GRYFFONDOR : 36 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
-37%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur ultra silencieux Rowenta Turbo Silence Extrême+
75 € 119 €
Voir le deal

Partagez

« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Morfin Carrow

Morfin Carrow


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 341
| AVATARS / CRÉDITS : Jamie Dorman- Crédits: Praimfaya
| SANG : Aussi pur que la pureté elle même


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina Empty
MessageSujet: « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina EmptyMer 16 Sep 2020 - 23:36

 14 juillet 1978

Assis derrière son grand bureau, le Directeur du Département des Accidents et Catastrophes Magiques finalisa une note  de service qu’il envoya aussi tôt au bureau des oubliators. Une note à l’attention de  Neolina Siankov.  Son nom ne lui inspirait absolument pas confiance. Une oubliator qui avait été mise à la disposition du Ministère Anglais par les services du ministère de la Russie. Ayant travaillé pendant 8 ans au Département de la Coopération Magique internationale, il savait très bien que les Russes n’étaient pas les plus fiables des partenaires. Leur mise à disposition pour d’autre régime étaient toujours intéressées. Soit elles étaient un moyen d’écarter les ennemis du régime, soit-elles étaient le moyen d’envoyer des espions. Morfin ne savait d’ailleurs pas quelle option il préférait. Une chose était certaine. Il devait surveiller cette nouvelle recrue du service des oubliators. Avec l’aide d’un contact et beaucoup d’argent, il avait pu obtenir le dossier de l’intéressée.  Un dossier de plusieurs centaines de pages avec des tonnes d’informations sur sa vie personnelle comme sur sa vie professionnelles. Il connaissait ses moindres secrets, du moins tout ceux que le gouvernement Russe avait pu trouver. Si en matière d’espionnage on pouvait faire confiance à quelqu’un, c’était bien aux Russes. Il n’hésiterait pas à s’en servir pour la détruire et la faire fléchir si tel était nécessaire. Oui, il avait compris en étudiant le dossier qu’elle était là parce qu’elle était bien trop douce dans sa façon d’amnésier les patients. Des méthodes qui ne plaisait pas aux autorités Russes et qui ne plairait pas à Morfin. Il n’était peut être plus le chef de la brigade des oubliators mais il était le Directeur du Département, et donc le chef de la brigade n’aurait pas le choix que de se plier à chacun de ses ordres. Tout comme elle.  Il patientait dans son bureau, attendant la jeune fille, qu’il avait convoquée immédiatement pour un entretien de mi- période d’essai. Un entretien qui se faisait normalement avec le chef de la brigade des oubliators mais qui dans ce cas se faisait avec le grand patron.  5 minutes, 10 minutes. Elle semblait se faire désirer et il n’aimait pas ça. Que n’avait-elle pas compris dans le mot « immédiatement ? ». Lorsque sa secrétaire la fît enfin entrer dans son bureau, il claqua la porte d’un geste sec de la baguette et se leva, tout en posant les poings sur la table.  « Vous ne savez pas ce qu’immédiatement veut dire Sakianov ? Vous avez besoin de cours d’anglais ? ». Sa voix était ferme et autoritaire, son ton plein de sarcasme. Elle allait comprendre rapidement qui était son Directeur.
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina Empty
MessageSujet: Re: « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina EmptyMer 21 Oct 2020 - 1:42

Derrière une pile de paperasse qui tenait miraculeusement sur son bureau, c’était à peine si on pouvait distinguer la tignasse blonde de la jeune roumaine. D’accord, elle n’était pas bien grande, mais son prédécesseur lui avait laissé de jolis cadeaux avant de partir, à savoir une tonne de dossiers remplis d’une écriture illisible, à moitié achevés. Ca, ça ne serait jamais passé en Russie. Alors, avec assiduité et enthousiasme, la jeune femme s’efforçait de rattraper le retard dont elle n’était même pas la cause entre deux missions. Pour une raison qu’elle ne s’expliquait pas trop, pour le moment, on ne l’avait pas trop confrontée au terrain. Ou plutôt, elle essayait de ne pas prêter de mauvaises intentions à cette attitude, car il était plutôt évidemment que la méfiance régnait depuis son arrivée.

