GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !
-38%
Le deal à ne pas rater :
– 38% sur PHILIPS SpeedPro Aspirateur Balais 2 en 1 sans Fil
209.99 € 339.99 €
Voir le deal

Partagez

Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 9:20

Le vent s’engouffrait dans l’encolure de sa veste, empruntée à son équipe du jour. La brise frôla son dos moite tandis que ses yeux parcouraient la clairière, cherchant un simple frémissement. En contrebas, clameur dans les gradins de fortune. Sans doute que ça devait être un but, ou pas. Lachlan sentait qu’il était proche, tout proche de trouver ce qu’il cherchait, alors pas question de se laisser déconcentrer. L’attrapeur de l’autre équipe lui collait au train, pauvre chien perdu intimidé par l’ancienne légende. Il enchaînait les figures pour fatiguer son assaillant, ce qui retardait considérablement la prise du… Oui, là. Au loin. Bon, pas le moment de plaisanter. Une vrille plus tard, Lachlan anticipa la trajectoire du cognard, qui frôla l’arrière de son balai sur lequel il resta bien stable. Mais la sournoise balle ne manqua pas les cotes de son poursuivant. Désormais seul, Lachlan fonça vers l’éclat d’or qu’il ne quittait pas des yeux. Ca criait dur, en bas. Ca grondait, grognait. Ca rappelait des souvenirs. Sa main tendue attrapa une aile qui tenta de s’échapper en fonçant droit sur le sol. Cinquante centimètres, pas plus, le séparait de la terre humide quand il attrapa le vif d'or. Rugissements et acclamations. Pour la première fois depuis le début du match, Lachlan affichait un sourire de conquête.

Un tour d’honneur plus tard, Lachlan posa enfin le pied au sol. L’air était sec, frais, et l’attroupement de son équipe autour de lui achevait de lui donner chaud pourtant. « Mate, tu déchires ! » Merci, il le savait. Pas loin de quarante balais, et un oeil de lynx. Bon, ça n’aurait pas suffi en ligue officielle, mais pour un match amateur où il avait remplacé un type au pied levé… Les adversaires avaient râlé en le voyant débarquer, plus parce qu’ils savaient que leurs chances venaient de s’évaporer que parce qu’ils le craignaient physiquement. Alceste débarqua vers lui, comme toujours, trimballant son enthousiasme et son embonpoint certain. « Combien ? » lâcha Lachlan, à peine essoufflé, lui confiant son balai pour prendre le temps de défaire ses gants. « Vingt-deux minutes ! Vingt-deux, c’est fou ! » Fou, non. Mais pas mal, oui. Son sourire s’élargit, tandis que les sensations d’autrefois le parcouraient à nouveau. Pas grande foule pour l’acclamer, mais ça suffisait. Quelques têtes déçues d’avoir fait le déplacement pour 22 pauvres minutes, mais hé… 22 minutes à observer l’ancien meilleur attrapeur du Royaume-Uni, c’était quand même pas rien. Alceste lui tendit une cape qu’il refusa d’un geste. Ceux qui avaient froid, c’était les immobiles. Les terrestres. Lui, malgré le vent, quelques gouttes en début de match, la vitesse, il se sentait bien, son corps réchauffé par les sensations exaltantes. Passant une main dans ses cheveux ébouriffés, Lachlan claqua sa grosse patte dans celle d’Alderic, qui vu son sourire de requin, avait sûrement dû réussir un pari juteux. « Mec, j’te paye ton verre vu c’que tu m’as fait gagner. » Le champion du jour fit claquer sa langue et secoua la tête, amusé. « Payer des verres gratos, c’est bien ton genre ça… » Délaissant le pauvre Alceste, fan de la première heure du sacro-saint McCulloch qui désespérait de passer un peu de temps avec son idole, Lachlan préféra la coolitude d’Alderic. Sa vie était déjà à chier comme ça, autant profiter un peu des quelques moments de gloire. Même si c’était dans une équipe de seconde zone, sur un terrain à moitié défoncé, avec une centaine de spectateurs à peine.

Arrivé à la buvette, Lachlan savoura les applaudissements avec un sourire qui n’avait rien de modeste, ouvrant sa poche pour y attraper le vif d’or et l’exhiber fièrement avant de le caler dans la boîte et le priver de sa liberté. La balle fit un petit bruit triste. Les adversaires avaient désertés, humiliés. C’était quand même une sacrée tôle pour eux. Une bière apparut comme par magie entre ses doigts, et il la vida cul sec en même temps que son compagnon de la journée qui avait l’air, étrangement, bien guilleret. « J’ai une surprise pour toi, foutu champion va. » Le grand sorcier, qui le dépassait bien d’une tête, le choppa par les épaules avec la violence caractéristiques des étreintes sportives et l’amena un peu plus loin, tandis qu’il fendait doucement la petite, petite foule. « J’me la serai bien gardée, mais hé, j’connais le frangin. Ca s’fait pas. T’inquiète, je t’en débarrasse. » Quoi ? Quoi ? Le sourcil de Lachlan se leva bien haut, mais il ne mit pas bien longtemps à comprendre. Non, c’était une blague. Une putain de blague. Non seulement Alderic le rencardait avec une minette, à ce qu’il comprenait, mais en plus, il fallait que ce soit… « Ana, Lachlan. Et inversement. Bon, alors Julian, raconte-moi… » Son rusé comparse avait déjà attrapé un type par le bras avant de l’emmener loin d’eux, et Lachlan soupira doucement. Son sourire avait un peu fondu, et il attrapa une bière servie sur le comptoir de fortune. « Vous m’suivez ou quoi ? » Toujours aussi aimable, hein… Fort heureusement, sa victoire l’avait mis de bonne humeur. Il sourit donc un peu à la gamine avant de désigner au loin le type aux crochets de son soit-disant pote. « Alors, hum… C’est lui le fameux frangin ? » Le fameux frangin débile, pour être précis. Lachlan avait encore en tête l’incident de la semaine passée, et ça n’était pas bien agréable d’y repenser. Jugeant inutile d’ajouter quoi que ce soit, il passa une main dans ses cheveux légèrement collés par la sueur et but une nouvelle gorgée de sa bière, oh combien méritée.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 64
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 9:50

C'est habillée d'un chemisier et d'une jupe longue qu'Anastasia avait accompagné son frère pour, prétendait-il "le meilleur match amateur de tous les temps". Sans ronchonner parce qu'elle adorait le Quidditch de toute manière, elle s'était gentiment assise dans l'herbe en rabattant sa jupe pendant que Julian s'éloignait un peu pour discuter avec ses amis. Là, légèrement à l'écart, Ana sentait un peu le soleil lui taper le visage et elle avait une vue plutôt sympathique sur ce qui se passait dans les cieux. Inutile d'être dans les gradins, les gens intelligents se mettaient plus loin. Ces groupes là étaient éparses, par grappes tandis qu'elle était seule. Le regard de la moldue avait facilement attrapé la silhouette de l'attrapeur qui semblait définitivement bien doué sur son balai. Malgré ses yeux plissés, toutefois, elle ne le reconnu pas mais suivit sans peine sa victoire. Elle ne supportait pas l'une ou l'autre équipe comme la plupart des supporters. La passion d'Ana pour le sport avait des tendances plus mystiques : elle aimait le sport pour ce que c'était. L'adrénaline. Le jeu. L'épuisement. C'était une puriste, la galloise. Elle supportait peu des clubs, peu importe le sport. Elle regardait pour l'amour du jeu. Et vingt-deux minutes pour un vif, se fit-elle la réflexion en faisant tomber ses yeux noisettes sur sa montre, c'était quand même sacrément joli.

Avoir retrouvé sa sœur dans un état proche de l'hystérie la semaine précédente avait appris à Julian à ne pas filer à l'Anglaise. Aussi revînt-il la chercher en l'entraînant par la main pour aller siroter une bière. Enfin. Jusqu'à ce qu'il soit arraché à elle. Le joli teint rosé d'Ana perdit légèrement de sa superbe en voyant arriver Lachlan. C'était donc lui, l'attrapeur bien doué. Une bière dans la main, elle lui sourit en guise de salut pour constater qu'il semblait de meilleure humeur que la dernière fois qu'ils s'étaient vus. L'ivresse de la victoire, peut-être. "Vous suivre ? Non, promis. Je ne vous avais pas reconnu sur le terrain. Mais bravo pour cette rapide victoire, en tout cas. Vingt-deux minutes, c'est beau" répondit-elle gentiment avant de siroter une gorgée de sa blonde. Elle laissa son regard s'aventurer sur Julian qui riait aux éclats avec l'homme qui l'avait soustré à elle alors que Lachlan faisait une réflexion à ce sujet. Peut-être rêvait-elle, mais elle entendait une pointe de jugement dans sa voix. Elle ne pouvait pas lui en vouloir. Parce qu'il était inconscient, c'était lui qui avait dû s'occuper d'elle - et si cela s'était bien terminé, ça avait bien mal commencé. Néanmoins, ses yeux noisettes furent attirés par le geste de la main de l'ancien attrapeur des Vagabonds de Wigtown et Anastasia eut une brusque bouffée de chaleur. Que diable ! ANA. Elle avait salement louché sur ses mains. "Oui" acquiesça-t-elle sans s'autoriser une grimace, "je ne sais pas qui est avec lui toutefois. Vous le connaissez ?". Des musiciens de pacotilles passèrent à côté d'eux avec leurs tambours et leurs cris de guerre et Anastasia grimaça en portant une main à son oreille qui venait de subir cette grossière attaque auditive. "ALLEZ MAM'ZELLE FAUT CHANTER ET DANSEEEEER" - Ana recula davantage en affichant un sourire un peu désolé. L'homme lança des pétarades avec sa baguette qu'elle regarda avec une pointe d'envie, sans rien dire. C'était dur de se mêler à l'euphorie lorsqu'on ne connaissait personne et qu'on était pas comme eux.


