GRYFFONDOR : 240 pt | POUFSOUFFLE : 217 pt | SERDAIGLE : 188 pt | SERPENTARD : 196 pt
Retrouvez l'édition de juillet de la Gazette des sorciers !
-55%
Le deal à ne pas rater :
Baskets Nike React Element 55 (pointures 40, 42, 43, 44)
58.98 € 129.99 €
Voir le deal

Partagez

Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Professeur Deshpande

Professeur Deshpande


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 38
| AVATARS / CRÉDITS : Danny Pudi @myself
| SANG : Né moldu


Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Empty
MessageSujet: Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya EmptyMer 22 Juil 2020 - 22:49

La nuit était magnifique. Tellement de petites étoiles qui parsemaient le ciel comme ça, c’était joli. Le nez en l’air, Gemini dessinait dans sa tête des traits imaginaires qui les reliaient de milles et unes façons. Mieux que ça même, il les voyait se tracer devant ses yeux aux pupilles bien dilatées. C’était drôlement beau. Drôlement faux aussi mais hé, ne lui dites pas. Le feu de camp projetait des ombres qui dansaient sur son visage plus bronzé que d’ordinaire, à force de trainer ses guêtres sur le festoche. Au loin, de la musique raisonnait. Il y a avait toujours un peu de musique quelque part, sans discontinuer, c’était agréable, il aimait bien. Ca lui sortait un peu le beau chanteur de la tête. La mélodie lui faisait danser la tête, elle n’était heureusement pas assez forte pour réveiller son amant endormi, dans la tente derrière lui. Qu’il dorme, le bel inconnu. Il devait être fatigué après tout, mais pas Gemini, non, lui ne dormait quasiment pas depuis son arrivée au campement. Surtout après s’être soufflé une quantité astronomique de poudre lunaire dans la même soirée. Comme ce soir, en somme. C’était à peine s’il se souvenait de son prénom, du fait qu’il était marié et de tout le reste. Non, il admirait les étoiles, comme un grand gosse défoncé, torse nu à la lueur des flammes.

Il n’y avait pas grand monde à cette heure tardive. D’ailleurs, quelle heure était-il ? Des rires lui parvenaient au loin, mais c’était aussi des ronflements qui se faisaient entendre. Bienheureux dormeurs. Un péteuforik était coincé entre ses lèvres parce qu’après tout, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Il tirait dessus sans même s’en rendre compte, appréciant de sentir son esprit faire des tours sur lui-même, comme la planète même sur laquelle ils étaient. Les étoiles liées entre elles par les fils invisibles de son esprit bougeaient de façon infime, mais il avait l’impression de les percevoir. Était-ce seulement possible ? Peut-être que là-haut, le petit point qu’il fixait intensément était mort depuis longtemps. Cette notion le fascinait. Ressusciter une étoile morte simplement en la regardant, n’était-ce pas la plus belle chose ?

Gemini regardait en l’air, mais un mouvement sur sa gauche attira son attention, comme un papillon, mais en plus gros. Il détacha son regard à regret de ses étoiles, et cligna des yeux face au feu tout proche. Assis en tailleur, il devait tout fois lever la tête pour apercevoir le papillon de nuit en forme de fille. De femme plutôt. Son sourire béat accroché à sa gueule, comme ça lui faisait depuis 3 jours, il souffla une fumée violacée avec un calme déconcertant. « Vous êtes belle. » Ca n’était pas son genre de parler aux gens le premier, mais que voulez-vous, quand on était défoncé… « Vous êtes réelle ? » Il n’en savait rien. Son esprit lui faisait voir des trucs des fois, alors mieux valait demander. « Si c’est oui, mentez-moi. J’aime l'idée que ma tête sache créer des choses jolies comme ça. » Il y avait dans les cheveux de Gem des résidus de poudre colorée, sur son torse nu aussi, où la chair de poule apparaissait alors qu’il ne ressentait pas le froid. Il ne ressentait que le fait qu’il était bien. Et c’était ça le principal, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 193
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Empty
MessageSujet: Re: Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya EmptyVen 24 Juil 2020 - 22:20

Phil avait eu le mérite de la faire bouger, on devait lui reconnaître. Il avait aussi ce mérite de pouvoir lui changer les idées quelques instants. C’était tout à fait appréciable en ce moment alors qu’elle avait beaucoup de mal à tourner la page suite à cette rupture qui lui tournait en tête ainsi. Phil lui avait offert une pause, et si ce festival ne lui serait jamais venu en tête pour la simple raison que ce n’était pas forcément son truc, il fallait lui reconnaitre que l’idée n’était pas mauvaise. Bon, elle passait un temps certain en pleine ivresse ou assez allumée par quelques mélanges de plantes de sa préparation, mais après tout cela participait au charme du séjour, non? Sans compter qu’elle était loin d’être la seule dans un état second ici. Elle ne faisait pour une fois pas trop tâche dans le paysage.

