GRYFFONDOR : 36 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
-48%
Le deal à ne pas rater :
[Offre Prime] Sonnette vidéo connectée Ring Video Doorbell Wired + ...
49 € 94 €
Voir le deal

Partagez

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 588
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Bambi Eyes
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS EmptyLun 24 Aoû 2020 - 20:59

Sinistra sortait parfois toute seule lorsqu'Ulysse Selwyn, son époux, le lui autorisait avec toute la générosité qui le caractérisait. C'était le cas cet après-midi. Son port altier illuminait, pensait-elle sans doute à tort, le Chemin de Traverse. Mais sur le Chemin de Traverse, il n'y avait guère plus rien de très intéressant. La sorcière avait écumé toutes les boutiques dans lesquelles déposer ses gallions - pas plus tard que la semaine précédente, elle s'était achetée une nouvelle cape en prévision de l'hiver à Gaichiffon - aussi se dirigea-t-elle naturellement cette fois, vers l'Allée des Embrumes. Ce n'était pas forcément une rue où l'on croisait tant que ça la mannoise, à dire vrai, elle y passait même peu, malgré ses affirmations politiques assez… Radicales.

Elle retroussa le nez à la vue d'un homme à l'odeur épouvantable. C'était aussi pour cela qu'elle passait peut dans cette rue. On y trouvait certes des gens à l'esprit axé sur la magie noire, mais on y trouvait également des cas désespérés. Elle leva un peu plus la tête pour paraître encore plus hautaine qu'elle ne l'était déjà - si cela était possible - lorsqu'elle sentit le regard d'un homme de soixante ans sur elle. Berk berk berk. Enfin bref. Dans la poche de sa cape, la Lowe avait tout de même la main bien posée sur la baguette. Elle n'était pas foncièrement folle. Après avoir marché sur quelques mètres supplémentaires et surtout après être passée devant le Ragtag & Bobtail - ce pub miteux destiné aux gens miteux - elle entra dans la boutique Barjow & Beurk. Elle allait saluer le vendeur mais afficha au contraire un air stupéfait devant le client qui s'éloignait du comptoir. "Que fais donc mon cher cousin dans un endroit pareil ?" s'étonna-t-elle en liant ses mains dans son dos, le sourire victorieux, alors que Desmond se retrouvait malheureusement pour lui, coincé dans la boutique. Pressentant une discussion qu'il ne devrait pas entendre, Barjow disparu dans l'arrière-boutique. Un sourire de chasseur s'étira doucement sur le doux visage de la mannoise : "Tu viens tu cultiver un peu ? Ou bien essaies-tu de revenir sur le droit chemin…?". Elle savait bien que non. Rien sans doute, ne saurait ramener Desmond Lowe sur le chemin de la raison. Et certainement pas elle.


Dernière édition par Sinistra Lowe le Mer 2 Juin 2021 - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Desmond Lowe

Desmond Lowe


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 68
| AVATARS / CRÉDITS : Ben Whishaw *o* - Mordicus (c)
| SANG : Sang Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une falaise de l'île de Man
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Re: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS EmptyMer 26 Aoû 2020 - 15:17

Desmond n'était pas un habitué de l'Allée des Embrumes. Il s'y rendait en de très rares occasions, uniquement quand il n'avait pas d'autre choix. Cela ne faisait pas partie de ses activités préférées, loin de là. Il aurait laissé volontiers sa place à quelqu'un d'autre, mais ce qu'il venait chercher ne pouvait être obtenu que par lui-même. La nature de son achat aurait soulevé trop de questions. Il ne pouvait le confier à qui que ce soit.