(624)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 10:21

C’était une blague, hein. Lachlan osait bien espérer qu’elle n’était pas à l’affut du moindre de ses mouvements, merci. Déjà qu’elle pouvait venir l’ennuyer à tout moment dans la boutique de Quidditch… Si en plus, elle s’amusait à le suivre comme une ombre, ça aurait été un chouia flippant. Oui, oui, c’était bien un tueur comme Lachlan qui pensait ça. Aussi, il n’eut aucun mal à la croire, et fut flatté du compliment. Un peu de bien à l’ego, ça se prenait. Son sourire était sincère, pour une fois. Pas souvent que ça arrivait en sa présence ça. « Merci. C’est pas mon record, mais bon, faut bien que le spectacle se fasse, hein… » Comme si. Comme si c’était pour ça que ça avait duré si longtemps, entre gros guillemets. Mais bon, ça l’amusait de jouer les vantards, comme toujours quand il était dans sa tenue qui lui allait comme un gant. Ici, il était chez lui, et peu importait où ça se trouvait. Le Quidditch était son royaume, la troisième mi-temps, sa régalade.

Sans pouvoir s’en empêcher, Lachlan avait dévié la conversation côté frangin. Non pas que parler Quidditch le dérangeait, oh ça non, mais bon. Il n’allait pas se vanter pendant des lunes non plus. Et puis, le souvenir s’était éveillé, et son regard s’était un peu obscurci en se posant sur la silhouette du garçon qui laissait sa soeur dans le pétrin. Pauvre type, vraiment. Elle confirma, comme si c’était utile, et posa une question qui lui fit lâcher un rire. « Aldéric Beaulieu. Fana de paris et autres trucs qui mêlent sport et argent, vous voyez. C’est pas un méchant, juste un joyeux emmerdeur. » Il hésita un instant, scrutant la mine de la jeunette pour savoir s’il oserait. Oh, et puis après tout… « Et visiblement, entremetteur à c’que j’ai compris. C’est qu’on a pas bien l’habitude du public féminin dans les matchs amateurs. Et grand seigneur, il vous a offert en pâture à ma personne, par respect pour vot’ frère. » Il ricana doucement, plongea à nouveau ses lèvres dans sa bière qui se vidait bien vite. Oh, douce troisième mi-temps au goût amer de houblon. « Vous avez de la chance. Un autre que moi serait sans doute déjà en train d’essayer de vous peloter. » Une bière cul sec après un match, ça déliait les langues hein. Son sourire ne le quittait plus, le plaisir d'essayer de provoquer le rouge à ses joues, sans doute. « En tout cas, votre frangin a pas l’air plus perturbé qu’ça de vous laisser. C’est une habitude chez lui ? » Sa victoire le rendait joueur, taquin. Leur précédente rencontre l’avait un peu adouci, allez savoir pourquoi.

Cacophonie tout à coup. Lachlan lâcha un rire qui se fondit dans le bruit. Une fille, ça attirait vraiment tous ces gros pervers comme si elle était le vif d’or à attraper. Ça le faisait marrer. Pauvre âme innocente. Ça pétaradait, ça gueulait, et on lui cala une tape dans le dos qui aurait pu lui décrocher un poumon s’il n’avait pas tant l’habitude. « Bé alors McCulottes, on r’noue avec le surnom ? » Clin d’oeil si appuyé, par Merlin, c’était malsain. Lachlan ignora la remarque, préférant continuer à jouer avec sa petite proie innocente. Enfin jouer, gentil hein, attention. « C’est vrai ça Ana, y faut chanter. Vous donniez bien de la voix l’autre fois, avec vos histoires de Darkness. Vous allez bien faire honneur à ma victoire, hein ? » Lachlan était à l’aise, si à l’aise. Plus à l’aise que quand elle parlait bouquin, thèse, théorie. Ici, c’était la vraie vie, brute, réelle. Celle dont il lui parlait l’autre jour. Finissant sa bière d’une traite, il lança le gobelet au-dessus de son épaule et croisa les bras, levant un sourcil intrigué en guettant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 64
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 10:56

Anastasia entendait parler des records au Quidditch à peu près aussi souvent que des paris de matchs de football. Alors, si elle en était peu le centre d'intérêt parce que le football féminin n'attirait pas -encore - les foules, elle fréquentait assez les cercles amateurs masculins pour les entendre, les parieurs. Et c'étaient les mêmes au Quidditch, à parler records, mornilles, gallions et bières. Elle accueillit la vantardise de Lachlan en lâchant un petit rire. "Quel était votre record, si je peux me permettre ?" lui renvoya-t-elle le souaffle en portant son gobelet à ses lèvres. Elle n'en bu pas un trait mais se contenta de mordiller le bord sans même s'en rendre compte. Fâcheuse habitude qu'elle tenait de l'enfance. Ana pouvait comprendre l'orgueil de se savoir doué dans une discipline. Elle pouvait comprendre qu'on s'en vante, elle trouvait cela joli, du moment que ce n'était pas dans l'excès. Et visiblement, Lachlan n'était pas excessif, puisqu'il ne continua pas de se vanter. Au contraire, il répondit à son interrogation avec précision. Et malice. Anastasia suivit du regard ces évolutions sur le visage du joueur de Quidditch. Elle ne connaissait de son expression que celle agacée, principalement. La jeune femme ne l'avait jamais réellement connu détendu. Piquant. Méchant. Pas malicieux. Pas provocateur. Et elle était particulièrement perturbée de ce changement. A dire vrai, les mots de l'homme coulaient dans ses oreilles, lui arrachaient un sourire, même, qu'elle ne parvenait pas à faire disparaître. Alors comme ça, l'ami de son frère était un entremetteur ? Et il avait choisit la personne qu'elle agaçait le plus au monde comme Don Juan ? Quelle ironie ! "Ah, en pâture" hocha-t-elle la tête d'un air entendu, comme s'il y avait une chance que quelqu'un s'intéresse à elle. On s'intéressait à Anastasia de façon non sérieuse. Qu'on se le dise, elle était moyennement fan des remarques graveleuses visant à l'inviter dans le lit de ceux qui les proféraient. Dans ce monde d'hommes doppés au Quidditch, Julian ne semblait pas s'en faire. Il s'enfilait même des verres, misère. "Qu'on essaie de me peloter !" ronchonna la jeune femme en buvant une nouvelle gorgée. Elle était plus farouche qu'elle en avait l'air. Tellement que Tom l'avait jeté du Chaudron Baveur parce qu'elle faisait fuir sa clientèle, c'était dire. "Le fou qui s'y risquerait sans mon consentement pourrait ne jamais avoir de progéniture" - et elle était parfaitement sérieuse. Aussi innocente fut-elle, elle jouait au football depuis qu'elle avait cinq ans. Les coups de pied, elle savait les poser et les coup francs dans les noix des hommes, elle en faisait sa spécialité.

La remarque suivante ramena Julian sur le tapis. "Oh il est…" - inconscient ? - "c'est un esprit libre. Il n'a pas le temps de chaperonner sa frangine de vingt-cinq ans, je ne peux pas lui en vouloir de ne pas désirer le faire, non ?". Et voilà comment Ana finissait toujours par tout pardonner à Julian. Toutes ses frasques, elle finissait par lui trouver une raison, légitime ou non, fantasmée ou non. Imaginaire, souvent. Son frère s'en foutait juste, elle était simplement trop attachée à lui pour le voir. Foutue naïveté. L'explosion de cacophonie la détourna de ce sujet de discussion qui la rendait triste malgré elle. Le commentaire graveleux la renfrogna tant et si bien qu'elle en finit sa bière cul sec. Et le joueur qui l'invitait à chanter, mais vraiment. Anastasia afficha une mine un peu gênée. La musique, c'était se produire devant les autres mais aussi curieux que cela pouvait paraître, elle n'avait jamais apprécié jouer de la musique en public, tout comme elle n'avait jamais osé chanter en public. "Une Ôde à votre victoire, alors ?" - elle relevait le défi, là ? - "Mm...". Elle s'éclaircit légèrement les cordes vocales.

