GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

Un, deux, pas de deux (Lachlan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Carina E. Hodgens

Carina E. Hodgens


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 143
| AVATARS / CRÉDITS : Emma Stone (all souls/morrigan.)/ signature (Magma.)
| SANG : Sang mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle travaillant à la boutique d'Apothicaire de ses parents
| PATRONUS : Une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Un, deux, pas de deux (Lachlan) Empty
MessageSujet: Un, deux, pas de deux (Lachlan) Un, deux, pas de deux (Lachlan) EmptyMar 8 Sep 2020 - 13:43

La réponse de Lachlan n'avait été ni un oui ni un non, mais un pourquoi pas. Pas de date fixée. Seulement une possibilité envisageable et agréable. De moins l'avait-elle compris de cette manière. Ainsi, elle ne se rendit pas dès le lendemain à la boutique d quidditch. Quelques jours lui permirent de s'organiser et trouver une solution à propos de Deirdre. Il fallait la garder. Heureusement, la solution s'offrit à elle rapidement : les Tonks se proposaient de l'avoir chez eux pour la soirée et la nuit. Elle pourrait alors du temps avec sa nouvelle amie : Nymphadora. En échange, la médicomage accueillerait la petite métamorphomage un samedi soir et un dimanche matin. Prendre soin de deux adorables petites filles ne lui semblait pas surhuman. Pour préparer cette petite sortie, il avait fallu faire quelques achats. Ah les enfants... Si cela contribuait à canaliser l'énergie et l'excitation de sa nièce jusqu'au jour j, Carina s'en satisferait... Elle arriva chez les Tonks en compagnie de la fillette vers 18 h et repartit une demi-heure. Après une dernière embrassade, elle se rendit compte que Deirdre était moins (beaucoup moins) nerveuse qu'elle - était-ce le lot de tout parent ? - et quitta le logement le cœur à peu près serein.

Si Carina était habillée simplement, elle ne ressemblait pas non plus à une médicomage sortie de son service. Ses cheveux n'étaient pas en bataille et ses yeux semblaient reposés. Et ses chaussures avaient même été cirées. Ainsi vêtue et soignée, elle réapparut sur le chemin de traverse avec son habituel sourire sur le visage. Alors qu'elle marchait sur le sol pavé, elle regardait à droite à gauche pour faire du repérage - elle oublierait la moitié d'ici la prochaine fois - afin de montrer les boutiques intéressantes à sa nièce. Elle supposait que la ménagerie magique serait une bonne idée. Elle avait pensé à offrir à Deirdre un animal rien qu'à elle afin qu'elle se responsabilise. Ou alors tout simplement pour lui faire plaisir. Evidemment, il n'y avait pas de gerbille ici. Mais des rats, oui, à profusion. Elle roula des yeux et reprit sa route. La raison de sa présence ici n'avait pourtant rien à voir avec sa nièce. Elle voulait rejoindre le magasin de quidditch avant 19 heures.

Finalement, la bâtisse s'imposa dans son champ de vision. Elle s'arrêta un instant pour l'observer et repéra des détails auxquels elle n'avait jamais fait attention avant. Des enfants essayaient de ralentir leur parents pour observer les balais en vitrine. D'autres en sortaient, les bras armés de courses. La fermeture approchait probablement. Des couples, des étudiants, des familles se promenaient sur le chemin de traverse. Elle eut une pensée à propos de la rentrée scolaire qu'il fallait préparer. Ce n'était pas ici qu'elle trouverait les fournitures que demandait l'école privée de Deirdre. Elle chassa ces idées de son esprit pour remettre tout cela à plus tard, et entra finalement dans le petit commerce. Cela lui fit presque étrange de voir cette boutique avec des clients. Elle se permit un coup d’œil sur les étagères, attendant que le nombre de personnes au comptoir se réduise. Il y avait dans les rayons des produits dérivés de certaines grandes équipes, dont des maillots. Elle ne put s'empêcher d'aller fouiner dedans et en chercher un des harpies.

Carina n'était pas nécessairement la plus grande connaisseuse de quidditch, mais il lui arrivait de supporter des équipes de première ligue et d'assister à des matchs. Elle n'avait jamais réellement assisté à ceux de Poudlard ou alors seule dans un coin, mais n'en restait pas moins une fan tout à fait respectable. Elle n'en trouva pas à sa taille, peut-être une prochaine fois. Après un dernier coup d’œil aux différents tee-shirts pour porter son attention sur quelque chose de plus intéressant : Lachlan.  Quand elle arriva à sa hauteur, elle prit la parole la première :  “Bonsoir.” Il ne lui fut pas difficile de se perdre à nouveau dans ses yeux bleus... Ouais ce n'était définitivement pas la fatigue.  “J'espère que je n'arrive pas à un moment inopportun.” Ajouta-t-elle rapidement avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 78
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Un, deux, pas de deux (Lachlan) Empty
MessageSujet: Re: Un, deux, pas de deux (Lachlan) Un, deux, pas de deux (Lachlan) EmptyHier à 22:13

« Je veux le bleu ! » Au moins sept à huit minutes que ça durait. La progéniture s’époumonait, et le père ne semblait pas bien apte à répondre au caprice. Alors ça braillait, et Lachlan n’aimait pas trop ça. Les autres clients n’étaient pas bien ravis non plus, mais qu’y pouvaient-ils ? Comme lui. Luttant pour ne pas taper du pied d’impatience, Lachlan assistait donc avec impuissance à la scène où le papa, visiblement ancien Gryffondor, refusait catégoriquement que son rejeton enfile un haut aux couleurs de Serdaigle. Le petit lui s’en moquait bien de ce que ça voulait dire, il était juste happé par la couleur, aussi bleue que les yeux du vendeur blasé qui ne se mêlait absolument pas de ça, ayant regagné son comptoir dès qu’il avait compris qu’il serait aussi utile dans cet échange qu’un manchot au poste d’attrapeur.

Pendant ce temps, Lachlan essayait de faire tranquillement son boulot, encaissant les quelques clients restants qui levaient tous les yeux au ciel ou presque. « LE BLEUUUUUUUU ! » Lachlan aimait les beaux matchs, les affrontements musclés mais là, c’était insupportable. La joie d’être en clientèle, qu’est-ce que vous voulez. Pas tellement doué pour l’empathie, il laissait couler mais sentait que sa jauge montait salement côté colère. Ca lui vrillait vraiment les nerfs. Quand enfin la caisse fut déserte, et que la scène se prolongeait, Lachlan farfouilla sous le comptoir pour en sortir une écharpe qui avait un accroc, couleur des aigles. Invendable. Si ça pouvait faire taire le chiard, alors allons-y. « Tiens, c’est bleu. » Il lui tendit l’écharpe, et le gosse la ferma. Il eut comme l’impression que les autres clients avaient envie de l’applaudir, mais n’osaient pas. Le père n’en fut pas si reconnaissant, comme s’il avait flingué toute son éducation en un cadeau. « Viens, on s’en va… » Lachlan fit des yeux ronds, dans laquelle une noirceur s’installa vite. Non mais quoi ? Ravi, le gosse suivit son père, et l’ancien joueur des Vagabonds ne put s’empêcher une remarque désobligeante. « De rien surtout ! » Le ton était sec, cassant. Les gens autour, compatissants. Une bien belle après-midi qui commençait, en somme.

Les heures qui suivirent furent heureusement bien plus ennuyeuses et paisibles. Mackenzie avait eu un sursaut d’énergie, et courait dans tout le magasin pour aider les clients. Pendant ce temps, Lachlan s’emmerdait à la caisse, mais ça lui allait. La veille, il avait veillé. Tard. Ne demandez pas le programme, merci. Micro-siestes entrecoupées d’encaissements de clients, voilà qui avait suffi à l’apaiser suffisamment pour que, la journée s’étirant sur la fin, il dégaine un sourire en voyant une tête connue apparaître. Tiens, tiens… Depuis qu’il avait proposé à Carina de passer un soir, après son travail, il avait rangé cette possibilité dans un coin de sa tête, sans trop attendre quoi que ce soit de tout ça. Peut-être qu’elle ne reviendrait jamais, après tout. Et sans l’oublier, il avait toujours fermé la boutique sans guetter son arrivée. Pourtant, la voir ce soir lui mit du baume au coeur. Oui, même Lachlan McCulloch avait un coeur, juré. « Oh, bonsoir. » Il était bien plus avenant que lors de leur première rencontre, enfin, leurs premiers mots échangés quoi. Parce que le reste... Marrant que ce soir, le comptoir les sépare alors que l’autre jour, bon…

« Ça va, t’inquiète pas, j’allais partir. » Pas vraiment, mais bon… Pour toutes les fois où c’était lui qui fermait, ce soir, ça pouvait bien changer. « J’reviens, bouge pas. » Filant dans l’arrière-boutique, il y croisa son patron qui faisait il ne savait quoi tandis qu’il ôtait son uniforme inspiré de sa tenue de Quidditch aux couleurs de son ancienne équipe. « Hé l’ancêtre, j’file plus tôt ce soir. » Ca n’était pas une demande, c’était une affirmation. Mackenzie ricana, qui zieuta dans la boutique tandis que Lachlan enfilait sa chemise en jean dont il retroussa les manches immédiatement. « Hé bah, fais-toi beau avant d’partir, elle est jolie la donzelle. » Lachlan fit une moue amusée, mais jeta tout de même un oeil à son reflet avant de quitter la mini pièce, histoire de. Ouais, ça allait. « Amusez-vous bien ! » cria le vieux, suffisamment fort tout exprès pour qu’elle l’entende. Les billes bleues se levèrent au ciel avant d’inviter Carina à le suivre sans mot dire. S’il savait ce qu’ils avaient fait sur son comptoir, il ne serait peut-être pas aussi jouasse !

Une fois dehors, le petit froid de septembre lui mordit la nuque. Il aimait, sans se l’expliquer, cette sensation. Sûrement parce que ça lui rappelait le vent dans ses cheveux quand il était dans les hauteurs. Mais il ne laissa pas son esprit divaguer, et posa à nouveau son regard sur la belle médicomage. « Je savais pas si tu viendrais un jour. » C’était un peu brut, mais si vrai. Sa façon à lui de lui dire qu’il était content de la voir. Quoi, ça n’était pas explicite ? « Mais je suis content que tu l’aies fait. » Voilà, c’était arrangé. Adouci par la vision de la jolie rousse, sans doute, il déposa un baiser sur ses lèvres, gentiment. « T’as faim ? Soif ? Les deux ? » Pas romantique, certes, mais hé, c’était Lachlan.
Revenir en haut Aller en bas

Un, deux, pas de deux (Lachlan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Le chemin de traverse-