GRYFFONDOR : 20 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 58 pt | SERPENTARD : 2 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !

Partagez

Fate is a tricky path ♟ CARINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyVen 14 Aoû 2020 - 19:09




Fate is a tricky path
Somehow we are meant to meet others ; we are meant to discuss and to live among them. That's the tricky path of our fate



Anastasia était présente sur Londres pour rendre visite à son frère. C'étaient les vacances, autant dire que c'était le moment où jamais de venir passer du temps avec Julian. Ce dernier préférait amplement que sa soeur se déplace plutôt que de faire le trajet jusqu'au Pays de Galles. Pour tout humain normalement composé, cela aurait sans doute été une plaie. Mais pour Ana, en réalité, ce n'en était pas une. Elle aimait tellement lui faire plaisir qu'elle ferait sans doute n'importe quoi pour l'aider. Tenez, par exemple, cela avait commencé très tôt. Elle avait toujours été celle qui l'aidait dans ses échecs scolaires, quand bien même elle n'avait pas une pulsion magique dans les veines. C'était dire. Cependant, malgré son sang purement moldu, Ana avait bien adopté comme il le faut quelques habitudes sorcières. Aller sur le chemin de Traverse était de ce fait, une grande passion. Si elle n'avait plus ce regard d'enfant à s'extasier de la moindre chose, Ana toutefois, se trouvait surprise de découvrir quelques nouveautés auxquelles elle ne s'attendait pas. Curieusement, c'était à la boutique Fortarôme qu'elle trouvait le plus de surprises, les gérants étant des personnes, disons-le, assez originales. Ses lunettes de soleil sur son nez, elle passait justement devant leur devanture où une file d'enfants s'était établie. Apparemment, leur nouvel arôme cerise-mélasse en faisait rêver plus d'un.

Mais enfin, ce n'était pas à Fortarôme qu'elle se rendait. Cela faisait des mois qu'elle n'avait pas posé un pied au Tsarduck's, qui était, notons-le, son café sorcier préféré. Le Chaudron Baveur était un peu trop glauque pour une jeune femme si solaire, aussi préférait-elle l'ambiance cosy de ce petit café perdu entre deux devantures de boutiques sorcières. Elle y entra en faisant tinter le carillon, ne reconnu de prime abord, personne qu'elle connaissait. Après s'être commandée un thé à la menthe au lait de veaudelune, et s'être installée près de la vitrine pour regarder le va et vient incessant des petites existences qui se promenaient-là, Anastasia finit par sortir un livre qu'elle avait justement emprunté à la bibliothèque de Londres pour ses recherches. L'ouvrage, entaché de mille et un post-it déjà, ressemblait plus à un arc-en-ciel qu'à un livre normalement constitué. Et naturellement, aucune des images sur les photos ne bougeait. « Merci beaucoup » remercia-t-elle le jeune serveur qui lui apportait son thé en affichant un joli sourire lumineux. Moins de trois secondes plus tard, elle reprenait sa lecture à la ligne où elle s'était arrêtée. « Il nous apparaît désormais évident que les populations présentes au IVème siècle dans la région de Pembroke soient en réalité... » - ses yeux se relevèrent en entendant une voix qui lui paraissait étrangement familière et lointaine. Les yeux bruns de la moldue se posèrent naturellement sur : « Carina ? Carina Hodgens ? » s'exclama-t-elle, les yeux ronds comme deux billes, alors que la femme qu'elle avait justement interpellée se retournait pour chercher l'origine de la voix. Anastasia lui fit un signe de la main pour l'inviter à venir la rejoindre. Elle avait carrément oublié qu'elle était venue, à la base, pour travailler une heure ou deux.

Cela faisait un moment à dire vrai, qu'elle n'avait pas vu Carina Hodgens, pour la bonne et simple raison que cette dernière ne fréquentait plus trop le Pays de Galles, à ce qu'elle avait entendu dire. Son travail était à Londres, le temps passant, les relations s'éloignaient... Mais que diable faisait-elle donc dans une boutique sorcière ? Ana eut une idée un peu stupide selon laquelle, tout d'abord, elle se serait perdue. Puis, elle se dit que peut-être qu'elle était dans sa situation, avec une sœur ou un frère sorcier. Mais l'évidence la frappait davantage, tant et si bien qu'elle ne voulait peut-être pas voir la vérité en face. Certains avaient la chance de naître sorciers, là où d'autres devaient tristement se contenter des restes.  

CODAGE PAR AMATIS




(645)
Revenir en haut Aller en bas
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 242
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (BABINE.)/ signature (GeniusPanda)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyVen 14 Aoû 2020 - 21:08

Par un temps pareil, Carina rêvait d'une seule chose, de vacances, en bordure d'une piscine un thé glacé dans les mains, les fesses assises sur un transat. Elle s'imaginait très bien en compagnie de sa nièce. Elle voyait déjà la scène dans son esprit. Le soleil au dessus d'elles, la fraîcheur apportée par l'eau. Bref, le rêve. Mais le bruit des passants sur le chemin de traverse lui rappelèrent rapidement où elle était : Londres, la capitale britannique. Elle avait toujours préféré la campagne, le calme, la paix qu'elle pouvait y trouver. A Londres, elle entendait constamment des sons désagréables : des cris, des rires, la musique des boutiques et tant d'autres choses. Les rues moldues n'étaient pas beaucoup mieux, il fallait le dire, et ça lui arrachait le cœur de le reconnaître. Car voyez-vous, elle aimait les moldus, bien plus que beaucoup de sorciers. Si elle aimait prendre le bus et le métro pour certains de ses déplacements, elle n'appréciait ni l'odeur, ni le brouhaha qui s'en échappaient. Non, il ne faisait aucun doute là-dessus. Carina Hodgens n'était pas faite pour vivre en ville. Elle aimait la tranquillité de sa ferme. Seuls les cris des animaux, les voix sortant de la télévision ou de la radio venaient troubler le calme qui y régnait. Quoique à la réflexion, la présence de sa nièce à la maison, une véritable boule d'énergie changeait totalement ce constat des faits.

Elle faisait donc des pieds et des mains pour aller au Tsarducks coffee. Elle s'y rendait quelques fois. Elle y appréciait l'ambiance. A vrai dire, il lui rappelait des cafés moldus dans lesquels elle avait été au fil des dernières années. Elle prévoyait d'y amener sa nièce une fois, ou peut-être pas, elle ne savait pas encore. Il y avait dans ce monde tellement de choses, sorcières ou non, qu'elle voulait lui montrer. Elle salua l'un des serveurs d'une voix enthousiaste. Celui-ci répondit et s'apprêtait à lui demander ce qu'elle voulait - ou du moins le croyait-elle - quand une voix familière l'interpella. Nul doute qu'elle sursauta quand elle la reconnut. Anastasia. Une moldue - du moins, elle l'avait toujours pensée - dans un commerce sorcier. Elle avait eu l'occasion de faire sa connaissance à un festival de musique au Pays de Galles sur une reprise des Beatles. Ce groupe, les Beatles, était un phénomène chez eux, les moldus. Elle s'approcha finalement d'elle avec un sourire. “Bonjour Anastasia. Je ne pensais pas te revoir ici.” Elle prit une chaise et s'y installa avec délicatesse. Elle n'était pas exactement certaine de comment réagir, mais en même temps, elle ne pouvait s'empêcher d'en être ravie. Elle revoyait une vieille connaissance, une amie presque. Elle se pinça légèrement le lobe de l'oreille et reprit la parole sur un ton amusé : “Cela fait quoi six ans que nous ne sommes pas vues ? Je dirais plutôt sept. Presque l'âge de ma nièce. ” A vrai dire, Deirdre avait presque huit ans, plus que quelques mois et ça y était. Puis le serveur arriva avec une  bouilloire magique pour lui servir son thé habituel. “Vous me me connaissez que trop bien Arthur, merci.” Dit-elle en acceptant la boisson chaude. Il faisait assez frais dans la pièce pour supporter la chaleur de celle-ci. Puis elle reporta son attention à nouveau sur Anastasia. “Qu'est-ce que tu deviens ? J'ai entendu dire que tu faisais des longues études.” Cela lui rappelait la conversation avec Andromeda, l'une des questions que la brune lui avait posé ressemblait fort à celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyVen 14 Aoû 2020 - 22:58




Fate is a tricky path
Somehow we are meant to meet others ; we are meant to discuss and to live among them. That's the tricky path of our fate



Les années passent souvent sans qu'on ne le remarque. Des gens entrent dans nos vies, en sortent, on ne s'en rend réellement compte que lorsque quelque chose, un fait quelconque, nous fait remarquer le temps passé. Et apercevoir aujourd'hui Carina Hodgens dans le café sorcier du Tsarduck's, dans le Londres sorcier, lui faisait bien entendu réaliser que le temps avait passé. Des choses avaient changé. Elles avaient grandi, mûries, évoluées. Anastasia le remarqua à l'expression du visage de son amie, cette vieille connaissance du Pays de Galles. « Pareillement » répondit-elle en souriant de toutes ses dents. Elle la suivit du regard alors qu'elle s'asseyait en face d'elle. Ana était soulagée qu'elle ne la fuit pas. Les gens, ainsi qu'elle le pensait, changeaient en plusieurs années. Se pouvait-il qu'au fond, elles soient toujours les mêmes personnes ? Peut-être pas. Les événements de la vie nous forçaient à changer contre notre gré. Nous étions tous, pensait Ana, des pâtes que chacun devait modeler. Apprendre qu'elle n'irait pas à Poudlard l'avait poussé vers la force de la détermination. Cela l'avait poussé à aller de l'avant, à faire ce qu'elle voulait, sans se laisser enfermer dans un complexe de jalousie intolérable pour son frère. Elle l'enviait pour la magie, ce serait faux de le nier. L'envier ne voulait pas dire qu'elle lui en voulait d'être ce qu'il était. Et cet événement l'avait fait évoluer.

« Six ans... C'est possible. Mais c'est merveilleux que tu aies une nièce ! Comment s'appelle-t-elle ? » demanda la jeune femme avec un enthousiasme débordant qui la caractérisait si bien. Oui, les gens changeaient, la vie s'avançait. Des choses arrivaient. Elle poussa son livre bourré de post-it de toutes les couleurs sur le côté pour pouvoir mettre son thé en face d'elle et reporter toute son attention sur son interlocutrice. Ana lui offrit un beau sourire : « Oh, je suis certaine que c'est Juliet qui t'a dit ça » dit-elle, quasiment sûre de connaître l'informatrice, « et elle n'a pas tort. Je suis en train de rédiger - d'accoucher - d'une thèse en histoire centrée sur le Pays de Galles ! ». Elle était toujours particulièrement fière de dire qu'elle était une thésarde motivée à faire avancer la science et l'Histoire avec un grand "H". Sa thèse, c'était son enfant. Ou en tout cas, son futur enfant. L'orgueil qu'elle retirerait de savoir qu'on la lirait, qu'elle pourrait rédiger des ouvrages et enseigner, était innommable. Anastasia avait un don pour la pédagogie, elle racontait toujours des histoires avec la passion de ceux qui auraient voulu les vivre. Elle était une grande fan des reconstructions historiques pour cultiver les plus jeunes et leur donner enfin, cette passion pour une matière sur laquelle beaucoup trop de monde crachait malheureusement. Elle décida de lui retourner la question, après avoir porté son thé à ses lèvres : « Je crois que tu désirais faire de la médecine. Ou de la médicomagie, devrais-je plutôt dire ? ». Qu'il était amusant de s'aventurer sur la pente de la magie, sachant qu'elles s'étaient rencontrées dans le cadre d'un festival moldu entourées... de moldus. Elle n'en était sans doute pas une. Carina avait toujours eu ce petit quelque chose de spécial qui mettait le flair d'Ana à rude épreuve. Elle avait un bon instinct, elle sentait les choses. Et elle avait de suite sentit qu'il y avait quelque chose de particulier chez elle, sans savoir quoi. Maintenant qu'elle était là, assise en face d'elle dans les allées sorcières, elle comprenait mieux cela.  

CODAGE PAR AMATIS




(586)
Revenir en haut Aller en bas
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 242
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (BABINE.)/ signature (GeniusPanda)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptySam 15 Aoû 2020 - 14:35

Carina ne comptait pas fuir cette situation. A vrai dire, elle était agréablement surprise de la rencontrer à nouveau, dans cet endroit. Si on lui avait dit la veille qu'elle retrouverait une vieille connaissance du Pays de Galles, elle n'y aurait pas cru. Elle se demanda même un instant si elle avait mis du felix felicis dans son thé ce matin. A cette idée, elle secoua légèrement la tête. Cela n'avait absolument aucun sens. Elle prit une chaise face à Anastasia. Elle se souvenait d'elle, très bien même, pour avoir été une personne sociable et pleine d'esprit. A voir et entendre les réactions de son ancienne - ou actuelle peut-être ? - amie,  cette réflexion se confirmait de plus en plus.

Il lui était aisé de parler de sa nièce. Aussi facile qu'expliquer aux autres à quoi servait la pimentine à ses interlocuteurs lorsqu'on l'interrogeait sur les remèdes aux maladies communes. “Elle s'appelle Deirdre. Ma belle-soeur était irlandaise. Je crois que Deirdre est un personnage mythologique celtique. ” Elle n'avait aucun mal à reconnaître son ignorance en mythes et légendes. Elle savait parler plusieurs langues dont le suédois et bien évidemment l'anglais, monter à cheval, s'occuper d'animaux de ferme, d'un potager et tout ce qui avait trait à à la médicomagie, et la médecine. Elle remarqua le livre de Anastasia... recouvert de post-it. Elle eut un rire à cela. “Désolée, mais je fais cela souvent également. Recouvrir un livre de post-it. Je me demande comment les autres font pour prendre les notes dans un carnet ou la marge. ” Les sorciers avaient bien d'autres solutions pour prendre des notes. Elle avait été étonné en découvrant que les moldus n'utilisaient pas du parchemin ou une plume pour écrire. Elle avait passé des heures à potasser ses cours, à gratter son parchemin... Puis après avoir vécu un an chez les moldus, elle avait réalisé qu'elle-même préférait le stylo bille aux plumes sorcières. Quelle idée de toujours tremper son outil pour écrire dans de l'encre quand on pouvait désormais avoir une réserve à l'intérieur même de l'outil en question ?

Elle écouta attentivement les paroles de la moldue. Juliet était leur amie commune. Une amie que Carina n'avait pas perdu de vue. La rouquine fut obligée de révéler ses sources. “C'est le cas. ” Dit-elle doucement en inclinant la tête sur le côté. Elle sirota un peu de son thé vert. Une thèse en histoire ? Ses yeux s'ouvrirent comme des soupcoupes. Elle n'avait été très douée en histoire. Elle trouvait Binns tout particulièrement soporifique, spécialement en comparaison à Slughorn, le directeur de Serpentard. Même s'il ne lui avait jamais prêté de grande attention - Yvain avait toujours été meilleur qu'elle pour intéresser les autres - cette homme lui avait insufflé sa passion pour ce domaine, en demandant à ses élèves de préparer des potions difficiles afin d'obtenir des récompenses. Une potion de Goutte du mort vivant avait été l'une des préparations exigées par l'enseignant aux élèves de sixième année. Ce souvenir ne s'effacerait jamais de sa mémoire. “C'est très impressionnant, Anastasia. D'autant plus que je connais très peu de personnes qui sont intéressées par l'histoire au point d'en faire leur métier. Je te souhaite de réussir ta thèse et tout ce que tu entreprendras par la suite. ” Et elle était sincère. Elle se demandait ce que cela donnerait si du jour au lendemain on lui demandait de rédiger une thèse en médicomagie. Elle avait déjà écrit pour des revues spécialisées dans ce domaine, sans pour autant, envisager un seul instant de faire une thèse. Il lui faudrait toute une vie pour y parvenir. Peut-être même serait-elle obligée d'avoir recours à un Élixir de Longue vie enfin si elle était capable d'en faire un. Car seule la pierre philosophale pouvait permettre d'en produire. Ce n'était donc pas demain la veille que cela arriverait.

Elle attrapa un menu sur la table voisine afin de pouvoir commander, mais s'arrêta tout net quand Anastasia lui retourna la question. Elle se gratta le lobe de l'oreille - léger tic nerveux dont elle n'avait pas réellement conscience - et fronça les sourcils tout en gardant son sourire. “Si j'avais su que tu connaissais tant de choses sur la magie à l'époque, je t'aurais sans doute dit que je voulais devenir médicomage.” Sourit-elle presque honteuse de lui avoir menti. Pourtant, une petite voix lui assurait qu'elle n'aurait pas pu savoir. Ce n'était pas comme si on écrivait sur le front des gens "sorcier" ou "moldu. Elle poursuivit donc sur le même ton :  “Je suis médicomage depuis quelques années maintenant. Je travaille à Saint Mangouste au service des empoisonnement par potions et plantes. Tu connais peut-être ?” Avec quelques autres paroles échangées, elle finirait peut-être par lui demander carrément comme cela se faisait-il qu'elle en connaissait autant sur la sorcellerie...

 
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptySam 15 Aoû 2020 - 22:16




Fate is a tricky path
Somehow we are meant to meet others ; we are meant to discuss and to live among them. That's the tricky path of our fate



Il lui avait toujours semblé que Carina était bien plus réservée qu'elle et ma foi, peut-être que les opposés s'attirent bel et bien. Anastasia s'extasiait souvent pour beaucoup de chose, elle était dans l'action perpétuelle, investie toujours dans tous les projets qu'elle organisait avec une passion démesurée. Elle avait cette passion similaire dès qu'elle mettait le nez dans un livre d'histoire, parce qu'elle avait l'impression, d'une manière sans doute un peu fausse, qu'elle se connectait curieusement à des gens qu'elle ne connaîtrait jamais. Ce que les gens avaient vécu pendant le Moyen-Âge n'avait rien à voir avec leur vie à eux. Ce que ses ancêtres avaient vécu au début du millénaire ne ressemblait pas à ce qu'elle vivrait un jour. Apprendre à connaître le mode de vie de personnes ayant existées, se mettre dans leur peau pour comprendre ce qu'ils avaient vécu, c'était quelque chose de beau. Particulièrement beau et poétique, pensait-elle. Mais l'histoire n'était pas au goût de tout le monde même si Ana avait tendance à s'extasier lorsqu'on lui tendait un peu trop la perche... La référence à Deirdre la fit naturellement sourire de plaisir. « Oui c'est cela. La signification étymologique du nom est assez funeste, cela signifie "douleur". Mais c'était parce que Deirdre était si belle que beaucoup de sang a été versé pour elle » compléta gentiment Anastasia.
Cette dernière afficha un sourire ravi lorsque Carina lui confia qu'elle avait aussi une fâcheuse tendance à recouvrir ses livres de post-it. C'était en effet pour elle, la meilleure solution pour être certaine de ne rien rater du tout. Et pour une thèse, dieu seul savait combien elle avait besoin de toutes les informations marquées aux pages de ses post-it... Les moldus n'avaient pas trente-six solutions, Ana en était consciente. Elle devait faire avec ce qu'elle avait. Au moins, elle utilisait les stylos billes, là où eux devaient nécessairement utiliser une plume. Si, forcément, tout ce qui touchait à l'ancien la passionnait, elle avait été particulièrement déçue de se rendre compte qu'elle avait une écriture épouvantable avec les plumes. Mais elle avait laissé sa déception de côté, comme toujours : elle n'était pas une sorcière de toute manière !

Et n'étant pas une sorcière, elle avait des ambitions toutes moldues. Quoique celles-ci soient tout de même assez exceptionnelles pour une moldue, il fallait bien le dire. Vouloir être professeur d'université, c'était la promesse d'être quelqu'un de passionné par son sujet. Et elle s'étendait toujours beaucoup trop dessus, quitte à exaspérer un peu les gens qui se mouvaient autour d'elle. Un jour, elle avait même réussi à endormir son frère lorsqu'elle était en phase de "pré-thèse". « C'est passionnant l'Histoire si on a de bons professeurs » objecta Anastasia après avoir pris une gorgée de thé, « tu sais, une année j'en avais un tellement soporifique qu'il avait réussi à m'endormir à moitié... ». Elle n'avait pas honte de le dire et espérait, tout à l'inverse, avoir assez de pédagogie pour ne pas endormir ses propres étudiants. Rien de pire qu'un professeur blasé pour dégoûter le commun des mortels d'un si bel enseignement. Ana savait bien que des cours d'histoire étaient dispensés à l'école de sorcellerie pour avoir assez entendu son frère se plaindre du terrible professeur fantôme - un FANTÔME - qui faisait l'effet, apparemment, d'un somnifère. La jeune femme étira de ce fait un sourire à la mention de la magie. Oui, elle en connaissait un rayon, elle n'avait pas trop le choix, forcément. « Oui, j'en ai entendu parler. Mon frère a parié quelque chose d'assez stupide avec ses amis une fois, il a dû boire une potion inconnue - c'était très idiot - et il a fini dans ce service ! Quelle calamité ! » se remémora-t-elle en roulant des yeux dans ses orbites. Elle, elle n'aurait jamais jamais jamais goûté une potion inconnue au bataillon. « Mais ce doit être tellement enrichissant en réalité comme champ de la médicomagie. J'ai lu quelques livres à ce sujet, mais je n'y connais vraiment pas grand chose. Tu as un remède pour éloigner les imbé- pardon, les trolls ? Ça peut toujours servir ! » demanda-t-elle avant de rire. Elle était peut-être souvent présente dans le monde des sorciers, il n'empêche qu'elle avait bien du mal à utiliser spontanément leurs expressions... Colorées.   

CODAGE PAR AMATIS




(716)
Revenir en haut Aller en bas
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 242
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (BABINE.)/ signature (GeniusPanda)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyDim 16 Aoû 2020 - 10:51

Pour rendre hommage à la terre de sa belle sœur, son frère avait donné à leur fille un nom purement irlandais. Ses parents avaient bien essayé de le changer après avoir obtenu la garde de cette dernière. Pas assez bien pour la famille des Hodgens. Mais ils avaient rencontré un mur à leur tentative, ainsi que les limites de leur très minime influence dans la communauté magique. Ils avaient toujours surévalués leur importance. Elle sourit doucement à la réponse de Anastasia. Si elle avait écouté davantage le cours d'histoire de la magie, elle l'aurait peut-être su cela. Ou peut-être pas. Qu'est-ce qu'on pouvait y raconter de toute façon ? “Je ne dirais pas que le sang a coulé... Mais j'ai affronté toute une armée de juges, d'avocats et autres juristes, de papiers administratifs pour obtenir sa garde complète. J'ai bataillé dur pendant plusieurs années.” Elle n'avait pas réellement envie d'expliquer à Ana qu'elle était revenue sur Londres à cause de la mort de son frère et qu'elle était restée dans cette ville pour sa nièce. Mais elle pensait que Anastasia pouvait facilement lire entre les lignes et saisir tout cela assez rapidement. Les années qui avaient suivi après l'enterrement de son frère n'avaient pas été simples ou joyeuses, loin de là. Mais au moins cela lui avait permis d'étudier ce qui l'avait toujours intéressée : la médicomagie. Elle avait gratté sa plume sur des kilomètres de parchemins, mais également des stylos moldus. Quelle tête ses camarades de classe avait fait quand elle avait osé sortir un tel engin ?! Elle s'en rappelait très bien. Même les professeurs écrivant au tableau s'en étaient sentis offensés.