"We are the champions, my friends
And we'll keep on fighting 'til the end,
We are the Champions,
We are the Champions,
No time for losers,
'Cause we are the Champions of the world
".


"Cadeau !". Elle lui sourit de toutes ses dents et piqua un fard violent en constatant que les gens autour d'eux s'étaient retournés vers elle pour l'écouter. "Euh hum... Salut, vous" - elle leur fit un geste vague de la main. Elle ne les connaissait pas. Oh la honte. Quelle idée. Mais quelle idée. ANA.


(754)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 12:16

Son record ? Oh, et bien ça, si elle le lançait sur le sujet Quidditch, il était intarissable. Même pas besoin de réfléchir, le souvenir de ce jour était si gravé dans sa mémoire que ça lui revint de suite en tête. « Six minutes trente-deux secondes. » Précis, hein ? On avait parlé que de ça dans le monde du Quidditch pendant des semaines. C’était peu de temps après son arrivée chez les Vagabonds de Wigtown, et ça lui avait valu le titre de légende alors qu’il était encore bien jeune. Le rugissement de la foule était encore imprégné dans sa tête cabossée. Alors à côté, vingt-deux minutes, bon. C’était rien. Du tout, du tout. « Et même pas une accusation de triche, rien. Un miracle, un vrai ! » Le côté accusation, évidemment. Le reste, il devait ça à son talent, rien de plus.

La gamine ne rosissait pas étrangement, alors que Lachlan enfonçait le clou si salement que ça en était presque indécent. Elle révélait un tout autre côté, n’ayant rien à voir avec le rat de bibliothèque qu’elle était à la boutique. Farouche, sauvage, à pas se laisser faire. Il aimait bien ça. Mais pourquoi elle n’était pas tout le temps comme ça, sérieusement ? Il lâcha un éclat de rire bien sincère en l’entendant proférer des menaces invisibles. Castration par genou, voilà une bien terrible sentence. Pour rigoler, il recula un peu, comme s’il se méfiait alors que bon, clairement, il n’aurait pas un tel comportement avec elle. Ni avec personne d’ailleurs. Il respectait, quand même, les femmes. Et un non, c’était un non. Jamais il n’avait profité de son statut pour outrepasser la bienséance, non mais.  « Z’avez bien raison. Les cons comme ça, ça mérite pas la reproduction. » Ok, Lachlan était un peu macho, et ça l’amusait de voir Ana dans pareilles circonstances, entourée de testostérone et de gros muscles parfois un peu flasques. « Un bon coup dans les Souaffles, ça calme ! » Non pas que ça lui soit déjà arrivé. Pas fait exprès, en tout cas. Après, un coup de batte mal placé… Si ça se trouvait, il était stérile. Pas qu’il ait envie de vérifier, mais bon.

Un esprit libre, hein ? Lachlan fit claquer sa langue à la remarque. Pas joli, joli, quand même, de prôner la liberté pour justifier un comportement de goujat comme ça. « Il a bien le temps de ricaner gras avec Aldy, alors hein… Les excuses, bon. Mais ça m’regarde pas, c’est votre vie. Juste… » Juste quoi ? Non, rien. La fanfare atterrit à point nommé pour éviter qu’il ne dise une énième bêtise. La gamine avala la bière cul sec, une audace bienvenue en réalité. Jamais il n’aurait pu croire que c’était la même pénible qui venait le gonfler, sérieux. Elle avait un petit côté peur de rien ici, alors qu’avec ses bouquins entre les mains, elle rougissait à la moindre contrariété. Cette Ana là lui plaisait bien, enfin. Compagnie agréable d’après-match, quoi. Il siffla d’ailleurs en la voyant descendre ça à toute vitesse. Presque admiratif, tiens. Elle avait l’air passablement agacé par les comportements machistes, raison de plus pour la faire changer de sujet, et essayer de la faire pousser une chansonnette. Il la croyait trop timide pour s’exécuter. Il s’était trompé.

Choppant une bière pour remplacer la sienne qui était vide, il fut cueilli par sa jolie voix qui fit taire la foule. C’était quoi, cette chanson là ? Ça ne méritait pas un Award vu les paroles, mais c’était clairement bien assez pour un hymne de gens bourrés. Pour la première fois peut-être, il vit que c’était un joli brin de fille. Ca lui passa, comme un éclair dans la nuit, mais quand même. Nouveau sifflement admiratif avant de caler le verre entre ses dents et claper des mains, impressionné. Il fut suivi par un bout de foule, ce qui fit rougir la gosse. Bizarre celle-là dans ses réactions. Reprenant son verre d’une main, il en attrapa un pour lui offrir. « Et beh, vous faites une supporter de qualité. Faites gaffe, j’vais vous enrôler pour tous mes matchs. » Il plaisantait bien sûr, mais trinqua quand même avec elle. « Vot’ gosier a bien mérité une petite récompense alcoolisée. »  Autour d’eux, la petite foule ébahie s’était resserrée, autant pour la chanteuse en herbe que pour Lachlan, peut-être. « UNE AUTRE, UNE AUTRE ! » Ca braillait, ça se déliait, ça se mouvait comme une meute à demi déchaînée. Au loin, Aldéric lui lança un clin d’oeil éhonté. « Vous m’volez la vedette, dites. » ria-t-il, pas vexé pour deux sous. D’un geste habile, il attrapa sa baguette planquée à sa ceinture, dévoilant une minuscule parcelle de sa peau qui miroitait de sueur et pointa le visage de la cantatrice improvisée. « Mais avant. » Ca avait de quoi faire flipper, quand on était une cracmol, de se faire braquer comme ça. Mais bon, il n’allait pas la trucider au milieu d’une foule de fans déchainés. « Stròcan dath* » Sur les joues rougies par la gêne apparurent dans une parfaite symétrie deux traits bleus et dorés, couleurs de l’équipe qui avait été la sienne pendant moins d’une demie-heure. Voilà qui était mieux pour se fondre dans le décor, non ?

* Traits de couleur en gaélique.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 64
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 13:59

Ana ne savait pas, bien entendu, ce que cela faisait d'être le héro de tout un peuple. Déjà parce que le sport féminin intéressait peu leur société. Mais également parce qu'elle ne jouait pas en professionnel et ne touchait pas le rêve de jouer comme pro un jour. La spontanéité avec laquelle lui répondit Lachlan eut le mérite d'attiser une vive quoiqu'éphémère flamme d'admiration dans son regard. Six minutes, hein ? C'était incroyable. Et l'écossais avait l'air de repartir dans un monde qui le faisait être simple et sans prise de tête dès lors qu'il parlait Quidditch. Si elle avait pu, sans doute lui en aurait-elle parlé toute la journée. Mais elle ne désirait pas l'ennuyer. La thésarde avait légèrement l'impression de devoir marcher sur des œufs pour ne pas le braquer, bien qu'il paraissait d'une humeur si rayonnante qu'elle se demandait bien si un nuage pourrait gâcher sa précieuse journée dans les bottes de celui qu'il était auparavant. C'était dur de quitter la gloire du jour au lendemain. Ce devait être encore plus dur de devoir se contenter de quelques miettes. Ce match de Quidditch amateur, c'était pire que des miettes : c'étaient des particules. La petite centaine de spectateurs n'avait rien à voir avec le stade de quatre vingt mille sorciers prêts à éructer leur joie. Même si, une centaine de spectateurs, c'était déjà le double du public qui venait voir le football féminin à la fac…

   Soit-disant que ces endroits fourmillaient d'esprits ouverts et modernes, Ana savait pour en avoir ciré les bancs que c'était bien faux. La publicité que l'on faisait à leur institution était sale de mensonges. Les garçons étaient machistes, qu'ils soient ou non à l'université, pour beaucoup d'entre-eux. Julian l'était lui-même et la jeune femme avait fini par laisser tomber l'espoir de lui faire ravaler quelques malheureuses paroles. 1978 était peut-être encore une année trop précoce pour voir une évolution raisonnable. Quoiqu'il en soit, elle ne mentait pas lorsqu'elle parlait de castration par le genoux, bien que la réaction de Lachlan lui attira un rire, somme toute, bien sincère et naturel. C'est qu'il l'était lui-même, naturel. Cette conversation et cette scène entre eux, considérant leurs derniers échanges, paraissait être inhumaine, improbable. Anastasia le suivait pourtant du regard et admirait ses rires - son petit crush n'avait malheureusement pas disparu aussi vite qu'elle l'aurait voulu. Il avait un bien beau sourire lorsqu'il se laissait aller à rire. Et la remarque sur les souaffles en attira un miroir et elle secoua la tête - dépassée, peut-être, par l'humour de l'ancien joueur de Quidditch. Parlant de coup dans les souaffles, l'aveu le plus honteux de la thésarde était d'avoir bien dû en coller un dans ceux de son frangin, un beau jour. Pas pour l'avoir abandonné la semaine précédente - il l'aurait mérité pourtant et bien fort en plus - mais pour l'avoir gentiment humiliée devant ses amis sorciers… Autant dire qu'il n'avait pas voulu être méchant mais, bon, fierté d'Ana l'oblige, elle s'était vengée comme il faut. Devant ses amis. Quoiqu'il en soit, elle cru bon de ne pas prolonger la discussion sur Julian, sujet hautement sensible puisque, plus que son frère, il était son jumeau. La personne la plus proche au monde d'elle. La personne avec qui elle était liée depuis sa première respiration et jusqu'à sa plus stricte mort. Personne ne comprenait jamais les liens qui unissaient des jumeaux, sauf ceux qui en avaient. C'était ainsi.