Freya comme souvent avait du mal à retrouver le sommeil. Ce n’était pas franchement le cas de celui qui lui offrait l’hospitalité de sa tente. Phil avait sans doute abusé des bonnes choses dans la journée et ils en avaient largement abusé tous les deux dans la soiré. Il s’était donc assez logiquement rapidement effondré. La scandinave ne lui en voulait pas d’ailleurs, c’était même plutôt amusant. Mais elle, elle ne dormait pas. Une bouteille à la main et une nouvelle cigarette dans l’autre, elle s’était extirpé de la tente bien que déjà un peu entamée, ayant tout de même pris le temps d’enfiler une robe qui n’en avait que le nom à force d’avoir été portée. Respirant l’air frais du soir, elle entendit quelques bruits au loin sans plus, un peu de musique, mais l’endroit où elle se tenait était calme. La belle voulut donc allumer sa cigarette maison histoire de bien poursuivre la soirée, se rendant compte qu’elle avait oublié un détail important. Un coup d’oeil à l’intérieur de la tente et elle se souvint que son paquet d’allumettes était sous un tas de vêtements derrière Phil. Freya se mordit la lèvre en hésitant avant de décider de le laisser dormir. Tournant les talons, elle vit un homme assis un peu plus loin, laissant échapper de ses lèvres une fumée violette. De toute évidence, ils ne consommaient pas la même chose. Mais peu importe, il avait bien allumé son… peu importe, ce qu’il fumait. Elle s’était donc doucement et en tanguant avancé vers lui. Plus elle s’approchait, plus il était clair qu’il y avait autre chose que tu tabac ici…

-Vous êtes belle.

Pour le coup ça lui avait échappé, elle avait pouffé. C’était bien la première fois qu’on lui disait quelque chose du genre aussi directement. Il était définitivement loin, il avait une sacré avance sur elle. Mais ce n’était pas forcément désagréable, il était après tout souriant et ses mots étaient agréables.

-Vous êtes réelle ?

Une question qu’elle ne trouvait pas même étrange en fait. Freya avait assez connu ces moments de doute en plein trip. Elle ne pensa pas même être désagréable un instant. Elle allait d’ailleurs lui répondre avec gentillesse quand il avait repris le premier.

-Si c’est oui, mentez-moi. J’aime l'idée que ma tête sache créer des choses jolies comme ça.


Bon, il faut avouer que ces mots avaient de quoi la faire sourire. Il était toujours agréable d’entendre ce genre de choses. Un peu amusée par la situation Freya restait face à lui en souriant.

-Bien, dans ce cas je dirais que non, je m’en voudrais de vous priver de ce petit plaisir. Mais je vous remercie quand même pour le compliment.

un regard alentour et ils étaient définitivement les seuls encore “debout” dans le coin. Freya s’assit donc à ses côtés (non sans difficulté), sentant la fraîcheur faire frémir ses bras découverts. Une belle soirée tout de même. Elle se tourna finalement vers son nouvel interlocuteur.

-Auriez-vous du feu pour une si jolie illusion?
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Deshpande

Professeur Deshpande


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 38
| AVATARS / CRÉDITS : Danny Pudi @myself
| SANG : Né moldu


Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Empty
MessageSujet: Re: Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya EmptyVen 31 Juil 2020 - 21:36

La chaleur du feu l’enveloppait agréablement, comme une sorte de présence physique. C’était fou comme la drogue pouvait décupler certains sens, en faire même apparaître certains qui n’existaient pas. Comme l’énigmatique femme, même s’il était presque sûr qu’elle était vraie, il fut ravi qu’elle lui confirme qu’elle n’était qu’une création de son esprit. Il rit doucement, un rire pur et mélodique presque. Ainsi donc, c’était un compliment ? Oh peut-être, il n’en savait rien après tout, il était juste porté par l’instant et ne réfléchissait à rien, rien du tout. Son esprit était enfin vidé de tout ce qui y tournait en permanence, raison pour laquelle se défoncer le crâne lui était si bénéfique.