Elle rit de bon cœur quand son amie lui révéla avoir un professeur soporifique. “Je connais cela. Notre professeur d'histoire de la magie à Poudlard est ainsi... Un fantôme. Littéralement. Il endort tous les élèves de sa classe. C'est à se demander comment nous faisons pour obtenir ne serait-ce qu'un acceptable dans cette matière.” Elle ne s'était jamais intéressée à l'histoire de la magie. Elle avait simplement lu - sans grande conviction - les manuels scolaires. Non, elle s'était plutôt efforcée à remplir des rouleaux de parchemins en métamorphose avec assiduité... Sans grand succès. Elle avait fini avec un désolant aux buses dans cette matière. Quelle rouste avait-t-elle reçu à ce résultat en rentrant à la maison !! Elle possédait encore l'un de ces parchemin de métamorphose dans ses affaires pour lui rappeler violemment que les efforts n'étaient pas toujours récompensés. Loin de là. Heureuse de retourner sur des questions plus intéressantes et sécurisantes que la médicomagie, elle écoutait les paroles de son interlocutrice. Il était vrai qu'elle avait un frère. Elle l'avait mentionné une fois ou deux ou peut-être plus même. Ceci expliquait alors pourquoi une moldue en savait autant sur la magie. “C'est très dangereux.. mais que je te rassure, cela arrive bien plus souvent qu'on peut le penser. C'est un jeu pour certains... surtout après une soirée bien alcoolisée.” Dit-elle simplement. Elle fronça les sourcils à la question d'Anastasia, pas tout à fait certaine de comprendre ce qu'elle demandait.  “Les trolls ? Les créatures ? Ou les être humains idiots ?” Rit-elle doucement. Il n'existait pas de remède contre la bêtise malheureusement. Parfois, elle aurait aimé qu'il existe un sortilège contraire à l'accio  pour repousser ces imbéciles justement. “Les trolls en général... eh bien on utilise des sortilèges de ratatinages contre eux. Mais malheureusement, il n'existe pas de sortilège, de potion ou de remède contre la stupidité.” Elle rit à cela. Elle aurait grandement apprécié avoir l'une de ces solutions sous la main pour affronter les années à Poudlard. “Mais s'il y a une avancée dans ce domaine, je te préviendrais aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyLun 17 Aoû 2020 - 2:25




Fate is a tricky path
Somehow we are meant to meet others ; we are meant to discuss and to live among them. That's the tricky path of our fate



Dès qu'il était question de mettre en exergue ses connaissances historiques, Anastasia se faisait bien entendu un plaisir d'en mettre des couches et des couches et des couches. Sans doute que discuter avec elle permettait de se cultiver un peu sur un pan méconnu de la vie : l'Histoire. Bête noire d'un bon nombre d'étudiants, cela avait pourtant été sa matière préférée dès l'enfance, ses parents avaient mis un point d'honneur à ce qu'elle ne soit pas dégoûtée de la matière. Aussi avaient-ils insisté très tôt pour qu'elle se cultive à ce sujet, lise des ouvrages et se passionne d'elle-même pour qu'elle développe toute seule son appétence pour la recherche. La chute ? Cela avait été lorsqu'elle leur avait fièrement annoncé qu'elle entendait rédiger une thèse. Ils avaient été partagés. S'ils savaient que si elle réussissait, elle serait couverte de gloire, un échec voudrait dire beaucoup de choses négatives sur elle. Mais ils l'avaient soutenu, parce qu'ils étaient intelligents et qu'ils ne voulaient pas se mettre en travers d'une voie que la jeune femme savait toute tracée pour elle. Anastasia écouta avec attention et peine tout ce que son amie avait dû faire pour avoir la garde de sa nièce : « Je suis tellement contente que tu aies vaincu tous ces obstacles » répondit-elle avec l'honnêteté spontanée qu'on lui connaissait si bien. Elle ne lui demanda pas pourquoi elle avait dû en arriver-là. Ce genre de discussion remuaient trop de souvenirs et Ana était trop perspicace pour tomber dans le piège : « Tu n'as pas une photo ? J'adore les enfants ! ».

Pourtant ce n'était pas avec les touts petits qu'elle entendait travailler, mais avec les adultes, des étudiants bien ancrés dans le réel et non pas dans le monde de l'imaginaire. Des têtes bien pleines dont le nez était juché dans les étagères des bibliothèques. Peut-être rêvait-elle. Ou peut-être pas, si elle savait leur donner la passion de la recherche. Pas comme son soporifique professeur, somme toute. Elle porta sa tasse de thé à ses lèvres en écoutant Carina s'exprimer sur le sujet. « Vous n'aviez pas de livre pour compenser...? » osa-t-elle objecter en fronçant un peu le nez. Anastasia ne voyait pas tant le problème à avoir un prof soporifique, du moment qu'il y avait un livre à côté sur lequel se rabattre pour sauver les meubles. Les efforts, néanmoins, n'étaient pas toujours récompensés puisque certains professeurs ne juraient que par leur cours ce qui était, disons-le, assez désolant comme façon d'enseigner. Il y avait de ces professeurs dans tous les domaines, heureusement que cela n'en arrêtaient pas certains. Si Carina en avait eu de pareils en médicomagie, elle était vraisemblablement assez passionnée pour ne pas se laisser abattre par eux. « Les idiots » précisa gentiment Anastasia, « je ne crois pas avoir un jour l'occasion de croiser un troll véritable. Quoique ? Oh, je serai sans doute morte avant de n'avoir pu faire quoique ce soit ». Les aléas de la vie moldue. « Mais oui, je te serais gré de m'en parler, ça peut servir tous les jours » sourit-elle avant d'éclater de rire, « ce n'est clairement pas du côté moldu que l'on trouvera cela ! ». 

CODAGE PAR AMATIS




(537)
Revenir en haut Aller en bas
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 242
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (BABINE.)/ signature (GeniusPanda)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyLun 17 Aoû 2020 - 10:28

Ce serait un euphémisme de dire qu'elle éprouvait beaucoup de soulagement quand elle réalisa qu'Anastasia ne l'interrogea pas davantage sur les raisons de cette bataille juridique. Elle n'avait pas envie de revivre cela... ni pensées, ni à l'oral. Il s'agissait là de souvenirs assez difficiles qu'elle ne voulait pas partager dans l'immédiat. Peut-être plus tard si l'occasion se présentait. Pour le moment, elle allait se contenter de présenter une photographie de sa nièce. “Oui, bien sûr. Que je te trouve cela.” Elle chercha dans son sac - résolument moldu - son portefeuille dans lequel elle avait une série de photos : une de sa nièce, une de son cheval Tempête - vous parlez d'un an ! - et même une de sa ferme. Elle les sortit toutes les trois, tant qu'à faire, et les disposa sur la table devant son interlocutrice. “La petite tête blonde, c'est Deirdre. Cela date de l'année dernière, je vais bientôt en changer.” Cela ne la dérangeait pas vraiment de raconter sa vie. Surtout pas à Ana. Elle était si sympathique qu'on aurait presque envie de dévoiler tous ses secrets. Elle pointa ensuite le cheval : “Voici Tempête. Cela fait deux ans que je le possède.” Elle l'informait d'a peu près tout ce qui lui passait par la tête. Les détails lui venaient un peu par hasard, au gré des souvenirs que lui inspiraient ces images. Elle porta ensuite son attention sur la ferme qui ressemblait, dans sa structure, à un cottage. “Et là notre maison, à la campagne, près de Bristol. J'y ai un potager, des poules et cochons. C'est un peu isolé du reste du village, mais c'est ce qui fait son charme. De toute façon, la distance n'empêche pas mes voisins de me rendre visite. ” Pouffa-t-elle sur la fin. Heureusement, les habitants de ce village ne vivaient pas les uns sur les autres comme à Londres, sinon, elle les verrait sans nul doute matin et soir à sa porte.

Elle fronça les sourcils lorsqu'elles parlèrent des cours d'histoire de la magie. Manifestement, ce qui l'intéressait le plus, c'était de savoir s'ils étudiaient tout de même... pas tellement le fait qu'ils aient un fantôme - un véritable fantôme ! - comme professeur. “Oh si, bien sûr ! Et c'est certainement ce qui m'a sauvé d'une note négative. ” Les manuels scolaires étaient souvent... concis. Ils racontaient ce que les enseignants pensaient que les élèves avaient besoin de savoir. Rien d'extraordinaire d'ailleurs. Mais Carina n'en restait pas moins une bille en histoire. Elle était bien incapable de se rappeler les dates précises. Elle se souvenait seulement des siècles et les avait écrit dans ses copies. Tout cela avait suffi pour lui obtenir un A aux buses, puis aux aspics. Ce qui l'intéressait le plus. Déjà qu'elle avait été absolument déplorable en métamorphose. Elle n'aurait pas pu se permettre un autre fiasco dans une autre matière. La médicomagie avait été un sujet bien plus passionnant que l'histoire ou la métamorphose, les professeurs bien plus intéressant également. “Je te souhaite de ne jamais en rencontrer. Sorcier ou moldu, c'est très dangereux d'en affronter un. Je ne connais aucun sorcier capable d'en battre un. ” Ou Yelena peut-être. Elle avait combattu des créatures bien plus terribles que des trolls : des dragons. Ce qui était tout aussi impressionnant aux yeux de Carina, si ce n'était plus. “Il va bien y avoir quelques tentatives.” Reconnut-elle avec un sourire. Il y avait bien des sorciers qui essayaient de reproduire le sentiment d'amour en flacon. Ce ne devait pas être très différent avec la bêtise. A vrai dire, Carina ne s'était jamais penché sur la question. A écouter Anastasia, les moldus semblaient moins bons que les sorciers... “Tu sais... je pense que les moldus sont plus progressistes que les sorciers sur bien des sujets. ” Sur la cause féministe par exemple. Les technologies moldues offraient un important chant de possibilité, alors que la communauté magique restait encore ancrée dans les traditions : envoi de messages par hibou - les moldus avaient le téléphone maintenant - écriture à la plume - très sérieusement, les moldus avaient crayon, stylo bille, stylo plume et bien d'autres choses encore.  
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyMar 18 Aoû 2020 - 22:31




Fate is a tricky path
Somehow we are meant to meet others ; we are meant to discuss and to live among them. That's the tricky path of our fate



Anastasia Appleton avait ce genre de personnalités qu'il fallait vouloir détester pour la détester. Son regard joyeux se colorait de mille couleurs de joie lorsqu'elle avait la possibilité de rencontrer de nouvelles personnes. Elle se plaisait dans un univers sociable où le monde allait bien et où les gens étaient heureux. C'était une bonne personne, Ana, une vraie bonne personne, ce genre de gens généreux et bons qui faisaient toujours passer les autres avant eux-même. Certains profitaient hélas de cette naturelle gentillesse et elle ne s'en rendait pas compte et lorsque c'était le cas, elle choisissait d'ignorer sciemment la chose pour ne pas créer de conflits inutiles. Ana était peut-être gentille, cela la rendait tristement naïve. Et tant de monde en profitait, souvent, dans les associations, à l'Université, jusque dans sa propre famille. C'était quelque chose qui blessait au fond la moldue qui se donnait tant pour les autres. Elle aurait sans doute voulu trouver quelqu'un avec qui elle pourrait être heureuse sans qu'il ne l'utilise pour sa gentillesse. « Elle est adorable » commenta-t-elle prenant la photo entre ses doigts, « j'y vois quelques ressemblances avec toi, un joli héritage familial ! ». Le regard attendrit par la photo d'une petite fille qu'elle trouvait si jolie, les yeux bruns d'Anastasia se posèrent sur la seconde photo que lui avait donné Carina. Elle s'épancha d'un rire en regardant le cheval : « Je ne savais pas que tu étais cavalière » confia l'étudiante avec un sourire gentil, « j'adore les chevaux, mais c'est trop imprévisible pour moi, un cheval ». Pauvre Ana qui avait mordu la poussière plus d'une fois lorsqu'elle était enfant, avant d'abandonner la chose. Ma foi, certains sports n'étaient pas faits pour certaines personnes, qu'y pouvait-elle ? Rien du tout, exactement. Elle était meilleure au football, sa grande fierté ayant été de gagner avec son équipe d'université le tournois interfacs. La dernière photo portait sur la ferme. Ana jeta un petit regard envieux à cette photo. Elle vivait dans un appartement de Cardiff une partie de l'année pour sa thèse, et restait à Londres le reste du temps pour ses recherches. Les villes, elle ne connaissait que cela, elle qui pourtant rêvait de gambader dans une forêt pour apprendre les rudiments de la survie en pleine nature. Ana était peut-être délicate, c'était surtout une jeune femme casse-cou capable de grimper aux arbres si on le lui demandait. Ou pas d'ailleurs. Les points de hauteur étaient toujours ses préférés. Elle adorait grimper dans les tours de son école là où guère personne ne se promenait. Elle appréciait d'aller dans les petites bibliothèques des étages les plus hauts. « Tu as bien de la chance de vivre dans un endroit un peu reculé » lui confia-t-elle en poussant ses trois photos vers elle une fois qu'elle les eut bien inspectées, « la ville, ça nous éloigne de tout, surtout des autres ». Paradoxal, mais tristement réel. A Londres, Ana se sentait perdue dans une fourmilière. A Cardiff, le sentiment était présent, mais moins intense et ciel, elle détestait cela.

Les sorciers semblaient souvent vivre surtout à Londres en raison du Ministère, du Chemin de Traverse, de la Banque... Il y avait, aux yeux de la moldue, un effort à faire pour permettre à ceux qui étaient plus reculés de vivre parmi les autres sorciers de Grande-Bretagne. Alors certes, il y avait le réseau des Cheminée. Mais c'était tout de même terrible, pensait-elle, de devoir utiliser à chaque fois de la poudre de cheminette pour acheter une misérable plume sorcière. Peut-être que les sorciers reculés étaient plus occupés à s'occuper des trolls, qui sait ? « J'ai lu çà et là quelques morts affreuses avec des trolls » commenta la moldue sans oser glousser d'un destin si funeste bien que l'envie était quand même là, « certains étaient piétinés... Brrr ». Les idiots semblaient plus faciles à vaincre donc ! Carina se fendit néanmoins d'un commentaire qui intéressa Anastasia plus qu'il ne la braqua. Elle leva un sourcil en l'écoutant, buvant une gorgée supplémentaire de son thé avant d'afficher un sourire solaire. « Oh, je ne dis pas le contraire. Mais j'ai l'impression, corrige moi si je me trompe, que les sorciers sont parfois plus créatifs que les moldus en matière de médecine. Vous avez l'Amortancia, je crois que c'est le mot, pour reproduire un sentiment amoureux... Chez les moldus, ce ne sont que des fariboles sur lesquelles il convient de ne pas s'arrêter » - Ana s'emballait un peu - « les deux communautés se valent à mes yeux tu sais. Chacune a des qualités, chacune a des défauts ! ».