Il était prêt à encaisser l'éventuelle indiscrétion d'un reporter à la Gazette du Sorcier ou ailleurs. Après tout, il avait déjà vu sa photo dans les journaux avec l'intitulé : PRIS SUR LE FAIT ! Le pianiste des Croque Mitaines vu dans l'Allée des Embrumes ! On lui attribuait déjà tant de rôles aux sombres allures. La presse à scandale s'en donnait à coeur joie et les rumeurs sur son compte allaient bon train. On le soupçonnait de se livrer à la magie noire. Desmond restait indifférent à tout ceci ; il savait que s'expliquer avec un journaliste ne servirait à rien. Au final, ils écrivent ce qu'ils veulent. Et surtout ce qui se vend. Alors, libre à eux de penser ce qu'ils veulent. Le musicien n'avait guère envie de batailler avec des gens à l'esprit étriqué.

Il était prêt à toute éventualité, sauf à celle de se retrouver dans le même magasin que sa cousine. Nom d'un gobelin ! Il était pourtant persuadé de passer inaperçu, enveloppé dans une cape noire avec une capuche rabattue sur sa tête. A trop vouloir se fondre dans la masse, on devient une cible de choix. A moins que l'oeil de Sinistra Lowe ne soit trop acéré.

Desmond jura dans sa barbe et s'empressa de cacher le petit sachet en papier kraft dans les replis de sa robe de sorcier. L'avait-elle vu ? Il n'en doutait pas une seconde. Depuis toujours, sa cousine avait un talent particulier pour repérer ce qu'il ne fallait pas. Il ne l'avait pas vue depuis des lustres. Elle avait bien grandi. Cependant, son maintien demeurait le même : à la fois pédant et hautain. La parfaite héritière de la dynastie Lowe. Il se souvenait encore d'elle quand, haute comme trois pommes, elle lui donnait des coups de pied sous la table, lors des repas de famille. A chaque fois, il était assis à côté d'elle. Impossible d'y échapper. Tout du moins jusqu'à ce qu'il soit renié. Décidément, être chassé du cercle familial avait du bon. C'était une des seules choses que le musicien vivait bien.

Loin de se laisser impressionné par Sinistra, il répondit d'un ton sarcastique :

"Je cherche l'inspiration pour une nouvelle musique que j'aimerais appeler 'Une rencontre détestable par une après-midi pluvieuse'. Grâce à toi, je pense avoir trouvé le refrain."

Il esquissa un rictus, plutôt fier de sa répartie. La suite des paroles de la jeune femme le plongea dans un silence sinistre. Le droit chemin. Elle se fourvoyait tellement... Elle avait des yeux mais ne voyait rien. Desmond aurait pu lui montrer la beauté du monde quand il n'est plus terni par le carcan familial ni les obligations aussi noires que les idées de leurs aïeuls. Pauvre Sinistra. Déjà mariée deux fois, déjà veuve. Quel âge avait-elle ? Il ne se souvenait plus. En tous cas, une chose était sûre : elle était bien trop jeune pour tout ceci. Il avait appris de loin ce qu'elle était devenue, par le biais d'informations glanées par-ci par-là. Il aimait en savoir beaucoup sur les autres, tout en prenant un soin méticuleux à ne rien laisser transparaître sur lui-même. Il se sentait plus fort ainsi.

"Le droit chemin..." répéta-t-il d'un ton désabusé, en écho à ses propos. "La réalité est relative. Chacun la perçoit à sa manière. Tu n'imagines pas à quel point elle pourrait être différente pour toi, si tu daignais changer de point de vue."

Il savait qu'il perdait son temps. Discuter avec un membre de la famille Lowe était comme se heurter sans cesse à un mur. D'ailleurs, il estimait avoir suffisamment souffert de sa présence. Aussi il tenta de la contourner, dans l'intention de quitter la boutique, sa main toujours fermement serrée autour du sachet en papier caché sous sa cape.
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 588
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Bambi Eyes
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Re: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS EmptyJeu 27 Aoû 2020 - 20:15

Desmond était un Lowe. Aussi n'était-il pas très surprenant qu'il affiche cet air particulièrement sarcastique tel qu'il le faisait toujours. Il semblait s'être construit une carapace que Sinistra, en petite femme bien cruelle qu'elle était, essayait de percer sans le moindre remord. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas posé son regard sur son cousin, mais elle l'avait brièvement aperçu, çà et là, dans les magazines wizards qui prenaient un malin plaisir à écrire toutes sortes de cochonneries pour attirer la vulgaire plèbe. La manoise se mit à rire à la réponse sarcastique tout à la hauteur de Desmond et elle répondit : "Il semble que nous soyons doués, l'un comme l'autre, pour s'inspirer mutuellement". Il y avait bien longtemps que ce genre de piques ne la touchaient plus. "Tu seras ravi d'apprendre que ta condition m'a inspiré mon ouvrage" continua-t-elle de sa voix de petite peste. Un petit sourire moqueur naquit sur ses lèvres. "La Conspiration Moldue" était un ouvrage qui défrayait la chronique en raison du point de vue qu'il exposait au travers des pages. Le titre parlait pour lui-même et Sinistra n'avait pas honte de ce qu'elle avait écrit. Warren, son premier époux, l'avait d'ailleurs aidé comme il avait pu à mettre en ordre ses idées. Elle ne le remerciera jamais assez.

La réponse suivante ne fut malheureusement pas à la hauteur de ses attentes et la jeune femme leva un regard agacé vers le plafond. Changer de vue, et puis quoi encore ? Desmond ne connaissait pas sa cousine et on ne pouvait pas lui en vouloir de ne pas essayer de la connaître. Elle lui avait très tôt démontré une certaine hostilité. Mais quoiqu'il en soit, s'il la connaissait davantage, son cousin saurait qu'elle n'était pas aussi terrible qu'elle le laissait entendre - ou que son ouvrage le laissait entendre. Sinistra n'avait pas le choix du point de vue à avoir, elle avait été élevée comme cela, mariée - vendue ainsi. Même une fois veuve, n'ayant eut aucune progéniture avec son Travers, elle n'avait pas tant eu le choix. La jeune femme aurait pu se marier à Addison mais vraiment, épouser son meilleur ami la rendait malade. Alors elle avait jeté son dévolu sur Ulysse, si on pouvait dire ça comme cela. Et Ulysse, Ô Ulysse était le pire. Tellement le pire. "C'est toi qui dit cela ?" lança-t-elle en lui bloquant le passage comme la personne insupportable qu'elle savait être parfois, "le renié ?".
Revenir en haut Aller en bas
Desmond Lowe

Desmond Lowe


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 68
| AVATARS / CRÉDITS : Ben Whishaw *o* - Mordicus (c)
| SANG : Sang Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une falaise de l'île de Man
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Re: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS EmptySam 5 Sep 2020 - 15:36

La Conspiration Moldue. Comment oublier ce livre infâme ? Desmond l'avait repéré chez Fleury et Botts, alors qu'il flânait pour trouver de nouvelles lectures. Bien évidemment, il ne l'avait pas acheté, mais il se souvenait encore de l'expression de Murphy quand elle était tombée sur l'ouvrage. Elle l'avait pris entre ses doigts blancs, l'avait feuilleté. Elle était devenu livide. La lueur habituelle qui dansait dans ses yeux, mélange d'étincelle de malice et de bonne humeur, s'était éteinte. Ca avait été la première et unique fois où il l'avait vue aussi déstabilisée. Desmond s'était avancé, s'était saisi du livre à son tour.

"C'est juste un bouquin."
avait-il marmonné, indifférent.
"C'est bien plus que ça." avait-elle répliqué dans un murmure anxieux. "C'est le début de la fin."

Murphy était une née-Moldue. Elle savait de quoi elle parlait. Ce genre de choses lui faisait très peur. Desmond s'en inquiétait également, mais il savait aussi qu'il était capable de se battre pour elle, pour la protéger. A n'importe quel prix.

Il lui avait pris l'ouvrage des mains, l'avait claqué contre celui qu'il tenait toujours, et les avait tous deux jeté dans le rayonnage d'un geste empreint de rage et de dédain.

Ce jour-là, Murphy était restée absente et silencieuse, ce qui ne lui ressemblait pas. Desmond avait redoublé d'efforts pour la rendre plus joyeuse -de sa part, c'était un effort surhumain- mais rien n'y fit. Au bout d'un certain temps, la jeune femme avait déclaré, le visage caché par ses boucles blondes :

"Tu sais mieux que quiconque pourquoi ça n'ira jamais."

Desmond avait cligné des yeux sans comprendre. Encore aujourd'hui, il se demandait ce que son amie avait voulu dire. Ils n'en reparlèrent plus jamais.


Le livre écrit par sa cousine était donc auréolé d'un parfum de mystère. Desmond n'y avait pas mis le nez pour autant. Il n'était pas curieux de connaître le contenu des pages ; il s'en faisait une idée sans doute pertinente. En revanche, il aurait aimé apprendre ce qui avait causé tant d'émoi chez son amie. Son appréhension des relations humaines lui interdisait de relancer le sujet. Et surtout, il ne voulait pas rappeler à Murphy la peine qu'elle avait ressenti ce jour-là.

Le pianiste avait pensé à tout ceci pendant que Sinistra prenait ses grands airs et lui barrait la route. Il était d'un naturel indifférent, si bien qu'elle considéra son comportement comme une habituelle impolitesse. Tout chez lui avait l'air de l'agacer, alors pour quelle raison aurait-il fait le moindre effort ? Les mots de sa cousine glissèrent sur lui comme des lames émoussées sur un corps étranger : il ne ressentit absolument rien.

"C'est tout ce que tu as à la bouche ?"

Son regard perçant se planta dans le sien.

"J'ai été renié et je n'en ai pas honte. C'est ce que mes parents ont fait de mieux me concernant."

L'épreuve avait été difficile. Chaotique. Il en avait énormément souffert, avant de réaliser qu'il avait eu beaucoup plus mal durant toutes les années où il avait essayé en vain de leur plaire. Se conformer. La pire des punitions que l'on peut s'auto-infliger.

"Tu n'as pas idée à quel point elle est belle..."
articula-t-il doucement.

Ses yeux devinrent rêveurs tandis qu'il fixait toujours Sinistra. Mais ce n'était plus elle qu'il voyait. Il était au-delà.

"... la liberté." expliqua-t-il, presque espiègle.

Il aurait tant aimé qu'elle se réveille, qu'elle s'échappe de son carcan sur mesure. Desmond n'avait pas un mauvais fond. Il était capable de lui tendre la main, mais encore fallait-il qu'elle veuille être sauvée.
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 588
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Bambi Eyes
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Re: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS EmptyMer 9 Sep 2020 - 13:32

Sinistra avait toujours été une peste, c'était inscrit dans son ADN. Qu'y pouvait-elle ? Elle était une sorcière cruelle, et langue de vipère, c'était sans aucun doute son plus gros travers. Il était drôle, pensait-elle, de s'acharner parfois sur ceux qui le méritaient. Desmond en faisait parti. La mannoise n'avait pas été une tortionnaire à l'école de magie, elle avait fait ses classes dans une certaine discrétion. Très douée, comme sorcière, mais née fille et donc, incapable de travailler. Enfin, c'étaient les mots de son père et de son nouvel époux, pas les siens, ni ceux de son premier mari. Warren avait été ouvert d'esprit à son égard et bien qu'amoureuse de quelqu'un d'autre, elle n'avait même pas été tant déçue que cela d'avoir sa main. Ils formaient disons-le, un couple assez équilibré. Le déséquilibre maintenant entre elle et Ulysse était d'autant plus frappant. "Il est vrai" acquiesça-t-elle pour une fois ses paroles, "mais il est certain que te laisser venir au monde était une erreur". C'était rude, mais parfois, il fallait quelques phrases piquantes pour se faire entendre. Sinistra savait le faire, elle était piquante, désagréable, mauvaise. Pensait-elle réellement ses paroles ? C'était une autre histoire. Elle avait l'habitude d'être cruelle et d'écraser les autres sous son talon. Cela ne voulait pas dire qu'au fond d'elle-même, elle était d'accord avec cela. Qui sait, peut-être enviait-elle un peu Desmond, sous une bonne grosse couche de déni. Mais ça, elle le découvrira plus tard.

   Lorsqu'il évoqua la liberté, Sinistra étouffa un rire, comme s'il était un illuminé. "Je suis là devant toi, ne suis-je pas libre ?" claqua-t-elle sans attendre de réfléchir davantage au sens de ses paroles. Oh, elle avait compris ce qu'il voulait dire. Mais s'il savait, s'il savait la vérité ! Certes mariée, la jeune femme n'en demeurait pas moins bien plus libre qu'il ne semblait le croire. Des aventures, elle en avait, et pas qu'un peu. Elle prenait son époux pour un sombre imbécile aussi violent et intolérant fut-il. "Ta prétendue liberté te conduit seul, ici, à Barjow & Beurk… Comme quoi, l'on ne coupe pas totalement de là où on vient, n'est-ce pas, cousin Desmond ?".
Revenir en haut Aller en bas
Desmond Lowe

Desmond Lowe


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 68
| AVATARS / CRÉDITS : Ben Whishaw *o* - Mordicus (c)
| SANG : Sang Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une falaise de l'île de Man
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Re: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS EmptyLun 10 Mai 2021 - 10:29

Tandis que Desmond la considérait d'un oeil méprisant, il s'interrogeait sur sa propre vie en la superposant à la sienne. S'il n'avait pas dérogé aux règles instaurées par l'illustre famille des Lowe, que serait-il advenu de lui ? S'il était entré dans le moule que des générations avant lui avaient façonné sur mesure ? Identique. Etriqué. Lamentable. A l'heure actuelle, il aurait été marié, sans doute père d'un petit Lowe ou deux, des enfants fiers de leur souche consanguine et de leur supériorité absurde.

Les paroles de Sinistra eurent l'effet d'une caresse sur lui. Rien émanant de sa cousine ne pouvait heurter son esprit pourtant fragile. Elle n'en connaissait pas les mécanismes, puisqu'elle ne s'était jamais intéressée à lui. Depuis toujours, les Lowe manquaient de discernement concernant ce vieil adage : sois proche de tes amis, mais encore plus de tes ennemis. Pourtant, cela leur aurait été fort utile.

A la dernière pique de Sinistra, Desmond jugea préférable de dévoiler le sachet qu'il avait rangé sous sa cape.

"De la poudre de Mandragore." dit-il, placide. "Elle est à meilleure prix ici que sur le Chemin de Traverse."

Il en ouvrit le bord afin qu'elle puisse vérifier par elle-même. Un Lowe ne croit que ce qu'il voit, après tout. Puis, il rangea de nouveau le sachet dans une poche. Sa cousine n'avait pas besoin de savoir qu'il avait des insomnies de plus en plus fréquentes et interminables, et que les potions de Sommeil ne faisaient effet que s'il y ajoutait un peu de Mandragore. C'était l'unique façon pour lui de dormir. Les cernes sous ses yeux témoignaient de la difficulté qu'il avait rencontré d'obtenir cet ingrédient.

"Désormais, tu connais mes plus sombres secrets." reprit-il, sarcastique. "Pourrais-je savoir ce que toi, tu fais en pareil lieu, chère cousine ? Ce n'est certainement pas pour une promenade de santé."

Les familles de Sang-Pur clairement orientées vers le Mal n'avaient aucune raison de se justifier de se rendre sur l'Allée des Embrumes, et Desmond se demandait justement jusqu'à quel point Sinistra avait plongé dans les ténèbres.

"Cherches-tu quelque objet récréatif pour punir ton Elfe de Maison ?"

Une lueur narquoise passa dans le regard sinistre du pianiste. Il fixait sa cousine sans ciller, impatient de voir sa réaction. Stubby lui avait raconté ses "mésaventures" avec elle, et de quelle manière elle l'avait giflé. Depuis qu'il avait appris cela, il la portait encore moins dans son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 588
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Bambi Eyes
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Re: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS EmptyMer 19 Mai 2021 - 4:14

Il ne fallait pas être devin, à cet instant pour voir que les cousins Lowe ne s'appréciaient pas. Aussi loin qu'elle se souvenait, Sinistra lui avait toujours copieusement fait la guerre. Il ne le lui rendait pas nécessairement bien, mais l'âge l'avait sans doute rendu plus hargneux... Comme un scrout enfermé trop longtemps dans une cage. N'importe quel passant louche, en se penchant pour regarder à travers les vitres sales et collantes de Barjow et Beurk en ressentirait sans doute tellement d'animosité qu'il partirait sur le champ. La sorcière, pourtant, avec ses mèches si blondes, ne paraissait pas si sinistre. C'était le cas, pourtant, surtout lorsque se trouvait sur son chemin, son fameux cousin, Desmond Lowe. Il s'expliqua sur la raison de sa venue sans pourtant que ça ne l'anime plus que cela. Desmond pourrait mentir mais après tout, en avait-elle seulement quelque chose à faire ? Ce qu'il faisait de sa vie l'importait peu, il avait déjà sali leur nom. La petite peste avait simplement envie de se montrer désagréable, pour avoir le plaisir de lui pourrir la journée. Qu'il ressasse qu'il avait vu une membre de sa famille pour qu'il ne se concentre pas sur autre chose, notamment sa musique vulgaire chantée par un chanteur qui l'était tout autant. Elle retroussa un peu le nez en vérifiant l'article avant de lever les yeux au plafond, comme si c'était particulièrement inintéressant. Il lui retourna naturellement la question, s'autorisa une bravade même qui la fit lever un sourcil pour le regarder de haut en bas. « Tu te trompes sur mon compte » fit-elle d'une voix légèrement plus haut perchée qu'elle ne l'aurait voulu, « je n'ai jamais levé la main sur mon elfe et encore moins commandé de se flageller ». Elle fit une pause avant d'ajouter : « C'est tellement classe-moyenne. L'indignité... Tu en sais quelque chose ». La jeune femme fit mine de soupirer en resserrant ses mains contre elle. « Quoique t'ai dit ton douteux ami, c'était faux ». Elle ne savait pas, bien entendu, ce qui avait été dit, ni même s'il lui avait dit quelque chose. En réalité, elle en était persuadée, non seulement parce qu'elle avait parfois des tendances paranoïaques mais également et surtout parce qu'elle l'avait suffisamment entendu jacasser de façon déplacée quand elle était venue régler leurs comptes. Même si bien entendu, elle nierait s'il la mettait face à la gifle monumentale qu'elle lui avait collée. Mais voilà, la Lowe ne regrettait pas le moins du monde. Après tout, les autres sont si petits et si bas qu'il est inutile d'en faire toute une patacitrouille, non ? « Mais dis moi donc » l'invita-t-elle d'un air affable, « qu'a-t-il dit ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Desmond Lowe

Desmond Lowe


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 68
| AVATARS / CRÉDITS : Ben Whishaw *o* - Mordicus (c)
| SANG : Sang Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une falaise de l'île de Man
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Re: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS EmptyLun 31 Mai 2021 - 18:37

Sinistra pouvait raconter ce qu’elle voulait et faire bonne figure. Le mensonge était la seconde langue de leur “honorable” famille. Desmond ne saurait jamais si elle disait vrai au sujet de son Elfe et en réalité, il s’en moquait. La condition des Elfes de Maison était regrettable la majorité du temps. Ils étaient traités pire que des hiboux par certains sorciers. Cela faisait partie des aléas de la vie. Quand on naît Elfe, on est destiné à souffrir. Quand on naît Lowe, il en est de même si l’on montre un visage différent. Le pianiste ne regrettait pas d’avoir tourné le dos à sa famille. C’était l’une des seules choses dont il se sentait fier. Ne pas avoir courbé l’échine. S’être affirmé. Son art était ce qui le maintenait en vie. Jamais il n’aurait échangé sa liberté contre un carcan de velours. A présent que son ancienne existence lui semblait loin, il éprouvait une certaine pitié pour Sinistra, ainsi que pour tous ces gens qui se contentaient d’une vie médiocre.  

Les paroles de sa cousine glissaient sur lui sans l’atteindre. Elle faisait partie du passé. Il avait avancé dans un monde de musique et laissé tous les Lowe derrière lui. Un rictus torve naquit à la commissure de ses lèvres en entendant sa question. Cette toute petite question qui dévoilait la pauvreté de son jeu. L’air de rien, elle demanda ce que Stubby Boardman avait dit sur son compte. Desmond plongea un regard scrutateur dans le sien. Au-delà de son air affable, il décela une fragilité. Une faille. Tout ce qui la caractérisait était faux, de ses manières à son assurance pleine de mépris. Oui vraiment, elle lui faisait de la peine.  

— Je suis persuadé que quelqu’un de ton rang se moque bien des commérages d’un chanteur de rock’n’roll, déclara-t-il d’un ton sirupeux.  

Il la fixa sans ciller, et sans se départir de son rictus. Puisqu’elle voulait jouer, il n’allait pas se montrer conciliant. Cependant, il se retint de la mettre échec et mat.  

Quelque chose se bat à l’intérieur d’elle. Elle est en conflit avec elle-même.

Porter un coup fatal reviendrait peut-être à la fermer définitivement à l’éveil. Desmond se laissa happer par une pensée rêveuse : une autre Lowe allait-elle quitter le clan sous peu ? Improbable. Impossible. Et pourtant... Il en avait eu l’audace. Quelqu’un d’autre possédait forcément cette force. Peut-être l’avait-il en face de lui ?  

— L’indignité revient à la mode, à ce qu’il paraît. Toi qui es si soucieuse de ton apparence, tu risques d’y être bientôt confrontée. Salutations, cousine.

Il agrémenta sa réplique par un bref signe de la tête avant de contourner Sinistra et de transplaner. A l’avenir, il planifierait ses déplacements sur l’Allée des Embrumes dans la matinée ; sans doute qu’à cette heure de la journée, il y ferait moins de mauvaises rencontres.  

 
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 588
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Bambi Eyes
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Re: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS EmptyMer 2 Juin 2021 - 1:25

La conversation venait de lui échapper. Sinistra le sentait, sans savoir trop comment, par quel miracle c'était le cas. Les paroles de son cousin Desmond étaient aussi incisives que des lames aiguisées par un professionnel et la sorcière avait finalement perdu l'habitude de faire des joutes verbales avec de bons adversaires. Car en effet, souvent, la mannoise se contentait de ne pas déclencher de réelles bagarres avec d'autres sang-pur de son rang. Là, il était un sang-pur désormais de rang inférieur et elle avait eu un excès d'orgueil. Certes, elle aurait dû n'en avoir rien à faire des commérages d'un imbécile immature. Mais tout de même. Elle était autrice, elle avait donc une source de revenu - ce qu'Ulysse n'acceptait réellement pas. Elle ne voulait pas que les ventes de son ouvrage s'effondrent parce que quelques mauvaises paroles seraient proférées par cet imbécile. « Certains ont une réputation à tenir » fit-elle en claquant sa langue d'un air impatient. Desmond n'avait plus de réputation de toute façon. Il l'avait faite implosée en allant jouer au paysan trivial sur une scène pour gens désespérés et aux goûts mauvais.
Mais voilà, voilà que son cousin ajouta quelque chose avant de disparaître dans un plop! sonore. La jeune femme resta médusée dans la boutique de Barjow, oubliait même pourquoi elle était venue à la base. Recroiser ce vieux fantôme de son passé la perturbait plus que de raison, peut-être parce que Desmond avait toujours eu le don de bien parler et de toucher juste. Ils ne s'étaient jamais compris, n'étaient même pas vraiment de la même génération de toute façon. Quoiqu'il en soit, elle jeta un coup d'oeil au gérant qui attendait qu'elle se décide et se détourna, sourcils froncés, pour quitter la boutique sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty
MessageSujet: Re: Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS Empty

Revenir en haut Aller en bas

Les crânes poussiéreux de Barjow | CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-