L’illusion s’assit à côté de lui, et son regard la suivit doucement tandis qu’il tirait à nouveau sur son pétard, qui, combiné à la poudre lunaire, le faisait clairement partir dans la stratosphère. Du feu, vraiment ? Il afficha son mystérieux sourire et mit un petit temps avant de répondre. Était-elle si peu connectée à la terre qu’elle ignorait donc les flammes qui dansaient en face d’eux ? Même lui, pourtant perché si haut, les voyait, alors… Mais il ne voulait pas la tourmenter, la heurter. « Regarde… » Tout en disant cela, dans la plus parfaite des contradictions, il ferma les yeux, sentant son corps partir en arrière alors qu’il était pourtant superbement immobile. « Les flammes sont là, tout à côté, tu n’as qu’à te pencher… » C’était comme s’il lui donnait des instructions, comme s’il apprenait à une femme de la lune ou d’ailleurs comment la terre fonctionnait. Il ouvrit les yeux, craignant qu’elle n’ait disparu mais non, elle était là, bien là, si proche et si loin pourtant. « Mais ne te brûle pas les ailes, si elles sont invisibles, tu ne pourrais plus repartir de là d’où tu viens. » Pour qui la prenait-il ? Même lui n’en savait rien. En tout cas, il aimait la regarder, elle avait l’air si apaisée, gentille. Les gens sur le festival étaient tous comme ça, ou presque, agréables et avenants, tactiles, amoureux, fous, d’une folie douce qui lui faisait véritablement du bien.

Son regard se perdit à nouveau dans les étoiles, juste au-dessus d’elle. C’était un joli tapis pour le ciel, et vraiment, il les voyait bouger, comment expliquer ça ? Non, surtout, ne rien expliquer, ne rien essayer de comprendre, juste admirer. « On peut vraiment y voir ce qu’on veut, n’est-ce pas merveilleux ? » Les traits invisibles continuaient à lier les étoiles, qui étaient pourtant à des années lumière les unes des autres. Il y voyait Nessie, Tiri, Stubby, sa mère, le mensonge, la vie presque, si elle avait une forme. À quoi ressemblerait la vie si on devait la dessiner ? Il eut l’impression d’avoir la réponse, tout en sachant que c’était impossible. Les paradoxes des hommes dans la lune étaient si clairement compréhensibles, c’était beau ou presque. « Il y a un livre moldu où un garçon irréel comme toi demande à un homme de lui dessiner un mouton. On pourrait y dessiner des troupeaux entiers, et les compter je crois, sans s’endormir jamais. » Le sommeil était devenu un compagnon rare chez lui, il s’en moquait. Il dormirait quand il serait mort, ou à Poudlard, même si ça n’avait rien à voir. « Qu’est-ce que tu vois, toi, femme de la lune ? » Sa pâleur lui évoquait le satellite, ou les étoiles, ou tout ce qui était loin de cette planète bleue, bleue comme la poudre qui parsemait son bras.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 193
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Empty
MessageSujet: Re: Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya EmptySam 1 Aoû 2020 - 14:56

Il y avait quelque chose qui flottait dans l’air, et pas uniquement des fumées douteuses. Il y avait cette ambiance presque bienveillante par défaut, ce quelque chose qui faisait que chaque rencontre semblait se passer naturellement et sans animosité sans en savoir grand chose. Freya appréciait que les tensions ne semblent pas atteindre cet endroit. Ou en tout cas elle ne les percevait pas du fond de sa bouteille ou prise dans ses propres fumées. De ce fait, cette rencontre improvisée avec un homme assis dans l’herbe se faisait facilement. Elle n’avait aucun mal à entrer dans son monde et prenait part à la plaisanterie involontaire. La scandinave s’assit à ses côtés, lui demandant de quoi partir elle aussi dans d’autres divagations.

- Regarde…

Il ferma les yeux, provocant un amusement chez Freya qui ne rit pas pour autant, de peur de le vexer. Même si il était peu probable qu’il se sente vexé dans son état actuel. Elle finit par tourner son regard déjà embrumé par une dose résiduelle d’alcool vers ce qu’il semblait vouloir lui montrer.

-Les flammes sont là, tout à côté, tu n’as qu’à te pencher…

Il y avait effectivement un feu devant eux. Elle était passé presque un peu à côté sans trop y faire attention, refusant presque d’instinct cette possibilité. Craquer une allumette serait sans doute plus sûr que se pencher au-dessus d’un feu bien vivant. Mais bon, tout bien considéré, c’était une option comme une autre. Freya s’était avancé vers le flammes sans se relever, à quatre pattes pour plus de stabilité, et avant finit par allumer sa cigarette arrangée. Un mélange maison de sauge, armoise, hysope, tussilage, millepertuis, et d’autres petites choses odorantes. La belle tira un bon coup dessus, fermant les yeux, presque soulagée par l’inspiration.

-Mais ne te brûle pas les ailes, si elles sont invisibles, tu ne pourrais plus repartir de là d’où tu viens.

Pour cette fois, elle rit un petit coup avant de tourner la tête vers lui, amusée par sa divagation. C’était assez poétique comme idée, elle aimait bien. Freya revient s’asseoir près de lui, prenant une nouvelle inspiration enfumée avant de la relâcher vers le ciel.

-Dommage qu’elles soient invisibles. J’aurais aimé savoir à quoi elles ressemblent. Elles sont légères, je ne les sent pas. Elles doivent être grandes, comme moi.

La belle répondait à ses idées farfelues, plus amusée par elles que réellement convaincue. Mais il était finalement assez agréable d’avoir ce genre d’échange simple dans les circonstances actuelles. Son coeur brisé se faisait silencieux pour laisser la place à quelque chose de plus agréable pour son esprit. Le regard de l’homme se tourna à nouveau vers le ciel, admirant les étoiles.

-On peut vraiment y voir ce qu’on veut, n’est-ce pas merveilleux ?

Oui, merveilleux. Freya n’y voyait pas forcément des formes, plus la beauté générale de la chose, cette façon que les étoiles avaient de briller de façon irrégulière. Quand son regard se fixait sur l’une d’elle, elle était attirée sur une autre parce qu’elle brillait plus encore. Et la lune, la lune avait finit par attirer ses yeux, la laissant comme hypnotisée.

-Oui, merveilleux… La nature est merveilleuse…

Un fin sourire s’était finalement étiré sur ses lèvres. Elle pris une nouvelle inspiration, fermant les yeux, envoyant un peu sa tête en arrière. L’endroit était calme. Le feu crépitait, quelques sons lointains, eux, et le calme de la nuit fraîche. Le genre de moment qu’elle appréciait tout particulièrement.

-Il y a un livre moldu où un garçon irréel comme toi demande à un homme de lui dessiner un mouton. On pourrait y dessiner des troupeaux entiers, et les compter je crois, sans s’endormir jamais.

Pour une fois qu’elle avait la référence, c’était presque agréable. Un sorcier qui avait cette culture moldue, ce n’était pas si simple à trouver, surtout par hasard, surtout visiblement dans un état second. Mais elle était plutôt d’accord. Le sommeil de toute façon, elle ne le trouvait pas.

-Si tu es le petit prince, je suis le renard? Il va falloir m’apprivoiser selon toi?

Un dialogue incongru mais tout à fait logique selon eux et eux seuls sans doute. Mais pour Freya cela restait tout à fait abordable à suivre. C’était sans doute sa tendant naturelle à la divagation qui la rendait si réceptive.

-Qu’est-ce que tu vois, toi, femme de la lune ?

Ce qu’elle voyait? Beaucoup de choses. Sans doute pas aussi belles que ce qu’il semblait voir lui. Mais ils n’avaient pas les mêmes consommations cela dit. Entre la fumée violette qu’il expulsait et la poudre bleue de son bras, elle devait être plus raisonnable dans ses visions pour une fois. Elle entendait bien lui répondre pourtant.

-Je vois, je sent, j’entends… La vie est partout, elle respire. Tu as déjà essayé  de communiquer avec elle? Savoir écouter le vent, échanger avec l’eau, sentir battre la terre.

Freya leva la tête, les yeux clos, respirant profondément, laissant son esprit s’ouvrir sous les effets des plantes qu’elle respirait. Elle plaqua une main sur le sol, l’herbe glissant entre ses doigts, sentant les pulsations lui faire fourmiller la paume. Exagération de son esprit ou réelle sensation des énergies de la nature, difficile de savoir. Mais c’était agréable. Tout vibrait autour d’eux, la rendant sensible à tout ou presque, mais pas dans une mauvais sens, simplement à l’écoute.

-Et la lune, tu sens ses rayons? Les gens la trouvent souvent froide, tu es d’accord?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Empty
MessageSujet: Re: Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya Empty

Revenir en haut Aller en bas

Les lumières qui dansent existent-elles ? w/ Freya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» Un bain chaud, très chaud [ PV: Yuki Caheshi - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Le Camping :: Vos Tentes-