CODAGE PAR AMATIS




(771)
Revenir en haut Aller en bas
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 242
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (BABINE.)/ signature (GeniusPanda)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyMer 19 Aoû 2020 - 18:15

Les photos ne bougeaient pas, mais Carina les trouvait tout aussi charmantes et expressives. Elles racontaient tout aussi bien les histoires que si elles avaient été magiques. Elle n'en possédait pas énormément encore. Mais avec les années, les souvenirs partagés à deux, elle savait que le nombre finirait par augmenter considérablement. Les cadeaux pour noël, l'adoption d'une boule de poil pour Deirdre - un cochon d'inde ou une gerbille peut-être - et bien d'autres choses encore elle l’espérait viendraient agrémenter leur précieux album. “Elle a bouleversé ma vie pour ainsi dire. Je suppose que sans elle, je serais encore sur les routes.” Elle faisait évidemment référence au van dans lequel elle avait voyagé avec Poppy, Alfie... Tous ces moments avaient été drôlement positifs et elle les gardait dans une petite boite - dans sa tête - comme des trésors. Elle eut un rire à la réflexion de Anastasia. “C'est vrai. J'ai découvert beaucoup de chose l'année durant laquelle nous nous sommes rencontrées. L'équitation fait partie de ces choses. J'ai pu poursuivre quand je suis revenue sur Londres.” Elle n'avait pas tout à fait coupé les ponts avec les moldus qu'elle avait rencontré, aimé. Elle parlait toujours à Poppy, mais davantage par lettre et carte postale. Elles se rendaient visite, mais plus autant qu'avant. Toutefois, elle ne comptait pas la perdre de vue. Avec un peu de chance, ce serait la même chose avec Anastasia. Elle fronça les sourcils en écoutant les paroles de cette dernière. Elles semblaient se comprendre d'une certaine manière. Travailler en ville était quelque chose qui lui convenait. Mais y vivre, certainement. “Puis cela sépare bien ma vie privée de ma vie professionnelle également. Cela me donne l'impression de ne pas mélanger les deux. ” Elle ne voulait pas mêler Deirdre à son travail. Car ce n'était pas un métier facile. Il ne s'agissait pas de travailler dans une librairie. On ne voulait pas montrer un endroit comme Saint Mangouste à son enfant.

Carina n'aimait pas Londres, encore moins ces derniers temps... C'était devenu de plus en plus dangereux. D'autant plus pour des enfants. La conversation n'était pas plus joyeuse que cette dernière pensée. Voilà qu'elles parlaient de trolls et de morts. “Oui les trolls ne sont pas des créatures très sympathiques. Pire, elles sont assez stupides. Alors fais la combinaison : bête, méchante et gigantesque. D'ailleurs, en parlant de géants, ils ne sont pas beaucoup plus faciles à approcher que les trolles. ” Carina ne portait pas forcément un grand intérêt aux créatures magiques. Elle préférait les animaux ordinaires : chats, biquettes, chiens, poules etc. Des petites bêtes qui ne faisaient pas de mal à une mouche. Enfin quoique... elle avait eu des mésaventures avec des chats. Elle revint à la discussion avec étonnement. La médecine sorcière était plus avancée que la médecine moldue ? Et pourquoi diable prenait-elle l'exemple de l'amortentia ? Elle pencha légèrement la tête sur le côté et but une gorgée de son thé vert. Et ceci tout en l'écoutant sagement. Les deux communautés se valaient en effet. Elle le savait. Elle le sentait. “Alors, on peut avoir des discussions très intéressantes sur la médicomagie et ses bienfaits et l'originalité des sorciers. Mais j'ai bien peur que l'amortentia ne soit pas un bon exemple. Du point de vue éthique, en tout cas. ” Elle préférait qu'on lui vende des grigris inefficaces qui la rendraient malade une soirée qu'un amortentia. Elle pourrait facilement en faire si on lui demandait, ce n'était pas là le problème. “Les sorciers essaient de reproduire les sentiments de l'amour... comme si c'était possible. La potion que tu cites est très puissante, beaucoup trop et ça t'enlève tout sens de la réalité et libre arbitre. Plus créatif peut-être, mais l'amortentia est très dangereux. C'est un peu comme utiliser une drogue moldue sur une personne que tu aimes...” Elle avait vraiment l'impression que les deux se valaient. Souvent moldus et sorciers avaient des équivalents. Comme le champibulle et le champagne. Qui l'avait volé à l'autre ? C'était la bonne question. “J'ai toujours pensé que j'appartenais aux deux mondes. Mais j'admire ce que les moldus sont capables de faire sans magie. Ce qui à mon opinion les rend forcément plus créatifs, tu ne ne penses pas ?” Pour voler, ils avaient des avions. Pour se déplacer, ils inventaient tout un tas de transports les plus rapides les uns que les autres. Pour communiquer, ils avaient maintenant le téléphone. Les sorciers utilisaient encore les hiboux. Et ce en grande majorité.   
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyJeu 20 Aoû 2020 - 1:37




Fate is a tricky path
Somehow we are meant to meet others ; we are meant to discuss and to live among them. That's the tricky path of our fate



Anastasia était la dernière personne à maudire les moldus pour ce qu'ils étaient, la preuve en était qu'elle en était une. Elle trouvait du charme aux photos moldues qui ne bougeaient pas, bien qu'elle ressentait une certaine fascination devant celles sorcières qui se mouvaient si facilement. La jeune femme était souvent triste d'avoir tiré les mauvais gènes à la roulette russe de l'ADN. Mais elle était en même temps contente pour son petit frère. Elle n'était donc pas jalouse de lui pour trois sous. La magie la séparait de son frère sans vraiment le faire. C'était un peu comme si elle le regardait à travers une vitre de verre. Incapable de le comprendre totalement, incapable d'utiliser correctement les expressions qu'il employait avec tant de facilité maintenant, incapable de reproduire ce qu'il était capable de faire avec sa baguette magique. Ana n'avait pas une goutte de sang sorcier dans les veines malheureusement. Mais sa famille restait quelque chose d'important pour elle. Et Carina, avec sa dévotion franche pour sa nièce, attira un sourire attendrit sur le visage de la moldue qui ne répondit pas. Deirdre avait de la chance d'avoir une tutrice qui l'aimait autant. Son menton appuyé sur sa main, Anastasia écoutait attentivement les paroles de son amie en souriant : « Tu as plongé dans un autre monde. Tu ne connaissais rien de la vie moldue, avant cette année-là ? ». Il lui paraissait incroyable qu'une sorcière souhaite à ce point s'intégrer au monde moldu. De ce qu'elle avait compris, les sorciers s'intéressaient souvent peu à eux. Ce qui était dommage. D'autres les infantilisaient. Combien de réflexions saugrenues avait-elle entendue de la part des amis de son frère, parfois ? Certains d'entre-eux se payaient même le luxe de l'appeler 'la moldue' devant elle ou devant Julian.

