GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 420
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus - Page 2 EmptySam 19 Sep 2020 - 15:31

Gauwain était revenu au monde dans un tourbillon brûlant, avec l'impression que ses chairs avaient été chauffés à vif, que son sang allait se mettre à bouillir, que sa gorge était emplie de fumée. Il venait tout à coup d'être submergé par une vague glaciale, qui le saisit sans crier gare et lui coupa un instant le souffle. Il se redressa dans un sursaut, ses muscles contractés, prit une goulée d'air par réflexe, tel le nageur des profondeurs qui retrouve enfin la surface.

Dégoulinant, stupéfait, les yeux ronds, il fixa l'écrivain impassible avec sa cruche à la main, tandis que le cerveau du jeune homme pataugeait pour donner un tant soit peu de sens à tout cela.

.....sérieusement?

Pourtant, force était de reconnaitre, tandis que Gauwain luttait pour retrouver un souffle normal, que la manoeuvre, quoique simple, avait été efficace. Le monde avait perdu le voile bleu qu'il arborait l'instant précédent, et il n'en subsistait qu'une mince coloration à la lisière de son champ de vision. Comme si le choc ou l'eau avaient aidé son nerf optique à se remettre à zéro, comme si l'adrénaline avait donné un coup de fouet à son corps et l'avait incité à éjecter le résidu de poison ou d'antidote qui affectait sa vision.

Il battit des paupières et releva les yeux vers l'autre homme, hochant la tête lentement.

« ..C'est mieux. Vraiment mieux. »

Il eut un petit instant de silence avant de rajouter, avec comme une pointe de doute dans la voix, doute qui était un peu déplacé si on considérait le fait que Perseus Flint venait de lui éviter de passer le reste de sa vie (ou du moins de sa journée) sous filtre cyan.

« Merci. »

Bon, par contre, il était trempé. Il repoussa en arrière ses mèches sombres. Le froid lui avait un peu éclairci les idées, rendant plus aidé l'analyse de sa situation. Il eut une grimace en baissant les yeux sur son jean et son t-shirt, et...

« ...votre canapé... »

C'était quoi, déjà, le sort pour sécher ses habits? Et ça marchait sur le mobilier, au moins? D'une main qui avait été plus assurée, il saisit sa baguette. Tergeo, ça pourrait marcher? Un observateur avisé aurait conseillé à Perseus d'intervenir avant que le jeune homme ne lui abîme son canapé par inadvertance, au vu de son peu de compétences en sortilèges domestiques. Malgré son état, Gauwain sembla parvenir à la même conclusion, avec un grognement de défaite. Plutôt que de tenter un Aqua Repello, il baissa sa baguette et se résigna à laisser ses vêtements sécher de façon naturelle. On était au mois d'août ; certes en pleine nuit, mais.... il n'allait pas attraper la mort à cause de vêtements mouillés, non ?

Il s'arrêta sur cette pensée, eut un rire amer. Non, apparemment, on attrapait la mort au détour d'une fin de soirée, sans le réaliser, alors qu'on est tranquillement installé dans une taverne. Dire que sa mère s'était toujours concentrée sur les écharpes et les manteaux, au lieu de l'équiper en bézoards.

Avec un temps de retard, il se rendit compte que ce rire devait lui donner l'air d'être devenu dingue, ce qui le calma instantanément. Reprenant son sérieux, il lança un regard d'excuse à l'auteur.

« Pardon. C'est juste que- C'est une journée tellement bizarre. Une soirée. Enfin, vous voyez ? »

A ce stade, il s'attendait presque à ce que Perseus Flint lui annonce que ceci formait son quotidien et celui de la majorité de la nation sorcière, et qu'il allait devoir s'y habituer.
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 67
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (odistole)
| SANG : Sang pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus - Page 2 EmptySam 26 Sep 2020 - 9:48

Lui-même ignorait pourquoi il avait faire appel à la cruche d'eau comme moyen de se sortir de ce mauvais pas. Autant tenter l'impossible que d'être questionné par les médicomages pendant x temps sur x chose et x machin. Tisser un mensonge n'était pas forcément la chose la plus difficile qu'on lui ait demandé de faire. Mais il ne trouvait pas cela forcément agréable. Et pour cause, il fallait inventer et répondre à des questions de manière cohérente. Et peut-être... verser un peu d'eau sur la tronche du gosse était aussi la conséquence d'une discussion qui s'enlisait.. Car franchement la petite amie de ce dernier, il s'en fichait comme de ses premières godasses. Et Flint, il avait d'autres choses à gérer que deux gosses en stress et en manque... Enfin bref ! Il fut toutefois quelque peu soulagé que le jeune homme n'ait pas besoin d'aller à l'hôpital. “Bien.” Il se répéta le mot plusieurs fois dans son esprit. Car il n'y avait rien d'autre à dire ou à penser de toute façon. Il déposa la cruche sur la table basse après avoir constaté que manifestement, tout semblait s'arranger. Ou du moins s'améliorer.

Ce n'était pas vraiment très drôle de voir son canapé recouvert d'eau. Par Morgane ! Il venait de faire une belle connerie. Bon, un petit sortilège devrait arranger les choses.  “Oh il était à mon oncle.Etait... Perseus, il espérait dépasser l'âge de sn oncle. Mourir bien plus tard que lui. D'une mort naturelle. Pas un avada kedavra ou tout sortilège cruel. Ni d'un poison. Juste une mort dans son lit. Il n'avait pas peur de la mort pourtant. Mais s'il pouvait emmener son père avec lui dans l'autre monde - ou à défaut l'y envoyer avant lui - il le ferait bien volontiers. “Il me pardonnera.” Il jeta un coup d'œil vers le sol - car il ne croyait pas du tout que les "âmes" partaient vers le ciel - et haussa un sourcil comme pour dire "hein, ça te dérange pas ?!" C'était ce qu'il avait écrit dans l'esprit tourmenté de la faucheuse... La mort emportait ses clients sous terre. Et non vers les cieux. Une bonne partie de ses ouvrages reflétait ce qu'il pensait réellement. Seules les enquêtes d'Alexan demeuraient bien éloignées de son état d'esprit général. Quelle horreur ces nouvelles... Il n'avait vraiment pas envie d'en réécrire comme le suggérait Gauwain...

D'ailleurs, le Gauwain, là, il riait comme une hyène. On aurait dit un taré. Ou alors un crétin. Les deux peut-être ? Un aliéné. Mais vu les circonstances, peut-être que cela faisait sens. Même pour Perseus. Oh il en connaissait chez les mangemorts des personnes instables mentalement. Des fanatiques. Des sadiques qui n'avaient aucun respect et aucune compassion pour la vie humaine. Les Lestrange en faisaient évidemment partie. A côté, il passait pour un ange. Enfin... Bref. “J'en ai vu ou entendu des choses bizarres. Mais je dois avouer que cette soirée compte parmi les plus étranges que j'ai eu.” Oui en effet... c'était la première fois qu'un de ses clients lui avait demandé de contrer les effets du poison. Par précaution, Perseus ne faisait que des poisons dont il connaissait les remèdes.  “Tu devrais manger un truc.. avant de retrouver ta famille.” Il ne voulait pas non plus le jeter dehors, mais il aimerait rentrer chez lui quand-même. Boire un verre de cognac sur sa terrasse était tout ce dont il rêvait ce soir-là.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 420
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus - Page 2 EmptyDim 4 Oct 2020 - 17:24

Il ne comprit pas le geste de l'auteur, ce regard vers le sol (son oncle était-il à un niveau inférieur ? Dans une cave?). Non, Gauwain Robards ne se renseignait jamais sur la vie privée des auteurs qu'il avait pu lire ; sauf si éventuellement, ils étaient Aurors (et encore, ça n'avait été qu'une inquiétude récente, datant de l'été dernier, et qui relevait plus ou moins consciemment d'un questionnement par rapport à son propre futur en matière de situation maritale – il lui semblait que le métier d'Auror n'était pas un frein pour de potentielles relations, au contraire, mais un partie de son esprit s'était quand même posé des questions à ce sujet).

Entendre qu'il n'était pas le seul à traverser une journée étrange le rassura ; en revanche, cela souligna le fait que toute cette situation était anormale, pour lui comme pour Perseus Flint. Et de fait... L'auteur n'avait pas vocation à jouer les infirmières toute la nuit, fut-il doué en potions. Il allait falloir se ressaisir, Gauwain ne pouvait pas dormir ici.... …...non ?

Cependant, pour se ressaisir, il lui fallait réussir à rassembler ses forces et... Manger ? Il grimaça intérieurement à cette suggestion. Il n'avait pas faim, vraiment pas ; pire, il avait l'impression qu'il n'aurait plus jamais faim de sa vie. Que toute forme de nourriture qu'il pourrait avaler ressortirait aussi sec. Mais l'auteur avait dit ça d'un ton à la fois bienveillant et ferme, tenant autant que l'invite que de l'injonction. Le jeune homme hocha la tête, l'air peu emballé même s'il essayait de domestiquer cette idée, en ignorant la nausée qui lui montait aux lèvres.

« Je... je vais faire ça. »

Vu l'heure, qu'est-ce qui pouvait encore être ouvert sur le Chemin de Traverse ? Le Chaudron Baveur ? Vu le début de soirée, il n'était pas certain d'avoir envie de faire passer l'hydromel à coups de soupe de pois.

« ...y a un autre endroit d'ouvert que le Chaudron ? »

Il rassembla ses forces pour se redresser, se remettre debout. Il tangua, mais, contrairement à sa première tentative, il tînt debout. En se raccrochant au mobilier et en faisant tomber une pile de livres, mais tout de même, c'était un accomplissement en soi.

Il grimaça devant les ouvrages renversés à terre ; ça lui parut le symbole parfait de la façon dont il avait dû perturber le quotidien studieux et paisible de l'artiste. Perseus Flint avait raison : il était temps d'aller agoniser ou ressusciter ailleurs. Il perdit le fil de l'objectif dîner, revînt sur l'idée de se faire soigner, au-delà des premiers soins dispensés par l'auteur.

« Je- Je vais attraper le Magicobus. »

Direction où, c'était la question. Pas chez les Bones ; il avait déjà débarqué chez eux une fois en piètre état, il n'allait pas leur refaire le coup, surtout à cette heure, malgré le fait qu'ils s'étaient toujours montrés accueillants. Chez ses parents ? Peut-être ; l'ambiance était meilleure que début juillet, mais il voyait d'ici le regard que lui lancerait son père. Sainte Mangouste paraissait plus indiquée, au moins pour un check-up. A moins qu'il n'aille frapper à la porte du Docteur Araf ; l'heure était indécente, mais le vieux médecin avait des horaires notoirement irréguliers. Et il serait sans doute compréhensif envers un sorcier dont il avait suivi la santé sur les dix-huit dernières années. Il accepterait de ne pas en parler aux parents de Gauwain.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

L'ami de l'homme, puisqu'il le tue... - Perseus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: L'allée des embrumes-