenir Auror, c’est bien cela? Vous vous êtes renseigné? Vous avez des contacts déjà? C’est assez difficile il paraît.

Une conversation simple, juste pour en savoir un peu plus. Soyle restait curieuse de nature. Et puis pour le coup, les Aurors, elle commençait à en connaître plusieurs. Elle était un peu au courant de ce que cela donnait forcément…
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 500
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: Re: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas EmptyJeu 15 Oct 2020 - 21:11

Elle n’avait pas l’air particulièrement inquiète de la tutelle ministérielle et, à vrai dire, semblait espérer leur aide plutôt que redouter leur intervention. Il l’observation avec un mélange de surprise et de compréhension : il devenait de plus en plus rare de rencontrer des sorciers et sorcières qui ne soient pas hostiles aux Institutions. Les dernières conversations qu’il avait eues avec des adultes plus âgés que lui en témoignaient. Alors… Il appréciait particulièrement de voir la confiance qu’elle témoignait aux équipes du Ministère. Un sourire vînt éclore sur le visage du jeune homme, un sourire sincère ; il hocha la tête en guise d’approbation :

« On les sous-estime parfois, mais…. Si quelqu’un peut déceler un partisan de Vous-Savez-Qui, ou… autres, ce sont sans doute les mieux placés, avec les ressources et les hommes dont ils disposent. »

Elle le surprit également dans sa réaction à son commentaire sur l’enseignant décédé. Il releva les yeux lorsqu’elle ne se formalisa pas, riant gentiment plutôt que de le réprimander ; il se détendit, soulagé, dans la mesure où il n’avait pas franchi les limites de l’acceptable. Le travail se poursuivait dans une ambiance à la fois studieuse et détendue. Soyle Hoover savait mettre autrui à l’aise, et il se prit à regretter de n’avoir pas suivi ses cours à Poudlard. Ce mois de stage se passerait bien, il en avait à présent l’intuition diffuse. Ce qui ne voulait pas dire qu’il pouvait relâcher son attention. Il se replongea dans les dossiers.

Il sentait également, confusément, qu’il pouvait apprendre à la crèche du Vivet Doré bien plus qu’une connaissance des pratiques administratives. C’était une occasion de mieux comprendre les mères, la parentalité. Des sujets qui lui étaient lointains, étrangers, mais qui feraient partie de sa vie, si possible dans les années à venir. 

Il posa un dossier dans la pile des candidatures paraissant intéressantes, et eut une expression hésitante :

« Très rapidement ? Mais… Elles ne veulent pas profiter de pouvoir passer un certain temps avec leur enfant, avant de retravailler ? Ma mère, enfin je ne suis pas sûr, mais je crois qu’elle a pris une pause de deux ans avant de se remettre à travailler. »

Il mesurait bien le fait que sa mère n’était pas tout à faire dans les standards de ce qu’attendaient les femmes aujourd’hui (du moins s’il en jugeait par Amelia, ses envies, ses besoins) ; mais il avait quand même cette image surannée d’une femme tendre, souriante, penchée sur un berceau.

Il hocha la tête, en revanche, concernant la perspective que soient proposées des activités aux jeunes résidents de l'établissement.

« Vous êtes enseignante, ça se passera forcément bien. Et... enfin ce serait une chance, pour les enfants, non ? Ils démarreraient bien. »

Il n'avait pas eu de tuteur personnel, à la différence de certains de ses anciens camarades. On l'avait envoyé à l'école magique du comté de Pembrokeshire, une petite structure qui accueillait une dizaine d'enfants sorciers à peine. Les encadrants étaient pleins de bonne volonté, mais tout était fait plus ou moins à l'instinct. Il n'empêche que Gauwain en était sorti avec plus de connaissances que certains des élèves ayant bénéficié de l'école à la maison (qui était un peu la roulette durmstranguienne : tout dépendait de la disponibilité, du niveau d'éducation et de la patience du parent chargé de l'éveil du tout petit).

De son côté, Miss Hoover semblait curieuse d'en apprendre plus sur son élève. Malheureusement, on entrait ici sur un terrain délicat. Une émotion complexe passa sur le visage du jeune homme, et sa main se figea l'espace d'un instant.

« Oui, c'est bien ça. Enfin... C'est pas encore fait. J'espère que mon dossier sera examiné. Ou ré-examiné. Les épreuves étaient vraiment difficiles cette année et... »

Un tic crispa sa mâchoire.

« J'ai manqué de rigueur. J'ai obtenu des notes en deçà de mon niveau habituel. »

La brûlure que ce fait causait à son égo se raviva, échauffant son visage, tandis qu'il se renfermait visiblement. Pour autant, il réussissait à aborder le sujet de façon plus détachée que quelques temps auparavant. Comme si la perspective d'avoir l'aide de Moran lui permettait de mieux digérer sa contre-performance.

Il fallait se concentrer sur l'avenir.

« La formation est difficile, la sélection exigeante, mais je le conçois, et c'est normal. C'est une élite. Et.... je me fiche des sacrifices. Je veux servir le Ministère. Je peux être utile. Protéger ce qui en vaut le coup. »

Il se rendait compte qu'il avait totalement cessé d'examiner les dossiers et se mit un coup de pied mental.

« ….Il faut juste que l'EMS soit plus souple dans ses critères d'admission, cette année. »
Revenir en haut Aller en bas
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 427
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: Re: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas EmptyJeu 29 Oct 2020 - 16:00

Soyle avait toujours été une femme pleine d’optimisme. Elle croyait en l’humanité et restait persuadée que l’humain était fondamentalement bon. Elle n’était bien entendu ni sourde ni aveugle aux tragiques évènements qui étaient un sujet important en ce moment. Elle en avait après tout fait les frais elle aussi, difficile de l’ignorer. Mais elle restait assez innocemment persuadée que le Ministère et ceux qui le composaient avaient encore assez de puissance pour maintenir un équilibre et protéger leurs concitoyens. Et parmi eux, Soyle et sa petite structure qui auraient à coeur de garder et protéger les jeunes sorciers qui seraient bientôt sous sa responsabilité. Elle plaçait donc encore de bons espoirs en ses supérieurs bureaucrates. Ce qui pouvait en surprendre plusieurs tout de même.

-On les sous-estime parfois, mais…. Si quelqu’un peut déceler un partisan de Vous-Savez-Qui, ou… autres, ce sont sans doute les mieux placés, avec les ressources et les hommes dont ils disposent.

Forcément c’était un discours qui lui parlait. Et puis elle en connaissait deux ou trois qui travaillaient dans ces murs. Donc des personnes à qui elle confierait sa vie et ses petites affaires sans broncher. Elle pouvait donc apprécier le point de vue de Gauwain qui semblait penser de la même manière, ou en tout cas en donnait l’impression.

-J’ai quelques personnes du Ministère dans mes connaissances, j’aime penser que la confiance que je leur porte peut se poser sur leurs collègues.

La voix posée et douce, Soyle était dans un de ces moments d’optimisme qui pouvaient parfois se changer en moments rassurants pour les autres. De ces instants où elle pourrait presque vous faire oublier les mauvaises choses de la vie. Et ce n’était pas forcément volontaire d’ailleurs. En revanche c’était parfaitement sincère, même si elle donnait l’air de livrer ses paroles un peu comme ça, sans réellement s’arrêter d’écrire sur ces parchemins.

La conversation s’était poursuivie, portée sur les futurs cours d’histoire de la magie qui porteraient sans doute assez peu sur leur petite aventure dans cette crèche. En tout cas elle en doutait sérieusement. Elle affirmait l’inverse par simple plaisanterie, que les futurs élèves se rassurent. Pourquoi cette plaisanterie d’ailleurs? Et bien par volonté de mettre à l’aise son petit saisonnier. Il était en journée d’essai, certes, mais elle souhaitait le voir justement dans une situation qui risquerait certainement d’être assez proche de l’ambiance des jours à venir. Il n’était pas dans les habitudes de Soyle de travailler dans une ambiance trop tendue. Bien vite le sujet était à nouveau tout porté sur la structure, son organisation, son but, tant de justifications qu’elle avait déjà servi et serait amenée à resservir sous peu. Elle savait que les mères de familles avaient envie de mener leur vie active et de pouvoir elles aussi s’épanouir dans leurs activités. Et parfois cela impliquait de faire garder leurs petits anges, quelques heures ou quelques jours. Une idée qui pour une raison inconnue semblait perturber Gauwain. En tout cas il semblait surpris quelque part. Soyle posa donc sa plume dans l’encrier, croisant les mains sur le bureau, souriante et prête à entendre les doute de ce jeune homme.

-Très rapidement ? Mais… Elles ne veulent pas profiter de pouvoir passer un certain temps avec leur enfant, avant de retravailler ? Ma mère, enfin je ne suis pas sûr, mais je crois qu’elle a pris une pause de deux ans avant de se remettre à travailler.

Soyle sourit, elle entendait cette vision. De nombreuses femmes décidaient effectivement d’arrêter un temps leur carrière pour prendre soin de leurs enfants et leur famille. Et pourtant, elle-même avait du mal à se penser absente si longtemps. Elle était active et avait besoin de faire les choses, d’exercer son métier, d’être au coeur de l’action. Surtout maintenant que John était loin sans savoir quand il rentrerait, pouvait-elle se permettre de rester loin de son poste? Elle en doutait un peu. En tout cas, son point de vue restait ouvert et elle ne souhaitait pas réfuter parfaitement la vision de Gauwain. De toute façon, à ses yeux, les deux se valaient largement.

-Vous savez, les choses ne sont pas toujours aussi carrées qu’elles l’étaient. Les femmes occupent aussi des postes importants, des postes où une longue absence pourraient être assez pénalisantes. Bien sûr pouvoir rester à prendre soin de son enfant est un bonheur en soi, ou je l’imagine, mais il me semble nécessaire de proposer une alternative, ne serait-ce que ponctuellement.

Outre sa nature optimiste, elle avait aussi un côté assez proche et franc, peut-être trop pour certains. Il lui semblait donc assez logique d’illustrer son propos par sa propre situation, pas spécialement dérangée par l’idée.

-J’ai voulu monter cette structure, j’ai voulu la porter et c’est mon choix, je ne le regrette en rien. Mais je sais , et je savais aussi, qu’il me faudrait la quitter quelques temps pour la fin de ma grossesse. Cependant je ne me vois pas quitter cette place trop longtemps et laisser ma crèche entre d’autres mains même si je fais parfaitement confiance à mon adjointe. Pour le moment je suis seule et je ne peux abandonner ni la crèche ni mon enfant. Vous voyez l’intérêt de la chose?


Soyle n’était ni dans le jugement ni la réprimande. Une simple explication dans l’idée de mettre une autre vision des choses devant lui et lui donner de nouvelles perspective. Il n’avait pas l’air fermé et semblait même plutôt réfléchi comme garçon. Il n’était donc probablement pas de ceux qui jugeraient sa décision. Ils avaient bien vite dévié à nouveau ceci dit, se penchant sur les projets concret au sein de la future crèche.

-Vous êtes enseignante, ça se passera forcément bien. Et... enfin ce serait une chance, pour les enfants, non ? Ils démarreraient bien.

Oui il est vrai que cela avait été forcément une idée centrale par sa première formation. Elle était enseignante avant tout et l’éveil de ses futurs protégés était importante. C’était aussi une possibilité de les mettre en contact les uns avec les autres et de donner une forme d’équité à ces petits groupes.

-Je l’espère. Je pense que leur donner cette occasion de toucher à des projets et sujets qu’ils n’auraient pas forcément abordé à la maison est une bonne chose. C’est aussi une très bonne façon de développer un instinct de groupe et de cohésion. Je trouve que c’est un bon point ces derniers temps.

Là encore c’était sans doute très optimiste, mais Soyle semblait penser que le fait d’élever ces enfants ensemble saurait créer des liens ou à défaut leur apprendre à vivre dans la communauté qui les verrait évoluer par la suite. De belles et grandes idées qui tomberaient certainement à l’eau assez vite. Mais que voulez-vous, elle avait tendance à voir les choses plus belles qu’elles ne l’étaient réellement. Quoi qu’il en soit, elle trouvait la façon d’éduquer les jeunes sorciers jusqu’à maintenant parfois trop axée, trop restreinte parfois même. Elle y voyait l’occasion d’ouvrir les jeunes esprits également. De beaux projets, sans doute trop ambitieux, mais on ne pourrait pas lui reprocher de manquer de volonté. Reprenant ses activités de future bureaucrate, Soyle avait voulu s’intéresser d’un peu plus près à la petite vie de son jeune interlocuteur.

-Oui, c'est bien ça. Enfin... C'est pas encore fait. J'espère que mon dossier sera examiné. Ou ré-examiné. Les épreuves étaient vraiment difficiles cette année et... J'ai manqué de rigueur. J'ai obtenu des notes en deçà de mon niveau habituel.

Il en avait l’air déçu et un peu agacé aussi. Soyle le comprenait parfaitement. Elle aurait sans doute ressenti la même chose si elle avait manqué ses examens à l’époque où elle travaillait pour obtenir la place de professeur qu’elle avait occupée ces dernières années, elle aurait sans doute ressenti quelque chose de très similaire. Elle avait travaillé tellement dur, avoir obtenu cette place avait été une telle joie et une telle fierté. Elle ne pouvait que compatir pour Gauwain qui devait ressentir une telle déception.

-La formation est difficile, la sélection exigeante, mais je le conçois, et c'est normal. C'est une élite. Et.... je me fiche des sacrifices. Je veux servir le Ministère. Je peux être utile. Protéger ce qui en vaut le coup.  ….Il faut juste que l'EMS soit plus souple dans ses critères d'admission, cette année.

Soyle s’était arrêté quelques instants, le regardant avec un sourire bienveillant. Il faisait sans doute partie de ces jeunes gens qui avaient encore la volonté et la force de vouloir servir le bien commun. Il rejoindrait peut-être bientôt certains de ses amis à elle, travaillerait sous les ordres de Raven et aux côtés du père de son futur enfant. Ils seraient peut-être amenés à se recroiser ainsi, qui sait. Quoi qu’il en soit, elle ne pouvait que trouver ses motivations très belles et lui montrer par un sourire et un regard lumineux son soutien.

-Je suis sûre que vous y arriverez. Vous avez raison, c’est une élite, mais je les sait aussi capable d’apprécier la volonté qui leur est présentée… Et il vous appartient de persévérer dans l’effort pour vous surpasser.

Plus facile à dire qu’à faire, certes. Mais en même temps elle ne le connaissait pas vraiment. Il lui serait difficile de donner des conseils plus personnalisés avec si peu de connaissance de son interlocuteur.

-Vous avez songé à entrer en contact avec un Auror? Peut-être que cela vous aiderait?
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 500
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: Re: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas EmptyDim 10 Jan 2021 - 21:43

Miss Hoover réussissait à la perfection à le détendre. Au point où il en oubliait que c’était une journée à l’essai. Avec sa voix tranquille, ses sourires et ses rires gracieux, elle avait une présence apaisante et… Merlin, que c’était agréable, de voir des gens qui avaient encore confiance dans les autorités, dans le système. Ca lui rappelait ses parents, et c’était agréable, de ne pas se sentir remis en question dans ses allégeances. Trop souvent, ces derniers temps, se déclarer loyal au Ministère devenait un crime punissable par des Impardonnables, tandis qu’on laissait passer les prises de positions fondamentalistes, sans sourciller. Le monde marchait sur la tête.

Mais…. Savoir que quelqu’un comme Soyle Hoover allait avoir en charge une nouvelle génération de futurs sorciers, à un jeune âge… ça rendait optimiste. Ca commençait tôt, non, l’éducation à des valeurs importantes? S’il pouvait donner un minuscule coup de main pour que s’accomplisse ce rêve-là, ce serait une de ses fiertés.

Accessoirement, ce serait à n’en pas douter une occasion d’apprendre. De comprendre. Oh, il avait quelques bonnes connaissances sur la plastique féminine. Et sur certaines ambitions du beau sexe, ou du moins, sur celles de sa petite amie, qui était un rien… moderne, sur ce coup-là. Pour les aspirations des femmes, en général, il se fiait à son impression globale, forgée à partir de ce qu’il voyait autour de lui, de ce qu’il lisait, de ce dont il était témoin. Et, quand, dans son esprit, il visualisait une jeune mère, il l’imaginait avec son enfant, au sein d’un foyer, veillant sur le bébé, au moins quoi…. un à trois ans?

La question fit sourire l’ancienne enseignante, cependant elle ne se formalisa pas. Malgré son amusement discret, elle prit le temps de répondre avec patience et bienveillance. Et il n’en écouta que plus attentivement, les arguments présentés. Il comprenait ce qu’elle voulait dire ; une vacance de poste un peu longue devait amener à se déconnecter un peu trop, n’est-ce pas? Ou autres conséquences fâcheuses.

Pourtant, de tout cet échange, c’est un point très spécifique qui le fit réagir, et qui lui fit écarquiller les yeux.

« Vous êtes enceinte ? »

Puis, sentant son visage s’échauffer en réalisant que ce n’était sans doute pas la réaction la plus convenable, il ajouta :

« Je veux dire… Félicitations. Vous savez déjà si c’est un garçon? ...ou une fille? »

Elle n’avait pas l’air enceinte, son ventre n’était pas arrondi comme l’était celui d’une femme attendant un enfant, d’après les standards de Gauwain. Et il n’était pas doué pour reconnaître ce genre de choses, mais ça pouvait expliquer une partie de sa douceur et de sa sérénité, non? Il sourit, sincère. C’était beau, une femme qui portait la vie. Quelque part, cela ne fit que renforcer sa détermination à faire du bon travail durant ce stage ; pour l’aider et qu’elle ne se fatigue pas plus que nécessaire.

« ….C’est pour ça que vous avez quitté Poudlard? Ou vous aviez ce projet avant de découvrir que…. »

Il eut une grimace un peu piteuse.

« Pardon, c’est indiscret, ça me regarde pas. Désolé. Vraiment, je suis content pour vous. C’est une très belle chose, de pouvoir élever un enfant. Mais…. d’accord, je vois pourquoi vous ne voulez pas laisser ce projet dans d’autres mains. C’est votre autre bébé, en un sens? »

Mais la situation était tout de même un peu différente de celle des autres femmes. Car elle pourrait travailler tout en s’occupant de son fils ou de sa fille à naître. Ce serait parfait, en un sens. Bien mieux qu’à Poudlard.

Et manifestement, elle serait tout aussi utile et déterminée à être pédagogue avec ces enfants. Il écouta la suite de ses explications, et notamment le rôle d’une crèche comme espace pour développer le vivre ensemble. Ca semblait sensé et très vrai. Il hocha la tête, avec un sourire.

« Un très bon point, oui. On insiste pas assez là-dessus à Poudlard. Enfin je veux dire… les gens se serrent les coudes au sein des Maisons mais… c’est pas toujours rose quand même. Alors si on peut faire passer des valeurs différentes à des très jeunes, c’est important. Pour améliorer la situation. »

Et Miss Hoover avait l’air de vouloir oeuvre à ça. A améliorer les choses. Il en eut la confirmation quelques instants plus tard. Quand de la compassion passa dans son regard, alors qu’il expliquait ses déboires en termes de notes et son infortune quant à la sélection dans le parcours de son choix, alors qu’il était déterminé.

Elle fut égale à elle-même : elle lui offrit de la lumière. Il sembla à Gauwain qu’elle dégageait ce qu’aurait offert les Dames des Anciens Temps, marchant parmi les hommes pour octroyer une protection aux méritants. Le présent que lui faisait Miss Hoover était double. Des mots bienveillants et un sourire doux. En cet instant, il les reçut comme une bénédiction solennelle, qui le toucha plus qu’il ne l’avait anticipé. Hochant la tête avec sérieux et droiture pour indiquer, dans une forme de promesse silencieuse, qu’il persévèrerait. Qu’il serait digne de ces encouragements.

Cependant, Soyle Hoover ne s’arrêta pas là. Elle offrit un conseil.

« Un ami a une tante dans le département, mais…. je ne suis pas entré en contact direct avec elle. »

C’était Moran qui allait relayer l’information. Et… il n’était pas dit que ça fonctionnerait. Alors forcément… la suggestion de Miss Hoover l’intéressait.

Citation :
Pardon pour le délai de réponse ç_ç je suis désolée ç_ç
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty
MessageSujet: Re: [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas [Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas Empty

Revenir en haut Aller en bas

[Soyle Hoover - Crèche du Vivet Doré] Les premiers pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Le chemin de traverse-