GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'octobre de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -9%
Aspirateur robot Roborock S5 Max au prix le plus bas
Voir le deal
299 €

Partagez

Ode to sleep ▬ PV Wilda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Galaad N. Stomby

Galaad N. Stomby


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : Sebastian Stan
| SANG : (Presque) pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : une cage menaçant de l'avaler et de l'emprisonner
| PATRONUS : un chat (vaguement)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Ode to sleep ▬ PV Wilda Empty
MessageSujet: Ode to sleep ▬ PV Wilda Ode to sleep ▬ PV Wilda EmptyDim 20 Sep 2020 - 23:12

ft. Wilda Griffiths  ▬  fin août 1978
> suite du festi'witch <

Why am I not scared
in the morning

C'était avec soulagement qu'il avait senti les bras de Wilda se serrer autour de lui. Jamais il n'avait été aussi reconnaissant de voir le sol s'effacer sous ses pieds, tandis que le familier vertige du transplanage les faisait disparaître des abords du lac. Les regards paniqués et les cris de la foule s'étouffèrent, et furent bientôt remplacés par un décor qu'il connaissait bien, celui de la colocation de Wilda. A peine s'était-il remis de leur atterrissage qu'il se dégageait de l'étreinte de la jeune femme. Peut-être lui en voulait-il encore de les avoir projeté tous les deux sur les devants du drame, quelques instants plus tôt. Il n'était pas sûr. Toujours était-il qu'il n'avait brutalement plus envie d'être touché. C'était comme si sa peau brûlait. Il lui tourna le dos, fit quelques pas hésitants dans le salon. A quel moment la soirée avait-elle dérapé ? Gabin et Svetlana avaient dû transplaner de leur côté. Peut-être allaient-ils débarquer à leur tour. Mais il ne voulait voir personne. Alors, suivant un inexplicable instinct, il décida de se réfugier dans la seule pièce qui lui était familière ici. La chambre de Wilda.

La porte claqua derrière lui sans qu'il ait encore prononcé un seul mot depuis leur matérialisation dans l'appartement. Le souffle encore court, il se laissa tomber assis sur le lit, le regard perdu dans le vide. Son cœur battait dans ses oreilles, si fort que le son semblait emplir toute la pièce. Il avait envie de se rouler en boule au milieu des draps, de dormir, de ne jamais se réveiller. Mais il avait trop peur des images qui risquaient de se presser devant ses yeux à peine ses paupières fermées. Il avait à peine eut un aperçu de ce qui flottait dans le lac, mais il n'était pas assez stupide pour ignorer ce dont il s'agissait. Les réactions de la foule avaient été bien assez éloquentes. A quel moment la soirée avait-elle dérapé ? Tout se passait si bien ... Il n'y avait eu aucun signe avant-coureur. Aucun œuf tombé du ciel. Aucune détonation.
- Nulle part. On est en sécurité nulle part, murmura-t-il.
Sa voix lui semblait étrangère, comme provenant d'une autre personne. Il en sursauta presque. Comme secoué d'un brutal courant électrique, il se leva du lit, se dirigea en deux grandes enjambées vers le fenêtre, qu'il ouvrit en grand. Il prit plusieurs longues inspirations, qui ne parvinrent pas à le calmer. Il ne s'était jamais senti si seul. Si perdu.
A quel moment la soirée avait-elle dérapé ?

Revenir en haut Aller en bas
https://thesquirrelart.tumblr.com/
Wilda Griffiths

Wilda Griffiths


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 580
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure (même si mon père est un Nottt)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Ode to sleep ▬ PV Wilda Empty
MessageSujet: Re: Ode to sleep ▬ PV Wilda Ode to sleep ▬ PV Wilda EmptyVen 25 Sep 2020 - 12:59

Le cœur de Wilda tambourinait contre sa poitrine alors qu’elle ne réalisait à peine qu’ils avaient découverts pas un, mais deux cadavres décomposés dans un lac en bordure d’un festival de musique. Un vertige pris la jeune femme d’assaut au même moment où son ancien amant s’arracha sans douceur à son étreinte. Une bulle d’angoisse se coinça dans sa gorge et elle fit son possible pour l’ignorer, écarter ses émotions pour mieux continuer d’agir. Tendre l’oreille lui avait suffit pour confirmer que ni Svetlana, ni Gabin ne les avait suivies. Il lui fallut toute la force de Rowena pour ne pas re-transplaner sur-le-champ au festival afin de les attraper par les oreilles et les ramener dans on salon. Ç’aurait été déraisonnable. D’ailleurs, connaissant son colocataire, il était très probable qu’il ait choisi de raccompagner la blonde chez elle, afin qu’ils se remettent de leurs émotions dans le calme et qu’il vérifie la solidité des sortilèges de protection que la russe avait en place. La brunette pensa à leurs propres sortilèges à eux et fut prise d’un frisson : ils n’en avaient installé aucun, ou du moins, aucun pouvant empêcher un sorcier de transplaner directement dans son salon. Wilda pris appuie sur la table de cuisine et passa une main dans son visage soudainement tracé de traits tirés. On aurait pu penser que l’attentat d’avril, lors de laquelle elle s’était faite assommée par la structure effondrée de la boutique de Quidditch lui aurait fait réaliser que la guerre n’était pas qu’un ragot lancé en l’air par une plume à papote en manque de scandale. Or, dans les vapes, la jeune femme n’avait pas été exposée au massacre qui avait eu lieu ce jour-là. Son seul souvenir de cette journée était un cruel mal de tête et des ecchymoses grosses comme des cognards. Les évènements de ce soir, par contre, éveillaient sa conscience sur ce qui se passait réellement dans son monde. Prise d’un haut-le-cœur, la sorcière se précipita vers l’évier, où rien ne sorti. Son front se contenta de se draper d’un voile de sueur froide. Une tornade de sombres pensées visita son esprit au même moment. Évidemment, elles concernaient tous les gens qu’elle aimait, leur sécurité, leur absence à ses côtés – ou plutôt la sienne aux leurs – sa mère, avec qui elle devait sans plus attendre se réconcilier. Galaad lui revint en tête et elle eut envie de pleurer tellement elle l’avait négligé, ces derniers temps. « Galaad? » demanda-t-elle alors que le souvenir de son visage livide et de ses yeux débordant de terreur lui revint brutalement à l’esprit. « Merde » elle l’avait poussé trop loin. Elle s’était prise pour quoi, de toute manière? Un auror? Wilda ne comprenait pas trop ce qui l’avait poussé à réagir de la sorte, mais ce n’était pas important. Elle s’en sortait bien. Galaad, par contre…

La jeune femme toqua doucement sur la porte de sa propre chambre « Gal’? » demanda-t-elle encore. Sans réponse, elle s’invita chez elle. Ses yeux s’agrandir sous l’effet de l’air frais qui s’engouffrait par la fenêtre ouverte devant laquelle se tenait son ami. La brunette était désemparée, elle se rappelait bien la manière dont il s’était arraché de son étreinte et ne souhaitait pas le brusquer, quoiqu’elle n’eût qu’envie de le prendre dans ses bras et de le serrer à lui casser une côte, peut-être. L’harpie opta pour une approche plus douce : à pas feutrés, elle rejoignit son ami et glissa une main sur son avant-bras, puis l’autre dans le creux de son dos. « Hey, Gal’… » le ‘ça va’ qu’elle avait prévu lui demander resta coincé dans sa gorge. De toute manière, il était évident que ça n’allait pas. Wilda se contenta donc de lui squizzer brièvement l’avant-bras et de rapprocher son visage de son épaule.



______________________________
HARPIES DE HOLLYHEAD
L'art de lancer des souaffles dans des trous ▬ quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch  quidditch  quidditch  quidditch  quidditch
Revenir en haut Aller en bas
Galaad N. Stomby

Galaad N. Stomby


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : Sebastian Stan
| SANG : (Presque) pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : une cage menaçant de l'avaler et de l'emprisonner
| PATRONUS : un chat (vaguement)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Ode to sleep ▬ PV Wilda Empty
MessageSujet: Re: Ode to sleep ▬ PV Wilda Ode to sleep ▬ PV Wilda EmptyMar 13 Oct 2020 - 18:50

ft. Wilda Griffiths  ▬  fin août 1978

I'll stay awake
cause the dark's not
taking prisoners tonight

De l'autre côté de la fenêtre, la ville avait sombré dans le silence. La tiédeur de la journée s'était envolée pour ne laisser qu'un petit air frais et humide qui annonçait aux londoniens habitués un lendemain pluvieux. Les lumières s'éteignaient petit à petit, tandis que le commun des mortels retrouvait la quiétude du sommeil. Galaad s'était accroché au montant plus qu'il ne s'y appuyait. Les jointures de ses doigts étaient blanchies tant ces derniers étaient crispés. S'il avait espéré trouver de l'apaisement dans la contemplation de la ville endormie, c'était loupé. Il se sentait juste plus étranger au reste du monde que jamais. Comment ces personnes pouvaient-elles trouver le sommeil, avec tout ce qui se passait autour d'eux ? Avec ces ... ces cadavres qu'on avait trouvé dans le lac ? Un frisson qui n'avait rien à voir avec l'air du dehors secoua son échiné, tandis qu'une vague nausée le faisait serrer les dents. Il avait envie de bouger, d'aller ... ailleurs, n'importe où. Mais son corps semblait comme figé ici, agrippé à cette fenêtre. Même la terreur qu'il avait ressentie - qu'il ressentait toujours en fait - et qu'il avait envie de hurler à la nuit froide et silencieuse, cette terreur s'était coincée dans sa gorge et ne voulait plus en sortir.

Le tapotement d'une main contre le bois de la porte se fit entendre derrière lui. Il sursauta, serra plus fort encore le montant de la fenêtre. Grimaça en sentant le métal froid s'enfoncer dans sa paume. Il ne se retourna pas, car il avait reconnu la voix de l'autre côté de la porte. Une voix qui sonnait tout de même plus fluette qu'en temps normal. Wilda. Il aurait bien répondu, mais pour dire quoi ? Il n'était pas sûr de vouloir qu'elle entre. Peut-être seraient-ils moins seuls à deux. Ou peut-être le seraient-ils plus encore. Heureusement, son amie avait décidé pour lui. Le regard toujours égaré dans les cieux sombres et nuageux du Londres endormi, il entendit la poignée tourner, la porte s'entrouvrir, quelques pas discrets s'approcher de lui. Il baissa les yeux sur les doigts de Wilda, qui venaient serrer son avant-bras. Un tressaillement le parcourut, mais il ne se dégagea pas. La respiration encore saccadée, il resta un long moment silencieux. Puis, doucement, son corps se relâcha un peu. Ses doigts se desserrèrent, son souffle se ralentit.
- Je ne sais pas où aller, avoua-t-il sans la regarder, les yeux encore perdus dans la nuit. Et toi, tu ... Vas bien ? Vraiment ? La réponse était si évidente, la question si idiote, qu'elle ne franchit même pas ses lèvres.

Avec douceur, cette fois-ci, il se défit de l'étreinte de Wilda, pour s'éloigner de la fenêtre et la refermer à demi. Avec le reflet des lumières de la chambre qui brillaient sur la vitre, on ne pouvait plus que deviner la quiétude qui régnait à l'extérieur. Il jeta un long regard à son amie, réprima une envie urgente de se réfugier à nouveau dans ses bras. Alors, il prit une longue inspiration, esquissa comme un sourire - qui était plus une grimace qu'autre chose.
- T'as pas un truc à boire dans tes placards, championne ?
Il ne pouvait penser à aucun alcool qui chasserait la terreur qui brûlait encore entre ses côtes, mais ça ne coûtait rien d'essayer, pas vrai ? Ce n'était pas comme si le lit derrière lui risquait de l'accueillir cette nuit. La simple idée de fermer les yeux faisait flamber sa peur.

Revenir en haut Aller en bas
https://thesquirrelart.tumblr.com/
Wilda Griffiths

Wilda Griffiths


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 580
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure (même si mon père est un Nottt)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Ode to sleep ▬ PV Wilda Empty
MessageSujet: Re: Ode to sleep ▬ PV Wilda Ode to sleep ▬ PV Wilda EmptyJeu 29 Oct 2020 - 16:30

Wilda n’aimait pas voir son ami dans cet état. Elle n’aimait pas elle-même se sentir ainsi bouleversée et comme si sa sécurité était devenue précaire. Cette réalisation qu’ils étaient effectivement en pleine guerre était difficile à avaler. Le regard troublé de l’habituel blagueur lui pinça le cœur et lui donna étrangement un courage qu’elle n’avait pas nécessairement. Prendre soin des autres pour mieux terrer sa propre peur. Il s’agissait là d’une tactique intelligente. Saine? Probablement pas. Elle le senti doucement se calmer sous son touché inquiet. « Mais tu restes ici Galaad. Avec moi. » il n’était pas question qu’il parte, pas question qu’elle ne le laisse transplanner elle-ne-savait-trop où. Il passerait la nuit ici, et la semaine s’il le fallait. Ce n’était pas tous les jours qu’on était témoin de telles horreurs, préférablement. « Ça va. » répondit-elle à sa question informulée. Ça n’allait pas nécessairement, mais ça allait plus que lui. La poursuiveuse avait cette étrange distance avec les atrocités qui se déroulaient dans le monde sorcier. Elle ne pouvait s’expliquer pourquoi, mais c’était ainsi. Il ne fallait que regarder son comportement de ce soir : elle avait été mue par un étrange instinct qui l’avait poussé à se jeter dans la mêlée, à agir sans se vider les tripes. « Ça va, mais ça ira mieux si tu restes avec moi. Ok? » C’était vrai. Évidemment qu’elle ne voulait pas être seule. Évidemment que de concentrer son énergie sur son ami lui empêchait de sombrer dans ses pensées à elle, mais surtout, le trouble qui animait Galaad l’inquiétait profondément. Avant ce soir, la sorcière n’avait pas réalisé à quel point il avait été affecté par les attentats des derniers mois. Elle le constatait à présent, alors que, sous la faible lumière de la lune, son ami semblait avoir pris dix ans d’âge. Ça lui fit mal au cœur.

La Harpie resta quelques secondes interdite lorsque le jeune homme lui demanda si elle n’avait pas une bouteille d’alcool qui trainait quelque part. Bien sûr qu’elle en avait. Elle avait beau être athlète, elle n’en n’était pas moins fêtarde. Or, une petite voix sage lui murmurait qu’il n’était peut-être pas sain de noyer leur traumatisme dans l’alcool. Définitivement pas. La brunette regarda son ami en se mordillant la lèvre inférieure, incertaine. Elle n’était pas sa mère, mais tout de même. Au bout d’un moment, elle accepta, l’idée de se geler un peu le cerveau lui était séduisante, même pour elle. « Ok, bouge pas », lui ordonna-t-elle en le pointant du doigt. La poursuiveuse sortie en trombe de sa chambre pour empoigner une bouteille de rhum neuve – probablement à Gabin – sans faire de détour inutile, comme par exemple ramasser deux verres. Elle ne souhaitait pas le laisser seul plus que quelques secondes. Elle posa la bouteille sur la table de chevet le temps de se débarrasser sans gêne de sa robe et d’enfiler un long pull, probablement à Ansel, voir même audit Galaad. Ou l’avait-elle piqué à son coloc? Ça lui importait peu. Wilda repris la bouteille et s’installa en tailleur sur le lit. « Vient » dit-elle en tapotant le matelas en face d’elle – elle hésita encore un moment – « parle-moi Gal’ » ajouta-t-elle finalement. Elle ne voulait pas parler du beau temps, ni des derniers ragots de la Gazette. Elle voulait qu’il lui parle de ce qui se passait sous son crâne, pendant qu’elle lui flatterait les cheveux et l’abreuverait de quelques gorgées. La brunette n’était pas certaine qu’il se confierait, mais s’il le souhaitait, elle serait là, disponible. Sinon, elle accepterait aussi de lui changer les idées. Dans tous les cas elle serait là, bouteille à la main. Bouteille qu’elle ouvrit d’ailleurs pour s’en enfiler une première gorgée. La brulure de l’alcool pur lui fit plus de bien qu’elle ne voulait se l’avouer.

______________________________
HARPIES DE HOLLYHEAD
L'art de lancer des souaffles dans des trous ▬ quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch  quidditch  quidditch  quidditch  quidditch
Revenir en haut Aller en bas
Galaad N. Stomby

Galaad N. Stomby


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : Sebastian Stan
| SANG : (Presque) pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : une cage menaçant de l'avaler et de l'emprisonner
| PATRONUS : un chat (vaguement)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Ode to sleep ▬ PV Wilda Empty
MessageSujet: Re: Ode to sleep ▬ PV Wilda Ode to sleep ▬ PV Wilda EmptyMar 3 Nov 2020 - 15:45

ft. Wilda Griffiths  ▬  fin août 1978

Why am I not scared
in the morning

Rester ici. Avec Wilda. L'idée faisait ralentir quelque peu le rythme effréné de son cœur. Il ne lui en fallait pas plus pour ranger au placard le peu de rancœur qu'il entretenait encore - pour l'avoir poussé sur le devant de la scène, quand la soirée avait commencé à déraper. Personne n'avait vraiment fait sens, à ce moment-là. Shannon, par exemple. Quelle idée, d'aller se tremper jusqu'aux cuisses, pour aller voir ces ... trucs, qui flottaient dans l'eau. Galaad refusait encore d'accepter que c'était de corps qu'il s'agissait. Il avait vu et entendu trop de morts en Pâques. Assez pour toute une vie. Il posa sa tête sur l'épaule de Wilda en l'entendant affirmer qu'elle allait bien. Ça sonnait fort comme un mensonge. Mais c'était un mensonge qu'il avait envie de croire. Qu'au moins un d'eux deux ne soit pas en train de perdre les pédales complètement. En plus, ça ne faisait pas de mal d'entendre qu'elle irait mieux s'il était là. Il se sentait moins inutile, moins impuissant. Juste un peu, mais c'était mieux que rien. Il était conscient qu'elle disait ça pour lui autant que pour elle, et il avait envie de la serrer dans ses bras pour ça. Mais il n'en était pas capable, pas encore.
- Rester. Je peux faire ça, ouais, acquiesça-t-il du bout des lèvres.

Et il le ferait encore mieux s'ils avaient quelque chose pour faire descendre cette soirée jusqu'aux tréfonds de l'oubli. Ce n'était pas si simple, bien sûr. Mais c'était la seule solution qui s'offrait à lui, pour l'instant. Ça ferait l'affaire. Pour ce soir. Pour la semaine, peut-être. Wilda avait mis un petit moment à accepter tout de même. Galaad la dévisagea en croisant les bras, comme pour la mettre au défi de refuser. Elle, sa compagne pilier de bar - à une époque, certes révolue, mais inoubliable - elle était bien mal placée pour lui faire la morale.
- You go, girl, approuva-t-il donc en forçant un rien son accent nord-irlandais, quand elle partit enfin de la pièce pour aller chercher de quoi se désaltérer.
Il la rejoignit sur le lit quand elle fut revenue, et se fut changée au profit d'une tenue plus confortable. Lui-même n'aura pas rechigné à faire de même, mais ne pensait pas avoir d'affaires à lui traînant par ici - surprenant, d'ailleurs. Heureusement, il ne s'était pas engoncé dans une tenue trop chic. Galaad n'était pas exactement un champion de l'élégance. Remplacer son pull par un autre pull lui aurait juste servi à se sentir moins sale, moins imbibé par cette horrible soirée.

Il s'assit sur le lit en tailleurs, en face de Wilda, comme s'ils étaient deux enfants à une soirée pyjama. Il aurait presque préféré que ce soit le cas. A part que les enfants n'ont pas le droit de boire du rhum, encore moins directement à la bouteille, comme il ne se priva pas de le faire dès que son amie lui abandonna le goulot.
- Y a pas grand chose à dire, grommela-t-il après s'être enfilé une large rasade.
En fait, si, il y avait des tonnes de choses à dire. Dire qu'il avait peur, tout le temps, de retourner sur le Chemin de Traverse. Dire qu'aller se coucher était devenu une torture, parce qu'il savait qu'à un moment ou à un autre, il serait réveillé par des cris qui ne résonnaient que dans sa tête. Dire qu'il pensait trouver un sens dans son existence, dans sa chance d'avoir survécu, et que pour l'instant il cherchait toujours.
- Tu as des solutions miracle, toi ? Parce que moi ... j'ai que ça, avoua-t-il en lui tendant de nouveau la bouteille. Rien de très neuf, tu vois.
C'était un fait, Galaad n'avait jamais bu juste pour s'amuser. Oh bien sûr, ça aidait à sociabiliser, ça faisait rire, on vivait des aventures absurdes, parfois dangereuses, mais dont on se rappelait toujours avec un sourire amusé. Mais lui cherchait toujours à y noyer quelque chose. Ses insécurités. Sa famille dysfonctionnelle. Et maintenant, son traumatisme. Il soupira, leva la tête vers le plafond comme s'il y contemplait les étoiles.
- Je suis soit trop jeune, soit trop vieux pour faire une crise existentielle, tu crois pas ? songea-t-il à haute voix, à demi sur le ton de la blague.

Revenir en haut Aller en bas
https://thesquirrelart.tumblr.com/

Contenu sponsorisé




Ode to sleep ▬ PV Wilda Empty
MessageSujet: Re: Ode to sleep ▬ PV Wilda Ode to sleep ▬ PV Wilda Empty

Revenir en haut Aller en bas

Ode to sleep ▬ PV Wilda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres-