GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
-48%
Le deal à ne pas rater :
-44% sur la carte mémoire microSD SanDisk Extreme PRO 400 Go
95.99 € 184.99 €
Voir le deal

Partagez

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyDim 4 Oct 2020 - 2:07

La nuit commençait à tomber doucement sur la capitale londonienne, dont les lampadaires étaient des obstacles évidents à l’observation du ciel étoilé. Mais cela ne serait pas un problème ce soir, car le planétarium sorcier inaugurait une toute nouvelle salle, et l’affiche que Neolina avait croisé sur sa route en allant un matin au Ministère ne tarissait pas d’éloge sur cette nouveauté. Il paraissait évident que les sorts qui dévoileraient aux yeux des spectateurs étoiles, astres et galaxies seraient tout à fait artificiels, et bien moins séduisants qu’une véritable observation. Toutefois, lorsqu’elle avait eu vent de l’événement, Neolina n’avait pu s’empêcher d’y convier Natanaël, qu’elle n’avait toujours pas pris le temps de voir depuis son retour dans la grande ville. C’était sa faute, à elle et à elle seule.

Depuis cette journée de mi-juillet où bien des choses avaient basculé, Neolina s’était laissée envahir par un spleen qui ne lui ressemblait pas. Son humeur correspondait bien peu à la saison estivale, et elle n’avait trouvé que quelque rayons de joie à travers ses amitiés, passées et récentes, comme avec Stubby, Imani ou Anselmus. Quant à la plus vieille de toute, celle qu’elle pensait inébranlable, Neo avait malheureusement découvert que trente ans ne suffisaient pas à rendre une relation indestructible. Et comme une première fois dans sa vie, l’amour n’avait fait que lui attirer des ennuis. Ce sentiment de manque, alors même que seulement quelques kilomètres la séparaient de cet homme qu’elle avait aimé de bien des façons dans sa vie, mais jamais comme ça. Jamais aussi fort. Jamais aussi mal aussi, et de façon si lâche qu’elle n’avait osé s’opposer à son refus de construire quelque chose ensemble. L’été s’était donc écoulé avec une lenteur inexorable, sans doute parce que la jeune femme se perdait dans des souvenirs passés qu’elle laissait d’habitude volontiers derrière elle.

C’était sans compter cette fameuse soirée, où elle avait cru qu’enfin, tout allait pouvoir revenir à la normale. Ou au moins, qu’ils parviendraient à faire semblant. Mais ce fut elle qui craqua la première. Elle qui confronta Razvan pour l’inviter à dévoiler ce qu’elle-même se forçait à cacher pour éviter que la douleur ne resurgisse trop violemment. Mais la violence, elle se l’était prise en pleine tête. La violence d’une déclaration, aussitôt balayée par une fuite qui ne lui avait laissé aucun espoir de répliquer, de corriger, d’apaiser la situation. Tout cela s’était évidemment mal terminé. Et les derniers mots de Razvan résonnaient encore en elle depuis qu’elle avait monté ces marches sans se retourner, le laissant partir en sachant qu’elle le retrouverait un jour, un jour où ils seraient tous les deux prêts à reconstruire quelque chose sur les cendres chaudes de ce qui venait de se consumer. Mais dans sa tête à elle, elle prenait cet adieu prononcé à la volée de façon bien plus légère et désinvolte que le roumain, et elle l’apprendrait sans doute à ses dépends.

Razvan et Neolina s’engueulaient, parfois. Rarement, mais toujours de façon spectaculaire, à balles réelles. Toutefois, ils ne restaient jamais longtemps fâchés. Cette fois-ci, elle-même empreinte d’une colère persistante qui n’avait pas disparu à son réveil, Neolina savait que cela durerait plus longtemps que d’habitude, sans réaliser pour autant à quel point les choses s’étaient brisées en réalité, comme le cadre qu’elle avait tout de même ramassé en remontant. Et à son réveil, Neolina s’était dit qu’il était temps d’arrêter de souffrir. C’était une étrange faculté, que de pouvoir décider de cela, n’est-ce pas ? Mais portée par son ressentiment, Neo décida que se morfondre un peu plus ne mènerait à rien, et que cet incident qui marquait le début de sa trente-sixième année avait au moins eu le mérite de lui mettre un coup de pied aux fesses. Après tout, peut-être s’était-elle simplement fait des idées, et lui aussi. Car si ni l’un ni l’autre n’avait la force de se battre pour leur histoire, alors c’était sans doute que leurs sentiments n’étaient pas assez forts. Point, final, passons à autre chose. Embarquée par une énergie folle, elle avait rangé l’appartement aussi encombré que son esprit ces derniers mois, baladé son croup deux bonnes heures sur la côte, et enfin répondu à Natanaël qui se languissait sans doute de la revoir alors qu’elle se montrait inconsciemment distante. C’était ainsi qu’elle avait agi tout l'été, avec presque tout le monde. Il était temps que ça cesse.

Et donc, quelques jours plus tard, Neolina retrouvait Natanaël dans une rue londonienne, le coeur un peu plus léger. Son sourire agréable flottait toujours sur ses lèvres, et avait accueilli l’énigmatique sorcier lorsqu’elle était arrivée un peu en retard, comme toujours, au lieu de rendez-vous. « Bonsoir ! » lança-t-elle avec un enthousiasme qui n’était pas feint, pas comme ces derniers mois. Se souvenant qu’il n’était pas de bon ton d’être tactile avec quelqu’un qu’on connaissait peu, et quelqu’un d’aussi réservé que le mystérieux brun, elle lui fit donc face et le salua d’un signe de tête poli. Hélas, le planétarium n’était pas encore ouvert, et le frais du début du mois d’octobre faisait grelotter la sorcière qui pourtant, avait connu des températures bien plus basses dans l’Est. Mais le froid ici était différent, plus humide. Il s’insinuait partout. Plantant ses yeux dans les billes d’émeraude dont elle avait oublié l’éclat après de si longs mois, elle prit la parole après qu’ils aient échangés quelques banalités d’usage. Revoir le doux visage du gentil professeur lui mit du baume au coeur sans qu’elle ne puisse se l’expliquer. L’obscurité gâchait toutefois un peu le spectacle. « Et si nous allions boire un thé en attendant ? Je m’en voudrais de vous écouter en claquant des dents ! » Elle désigna la façade du Tsarducks qui faisait face au planétarium. Certes, c’était bien plus commercial et moins sympathique la boutique où il l’avait emmenée la première fois mais au moins, depuis la fenêtre, ils pourraient surveiller l’entrée et simplement traverser la rue quand ils ouvriraient les portes.

Franchissant le seuil du Tsarducks, Neolina défit le bonnet qu’elle portait et ébouriffa ses mèches blondes pour leur redonner une forme à peu près potable. Se posant à une table près de la fenêtre, elle n’eut même pas le temps de démarrer une conversation que déjà, la serveuse avait surgi à leur table, rapide comme un fléreur. Pour une fois, la jeune femme n’hésita pas et elle commanda un café noir, sans sucre, pour pallier à son manque de sommeil qu’elle peinait à rattraper. Comme il serait dommage de s’assoupir sous le spectacle du ciel étoilé qui les attendait, alors que Natanaël devait connaître tellement d’histoires fascinantes à ce sujet ! Quand enfin la serveuse les laissa seuls, elle eut tout le loisir de reporter son attention sur le charmant amoureux des astres. « L'atmosphère est moins douce que dans votre petite librairie, j’espère que vous ne m’en voudrez pas. » Elle lui adressa un gentil sourire, son regard rivé dans le sien dont elle ne parvenait à se détacher. « Comme j’espère que vous me pardonnerez d’avoir repoussé cette rencontre. Ca me fait très plaisir de vous voir, Natanaël. » C’était sincère. Elle n’aurait su expliquer pourquoi elle appréciait autant passer du temps en sa compagnie. « J’espère que le spectacle sera à la hauteur ! » reprit-elle avec une pointe de joie tandis que leurs boissons étaient servies. « Même si vous avez du voir des choses bien plus belles cet été. J’ai toujours rêvé de voir une aurore boréale. » Elle s’était promis qu’un jour, elle en verrait une. Après tout, elle n’avait que trente-six ans. Et la vie, comme elle le lui prouvait ces derniers temps, étaient emplie de surprises. Sans doute lui en réservait-elle de bonnes pour l’avenir. Du moins, c'était ce qu'elle avait envie de croire.
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 75
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace - @v4ractyl
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, plus jeune
| PATRONUS : Une roussette (le requin)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyVen 23 Oct 2020 - 21:31

ft. Neolina Siankov - octobre 1978

Under a sky
full of stars

Aujourd'hui se tenait l'inauguration d'une nouvelle salle du planétarium sorcier. Natanaël y était bien sûr invité - doublement invité, même. La raison en était toute simple. En tant que professeur d'astronomie, il avait contribué, même humblement, aux calculs et aux sorts qui allaient donner vie à cette nouvelle salle. Il avait beau préférer les travaux plus pointus, jamais il n'aurait refusé cette belle opportunité de faire partager ses connaissances au plus grand nombre. Il ne s'était toutefois pas trop investi dans le projet, se contentant de quelques rapports, conseils et autres parchemins envoyés à l'occasion. C'était cependant suffisant pour que le planétarium juge bon de le convier à l'inauguration. Quelques jours plus tard, c'était au tour de Neolina de lui proposer de l'accompagner. Aussi poli et discret qu'à son habitude, il s'était gardé de lui révéler qu'elle arrivait après la bataille. A choisir, il préférait de toute façon son invitation à elle à celle, plus formelle, qu'il avait reçue du planétarium.

