GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyMar 25 Aoû 2020 - 23:14




Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune
Beati pauperes spiritu.



   Quelle curieuse, curieuse soirée qu'Ana passait ce soir. Non contente de lire un livre de sept cent pages - elle en était à la page 348 - elle était finalement sortie avec Julian après que celui-ci l'ait convaincu que c'était pour son bien de voir un peu de monde. Après dix minutes de moues répétées et de paroles manipulatrices, elle avait cédé - parce qu'elle en avait un peu envie aussi - pour aller boire un verre au Chaudron Baveur. Elle aimait bien ce petit endroit, tout glauque fut-il. Elle connaissait tout à son sujet et elle était par ailleurs ravie d'apprendre que non, elle n'était pas la première moldue à y mettre un pied. Peu savaient qu'elle en était une, pour sa propre sécurité, mais le tenancier, Tom, l'appréciait bien et lui offrait souvent quand elle venait le soir un petit shot de ce qu'elle voulait. Il savait qu'elle aimait bien l'alcool mais surtout, il savait qu'elle ne le tenait pas du tout.

La soirée avait démarré sous les meilleurs auspices, en tout cas, pensait-elle. Julian lui avait payé un verre de bière - pas une pinte, notons la différence - et Tom s'était proposé pour lui faire finir la soirée avec ce qu'elle voulait. Ce n'était sans doute pas une idée très recommandable pour elle qui tenait si mal les degrés d'alcool. Quoiqu'il en soit ! Elle sirotait son verre en jetant des regards autour d'elle. Elle en était à la moitié lorsque… "Il est où, Julian ?". Tom, qui était occupé à écouter les déboires d'un autre client, se retourna tout surprit vers elle : "Il est parti, tu t'en es pas rendue compte ?". Gloups. Non. "Mm... Je peux acheter ça, s'il-te-plaît ? C'est combien ?". Ainsi commença le terrible calvaire d'Anastasia.
   Une heure environs plus tard, le tenancier la faisait sortir par l'arrière boutique directement sur le Chemin de Traverse. Il faisait particulièrement sombre, elle n'y voyait pas à un mètre devant elle, et ses mains accrochées à sa bouteille de vin rouge, elle regardait tout autour d'elle en soupirant tristement. "Mm..." - comment diable allait-elle rentrer chez elle ? Non seulement il faisait nuit, mais en plus, l'esprit embrumé par son verre de bière brune ET par le quart de la bouteille de vin qu'elle avait bu… Elle en était au stade où elle confondait la droite et la gauche. Loin de perdre son esprit très logique malgré l'alcool, Ana décida d'attendre un peu. Pris de remords, Tom allait forcément revenir lui ouvrir, non ? Il n'allait pas oublier. Bien sûr que non, il n'allait pas oublier.

Une demi-heure plus tard et arrivée à la moitié de sa bouteille, Tom n'était toujours pas revenu, la nuit était tombée d'autant plus vite qu'il n'y avait qu'une demi-lune pour éclairer le chemin de Traverse. Admettons-le, un frisson d'angoisse assez désagréable s'invita sur l'avant-bras de la jeune femme qui finalement, descendit de sa caisse. Le ventre remplit de vin - elle s'accrochait toujours bien fort à sa bouteille pour se donner de la contenance - elle décida qu'il fallait qu'elle rentre chez Julian. Peu importe comment. Anastasia marcha sur quelques pas avant de ressentir une peur panique qui lui arracha quelques larmes. Il y avait des craquements angoissants et des rires qui semblaient bien lointains, mais si proches, tellement gras... Elle ne se sentait pas bien du tout. Son jumeau était parti sans elle, sachant qu'elle ne tenait pas l'alcool, sachant qu'elle n'avait pas de baguette. Et Tom, aussi sympathique fut-il, en avait eu marre qu'elle soupire tristement au comptoir et qu'elle envoie bouler tous les hommes qui s'intéressaient à elle pour la faire boire. Abandonnée sur le Chemin de Traverse, sans savoir comment elle allait pouvoir rentrer chez elle, elle rebut une gorgée. Le regard un peu perdu dans ce noir dont elle distinguait rien, Anastasia n'avait même pas vu qu'une baguette armée d'un Lumos s'avançait vers elle et elle percuta, sans le vouloir, le sorcier en question : "Je suis vraiment désolée, pardon pardon" fit-elle, sans s'arrêter. Elle renifla bruyamment, toujours accrochée à sa bouteille de vin. Elle ne savait même pas où elle allait.

CODAGE PAR AMATIS




(736)


Dernière édition par Anastasia A. Appleton le Lun 31 Aoû 2020 - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 101
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyMer 26 Aoû 2020 - 3:14

Nuit sombre. Habitué à frôler ces pavés, Lachlan évoluait dans l’ombre avec une facilité déconcertante, comme si les ténèbres étaient son royaume. N’était-ce pas un peu le cas ? Tel un animal de l’ombre, il esquivait les silhouettes alentours, anticipant les rires avant de les rencontrer, drappé dans sa cape aussi obscure que ce qui l’entourait. Mackenzie l’avait retenu, prétextant un inventaire bidon avant de lui souler le gosier avec un alcool frelaté, tandis qu’ils échangeait des histoires  de Quidditch. T’étais si bon Lachlan. Oui, je sais. T’avais le ciel à tes pieds. Certes. T’aurais pu éblouir ce monde là. Oui, et puis… Un cognard. Ils ne l’évoquaient jamais, le savaient pourtant tous les deux. Son monde s’était cassé ce jour là. Son crâne aussi, malheureusement, et depuis, plus rien n’avait jamais été pareil. Mais écouter le vieux Mackenzie causer, ça l’apaisait étrangement. Jusqu’à ce qu’il ne puisse plus, et qu’il s’enveloppe dans sa cape avant de se laisser engloutir par les ténèbres.

Arrivé à un croisement, des gens l’avaient frôlé, et il n’aima pas ça. Oh non. Plongé dans des souvenirs de Quidditch, Lachlan voulait évoluer seul dans l’ombre, se laisser porter par ses pas. Il aurait pu, bien sûr, enfourcher son balai et voler loin, très loin, retrouver la chaleur de son chalet et picoler, seul, et alors ? L’habitude. Mais non, il avait failli cogner un petit groupe, ça l’agaça. Il préférait marcher pour estomper l’alcoolémie, éviter l’accident qui aurait pu lui coûter bien plus qu’autrefois. Sortant sa baguette, il lança un Lumos, plus pour signaler sa présence à autrui que vraiment esquiver les autres, chauve-souris qu’il était pourtant.