Cela dit, cela dit. La jeune femme aurait peut-être dû s'engouffrer dans l'échappatoire pour éviter de se retrouver acculée en vue de s'improviser chanteuse de variété anglaise. Sa petite surprise pour relever le défi de l'écossais, elle l'avait faite sans vraiment réfléchir, mettant de côté sa timidité évidente lorsqu'il était question de musique. Elle n'aurait pas eu honte s'il avait été le seul à l'écouter mais elle réalisa trop tard - et avec horreur - qu'elle avait attiré son public. Plusieurs paires d'oeils étaient fixés sur sa personne et forcément elle rougit comme une tomate. Rougeurs accentuées par l'applaudissement qui venait, d'abord et surtout, de Lachlan. Elle se vit offrir un verre et décida de se plonger dedans en se fendant d'un sincère mais bref remerciement pour cette sortie avec les honneurs. Une bonne supporter, elle ? Pas sûre… Elle avala sa gorgée après avoir trinqué, un peu trop grosse pour son gosier déjà remplit d'une bière. Ohlala, elle ne tenait pas l'alcool, l'évidence même qu'elle oubliait à CHAQUE FOIS. Et là, elle voyait son destin arriver, très très très clairement, mais ce propre des gens mal-à-l'aise étant de s'enfoncer dans le malaise, Ana s'enfonçait tristement dans ce qui la rendrait plus tard pompette. Et en voulant ignorer les gens qui lui quémandaient une autre chanson, la jeune femme ne put que suivre du regard son geste vers sa baguette et oh, ça lui donnait beaucoup trop chaud. Nouvelle bouffée de chaleur, nouvelle gorgée de bière, avec laquelle elle s'étouffa franchement lorsqu'il vit que l'écossais pointait sa baguette sur son visage : "Non non non non ! Qu'est-ce que vous-..." - Anastasia ferma brutalement les deux yeux en voyant qu'il commençait à marmonner quelque chose avec cet accent écossais qui lui donnait envie de s'évanouir mais aucune douleur ne vînt. Elle n'eut pas l'impression d'être défigurée non plus. "Questcequevousmavezfait ?" couina-t-elle en direction de Lachlan. Elle n'entendit pas sa réponse alors que quelqu'un l'attrapait pour la hisser sur ses épaules - mais qui FAISAIT CA ?! Elle se renversa tout le contenu de sa bière sur le chemisier qui vira transparent. Merde. Les joues encore plus en feu, Anastasia était exposée à la foule. Shite shite sh-... "UNE CHANSON, UNE CHANSON, UNE CHANSON". Ohno Ohno Ohno. Mais ils étaient donc déjà tous ivres morts ? Elle envoya un regard de désespoir à l'attention de l'ancien attrapeur des Vagabonds de Wigtown alors qu'elle s'accrochait fermement aux épaules inconnues qui la maintenaient si haut. Et l'homme faisait en prime des mouvements brusques vers le haut alors que la plèbe en quémandait une autre. Si elle leur chantait une chanson dépressive, ça allait peut-être les calmer ? "Hey Jude" en mineur, c'était ultra dépressif, non ? Et puis zut, elle voulait juste descendre elle, à la base ! "Justeunedeplusalors ?" essaya-t-elle de négocier face aux ivrognes. Ana, Ana, Ana…

"The warden threw a party in the county jail
The prison band was there and they began to wail
The band was jumpin' and the joint began to swing
You should've heard them knocked-out jailbirds sing

Let's rock everybody, let's rock
Everybody in the whole cell block
Was dancin' to the Jailhouse Rock
"

En même temps qu'elle chantait, elle frappait le rythme entre ses deux mains - c'était le plus facile, le rythme, tout le monde pouvait le frapper entre ses mains. Elle essaya d'apercevoir Julian dans la foule mais ne parvînt pas à le voir, avant d'être finalement libérée des épaules de l'ivrogne pour tomber un peu brusquement sur ses cannes, son chemisier terriblement tâché. La hooooonte absolue. Coup dur pour Ana, coup de maître pour Lachlan.


(1268)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 14:42

C’était marrant, quand même, de voir les gens en dehors de leur zone de confort. Oh, pas Lachlan bien sûr, lui était en terrai connu, enfin, tout à côté mais... Bref. Mais Ana, oh Ana… Elle faisait sa petite fiérote, et c’était assez drôle d’ailleurs. Mais tout en elle exprimait le fait qu’elle n’était pas à sa place, pas vraiment. Distribuer des coups de genoux, c’était une chose. Enchaîner les pintes en se claquant dans le dos et en braillant à tue-tête, c’en était une autre. Certes, son royaume avait perdu de sa superbe, un peu. À l’époque bénie où il était prince, l’alcool qu’on lui servait était dans des vrais verres, et pas dans des gobelets. Son entourage parlait mieux, on prenait des photos, on lui passait la brosse à reluire mais au fond, ça restait les mêmes fêtes de sportifs pas toujours malins, toujours bien clichés. Est-ce qu’elle l’avait lu, ça, dans ses bouquins, la gosse ? Ou est-ce que son frère, à sa drôle de manière, essayait de lui apprendre la vie à la dure, en la jetant dans la fosse aux manticores ?

Il n’y avait qu’à la voir là, essayer de se noyer dans son verre parce que la foule aux relents de bière avait trouvé en elle un talent certain. Ça changeait, il fallait dire, quelqu’un qui ne chantait pas faux, dans le coin. Et après l’aventure précédente, la faire boire était peut-être une piètre idée mais hé… Le frangin était toujours dans le coin, a priori, et puis ici, personne ne craignait rien. À part peut-être une bagarre générale, mais dans ce cas-là, être du côté de Lachlan, c’était s’assurer de s’en sortir du côté des gagnants, encore. Et puis, elle avait l’air de savoir donner du genou, alors… Mais de toute façon, l’ambiance n’en était pas là. La foule voulait du chant, oui du chant ! Et Ana était la star, éclipsant momentanément l’ancienne gloire volante. Et tandis qu’elle était maintenant toute peinturlurée, comme les hurluberlus qui la tanaient, elle avait l’air en panique un peu. Ce qu’il avait fait ? Ahah, douce brebis égarée. « J’vous ai mis aux couleurs locales ! » Mode camouflage activé. Mais il douta qu’elle ait entendu quoi que ce soit, car une brute épaisse la tracta sur ses épaules, et Lachlan éclata d’un rire sonore, mais inaudible dans le bruit ambiant.

Ce fut alors un enchaînement malheureux. La pauvre, pas d’équilibre ou bien peu, elle en gâcha de la bière… Mais le public s’en réjouit. Bien sûr, ça aurait été mentir que d’affirmer que Lachlan ne laissa pas ses yeux traîner un peu plus bas que son visage. Sacré transparence ça. Les sifflets de la foule n’étaient pas tant pour l’encourager que pour rendre étrangement hommage à Dame Nature, et Lachlan songea à intervenir quand, toute ragaillardie, elle poussa à nouveau la chansonnette. Bah, qui il était pour briser ses rêves de vedette, hein ? Amusé, ils laissa embringuer dans une simili danse, choppé par les épaules tandis que ça tanguait de droite à gauche au rythme de la chanson a priori pas sorcière, vu que personne, oh non personne n’en connaissait les paroles. Ça marmonnait salement, le brouhaha ne faisait pas honneur à la voix du pinson exhib’ là-haut. « Sacrée paire de… » Censuré dans le texte, bon, voyez l’idée. Jugeant que c’était là la dixième remarque de trop, Lachlan se dégagea de l’emprise de ses comparses et claquant des doigts d’autorité devant le bourrin qui portait Ana, lui faisant signe de la reposer. Exécution immédiate et un peu brutale, la jeune femme atterrit face à Lachlan, enfin, collée à Lachlan parce que la foule s’était resserrée, quand même. Il sentait ce que tout le monde admirait deux secondes avant se coller contre son torse. Malaise, hum, bon. La foule était partie dans une chanson irlandaise improvisée - ah oui tiens, son équipe était irlandaise, c’est vrai - et ça se bousculait un peu avant de se décaler sur la gauche, il ne sut comment. Lachlan se décolla doucement, mais c’était pas tellement mieux, en vrai. Il restait des spectateurs, et c’était très, très, très transparent, voyez…

« Tenez moi ça. » Il lui tendit sa bière et lui adressa un sourire amusé. « Et la renversez pas celle-là, hein… » Dans un geste rendu possible par le fait que les gens s’étaient éloignés, Lachlan retira son haut comme les garçons le faisaient, sans le retourner. Magie ! Comme c’était de l’équipe locale, et donc pas bien friquée, la tenue réglementaire avait perdu de sa superbe. Exit les belles longues capes joliment brodées, son haut était court, proche d’une sorte de sweat délavé. Et septembre clément oblige, Lachlan n’avait pas tellement pensé à mettre un truc en-dessous. Privilège des hommes donc, il se retrouva torse nu, lui tendant son sweat à peine mouillé par l’effort. De toute façon, ça ne pouvait pas être pire que son chemisier imbibé. « Allez, couvrez-vous. Vous allez attraper la mort, et puis, vous risquez de castrer tout le quartier… » Soupir déçu derrière lui. Il lui reprit sa bière, la troisième déjà, non ? Il tenait l’alcool hein, mais trois bières en moins de trente minutes, ça tapait. Aussi ne sentit-il pas le froid caresser sa peau nue et encore un peu humide. Bien des filles auraient payé cher, à l’époque, pour être dans le cas d’Ana et tenir dans leurs mains un vêtement porté par Lachlan McCulloch. Veinarde va. « Ca y est, vous avez la panoplie maintenant ! » La peinture sur ses petites joues avait un peu coulé avec l’incident bière, mais ça faisait authentique. « Manque plus qu’à vous apprendre à tenir une bière, et vous s’rez une des nôtres ! »
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 64
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 15:37

A quel exact moment ça avait dérapé ? A quel exact PUTAIN de moment ? Ana en chemisier transparent - elle qui avait adoré sa tenue oh - devant une foule de mâles en délire, à devoir chanter du Elvis. Génial. Vraiment génial. Et il était où, son abruti de frangin ? Jamais là quand il faut, pour changer ! Elle se réceptionna par terre une fois que Lachlan eut pitié d'elle, sauf que. La jeune femme aux hormones qui ne comprenaient absolument rien à leur vie - mais vraiment, qu'est-ce qui se passe dans son cerveau ?! - se retrouvait complètement collée au torse de sportif musclé et vraiment, c'était presque la bouffée de chaleur de trop. "Hum..." marmonna-t-elle, tant pour sa gêne que pour les quelques regards qu'elle sentait, ici et là, sur sa poitrine enfermée fort heureusement dans un soutif en dentelle. Ana se retrouva avec une bière entre les doigts… "La renverser…? La boire plutôt. Vous m'excuserez si je prends une lichée dedans ?" demanda-t-elle par politesse alors que OH MALHEUR.

Il venait de retirer son haut et il fallu vraiment, mais vraiment, toute la force de sa volonté pour ne pas avoir un sale arrêt sur image, la bouche grande ouverte. Machinalement, elle avala quand même une gorgée de bière, subjuguée, absolument subjuguée. Dans quel monde cela existait les corps si bien taillés ? Elle lui rendit sa boisson, s'humecta quand même les lèvres et enfila le haut bien trop grand pour elle. Anastasia ressemblait sans doute à une petite fille désireuse de garder l'odeur de son papa. Mais là, ce n'était pas l'odeur de son père mais l'odeur de Lachlan qui lui envahit le nez pour stimuler d'autant plus ses terribles pensées. Comme pour s'empêcher de laisser ses idées divaguer davantage, la thésarde croisa ses bras sur sa poitrine justement et elle avait l'air d'une petite fille renfrognée alors qu'elle souriait : "Nan, je tiens pas la bière, j'ai jamais tenu. Résistance à l'alcool ZERO !". Hélas. Elle qui aimait tellement tellement la bibine, "il vaut mieux que je m'arrête là, sinon je vais virer triste de toute façon…". Sage décision Ana, digne d'une Serdaigle. Son alcool triste, Lachlan avait eu l'occasion de s'en rendre compte la semaine précédente. La galloise pompette, c'était une galloise qui soupirait avec grande détresse. Vraiment ennuyeux. La foule avait commencé à s'éloigner sur des sons de musiques irlandaise et finalement, très peu de personnes étaient toujours là. Le distributeur de bière qui ne faisait pas attention à eux. Lachlan. Elle. Ils étaient seuls. Julian était elle ne savait où. Son ami un peu bizarre sans doute sur ses talons. C'était le haut qui lui donnait si chaud ? Sans doute oui. Forcément. Elle s'éventa avec ses mains avant de monter ses cheveux bruns en une queue de cheval pour ne plus les avoir sur les épaules. La ferveur toute redescendue, Anastasia se rendit compte que le jour se faisait plus orangé. Le soleil entamait lentement mais sûrement sa descente de l'après-midi. "Vous devriez retourner vous amuser" lui conseilla-t-elle gentiment, "je vais essayer de mettre le grappin sur mon frère pour qu'il me transplane". La galloise lui sourit : "C'était un chouette match en tout cas. Court mais intense" - elle commença à s'avancer dans la direction qu'avait prit la foule en délire pour constater qu'il ne la suivait pas vraiment : "Vous venez ?".


(585)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 16:34

À la voir là, dans son t-shirt trop grand, les joues bleutées avec une touche dorée, Lachlan ne put s’empêcher d’avoir une pensée pour ses jumelles de petites soeurs. Quand il avait commencé sa fulgurante carrière, elles ne rataient pas un match, oh ça non. Et les voir porter le rouge des Vagabonds de Wigtown, petite hachette collée sur le torse, en braillant dans les tribunes, ça lui faisait toujours un peu chaud au coeur. Aujourd’hui, il se contentait de nouvelles bien lointaines. Même quand il allait en Ecosse, il ne passait trop près de chez elles. Enfin, c’est comme ça. Mais ça expliquait le sourire un peu tendre qui traversa ses lèvres en la voyant enfiler son haut.

Ces deux-là n’arrivaient pas à se comprendre, hein ? Lachlan parlait de tenir une bière, dans le sens, tenir, avec ses mains quoi ! Pour éviter les accidents, voyez ? Mais non, au lieu de ça, elle lui énonçait une évidence, à savoir qu’elle avait la résistance d’un bulot niveau alcoolémie. Ah bon ? Il aurait pas deviné tiens. Il secoua la tête, amusé. « Vous avez p’t’être l’alcool triste parce que vous n’avez pas l’bon contexte. Comment vous voulez être triste ici, hein ? » Ca gueulait toujours, dans le fond, en chantant faux évidemment, sinon pas marrant. Ca mettait du baume au coeur lacéré de l’écossais, qui, fallait-il parfois le rappeler, n’était pourtant pas la personne la plus gaie sur cette foutue terre, ni la plus sainte. Méritait-il un peu de ce bonheur là ?

La lumière vira doucement, la scène était jolie vue de l’extérieur. Quoique, cocasse, même si Lachlan se foutait bien d’être à moitié nu, comme la moitié des joueurs de son équipe à ce qu’il distinguait au loin. La phrase de la gamine le fit rire doucement. S’amuser ? Etrangement, il s’amusait bien là, sans avoir besoin d’aller se cogner le torse contre celui d’un autre type. Elle voulait couper court alors ? Ca ne lui ressemblait pas. Comme ça ne ressemblait pas au sorcier d’avoir envie de prolonger un peu de temps avec elle. Les miracles d’un match de Quidditch, que voulez-vous ? « Vous apprendrez que j’m’éloigne jamais trop du comptoir. Et que j’aime pas tellement mêler ma sueur aux autres avinés. » Sauf quand il était vraiment, mais alors vraiment bourré. On en était pas encore là, mais hé, la soirée ne faisait que commençer. Ses pouces calés entre sa ceinture et le bas de son ventre, parce qu’il n’y avait pas de poches à ce foutu pantalon, Lachlan la dévisagea, intrigué. « C’est marrant, c’est quand vous me tapez presque plus sur les nerfs que vous avez envie de fuir. C’est la vraie vie qui vous fait peur, Ana ? » Il avait un insupportable air de mec sûr de lui, moitié moqueur, moitié joueur. Une goutte de pluie vint taper sur sa paupière, ce qui le fit cligner malgré lui. « Vous énervez pas, hein. Mais j’veux dire, regardez ça. » De ses yeux bleus, il balaya le paysage. Le terrain défoncé, les gens défoncés, la vie, la vraie quoi. « Avec tous les mots du monde, on peut pas le décrire comme c’est vraiment, vous croyez pas ? » Son coeur était empli de joie, vraiment, et de sérenité.