Pour elle qui évoluait dans le monde moldu en sachant qu'il y avait autre chose derrière le miroir de verre, il y avait parfois dans son esprit une espèce de frustration lorsqu'elle ne parvenait pas à faire quelque chose. Que cela soit concernant ses études ou ses loisirs, Ana enviait grandement certaines inventions des sorciers : la plume à papote, la potion d'aiguise-méninge... Les pilules moldues pour être plus concentrée étaient beaucoup moins efficaces que cette potion. Il suffisait de voir la note que Julian avait reçu à certains de ses examens après avoir bu cette potion alors même qu'il n'était parfois pas très bon... Ana hocha la tête à la réflexion de son amie, ensuite, concernant la vie privée et la vie professionnelle. « J'ai moi-même beaucoup de mal à dissocier les deux, parfois, je l'admets » avoua-t-elle en rougissant légèrement. Elle savait bien qu'elle se laissait beaucoup trop envahir par ses livres, ses feuilles, ses classeurs, ses trieurs. C'était peut-être stupide de vivre uniquement de cela. Ana pouvait bien s'investir dans son sport, dans ses associations, dans sa vie sociale, elle revenait toujours vers ses livres et ses recherches et c'était parfois envahissant, même pour elle.

Elle pensait que tout le savoir du monde se situait dans les ouvrages alors que ce n'était pas le cas. Une partie d'elle le savait, parce qu'Ana était une jeune femme intelligente, mais cette partie ne parvenait pas à s'imposer à l'autre. Ana lisait tous les bouquins qu'elle pouvait trouver : littérature, études sociologiques, histoire bien entendu, recueils de lettres. Tout ce qui avait une reliure et des pages, elle les lisait. C'était incroyable d'être une telle consommatrice d'ouvrages. Elle avait lu trois fois la Torah, deux fois le Coran, cinq fois le Nouveau Testament. Toujours en prenant des notes pour sa propre culture personnelle, parce qu'elle en avait envie. Pourquoi perdre autant de temps à faire cela ? Allez savoir. Ana aimait bien vivre, malheureusement, à travers les pages parfois. Hélas, hélas, la moldue ne pouvait pas tout maîtriser. Entendre lire tous les ouvrages de l'Humanité - son rêve, bien qu'entre nous soit dit, elle savait elle-même qu'elle poursuivait un but impossible - ne voulait pas dire tout connaître. Après son manque de jugement sur les trolls, conversation sur laquelle ne s'attarda pas tant Carina - bien que ses propos la firent sourire - la jeune femme compris qu'elle s'était mal exprimée devant la réaction de son amie concernant l'Amortancia. Elle eut l'impression presque, de l'avoir vexé, alors que la moldue, c'était elle. Ou peut-être l'avait-elle agacé ? Ce n'était pas tellement le but. Attrapant sa tasse entre ses doigts fins, Anastasia l'écouta lui répondre à ce sujet. « Je sais bien que c'est un mauvais exemple » se défendit-elle gentiment, « mais comme les moldus n'ont pas de "potions"... », difficile d'employer un autre terme que médicomagie pour désigner la chose. « L'Amortancia n'est pas quelque chose de très sain, en effet » concéda l'étudiante après avoir bu une petite gorgée de son thé qui devenait tiède.
Carina lui posa une question pertinente à contre-courant de ce qu'elle pensait au départ. Anastasia hésitait à afficher un avis dichotomique sur le sujet. Les points de vue "tout noir", "tout blanc", trop peu pour elle. « Je crois que la conclusion, surtout, c'est qu'il y a de l'inventivité des deux côtés » prit-elle la parole pour défendre la voie de la sagesse, « certain sur tel plan, d'autres sur un plan différent ». Elle lui sourit doucement.

CODAGE PAR AMATIS




(874)
Revenir en haut Aller en bas
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 242
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (BABINE.)/ signature (GeniusPanda)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyVen 21 Aoû 2020 - 19:15

Carina ne détestait pas les sorciers, seulement, ses parents. Mais elle aimait les moldus bien davantage, leur trouvant plus de qualités que de défauts, appréciant leur ingéniosité et leur travail. Certains étaient évidemment terribles. Il y a comme dans le monde magique, des hommes et des femmes qui abusaient de leur pouvoir, qui volaient, tuaient et bien d'autres charmantes choses en ce genre. Elle n'était pas entièrement aveuglée par l'intérêt qu'elle leur portait. Elle pencha la tête sur le côté aux deux questions que Anastasia venait de poser. Maintenant qu'elle la savait bien au fait de la magie, elle pouvait à peu près tout lui dévoiler. Et c'était comme une bouffée d'air à ses yeux. “Oui et non. J'ai suivi un cours d'étude des moldus à Poudlard. Et les personnes avec lesquelles je suis partie était des amis. Je les connaissais depuis deux ans déjà. ” Elle aurait aimé dire qu'ils avaient été de véritables amis. Dans un sens oui. Dans un autre... Ils avaient toujours ignoré ses pouvoirs, ce qu'elle savait faire ou non. “J'ai abandonné toute forme de magie pendant près d'une amie. J'ai beaucoup appris sur moi-même. Je sais m'occuper d'un potager et d'animaux de ferme, monter à cheval et même jouer de la guitare. C'était vraiment très enrichissant. ” Elle espérait que Anastasia partagerait son enthousiasme et comprendrait où elle voulait en venir. La femme qui se tenait en face d'elle ne manquait pas d'intelligence, elle le savait pertinemment.

Sa vie professionnelle était évidemment la partie sorcière de son existence, la vie personnelle connaissait plus de 'normalité'. Des lampes à allumer en cliquant sur un bouton. Pareil pour la gazinière, la radio ou la machine à laver. Elle sourit pour la énième fois. Elle avait envie de l'aider ou du moins lui donner des conseils si cela était possible. “Quelles difficultés rencontres-tu ? ” Elle n'avait jamais eu à faire de thèse ou de très longue études. La plupart des métiers sorciers demandaient des cursus de trois années maximum. Il s'agissait de travailler dur assurément. Mais manifestement pas autant que ce dans quoi Anastasia s'était engagée. A vrai dire, elle ne s'était jamais réellement intéressée aux universités. Elle ignorait à quoi une thèse correspondait réellement. Six ou sept années d'études ? Cela semblait convenir avec l'âge de son interlocutrice. Ou peut-être était-ce moins ? Elle n'allait pas se casser la tête pour si peu.    

Carina ne lisait pas tant que ça au bout du compte. Des livres de médicomagie, de médecine également. Parfois des romans... elle en avait sur sa table de chevet de temps à autres. Mais et surtout des contes et fables pour Deirdre. De la littérature jeunesse. Certainement pas autant qu'Anastasia. Il ne faisait aucun doute que son interlocutrice était plus éduquée et cultivée qu'elle. Et d'ailleurs, cette dernière semblait bien renseignée sur le monde de la magie au point de citer des potions, tel que l'amortentia. Carina la connaissait bien celle-ci. Elle recevait parfois des patients victimes de filtre d'amour dans son bureau. “Oui, je vois. ” Dit-elle gentiment. Effectivement, ils n'avaient pas de potions, mais des équivalents toutefois. Comme beaucoup d'autres choses en vérité. “C'est vrai. Je pense qu'il est difficile de comparer en vérité. Et c'est mieux d'en venir à la conclusion qu'il faut simplement voir le mérite dans les deux mondes.” Si un jour sa magie disparaissait, elle saurait se débrouiller comme une moldue. Elle n'en doutait pas une seconde.

Finalement, le serveur revint vers elles pour lui demander ce qu'elle voudrait manger. “J'en oubliais presque que c'était ma pause déjeuner, Ana. ” Elle ouvrit le menu. Par pitié, elle ne savait pas ce qu'elle allait prendre. Cela durerait au moins une bonne dizaine de minutes. Finalement, elle fut curieuse de savoir ce que Anastasia faisait là. “As-tu mangé ? Si ce n'est pas le cas, n'hésite à prendre quelque chose, je t'invite.” Elle avait largement assez pour qu'elles se nourrissent toutes les deux. Et si son amie commandait également, elle gagnerait certainement du temps pour faire son choix. Car cela pouvait prendre du temps. Elle porterait certainement son attention sur une salade ou un plat de légumes, mais évidemment cela ne l'empêchait pas d'hésiter pendant quinze plombes.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyDim 30 Aoû 2020 - 20:52




Fate is a tricky path
Somehow we are meant to meet others ; we are meant to discuss and to live among them. That's the tricky path of our fate



Anastasia savait qu'il y avait un cours d'étude des moldus en option pour les sorciers sans réellement savoir de quoi il s'agissait. Curieusement, elle n'avait eu aucune information à ce sujet, elle qui pourtant, semblait tellement facilement au courant de ce qui se passait au Château. Elle n'avait peut-être pas été à Poudlard, elle n'avait peut-être pas étudié la magie, mais elle se faisait une image de l'école qu'elle espérait être proche de la réalité. Poudlard, c'était son fantasme absolu bien qu'elle savait tristement qu'elle ne pourrait jamais, ne serait-ce qu'apercevoir la forme extérieure de ses murs. Les descriptions de son frère ne suffisaient pas, elles ne suffiraient jamais à substituer la réalité. "En quoi consistent ces cours ? Ce sont des cours de culture, d'histoire…?" demanda la jeune femme en fronçant le nez, les mains toujours autour de son thé. Carina avait vécu une expérience enrichissante. Elle-même faisait un peu la même chose qu'elle avait fait parmi les moldus, en déambulant ainsi sur le Chemin de Traverse comme si rien n'était, avec les poches occupées de quelques pièces exclusivement sorcières et non plus moldus. En écoutant les aventures de Julian, elle s'était faite une semi-place dans ce monde. Comme Carina dans le sien. Leurs vues étaient différentes en raison de ce qu'elles étaient - une sorcière et une moldue - mais leurs expériences restaient similaires en un certain sens. Alors forcément, savoir s'occuper d'une ferme devait être enrichissant pour quelqu'un qui a priori, n'était pas destiné à vivre dans l'une d'elle. Et pourtant. Elle habitait à la campagne et menait la vie qui lui plaisait. Cela faisait largement plaisir à Ana.

   Carina et Anastasia se ressemblaient autant qu'elles étaient différentes l'une de l'autre. Logique qu'elles soient amies. "Oh je me laisse un peu trop envahir par les bouquins tu me connais !" lança la jeune femme comme réponse en tapotant le pavé recouvert de post-it à côté d'elle et qu'elle avait commencé quelques temps auparavant pour sa thèse. Et forcément, à trop se laisser envahir par les ouvrages on pouvait oublier de vivre, bien qu'elle s'occupe à côté par ses très nombreuses activités. Activités qui, d'une certaine façon, pouvaient faire office de façade un peu fade pour sauver la face. Mais bon. Les sorciers semblaient beaucoup plus se baser sur l'action en comparaison. Aurait-elle pu s'épanouir, finalement, dans la société sorcière ? Elle voulait croire que oui mais peut-être pas, au fond. Peut-être était-elle typiquement moldue. Elle finit sa tasse de thé sur les paroles de Carina, laquelle lui demandait si elle avait déjà mangé. Un gentil sourire égaya les traits innocents de la moldue qui hocha négativement la tête : "Oh je te remercie, mais je ne vais pas tarder" s'excusa-t-elle, "j'ai rendez-vous avec un Professeur à la faculté de Londres. Je préfère y être en avance, des fois qu'il y ait des problèmes de retard sur les lignes". Elle marqua une courte pause le temps de glisser l'ouvrage qu'elle avait initialement prévu de lire dans son sac : "C'est quelque chose que je vous envie, ça. Le transplanage et la poudre de cheminette pour n'être jamais en retard !".  

CODAGE PAR AMATIS




(565)
Revenir en haut Aller en bas
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 242
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (BABINE.)/ signature (GeniusPanda)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  EmptyMer 2 Sep 2020 - 13:47

Poudlard ne représentait pas forcément les meilleures années de sa vie. D'une part, parce qu'elle n'y avait pas eu beaucoup d'amis. Et d'autre part, elle avait été forcée après sa cinquième année à abandonner l'une des matières qui lui avait tant plu : l'étude des moldus. Elle avait mis ses parents en colère lorsqu'elle avait choisi de prendre cette option. Mais les notes plus qu'excellentes obtenues dans cette discipline avaient été encore pires que le simple fait de suivre ce cours aux yeux de ses parents. Si elle avait été mauvaise élève, ils auraient sans doute rien dit. Elle sourit doucement à la curiosité de Anastasia. “De l'histoire pas vraiment, mais de la culture oui. Mais c'était assez superficiel pour dire la vérité. Quand je suivais ce cours, j'ai entendu parler de football, de cinéma et de la technologie, sans vraiment entrer dans le vif du sujet.” Il y avait au ministère de la magie un service correspondant aux détournements de l'artisanat moldu. Carina trouvait cela un peu étrange comme travail, comme département. Peut-être parce qu'elle n'avait jamais essayé de comprendre de quoi il en retournait. Cela devait avoir un rapport avec les objets moldus que les sorciers ensorcelaient pour leur propre usage. Rien que l'idée l'ennuyait. Elle n'avait pas été faite pour le travail de bureau, le travail au ministère. Evidemment de la paperasse, elle en faisait, mais les soins restaient tout de même la part la plus importante de son travail.

Les livres, Carina en avait lu dans le cadre de ses études. Pour le plaisir, c'était une autre paire de manche. Elle se perdait dans les contes, fables et autres choses de ce genre par curiosité tout d'abord, puis pour sa nièce. Elle s'était retrouvée en juillet à racheter des livres de chevet. Car voyez-vous, elle s'était rappelée que très tardivement que sa nièce aimait sa lecture du soir. Alors, pour varier les plaisirs, elle en avait acheté d'autres. Il lui avait fallu demander l'aide de la libraire pour trouver d'autres ouvrages que des contes qui pourraient intéresser une enfant de de huit ans à peine. Autant dire que ce moment n'avait pas vraiment été très drôle. “Oui, je me souviens. Tu n'as pas changé et ça fait plaisir à voir.” Elle n'aurait sans doute pas été gênée de la voir avec des cheveux roses ou les cheveux coupés au bol, mais cela lui aurait fait bizarre de ne pas retrouver l'Ana qu'elle avait connu. Et pourtant à 19 ans, Carina ne se serait sans doute pas fait cette réflexion... étrangement. Le changement avait été, à ce moment de sa vie, un élément essentiel de son quotidien. Elle fut presque déçue d'entendre Anastasia dire qu'elle devait rencontrer un professeur à Londres et arriver à l'heure. Prendre le métro n'était pas déplaisant aux yeux de Carina. A vrai dire, il lui arrivait de monter dedans pour se déplacer au sein même de Londres. Le transplanage était devenu une habitude seulement parce qu'elle avait dû se déplacer de la campagne de Bristol à Londres. Et en voiture en peu de temps, cela n'était pas réellement possible. Du moins, pas avec la vie qu'elle menait. Avec une ferme à gérer et une enfant à élever, il s'avérait que le transplanage était une solution en or pour gagner du temps. “Je crois que je préfère arriver en retard plutôt qu'être désartibulée.” Elle rit bien entendu. Cela n'arrivait pas souvent. Pas tant que ça finalement. “Mais t'en fais pas, je comprends. Je te souhaite que ce rendez-vous se passe bien. Et j'espère qu'on pourra se revoir.” Bon maintenant, elle allait devoir se dépatouiller avec son menu toute seule. Nom d'une pipe...
  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty
MessageSujet: Re: Fate is a tricky path ♟ CARINA Fate is a tricky path ♟ CARINA  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Fate is a tricky path ♟ CARINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-