Bifurquer, tout à coup. Lachlan se sentait bien, prêt à s’envoler très bientôt quand une silhouette titubante lui rentra dans le lard. Encore ? Pas le moment. Il entendit des excuses, n’en eut que faire et faillit poursuivre sa route. Mais, quelque chose l’arrêta. Le cogna. Balai au sol, merde. La voix, tout à coup, lui évoqua quelque chose. Sérieux ? « Gamine, qu’est-ce que… ? » Collée dans ses jambes, elle se confondait en excuse, et il eut un petit mouvement de recul, sa main quand même calée sur son épaule peu stable. De son autre main, il agita son Lumos pour analyser le bordel. La gamine était passablement éméchée, une bouteille de vin dans la main, complètement à côté de la plaque. À peine si elle tenait debout. Calant son bras sous le sien, il la redressa sans y mettre beaucoup de douceur, la laissant un peu d’appuyer sur lui. « Hey, ça va ? » Sa baguette atterrit entre ses dents, et il lui subtilisa la bouteille de vin, trop faible qu’elle était pour s’y opposer. Devant ses yeux, il vit qu’elle était bien trop entamée pour l’heure de la soirée. Par instinct, il renifla la bouteille débouchonnée et réalisa rien qu’au nez que c’était une piquette ignoble. Sa grimace parla pour lui, et il la jeta au loin. Le verre claqua, suivi d’un bruit de liquide répandu sur les murs. « Faut pas boire ça. » Elle était contre lui, et il ne savais pas bien quoi faire. Elle était seule, visiblement triste, et de sa main droite, il récupéra sa baguette. « Faut pas traîner dans la rue à des heures pareilles. C’est pas sûr. » Ok, la gamine l’insupportait, pas pour autant qu’il lui souhaitait du mal. Elle tenait à peine debout. Merde. Merde. « ANA ! » Sentant qu’elle n’était pas bien attentive, il essaya d’attirer son attention, claquant des doigts en tenant toujours son bout de bois lumineux devant ses yeux. Lachlan était un enfoiré, mais il n’allait pas la laisser comme ça, la soutenant toujours pour lui éviter la gamelle. Par contre, si cette mésaventure pouvait se finir vite, merci, ça lui irait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyMer 26 Aoû 2020 - 3:51




Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune
Beati pauperes spiritu.



En marchant, Anastasia savait qu'elle se mettait éventuellement en danger puisqu'elle se ferait plus facilement repérer. Et elle savait, même si elle avait bu, combien quelqu'un comme elle était vulnérable par les temps qui courraient. Elle savait pour la guerre sorcière et elle savait combien les moldus comme elle pouvaient être chassés. Et en titubant sur le Chemin de Traverse, des films épouvantables défilaient sous ses yeux à défaut de voir le pavé. Elle ne savait pas ce qu'ils faisaient aux gens comme elle. Son cerveau bloquait automatiquement sur le pire qui pouvait arriver, comme si elle n'était pas assez angoissée à l'idée de marcher toute seule dans la nuit noire dans le simple espoir de retrouver le chemin jusqu'à l'appartement de son frère. Son frère qui habitait dans les quartiers moldus, pas sorciers. Aucune chance de s'y retrouver. Et dans cet état-là... Quelques rires un peu plus haut la firent frissonner, Ana s'imagina très bien un groupe de jeunes hommes qu'elle n'arriverait pas à éviter. Et comme toute femme censée, en mille neuf cent soixante dix-huit, elle crevait de peur. Pendant ce temps, sans doute, son frangin dormait ou finissait la soirée avec ses amis. Bien accrochée à sa bouteille comme s'il s'agissait d'une bouée de sauvetage, elle heurta brusquement quelqu'un.
La suite fut assez chaotique, elle reconnu la voix de Lachlan sans s'arrêter dessus. Anastasia avait toujours l'alcool triste lorsqu'elle buvait. Et elle eut un nouveau hoquet en l'entendant lui demander si ça allait. Non ça n'allait pas. Ça n'allait pas du tout. Elle ne sentit même pas vraiment lorsqu'il l'a stabilisa. Elle vivait dans un monde de coton où tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle était toute seule, éventuellement avec une homme qu'elle ne connaissait même pas. Ana eu peur. "Ma bouteille…" - la thésarde envoya vaguement une main molle pour la rattraper mais elle finit contre un mur. De nouvelles grosses larmes de craquage psychologiques se posèrent dans ses paupières avant de dévaler la courbe de ses joues. C'est pas sûr ? C'est pas sûr de traîner à cette heure dehors ? Parce qu'elle y était pour quelque chose, peut-être ? Elle n'avait rien fait d'autre que d'accepter d'aller boire un verre avec son frangin, verre qu'il avait quand même payé, merci bien. Et maintenant, elle était toute seule. Toute seule parce qu'il l'avait laissé tomber et ce n'était pas la première fois. Bien que le rejet, habituellement, ne faisait pas aussi mal. Les yeux complètement perdus dans le décor, la jeune femme sursauta brusquement lorsqu'il la rappela à l'ordre. "Laissez-moi tranquille, s'il-vous-plaît" marmonna-t-elle en essayant de se dégager doucement, trop pour se défaire quand même de la présence de l'homme, "je sais que c'est dangereux mais c'est pas à moi qu'il faut dire ça, c'est à mon frère !". La voix d'Anastasia se brisa sur ce dernier mot et elle pleura de plus belle en s'essuyant les joues de façon rageuse. Elle ne voulait pas pleurer devant lui. Elle avait honte de se montrer faible. Mais il était tard. Trop tard, sans doute.  
"Je sais même pas comment rentrer chez lui" avoua-t-elle en levant une main tremblante vers son visage pour essuyer une larme alors que de nouvelles glissaient toujours sur ses joues, "il est parti sans même me prévenir, j'suis toute seule". Anastasia ne se rendait même pas compte de la façon dont elle s'exprimait. Ses yeux bruns se posaient partout, sauf sur le visage de son interlocuteur. Elle le faisait chier, sans doute, clairement. "Je vais… Je… Je vais me débrouiller, comme d'hab".

CODAGE PAR AMATIS




(644)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 101
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyMer 26 Aoû 2020 - 15:01

Mais pourquoi, pourquoi par Godric ça lui arrivait à lui, ça ? Le digestif avait laissé une saveur douce-amère sur son palais, et il rêvait de rentrer dans son chalet isolé et se fondre sous la douche pendant des plombes avant de s’enfoncer dans un fauteuil. Au lieu de ça, il subissait les assauts de larmes enivrées. Pas tellement pour le mettre à l’aise, ça. Cette gamine n’arrêtait pas de pleurer ces derniers temps, et là, pour une fois, ca n'était pas sa faute ! En réalité, Ana avait de la chance d’être tombé sur Lachlan plutôt que sur un sale profiteur aux mains baladeuses, voire pire. Elle chouinait, comme un espèce de grand bébé mais version bourré, qui cherchait son biberon pour mieux continuer à régresser. Trop tard, le biberon était éclaté, et à moins de lécher les briques, elle ne pouvait pas continuer à se décoller le crâne.

Elle essayait de se dégager, la gosse. Réflexe d’auto-défense, il comprenait ça, sûrement qu’elle avait peur. Il était un homme, elle était saoûle, il faisait noir. Il la laissa un peu se décaler, restant à portée pour rattraper sa carcasse si jamais elle faisait un pas de côté. Sa main traînait non loin de son flanc, comme un appui protecteur instinctif. Et elle lui parla de son frère. Lachlan haussa un sourcil, pas tellement intéressé par les confidences à cette heure un peu avancée. Plus elle lui confiait des trucs, plus il se sentait mal à l’aise parce qu’il n’avait pas envie de nouer quoi que ce soit avec elle. Mais en même temps, qu’est-ce qu’il pouvait faire ? La caler sous un porche et la laisser dormir, en priant pour qu’aucune mauvaise âme ne vienne lui faire du mal ? Quand même. Son salaud de frère semblait donc l’avoir abandonnée pour la soirée, et Lachlan n’aimait pas bien l’idée. Jamais il n’aurait laissé les jumelles dans cet état, quand elles voulaient encore bien lui parler. Maintenant, elles se débrouillaient sans le grand frère, c’était comme ça. « Il est où votr’ frère ? » Il ne sut pas bien si elle lui répondait vraiment, ou si elle s’était lancé dans un monologue comme seuls les gens dans les limbes alcoolisées savaient le faire, mais il comprit qu’il était bien parti comme un vaurien, et qu’elle ne savait plus mettre un pied devant l’autre pour rejoindre son chez-lui. Bon…

Elle voulait se débrouiller seule, oh douce fierté et trop plein de confiance des gens avinés. Secouant la tête parce que le babysitting, ce n’était clairement pas son truc, Lachlan l’approcha avec un peu plus de douceur cette fois pour éviter qu’elle ne fasse un écart et ne se prenne les pieds dans ses propres grandes jambes. Elle lui évoquait un bébé biche, un p’tit faon qui apprenait à marcher. « Venez là… » Sa main glissa doucement le long de son bras qui était bien trop frais. C’est qu’elle n’était pas bien couverte pour l’heure. Finalement, il attrapa sa main, sans brusquerie, mais fermement, et l’emmena à sa suite tandis qu’il reprenait son très cher balai en se baissant. Quelques mètres plus loin, un pas de porte, une petite marche qui avait l’air propre . Il la cala devant et l’invita à s’assoir, posant son moyen de transport contre le mur. « Allez, on s’pose deux minutes avant de se débrouiller toute seule, comme une grande. » Elle n’était pas docile, un peu farouche, la croqueuse de bouquins. S’agenouillant à sa hauteur, il lui releva le menton pour qu’elle le regarde sans trop y mettre les manières. Que voulez-vous, on ne se refaisait pas. « Déjà, vous allez arrêter de chouiner comme ça. Vos larmes vont pas miraculeusement vous transplaner chez vot’ frangin. » Était-elle en état, d’ailleurs, de transplaner ? Sûrement pas. Bon. C’était quoi la prochaine étape ? Farfouillant dans sa poche, il trouva une flasque à moitié remplie de… bref, ne posez pas de question. D’une traite, il finit le liquide qui s’y trouvait - bonne idée ? Peut-être pas. « Bon, paniquez pas, y va faire noir. » Achevant son Lumos, il lança un Aguamenti au goulot du contenant et le vida, pour éviter de lui faire un rinçage de bouche avec ce qu’il y avait dedans avant, puis répéta le sort avant de lui tendre. La lune éclairait faiblement sa silhouette, et il espérait qu’elle le voyait quand même malgré le fait qu’elle n’avait clairement pas les yeux en face des trous. Dans le doute, il lui cala entre ses doigts gelés. « Buvez. C’est bon pour c’que vous avez. »
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyMer 26 Aoû 2020 - 18:38




Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune
Beati pauperes spiritu.



    Gros gros craquage psychologique, ce que nous faisait Anastasia. C'était sans doute le craquage de la jeune femme qui réalise un peu à la dure qu'on en a rien à faire d'elle. Oh bien sûr, elle comptait pour certaines personnes, mais apparemment pas autant qu'elle le pensait pour celles qui en valaient la peine. Son jumeau venait de la laisser tomber pour aller s'amuser ailleurs, comme si rien ne comptait et que non, il n'y avait pas de guerre dans le monde des sorciers. Il avait toujours été le plus immature des deux et elle avait toujours été celle qui le défendait corps et âme. "Non, ce n'est pas de sa faute, c'est la mienne" et blablabla. Finalement, elle avait peut-être bien cherché son abandon, à lui pardonner toujours tous ses travers. Alors elle ne savait pas où il était, pardi, sans doute chez lui ou chez un copain. Ana, à ce moment-là, n'en avait rien à faire. L'angoisse rampante de la nuit ne l'aidait pas à calmer ses nerfs, bien qu'elle y mettait du sien. La thésarde n'eut aucune réaction particulière lorsqu'il posa sa main sur son bras, bien que son cerveau lui criait que c'était un code rouge, une alerte violette, bref, vous voyez le truc. Le fait est qu'elle ne connaissait de cet homme pas grand chose sinon qu'il était une ancienne star du Quidditch, envoyé au tapis par un cognard, reconverti en vendeur dans un magasin sorcier. Ce n'était pas suffisant pour la mettre en confiance alors qu'elle était quand même alcoolisée comme un poivrot debout à quatre heures qui finissait sa nuit par un petit jaune. "Vous allez pas me faire de mal, hein ? S'il-vous-plaît". Question complètement stupide, mais lucidité de la personne ivre. Elle le suivit malgré tout docilement, la tête affligée de questions, de craintes aussi. Elle était une moldue dans un quartier sorcier à l'heure où il ne faisait pas bon de ne pas avoir de pouvoirs magiques. Elle était une femme de vingt-cinq ans (bientôt vingt-six !), alcoolisée, plutôt jolie. Un cocktail disons-le, sacrément explosif.

   Anastasia finit par s'asseoir un peu malgré elle - et surtout parce qu'elle ne tenait plus véritablement debout - en le suivant du regard alors qu'il s'agenouillait devant elle pour lui demander d'arrêter de chouiner. Ce ne furent pas vraiment ses mots qui provoquèrent cela, mais l'évocation du terme "transplanage" lui arracha un rire complètement défait. Transplaner. Tu parles. "Même si j'le voulais, je pourrais pas transplaner" avoua-t-elle du bout des lèvres. Heureusement qu'il faisait nuit, au moins, il ne voyait pas la couleur écarlate qu'avaient pris ses joues habituellement si pâles. Tout comme, même si elle le voulait, elle ne pouvait pas juste acheter un balai pour sauter dessus et essayer de voir s'il pourrait la faire monter à quelques mètres de hauteur. Dans sa lucidité alcoolique, elle préféra ne pas remettre le sujet sur le tapis. Le regard de l'homme l'avait quelque peu hanté une fois qu'elle avait quitté sa boutique. Anastasia s'enfonça sur le pas de la porte pour coller son dos contre cette dernière et ramener ses jambes vers elle, en guise de protection, comme si c'était efficace. Comme si cela allait la protéger d'un sorcier, elle qui n'avait même plus sa bouteille de vin pour se défendre. Un nouveau frisson agita ses avant-bras lorsque la lumière disparu et la jeune femme continua d'essuyer ses maudites larmes. Elle devait se calmer. C'était stupide de craquer comme ça, complètement débile, même. La thésarde se retrouva avec une flasque entre les doigts et malgré l'alcool qui se promenait dans son cerveau, elle comprit que non, ce n'était pas du vin, c'était de l'eau. Elle en bu une large gorgée avant de soupirer avec son air de jeune femme complètement triste qui lui avait valu de se faire expulser du Chaudron Baveur par Tom, le tenancier.

CODAGE PAR AMATIS




(692)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 101
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyDim 30 Aoû 2020 - 10:37

La gosse avait arrêté de chouiner, plus ou moins, ce qui était déjà pas si mal quand on y pensait. Evidemment, elle était morte de trouille, mais il n’avait pas répondu à sa question étrange, quoi que légitime. S’il avait voulu lui faire du mal, ça serait déjà fait. Et puis, elle aurait pu supplier tant qu’elle voulait, ça n’aurait rien changé. Ce genre de phrases lui rappelaient des épisodes récents, et douloureux, où la pitié n’avait pas suffi à l’adoucir et où il avait exécuté son sombre travail, enfin, appelez-ça comme vous voudrez. Enfin, rien à voir avec ce soir, évidemmment. S’il avait eu envie de la tuer, elle n’aurait sans doute pas eu le temps de s’en rendre compte, vu son état.

Tandis qu’il prenait soin de la faire décuver, à coup d’hydratation, Lachlan réfléchissait du mieux qu’il pouvait. C’est que les méninges et tout ça, ça n’était pas bien son point fort. Alors comme ça, elle n’avait jamais volé et en plus, elle ne savait pas transplaner ? C‘était bien la peine de se plonger corps et âme dans des bouquins si derrière, on était pas capable de mettre en pratique. Gamine, gamine, gamine… Ca n’arrangeait pas bien ses affaires ça. Elle était donc à pied, et a priori, elle ne savait même pas où elle allait. SOS Taxi volant, j’écoute ? Des années que Lachlan transplanait peu, et les rares fois où il le faisait, il n’était pas accompagné. Comme pour la majeure partie des activités de sa vie.

Bon, visiblement, il allait falloir compter sur le cerveau de la petite qui allait mettre un temps fou à se remettre en route, étant donné tout son non-verbal. Mais qui est-ce qui l’avait laissée se mettre dans un état pareil ? Son frère ? Elle avait l’air d’un triste, mais d’un triste… S’il avait eu une once d’empathie, elle lui aurait fait de la peine. En réalité, il cherchait juste un moyen de se débarrasser au plus vite du colis, et puis merci, bonne nuit. « C’était quoi votr’ plan, hein ? Déambuler dans la rue jusqu’à ce qu’on offre l’hospitalité, ou qu’un carrosse magique apparaisse pour vous ramener chez votr’ frangin ? » Toujours accroupi, Lachlan passa une main sur son visage fatigué. Bon sang, qu’est-ce qu’il aimait sa solitude sérieux…

Il faisait toujours noir, vu que Lachlan n’avait pas pris la peine de rallumer sa baguette. Pas besoin en plus de se faire remarquer par les gens, merci. Malgré la pénombre, son instinct animal détecta les grelottements en face. Était-ce la peur ou le froid ? Il n’aurait su dire. En tout cas, la gosse tremblait. D’un geste ample, il défit sa cape et la passa par-dessus ses épaules, comme il aurait fait avec l’une de ses petites soeurs. Peut-être que c’était ça, ce qu’elle éveillait chez lui. L’instinct du grand frère. « Il habite où, votre débile de frère ? » Ca expliquait aussi le jugement sur un parfait inconnu, ce qui n’était pas tellement dans ses habitudes. « Ou alors une copine, un ex, n’importe qui, mais z’avez bien une adresse pas loin où je peux vous emmener non ? » De toute façon, c’était clair qu’il n’allait pas la laisser toute seule vu son état. Mais il avait du mal à savoir quoi faire, exactement. « Héhé, ça va les amoureux ? » Au loin, une voix traînante et alcoolisée les avait repérés dans la pénombre. Lachlan fit claquer sa langue sur son palais d’agacement. Manquerait plus que ça tiens. Que l’alcool lui délie la langue au point qu’elle se lance dans une déclaration ridicule. Là franchement, il serait vraiment, mais vraiment mal à l’aise. Pour l’instant, il en avait juste marre, point. Reprenant la flasque d’autorité, il la secoua pour constater qu’elle était encore à moitié pleine. « Buvez encore. La Tamise serait pas de trop, vu ce que vous vous êtes descendu… »
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyLun 31 Aoû 2020 - 15:04




Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune
Beati pauperes spiritu.



C'est qu'Anastasia, qui ne tenait pas vraiment l'alcool, était souvent conduite à finir ses soirées à boire café sur café, ou bouteille d'eau sur bouteille d'eau agrémentées de nourriture par-ci-par-là pour décuver suffisamment afin de finir avec les honneurs. Aussi avait-elle l'habitude qu'on lui mette entre les mains un récipient remplit d'eau. "Allez Ana, ça te fera pas de mal !". Cette phrase de ses collègues et amis résonnait souvent dans sa tête lorsqu'elle se retrouvait à devoir décuver toute seule, comme une motivation supplémentaire pour la faire avaler une bouteille. Un cri déchirant provenant de son ventre se fit entendre, c'est que la galloise avait quand même faim. Mais bon. La rudesse de l'ancien joueur de Quidditch lui passait souvent au dessus en général, mais alors maintenant qu'elle n'avait même pas l'esprit bien clair, c'était pire. La thésarde s'inquiétait bien plus de ce qu'il pourrait lui faire, ou du fait qu'elle pourrait rencontrer une autre dangereuse personne. Les suppositions de Lachlan lui firent comprendre combien son attitude avait été stupide, mais que pouvait-elle faire d'autre ? "Alors j'aurai dû attendre sur ma caisse près du Chaudron Baveur…? Pouf" fit-elle en liant le dernier mot à la parole dans un sursaut un peu mystique, "comme si ça allait me donner une soluce ?". Franchement. C'était sans doute plus dangereux pour elle de rester au même endroit. Mais l'inaction, cela n'avait jamais été le genre de la moldue. Elle y allait, quand même, elle n'avait pas peur. Enfin, elle avait peur - parce qu'elle était sensée, merci bien - mais son petit côté téméraire la poussait généralement à s'aventurer dans des endroits où le commun des mortels n'allait pas. Façon de parler. Disons qu'elle n'hésitait pas à tenter, parfois, certaines expériences, certains sports. Craindre une blessure ? Bah ! On ne fait plus rien avec une telle philosophie de vie, non ?

Recroquevillée dans son coin, la flasque entre les doigts, elle la porta de nouveau à ses lèvres en fermant les yeux un bref instant - il faisait nuit de toute façon et elle ne voyait quasiment rien - avant de les rouvrir pour constater avec un certain délice qu'une cape était maintenant sur ses épaules pour lui tenir chaud. "Merci" marmonna-t-elle alors que l'ancien attrapeur des Vagabonds de Wigtown apposait un adjectif fort réaliste pour décrire son frangin. Elle allait répondre mais il continua et Ana secoua négativement la tête : "Je suis galloise. Mes amis sont au Pays de Galles. De Londres, je ne connais que mon jumeau qui vit…" - elle se tu alors qu'ils étaient alpagués par une voix un peu plus lointaine et alcoolisée dont le sens des mots la fit rougir avec une violence telle qu'elle cacha sa tête entre ses genoux. Ohlalala. Il ne devait surtout pas voir qu'elle rougissait, surtout pas, surtout pas. Anastasia allait utiliser - en trahissant forcément sa gêne - la flasque fraîche pour la coller contre ses joues rouges, mais l'écossais la lui arracha d'un même mouvement. "La Tamise… J'ai pas tant bu que ça…" avoua-t-elle en plissant les lèvres, la tête toujours contre ses genoux. Elle envoya sa main pour récupérer la bouteille, touchant la main d'en face au passage pour reprendre la flasque d'eau et soupirer à nouveau avant de relever son visage pour le regarder quelques instants. Après avoir bu une autre gorgée, la jeune femme ajouta : "Mon frère habite dans les quartiers moldus. Est-ce que vous pourriez juste m'amener dans une avenue… Je prendrai un bus… Ou un métro… Ou un taxi… Vous voyez le truc…". Elle ne voulait pas le déranger plus que nécessaire. Anastasia avait, depuis la dernière fois, bien appris sa leçon.

Avec la volonté de fer qui correspondait aux gens ivres, la thésarde essaya de se lever. Ce fut plus difficile que prévu, s'asseoir avait été beaucoup plus facile, en réalité. "Oh oh oh oh" lâcha-t-elle malgré elle alors qu'elle se tenait maladroitement au mur du porche sur lequel elle s'était assise, puis recroquevillée. Elle ne voulait PAS s'accrocher à lui pour se relever, merci bien, elle était une grande fille avec une fierté de galloise démesurée, elle POUVAIT gérer OKAY ? Enfin. Pensait-elle. "Hello darkness my old friend...". Oups. Elle avait peut-être chantonné à voix haute en retombant sur les fesses.

CODAGE PAR AMATIS




(747)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 101
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyLun 31 Aoû 2020 - 15:41

Déjà qu’en temps normal, la gamine avait la répartie facile mais alors là… L’alcool n’arrangeait pas son cas. Lachlan l’écouta d’une oreille distraite lui répondre, avec son pouf un peu bête là. Roulements des billes bleues en direction du ciel sans étoiles. Elle était agaçante, encore plus que d’habitude et franchement, il n’aurait pas cru ça possible. Si seulement elle n’était pas si soule bon sang, il l’aurait laissée à son triste sort et serait chez lui là, à siroter un alcool de moyenne qualité au chaud, au lieu de se peler les miches dans le frais, surtout maintenant qu’il lui avait filé sa cape. Quelle bonté d’âme, franchement. Sous sa chemise en jean, sa peau commençait doucement frissonner, mais il n’en montra rien. « Pouf, ouais, c’est ça… » Elle aurait mieux fait de réfléchir avant, merde, il y était pour quoi lui si elle se blindait la tronche sans plan de secours ? Enfin, au moins, elle avait dit merci pour son abnégation qui avait pris la forme de sa cape, c’était déjà pas mal. Il ne répondit pas, cherchant juste un moyen de s’extraire de cette galère ultime.

Elle en était à lui raconter sa solitude londonienne, pauvre petite galloise, quand elle se fit couper par les passants avinés. Bravo les badauds, elle enfouit sa tête dans ses genoux si loin qu’on aurait dit qu’elle essayait de disparaître. Ça n’allait pas arranger la suite tiens, si elle s’arrêtait de parler. Raison de plus pour la faire boire un peu d'eau, et elle râla sur son exagération. Mais quelle audace ! Non mais, il était quand même en train de lui filer un coup de main et elle se vexait ? Franchement, pour un peu, il serait parti sans rien demandé, mais un instinct ridicule lui sommait de rester et de la protéger. Manquerait plus qu’il ne trouve plus le sommeil à cause d’elle, et puis quoi encore ? « C’est ça… Et moi, j’suis ministre d’la magie… » Elle le soulait, vraiment. Et pas comme il aimait.

Finalement, avec toute la plus mauvaise volonté du monde, elle récupéra la flasque entre ses doigts gelés et en but une nouvelle gorgée. Allez, H20, sauve la situation, s’il te plait. Bonne idée au demeurant, puisqu’elle sembla plus encline à lui donner quelques infos. Quartiers moldus donc… Ouais, super, c’était bien précis ça comme info. « Mais encore… » grommela-t-il, sa patience chavirant dangereusement. Toute fascinée des transports qu’elle était, elle lui fournit un plan bien bancal. Encore plus qu’elle même qui essayait de se redresser. D’une main avisée, il suivit son mouvement alors qu’elle tentait une manoeuvre risquée, avant de se foirer tellement qu’elle en retomba sur le cul. Il soupira, fort. Sans compter sur la chansonnette qu’elle avait poussé, aussi triste que les pierres sur lesquelles elle avait failli se raper la joue. Pauvresse, va. « Manquerait plus qu’y pleuve, tiens. Continuez de siroter, ça vous évitera de dire n’importe quoi. » Il était toujours à sa hauteur, moulinant doucement dans son cerveau embrumé. Le coup du taxi, c’était une bonne idée ou pas ? Dans tous les cas, la trimballer côté moldu serait une épreuve longue et douloureuse s’il comptait sur le fait qu’elle mette un pied devant l’autre. Aussi, transplaner était la meilleure option. Quitte à faire ça, autant la ramener à destination.

« Vous avez raison, ouais. Un taxi, un métro… Vu votre état, vous allez même pas savoir faire 2 mètres. » Il soupira, encore. L’exaspération, messieurs dames. Le froid commençait à se frayer un chemin contre sa peau, ça le tanait. « Vous savez que vous êtes une plaie, ou pas ? » Il fallait bien qu’il extériorise son agaçement, non ? Sa main passa à nouveau sur son visage épuisé, et il songea à couper court à tout ça. « Bon, filez moi l’adresse de votre frangin. J’vous transplane en vitesse et en échange, vous foutez plus les pieds dans ma boutique. On y gagne tous les deux comme ça. » Etrange sourire dans la nuit : c’était un bon deal ça. Enfin, si elle s’en souvenait le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyLun 31 Aoû 2020 - 16:14




Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune
Beati pauperes spiritu.



    Anastasia bourrée, c'était Anastasia avec une fierté puissance mille. Et tout le monde savait que sur ce point, les gallois n'étaient pas en reste. Les irlandais non plus. Et les écossais non plus. Enfin bref. Non, elle n'avait pas tant bu que cela, la bouteille de vinasse n'était pas à 15% et elle n'en avait sifflé que la moitié. Elle ne tenait juste pas l'alcool et Monsieur pouvait la croire ou non de toute façon, ils n'étaient pas amis. Comment pouvaient-ils l'être ? Il semblerait que rien qu'en respirant, elle le gonflait. Mais que diable, ce n'était pas de sa faute si Tom l'avait jeté du mauvais côté du Chaudron Baveur ! Ça lui démangeait furieusement le gosier de lui lâcher cette bombe d'information. Mais c'était trop dangereux pour elle, comme le Chemin de Traverse de toute manière. Elle le regardait ronchonner en se faisant la réflexion qu'elle ferait mieux de rentrer pour Cardiff rapidement. La thésarde avait beaucoup de monde à rencontrer à l'Université de Londres. Toutefois, rester dans le coin, c'était lui donner, hélas, beaucoup trop envie de venir se promener dans ces allées sorcières qui n'étaient pas les siennes. Ce n'était pas pareil au Pays de Galles, quand bien même la ville dont elle était originaire - Holyhead - avait son lot de communauté sorcière. Lachlan semblait toutefois ne pas faire s'imbriquer les pièces du puzzle. Le nombre d'indices qu'elle laissait derrière elle pour lui faire comprendre, sans le dire, qu'elle était malheureusement dépourvue de pouvoirs magiques ne semblait pas du tout le faire réagir. Bon sang, que faudrait-il qu'elle fasse pour qu'il pige ?! Son cerveau complètement ivre était dépassé, déphasé par la situation. Elle prit une nouvelle gorgée comme si elle se perdait dans l'alcool alors que c'était de l'eau.

   C'est sans doute à ce moment là qu'elle décida de lever son popotin, avec un grand échec, notons-le. "Allez Ana, t'es vive en général" marmonna-t-elle pour elle-même avant de pousser un énième soupir déphasé. Elle vida d'un coup la flasque, pressentit qu'elle en avait trop pris et manqua de s'étouffer en avalant tout son contenu. La remarque dont se fendit l'ancien joueur de Quidditch la vexa comme un pou. Elle était musicienne, ELLE. Des années et des années de conservatoire, merci, elle savait chanter une chanson en mineur. Pfff. Et il continuait avec son ton condescendant. Une plaie. Ah bah ça alors. Anastasia le regarda avec orgueil. Et il était tellement poussif dans ses commentaires désobligeants qu'elle craqua sur un sanglot sans néanmoins laisser échapper une seule larme supplémentaire : "Mais vous croyez que j'm'en souviens de son adresse débile ?! Et que j'vais repasser dans vot' boutique ?! J'ai d'autres chats à fouetter, merci bien". La puissance de la vexation, mesdames, messieurs, Anastasia se releva comme une pile sur ses pieds et se glissa tant bien que mal à côté de lui en reniflant quand même. "J'vous ai pas demandé votre aide. Alors vous sentez pas obligé. Je trouverai bien une sortie pour retourner côté moldu vu que Tom m'a oublié derrière son foutu mur magique de mes deux" continua-t-elle, toujours vexée comme un botruc. Elle lui tendit sa flasque, en se tenant maladroitement au mur - pas folle la guêpe - "sérieusement, on peut rien faire sans baguette dans ce pays". Elle fit un pas, réalisa qu'elle avait toujours sur ses épaules la cape de Lachlan et la détacha pour la lui tendre comme elle lui avait tendu la flasque : "J'vous rends vot' cape histoire de pas avoir à repasser par vot' boutique et vous dégoûter de ma gonflante présence".

CODAGE PAR AMATIS




(639)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 101
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyLun 31 Aoû 2020 - 16:41

Ca y était. Oui oui, ça y était. C’était le point exact où Lachlan était sincèrement gonflé par la moindre once de petite réaction de la part de la donzelle, qui était quand même sacrément pénible là. Déjà, ça commença par un sanglot. Oh non, sérieux, pas encore ? Quoi, elle était fétichiste des boutiques de Quidditch ou quoi ? Oui, oui, il préféra remplacer sa propre personne par la boutique, c’était moins flippant comme ça. Il eut peur un instant qu’elle ne reparte en crise de larmes - pitié, tout mais pas ça - mais au lieu de ça, c’était parti pour le Ana show. Oh, misère. Le vert gallois se vexa tout à coup, enfin plus que d’habitude, et piqua un fard qui aurait pu se voir dans la nuit. Mais qu’est-ce qu’elle lui faisait là, à galérer avec ses adresses alors qu’elle parlait de prendre un taxi ? Elle essayait de le rendre fou ou quoi ? « Mais allez les fouetter alors, et foutez-moi la paix ! » Ouep, côté écossais, le ton aussi était monté. Il n’avait déjà pas beaucoup de patience, alors franchement, il ne fallait pas exagérer là. D’habitude, Mackenzie l’obligeait à la politesse mais là, nada. Franchement, il avait sorti le package du mec presque gentil, et elle l’envoyait paître ? Mais qu’elle se démerde !

En tout cas, elle réussit à se mettre droite sur ses jambes, et il suivit le mouvement, agrippant son balai d’une main, tout prêt qu’il était à voler loin d’ici et à rentrer chez lui. Elle avait la force de lui gueuler dessus ? Et bien elle saurait trouver son chemin ! Non mais franchement, l’écouter le dénigrer comme ça, bla-bla j’ai rien demandé… Mais qu’elle aille cuver dans un caniveau, à vomir sa vinasse médiocre. Il était prêt à parier qu’il la retrouverait au même endroit le lendemain ! « Mais merde, pour une fois que j’suis sympa avec vous, vous m’en VOULEZ ? » C’était à devenir dingo, sérieusement. « C’est ça, démerdez-vous toute seule pour retrouver vot’ chemin et chopper un métro ou chais pas quel autre moyen de transport moldu. » Ce fut en disant ça qu’il commença à connecter un truc. Lachlan n’était pas bien malin. Pas bête non plus, attention, mais tellement prompt à analyser correctement une situation. Agir au lieu de réfléchir, telles auraient été ses armoiries s’il avait mérité d’en avoir.

Saisissant la flasque par réflexe, il faillit lui décaler la main de trente centimètres tellement le geste était rude. Pourtant, son visage s’était radouci et il connectait, doucement. Juré. La phrase qui suivit acheva de le convaincre, et il appuya son balai contre le mur sans même le réaliser. Qu’est-ce que QUOI ? Figé, il la regarda s’éloigner, chancelante. Enfin, d’un pas seulement tandis qu’elle lui tendait sa cape. Mais c’était une blague ou quoi ? La gamine, cracmol, ou un truc comme ça, c’était ça ce qu’elle venait de dire là ? Et tellement soule qu’elle s’en vantait à une heure pareille dans une ruelle, face à un type qui, soyons franc, avait plutôt pour habitude de ne pas laisser ces gens-là longtemps en vie quand on lui demandait. Mais, MERDE ! Comme si la situation n’était pas déjà assez pourrie. Les sens en alerte, il attrapa le tissu si brusquement et l’attira à lui, ses réflexes alcoolisés l’empêchant sans doute de lâcher à temps. Elle était revenue dans l’ombre du porche, tout près de lui , et il attrapa son bras en faisant un pas en arrière pour se fondre encore plus dans le noir. Pas rassurant comme attitude. Et pourtant… Sa voix se fit basse, ses yeux la scrutant avec intensité. « Vous allez baisser d’un ton, et j’dis pas ça parce que vous commencez à m’donner envie de cogner les briques avec vos grands airs. » Ton tranchant, calme, posé. « On dit pas des trucs comme ça ici. Mieux, on vient pas ici quand on est… » Il ne dit rien, préférant ne pas mettre de mots sur ce qu’il soupçonnait. « On va partir du gentil principe que vous avez oublié votre baguette… » Il appuya si fort sur le mot qu’il espérait qu’elle comprendrait. Il était bien placé pour savoir que les murs avaient des oreilles. « Et on va trouver une solution pour que vous quittiez cet endroit dans la minute. » Il ne savait pas s’il inspirait confiance. À vrai dire, il s’en foutait. Encore une fois, il essayait de lui sauver le cul avec un instinct de grand frère ridicule, alors qu’en réalité, lui briser la nuque lui aurait valu des félicitations, et le prix du mangetout zélé, qui plus est. Mais quand même. Malgré son agaçement, la jauge de colère n’était pas au max. Et encore une fois, pas les femmes. Sauf quand on l’exigeait. Et chaque fois, ça le tuait. Elle était proche. Toute proche. Sa main tenait toujours son épaule. « Attrapez mon bras. » Ses yeux essayaient de lui faire comprendre. « Maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyLun 31 Aoû 2020 - 17:13




Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune
Beati pauperes spiritu.



Parfois aux disputes il fallait une grosse explosion pour calmer le truc. Ou alors il fallait que l'une des parties reste calme. En règle générale, Anastasia était ce parti paisible. On reste calme et l'autre essaie de se calmer. Mais pompette, agacée, triste et seule, elle n'avait juste pas la patience de rester calme. Oh, elle était bien consciente qu'il pourrait lui décalquer une droite à lui en déplacer les vertèbres. Mais arrive un point en règle générale où on en a juste plus rien à faire. On est spectateur de sa propre vie et de sa propre existence, comme si rien n'en valait plus la peine. Et son alcool triste au possible n'arrangeait pas les choses. Alors oui, elle avait peur de lui. Mais à un moment, il s'agit d'agir. S'il fallait qu'elle gueule pour qu'il arrête de la traiter comme une moins que rien, elle allait gueuler. Ce qu'elle fit. Et il répondit. Les nerfs de la galloise frémissaient sous l'effort qu'elle faisait pour ne pas se remettre à pleurer. Bien sûr qu'elle lui en voulait. Qui ne serait pas piqué au vif avec des propos pareils ? Est-ce qu'il se rendait seulement compte de ce qu'il lui balançait à la figure ? Est-ce qu'il réalisait au moins la portée de ses paroles ? Ana était peut-être pompette, mais elle était susceptible au possible lorsqu'elle l'était. Et ses mots, tous ses mots, lui faisaient mal. Lachlan fit mine de vouloir partir, elle n'essaya pas de le retenir, sachant de toute manière qu'elle le gonflerait.

Anastasia avait fait un petit pas avant d'être rattrapée par le bras. L'homme avait changé d'attitude et disons-le, le contact de sa peau sur la sienne lui arracha un violent frisson sur la peau. Le ton de sa voix semblait avoir baissé de tellement de notes qu'elle releva un regard méfiant de biche effrayée pour le regarder dans les yeux. Et elle répondit d'un trait de souffle : "Pourquoi vous croyez que je panique autant…?". Personne autour d'eux ne pouvaient les entendre, Ana avait néanmoins l'impression de proférer là des paroles qui pourraient lui valoir quelques épouvantables sévices. "Je ne suis pas stupide, Lachlan. Je suis juste impuissante" - elle avait ajouté ça avant de détourner ses yeux brillants. Sa colère était passée comme une averse passagère. Il avait compris. Peut-être que c'était pire pour elle qu'il ait compris. Peut-être qu'elle allait payer très cher son imprudence. Mais elle était tellement fatiguée… Elle ne venait JAMAIS sur le Chemin de Traverse lorsque le jour déclinait et qu'il n'y avait plus personne. Jamais. Anastasia ne pouvait pas se permettre ce genre de choses, ce soir était juste un terrible et angoissant concours de circonstances. L'ancien attrapeur lui intima de lui attraper le bras et malgré son esprit embrumé, la jeune femme compris qu'il voulait transplaner. Elle déglutit, parce qu'elle détestait cette sensation épouvantable d'être aspirée dans le vide, loin du sol pour se rematérialiser plus loin. La jeune femme n'avait jamais encore vomi après un tel trajet. Mais son ventre était plein d'alcool et elle craignait le pire pour cet ambitieux projet. Cela dit, s'il était un mangemort, elle ne regretterait pas de lui salir son tapis juste avant sa mort. Question de karma. Quoiqu'il en soit, elle se mordit l'intérieur de la joue avant d'attraper son avant-bras avec une certaine hésitation dans le regard. Elle ne savait pas dans quoi elle venait de se fourrer.

CODAGE PAR AMATIS



(619)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 101
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyLun 31 Aoû 2020 - 18:05

Comment pouvait-on détester quelqu’un et avoir envie de la protéger à la fois ? Ce foutu paradoxe rendait Lachlan dingue, du moins, peut-être le lendemain. Pour le moment, il faisait face à sa révélation étrange, et qui ne changeait rien à la suite. Il n’était pas mangeront en raison de ses idéaux. Pour lui, moldu, sang-mêlé, sang-pur, mais qu’est-ce qu’il en avait à foutre ? S’il participait à un début de génocide, c’était un très malheureux concours de sales circonstances, et un enchaînement de biens, biens mauvais choix. Aussi, l’entendre révéler son absence de pouvoir ne l’avait pas enivré d’une soif de tuer, pas comme certains. Elle avait de la chance. Tomber sur un mangemort avec une sorte de conscience, c’était bien sa veine, dans sa déveine.

Elle fit preuve d’une telle franchise, loin de sa colère tout à coup. Désarmant. « Je sais. » répondit-il, laconique. Bien sûr qu’elle n’était pas stupide. Il y avait une forme de bravoure même dans son comportement, même si c’était là tellement imprudent que ça confinait au suicide. Impuissante. Quel triste aveu, quand on y pensait. Lachlan eut peur qu’elle fuit, et qu’il n’ait pas le courage de la rattraper. Au lieu de ça, elle attrapa son bras avec l’énergie du désespoir. Son regard n’était pas bien déchiffrable, c’est qu’il faisait nuit. « Vomissez pas sur mes pompes, c’est tout c’que j’vous demande. » L’instant d’après, ils avaient disparu dans la pénombre, son bras agrippant son balai pour l’embarquer avec lui.

Le voyage fut un peu mouvementé, même pour Lachlan qui pourtant savait faire ça. Mais à deux, c’était carrément pas pareil, vraiment. Il avait le bide en vrac, mais avait fait le choix de l’extérieur, quand même. Pas fou. Un coup d’oeil à Ana pour vérifier que tous les os étaient en place, et il se détourna pour cracher au sol un supplément de salive dû au transplanage. Sérieux, le balai, c’était quand même mieux que ces conneries ! « Merde ! » lâcha-t-il finalement, ne revenant pas tout de suite du côté d’Ana pour éviter d’assister à un truc qui lui donnerait encore plus la gerbe. Ses yeux remontèrent sur la façade. Ca n’avait pas changé d’un pouce. Pourtant, depuis combien de temps n’avait-il pas foutu les pieds ici ? 10, 12 ans ? Peut-être plus. L’auberge de l’Occamy argenté ne payait pas de mine, d’extérieur. Mais c’était sympa, accueillant, et il y créchait souvent à l’époque où il n’habitait pas Londres, et qu’il fallait venir à la capitale.

S’agissait de calmer la gosse, qui était en terrain inconnu, avec un presque inconnu, après une révélation innommable. Déjà, la petite ruelle était plus rassurante, éclairée aussi. Le charme des plus petites villes, que voulez-vous. « On est à Reading. Quartier sorcier. J’suis pas calé pour tout c’qui est… Vous savez. » Il détourna son regard d’elle, pas bien sûr de savoir quoi faire de tout ce qui venait de se passer. « Les gens ici sont sympa, et y vous aideront d’main à retrouver votre chemin. Le frère d'la tenancière aussi oublie souvent sa baguette. » Enfilant sa cape dont elle n’avait plus besoin parce que bientôt, elle serait au chaud, il entendit cliqueter dans ses poches. « Vous avez c’qui faut pour payer au moins ? » Manquerait plus qu’il doive lui prêter de la petite monnaie, sérieusement. Son regard croisa alors le sien. Les lacs bleutés de Lachlan étaient plus apaisés, un peu troublés éventuellement. Tout à coup, il sortit une cigarette roulée de sa poche et l’alluma, pour calmer un peu son corps tendu et ne pas disparaître comme un voleur, au cas où. « J’sais ce que c’est d’être impuissant. Et j’sais aussi que vous êtes pas stupide, même si franchement, vous me… » Il tira sur sa clope pour éviter de dire n’importe quoi et de déclencher une nouvelle crise de la furie. « Mais c’que vous avez fait ce soir, c’est pas malin. Du tout. J’suis pas un ange, mais vous auriez pu croiser le diable sur votre route vous savez. » C’était peu de le dire. Au-delà des mangemorts, il y avait de drôles de gens qui rôdaient par là ces derniers temps. « Bref… Bonne nuit, Ana. »
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS EmptyLun 31 Aoû 2020 - 18:31




Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune
Beati pauperes spiritu.



    Anastasia se sentait épuisée. Epuisée de cette soirée, épuisée de l'alcool, épuisée par la peur, épuisée par tout ce qui venait de se passer, par sa colère aussi, sa tristesse également. Elle avait envie de dormir et de ne se réveiller que dans deux jours, là où elle n'aurait plus à penser. Deux jours de sommeil au moins, aussi, pour laisser passer sa honte. Sa propre attitude lui fera honte le lendemain. Ou le surlendemain. C'était ainsi elle n'y pouvait rien, se demandait souvent si elle agissait de la bonne matière ou si elle n'était pas le genre de moldue un peu "too much". Le transplanage la ramena dans la réalité et loin de ses songes. La ruelle dans laquelle ils venaient d'arriver était davantage éclairée, ce qui satisfaisait grandement la moldue qui s'y sentit plus en sécurité. Inutile, la lumière était foutrement inutile de toute façon. Peut-être que c'était un jeu pervers, dangereux, elle n'en savait rien. Mais Lachlan, à la lumière du réverbère, n'avait guère plus rien de menaçant. Son aveu l'avait sans doute calmé comme il l'avait calmé elle. Ça lui pesait sur la conscience, à Anastasia, d'être une moldue qui se promenait sur le Chemin de Traverse, qui passait devant la boutique d'Ollivander en sachant qu'elle n'aurait jamais de baguette. Elle se faisait du mal, sciemment, parce qu'elle ne pouvait pas s'empêcher de vouloir rêver un peu. La voix de l'ancien joueur de Quidditch la raccrocha à la réalité, une nouvelle fois. Ses pensées avaient tendance à divaguer, signe qu'elle était fatiguée. Anastasia entendit et reçu sa réprimande en détournant le regard. Il sortit une cigarette pour prendre une taffe et elle soupira. "Je ne sors jamais sur le Chemin de Traverse à la nuit tombée ou quand il y a moins de monde. Tom m'a viré du mauvais côté du Chaudron Baveur parce que…" - elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille et secoua la tête. Il n'en avait rien à faire de toute manière : "C'est pas grave de toute façon. Merci de m'avoir conduit ici et ne vous en faîtes pas, j'ai de l'argent. Bonne nuit à vous aussi". Elle s'essaya à esquisser un léger sourire pour pénétrer dans la petite auberge sorcière, plus seule que jamais.

CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty
MessageSujet: Re: Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS Empty

Revenir en haut Aller en bas

Bouteille de vin et froid polaire d'une nuit presque sans lune ♟ CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-