Moment brisé par Alceste, qui avait du sentir trois gouttes le frôler, et courut à la rescousse de son idole dénudée. Sans rien demander, il lui glissa la cape sur les épaules, comme un laquais. Lachlan soupira un peu, et fit un clin d’oeil, volontaire cette fois, à son fan collant. « Merci, pal. J’te présente Ana. » C’est qu’il n’avait pas été élevé chez les gorets, quand même. Ledit Alceste, rouge comme le maillot de son ancienne équipe, bafouilla trois mots avant de fuir à toute vitesse. Lachlan lâcha un rire contenu, appréciant quand même la chaleur du tissu l’envelopper, bien que la cape laissa toujours apercevoir une partie de son corps. « Y m’fatigue… » lâcha-t-il, la fin de sa phrase se noyant dans sa bière tandis que les gouttes s’intensifiaient un peu. La peinture coula un peu plus sur les joues de la galloise, comme si elle avait pleuré des larmes dorées. C’était joli, en vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 64
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMar 1 Sep 2020 - 17:08

Anastasia n'était pas le genre de moldue à baver sur les athlètes. Elle en connaissait beaucoup, la plupart étaient ses amis à l'Université. Alors quand elle entendait une poulette jurer à s'en damner qu'elle AURAIT le nageur principal de l'équipe de natation aux épaules si merveilleusement taillées, ça la faisait sourire. Mais tout ça, c'était probablement avant de se retrouver face à un joueur de Quidditch. Torse nu. Qui lui avait donné son haut pour qu'elle n'attrape pas froid - et pour que tout le monde arrête de regarder ce qui se cachait au balcon. L'ancien joueur de Quidditch n'avait pas foncièrement tort dans ses propos. Mais ma foi. Elle s'était souvent imprégnée d'alcool pendant des soirées avec des amis. A priori, c'était joyeux, non ? Ou alors elle se sentait quand même toujours un peu mise à l'écart - c'est que les conversations tournaient fréquemment autour des mêmes sujets "alcool - sexe - couple - argent" et qu'elle n'était, tristement, pas vraiment concernée par au moins la moitié de ce qui se disait. Elle lui renvoya un sourire miroir un peu compréhensif. C'était en effet gai et festif, elle ne pouvait pas le nier. Mais dans le doute, hélas, elle préférait ne pas trop se laisser aller.

Le soleil qui déclinait joliment mais sûrement leur offrait une belle atmosphère. Les rôles s'inversaient, Ana pensait à partir, Lachlan peut-être à prolonger. Bizarre situation que voilà mais le Quidditch a cela de beau qu'il met en exergue les plus étranges sentiments. De la passion à l'engouement, de la joie à la peine et de la souffrance psychique à physique, tout y passait avec ce sport sorcier. Peut-être était-ce pour cela que c'était si populaire. Elle n'en savait rien. Ce n'était pas à ce propos qu'elle écrivait sa thèse. La posture de Lachlan dévoilait tout de sa confiance. Il puait la confiance en lui. Et elle, dans un haut d'homme trop grand pour elle, elle paraissait riquiqui. En réalité, ils faisaient facilement la même taille. La jeune femme s'en voulait presque de le trouver attirant et de laisser son esprit se falsifier à penser ainsi. L'interrogation de l'homme la happa en plein vol comme une perdrix qui se prendrait la fourbe balle d'un chasseur. Anastasia haussa les épaules, pensive, pas vexée, pour une fois. Il lui avait déjà sous-entendu qu'elle ne vivait pas assez mais c'était avant de savoir qu'elle était dépourvue de pouvoirs. Maintenant qu'il savait, il reposait le sujet. Qu'essayait-il de lui arracher ? Des aveux ? Elle n'en savait rien du tout. Là où ils étaient, c'était un espace déboisé, on avait vu sur une immense vallée, toute anglaise. Ni une, ni deux, au lieu de rester debout, Ana s'assit au sol, les jambes sur le côté et tant pis pour sa jupe. Un coup de détergeant… Ou du savon. Bref, elle n'allait pas s'étendre à être la ménagère modèle. "Peut-être que c'est ce que je fuis, oui" admit-elle en plissant le regard. Ana évitait le sien, comme pour ne pas lui donner cette victoire. "Même si, entre vous et moi, mon chemisier est sans doute d'avis que j'ai assez vécu pour la journée, merci bien !" continua-t-elle sur cette même note très légère qu'ils avaient engagé. Ana fuyait peut-être la vraie vie parce qu'elle lui faisait peur, oui. Le temps courait et s'il courait, il nous échappait. Triste rhétorique, fâcheuse vérité. Lui, mieux que personne, devait s'en rendre compte. Un jour au sommet de la gloire, le lendemain dans les caniveaux. Elle venait de sentir les premières gouttes de pluie après s'être assise et elle avait, disons-le, une flemme incommensurable de se relever.
Un homme accouru à la rescousse de Lachlan, Anastasia le regarda avec une pointe de compassion. Elle n'avait jamais trop compris ce genre de passions, mais elle n'était pas non plus le syndrome même de la normalité. "Qui est-ce ?" lui demanda-t-elle en le suivant du regard alors qu'il repartait en courant, comme pour se soustraire à leurs regards. Il lui faisait tristement penser à un laquais, mais elle doutait que le Lachlan d'aujourd'hui en ait un. La galloise passa machinalement une main sur sa joue mouillée par la pluie et non par les larmes, se salit le bout des doigts et afficha un léger sourire avant de les essuyer dans l'herbe verte de pluie et d'humidité : "Je crois que j'ai abîmé votre oeuvre" plaisanta-t-elle en souriant de toutes ses dents, "remarquez, un maquillage plus rustique sied peut-être mieux à un bon match de Quidd', non ?".


(813)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMer 2 Sep 2020 - 4:52

La gamine était maintenant à ses pieds. Littéralement, hein, qu’allez-vous penser ? Sans être fin psychologue, Lachlan sentit bien tout de même qu’aborder le sujet de l’autre fois la rendait tristoune. Bien joué, champion. En réalité, il ne pensait même pas au fait qu’elle n’avait pas de pouvoir, et qu’il était en réalité son plus grand prédateur à l’heure actuelle. En vérité, sauf quand on lui demandait de faire son sale boulot, Lachlan se moquait bien de savoir si en face, les gens étaient magiques ou pas. La magie n’empêchait pas d’être quelqu’un de mauvais, il n’y avait qu’à le regarder après tout. Heureusement, elle repartit sur le chemin de la légéreté, c’était bien pour l’arranger. Il s’esclaffa quand elle évoqua feu son chemisier. « Ah bah au moins, vous avez marqué les rétines, si j’peux dire ! »

Alceste mit fin à l’instant qui s’étendait vers la beauferie doucement, coupant Lachlan dans son élan alors qu’il allait s’assoir. Ce qu’il fit quand le petit bonhomme partit d’une démarche ridicule, croisant les jambes en tailleur et plaçant sa cape pour éviter que sa peau ne rencontre les gouttes qui tombaient. Ana manifesta une forme de curiosité que le brave type ne méritait pas, vu son comportement de couard. Elle voulait qu’il lui présente toute la foule des spectateurs ou quoi ? « Alceste. Un fan, enfin… Il sait parler que de ça, le Quidditch, le Quidditch, le Quidditch ! Même moi j’ai plus de conversation. » C’était vrai, même si ce sport restait son sujet de prédilection. « Alors autant vous dire qu’une fille, ça lui fait un peu peur. Vous êtes pourtant pas si effrayante. » Soulante, souvent, pénible, bavarde, tout ça. Mais effrayante, oh non, l’adjectif ne lui seyait pas tellement. À choisir, il aurait mieux valu avoir peur de lui, mais Alceste le regardait avec les yeux de l’amour. Peut-être bien qu’il était de l’autre bord, allez savoir.

Il y eut un petit silence, mais pas un gêné comme dans la boutique, non. Un silence paisible, tranquille, tandis que la flotte s’invitait en rideau fin entre eux. Au loin, la foule scandait toujours des hymnes brouillons, et ça créait une drôle d’harmonie qui le fit sourire. Finalement, Ana le sortit de sa simili-rêverie, et il admira son oeuvre comme elle disait, qu’elle avait un peu ruiné, oui. Mais comme elle disait, c’était aussi bien comme ça. « Comme vous dites ! La bière, la pluie… manque que les larmes de joie pour s’y mêler, et vous aurez là le combo parfait. » Ou des larmes en cas de défaite, mais hé, si elle le soutenait, ça ne risquait pas d’arriver !

S’appuyant sur ses paumes pour se pencher un peu en arrière, Lachlan fit face au ciel pour accueillir la pluie. Il adorait ça, la nature, les éléments qui se déchaînaient. Sur terre, la pluie était bien plus douce que là-haut, alors ça n’était pas pour l’impressionner. Si le match avait duré, il aurait eu à slalomer entre les gouttes sur son balai. Il préférait presque ça au temps clair, la difficulté, le challenge. Mais aussi, bizarrement, le vif d’or ressortait plus par temps de pluie, la faute au doré qui étincelait quand il était mouillé. « Alors, dites-moi… » Les cheveux à moitié trempés, collés en partie sur ses tempes, il se redressa un peu pour la regarder entre les lignes invisibles de l’averse. « C’est quoi que vous aimez tant, dans le Quidditch, Ana la terrestre ? » Lui même lui avait confié, l’autre fois, toute la passion que ça réveillait chez lui. Et là, maintenant, alors qu’il était tout en joie, il lui offrait une bien parfaite démonstration. Le Quidd’, comme elle disait, ça avait des vertus thérapeutiques chez lui. Bien plus que ce qu’il avait vécu à Sainte-Mangouste, bizarrement. Enfin, non. Sur son balai, il était libre. Et parfois, il regardait l’horizon en se demandant pourquoi il ne foutait tout simplement pas le camp.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 64
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMer 2 Sep 2020 - 11:30

Anastasia se fendit d'un rire à la remarque limite-limite de Lachlan sur son petit numéro avec un chemisier transparent. Ce n'était sans doute pas non plus son moment le plus glorieux, et sans doute que sans une bière dans le sang, elle aurait réagi différemment mais qu'y pouvait-elle ! Les lois de l'alcoolémie parlaient et comme elle ne se sentait pas en danger avec lui tout seul - il l'avait ramassé complètement à l'ouest en pleine nuit sur le Chemin de Traverse, ça instaure un truc, non ? - elle pouvait bien rire de ses remarques un peu grasses. C'était un jour de match de toute manière, certes déjà la troisième mi-temps, alors…
Un bien étrange bonhomme les interrompit et Ana écouta sans rien dire la réponse de l'ancien joueur de Quidditch avant de hausser les épaules. Bah ! Y avaient des gens pour qui on ne pouvait guère plus rien faire de toute manière. Cet homme devait en faire parti. La galloise afficha un sourire un peu amusé en le regardant du coin de l'oeil : "Je suis donc un peu effrayante, un mythe vient de naître". Elle était parfaitement consciente de ne pas inspirer la peur pour trois pence mais on peut bien rêver, non ? Assis tous les deux alors que la pluie leur proposait un bien étrange moment, Anastasia se fit la réflexion qu'elle devrait se remettre à se promener sous la pluie avant d'aller prendre une douche bien chaude. Son grand-père lui répétait toujours que cela forgeait les esprits et surtout, que cela endurcissait les corps. Elle ne l'avait jamais réellement cru bien qu'elle suivait ses conseils, comme une gentille petite fille bien élevée. La jeune femme apprécia ce silence après une après-midi de cris et de laisser-aller pour l'amour du sport, bien que la conversation entre eux repartit, curieusement toujours, sur ces teintes légères qui rendent une discussion agréable. Anastasia ne le regardait pas, pas plus qu'elle regardait le ciel à dire vrai. Elle regardait l'étendue d'en face, la vallée rendue si verte par la pluie qui s'abattait sur elle. La jeune femme avait toujours particulièrement aimé le Royaume-Uni. Elle avait un peu voyagé en Europe, ici et là, si elle avait particulièrement apprécié certains pays, la galloise se plaisait toujours à rentrer à la raison. Et si le Pays de Galles était le meilleur pays du MONDE - l'emphase est très importante - l'Angleterre n'était pas mal non plus.

Lachlan interrompit son cheminement de pensées, qui se plaisait à divaguer vers ces autres endroits où elle n'avait jamais été sur une question somme toute très intéressante. Elle n'avait jamais réellement songé à la réponse. Son adjectif, fort justement, la fit sourire sans qu'elle ne s'en offusque. Il y eut un certain silence qu'elle s'octroya pour y songer. Qu'est-ce qui lui plaisait le plus dans le Quidditch ? "Vous savez, chez les moldus on a beaucoup de sports. Des sports terrestres avec des balles et des ballons. Des sports dans l'eau, sous l'eau et sur l'eau. Des sports de falaise. Mais jamais de sport où on peut réellement voler" commença-t-elle d'un ton pensif en commençant à arracher distraitement l'herbe mouillée à côté de sa main, "du point de vue de quelqu'un d'extérieur au monde de la magie, le Quidditch ça représente une bonne dose de liberté, ne serait-ce que parce que vous volez. C'est violent c'est vrai. Mais il harangue la foule, presque tout le monde aime ce sport. La question devrait surtout se poser pour ceux qui ne l'apprécient pas". Elle afficha un petit sourire malin et arrêta d'arracher l'herbe. "Cela dit, si vous voulez savoir, moi j'aime regarder tous les sports. Le foot' ; la boxe ; le baseball que sais-je… Le Quidditch est un sport de plus auquel je m'intéresse, voilà tout".

(671)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMer 2 Sep 2020 - 19:15

Un mythe, elle disait ? Oh, peut-être pas, mais il y avait bien un truc qui naissait, à cet instant là. Difficile à définir, bien sûr, parce que Lachlan n’était pas bien du genre à se rendre compte de ce genre de choses, ni à poser des mots dessus. Mais en tout cas, leur relation chaotique prenait une direction un peu différente, dans ce contexte tout particulier. C’était imperceptible, presque, et la réponse se cachait sûrement dans son sourire. À lui, parce qu’elle, elle lui en avait déjà distribué une paire. En tout cas, elle n’était pas effrayante, elle n’avait pas bien compris ce qu’il avait dit, encore. Mais pas la peine de relever, à quoi bon ?

Tandis que la pluie tapait sa peau, au loin on voyait un arc-en-ciel. La lumière orangée conférait à la scène une atmosphère vraiment douce, étrange, presque surréaliste. En même temps, ces deux-là qui se causaient sans tension, c’était tout de même à marquer d’une pierre blanche. La belle et la bête, version moderne, en quelque sorte. Elle, dans une tenue pas très princesse, lui à moitié à poil, mais pas vraiment. En tout cas, posés dans l’herbe comme ça, le spectacle était bien incongru. Il aimait le ciel, elle appartenait au monde d’en bas. Il était sorcier, elle pas. Elle était gentille, lui pas tellement. Elle parlait joli, il mangeait ses mots. Pas étonnant qu’en général, ça ne colle pas. Mais là, oh là, allez savoir. Histoire de creuser la différence, ou de trouver un point commun, peut-être, Lachlan l’interrogea donc sur le grand amour de sa vie à lui. Jamais il n’avait été aussi attentif à ce qui sortait de sa bouche, évidemment.

Dès le début, ça le calma. Moldu, hein, quoi ? Pas futé quand il s’agissait de décrypter l’invisible, Lachlan avait été au plus court, n’envisageant pas du tout qu’elle aurait pu être autre chose qu'une fille de sorciers née sans pouvoir. Non, non, moldu, le mot était lâché. Un tic nerveux traversa sa bouche. C’était dangereux, oh bordel si dangereux de causer à la gamine. Si elle savait. S’ils savaient, aussi. Merde alors. Mais ici, personne ne surveillait, hein ? Tout ça le fit rater le début de l’explication, où elle lui fit un panorama du sport non sorcier et en vrai, bon… Pas grand intérêt. Il parlait Quidditch, lui. Une fois le petit choc passé toutefois, il fit plus attention. Ah ça oui, depuis époque Icare, les simples mortels rêvaient de voler. Et les sorciers, eux, le pouvaient. Aussi, il pouvait comprendre la fascination, mais pas totalement forcément. Mais la fin de sa réponse, en tout cas, le déçut un chouia. Comment ça, un sport de plus ? Il secoua la tête, levant ses billes bleues vers le ciel qui n’était plus de cette couleur là. « Vous méritez même pas de porter mon haut avec c’que vous m’dites. » Comparer ça au… foot ? Ou la boxe, franchement, mais c’était quoi ce délire ? Et puis, c’était quoi ça, le foot, d'abord ? « Vous pensez vraiment que le Quidditch, c’est un sport comme les autres ? Vraiment ? Alors que vous avez lu toute la bibliographie sur le sujet, vous avez rien compris ? » Ses yeux se posèrent sur ses mains abîmées par les coups portés à la boxe, qu’il lui exposa sans détour, lui qui les gantaient d’habitude. « J’boxe aussi, milady. Et figurez-vous que ça n’a rien, mais rien à voir, oh ça non. C’est violent, mais bien moins poétique, j’vous jure. » Les coups dans la gueule, le sang qui coulait. Rien à voir avec les chutes presque chorégraphiques des gens qui tombaient de leur balai.