L'alarme qu'il avait magiquement réglée sonna quinze minutes avant l'heure du rendez-vous, faisant sursauter Jotünn qui en tomba de la chaise où il s'était installé. Avec un soupir désolé pour son pataud de chat, Natanaël se leva de son bureau, abandonnant là ses dernières estimations sur les collisions au sein des anneaux de Saturne.
- Et pas de bêtises, souffla-t-il à l'adresse du gros félin gris, qui était retourné se coucher aussi sec. Il prit tout de même le temps de vérifier que la fenêtre était correctement fermée. Au cas où un hibou trop consciencieux insisterait pour lui déposer une lettre. Il ne tenait pas à revenir sur une scène de crime riche en plumes et en hémoglobine. La porte avait à peine claqué derrière lui qu'il transplanait pour leur point de rendez-vous. Malheureusement, l'observatoire n'était pas encore ouvert lorsqu'il se matérialisa tout proche de sa porte. Il lui fallut ensuite attendre quelques dizaines de minutes que Neolina apparaisse à ton tour. L'air froid qui venait agiter le revers de son manteau ne le dérangeait heureusement pas. L'automne s'était bien installé. Aussi humide que l'été, mais plus froid, plus sombre. Une saison qui lui convenait somme toute bien mieux.

Il accueillit Neolina avec un sourire discret mais sincère. Comme il était étrange de la voir à nouveau en chair et en os, après ces mois passés à échanger des mots seulement ... Les personnes perdaient de leur matérialité par le parchemin. Devenaient des concepts plus que des êtres de sang et d'esprit. Il était heureux de la retrouver, toutefois. Sa présence était plus riche et étincelante que ses lettres ne pourraient jamais l'être. Mais il se dépêcha de noyer ces pensées dans quelques banalités échangées d'un ton à demi gêné. Il ne savait pas trop comment se comporter, mais tentait de suivre le flot sans le montrer - un exercice dans lequel il était passé maître.
- L'ouverture n'est pas pour tout de suite, en effet, approuva-t-il à sa proposition de changer de poste d'attente. Il ne se voilait pas la face au point d'imaginer qu'une foule se presserait au planétarium ce soir ; rester attendre devant l'entrée n'avait donc guère d'intérêt. Il suivit le regard de Neolina, qui s'était porté sur une boutique non loin d'eux. Le Tsarducks. Mmh. Il n'y avait jamais mis les pieds, mais savait l'endroit fréquenté par nombre de ses étudiants - une des raisons qui l'avait amené à l'éviter, à vrai dire. Il camoufla son scepticisme d'un hochement de tête, et emboîta le pas de la jeune femme.

L'ambiance était nettement plus chaude dans le Tsarducks, et même si la pièce était autrement moins petite et encombrée que le salon de thé où il avait emmené Neolina le jour de leur rencontre, il s'y sentait tout de même trop grand. Trop visible. Le dos toujours un peu courbé, il suivit la jeune femme jusqu'à une table leur permettant de surveiller l'entrée du planétarium. Après avoir commandé un thé noir, il reporta son attention sur sa charmante partenaire, qui elle, ne le quittait pas des yeux - mais il ne trouvait pas cet excès d'attention désagréable, pour une fois.
- Il est vrai que l'endroit est moins secret, et sa fréquentation plus ... familière, admit-il d'un ton neutre. Il n'était cela dit pas difficile de comprendre que là où d'autres y auraient vu un avantage, ce n'était clairement pas son cas.
Son regard parcourut la pièce, tomba sur au moins deux visages connus, qui devaient sans doute être des étudiants à lui. Il n'était pas très bon pour retenir leur physique. Le fait que les travaux pratiques se tiennent de nuit n'y arrangeaient rien - sans compter qu'il parlait plus à son tableau qu'à ses élèves, en général ...

- Le plaisir est partagé. Tout comme j'ai beaucoup apprécié notre correspondance de cet été. Vos hiboux m'ont manqué à la rentrée, ajouta-t-il après un instant de silence, un petit sourire flottant sur ses lèvres. Comme s'il s'agissait plus d'une plaisanterie que d'une véritable confession - et il aurait été bien en peine de décider laquelle de ces deux options était la bonne. Il l'écouta s'enthousiasmer de leur future visite du planétarium sans se départir de son sourire, hésitant à lui avouer qu'il était l'auteur de certains sortilèges qu'elle y trouverait. Mais non. Il ne voulait pas avoir l'air de se vanter.
- Pourquoi ne pas réaliser votre rêve alors ? Les contrées les plus septentrionales ne sont qu'à un Portoloin d'ici. Le spectacle en vaut la chandelle.
Le simple fait de l'évoquer le ramenait deux mois en arrière, quand, emmitouflé dans d'épaisses capes, il observait les aurores boréales des heures durant. Il appuya son menton au creux de sa main tout en baladant l'infuseur dans sa tasse d'un air absent.
- Les Moldus n'ont pas tort de leur prêter des pouvoirs magiques. A l'aube de nos connaissances sorcières, elles sont parfaitement fascinantes. Il prit sur lui pour ne pas jeter un nouveau regard autour de la pièce - elle allait le croire paranoïaque - et préféra donc le garder fixé sur elle. Si vous souhaitez voyager, peut-être vaut-il mieux le faire sans tarder ... Tant que nos frontières sont encore ouvertes.

Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyLun 26 Oct 2020 - 12:27

Quand il s’agissait des histoires des autres, Neolina était d’une perspicacité sans faille. Plutôt de bon conseil, son empathie était un précieux trésor lorsqu’il fallait conseiller les gens sur leurs problèmes. Certes, elle avait cette faculté certaine de ne pas dire aux gens ce qu’ils avaient besoin d’entendre, mais ce qu’elle estimait être juste et nécessaire pour les faire avancer. Par contre, quand il s’agissait de ses histoires à elle, l’été avait bien prouvé que Neolina n’arrivait pas à appliquer ses propres crédos. Nul doute que si quelqu’une lui avait confié une situation similaire à la sienne, elle aurait été à même de voir qu’il s’agissait là de deux personnes amoureuses qui mourraient de peur, et qui fuyaient cet amour nouveau qui chamboulait une relation bien établie.

Mais voilà, Neolina avait le coeur trop embarqué là-dedans pour se rendre compte. Tout comme elle était bien incapable de voir l’effet que produisait Natanaël sur elle, et surtout de comprendre ce que cela voulait dire. Il était probable que pour les observateurs extérieurs, il se passait bel et bien quelque chose entre ces deux-là. Il n’y avait qu’à voir la façon dont ils se regardaient, tout comme la première fois d’ailleurs, comme si l’été et ses tourments n’avaient su entacher la magie de leur première rencontre. L’endroit était pourtant bien moins propices à l’intimité de ce genre d’instant, mais quand Neo se noyait dans ces émeraudes là, elle aurait bien pu être au milieu d’une foule qui passait en accéléré tout à côté qu’elle ne s’en serait même pas rendu compte. Et elle-même ne se rendait pas compte de ça. Question déni, notre roumaine y était tout de même bien enfoncée ces derniers temps.

Même la voix de Natanaël, paisible et posée, la transportait elle ne savait trop où. Le plaisir était donc partagé des deux côtés de la table, et Neolina se sentit un peu bête quand il lui mentionna ses hiboux trop rares à la rentrée. Il était vrai que Neolina n’avait été très assidue dans ses réponses, craignant sans doute que son spleen ne se ressente dans les réponses, mais surtout bien trop occupée à se battre avec ses propres sentiments. En tout cas, elle était touchée de voir que cette correspondance avait été importante aux yeux de l’énigmatique professeur. « Je vous promets de ne plus laisser vos hiboux si longtemps sans réponse. Même si je préfère de loin vous voir que de vous écrire. » Il n’y avait là aucun sous-entendu, même si cela y ressemblait. C’était la vérité vraie. Neolina avait trop longtemps souffert des échanges de lettres que la distance imposait. Aussi, maintenant qu’ils étaient dans la même ville, elle espérait pouvoir discuter de vive voix avec Natanaël plutôt que devoir lui écrire. Il y avait des choses qu’une lettre ne pouvait retranscrire, comme un regard, ou un geste. Un sourire aussi. Celui du charmant trentenaire était d’une rare douceur.

Finalement, ils en vinrent à parler de ces sublimes aurores qui faisaient rêver Neo. Elle espérait en voir une ce soir, aussi factice soit-elle. Alors qu’elle tenait sa tasse entre ses mains, la roumaine se surprenait à s’imaginer voyager alors que Natanaël l’y invitait, et surtout, à s’imaginer l’écouter lui parler de ces phénomènes magnifiques de vive voix, tous deux affrontant le froid pour admirer l’inexplicable. En attendant, il y aurait ce soir, et c’était déjà une belle promesse. « L’idée est séduisante, je vous l’accorde… » Parlait-elle des aurores, du voyage, de Natanaël, ou des trois ? Elle-même s’en savait rien. « Mes années en Russie m’ont hélas laissé peu de répit pour voyager… Mais je compte bien profiter de la liberté de l’Angleterre pour jouer les exploratrices ! » Neo ne rêvait que de ça, partir lors de ses prochains congés rendre visite à sa famille, mais pas seulement. Bien sûr, elle n’avait encore aucune destination en tête, et son indécision légendaire rendrait sans doute la tâche difficile. Mais l’idée de voir une véritable aurore de ses yeux la séduisait plus que tout. « Mais je prends bonne note de votre conseil. D’ailleurs, je sais que certains saisons sont idéales pour observer ces beautés fascinantes. Je suis sûr que vous êtes bien mieux placé que n’importe quel livre pour m’en parler. » En réalité, ce qu’elle n’osait dire, c’était qu’elle aurait pu l’écouter parler étoiles et phénomènes astraux pendant des heures sans se lasser. N’était-ce pas d’ailleurs ce qu’elle espérait ce soir ?

Neolina n’avait pas rebondi sur le fatalisme de Natanaël - ou peut-être était-ce du réalisme après tout - quant à la fermeture des frontières. La guerre était sur toutes les lèvres à Londres et en ce moment, la roumaine avait besoin de positif dans sa vie. De rêver, un peu. Le planétarium lui offrirait sans doute ce répit dont elle avait besoin, mais en attendant, il fallait trouver un autre sujet. Ca n’était jamais un problème pour elle. « J’espère que vous ne trouverez pas le programme de ce soir trop ennuyeux… Je risque de vous poser des tas de questions, ça pourrait vous rappeler votre travail ! » Elle rit doucement. Effectivement, Neolina était curieuse de tout, et n’hésitait pas à interroger quiconque maîtrisait un sujet pour en apprendre plus. Sachant qu’il semblait si passionné par son domaine qu’il transmettait cette passion sans le vouloir… En réalité, Neolina enviait ses élèves, comme le petit éclat dans ses pupilles le révélait sans le vouloir. Mais même en face d’un miroir, elle aurait été incapable de s’en rendre compte. Par contre, ça n’était pas le cas de la personne qui poussa à l’instant même la porte du Tsarducks. Perdue dans le regard de son interlocuteur, Neolina ne remarqua même pas que Stubby venait de rentrer dans le café, sinon, nul doute qu’elle l’aurait interpellé avec enthousiasme. En attendant, elle était comme dans une petite bulle, oubliant même de vérifier par la fenêtre si le planétarium était prêt à les accueillir pour la suite de leur soirée. Elle aurait pu rester dans ce café toute la soirée, après tout.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 619
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyLun 26 Oct 2020 - 16:57

A l’occasion de l’inauguration de la nouvelle salle du planétarium juste en face, le Tsarducks avait créé une boisson exclusive en lien avec le thème astral : le Bright New Star Coffee. Il s’agissait d’une boisson caféinée au lait colorée en bleu nuit couverte de chantilly évoquant un nuage saupoudré de paillettes alimentaires holographiques et de minuscules étoiles en sucre. Vous pouviez déguster cette magnifique boisson, disponible seulement une semaine, pour la modique somme de quinze mornilles.
C’était la boisson que Stubby et Anna, sa sœur, dégustaient après une séance photo de dix minutes pour la postérité en attendant l’heure d’ouverture du planétarium. Anna devait écrire un article sur l’ouverture de la nouvelle salle pour le journal de l’EMS. Elle avait demandé à son frère de l’accompagner. Alors les voilà ! Ils étaient sortis sur la terrasse du Tsarducks.
« J’ai trop hâte de voir à quoi ressemble la salle. J’espère qu’il n’y aura pas trop de monde pour que je puisse prendre des photos sans être embêtée. »
« T’avais pas un photographe, à la base ? »
« Si ! Mais il m’a lâché hier. Sinon, je t’aurais pas demandé de venir. » Charmant.
« Sale gosse. »
Ils discutèrent jusqu’à ce qu’ils eussent fini leur boisson. Ils rentrèrent de nouveau dans le café pour poser leur tasse au comptoir. Ce fut alors que Stubby aperçut une silhouette familière : Neolina. Elle avait l’air d’être en charmante compagnie. Il en avisa sa sœur. Ils décidèrent d’aller lui faire un petit coucou. Ils se levèrent pour aller la voir.

« Oh Neolina ! Bonsoir ! Ca fait longteeeeemps ! » rayonna Anna en l’enlaçant. « Je suis tellement contente de te voir ! » Elle se tourna vers l’homme qui l’accompagnait. « Bonsoir Monsieur ! »
Elle suivait les cours d’astronomie en option à l’EMS. Stubby, lui, fut plus sobre dans les salutations, lâchant un bonsoir avec un sourire dont il avait le secret. Il était intensément perturbé par l’aura qui régnait autour de Neolina et de cet homme. C’était quoi cette tension, là ? Il voulait en savoir plus !
« Je ne pensais pas te voir ici. Accompagnée qui plus est. Tu pourrais peut-être me présenter ton ami ? Anna semble déjà le connaître. » dit-il à son amie avec une idée derrière la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 75
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace - @v4ractyl
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, plus jeune
| PATRONUS : Une roussette (le requin)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyLun 2 Nov 2020 - 15:35

ft. Neolina Siankov - octobre 1978

Under a sky
full of stars

Natanaël était en général plus porté sur les mots tracés sur le papier que prononcés de vive voix. Des mots qu'il pouvait choisir soigneusement, relire plusieurs fois, corriger le cas échéant. Des mots qui pouvaient aussi bien quitter son bureau que finir au fond de la corbeille à papier, selon ses besoins du moment. Un contrôle qu'il ne retrouvait pas dans les discussions face à face, ce qui le forçait à plus de discrétion et de froideur que par écrit. S'il repensait aux courriers qu'ils avaient échangé cet été, il était prêt à parier qu'il n'aurait jamais été aussi familier sans la distance que le parchemin - plus encore que les kilomètres - imposait entre eux. Mais cela justifiait-il de préférer les lettres aux véritables rencontres ? Dans la plupart des cas, il était d'avis que oui. En ce qui concernait Neolina, par contre ... il n'était sûr de rien. Comme souvent lorsqu'il s'agissait de la roumaine. Il se garda donc de la moindre réaction. Il ne voulait pas se poser trop de questions, risquer de trouver en lui des réponses qu'il n'était pas certain d'apprécier. Il préférait donc se laisser porter par le flot, voir où le courant les mènerait - une attitude qui ne lui ressemblait guère, lui qui était si obsessif du contrôle en temps normal.

La conversation avait dérivé sur le sujet plus confortable des aurores boréales, mais Natanaël se contenta au début d'écouter Neolina, appréciant simplement le son de sa voix et l'engouement que transpirait chacune de ses paroles. Ainsi, elle avait vécu en Russie ... Il se demanda si leurs chemins avaient pu se croiser, même de loin, chacun d'un côté de la loi. Mais impossible à ses yeux de la questionner sans risque d'éveiller des soupçons. Et puis, il n'était pas sûr de vouloir avoir de réponse à ce genre de questions. Il but une gorgée de thé brûlant avant de reprendre la parole.
- Vous avez raison, des périodes s'y prêtent plus que d'autres. Et mieux vaut ne pas être frileux car ce sont pendant les mois les plus froids que l'on peut le mieux les observer. Cela dit, montez suffisamment au Nord et vous n'aurez pas à vous soucier de la saison ... seulement des engelures, termina-t-il avec un sourire.
Ne pas mourir de froid était une préoccupation bien futile lorsqu'on avait une baguette magique avec soi. Il suffisait seulement de ne pas être trop absorbé par les lumières dansantes du ciel pour en oublier les sorts sensés vous réchauffer. Quelque chose qui, il le soupçonnait, pouvait tout à fait arriver à Neolina. Restait à espérer qu'elle serait bien accompagnée pour son voyage ... Un instant, il se prit à s'imaginer qu'il pourrait être cet accompagnant. Être avec elle, les pieds dans la neige, pour voir le reflet des aurores danser dans ses iris ... Mais il  chassa bien vite cette vision. Neolina avait sans doute des personnes bien plus intéressantes que lui pour être à ses côtés en ce genre d'instant. Après tout, ils se connaissaient à peine.

- Je n'ai aucune crainte de m'ennuyer en votre compagnie, affirma-t-il en réponse à ses inquiétudes - et d'un toujours aussi plat et neutre qu'à l'accoutumée. C'est plutôt vous qui devriez avoir peur que je vous assomme d'informations. Le café était sans doute ...
Sans doute un choix stratégique. Mais il n'eut pas le temps de finir sa phrase, car ils furent interrompus par une paire d'étrangers - dont une venait de se jeter sur Neolina. Après une longue minute à la dévisager, le professeur réalisa qu'elle n'était d'ailleurs pas si étrangère que cela. Il n'aurait pas su la remettre, mais la manière qu'elle eut de le saluer répondit bien vite à sa silencieuse interrogation : elle devait fréquenter les bancs de l’École Supérieure de Magie. Et, plus précisément, les bancs d'astronomie. C'était exactement ce qu'il craignait en entrant au Tsarducks : qu'un étudiant le reconnaisse et vienne le voir. Quoique celle-ci ne semblait pas s'être approchée pour lui, mais plutôt pour Neolina. Il se demandait d'ailleurs les raisons de cette familiarité. Mais, discret à son habitude, il se contenta de répondre un "bonsoir" du bout des lèvres.

Il tourna son regard vers la seconde personne qui s'était approchée d'eux. Un grand dégingandé qui, pour le coup, ne lui disait rien du tout. Mais un coup d’œil vers Neolina lui indiqua qu'ils devaient être proches, car la roumaine rayonnait littéralement d'excitation. Il se sentit un peu gêné d'être là, presque au milieu de ce qui apparaissait comme des retrouvailles. Il résista tout de même à l'envie de se lever pour les laisser entre eux, assez longtemps pour entendre l'homme demander à Neolina son identité - et le désigner au passage comme un ami, ce qui était une définition qui, bizarrement, le surprit autant qu'elle lui fit plaisir.
- Natanaël Johansson, se présenta-t-il donc rapidement - presque sèchement - avant que quelqu'un d'autre ne le fasse pour lui. Je suis professeur à l'ESM.
C'était un résumé aussi bref que possible, mais qui expliquait au moins qu'il connaisse ladite Anna. En ce qui concernait Neolina ... Il lui laissait la joie de développer davantage si elle le souhaitait. Le nez désormais enfoui dans sa tasse de thé, il préférait rester en retrait.

Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyMar 3 Nov 2020 - 14:26

Il était mignon, Natanaël, à lui parler des basses températures alors que Neolina était une fille du froid. Oh bien sûr, cela n’avait sans doute rien de comparable avec le grand Nord qu’il évoquait, mais tout de même. Comparée à bien des londoniens, la roumaine pouvait endurer des températures assez basses sans trop se plaindre, surtout quand l’air était sec. Le maudit problème ici, c’était cette pluie qui s’abattait sans cesse et vous glaçait les os ! « Je suppose qu’il faut bien un prix à payer pour admirer pareilles beautés… » répondit-elle, rêveuse, alors qu’elle s’imaginait déjà enveloppée dans une cape en fourrure, son nez gelé levé en l’air pour admirer tout ça.

Perdue à moitié dans ses rêveries, à moitié dans le sourire de l'élégant professeur, Neolina fronça légèrement les sourcils quand il sous-entendit qu’elle pourrait s’ennuyer en sa compagnie. Quoi ? La chose était à ses yeux impensable. Elle se rappelait ce charmant après-midi, suspendu dans le temps, où ils avaient discuté des heures sans que le silence n’ait trop à s’installer, à part quand il le fallait parfois. Il y avait des silences que l'on pouvait savourer après tout. Non vraiment, il fallait qu’elle lui sorte cette idée ridicule de la tête, car ça ne faisait aucun doute : elle allait se délecter de la moindre de ses anecdotes ! Mais pour ça, il aurait fallu que le destin décide de ne pas se mêler à cette conversation, sous les traits d’un ami qu’elle connaissait bien, et d’une jeune fille qui décidément avait bien grandi.

« Anna ! » Son indétrônable sourire s’élargit en voyant la jeune femme qu’elle était devenue aujourd’hui. À vrai dire, elle l’avait revue une fois depuis son retour à Londres, les premières semaines et depuis… La vie, ses aléas, et tout ça. Mais il lui semblait que chaque mois qui passait faisait d’elle une beauté toujours plus rayonnante. Elle répondit à son accolade avec enthousiasme, manquant de renverser son café en bousculant la table alors qu’elle se levait à moitié. « Je suis si contente aussi ! » Seize ans avaient passé, seize ans qui avait fait d’elle une femme maintenant et, oh, Neolina se voyait encore en train de lui natter les cheveux et de lui faire la lecture. Souvenirs tendres s’il en était. « C’est amusant de vous voir ici. » enchaîna-t-elle une fois rassise, en parlant tout à fait en même temps que son meilleur ami qui dit ni plus ni moins la même chose, à quelques mots près. C’était beau l’amitié.

Mais Neo n’eut même pas le temps de répliquer que déjà, Natanaël se présentait, ce qui n’était pas plus mal au fond car pourquoi parler à la place des autres, hein ? Elle jeta au professeur un regard intrigué, puis revint sur Anna qui donc, le connaissait disait Stubby ? « Oh, mais c’est vrai ! Anna, tu étudies à l’EMS tu m’as dit. Il y a des hasards hein, vraiment ! » Ah ça, si ça l’amusait beaucoup, la roumaine ne remarqua pas dans son fol enthousiasme que Natanaël n’était pas tout à fait du même avis qu’elle. D’ailleurs, le pauvre, il ne devait sans doute pas comprendre grand chose à ce qui se passait. « Ah, mais j’oubliais. Natanaël, je vous présente Stubby, et Anna. J’ai séjourné chez eux quand j’étais jeune fille au pair, je vous en avais parlé ? » Elle ne savait plus ce qu’elle avait dit. Parfois, Neo parlait trop. Parfois seulement ? Et puis là, elle était tout excitée, et ça n’était pas seulement dû au café. « Cette minus n’était pas plus haute que la table à l’époque. Et toi… » lança-t-elle en regardant Stubby, laissant sa phrase en suspend car il aurait fallu beaucoup, beaucoup de mots pour résumer leur relation. « Ah mais, je vous en avais parlé dans une lettre. Mon ami qui jouait au Festival, vous vous rappelez ? » se souvint-elle en revenant à Natanaël avant de focaliser à nouveau son attention sur ses amis, comme une petite girouette emportée par le vent.

« Mais qu’est-ce que vous faites là, dites-moi ? Vous voulez vous installer ? Enfin… » Son regard glissa à nouveau sur ce pauvre Natanaël, dépassé par les événements et pour la première fois, elle le remarqua. Il était… différent, et pourtant c’était presque imperceptible mais, le ton de sa voix aurait dû lui mettre la puce à l’oreille. Sans doute en avait-elle trop fait, spontanée comme elle était. « Si ça ne vous ennuie pas ? » Evidemment, la question était polie, mais c’était de celles à laquelle on ne pouvait répondre que par oui. Instinctivement, elle avait posé sa main sur la sienne, comme on pouvait le faire avec un ami proche qu’on avait envie de rassurer. Mais avec un ami, on ne ressentait pas ce frisson électrisant qui parcourut tout à coup la colonne de la roumaine. Non ça, c’était nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 619
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyMer 4 Nov 2020 - 21:07

Anna était un petit bout de femme à peine plus grande que Neolina. Elle tenait beaucoup de sa mère qui, elle non plus, n’était pas très grande. Âgée de tout juste vingt-deux ans, elle avait encore des traits juvéniles avec de bonnes joues et des yeux sombres et expressifs (dont Stubby avait également hérité). La nature lui avait fait don d’une somptueuse longue chevelure châtain foncé ondulé à la fibre épaisse qu’elle attachée la plupart du temps en un chignon négligé au sommet de sa tête, laissant dépasser seulement une frange et deux mèches fugitives encadrant son visage. Son père ne l’autorisait pas à porter du maquillage mais elle bravait l’interdit en appliquait du rimmel sur ses cils. En tout cas, elle n’était plus vraiment la petite fille que Neolina avait connu.
C’était une rencontre tout à fait fortuite, sûrement un signe du destin. Le prénommé Natanael avait l’air mal à l’aise. Mais ce n’était pas ce que Stubby retenait. Il le connaissait, ce nom-là. Son regard croisa celui de Neolina tandis qu’elle parlait de la croissance d’Anna. Il haussait imperceptiblement les sourcils comme pour lui envoyer un message. De toute évidence, la roumaine ne savait plus où donner de la tête. Mais pourquoi elle le vouvoyait le Natanaël ?
« Je dois faire un article sur l’ouverture de la nouvelle salle du planétarium pour le journal de l’EMS. »
Polie comme tout, Neolina leur proposa de rester avec eux. Oh Neolina…
« Non, c’est bon. » déclina gentiment l’offre Stubby dont le regard s’était brièvement arrêter sur les mains de son amie et de cet homme. « On va vous laisser tous les deux. Anna a plein de choses à faire et elle a un peu besoin de mon assistance. »
Il ne voulait pas être ce gars qui gâchait les rendez-vous des autres. Mais… Il s’adressa au professeur en prenant son amie par les épaules, avec un sourire affable.
« Je peux juste te l’emprunter deux petites minutes ? Promis, juste deux minutes. Merci bien. »

Il emmena Neolina à quelques mètres, hors du champ de vision et d’écoute de Natanaël, laissant ce dernier avec Anna qui se mit à lui poser quelques questions par rapport à l’astronomie et au planétarium. Quand ils furent seuls, le chanteur lâcha tout.
« C’est vraiment lui ton Natanaël ? Oh la la, je suis jaloux ! Il est tellement sexy ! Mais là, on a un gros problème ! Tu ne m’avais pas dit qu’il était seulement un ami ? D’ailleurs c’est super bizarre de vouvoyer ses amis et encore plus son flirt. Arrête ça. »
Il voulait des réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyDim 8 Nov 2020 - 17:04

La sensation qui s’était emparée de Neolina l’avait un peu déconnectée de la réalité. Déjà qu’elle avait tendance à partir dans ses rêveries sans aucune vraie raison, mais là, c’était tout autre chose. Sa main resta sur celle de Natanaël sans qu’elle ne puisse la décoller, et bien que l’instant fut rapide, ça lui sembla durer une éternité qu’elle passa à contempler les énigmatiques et insondables émeraudes. Stubby, comme il savait bien le faire, la ramena sur terre avec pragmatisme, et elle rompit le contact, comme si elle avait été surprise en flagrant délit de… de quoi exactement ? « Quel charmant grand frère tu fais !  » répondit-elle avec un petit clin d’oeil, ravie de voir que la complicité entre ces deux là existaient toujours après tant d’années.

Sans crier gare, Stubby l’embarqua à l’écart, et elle le suivit docilement, s’imaginant qu’il voulait lui proposer une sortie future ou quelque chose du genre. Innocente Neo… « Je reviens tout de suite… » dit-elle tout de même avant de s’éclipser, laissant Natanaël en proie aux questions d’Anna en se disant que deux amoureux des étoiles allaient bien trouver de quoi papoter pendant quelques minutes. Mais une fois à l’abri des oreilles indiscrètes, Neo vira au rouge si vite qu’elle espérait vraiment que personne ne pouvait la voir, et surtout pas Natanaël. Mais qu’est-ce qu’il lui chantait là ? Stubby avait le don de mettre les pieds dans le plat, mais alors là, c’était épicé !

Comment ça, Natanaël était sexy ? C’était qu’elle n’avait jamais vu les choses sous cet angle à dire vrai, et bien qu’elle ne pouvait qu’admettre qu’il avait un certain charme, Neolina n’était pas du genre à remarquer ce genre de choses. Certes, il avait de jolis yeux, mais… Ça voulait dire quoi, sexy, après tout ? « Qu… quoi ? » bégaya-t-elle en rougissant si fort qu’elle en gagna quelques degrés. Mais ça n’arrêta pas Stubby, qui la regardait avec une détermination sans faille et lui asséna le coup de grâce. Son flirt ? Mais enfin ! Sur les fesses, métaphoriquement pour une fois, Neo resta silencieuse pendant quelques secondes, ne sachant pas quoi dire. Couper le sifflet de la roumaine était un exploit que seul Stubby semblait parvenir à réaliser. « Ce n’est pas un flirt enfin ! » Elle parlait à voix basse, se sentant comme une adolescente qui faisait des messes basses avec son meilleur ami, vraiment, elle avait passé l’âge pourtant. « On n’est même pas amis, je te ferai dire. Je ne l’ai pas vu de l’été, on a fait que s’écrire. Alors c’est toi qui arrête ça ! » Neo, Neo, Neo… Elle avait toujours été particulièrement nulle pour décoder les signaux évidents, même ceux que son propre corps lui envoyait. Car le frisson, le plongeon dans le vert de ses yeux, ce rougissement soudain, tout ça était loin d’être anodin, clairement. Mais avec son tact légendaire, Stubby venait de semer un léger doute dans son esprit, qui lui donna envie de détaler à toute vitesse sans demander son reste. Natanaël avait-il pris son invitation pour un rendez-vous galant ? Ohlala, tout se bousculait dans sa tête, dans laquelle Razvan avait déjà mis un sacré foutoir au passage. Mais bizarrement, ce soir, le roumain avait déserté ses pensées sans même qu’elle ne s’en rende compte. Et ça… Ca n’était pas rien.
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 75
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace - @v4ractyl
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, plus jeune
| PATRONUS : Une roussette (le requin)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyDim 8 Nov 2020 - 19:24

ft. Neolina Siankov - octobre 1978

Under a sky
full of stars

Pas de doute, Neolina était nettement plus enthousiaste que Natanaël. Car même s'il préférait garder ses remarques pour lui - ou plutôt les noyer au fond de sa tasse de thé - le professeur ne pensait pas que la situation était amusante. Ou qu'il s'agissait d'un heureux hasard. Son côté asocial au possible y était pour beaucoup, mais il y avait autre chose. Une pointe de possessivité, une déception qui naissait, de ne pas pouvoir profiter de Neolina pour leur retrouvailles. Mais il préférait garder ces sentiments bien cachés tout au fond de son esprit, où il pouvait les ignorer allègrement. Il n'avait juste pas envie de croiser d'étudiants en dehors de ses heures de travail. Voilà tout. En plus de ça, l'attention dans le Starbucks semblait s'être tournée vers leur table depuis que les amis de Neolina les avaient rejoint. Pour une raison qui lui échappait totalement, car malgré l'enthousiasme de la jeune femme, ils n'étaient pas bien bruyants ... Tous les regards n'étaient pas tournés vers eux, cela dit, mais il détectait suffisamment de coups d’œil dans leur direction pour savoir que ce n'était pas sa paranoïa latente qui lui jouait des tours. Méfiant à son habitude, il ne prêtait donc qu'une oreille distraite à la conversation.

Il suivait toutefois assez pour secouer négativement la tête quand Neolina lui évoqua sa période de jeune fille au pair. Tous deux n'avaient que très vaguement évoqué leur passé - lui en particulier, ce qui lui allait très bien soit dit en passant. Puis pour acquiescer tout aussi silencieusement au souvenir des lettres qu'ils avaient échangées au sujet du festival. Peut-être que l'occupation de ce fameux Stubby expliquait l'attention qu'ils avaient récolté sur son passage ... Il avait presque fini son thé quand Neolina proposa aux deux venus de s'installer à leur table. Natanaël dut retenir une grimace à cette idée. Mais la seule chose qui l'en empêcha vraiment fut la main de Neolina, qui venait de se poser sur la sienne. Son irritation sembla s'évaporer un petit peu par ce simple contact et son regard se raccrocha au sien comme à une ancre. Il tenta d'y faire passer tous les sentiments qui s'emmêlaient en lui, mais qui ne parvenaient pas à trouver le chemin jusqu'à son visage. Son inquiétude des nombreux regards tournés vers eux. Son malaise d'être en présence d'étrangers. Son envie - enfouie, si enfouie - qu'ils soient juste tous les deux.

Car ce n'était pas comme s'il pouvait lui dire non. Déjà, ce n'était pas le genre de question à laquelle on répond par la négative. Et puis, elle semblait si heureuse, si enthousiaste ... Une chance, le prénommé Stubby se chargea de refuser pour lui. Une chance qui ne dura pas, puisque ce fut son tour de faire une proposition bien rhétorique.
- Je vous en prie, grinça donc Natanaël du ton le plus affable qu'il pouvait émettre en telle situation, tandis que la main de Neolina quittait la sienne comme à regret.
Il observa la jeune femme suivre son ami d'enfance, toute son énergie occupée à ne pas laisser paraître le mélange d'inquiétude et de déception qui naissait dans sa poitrine. Il répondait aux questions d'Anna avec une distraction qui ne lui ressemblait guère, le regard volant du coin de mur où Neolina avait disparu jusqu'au planétarium qu'il devinait derrière la vitre embuée du Tsarducks. Même pour un Natanaël asocial, ce comportement était ... surprenant. Mais il ne le réalisait pas - ou peut-être, préférait ne pas y songer. Enfin, la lumière au-dessus de l'entrée du planétarium se mit à briller, et il vit une file de sorciers s'engager dans le bâtiment.
- Je pense que l'exposition saura répondre à vos dernières questions, éluda-t-il en croisant pour la première fois le regard d'Anna. Bon courage pour votre article.
Sur cet effort d'amabilité, il se leva de sa chaise pour se diriger dans le coin où Neolina et Stubby avaient disparu. Il les trouva en pleine discussion animée, et toussota discrètement pour annoncer sa présence. Il ne souhaitait pas entendre des paroles qui n'étaient pas destinées à ses oreilles.
- L'exposition a commencé, signala-t-il à Neolina. Il n'avait pas l'intention de la séparer de force de son Stubby, aussi resta-t-il en retrait, au cas où elle souhaiterait terminer cette conversation avant qu'ils ne partent. Ou peut-être préférerait-elle le rejoindre plus tard au planétarium. Il ne voulait pas s'imposer.

Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 619
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyDim 8 Nov 2020 - 21:34

On n’apprenait pas au vieux singe à faire la grimace. S’il n’y avait vraiment rien entre Neolina et ce Natanaël, alors il ne s’appelait plus Stubby Boardman ! Il aurait pu jouer toute sa carrière et sa fortune sur ce coup-là. Le plus consternant dans cette histoire, c’était que Neolina ne s’en rendait vraisemblablement même pas compte. Il avait envie de la secouer comme un cocotier. Ses joues viraient au rouge tomate comme s’il avait dit la plus sale des obscénités. On aurait dit qu’elle venait tout juste de découvrir l’existence du sexe opposé.
Elle nia les allégations de Stubby en bloc. « Si, c’en est un. » soutint-il fermement. Elle argumentait mais elle brassait du vent. Il commençait à se demander si elle ne souffrait pas de sérieux problèmes de vue, s’il ne devait pas lui payer une consultation chez l’ophtalmomage. Mécontent de son déni, il plaça ses deux poings sur ses hanches en la regardant, les sourcils haussés.
« Deux choses. » Il s’éclaircit la voix. « La première. Nous n’avons communiqué presque que par hiboux pendant des années. Cela veut dire que nous n’étions pas amis ? »
Cela lui aurait brisé le cœur de l’apprendre.
« La deuxième. Admettons. Vous n’êtes pas amis. Tu crois que Cendrillon est devenue pote avec le Prince avant de l’épouser et d’avoir beaucoup d’enfants avec lui ? T’as pas besoin d’être amie avec un gars pour passer du bon temps avec. »
Il n’avait été ami avec aucun de ses ex avant de se mettre en couple avec. D’ailleurs, il se demandait s’il était ami avec Jacob ? Probablement que non.
« Alors… » Il vint entourer le cou de Neolina avec son bras. « Ne laisse pas passer ta chance. Il est beau, il m’a l’air d’être intelligent… Pas très loquace certes, mais c’est dans tes standards. De toute façon, nous n’allons pas demander la Lune. C’est déjà très bien de l’atteindre. Tu sais ce que je dis.... Up to the Moon. » Il s'agissait d'un des titres des Croque-Mitaines.
Le septième ciel, c’était en-dessous ou au-dessus de la Lune ? A quelques mètres, il vit Natanaël. « Ton Pierrot approche. » signala-t-il à son amie en se détachant d’elle. Le professeur arriva à eux. Stubby lui adressa un grand sourire tandis qu’il annonçait le début de l’exposition.
« Ca tombe bien, je viens juste de finir avec Neolina. Elle est maintenant tout à toi. »
Il s’écarta de Neolina. « Je vous laisse. Passez une bonne soirée ! »
Il adressa un sourire équivoque à la roumaine avant de filer retrouver sa sœur. Mission accomplie.
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyDim 8 Nov 2020 - 22:33

Quand Stubby avait une idée en tête, c’était impossible de la déloger. Neolina le savait bien, à force de le pratiquer, c’était même assez drôle la plupart du temps, mais quand ça concernait ces histoires à elle, elle trouvait ça tout de suite moins charmant. Mais quelle tête de mule ! Et c’est qu’il prenait une petite attitude là, alors qu’elle-même croisait ses bras sur sa poitrine comme une gamine boudeuse. Des adolescents, ni plus, ni moins. L’un qui jouait les entremetteurs, et l’autre qui refusait de l’écouter, ah mais vraiment, on avait régressé. Certes, ils n’avaient pas fréquenté la même école, mais Neolina pariait que si ça avait le cas, des conversations comme ça, ils en auraient eu des tas.

Stubby donc voulait absolument faire passer son idée. Etape 1, jouer sur la corde sensible. Evidemment qu’ils étaient amis, enfin, qu’est-ce que c’était que ce sous-entendu ! Bouche bée, Neo s’offusqua tout net. « Mais si enfin, ça n’était pas par… » Tout occupé qu’il était à la convaincre, Stubby lui coupa la parole, accentuant sa moue boudeuse. Et voilà qu’il lui sortait une histoire de Cendrillon et de mariage et d’enfants, quelle indélicatesse quand on savait qu’elle était divorcée, et pour de tristes raisons qui plus était. Mais passons, elle n’allait pas se formaliser sur une telle maladresse : après tout, c’était Stubby, et il ne connaissait pas toute l’histoire. Mais surtout, le chanteur et elle n’avaient clairement pas la même vision des relations. Stubby était volage, et elle, et bien… C’était différent. Neolina était terrifiée par l’amour, vraiment, il n’y avait qu’à voir les récents événements. Ses relations passées, depuis Andrea, avaient toutes été vouées à l’échec, et pour une seule et unique raison : elle. Elle n’y arrivait pas. N’y arrivait plus. Alors certes, il lui parlait de bon temps, mais Neolina ne marchait pas comme ça. Le sexe et l’affection allaient de pair pour elle, ne le savait-il pas ? « J’ai mes deux chaussures, merci… » Voilà tout ce qu’elle trouva à redire. Vraiment, une bien belle répartie.

Elle se détendit toutefois un peu lorsqu’il lui fit une accolade, et elle eut envie de s’y fondre pour disparaître à vrai dire. Ah ça, quand il voulait, Stubby savait trouver les mots, et la vision qu’il dépeignait été tout de même séduisante. « Tu te fais des idées… » finit-elle par chuchoter, car après tout, même si elle avait eu des intentions, il aurait fallu qu’il y ait les mêmes en face. « On est pas dans une de tes chansons, et les choses comme ça, ça n’arrive pas dans la vraie vie. » Car oui, si Neolina avait l’air naïve en apparence, elle faisait surtout preuve d’un grand réalisme. À force de souffrir, on finissait par apprendre.

Tout ça en tout cas faisait beaucoup d’un coup pour un petit coeur fragilisé comme le sien. Elle mourrait d’envie de filer aux toilettes pour souffler deux minutes et affronter la suite de sa soirée, avec le beau Natanaël comme disait Stubby et… oh misère, voilà le genre de pensées qu’elle avait maintenant ! Non mais vraiment, bravo ! Mais la roumaine n’en eut pas le loisir, car après un avertissement bien poétique de Stubby, la voix du professeur émergea de derrière elle et ses yeux devinrent aussi ronds que les sous-bocs sur le comptoir. Quoi, quoi, déjà ? Elle sentait encore ses joues la chauffer, et craignait de passer pour une véritable idiote si elle se retournait maintenant. « Je te déteste. » maugréa-t-elle entre ses dents alors que Stubby la délaissait et qu’elle faisait volte-face, les joues toujours légèrement rosies, mais affichant un gentil sourire. Sa dernière réplique ou presque la laissa sans voix. Tout à quoi ? « Bonne soirée à vous aussi ! » lança-t-elle tout de même avec un enthousiasme demi-feint.

Finalement, son attention se focalisa à nouveau sur Natanaël. Enfin, elle essaya, car elle eut comme un peu de mal à le regarder dans les yeux. « Et bien allons-y alors ! » Oui oui Neo, il allait falloir y aller. Et surtout, essayer d’agir normalement alors que dans sa tête, son cerveau faisait de drôles de pirouettes à force de retourner tout ça dans tous les sens. Côte à côte, ils franchirent la porte du Tsarducks et le froid de l’extérieur lui fit une drôle de sensation qui, elle l’espérerait, apaiserait un peu l’échauffement de ses joues. « Désolée de t’avoir laissé… euh de vous, enfin… » Ah mais voilà qu’elle commençait déjà à faire n’importe quoi, et ça ne faisait qu’une minute, et… Flute, flute, et re-flute ! « J’espère qu’Anna n’a pas posé trop de question en tout cas. » Voilà, choisir une formule neutre, qui n’impliquait aucun pronom, c’était parfait. Alors qu’il aurait suffit de dire On se tutoie ? Et on en parlait plus. L’art de se compliquer la vie, par Neolina Siankov.

Il n’y avait pas foule devant le planétarium, aussi entrèrent-ils rapidement, et tant mieux, car l’obscurité cachait la gêne trop visible de la jeune femme qui fourra ses mains dans ses poches pour éviter tout geste malheureux, du genre frôlement ou autres mouvements accidentels. Ca aurait bien été son genre. Fort heureusement, les étoiles factices qui tapissaient le ciel attirèrent bien vite son attention. Le nez en l’air, subjuguée par pareil spectacle, Neo oublia un court instant les discours de Stubby, mais pas Natanaël. Elle avait le regard d’une enfant qui découvrait ses cadeaux le matin de Noël, brillant à souhait, et la bouche à demi-ouverte dans une ébauche de sourire. « Comme c’est dommage que le ciel londonien nous empêche de voir de telles merveilles, tu ne trouves pas ?» souffla-t-elle à voix basse, comme si elle avait peur de déranger les étoiles. Bizarrement, le tutoiement était devenu tout à coup bien naturel…
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 75
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace - @v4ractyl
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, plus jeune
| PATRONUS : Une roussette (le requin)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyVen 13 Nov 2020 - 22:37

ft. Neolina Siankov - octobre 1978

Under a sky
full of stars

La conversation entre Stubby et Neolina paraissait pour le moins animée. Mais Natanaël n'était pas du genre à jouer l'indiscret ou à tendre l'oreille pour percevoir quelques informations. Cela étant dit, il était impossible d'ignorer le contraste entre l'attitude des deux intervenants. Alors que Stubby respirait la bonne humeur, Neolina avait l'air nettement plus ... grognon. Dans des proportions neolinesques, toutefois, c'est-à-dire guère plus qu'un sourire pas très sincère. Mais son ami ne s'attarda pas ; à peine avait-il remarqué Natanaël qu'il les abandonnait là, affirmant qu'elle était tout à lui. Le professeur haussa un sourcil, aussi surpris par le tutoiement impromptu que par la formulation. Sans doute n'avait-il pas très habilement caché que l'intervention d'Anna et Stubby l'avait dérangé ... Mais le temps qu'il essaye de formuler une réponse qui serait aussi une semi-excuse, l'ami de Neolina s'était déjà trop éloigné. En voilà un qui ne rigolait pas quand il disait qu'il les laissait tous les deux ... Bah. Il ne serait pas vraiment regretté.

Retour à Neolina, alors. Un coup d’œil à la jeune femme lui permit de noter ses joues rosies et son regard fuyant. Même lui qui n'était pas curieux commençait à s'interroger sur ce que Stubby avait bien pu lui dire ... Sur son impulsion, ils sortirent du Tsarducks, à la fois coude à coude et à des galaxies de se frôler. La jeune femme se noyait apparemment dans un malaise qu'il ne parvenait pas à s'expliquer. Elle qui était d'habitude si bavarde se retrouvait à bafouiller, emmêlée dans des formules de politesse qui paraissaient désormais bien déplacées. Sa gêne était contagieuse. Natanaël ne savait pas trop sur quel pied danser. Ah, si seulement ils n'avaient pas été interrompus ... La soirée était bien partie avant que Stubby et sa sœur ne se joignent à la fête. D'ailleurs, parlant de cette dernière -
- Elle avait beaucoup de questions, je dois l'avouer. Mais c'est après tout mon travail d'y répondre, admit le professeur de son habituel ton neutre. Dans lequel transperçait peut-être une légère amertume, car il aurait aimé réserver son amour des étoiles pour Neolina, ce soir. L'univers semblait malheureusement en avoir décidé autrement.

Le silence qui accompagna leur entrée dans le planétarium n'avait rien à voir avec ceux qu'ils avaient pu partager auparavant. Il était empli de maladresse et de non-dits, de regards qu'on n'ose se lancer, de distances qu'on prend garde de conserver. La première salle, plongée dans l'obscurité, représentait la voûte céleste telle qu'on pouvait l'observer sous leurs latitudes. Mais sans les nuages, sans la pollution lumineuse de la trop vivante Londres, les étoiles brillaient d'un éclat qu'on ne leur connaissait pas. Exactement comme les yeux de Neolina, qui s'étaient éclairés d'une fascination enfantine. Il fallut qu'elle se remette à parler pour que Natanaël réalise qu'il ne l'avait pas quitté du regard depuis qu'ils étaient entré. Il cilla, rougit peut-être. Personne n'aurait pu en juger dans l'obscurité de cette salle.
- Vraiment dommage, acquiesça-t-il à mi-voix, lui aussi.
Les voix nettement plus claires de plusieurs visiteurs non loin d'eux le sortirent de cette espèce de transe. Il prit une grande inspiration. Contempler Neolina sous ces étoiles était décidément un spectacle auquel il ne s'était pas attendu.

- Vous ... Il s'arrêta en pleine phrase, réalisant comme d'un coup qu'elle l'avait tutoyé juste avant. Il hésita. Et puis après tout - pourquoi pas ? Tu ne voudrais pas louper le clou du spectacle, l'invita-t-il, et il lui proposa de la suivre en lui effleurant le poignet. Comme plus tôt au Tsarducks, ce simple contact suffit à faire naître un petit frisson. Frisson qui remonta le long de son bras pour venir se loger jusque dans sa nuque. Mais fidèle à lui-même, Natanaël préféra l'ignorer, ne pas réfléchir à ce qu'il pouvait signifier. S'interdire d'espérer était ancré en lui depuis si longtemps - il ne le réalisait même plus. Il conduisit donc Neolina jusqu'à la pièce maîtresse du planétarium, celle qui justifiait cette inauguration. Et qui, il en fut certain dès qu'il y mit les pieds, ravirait sa compagne du soir.
Ici, le ciel ne les surplombait plus. Au contraire, les étoiles étaient tout autour d'eux, comme s'ils marchaient dans le cosmos. Le sol était d'ailleurs souple, comme un matelas de mousse, ce qui amplifiait la sensation de s'être perdu dans l'univers. Mais ce n'était pas là que se trouvait le véritable intérêt de cette nouvelle salle. Les quelques visiteurs qui avaient trouvé leur chemin jusqu'à cette salle n'en avaient pas encore saisi toutes les subtilités. Et pour cause, rien n'indiquait son fonctionnement. C'était au curieux de les découvrir par lui-même.

Le curieux, ou l'initié. D'un geste aussi doux que ferme, Natanaël arrêta Neolina pour qu'elle se tienne à un peu plus d'un mètre de lui. Son visage ne trahissait rien d'autre qu'une certaine concentration, tandis qu'il levait une main pour aller saisir une des étoiles immatérielles qui flottaient autour d'eux. Puis, d'un geste vif, il la tira vers lui. L'univers autour d'eux se déforma, pour zoomer brutalement vers l'avant, les propulsant de plusieurs années lumières en avant. En un instant, ils étaient au cœur d'une nébuleuse chatoyante de couleurs et de poussières cosmiques.
- Les étoiles sont une belle invitation au voyage, n'est-ce pas ? souffla-t-il, avec un de ses rares sourires, sincère et vrai.
Et même s'il ne pouvait détacher son regard du visage de Neolina, il songeait que le planétarium renfermait encore de nombreux secrets qu'elle serait ravie de découvrir. La salle polaire, en particulier, lui semblait être la parfaite prochaine escale. Mais pour l'instant, il préférait savourer son enthousiasme, sa fascination - reflet de celle qu'il éprouvait envers elle, même sans se l'avouer.



Dernière édition par Natanaël A. Johansson le Dim 22 Nov 2020 - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyDim 15 Nov 2020 - 5:49

Neolina trouvait toujours une raison de s’émerveiller de ce qui l’entourait. L’été avait été difficile, et sans doute avait-elle négligé de regarder le monde, tout occupée qu’elle était à lutter avec sa tristesse. Mais voilà, il fallait ouvrir les yeux à nouveau, se reconnecter à la vie et à ce qui en faisait toute sa beauté. Les étoiles qu’elle contemplait, certes, étaient factices mais ce qu’elles révélaient était bien réel, une beauté évanescente et inatteignable. Ses yeux sautaient de l’une à l’autre sans se lasser du spectacle, et elle aurait aimé connaître leurs noms. Quoique leur mystère ne les rendaient que plus fascinantes encore. Quant au mystère qui se dévoilait petit à petit depuis les paroles de Stubby, et qui s’était évanoui à l’instant même où sa tête était partie dans l’immensité du ciel imaginaire, le contact de Natanaël sur sa peau le réveilla tout à coup. La sensation la fit redescendre sur terre, au moins un temps, et elle réalisa à nouveau qu’un frisson la parcourait, comme un courant électrique qui trouvait naissance dans son ventre. Le clou du spectacle, disait-il ? Neo aurait pu rester des heures dans cette même salle, quelles merveilles pouvaient bien l’attendre dans la suivante ? « Il y a plus beau que ça ? » demanda-t-elle naïvement en cherchant son regard dans la demie-obscurité, ne se doutant absolument pas des miracles que la magie avait fait en ses lieux. Mieux, que Natanaël en était en partie responsable.

Elle le suivit donc tranquillement jusqu’à la suite de la visite, où son émerveillement allait grandissant. Plus que de simples spectateurs, Neo et Natanaël se retrouvaient désormais au coeur de l’univers. Le sol sous ses pieds la surprit un peu, et elle se laissa aller à flotter un peu en tournant la tête en tout sens pour ne pas perdre une miette de tout ça. A coté d’elle, une étoile frôla son épaule et s’illumina un peu plus. Elle hésita à en toucher une du doigt, comme si elle n’osait pas, timide. Elle en oublia même de parler, mais le silence était moins pesant désormais, tout empli par le respect que chacun semblait éprouver devant pareilles merveilles. Un silence religieux de bibliothèque, ou presque. Docile, elle s’arrêta lorsqu’il le lui intima, sans chercher à comprendre ou à s’indigner parce qu’après tout, immobile ou pas, elle était captivée par ce qu’elle voyait. Elle n’était pas au bout de ses surprises.

Lorsque Natanaël osa ce qu’elle refusait, elle lâcha une petite exclamation intriguée et chuchotée. Neolina eut l’impression qu’il chamboulait l’ordre des choses et du monde, mais l’instant d’après, alors que l’étoile les englobait tous les deux et révélait une partie de ses mystères, elle n’eut plus aucune façon de penser à quoi que ce soit tant chaque particule magique autour d’elle la fascinait. Ses yeux bruns se baladaient tout autour, et sa main volait dans les airs comme si elle voulait sentir quelque chose qui pourtant n’existait pas. La myriade de couleurs satisfaisait sa rétine, sa curiosité, son envie d’être ailleurs, loin de ce Londres un peu trop morne. « Comment… » laissa-t-elle échapper tout en réalisant que Natanaël avait effectué ce tour de passe-passe avec une aisance incroyable. Au coeur de la nébuleuse, il semblait que le monde entier n’existait plus, et elle laissa son regard se balader sur son visage qu’elle redécouvrait, illuminé par les couleurs célestes et changeantes. Elle remarqua alors qu’il avait posé le sien sur elle, et pas sur l’impressionnante étoile qui les emprisonnait dans un doux cocon. Tout à coup, les mots de Stubby lui revinrent tandis qu’elle sentait une autre forme de trouble naître en elle. Il était beau, oui. Le genre de beauté froide qui la laissait rarement indifférente une fois qu’elle s’en était rendue compte. Beau oui, et intelligent, plein d’esprit, surprenant… Etait-ce le décor qui la faisait se sentir ainsi, ou bien le discours de son ami ? Ou bien tout autre chose ? « Où est-ce que tu m’emmènes après alors ? » demanda-t-elle après de longues secondes à se perdre dans son regard, une sensation étrange s’emparant d’elle.

Ennivrée par l’endroit, et ce qui se passait un peu en elle sans qu’elle ne s’en rende bien compte, Neolina précéda Natanaël dans l’escalier qui menait à la pièce suivante, un peu déçue de quitter pareil endroit. Il lui avait bien fallu 2 minutes pour que ses pieds acceptent de sortir de l’étoile - « Attends, encore un peu… » - mais elle se disait que l’endroit à venir devait être encore plus beau, même si elle avait du mal à voir comment ça pouvait être sorcièrement possible. Dans le petit couloir où ils étaient seuls, du moins lui semblait-elle, elle n’en savait rien, des petites étoiles ensorcelées les accompagnaient. Devant ses yeux qui se régalaient, une étoile filante passa et elle s’émerveilla comme une enfant au coeur emballé. « Oh, est-ce que tu as fait un… » Elle se retourna tout à coup et, grâce à la magie des marches, elle se retrouva pour la première fois à la même hauteur que lui. Comme Stubby, Natanaël lui semblait toujours frôler les nuages vu sa taille de géant à côté d’elle. Mais cette fois, elle put faire pleinement face à ses émeraudes qui étincelaient comme jamais, les lumières se reflétant dedans. Elle fut happée, surprise de cette proximité. Troublée. « … voeu ? » acheva-t-elle après un léger silence qui se poursuivit un peu avant qu’elle ne se décide, sur une impulsion qu’elle ne saurait jamais expliquer, à franchir la distance qui les séparait pour déposer sur ses lèvres un baiser. Stubby avait semé le doute en elle. Au moins cette fois en aurait-elle la confirmation. Sa main accompagna son geste en se posant sur sa joue, presque un peu timide. Etait-ce le voeu qu’elle avait fait qui se réalisait ? Peut-être celui informulé qui se logeait dans son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 75
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace - @v4ractyl
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, plus jeune
| PATRONUS : Une roussette (le requin)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyMar 24 Nov 2020 - 0:07

ft. Neolina Siankov - octobre 1978

Under a sky
full of stars

Y avait-il plus beau ? La question était attendrissante, mais tandis que Natanaël baissait les yeux sur la jeune femme, il se demandait si elle n'avait pas raison. Voir les étoiles briller ainsi dans ses yeux l'aurait rassasié pour la soirée - pensait-il vraiment pouvoir faire mieux ? Il aurait aimé s'attarder ici, s'asseoir à ses côtés pour réduire la distance qui les séparait quand ils se tenaient debout, et lui faire découvrir une à une les constellations qui peuplaient ses journées comme ses nuits. Il s'y voyait très bien, épaule contre épaule, leurs têtes si proches qu'elles auraient pu se frôler - mais d'où lui venaient ces idées ? Certes, il avait apprécié leur correspondance de l'été, plus encore qu'il ne l'aurait cru. Et maintenant qu'ils étaient ensembles à nouveau ... c'était différent. Il ne pouvait empêcher ses pensées de s'égarer, toujours dans la même direction : la sienne. Mais qu'allait-il imaginer, exactement ? Ils se connaissaient à peine. Et pourquoi une personne aussi étincelante que Neolina se serait-elle intéressée à lui ? Au fond, le problème était toujours le même : il avait beau essayer de se reconstruire une vie, de repartir sur des bases saines, il restait parfaitement conscient que les racines étaient pourries. Qu'il ne méritait pas de chercher du bonheur - tout juste pouvait-il profiter de la liberté qu'il avait si illégalement gagné, et s'estimer heureux.

Mais comme il était facile d'oublier ces tristes résolutions, face au regard émerveillé de Neolina ... Il laissa donc l'oubli les envelopper, aussi facilement que la nébuleuse venait de s'étendre tout autour d'eux. Sur son impulsion, les poussières d'étoiles tourbillonnaient à quelques centimètres de leurs têtes, en d'immatériels nuages de couleur, comme la palette qu'un peintre fou aurait envoyé dans les cieux. Les lumières changeantes éclairaient leurs visages à tour de rôle, et il était difficile de savoir quel spectacle était le plus fascinant. Celui dans son dos ou celui qui lui faisait face, si délicat et émerveillé à la fois. Aurait-il été plus audacieux, il l'aurait invité à une danse au cœur de la nébuleuse. L'idée ne fit que le traverser. Il la laissa disparaître avec une petite pointe de regret. Regret qui s'effaça bien vite, car les étoiles, en tournant autour d'eux, semblaient les inviter dans leur propre valse. Inutile que leurs pieds ne quittent le sol. La salle dansait pour eux.
- J'ai bien peur que notre prochaine escale ne soit encore une surprise, murmura-t-il en réponse. Et, chose inhabituelle, son sourire s'entendait presque dans sa voix. La passion de Neolina faisait écho à la sienne. Plus que cela, elle la rendait plus belle, plus pure.

Il y avait un monde entre les calculs froids et rationnels qu'il avait fourni pour donner naissance à cette salle, et la découvrir ainsi à travers le regard de Neolina. Il eut du mal à s'arracher à leur nébuleuse personnelle - seule la certitude que la prochaine salle ravirait tout autant sa compagne du soir lui permit de défaire son regard d'elle, pour lui indiquer la direction de leur prochaine visite. En l'occurrence, un escalier en fer forgé, qui s'enroulait sur lui-même pour disparaître dans la voûte céleste. La jeune femme le précédait, cette fois-ci. Les astres continuaient de virevolter autour d'eux tandis qu'il la suivait dans les marches, ses doigts courant distraitement sur la rampe de métal. Une étoile filante passa soudain sous leur nez, ce qui fit stopper Neolina si brutalement qu'il faillit lui rentrer dedans. Un petit sourire amusé flottait sur ses lèvres quand il recula d'une marche. Dans l'obscurité, il ne réalisa pas de suite qu'elle s'était retournée, et que leurs visages n'étaient plus qu'à un souffle l'un de l'autre. S'en rendre compte fit naître un serrement dans sa poitrine, et il eut comme l'impression qu'il avait avalé la fameuse étoile filante de travers. Il avait envie de dire quelque chose - de faire un vœu, peut-être. Mais son regard s'était plongé dans celui de Neolina, et il aurait pu s'y perdre. S'y noyer. Les mots moururent quelque part entre son cerveau et sa bouche, tandis que l'instant se figeait, comme dans l'attente de quelque chose de nouveau. Ce fut elle qui rompit leur immobilité, en venant poser ses lèvres sur les siennes. Et avant qu'il n'ait le temps de réaliser ce qu'il se passait, voilà qu'il lui rendait son baiser. Que dans un geste symétrique au sien, il venait passer sa main autour de sa taille, comme pour réduire encore la distance entre eux.

Ce ne fut que lorsque leurs lèvres se furent séparées qu'il réalisa ce qui venait de se passer. Comme si le charme ne s'était rompu qu'une fois chacun revenu à son propre corps. Il détourna le regard. Regrettait-il cet instant d'égarement ? Il n'était pas sûr. Il se sentait perdu. Trop chanceux pour vraiment s'en réjouir.
- Je ...
Je suis à court de vœux. Mais il s'était interrompu. Ne pas gâcher l'instant par de vides paroles. Ses iris revinrent se fixer dans ceux de Neolina. Regrettait-il ? Non. Non, pas une seule seconde. Et plutôt que d'offrir des mots, il lui offrit sa main, entrelaça ses doigts aux siens. Prendre ce qu'on lui offrait. Ne pas réfléchir trop longtemps aux implications. Voilà qui ressemblait beaucoup à l'ancien Natanaël. Tant pis. Pour elle, il était prêt à courir le risque.
- Viens, l'invita-t-il, en la guidant jusqu'en haut des marches.
La salle qui s'ouvrait devant eux était assez semblable à la première. Un ciel étoilé au-dessus d'eux, des murs camouflés par la pénombre. Mais il y faisait plus frais. Et quand ils eurent atteint le centre de la pièce, des rubans de lumières dansantes vinrent éclairer le ciel. Non, pas des rubans. Des aurores. Comme celles dont ils avaient tant parlé. Pour ne pas lui cacher le spectacle de sa trop grande silhouette, il se glissa dans son dos, refermant ses bras autour d'elle comme s'il craignait qu'elle ne disparaisse dans les lueurs boréales. Son souffle venait agiter les mèches blondes du haut de sa tête, tandis que patiemment, il attendait. Attendait qu'elle ait assez profité des verts et violets qui dansaient au-dessus d'eux, pour se retourner et échanger avec lui un nouveau baiser. Plus calme et plus passionné à la fois.

Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby EmptyDim 13 Déc 2020 - 6:13

La prochaine escale était une surprise, lui avait-il dit. Pourtant, si Neolina s’était attendu à ça… Oubliant un temps l’environnement magnifique au sein duquel elle échangeait son premier baiser avec le charmant professeur, la roumaine se laissa agréablement surprendre par les sensations qui l’envahissaient. C’était à la fois doux et terrifiant, sans qu’elle ne puisse réellement s’expliquer ce mélange étrange. La perspicacité de Stubby, en tout cas, n’était plus à mettre en doute tandis que les lèvres de Natanaël répondaient aux siennes. Perdue dans le moment, alors qu’elle n’arrivait à ne penser à rien sinon profiter de l’instant, Neo se sentit si bien que la tête lui en tourna presque, chose dangereuse quand on savait qu’elle était dans un escalier.

Lorsqu’enfin le baiser fut rompu, la jeune femme garda les yeux clos quelques secondes encore, comme si le retour à la réalité ne pouvait qu’être violent, décevant peut-être. N’était-ce pas ce qui lui était arrivé dernièrement ? N’avait-elle pas vécu un autre baiser bouleversant, baiser qui était devenu pluriel avant que la bouche qui l’avait tant comblée ne profère de bien dures paroles ? Alors oui, vulnérable là où elle se montrait d’habitude si forte, Neo avait peur, peur d’avoir à nouveau gâché quelque chose de joli en franchissant une ligne. En prenant un risque. Sa main toujours sur la joue de Natanaël, elle l’en éloigna doucement en ouvrant les yeux, et retrouva les émeraudes qui la fixaient d’une manière bien différente cette fois. Il commença une phrase, et Neo retint son souffle car de peur que le plaisir éphémère ne se transforme en déception immense. Mais la phrase ne vint pas, rien d’autre que les doigts de Natanaël qui cherchèrent les siens pour l’emmener en haut des marches. Freinant ses pensées pessimistes, ce qui ne lui ressemblait tout de même pas, Neo le suivit jusqu’à une salle où un vent de fraîcheur totalement magique vint lui balayer les joues. Le ciel artificiel était toujours aussi beau, mais son regard le quitta furtivement pour observer le visage du bel amoureux des étoiles.

Son attention retourna finalement là-haut où, enfin, après en avoir parlé peut-être une heure plus tôt autour d’un café, Neo put voir une aurore boréale. Certes, ça n’était pas une vraie, mais c’était déjà mieux que rien, pas vrai ? Réellement émerveillée, Neolina affichait un sourire entre l’admiration et l’émotion pure, alors que les couleurs de l’aurore se reflétaient dans ses grands yeux. Sous le charme, elle répondit à l’étreinte de Natanaël sans même s’en rendre compte, posant sa tête contre lui et cala ses mains sur ses avant-bras, comme si c’était là la chose la plus naturelle du monde. Il lui fallut bien quelques minutes pour réaliser dans quelle posture ils se trouvaient, et une telle proximité la troubla. Cela faisait longtemps que quelqu’un ne l’avait pas tenu dans ses bras comme ça. Ca n’était pas comme avec… Non, chut. Mais bref, c’était une étreinte derrière laquelle ne se cachait rien d’autre que de l’affection pure. Pas d’historique, pas de prise de tête et pourtant, Neolina ne pouvait s’empêcher de ressentir une pointe de peur lui transpercer le ventre. La romance et elle, c’était compliqué. Ça ne marchait jamais. Alors commencer quelque chose, c’était prendre le risque que ça se termine et souvent, c’était douloureux pour l’un des deux, parfois le duo au complet, pas vrai ?

Redescendue un peu trop sur terre pour continuer à s’émerveiller de l’aurore, Neolina se retourna, toujours dans les bras de Natanaël qui semblait ne pas avoir d’yeux que pour les étoiles ce soir. Cette fois, ce fut lui qui fit le second pas, et Neo suivit la danse, sur la pointe des pieds maintenant que l’escalier ne facilitait plus les choses. Ses craintes fondirent un peu sous la chaleur de ce baiser, et d’autres choses que la peur vinrent se loger dans le creux de son ventre. Une chose était sûre, c’était que ce soir, elle pensait apprendre des choses sur les étoiles, mais c’était une toute autre découverte qui s’était imposée à elle. Et à vrai dire, elle ne regrettait pas, ça non. Elle était effrayée, certes, mais après tout Neo n’avait jamais manqué de courage. A court de souffle, elle se détacha finalement de Natanael et reposa ses talons au sol sans pour autant le lâcher. « Y’a-t’il encore d’autres surprises qui nous attendent ? » demanda-t’elle finalement dans un sourire, ne sachant pas tellement si elle parlait du planétarium, ou du reste. Les beaux yeux de Natanël l’étaient plus encore sous les nuances vertes, violettes. Ou était-ce parce qu’il la regardait ? En tout cas, on ne pouvait rêver meilleur endroit pour un premier rendez-vous, bien qu’elle ne venait de découvrir que maintenant que ça en était un. Tant mieux d’ailleurs, car sinon, peut-être ne serait-elle pas venue. Et pour rien au monde elle n'aurait souhaité être ailleurs à cet instant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty
MessageSujet: Re: Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby Empty

Revenir en haut Aller en bas

Les coeurs explorateurs w/ Natanaël & Stubby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-