La majorité des collègues étaient toutefois sympathiques, et pour le moment, son travail était irréprochable. Certes, il y avait parfois quelques regards intrigués sur ses méthodes qui avaient traversé le rideau de fer bien avant elle semblait-il. Mais il en fallait plus pour entamer l’éternelle bonne humeur de la roumaine. Cela contrastait un peu avec l’ambiance au Ministère, qui n’était pas au beau fixe il fallait le dire. Mais la guerre invisible, qui commençait à prendre de l’ampleur, tendait tout le monde et c’était bien normal. L’incident de Pâques était encore un traumatisme présent pour bien des bureaucrates, et bien des sorciers de la ville d’ailleurs. Neolina n’était pas venue ici pour rien après tout. Elle savait que les gens avaient besoin d’aide et même si un sourire ne pouvait tout arranger, elle était persuadée qu’une attitude positive valait mieux que le négativisme qui semblait planer sur toute l’institution.

Alors qu’elle soufflait pour la dixième fois au moins sur une mèche de ses longs cheveux qui lui passaient devant les yeux, une note atterrit sur son bureau. Intriguée, elle la déplia sans attendre et fut happée par les mots secs qu’elle y lut. Le nom en bas de la note expliqua beaucoup de choses, car la réputation du directeur de son département le précédait. Morfin Carrow était un homme puissant, qui faisait trembler plusieurs de ses collègues. Mais bon, elle n’était pas du genre à juger sur des on-dit, aussi se leva-t-elle avec entrain et se rendit au bureau occupé le plus proche, où Marisa, une de ses collègues, était elle aussi penchée sur un gros dossier. « Excuse-moi, tu saurais m’indiquer le bureau de Mr Carrow ? » L’Oubliator pourtant chevronnée leva vers elle un regard qui en disait long. « Il t’a convoquée ? » Neolina opina dans un sourire, bien qu’elle n’en reçut absolument aucun en retour. « Bon courage... » souffla-t-elle avant de lui donner des indications alambiquées plutôt que de l’y emmener, sans doute trop terrifiée à l’idée d’approcher du bureau.

Evidemment, avec un sens de l’orientation aussi défaillant, Neolina se perdit dans les méandres du Ministère et dut héler un bureaucrate bien occupé pour se repérer. Finalement, elle atterrit devant ladite porte et passa ses mains sur ses cuisses pour défroisser son uniforme pourtant impeccable. Oh, elle n’était pas si nerveuse, juste… Mieux valait faire bonne impression. « Mademoiselle Siankov. Veuillez me suivre. » Une minuscule secrétaire la conduisit dans l’imposant bureau où l’attendait l’homme qu’elle n’avait aperçu que de loin, et en coup de vent. Plantée là où la femme l’avait laissée, Neolina affichait toujours un gentil sourire, qui ne s’évanouit même pas face à l’accueil plus que glacial qu’elle reçut. L’homme était aussi sec que son petit mot, et comme s’il avait besoin de prouver sa supériorité, essaya d’en imposer physiquement. Neolina ne put réprimer un petit sursaut quand la porte claqua, comme les mots qui suivirent. « Siankov, monsieur. » le corrigea-t-elle instantanément sans penser à mal, son indécrottable sourire toujours flanqué sur ses lèvres. Après tout, s’ils étaient amenés à travailler ensemble, mieux valait qu’il prononce correctement son nom, non ? « Pardonnez mon retard. Je me suis perdue dans les couloirs. » Ce n’était pas de cours d’anglais dont elle fait besoin, mais d’une carte du Ministère imprimée sur sa manche ! « Cela ne se reproduira plus. » Elle avait légèrement éteint son sourire et adopta une posture droite et digne, comme à chaque fois qu’elle se tenait face à un supérieur. Neolina avait beau apprécier la liberté, et était pour beaucoup de gens à l’Est un symbole de rébellion évidente de par son comportement féministe et très empathique. Mais elle savait respecter la hiérarchie. Raison pour laquelle elle lui laissa la parole tout en posant sur lui son regard empli de respect. Elle comprenait pourquoi les trois quarts du Ministère le craignait, bien qu’elle même ne soit pas impressionnée par autre chose que son titre. Ce qui était en soin bien plus sain, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Morfin Carrow

Morfin Carrow


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 341
| AVATARS / CRÉDITS : Jamie Dorman- Crédits: Praimfaya
| SANG : Aussi pur que la pureté elle même


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina Empty
MessageSujet: Re: « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina EmptyDim 25 Oct 2020 - 18:55

« Vous ne savez pas ce qu’immédiatement veut dire Sakianov ? Vous avez besoin de cours d’anglais ? ». N’importe quelle personne censée se serait tue suite à cette phrase prononcée si sarcastiquement par le Directeur du Département des Accidents et Catastrophes Magiques  dont la réputation tyrannique n’était plus à faire dans ce Ministère. N’importe qui sauf l’effrontée qui se tenait face à lui pour son entretien de mi période d’essai. «Siankov, monsieur.» précisa-t-elle comme si son nom de famille—impur et étranger—  avait la moindre importance pour lui. S’il pouvait lancer des sortilèges par le regard, celui qu’il lui lança à ce moment aurait sans conteste produit un éclair vert dans ce grand bureau marbré. « Sakaniov. Sankiov ou insolente... du pareil au même.». conclut-il sèchement pour lui faire comprendre que primo il s’en tapait le cul par terre de son nom et que segundo il ne tolérait pas son attitude. Au cas où le message n’était pas assez clair, il poursuivit ainsi : « En revanche, je  vous prie de revoir votre attitude et de : Ne pas m’interrompre. Ne pas me contredire et M’appeler Monsieur le Directeur et non pas Monsieur.». . Il avait levé un doigt à chaque fois qu’il lui avait intimé de ne pas faire ou de faire quelque chose.  Il lui parlait sur le même ton que celui avec lequel il parlait à son elfe de maison. C’était dire la considération qu’il avait pour elle. Il fallait dire qu’elle n’avait rien pour lui plaire. Elle était une féministe. Une étrangère et une impure. Tout ce que l’héritier des Carrow abhorrait après son frère Basilius. Plus le temps passait et plus Morfin Carrow devenait aussi détestable que son père. Non, que dis-je, il devenait pire que lui.

La jeune fille s’excusa ensuite de son retard en expliquant s’être perdue dans les couloirs. « Pardonnez mon retard. Je me suis perdue dans les couloirs. »  Évidemment, et puis quoi encore ? Les escaliers en avaient fait qu’à leur tête ? On n’était pas à Poudlard ici. Il n’était pas difficile de se repérer dans ce ministère. Savoir où se trouve le bureau de votre directeur de Département. Au même étage ! Ce n’était quand même pas compliqué. Quelle insolente. « Cela ne se reproduira plus. » Pour une fois, ils étaient d’accords. Sans avoir encore pris la peine d’inviter la jeune fille à s’asseoir, le Directeur s’installa derrière son grand bureau. « Oui ça n’arrivera plus. Car si ça arrive encore, vous serez virée. Est-ce que c’est bien clair ?». . Morfin Carrow aurait parfaitement pu travailler en Russie. Comme ses homologues Russes, il dirigeait ses équipes avec autorité. Comme une armée. Le moindre faux pas et tout était fini pour vous. « Lorsqu’on vous demandera d’intervenir pour effacer la mémoire de ces sales moldus et protéger notre secret et donc notre communauté, vous croyez que vous aurez le temps de vous perdre ? ». . lui demanda-t-il. Morfin Carrow n’avait jamais caché sa haine des moldus. Elle était d’ailleurs au cœur de son programme politique, lui qui briguait le poste de Ministre.  Le meilleur moyen de faire cesser « ce terrorisme » du seigneur des ténèbres condamné par le Ministère, c’était selon lui d’appliquer une politique résolument pro sang pur et pro protection des sorciers contre les moldus.  Nous n’avons plus peur. Nous ne nous cacherons plus. Telle était sa philosophie. « Arrivez trop tard pour oublietter des moldus, et vous pourriez mourir. Ils pourraient vous assassiner. Qui consolera votre fille ? » demanda-t-il en appuyant sur ce dernier mot. Il riait intérieurement. Il riait diaboliquement, sachant à la lecture de son dossier qu’elle était incapable d’enfanter. Quel plus grand drame pour une femme que de ne pouvoir accéder à la maternité ? Celle précisément qui vous permet, enfin, de devenir une femme ?


Dernière édition par Morfin Carrow le Lun 17 Mai 2021 - 7:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina Empty
MessageSujet: Re: « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina EmptyLun 26 Oct 2020 - 13:37

Des hommes comme Morfin Carrow, Neolina en avait connu des dizaines. Même si cet homme sombre et autoritaire se croyait sans doute unique en son genre et supérieur aux autres, il n’avait pas l’apanage de la cruauté, oh ça non. Les russes l’avaient quasiment élevé au rang de discipline et des années durant, Neolina avait plié mais jamais rompu. Elle avait tout entendu, tout. Les renseignements sorciers possédaient des informations sur elle, comme sur toute la population magique à dire vrai, et les utilisaient à des fins terribles pour mettre la pression sur leurs équipes. Sans s’être retrouvée coincée dans une petite pièce, un Lumos braqué sur elle, Neolina avait connu les affres des interrogatoires officieux et des menaces à demi-mots. Aussi, rien de ce que pourrait lui dire Morfin ne saurait la mettre à terre. Rien.

Les remontrances commencèrent bien vite. C’est que l’homme pouvait se braquer pour des broutilles, comprit-elle très vite. Ainsi donc, il semblait vouloir imposer son statut à travers des attitudes ridicules, comme le prouvait son refus de se faire corriger pour une bête maladresse. Il fallait bien là tout la force d'un ego masculin mal placé pour réagir de la sorte. Il vit là de l’insolence, alors que ça n’était pourtant qu’une attention bienveillante de la part de la roumaine, qui souhaitait que son chef connaisse son nom de famille car c’était tout de même le début d’une relation cordiale, non ? Au lieu de ça, il se vexa et lui énonça des règles qu’elle nota mentalement sans pour autant baisser le regard, bien que celui d’en face était si glacial qu’il lui rappelait les températures polaires de la toundra. « Bien, Monsieur le Directeur. » conclua-t-elle afin de lui faire comprendre qu’elle avait retenu la leçon qu’il voulait lui inculquer. Neolina n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, mais il fallait choisir ses batailles. Là, en l’occurence, ça ne valait pas le coup.

Histoire de continuer sur une bonne lancée, Neolina Sakaniov donc, comme il lui plaisait de l’appeler, s’excusa pour son retard. C’était compréhensible, quand même, le département était immense et elle tête-en-l’air. Un peu d’empathie, par Merlin ! Mais s’il y avait un bien un adjectif qui semblait ne pas convenir à cet homme, c’était celui-là. Mais visiblement, il se moquait bien qu’elle soit désolée, et grilla immédiatement la carte menace du licenciement. Neolina doutait très sincèrement qu’on puisse virer quelqu’un pour ce motif, mais n’osa pas contredire l’homme, se tenant toujours bien droite, soutenant toujours son regard sans pour autant se montrer agressive. « Parfaitement clair, Monsieur le Directeur. » Répéter ainsi son titre était parfaitement ridicule, mais pas dépaysant. On faisait comme ça aussi en Russie.

Morfin déballa ensuite un argumentaire tout à fait déplaisant et empli de fiel, notamment envers les moldus. Neolina déplorait que des gens au sein de cette institution tiennent pareil langage, mais s’abstenait bien de commentaires pour le moment. L’heure n’était pas à la confrontation, bien au contraire. Elle l’écouta donc poliment, mains dans le dos, sans ciller, tandis que lui s’était assis sans lui demander de faire de même. Une façon de faire bien militaire dans l’âme. Mais elle préférait le voir derrière son fauteuil qu’à rôder autour d’elle comme un requin assoiffé de sang. Depuis combien de temps cet homme n’était-il pas allé sur le terrain pour croire que les moldus étaient ainsi des tueurs sanguinaires ? Neo, elle, savait qu’ils étaient la plupart du temps trop effrayés pour esquisser le moindre geste, alors l’assassiner, elle… Cela lui paraissait impensable. Mais surtout, ne rien dire qui pourrait déclencher la fureur de son supérieur.

Elle avait d’ailleurs bien plus à craindre des sorciers dans ces bureaux que des moldus, à dire vrai. La claque qu’il lui asséna, bien qu’elle fut verbale, aurait pu la mettre à terre et lui faire perdre ses moyens. Mais voilà, Morfin Carrow n’était pas le premier homme à avoir tiré sur cette corde extrêmement sensible pour essayer de faire plier la roumaine. Aussi ne broncha-t-elle. La plaie était bien plus refermée qu’à l’époque où les russes y avaient glissé leurs insinuations douteuses, et même si chaque phrase sur son impossibilité à concevoir était une douleur lancinante, elle était aujourd’hui moins vive. Et non, elle ne lui ferait pas le plaisir de lui montrer. « Je n’ai pas d’enfant, Monsieur le Directeur. » dit-elle avec un aplomb qu’elle avait appris à conserver au fil des années. Elle savait qu’il savait. Mais elle se réfugiait dans le factuel pour ne pas perdre la face. Elle aurait pu ajouter qu’il n’aurait jamais à la remplacer lors d’un congé maternité, mais s’abstint pour éviter de tendre le bâton pour se faire battre. Le factuel, rien que le factuel Siankov. C’était ce qui sauverait sa dignité, elle le savait.

« Quand à mes missions, votre équipe est d’une efficacité telle que je ne me suis jamais perdue sur le terrain. » reprit-elle, histoire de le flatter sur son management qui était pourtant déplorable. On ne fédérait personne par la peur. Si les tandems Oubliator/Auror étaient si efficaces, c’était car l’entraide était une valeur importante dans leurs rangs. « Et je vous assure que je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour protéger notre communauté. » Et les moldus, mais ça, elle s’abstint de le préciser. Il fallait lui dire ce qu’il avait envie d’entendre, et il était si facile à cerner que Neolina ne doutait pas savoir exactement quels mots choisir. Pourvu toutefois qu’elle ne fasse aucune faute de langue qui pourrait le courroucer inutilement. Cette rencontre était un affrontement, et si Neolina savait bien qu’il lui était impossible de gagner, au moins essayerait-elle de ne pas finir au tapis.
Revenir en haut Aller en bas
Morfin Carrow

Morfin Carrow


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 341
| AVATARS / CRÉDITS : Jamie Dorman- Crédits: Praimfaya
| SANG : Aussi pur que la pureté elle même


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina Empty
MessageSujet: Re: « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina EmptyDim 1 Nov 2020 - 10:38

Elle lui offrit un « Bien, Monsieur le Directeur. » puis un « Parfaitement clair, Monsieur le Directeur. » Voilà qui commençait à lui plaire. Enfin, cette impertinente avait compris la leçon. Elle s’adressait enfin à lui avec la supériorité qui était la sienne. Qu’il ne la reprenne plus à lui parler comme elle l’a fait précédemment, où elle allait le lui payer. Tout dans son attitude à présent militaire trahissait son passé en Russie. Il aimait ça, ce côté militaire. Il aimait être le chef d’une armée. Un peu comme le seigneur des ténèbres était le chef d’une autre armée dont il était un fidèle disciple. Mais ici, c’était lui LE MAÎTRE.

Morfin Carrow avait parcouru en long en large et en travers le dossier du gouvernement russe sur l’oubliator que lui avait remis Vladimir Vassiliev, Ambassadeur de l’URSS magique en Angleterre contre des informations sur l’endroit où pouvait se trouver sa fille Svetlana. L’ambassadeur n’avait pas eu de mal à obtenir le dossier et le remettre au Carrow. Il n’avait aucun scrupule à le faire, sachant que cette jeune fille n’était même pas une vraie Russe mais une pauvre roumaine. Deux points avaient particulièrement attiré l’attention du Directeur. Le fait qu’elle était incapable d’enfanter. Et le fait qu’elle était trop à l’écoute des moldus qu’elle oubliaitait. Une haute trahison, selon le Carrow. Il ne tolèrerait jamais ce genre de méthodes au sein de sa brigade d’oubliator. Il commença donc cet entretien en tirant sur la corde sensible. Celle de toutes les femmes. La maternité. « Je n’ai pas d’enfant, Monsieur le Directeur. » Pauvre femme, avait-il envie de lui balancer à la figure. Il fit semblant d’être surpris avant d’ajouter « Et bien ! Qu’attendez-vous? Vous avez déjà 35 ans ! Bientôt il sera trop tard». . Son ton était particulièrement condescendant. Tout dans la façon dont il l’avait dit, lui balançait au visage qu’elle n’avait pas encore honoré son rôle de femme. Qu’elle n’était pas une vraie femme. Qu’elle devrait se dépêcher avant qu’il ne soit trop tard. « Mon épouse m’a donné deux merveilleux enfants. Vous verrez à quel point la maternité vous transformera». poursuivit-il en remuant le couteau dans la plaie.

Une fois cette parenthèse close, la jeune fille rebondit sur ses capacités à se perdre sur le terrain, en essayant de flatter le Directeur. « Quand à mes missions, votre équipe est d’une efficacité telle que je ne me suis jamais perdue sur le terrain. » Opération réussie. Un sourire finit par poindre sur les lèvres du sorcier. « J’ai été le chef de la brigade des oubliators pendant 8 avant, avant d’être promu l’an dernier directeur du Département. J’ai toujours veillé à l’efficacité des équipes et à la discipline ». répondit-il on ne peut plus fier. Oui, Morfin Carrow avait dirigé la brigade des oubliators d’une main de fer. Il avait donné beaucoup d’importance à cette brigade, la rendant aussi indispensable que celles des aurors ou des tireurs d’élites. Il finit par s’intéresser à la jeune fille. « Vous avez une grande expérience en tant qu’Oubliator non ? 7 ans en Roumanie et 6 ans en Russie, si j’en crois, votre dossier d’embauche». dit-il en lui montrant un petit dossier à son nom. « Rendez moi fier SIAKANOV». dit-il en écorchant une nouvelle fois son nom « Et vous pourriez évoluer, comme adjointe au chef de la brigade, responsable d’une équipe ou même comme cheffe de la brigade.» . Une chose qui n’arriverait vraisemblablement jamais car elle n’allait pas le rendre fier loin de là. Mais Morfin Carrow jouait tellement souvent au Poker au Royal Flint Casino qu’il excellait dans l’art du bluffe. « Pourquoi avoir quitté vos fonctions en Roumanie pour la Russie ? Pourquoi avoir quitté la Russie pour l’Angleterre ? . Il ne l’avait toujours pas invitée à s’asseoir. Tandis que de son côté, il se mettait encore plus en l’aise en posant ses pieds sur son bureau, et en s’allumant une cigarette. Loin de demander à la jeune fille, si la fumée le dérangeait, il lui crachait au contraire sa fumée au visage.
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina Empty
MessageSujet: Re: « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina EmptyLun 11 Jan 2021 - 11:24

Evidemment, cela ne suffit pas. Est-ce que la moindre phrase de Neolina suffirait à contenter le plaisir sadique que semblait prendre le directeur à la rabaisser ? Il fallait qu’il ait le dernier mot, sur chaque morceau de conversation et celui-ci, Neolina le lui laissait bien volontiers. Remuer la baguette dans la plaie béante de son coeur était visiblement un loisir qui seyait à l’homme, et rien sur le visage de la jeune Oubliator ne trahit la douleur qu’elle ressentait à cet instant. Pas un haussement de sourcil, pas la moindre expression, rien si ce n’était ce masque qu’elle portait depuis si longtemps déjà. Neo ne parlait pas de ça, jamais. Pas même avec ses plus proches amis. Pas même avec sa famille. Les personnes au courant, du moins celles qui étaient au courant parce qu’elle l’avait voulu, se comptaient sur les doigts d’une main et une seule. Razvan. Andrea. Iléana. Le décompte s’arrêtait avant l’alliance qui ornait autrefois son annulaire. Tous les autres, et bien, son esprit faisait en sorte d’oublier, du moins ignorer qu’ils connaissaient son si terrible secret, même si certains comme Morfin Carrow se chargeaient à demi-mots de le lui rappeler. Alors oui, Neolina ne répondit pas, ne baissa pas la tête non plus, ne dit juste rien. Qu’y avait-il à dire après tout ? Il n’était pas trop tard pour Neo. Son heure n’était jamais arrivée, voilà tout. L’horloge était cassée, et ce depuis le début.

Et comme il était injuste qu’un homme pareil ait pu, lui, avoir la chance de devenir père. Injuste oui, pour les femmes comme Neo qui souffraient de ne pas pouvoir donner tout leur amour à un enfant. Mais aussi injuste pour le monde, car le monde ne gagnait rien à voir des hommes comme Morfin Carrow avoir une descendance. L’éducation qu’il devait donner à ses deux enfants devait être si déplorable qu’ils ne pourraient que reproduire les comportements abjects de leur père, si empli de fierté à la suite du brossage en règle de Neo que ça en était écoeurant. Le compliment qu’elle lui avait fait été pour le moins le plus sincère du monde : ici, tout était qu’une efficacité redoutable, et elle comprenait désormais pourquoi. Aussi l’écouta-t’elle se vanter, se pavaner même, s’attendant à une tirade qui ne vint finalement pas. La façon dont il appuyait sur le mot chef en disait long sur ses ambitions démesurées, et qu’il gravite un jour dans les hautes sphères, bien plus hautes encore, du Ministère ne l’étonnerait pas. La révoltait, peut-être, mais après tout… Peut-être ne serait-elle plus en Angleterre à ce moment là.

Mais Morfin Carrow ne l’avait pas convoquée pour lui déballer toute son ambition au visage. Non, Neolina savait bien qu’elle allait être passée au crible, ignorant juste l’objectif réel derrière tout ça. Toujours bien droite, elle l’écouta résumer son parcours en deux phrases, et comprit très vite que la pression serait presque aussi maximale qu’en Russie, et que ses méthodes particulières ne seraient sans doute pas plus appréciées ici que là-bas. C’était bien sa veine. « Je tâcherai de ne pas vous décevoir, Monsieur le Directeur. » Chaque formule de politesse aussi guindé lui brûlait les lèvres. Il avait à nouveau écorché son nom, volontairement elle le sentait, et parlé d’une possible évolution de carrière qu’elle savait impossible du fait de ses origines, son parcours, du fait qu’il était Morfin Carrow aussi, tout simplement. Et Neo, docile, lui répondait ce qu’elle savait qu’il voulait entendre. Lui dire qu’elle ferait de son mieux serait trop dangereux, car le mieux ne serait pas assez pour un homme comme lui. Elle pariait déjà qu’il rebondirait sur la notion de déception, mais le fait de lui laisser penser qu’elle avait un besoin de reconnaissance à son égard lui sembla être une bonne façon d’aborder la chose.

Vint enfin la question qui fâchait, la fameuse. Alors que le directeur du département s’allumait une cigarette, affichant tout son dédain pour elle en soufflant dans sa direction, Neo prit quelques secondes pour réfléchir en retenant une quinte de toux, car c’était là une marque de tabac bien forte semblait-il. Quelle réponse lui donnerait satisfaction ? Aucune. Après tout, il avait son dossier, et donc le point de vue de ses anciens employeurs. Neolina n’osait imaginer ce qui était écrit là-dedans. « Il m’était difficile de rester en Roumanie suite à mon divorce. Les pays de l’Est ne sont pas aussi tolérants que vous à l’égard des femmes dans ma situation. » Elle doutait que Carrow fasse partir de la population anglaise tolérante, mais soit. Elle aurait pu s’abstenir de ce détail, mais préférait cette fois amener le sujet la première, car il prendrait sûrement beaucoup de plaisir à le faire à sa place. « Et la brigade de Moscou avait besoin de renforts. Je suis allée là où on avait besoin de moi. » Arrivait désormais la partie la plus délicate. Dans son dos, elle joua avec ses doigts, un peu nerveusement. « C’est aussi pour ça que je suis venue ici. Les affres d’une guerre invisible peuvent ravager un pays, et j’ai toujours eu une affection particulière pour le vôtre. La Russie semblait ne plus avoir besoin de mes services, moins que Londres tout du moins. J’ai donc demandé à rejoindre votre Ministère. » Le langage était moins militaire, mais toujours aussi ampoulé, et Neo faisait de gros efforts pour que sa grammaire soit impeccable. « Et je suis ravie de ce choix, Monsieur le Directeur. » Surtout, ne pas oublier de flatter, jamais. Elle l’avait très vite compris. Et cela lui brûlait la langue.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Morfin Carrow

Morfin Carrow


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 341
| AVATARS / CRÉDITS : Jamie Dorman- Crédits: Praimfaya
| SANG : Aussi pur que la pureté elle même


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina Empty
MessageSujet: Re: « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina EmptyLun 17 Mai 2021 - 8:35


Le Directeur du Département des Accidents et Catastrophes Magiques prenait un malin plaisir à torturer, sans baguette, rien que par sa prose, l’étrangère qui se tenait devant lui. Lui qui aimait torturer ses victimes pendant les interrogatoires, il pouvait à cet instant précis le faire en toute légalité, dans son propre bureau, sans utiliser le moindre sortilège impardonnable. Le résultat était presque aussi jouissif que s’il avait jeté un doloris à la roumaine. Ce sortilège avec lequel il éduquait ses enfants et qu’il rêvait d’infliger à bien des employés, pour leur apprendre à être des hommes des vrais. Et même aux femmes. Après tout, celles qui étaient là avaient choisi de travailler plutôt que de s’occuper des enfants et bien si elles veulent jouer les hommes, qu’elles soient corrigées comme des hommes. Alors que le Carrow intima à la jeune femme dont l’horloge biologique tournait de se dépêcher d’enfanter, celle-ci ne répondit rien. Elle se contenta d’un silence glacial. Un silence qui trahissait sa douleur et qui procurait au directeur du département un véritable bonheur. « Si c’est un géniteur qu’il vous manque, je peux vous aider ». dit-il en marquant une courte pause, histoire de lui laisser quelques secondes pour se faire des idées. Evidemment, elle se tromperait. Jamais Morfin Carrow ne salirait sa baguette intime dans du sang si souillé. « Je suis influent. Si je suis satisfait de votre travail, je peux vous aider à trouver un mari avant qu’il ne soit trop tard ». poursuivit-il comme il avait commencé en baisant furtivement les yeux vers la machine à procréation, en disant « avant qu’il ne soit trop tard », histoire de l’humilier encore plus. Il reposa ensuite son regard sur le sien et continua à cracher tout son venin de Serpentard. « A moins que vous ne préfériez la compagnie des femmes, et que c’est la raison pour laquelle les Russes se débarrassent de vous ». Oui, pour lui, une féministe ne pouvait être qu’une lesbienne. Alors même si le dossier ne disait rien à ce sujet, il ne s’interdisait pas de le supposer. Et puis, c’était une façon de l’attaquer à nouveau.

Une fois qu’il pensa avoir assez joué sur la corde de son incapacité à produire un héritier, il se décida à s’intéresser aux vraies raisons de son départ de la Roumanie pour la Russie puis de la Russie pour l’Angleterre. « Il m’était difficile de rester en Roumanie suite à mon divorce. Les pays de l’Est ne sont pas aussi tolérants que vous à l’égard des femmes dans ma situation. » Elle avoua sans la moindre honte son péché. Son insoumission. Comment avait-elle osé s’échapper ainsi de la coupe de son mari. Morfin qui avait déjà lu cette information dans son dossier fronça tout de même les sourcils puis ajouta « Et bien, je suis désolé Sankiov, je vais devoir rétracter mon offre ». dit-il d’un ton très sérieux en se redressant dans son fauteuil pour la regarder au fond des yeux avant d’ajouter : « Je ne connais aucun homme respectable qui voudrait d’une femme de seconde main pour épouse. Au pire, vous pourriez essayer le Red House ». conclut-il. Sans doute ne connaissait-elle pas la maison de tous les plaisirs et de tous les vices. Mais c’est ce que devenait les filles comme elle, les divorcées, des putains.

Malgré toutes les piques du directeur, plus abjecte les unes que les autres, la discussion continua. Le directeur avait encore envie de jouer. Il voulait la faire craquer. Il voulait qu’elle craque pour pouvoir s’en débarrasser, car il ne voulait pas d’elle dans son équipe. « Dans le cadre de cette évaluation de mi-parcours, il vous faudra aussi partir sur le terrain avec un responsable. Et vous savez quoi Sankaniov ? Ce responsable, sera moi. Je veux voir comment on oubliette les gens en Russie ». dit-il en laissant échapper un petit rire démoniaque. Oui, la Russie était réputé pour son côté tyranique et cela plaisait au Carrow. « Je suis certain que je vais aimer votre méthode, la méthode russe ».
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina Empty
MessageSujet: Re: « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina « Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina Empty

Revenir en haut Aller en bas

« Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. » - Noelina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres :: 
Le ministère de la magie
-