Détendant ses jambes dans l’herbe, la position tailleur ne lui convenant pas trop, Lachlan s’étira comme une sorte de chat, faisant craquer son dos sans qu’on entende bien. Parler boxe avait réveillé une vieille douleur. Finalement, il la fixa, le regard déterminé comme s’il avait vu un vif d’or à milles lieux. « Mais vous m’avez pas bien répondu là. Vous parlez comme vos bouquins, à énoncer des grandes banalités là mais… » Lui parlait ressenti, pas énumération des sports depuis 1867, voyez. « C’est quoi qui se murmure dans le truc qui bat sous vot’ chemisier trempé, dites ? » Qu’elle écoute un peu ça, au lieu de sa voix dans sa tête qui lisait sans doute les mots que ses yeux balayaient. Le coeur. Même si celui de Lachlan était un peu fêlé, comme son crâne, il battait au rythme de sa passion, fort, bruyamment. Preuve qu’il était vivant, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 64
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | doom days
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyMer 2 Sep 2020 - 21:42

Anastasia compris qu'elle avait été indélicate au moment où Lachlan commença à lui répondre. Elle ferma brièvement les yeux et ne dit rien, en l'écoutant avec une patience d'ange. Elle n'était pas agacée qu'il la reprenne, elle en avait même honte, à dire vrai. Fort heureusement, les gouttes de pluie faisant couler le maquillage aux couleurs de l'équipe de Quidditch vainqueur cachaient ses quelques rougeurs de honte. La galloise n'osa pas croiser son regard, tout dans ses paroles signifiaient qu'il n'avait pas compris le sous-entendu des siennes. Si elle aimait tous les sports, elle ne pouvait pas comprendre ce qu'il ressentait lui. En parler serait faire revivre néanmoins leur triste conversation au magasin de Quidditch. Ils ne venaient pas du même monde et pour la première fois depuis le début de leur après-midi ensemble, cela leur éclatait brutalement à la figure. "Je ne sais pas si c'est plus ou moins poétique" commença-t-elle en ne pouvant faire taire son esprit de contradiction, "mais j'y vois souvent une certaine signification lorsque l'on se penche un peu sur le pourquoi d'une passion pour la boxe". Elle savait que beaucoup d'hommes et de femmes boxaient pour se défouler et défausser de leurs vies difficiles. Certains avaient une raison ancrée dans le cœur, une passion ardente pour ce sport. Elle n'y voyait pas nécessairement moins de poésie. Mais une poésie différente, certes. La jeune femme ne souhaitait pas creuser le pourquoi son interlocuteur boxait, ce n'était pas là son but et cela ne la regardait pas. Elle savait bien que s'il ne le disait pas spontanément, c'était parce qu'il avait une bonne raison de ne pas le faire. "Mais je comprends que vous trouviez une poésie au Quidditch, surtout si vous y jouez" reprit-elle pour adoucir un peu ses propos. Comment pourrait-elle saisir toute cette poésie, elle qui n'était jamais montée sur un balai ?

   Anastasia faisait partie de ces personnes qui avaient besoin de vivre les choses pour les ressentir vraiment. Elle avait certes engloutit tous les ouvrages sur le Quidditch et les autres sports, elle connaissait certes la plupart des records, des noms des grands joueurs et leurs histoires, elle ne savait pas ce que cela faisait d'avoir les fesses sur un balai volant. La jeune femme le suivit du regard alors qu'il détendait ses jambes, attendant la prochaine protestation. Sa question, dans sa formulation, la prit un peu de court et elle détourna son visage, eut même un rire un peu surprit. Ce qu'il y avait dans son cœur ? Que pouvait-elle y trouver d'autre qu'une admiration franche pour les gens qui avaient la chance de pratiquer ce sport ? "Ce serait vous mentir que de vous répondre quelque chose de particulier" commença-t-elle avec prudence, "comment puis-je ressentir ou espérer ressentir ce que vous ressentez avec tellement de passion alors que je ne me suis jamais élevée du sol autrement qu'en sautant de mon canapé ?". Elle reposa enfin ses yeux sur son visage comme si elle essayait de l'analyser. "Julian n'a jamais voulu me faire monter sur son balai. Il a toujours prétexté des arguments stupides et j'ai préféré ne pas insister" confia-t-elle encore. La thésarde frotta ses mains entre elles et elle ajouta enfin : "Vous aviez raison, l'autre jour" - elle préféra ne pas croiser son regard - "lorsque vous disiez que pour comprendre, il fallait l'avoir vécu". Aujourd'hui, curieusement, Ana retournait ses paroles contre lui. "Peut-être que cela me passionne précisément parce que je ne peux pas comprendre".


(620)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana EmptyJeu 3 Sep 2020 - 12:27

Dire que la boxe était une passion pour l’écossais, ça aurait sans doute été un peu exagéré. En réalité, c’était un besoin, quasi vital. Pour éviter de rosser de coups des inconnus, ou du moins, décharger l’adrénaline pour que ça arrive moins. Quand Razvan l’avait introduit dans le club pas bien légal, Lachlan avait rapidement fait ses preuves en démolissant un type de pas loin de deux mètres, qui l’avait donc littéralement pris de haut. Mauvaise idée ça, bonhomme. Il avait suffi d’une remarque de sa part pour le foutre en rogne, et il avait failli lui briser la colonne à force de s’acharner. Autant dire que depuis, on ne se moquait plus de Lachlan McCulloch, l’enragé, le chien des enfers, quand il s’approchait du ring.

Alors c’était peut-être bien pour ça qu’il ne mettait pas ça dans le même panier que son sport fétiche. Quand il boxait, il n’était pas passionné. Il était hors de lui, hors de contrôle, laissant toute la violence s’exprimer parce qu’il le fallait. Le plaisir vs la contrainte forcée, ou presque. Alors en réalité, il espérait bien qu’elle n’allait pas essayer de se pencher sur le pourquoi du comment de ses uppercuts. La vérité ferait mal, comme un crochet en pleine mâchoire. Lachlan aurait du mentir et c’était un exercice mal maîtrisé par le rugueux écossais. Pourquoi il lui avait parlé de ça, bon sang… Aussi ignora-t-il sa remarque, volontairement oui, jusqu’à ce qu’elle reparle de ce qui valait la peine et n’évoquait, bizarrement, aucune douleur alors que c’était bien sur un balai que sa vie avait été détruite.

Ca l’adoucit un peu, forcément, et il remit le sujet sur le tapis en essayant de creuser un peu, et de faire parler la gamine avec ses tripes, et pas avec sa tête, bon sang ! Elle avait l’air mal à l’aise, sans doute pas bien habituée à ce qu’on la pousse comme ça dans ses retranchements, et son regard le fuyait. Pourtant lui, il ne la lâchait pas, tandis qu’elle commençait à expliquer avec une once de tristesse que son côté terrestre, ça la pesait lourd. L’imaginer sautant de son ridicule canapé déclencha une pointe d’empathie de son côté. C’est vrai que c’était triste, quand on y pensait. On aurait dit une enfant qui regardait les grands atteindre des trucs trop haut pour elle, avec des petits yeux mouillés. Et lui, il était là, à insister avec ses gros sabots parce que hé, Lachlan being Lachlan.

Et puis, elle lui parla de son frère. Lachlan ne put masquer sa surprise : oh, alors quoi, lui était sorcier ? C’était un né moldu donc ? Trop d’infos, non, non, nooon, stop. Ca le rendait encore moins appréciable à ses yeux, mais pas pour cause de Mangemorie : plutôt que cet imbécile ne partageait même pas sa magie, c’était con ! « Eh ben, vot’ frère ne remonte pas dans mon estime ! » Quand même, c’était quoi ça ? Lachlan avait toujours tout fait, à l’époque, pour faire sourire les jumelles qui lui collaient aux basques. Et puis après, il se passa un truc étonnant, parce qu’elle admit qu’il avait… raison. Oui, oui, ça faisait un choc. Un sourire traversa les lèvres de l’attrapeur, et il s’appuya à nouveau en arrière, content. Même si en vrai, ce qu’elle disait, c’était encore une fois un peu tristounet. « Vot’ coeur ne s’autorise même pas le fantasme, à c’que j’entends. » Il ne comprenait pas, lui non plus. De toute façon, ils ne se comprenaient pas, c’était comme ça. Une idée farfelue lui traversa l’esprit, mais il la mit au coin, directement. « Vous devriez arrêter d’être sage ! Piquer le balai de votre frangin, et essayer par vous-même. Au pire, vous tombez, c’pas grave ça. » Il se souvenait de l’époque où, à huit ans à peine, il avait emprunté celui de son père pour essayer de voler. Quatre cotes cassées. Mais il était déjà amoureux. À l’instant où ses pieds avaient quittés la terre. « Y’a qu’en essayant que vous saurez. Ca sert à quoi, sinon ? Vous allez regretter toute votre vie alors que, franch’ment, vous êtes une privilégiée quand on y pense. » Le terme était un peu abusé, mais bon. La subtilité et McCulloch, ça faisait douze. Mille. Douze mille. « Y’a plein de gens comme vous qui savent même pas qu’on peut vraiment voler. Qui pensent que les balais, ça sert qu’à épousseter. Vous, vous savez alors… En selle ! » Rien n’était si simple, évidemment. Mais c’était là de parfaits mots de Gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana Empty

Revenir en haut Aller en bas

Les étoiles du balai ne meurent jamais w/Ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre-