GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment :
Nouveau maillot de l’équipe de France de ...
Voir le deal
89.99 €

Partagez

Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 284
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptyVen 17 Juil - 3:28

Athos ne ramenait jamais de femme chez lui. C’était une règle à laquelle il ne dérogeait jamais. Mais voilà, Magda n’était pas une femme. Elle était tellement plus que ça que ce qu’il s’apprêtait à faire était sans doute une terrible idée mais voilà : il s’en foutait. Tellement de mois à se torturer, à réfléchir à la bonne attitude à adopter, et ce qui devait arriver arriva, en décuplé qui plus est : Magda et Athos avaient été à deux doigts de se grimper dessus sur une table de Beerquidditch. Voilà qui aurait sans doute donné un spectacle plus intéressant que le match, qui avait quand même été à chier, qu'on se le dise.

Dans l’intimité de son appartement pas encore tout à fait plongé dans la pénombre, Athos avait initié ce second baiser, ravi qu’elle ait brisé la barrière qu’ils avaient tout deux créée en l’embrassant la première. Enivré par le moment, par les sensations familières qu’il retrouvait, par l’alcool aussi il ne fallait pas se mentir, il eut l’impression d’être deux ans plus jeune, de se retrouver à continuer cette foutue histoire comme si rien ne s’était passé, comme s’il n’y avait pas eu d’arrêt, pas de bébé, juste Magda et Athos contre le reste du monde. Tout entre eux était si naturel, l’avantage de connaître l’autre par coeur. Athos glissa sa main le long de son dos pour finir sur sa cuisse qu’il remonta contre lui, ignorant la récente cicatrice, prêt à la faire monter d’un étage pour compenser les centimètres qui lui manquaient. Il avait tellement d’images dans la tête, images qu’il se trimballait depuis des mois maintenant, des années même, qu’il ne savait exactement par où commencer. Ce baiser était déjà un bon départ, et il ne savait pas comment il pourrait bien s’arrêter un jour de l’embrasser tant cette sensation du passé conjuguée au présent lui plaisait. Il avait envie de lui dire tant de choses, mais pour une fois, Athos Greyson, Gayson, il ne savait plus trop, réussit le formidable exploit de la fermer, et de laisser s’exprimer ce qu’il ressentait vraiment, sans tout compliquer. Son désir prenait le pas sur le reste, et peut-être était-ce une erreur mais sur le moment, ça lui semblait la meilleure idée qu’il ait eue ces dernières semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Magda Debusschere

Magda Debusschere


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 98
| AVATARS / CRÉDITS : Ella
| SANG : Rouge? Comme tout le monde.


Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptyVen 17 Juil - 16:09

Magda s’était fermement accrochée à l’objet de son désir, déterminer à ne pas perdre un autre membre – c’était une expérience hautement traumatisante, laissez-lui vous dire – et elle avait bien entendu dire qu’on pouvait se désartibuler, c’est-à-dire perdre un bout de son corps. Non merci, le faire repousser ça faisait un mal de fou. Crack ! Ils transplanèrent, sans qu’elle ne daigne même saluer Shannon – de toute manière elle le verrait bien assez vite son colocataire, et ils éviteraient définitivement de se raconter leur fin de soirée mutuelle. La néerlandaise était si extatique que son estomac ne se choqua même pas de cette téléportation ma foi déplaisante – elle comprenait bien l’intérêt d’apparaitre ailleurs en un tour de baguette, mais la bicyclette lui manquait parfois, il fallait bien se l’avouer. Athos, inchangé, ne perdit pas une seconde avant de lui voler enfin ce baiser qu’il mijotait et refoulait depuis probablement un bon deux mois. Si l’alcool n’avait pas suffit à lui faire tourner la tête, la passion, la fougue et tendresse certaine de Gayson en eu raison et Magdaleenjte s’abandonna à cette enivrante spirale qui la faisait vibrer d’ivresse. La brunette était tellement plongée dans le moment, que ce n’était pas des images de souvenirs qui assaillaient son esprit, mais bien des sensations et des sentiments. Avec l’aide de l’alcool, elle avait tué son cerveau et sa raison pour s’accorder ce moment de répit qu’elle méritait tant et balancer ses précautions au loin, toutes sauf une – « J’ai assez d’un Tobias o.k.? » lui-dit-t-elle en déliant leurs langues, mais en restant si proche que ses yeux devaient loucher. La brunette n’attendit pas de réponse – elle savait bien trop qu’il n’oserait pas lui faire un deuxième gosse…il se remettait à peine du premier – recommença à mélanger leurs salives, un brin désespérée. Ses petites mains redécouvrirent ses fermes biceps qu’il avait entretenu avec brio, puis ses épaules, sur lesquelles elle pris appuie et, avec l’aide de sa seule jambe qui touche encore de peine et de misère le sol, se hissa dans les airs et sécurisa ses pattes autour de la taille d’Athos. C’était facile, elle était un poids plume.

Oh, et elle se recula à nouveau pour enlever son chandail, sauf qu’elle avait une robe qui était coincée quelque part sous l’emprise d’Athos. La brunette se débâtit vainement, se frusta, bougea trop rapidement et un de ses bras se perdit pour accrocher la patère qui tomba dans un vacarme sur le berceau de leur gamin. La panique s’empara de la jeune mère, qui hurla « TOBIAS », de la même manière qu’elle l’avait hurlé lors de son réveil à l’hôpital, alors qu’elle avait pensé avoir perdu son petit cœur à jamais. Son cerveau compris vite que son bébé n’était pas allongé dans ce berceau, mais qu’il se faisait garder en sécurité loin des ses parents inconscient. Soulagée, mais le cœur lui débâtant encore, Magdaleenjte enfoui son visage dans le cou d’Athos en le serrant très fort de ses petits bras, le temps que son pouls se stabilise et que la boule qui s’était formé dans sa gorge se délie. La néerlandaise ne parlait pas de son attaque, et s’en sortait plutôt bien. Par contre, certain petits moments comme celui-ci lui faisait momentanément perdre le nord.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 284
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptySam 18 Juil - 4:17

Ce baiser aurait pu - aurait dû ? - durer des heures sans qu’il ne puisse une seule seconde s’en lasser. Et il fallut bien une volonté toute hollandaise pour réussir à séparer ces deux bouches qui se retrouvaient enfin. Il eut envie de lui couper la parole, de ne pas écouter le moindre mot et de continuer sur leur agréable lancée, surtout si c’était pour dire ça. La simple pensée d’avoir un deuxième bébé aurait pu le refroidir illico. Sauf que un : il était un peu éméché. Deux : il était relativement abstinent depuis quelques semaines, mois, il ne savait plus. Trois : ça faisait si longtemps qu’il attendait ça. Autant dire qu’il ne prit pas la peine de répondre avant de repartir à l’assaut de ses lèvres. Surtout, surtout ne pas penser au fait que la contraception pouvait foirer. C’était un coup à en être un mauvais, et ça aurait été faillir à sa réputation, surtout qu’avec Magda, ça avait toujours été incroyable. C’était peut-être ce qui se passait quand on développait quelques sentiments pour quelqu’un après tout.

Magda dans ses bras ne touchait plus terre, lui non plus d’ailleurs et bordel, que ça faisait du bien de mettre son cerveau en pause, ne serait-ce qu’un peu. Il aurait bien le temps le lendemain de se poser huit milles questions, mais là, maintenant, non. Pas quand cette beauté se pendait à son cou, à ses lèvres comme ça. Elle était toute empressée, toute maladroite même un peu, et s’il avait eu les mains libres, il l’aurait à coup sûr aidé à se débarrasser de son surplus de tissu. Mais ses grandes paluches étaient fermement accrochées à ses fesses, et pour rien au monde il n’avait envie de les faire aller ailleurs, surtout que ça aurait valu une petite instabilité qui aurait pu casser l’ambiance. Enfin, ils n’avaient pas besoin de ça visiblement. Athos n’avait même pas vu la patère se décrocher, tout juste s’il avait entendu un bruit tandis qu’il était tout affairé à glisser ses lèvres dans le cou de l’impatiente qui lui vrilla un tympan tout à coup. L’instant le replongea quelques semaines en arrière, et un frisson moins agréable que les précédents le parcourut. Il comprit vaguement ce qui s’était passé, ça n’avait pas réellement d’importance à vrai dire, tout ce qu’il savait c’était que la décharge d'adrénaline qu'il ressentit lui fit réaliser en une seconde que ni elle, ni le gamin ne craignait quoi que ce soit. Ça, il en était sûr, sûr et certain. Magda se reprit vitesse grand V, se calant tout contre lui pour chercher une once de réconfort sans doute. Il sentait son petit coeur taper fort contre sa poitrine, regrettant la présence de son t-shirt, mais ça n’aurait pas été de bon ton de l’enlever maintenant. Elle le serrait fort, mais un peu différemment d’avant, il fallait bien l’avouer, et Athos craignit que l’instant ne soit passé. Il avait envie de la rassurer, mais en même temps, il avait peur d’ouvrir sa grande bouche avide de la sienne et de dire une connerie énorme qui achèverait de casser le moment. Doucement, il fit remonter une de ses mains pour la caler à la base de ses cheveux, juste au-dessus de sa nuque et y faire courir ses doigts avec une grande douceur qu’aucune de ses amantes éphémères n’avait connue. « Tout va bien, Magda… » chuchota-il dans le creux de son oreille, tout à côté de ses lèvres. Il était désormais partagé entre la raison qui lui dictait que c'était peut-être l'occasion de faire parler Magda de son trauma et l’envie de reprendre là où ils s’étaient arrêté, mais ça aurait été franchement rustre en réalité. Ou alors, c’était ce dont elle avait besoin à cet instant, pour éviter de penser ? Bordel, il n’en savait rien : tout ce qu’il savait c’était qu’il ne voulait absolument pas profiter de la situation.

Doucement, il avait reculé jusqu’à sentir le bord du canapé taper contre sa jambe. Avec une habileté étonnante pour un mec à moitié soul, il s’y assit en gardant Magda contre lui. Comme ça, elle maitrisait la situation, et elle avait aussi et surtout un appui si elle voulait continuer leur dérapage incontrôlé et incontrôlable, ou fuir au choix. Devinez quelle option lui semblait la plus tentante. Ses longs doigts courraient toujours à la base de sa nuque, provoquant un nouveau frisson dans son propre corps, mais bien moins glacial celui-là. Il déposa un baiser sur sa pommette brûlante elle aussi, attendant qu’elle se décide quand son coeur battrait à nouveau à un rythme normal. Même si en réalité, il y avait comme des chances que ça s’accélère fort d'ici quelques minutes, et pour une toute autre raison.
Revenir en haut Aller en bas
Magda Debusschere

Magda Debusschere


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 98
| AVATARS / CRÉDITS : Ella
| SANG : Rouge? Comme tout le monde.


Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptySam 18 Juil - 5:03

Son cœur battait à la chamade, pour trop de raisons, vraiment. Elle s’accrochait à Athos, très fort, les yeux fermés, elle lui offrit toute sa confiance, le laissant la transporter où il voulait, la sécuriser, le temps qu’elle se reprenne rapidement. Ce ne fut pas très long, elle était force, et surtout, son fils n’était pas dans ce berceau fracassé et sa jambe était bien là, puis elle était dans les bras de son Gayson et c’était parfait, c’était comme avant, c’était tout ce qu’elle voulait en ce moment. Sa main remonta dans ses cheveux et son visage se releva doucement. Elle plongea son regard dans ses yeux chocolats et sourit doucement lorsqu’il lui déposa un bisous sur la joue. Le temps d’un instant, elle le trouva parfait. Magda se rapprocha puis lui murmura à l’oreille « alors tu me l’enlèves cette robe avant que je casse un autre truc? ». Valait mieux tourner le drame à la blague et surtout, valait mieux laisser Athos lui occuper tout son esprit. C’était beaucoup plus agréable. Elle en avait besoin en fait, qu’il lui change les idées, qu’il les lui bang hors de son crâne qui s’amusait à les tournoyer en boucle. Ses petits doigts se refermèrent pour s’agripper à ses boucles et les tirer doucement. Elle soupira, juste avant de lui voler ses lèvres, encore. Encore et encore et à jamais, c’est ce qu’elle voulait, la maintenant. Ce serait bien que la vie soit aussi simple qu’elle et Athos qui se roulaient des pèlent sans se badrer du lendemain, du futur et de la complexité de la vie. Ce n’était pas nécessaire. Elle avait repris de son pep, définitivement. Ses mains, toutes aussi baladeuses que celles de l’autre se glissèrent sous son chandail – à lui cette fois-ci – et le lui arrachèrent habilement avant de tracer ses abdominaux en les dévorant des yeux. La brunette releva le regard vers le visage d’Athos, ses pommettes étaient rouges, elle avait chaud. « Tu te dépêches? » lui dit-elle en arquant un de ses sourcils, espiègle. La jeune femme se recula en cambrant doucement le dos, se retenant par la ceinture du pantalon de Gayson où elle avait glissé le bout de ses petits doigts. « Je t’ai connu plus entreprenant… tu vieillis ». L’arrogance était bien connue pour attiser les feux. Tout type de brasier.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 284
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptyDim 19 Juil - 4:10

Bien sûr, leur fougue avait été quelque peu calmée par la maladresse de Magda, et sa réaction démesurée, mais totalement justifiée. Mais ça aurait été bien mal connaître la belle néerlandaise et ce voyou d’Athos de croire que ça allait les arrêter. Visiblement, l’envie de Magda n’avait pas uniquement été déclenchée par quelques points marqués pendant le match, elle devait être fermement ancrée à ses reins, son ventre, son corps tout entier. Sa voix à son oreille le rendit fou, tout simplement fou, et un sourire charmant, et non charmeur, se dessina sur les lèvres de l’anglais au sang américain, mais surtout chaud. Elle voulait se débarrasser de sa robe, donc ? Il n’allait pas se faire prier. Mais c’est qu’elle était presque plus pressée que lui, comme sa main qui agrippa ses cheveux le prouva, et il se laissa distraire par la sensation quelques secondes. Comme il était bon pour son corps de se souvenir qu’il valait mieux parfois laisser ce qui se passait là-haut sous silence, et se laisser guider par ses sensations. Cela faisait longtemps.

Cette distraction s’évapora lorsqu’il se laissa docilement déshabiller, et qu’il se rappela qu’il lui fallait faire de même. C’était qu’il avait à la fois hâte et envie de faire durer le plaisir, cruel dilemne. Provocante, brûlante, les joues en feu il le voyait bien, Magda lui lança une de ses fameuses piques, jouant sur la corde sensible de Greyson : sa fierté. Oui mais voilà, avec elle, il était réellement moins susceptible, c’était quand même remarquable. Sa cambrure lui donna bien trop chaud tout à coup, et il y cala une de ses mains qui avaient trouvé le chemin de sa peau sous sa robe, mais il attendit une seconde ou deux encore avant de répondre à sa demande. « Dans mes souvenirs, tu étais capable d’enlever ta robe toute seule… » Sa voix était légèrement rauque, gavée de sa propre envie, et il fit remonter le tissu avec une certaine lenteur et une délectation un peu masochiste car putain, qu’est-ce qu’il avait hâte d’en être débarrassé, de ce coton superflu. Lorsqu’enfin il n’y tint plus - approximativement au bout de deux secondes et demi - il fit voler le vêtement au loin, laissa son regard se régaler de ce qu’il y avait à voir, et l’attira contre lui pour sentir sa peau chaude contre la sienne. Les langues se lièrent, les mains trouvèrent le chemin de ce qu’elles avaient envie de toucher depuis des lustres, et le canapé, s’il avait eu une âme, aurait deviné que sa dernière heure était enfin venue.


Le jour pointait à peine le bout de ses rayons quand Athos ouvrit un oeil. C’était tellement inhabituel, lui qui m’émergeait jamais des bras de Morphée avant le milieu de matinée. Mais voilà, c’était Magda qu’il avait dans ses bras, et ça n’était pas pareil. Encore dans un demi-sommeil, ses pensées ne fonctionnaient pas bien, et c’était tant mieux. Il aurait tout le temps de cogiter plus tard, là, il avait bien l’intention de profiter encore un peu de ce moment d’insouciance. Elle dormait contre lui, le drap dévoilant des parties de son anatomie que sa mémoire n’avait pas oubliées. Mère Nature avait été clémente, car jamais on aurait pu croire que ce petit corps qui frôlait la perfection avait porté un enfant. Sans culpabiliser le moins de monde, Athos chassa Tobias de sa tête pour le moment, et froissa à nouveau les draps déjà bien chiffonnés par les ébats en se rapprochant doucement de Magda, la serrant un peu plus contre lui tout en prenant bien soin de ne pas la réveiller. Son nez enfoui dans ses cheveux emmêlés par la nuit et leurs étreintes folles, il ferma les yeux en luttant pour ne pas se rendormir et l’accueillir par un sourire au réveil. Il allait sûrement perdre cette bataille là, mais il essayerait. Non, Athos ne ramenait jamais de femme chez lui. Il ne se réveillait jamais non plus en leur compagnie. Deux infractions à son code d’honneur en une soirée, bien joué. Mais son coeur de voyou le félicitait d’avoir dérapé : c’était bien la première fois depuis son retour à Londres qu’il se sentait aussi bien de bon matin.
Revenir en haut Aller en bas
Magda Debusschere

Magda Debusschere


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 98
| AVATARS / CRÉDITS : Ella
| SANG : Rouge? Comme tout le monde.


Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptyDim 19 Juil - 22:25

Ce matin-là, Magdaleenjte vogua longtemps dans un demi-sommeil heureux, perdue quelque part entre le rêve et la réalité. C’était ce genre de moment où l’on était encore assoupis, mais où l’on savait qu’on ne dormait plus, ou qu’on aurait dû être levé déjà. Elle était étrangement consciente de la respiration lente qui berçait le sommet de son crâne et bras fort qui l’encerclaient et qui, un moment, la tirèrent doucement. Ce geste tendre fit vaciller la fragile balance entre l’éveil et le sommeil et la jeune mère pris doucement pleine conscience de son environnement. Elle fronça doucement le nez, gémit faiblement et vint enfoncer un peu plus sa tête sous le menton du père de son enfant. Calée, comme ça contre la peau tendre du cou d’Athos, elle était bien. Les souvenirs de la veille étaient bien présents dans son esprit, chaque détail, chaque caresse. La néerlandaise ne regrettait rien. Oh, évidement, les évènements de la nuit allaient compliquer son futur, exposer son cœur et faire tourner sa tête, mais en ce moment, elle était bien. Elle était heureuse, là, tout de suite, et c’était tout ce qui comptait. Magda avait beaucoup vécu, ces dernières années. Trop vécu pour son jeune âge. Elle avait envie de s’accorder ce moment de répit, pour elle, sans se faire chier. La jeune mère venait d’avoir la meilleure nuit de sommeil en plusieurs mois – surtout depuis l’attaque. Après quelques minutes à feindre le sommeil sans bouger, la brunette glissa tout doucement son nez contre le cou de Gayson, de quelques centimètres à peine, pour que ses lèvres y trouvent la clavicule de son vieil amant. Là, elle y déposa un baiser, puis un autre. Il n’en fallut pas plus à son cœur pour s’emballer. Le rythme des battements qui avaient vrillés ses tympans la veille était revenu. Elle prit conscience de la chaleur qui irradiait du corps d’Athos et qui se mêlait à la sienne. Ses lèvres sourirent et posèrent encore un baiser sur la clavicule qu’elles avaient trouvée. Son petit bras droit passa sur le flanc de son homme et se glissa dans son dos, sur lequel elle prit appuie afin de plaquer encore un peu plus son corps contre celui d’Athos, leurs jambes entremêlées. Il sentait bon. La néerlandaise mordillait à présent sensuellement la clavicule qu’elle baisait, puis la quitta pour mieux explorer le cou qui s’y rattachait. « On peut commencer à se casser la tête dans une heure? » murmura-t-elle de sa voix rauque du matin. Elle n’était pas folle, elle savait qu’ils partageaient en ce moment une bulle extrêmement fragile et que son cœur qu’elle sentait amoureux allait devenir problématique. Des problèmes, Magdaleenjte ne faisait qu’en gérer dernièrement…mais pas avant d’avoir bu un café, par pitié. Ses baisers se firent un peu plus insistant et son corps plus agité. Elle espéra qu’il lui fasse goûter une fois de plus à sa magie.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 284
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptyLun 20 Juil - 0:26

Le réveil côté Magda fut doux, si doux qu’il souriait sans même s’en rendre compte. La nuit avait été fatiguante, et leurs sommeils entremêlés comme leurs jambes avaient été bien paisibles, en tout cas de son côté. Alors qu’il luttait pour ne pas sombrer à nouveau dans d’autres bras que les siens, elle se nicha contre lui avec une tendresse ressuscitée, et Athos se reconnecta à la réalité sans brusquerie cette fois. Pour l’instant, ses pensées étaient encore endormies, et c’était tant mieux comme ça. Magda l’assaillit de doux baisers, et c’était là la plus agréable des façons d’émerger de sa bulle de coton. Il avait envie de lui dire tellement de choses, mais se contenta juste de profiter en silence, entrecoupé de légers soupirs de satisfaction. Athos amoureux ? Le mot était lâché, il avait même traversé sa tête la veille mais il l’avait tu rapidement. Car comme Magda le verbalisa si bien quelques minutes plus tard, ils auraient tout le temps de se prendre la tête plus tard. Elle était toute collée contre lui, délicatement entreprenante et il adorait ça. Cette fois, pas besoin d’alcool pour taire ses pensées encombrées, juste l’envie de se délecter de chaque seconde, tandis qu’il sentait le désir de Magda qui était pourtant bien moins transparent que le sien. Chaque centimètre de peau qui pouvait être collé à celle de l’autre l’était, très clairement. Chaudement, aussi. Ses mains s’engagèrent sur des chemins qu’elles avaient empruntés milles fois, et la mille et unième était toujours aussi agréable. « Pourquoi se limiter à une heure ? » Sa voix était rendue rauque par l’heure matinale, mais aussi par le fait qu’il avait envie d’autre chose que de discuter. Comme autrefois, Magda et Athos étaient enfin sur la même longueur d’onde. Comme hier soir, ils se retrouvèrent de la plus physique et la plus belle des façons.


Effectivement, l’heure s’était considérablement étirée. La lumière baignait désormais l’appartement et enveloppait les deux amants à nouveau fatigués par cette activité matinale. Athos crevait d’envie de prendre une douche, mais ça impliquait de se décoller de Magda et, oh non. Oh ça non. Il voulait la garder pour lui, au moins un peu, ne pas penser à la suite de la journée, au bébé, à rien. Rien du tout. Si Magda avait proposé une heure sans penser à rien, lui proposait une journée, s’il vous plait. Juste une petite journée sans cogiter, une parenthèse agréable dans les montagnes russes de sa vie. Aussi, malgré la chaleur et ses battements de coeur effrénés, son souffle court, son besoin de respirer, Athos plaquait toujours Magda bien contre lui, comme pour se prouver que tout ça était bien arrivé. Oh que oui. À savoir si ça se reproduirait, ça c’était autre chose. Non, surtout, ne pas penser, non. Tant que eux ne se reproduisaient pas, plus, c’était l’essentiel. Il avait envie de lui dire tant de choses, son coeur de con débordait d’émotions, mais comme toujours, ça restait bloqué. La dernière fois, c’était lui qui était parti mais cette fois, c’était lui qui avait peur qu’elle s’enfuit. Comme à l’époque, d’ailleurs. Mais pas de panique, elle était là, bien là, son souffle faisant frémir sa peau moite. Simplement, il déposa un baiser sur ses lèvres et colla son front au sien, fixant ses billes dorées encore légèrement dilatées. « Je dois dire que j’apprécie le réveil à la hollandaise… » Comme il l’appréciait à l’époque. Mais il n’avait pas eu envie de parler au passé. À quoi ça servait de ressasser ? À part peut-être à tout gâcher ? « Tu restes un peu ? » Pas son genre de demander ça, quand lui même fuyait en général avant le lever du jour. Mais avec Magda, il était comme un peu moins lui-même, et pourtant plus lui-même que jamais. Est-ce que cela avait du sens ? Pas le moindre, et alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Magda Debusschere

Magda Debusschere


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 98
| AVATARS / CRÉDITS : Ella
| SANG : Rouge? Comme tout le monde.


Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptyLun 20 Juil - 18:23

Magda était plaquée contre le corps de son amant – nouvel ou vieil, elle ne savait plus comment le qualifier – et son cœur lui faisait mal, tellement elle était bien. Ses orteils commençaient à fourmiller. Cette soirée de détente s’était transformée en nuit de relâchement et en matinée de laisser aller et, plus elle s’allongeait, plus elle laisserait ses marques, la néerlandaise le savait bien. Elle allait devoir briser leur étreinte et se réfugier vers son fils. Même si elle n’en avait aucune envie, elle savait que c’était ce qu’il fallait faire. Athos l’embrassa encore, et elle fermi les yeux faiblement pour profiter du délicieux moment. Il fallait dire qu’il la troublait un peu, avec son regard intense et cette franche démonstration d’affection et de tendresse. Magdaleenjte ne s’y abandonnerait pas plus, peu importe ses envies, elle savait mieux que de se laisser emporter par Gayson. Elle se contenta donc de sourire tendrement lorsqu’il verbalisa leur appréciation commune pour le rare réveil qu’ils venaient de s’offrir. La brunette l’avait également adoré, trop probablement, tellement que de tels moments seraient bienvenus à tous les matins. Il était là, le problème : ces moments passés avec le père de son enfant donnaient envie au prochain, à tout coup. Ils créaient cette dépendance qui faisait languir, espérer, attendre. Magda était mère, à présent. Elle n’avait ni le temps, ni l’énergie de plonger tête première dans une rivière dont le courant était plus puissant qu’elle. Athos lui demanda de rester et elle lui répondit d’un tendre baiser, juste avant de mettre un peu de distance entre leurs visages et de recommencer doucement à respirer. « Mmm…j’ai faim » s’excusa-t-elle en réalisant qu’il s’agissait d’une bien faible excuse. Elle n’aurait pas dit non à ce qu’il lui prépare des œufs, dans son habit d’Adam. Comme c’était dur. Magda caressa le visage d’Athos, pensive, puis se releva à regret, s’extirpa du lit, puis enfila le vieux chandail de son amant, qui sentait encore un peu l’alcool de la veille. « Il faudra penser à récupérer Tobias aussi, avant que ses gardiens ne perdent la boule » voilà qui était mieux. L’amour brillait dans les iris de la jeune femme et son faciès irradiait d’un bien-être auquel leur nuit n’était pas étrangère. Elle stupidement envie de lui dire qu’elle l’aimait et de retourner se blottir contre lui, afin de mieux prolonger le déni. Stupide était le mot clef. La néerlandaise se dirigea donc vers l’évier pour se couler un verre d’eau et faire passer ses mauvaises idées. Elle se retourna pour siroter son verre d’eau et le détailler – ou le dévorer – un peu plus du regard. « Merci de m’avoir amené au festival, c’était plaisant…Cette Cornelia est tout un numéro » voilà le retour des platitudes, l’instinct de survie, mesdames et messieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 284
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptyMar 21 Juil - 2:07

Tout ça semblait si naturel, si simple, alors que ça ne l’était pas. Mais voilà, le cerveau d’Athos était éteint, son instinct seul agissait et le guidait. Ça lui réussissait, parfois. Et cette fois, il lui avait dicté que se montrer vulnérable n’était peut-être pas une marque de faiblesse après tout. Car oui, pour Athos, demander à Magda de prolonger ce moment était une marque de vulnérabilité, là où il aurait pu mimer une forme de détachement afin de rendre tout ça plus facile. Magda l’embrassa en guise de réponse, ce qu’il prit pour un oui avant qu’elle ne se détache. Il se sentit con. Terriblement con, et fragile. Ca lui fit un peu mal, et son cerveau se réveilla doucement. Mauvaise idée. Son regard se fit un peu fuyant malgré la caresse de cette beauté qui semblait lui échapper tout à coup. Lorsqu’elle se leva, ses yeux gourmands en profitèrent toutefois pour admirer ses courbes, au cas où l’occasion ne se représenterait pas. Elle enfila son t-shirt imbibé de bière, et il se fit mentalement la remarque que c’était la chose la plus sexy qu’il ait jamais vu. « Pas sûr que tu trouves de quoi te rassasier dans mon frigo, désolé. » Sa cuisine avait une fonction quasi décorative en réalité, Athos ne mangeait pas le matin et le reste du temps, il le passait ailleurs.

Et puis voilà, le prénom de Tobias fut ramené dans la conversation. C’était inéluctable, il le savait, Magda était parent depuis bien plus longtemps que lui après tout. Athos se garda bien de lui dire que sa gardienne, comme elle disait, devait être ravie de l’avoir avec elle toute une nuit mais surtout que c’était une ancienne fille de joie. Martha était une fille bien, il lui faisait une confiance aveugle et il savait que le petit était en sécurité à ses côtés, raison pour laquelle il ne s’affolait pas de trainasser au lit. « Je suis fier que tu aies su couper le cordon… » s’amusa-t-il en se levant avec agilité, enfilant au passage un boxer histoire de ne pas se balader totalement nu. Non pas que ça le dérangeait, mais le risque de dérapage n’aurait fait qu’augmenter et visiblement, Magda y était opposée. Raisonnable Magda. Il lui en voulut légèrement d’avoir mis fin à cette douce parenthèse, mais n’en montra rien. Machinalement, il alla allumer sa cafetière déjà prête de la veille, façon moldu étonnamment. Comme si avec Magda, il renouait à ce point avec son ancien lui qu’il en délaissait sa baguette. Mais ses mauvaises habitudes persistaient, et il se dirigea vers la fenêtre minuscule qu’il ouvrit en grand, profitant d’un peu d’air pur avant de s’allumer une clope avec une boite d’allumettes qui trainait. Jamais il n’avait su se débarrasser de ce mauvais réflexe matinal, où il prenait plaisir à admirer le monde qui prenait vie en contre bas, observateur silencieux et invisible. Cette fois, il tourna le dos à la rue et concentra son attention sur Magda qui buvait tranquillement, détournant habilement la conversation vers un sujet sans danger. Sans danger, vraiment ? Avec Athos et Magda, tout était potentiellement sur le fil du rasoir, même la plus banale des discussions. Surtout que désormais, de drôles de pensées l’assaillaient, plus encore quand elle le regardait avec ses yeux là. Que voulait dire cette nuit ? Y’avait-il d’ailleurs une réponse à cette question, ou le mystère devait-il planer pour leur bien à tous les deux ? C’était sûr, s’il l’ouvrait, il allait tout faire foirer, il le sentait. Aussi inspira-t-il quelques bouffées avant de lui répondre, la clope se consumant bien trop rapidement. Par politesse, il crachait la fumée dehors, même si l’air était chargé en nicotine. « Ravi que ça t’ait plu… » commença-t-il avec une grande banalité. « Dagda. » Il expira sa fumée en riant doucement. S’amuser de l’élocution de Cordelia le ramena à la veille, à ce moment où elle l’avait embrassé, où elle avait pris ce risque démesuré. « Elle est toujours plus sympa que le partenaire de ton coloc’ en tout cas. » Galaad. Quel sombre crétin celui-là, et le match ne l’avait clairement pas réconcilié avec cet imbécile. « Je suis sûr qu’il a paradé après sa victoire alors qu’il a marqué 2 points à tout casser. » Il tira une dernière bouffée avant de jeter son mégot par la fenêtre d’une pichenette. L’air légèrement frais le fit frissonner tandis qu’il avançait vers Magda et son petit verre d’eau. « Heureusement qu’on était trop occupés pour assister à ça… » Tout proche d’elle et de son t-shirt qui la rendait encore plus séduisante qu’avant, si c’était possible, Athos attrapa ses lèvres pour lui délivrer un baiser fougueux qui brûlait les siennes depuis déjà de longues minutes. « Tu m'as manqué...» lui susurra-t-il finalement au creux de l'oreille, avant de se détacher d'elle au prix d’un effort surhumain. Encore un peu vulnérable, peut-être plus encore, il passa une main dans ses cheveux négligemment froissés par l’oreiller et ses doigts à elle, souvenir de la veille. « Je file à la douche. Tu connais le chemin, si jamais… » Miracle, il ne cogitait pas. Pas encore. Passant le seuil de sa mini salle de bain, il laissa la porte grande ouverte tandis que déjà, il était sous l’eau brûlante qui continuait à noyer ses pensées compliquées.
Revenir en haut Aller en bas
Magda Debusschere

Magda Debusschere


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 98
| AVATARS / CRÉDITS : Ella
| SANG : Rouge? Comme tout le monde.


Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptyMar 21 Juil - 17:51

Coucher avec son ex était définitivement une excellente mauvaise idée, surtout lorsqu’il était le père de son gosse, surtout lorsqu’ils devaient imminemment emménager ensembles, surtout lorsque son cœur s’emportait de la sorte et qu’il était si facile d’en retomber amoureuse. Ce qui était probablement déjà le cas, pour être honnête. Qui ne le serait pas, lorsqu’il était si tendre, généreux et affectueux avec son fils et avec elle-même. En plus de tout le reste. Maintenir la distance physique entre eux avait été intelligent, brillant même. Or, l’intelligence était chose qui appartenait au passé. Magda offrit d’ailleurs une jolie mine sarcastique et puérile à Gayson lorsqu’il la félicita de couper le cordon. Pitié, elle rêvait la nuit de faire garder son gamin de temps à autres. « Tuer ses poumons de si bon matin, charmant » lui balança-t-elle pour lui retourner la monnaie de sa pièce. Elle se retint pour ne pas radoter une fois de plus qu’elle le zigouillerait si Tobias se mettait un jour à fumer cette cochonnerie – les chances étaient donc grandes qu’Athos meure de sa main. Son père l’avait toujours étouffée en fumant comme une cheminé et ça l’avait toujours écœuré. Elle avait néanmoins adoré passer son temps à rappeler à son amant que le tabac était le démon…même Shannon s’était fait cassé les oreilles. Parmi les causes sociales, la brunette avait choisi celle contre la cigarette. Paix à l’âme de Gayson. Probablement trop habitué, il l’ignora royalement pour se lâcher dans une tirade contre ce mec, Galaad. Ça fit rigoler doucement la néerlandaise de voir son brun aussi dérangé par un autre étalon et elle se demanda ce qu’il avait bien pu lui faire pour le remonter autant. Connaissant la rancune d’Athos, Galaad avait tout aussi bien pu lui piquer une vieille pelure de banane en première. Magdaleenjte s’apprêtait à lui passer un commentaire sur son apparente obsession vis-à-vis l’irlandais, lorsqu’il s’approcha un peu trop près et bifurqua sur un chemin tout autre. Un chemin bien dangereux. Il lui coupa définitivement le clapet en l’embrassant de la sorte – ainsi que le fil qui reliait ses quelques neurones actives – et la pauvre femme ne put que s’abandonner à ce baiser. C’était hors de son contrôle. Elle en voulait encore plus. Elle se fatiguait, mais elle préférait que ce soit lui qui l’épuise, physiquement. Le visage de la néerlandaise se draina de ses couleurs lorsqu’Athos lui confia qu’elle lui avait manqué. Pardon? Cet aveu, elle le ressenti comme un coup de couteau dans le cœur. Machinalement, elle s’enfila une gorgée d’eau en le regardant s’enfoncer dans la salle de bain. Quelque chose en dedans d’elle bouillait. Machinalement, encore, ses pas la guidèrent vers la salle de bain et sa main, hésitante, attrapa la poignée de la porte pour la fermer. Elle n’allait pas le rejoindre dans la douche. Non.

Et puis merde. Magda se vit rouvrir la porte, traverser la céramique qui pavait le chemin de la douche, puis embarquer dedans sans même prendre le temps de retirer son t-shirt. Sans un mot, elle l’embrassa avec toute sa fougue, perdit le contrôle de ses mains et le laissa la plaquer contre le mur moite de la douche et faire d’elle ce qu’il voulait bien.

Magda s’était imaginé cette scène – qui aurait très bien pu arriver, soyons honnêtes – elle n’avait pas réouvert cette porte. Non. Elle n’avait pas rejoint Athos Greyson sous la douche. Non. Non. Le père de son enfant ne pouvait simplement pas lui faire de tels aveux, pas après toutes ces années, par après qu’ils se soient envoyés en l’air comme des pros. Non. Il n’en avait pas le droit. Ce ne faisait pas partie du plan. Une larme sauvage s’échappa de son œil et elle la fit brusquement disparaitre. Pas maintenant. Il était con, ce Gayson. Désormais, elle n’avait qu’une seule envie et c’était de défoncer cette stupide porte et de s’abandonner corps et à son ex. Elle ne le ferait pas et s’il pouvait se dépêcher à finir de se laver elle apprécierait grandement. Si elle avait été sorcière, elle aurait transplanée. Étant normale, elle s’afféra donc à retirer à regret le chandail de l’autre et retrouver sa robe pour l’enfiler. Elle ne trouva pas sa culotte, tant pis, elle avait la tête ailleurs. Elle lui avait manqué. La brunette ne savait pas quoi faire de ça. S’octroyer de droit d’assouvir leurs pulsions était une chose qu’elle pouvait faire sans trop se casser sa tête, mais mêler des sentiments à coups d’aveux aussi forts et aussi rares, ce n’était pas du jeu. Elle n’irait pas mettre ses orteils là-dedans. Oh non. Pas tout de suite. Pas aussi facilement. Athos ne pouvait pas lui balancer des trucs comme ça aussi facilement. Non. Non. Non. Quand bien même voulait-elle les entendre. Quand bien même étaient-ils réciproques. Habillée, elle posa son cul sur le divan en attendant qu’on lui donne les coordonnées de la position de son bambin qu’elle le récupère et fasse la malle. Magda avait plein de chose à dire, à commencer par ‘je t’aime, mon imbécile, tu m’as manqué aussi’ et par ‘comment oses-tu me sortir quelque de la sorte, Athos Greyson’ ou encore par un ‘va falloir faire plus qu’un ‘tu m’as manqué’ pour m’attirer sous la douche’ (lire, te réapproprier mon cœur). Donc elle se la ferma, car elle n’avait pas envie de se laisser aller ni à l’un ni à l’autre. Les confessions sentimentales, elle n’y était pas prête. La colère, quant à elle, aurait certainement fit disparaitre Athos pour toujours. Lorsqu’il sorti enfin de la salle de bain, la néerlandaise bondit sur ses pieds et s’excusa platement, « désolée, j’ai quelque chose de prévu, je ne pouvais pas… – elle balaya l’air de la main – m’éterniser. Tu vas récupérer Tobias ou je m’en occupe? ». Elle n’avait rien de prévue, évidemment, mais elle devait quitter si elle ne voulait pas déraper. Malgré son trouble et malgré le fait qu’il était un peu à poil, la jeune femme s’approcha de lui, posa sa main sur son avant-bras et lui donna un chaste baisé au coin des lèvres. C’était le mi-chemin qu’elle avait choisi pour lui communiquer qu’elle avait bien compris, qu’elle ne regrettait pas, qu’il était important pour elle, mais qu’elle ne pouvait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 284
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @bazzart
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda EmptyMar 21 Juil - 22:21

L’eau ruisselait sur son corps, bien trop chaude pour la saison. Tandis qu’il prenait appui sur le carrelage à moitié fendu - il était vraiment temps de déménager - il laissa ses pensées vagabonder et se perdre dans le souvenir très récent de cette nuit, cette matinée, leurs peaux qui se touchaient et leurs souffles qui se mêlaient. Oh ça oui, bordel, ça lui avait manqué. Elle toute entière d’ailleurs, pas que leurs ébats. Au point donc que comme un imbécile, il lui avait dit. Verbalisé son émotion qui avait débordé. Et là, alors qu’il essayait de ne penser à rien, son cerveau se remit en marche de façon douloureuse. Mais. Quel. Imbécile. Lui qui était parti, qui avait fait le choix conscient de se barrer, lui disait qu’elle lui avait manqué. Niveau maladresse, on pouvait difficilement faire mieux que ce terrible aveu. Qui pourtant était vrai, c’était là toute la complexité de sa pensée. Les premiers mois à Londres avaient été particulièrement compliqués, tant il avait failli changer d’avis et retourner en Scandinavie la rechercher, la retrouver, reprendre là où il s’était arrêté. Mais le mal était fait, à quoi bon ressasser ? Magda s’était invitée dans ses rêves troubles, dans sa tête quand il n’était pas occupée, dans sa douche où il n’avait rien d’autre à faire que divaguer. Chaque temps mort le ramenait à elle, à cet endroit où il lui semblait avoir laissé un bout de lui. Raison pour laquelle il s’était noyé dans le boulot, à reconstruire doucement sa réputation jusqu’à devenir ce qu’il était aujourd’hui. Il pouvait en être fier. Mais qu’avait-il du sacrifier pour atteindre ça ?

Sous le son des gouttes d’eau qui tapaient contre le sol carrelé, Athos entendit clairement la porte se fermer. Son coeur tapa contre sa poitrine, et sa main gauche se crispa, augmentant un peu plus la chaleur de l’eau jusqu’à faire rougir sa peau. Mais à quoi pensait-il, vraiment ? Que cette nuit allait effacer tout le reste ? Déjà, son échappée lorsqu’il lui avait demandé de rester aurait du le refroidir, mais au lieu de ça, non, Magda et son sourire, son p’tit cul dans son long t-shirt, sa désinvolture, tout ça l’avait fait déraper, encore, comme un putain d’imbécile heureux qu’il avait été jusqu’à deux secondes avant encore. Il eut mal, mal comme si on enserrait son coeur avec un sort. Mal comme chaque fois qu’il se sentait rejeté, et ça faisait longtemps que ça ne lui été pas arrivé, parce qu’il ne laissait l’opportunité à personne de le faire. Qu’il était con. Con à donner envie de péter une bonne fois le carrelage. Au lieu de ça, il bascula sur une eau glaciale et entreprit de se savonner. Se débarrasser de l’odeur de Magda qui se mêlait à la sienne, encore un peu. De toute façon, elle était partout dans cet appartement, dans ses draps, dans le canapé cassé. Partout. Il avait envie de quitter cet appart vitesse grand V.

Une fois sorti de la douche, les cheveux encore trempés, serviette autour de la taille, il entra dans la petite pièce où elle était sans lui jeter le moindre regard. Même quand elle s’excusa maladroitement, il ne la regarda pas. Qu’est-ce que ça allait bien pouvoir donner, s’il se perdait à nouveau dans ses grands yeux ? Quelle stupidité allait-il faire encore ? Elle vint vers lui finalement, et déposa un chaste baiser qui l’apaisa un peu. Peut-être n’avait-il pas tout fait foirer alors ? Athos afficha un petit sourire gentil, mais se détourna d’elle quand même. Machinalement, il enfila un chino et un t-shirt gris impeccable, coiffant ses cheveux d’un passage de main efficace, attrapant sa baguette, sur le départ. Le café était encore chaud, mais il n’avait pas le coeur à boire quoi que ce soit. Juste à fuir l’endroit. « Je m’en occupe, t’inquiète pas. Fais ce que tu as de prévu. » C’était un mensonge évident pour s’éloigner de lui, il le savait, elle savait qu'il savait, mais il n’allait pas forcer une nouvelle fois en essayant de la retenir. Et puis, il valait mieux qu’Athos aille chercher Tobias lui-même pour cacher à Magda le fait que sa nounou improvisée était une ex-prostituée. Et puis, aussi, il avait envie de passer un peu de temps avec son fils, sentir son odeur de bébé enivrante, sentir que quelqu’un l’aimait, inconditionnellement. Quelques secondes plus tard, en silence, il ouvrit la porte, attendant que Magda sorte avant de la verrouiller par un sort de son invention, qu’un simple Alohomora ne pouvait ouvrir. Ses yeux se posèrent sur Magda, ses yeux doux dans lesquels il plongea un peu, sentant son coeur se remettre un peu en place. « Je te le ramène à midi, ça te va ? » Ils descendirent les escaliers côte à côte, sans se toucher, jusqu’à atteindre le pas de la porte. D’un geste délicat, il replaça une de ses mèches défaites derrière son oreille. Elle était si belle. « Fais attention à toi, d’accord ? » Peut-être aurait-il dû l’escorter jusqu’à chez Shannon ? Peut-être pas. Il sentait qu’ils avaient tout deux besoin d’un peu de distance, aussi l’instant d’après, il avait disparu de sa vue. Devant la porte de Martha, il prit appui sur le mur avant de respirer un grand coup. Quelle soirée.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda Empty

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi faire simple quand on peut s'embrasser w/Magda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre-