GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
Le Deal du moment : -27%
XIAOMI POCO X3 64Go – Gris
Voir le deal
176 €

Partagez

Puisque tout a un prix w/ Perseus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas by jenesaispas
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus EmptyLun 5 Oct 2020 - 4:03

Les yeux rivés sur le tapis, Athos observait les cartes d’un oeil qui semblait distrait. Pourtant, il surveillait habilement les échanges de cartes et pouvait affirmer sans trop se tromper que la femme à sa droite les comptait aussi bien que lui. Ça devenait presque trop facile, sérieusement. Las, il se perdit donc dans ses pensées tout en gardant un oeil sur les longs doigts manucurés. Demain, c’était à lui de conduire le petit chez la nourrice. Sans compter qu’il avait à rendre des comptes sur une mission à l’autre bout de la ville, avant de rencontrer un journaliste de la Gazette qu’il avait soudoyé pour obtenir des informations sur les récents meurtres. Tout ça avant dix heures. Et pourtant, il était là, alors que les gens raisonnables dormaient depuis bien longtemps déjà. Peut-être pas son fils cela dit, et donc par extension Magda, car il avait quand même la fâcheuse manie de se réveiller en pleine nuit.

Hélas pour la belle, ce soir-là, Athos avait donc été s'atteler au boulot pour lequel on le payait, mais qu’il désertait terriblement ces derniers temps. La faute à un emploi du temps surchargé, et à choisir, c’était cette activité qui avait sauté car le reste pouvait se faire même sous la lumière du jour. Or, ici, les plus gros tricheurs ne sortaient que la nuit. Angus ne lui avait pas trop fait la remarque, occupé sûrement à d’autres magouilles qui rendaient ses absences bien futiles comparées au reste. Ca lui allait comme ça. Il passait une tête une fois par semaine, attrapait quelques gros poissons, puis retournait retrouver les bras de sa douce avec son paiement en poche, de quoi s’acquitter du loyer sans trop se casser la tête.

En vérité, c’était les sorciers chargés de la sécurité à qui il manquait le plus. Athos avait soigneusement veillé à tisser de bons liens avec eux, plutôt sincères d’ailleurs, car c’était avec eux qu’il travaillait et il les trouvait hautement plus courageux et bien moins payés que les têtes pensantes de ce business qui, il fallait bien l’avouer, ne se salissaient pas trop les mains. D’ailleurs, il croisa le regard d’Al, son… comment dire ça… collègue préféré ? Bref, Al était posté quelques mètres plus loin, et rien qu’à sa posture, le gorille comprit ce qu’Athos voulait lui dire. Et vice-versa. Pas trop subtil, le grand lui fit un signe de tête en désignant la porte rouge du fond, ce qui ne voulait dire qu’une chose. Soupirant, Athos resta cinq minutes de plus à la tablée, histoire de perdre un peu de jetons qu’il regagnerait quand la resquilleuse se ferait chopper. Ses défaites justifiaient son départ soudain, et il salua poliment croupier et joueurs avant de s’évanouir dans la foule.

Ses pieds le conduisirent jusqu’aux toilettes, où Al l’attendait. Pas subtil, le gorille, mais gentil. « C’est pas l’patron habituel ce soir. » Athos affichait une mine fermée : il possédait déjà cette information. Il savait qui il y avait derrière cette porte, parce qu’il avait aperçu sa silhouette au loin. Le malfrat travaillait ici parce qu’il avait un sens de l’observation aiguisé : cela aurait été un comble qu’il ne remarque pas que c’était un Flint plus discret qui avait pris les rênes ce soir. Parce que ça ne le concernait pas, Athos ignorait quel arrangement la famille avait entre elle, quelle hiérarchie exacte s’était installée. Mais il savait que l’homme au regard sombre qui l’attendait derrière la porte n’était pas du même acabit que celui avec qui il avait affaire d’habitude. C’était intéressant, qu’il le sollicite. Ça aurait pu être inquiétant, mais Athos n’était pas de cet avis. Aucune forme de contrat ne le liait au casino. Et il disposait d’infos suffisantes pour acheter sa liberté si jamais on essayait de l’entraver. Le risque zéro n’existait pas, mais les garanties, si.

« On fait comme d’habitude, Al. » Se drapant dans un Dissimulio, il suivit le vigile comme une ombre invisible et silencieuse jusqu’à la porte rouge, que le grand type qui devait facilement faire deux fois son poids ouvrit après avoir poliment cogné. Athos se glissa dans l’entrebâillement et quand la porte fut close après qu’Al ait mimé une conversation banale, sa silhouette apparut enfin grâce un sortilège informulé. C’était toujours comme ça qu’il faisait pour protéger sa couverture. Si les gens savaient qu’il bossait pour les Flint, et bien… il serait obligé d’utiliser du Polynectar et, oh, s’il pouvait éviter. Quoi que l’homme qui lui faisait face aurait sans doute pu lui en fournir des litrons sans se fatiguer.

Persus Flint. Auteur prolifique, riche héritier sang-pur, et très doué en matière de potions létales, il paraissait. Etant donné qu’il ne trempait pas - sans mauvais jeu de mots - dans ce genre de milieu, Athos n’avait jamais eu à faire affaire avec lui mais évidemment, sa réputation le précédait dans les cercles que tous deux fréquentaient. « Monsieur Flint… » commença Athos qui restait immobile à l’exact endroit où le sort l’avait fait réapparaître. S’assoir aurait été prendre ses aises, et il avait besoin de jauger son interlocuteur. Cet homme-là n’était pas comme son frère, il le savait. Et maintenant qu’il l’avait en face de lui, il le ressentait. « Il paraît que vous avez demandé à me voir ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 165
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (odistole/indi)
| SANG : Sang pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Re: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus EmptySam 10 Oct 2020 - 1:57

Combien de fois Perseus s'était pété les yeux sur ce cahier de comptes ? Combien de fois l'avait-il retourné du début à la fin ? Combien de fois avait-il refait les calculs avant de réaliser à quel point son frère et son père étaient des buses en comptabilité ? Très honnêtement ? Une fois à peine. Il n'avait jamais un seul instant surestimé les membres masculins de sa famille. Son père était terrible, vulgaire et arrogant, son frère, quant à lui, se montrait fébrile, prêt à tout pour réussir, mais il oubliait toujours quelques détails. Des détails importants. Ou alors, il ne les pensait pas suffisamment importants pour qu'il y prête une attention particulière. Il avait noté dans la marge les irrégularités et avait recopié les comptes pour en avoir une copie - oui, il était scrupuleux et radin à ce point. Rattraper les conneries de sa famille ? Ce n'était pas une première. Et certainement pas la dernière. Sa place parmi les mangemorts l'obligeait parfois à prendre cette place. Un rôle qu'il détestait jouer.

Il ne lui fallut guère longtemps pour comprendre quel était le problème, le changement. Il avait mené sa petite enquête. Réminiscence de son travail de journaliste. Une enquête rapidement menée, même si son frère n'avait pas voulu lui répondre. Il lui avait fallu observer, demander aux autres employés. Eux-mêmes n'avaient pas été particulièrement bavards. Il n'était pas particulièrement populaire. Il fallait dire qu'il ne passait pas suffisamment de temps dans ce fichu casino, l'antre du diable, de l'extravagance, du ridicule, de l'argent. Et pourtant, il retenait les noms de la plupart des personnes qui bossaient pour son frère. Des hommes essentiellement. L'un d'eux s'appelait Al, un grand baraqué, qui parlait. Al qui lui rappelait un tantinet l'un de ses plus vieux amis : Gustaf. Cela dit, cette ressemblance superficielle ne suffisait absolument pas à ce qu'il place en lui une confiance aveugle. Il se contenta de lui demander de "convoquer" Athos Greyson, sans lui dire pourquoi.  

Cigare en main et verre de cognac posé soigneusement au coin du bureau, il observait la pièce avec une curiosité grandissante. Il aurait presque envie de fouiller partout. Il devait y avoir encore quelques petits secrets plus ou moins bien cachés dans cette pièce. Il lui sembla entendre un bruit et alors, il déposa le dit cigare dans le cendrier afin de porter toute son attention sur l'employé du casino. Il s'était attendu à voir Al ou peut-être pas. Il ne connaissait pas parfaitement le fonctionnement de cet endroit. S'il était à 100 % investi, sans doute aurait-il tout cassé, tout changé, bousculé les habitudes. Mais Perseus, il n'avait pas envie de perdre du temps dans ce business. Il en avait assez ave ses petites ventes de potions mortelles et ses livres. Il était une entreprise à lui tout seul. Il avait appris à compter, faire attention à ses dépenses et entrées d'argent, à se vendre également, parler aux fans car ils étaient après tout ceux qui lui permettaient de vivre. Même avec l'argent présent dans le coffre familial, Perseus calculait tout à la mornille près. Et c'était tout à fait logique qu'il ait fait le lien entre la baisse des recettes et l'absence de ce chez Athos.  

Le jeune homme était manifestement prudent... Une qualité qu'il comprenait et savait apprécier... en un sens. Cependant, il ne put s'empêcher de se demander pourquoi cet employé l'était plus que les patrons de cette boite. Pas de contrat, pas d'obligations. Et cette idée même le rendait fou. Car voyez-vous, le casino y perdait. L'employé pas vraiment. Il haussa un sourcil quand Athos - pourquoi Morgane les parents donnaient des prénoms aussi ridicules à leurs enfants ?! - prit la parole pour s'annoncer.  “Il parait, en effet.” Dit-il d'un ton neutre. Il n'essayait pas vraiment de l'impressionner ou d'en faire son ami. “Installez-vous.” Ajouta-t-il en jetant un coup d'œil au siège disposé de l'autre côté de son bureau. Il aurait pu le changer également s'il en avait réellement envie. “Depuis quand travaillez-vous au Casino ? ” Il connaissait évidemment la réponse. Angus n'avait pas oublié. La chose qui avait toujours surpris Perseus à propos de son frère : sa mémoire, certes sélective, mais étrangement impressionnante lorsqu'il s'agissait de retenir des détails comme les dates. “Je vois que vous savez faire preuve de discrétion.” Surtout en ce moment. Surtout depuis quelques semaines. Ses absences répétées et la baisse des recettes coïncidaient si parfaitement que Perseus trouvait cela presque étrange. Il aurait grandement apprécié que son frère et son père n'aient pas pesé autant de "responsabilités" sur un seul homme. Il fallait déléguer, oui. Mais pas se décharger autant sur une seule personne. La confiance, ça ne se donnait pas au premier venu qui te proposait un deal. “C'est une bonne chose par ces temps troubles.” Une manière de faire la causette, de ne pas mettre directement les pieds dans le plat.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas by jenesaispas
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Re: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus EmptyMer 14 Oct 2020 - 2:16

Depuis qu’il s’était émancipé du cocon familial, Athos n’était guère plus impressionné par quelque forme d’autorité que ce soit. Cela s’expliquait par la bonne et simple raison que la voie qu’il avait choisie était solitaire, et exempte de toute hiérarchie. Ça n’avait pas toujours été le cas, notamment lors de ses débuts en tant que voyou où il avait dû faire ses preuves. Pour se faire un nom dans ce métier, il avait dû passer par de pénibles étapes et s’atteler à des tâches bien ingrates de larbin. Mais cette époque était clairement révolue et il avait fallu que sa tête soit mise à prix jusque’à le forcer à l’exil pour qu’il comprenne. Qu’il apprenne. Et depuis son retour à Londres, Athos faisait cavalier seul. Cela lui réussissait parfaitement, jusqu’à présent.

Aussi, la figure d’autorité que représentait Perseus ne lui faisait pas grand effet. Bien sûr, il ressentait son pouvoir, sa détermination aussi. Mais il préférait y voir un égal, car Athos savait que ses services rendus au Casino étaient précieux. Et qu’un homme intelligent, comme ce Flint là, saurait s’en rendre compte. S’enfoncant dans le fauteuil après y avoir été invité, Athos sortit une cigarette de son étui en métal brossé avec de l’allumer du bout de sa baguette. Son interlocuteur s’était payé le luxe d’un cigare, pourquoi s’abstenir de fumer dans pareille situation ? La fumée environnante, pesante, qui lui rappelait un certain médicomage, avait réveillé son envie de nicotine. « Un peu plus d’un an. Quatorze mois, pour être précis. » Athos sentait que cet homme là avait besoin de détails. Il n’en omettrait aucun, car sa mémoire ne le trahissait jamais. Mais il savait pourtant que Perseus détenait déjà cette information. Derrière son bureau, l’homme lui donnait l’impression d’être en parfaite maîtrise de la conversation. Toutefois, le fait qu’il ne lui propose pas un verre le fit silencieusement tiquer. Angus était peut-être simplet par bien des aspects, mais il ne négligeait jamais d’arroser son officieux employé quand il l’invitait ici.

Avec un certain aplomb, Athos observait Perseus. Quelque chose se dégageait de cet homme, une assurance conférée par l’âge, par sa position, ses accomplissements. Athos le respectait pour ça, parce qu’il semblait être fait de la même trempe que lui. Issu de l’aristocratie sang-pur, l’homme n’avait pas compté sur la fortune familiale pour se faire un nom et avait suivi sa propre voie. Suffisamment rare pour être souligné. La rencontre promettait d’être intéressante. La prudence dont il fit preuve d’ailleurs était louable : plutôt que de rentrer dans le vif du sujet, il flatta en quelque sorte Athos, peut-être de façon inconsciente d’ailleurs. Mais quiconque connaissait suffisamment le jeune malfrat savait que c’était sans doute la meilleure entrée en matière possible pour le rendre avenant et ouvert à la conversation.« C’est cette discrétion qui m’a assuré une telle longévité dans votre établissement, Mr Flint. » Il jaugea son interlocuteur, bien qu’il ait su avant même d’avoir franchi cette porte de quoi il allait s’agir. « Et un tel profit. » ajouta-t-il, peu désireux de tourner autour du pot.

Angus n’avait pas réalisé tout de suite qu’empêcher le Casino de perdre de l’argent, c’était leur en faire gagner. Son cerveau avait mis un peu le temps, et Athos avait été désemparé par cette lenteur effroyable. Quand on songeait à l’argent que brassait cet endroit sans même un système anti-triche… Athos aurait très certainement pu les plumer un nombre incalculable de fois avant de se faire chopper. Mais attraper les tricheurs était plus lucratif, moins risqué, et lui assurait une forme de stabilité. Après tout, Athos ne pariait pas son propre argent. Aussi, il ne risquait pas de tomber sur meilleur que lui - car oui, il était bien conscient qu’il en existait - et si ça arrivait, et bien seul le Casino en faisait les frais. Quand on faisait les comptes, il n’y avait qu’un gagnant unanime, et c’était Athos Greyson. « Les temps n’ont-ils pas toujours été troubles, après tout ? » conclut-il en rebondissant sur sa précédente phrase. Pour des gens comme eux, qui s’étaient éloignés des hautes sphères pour flirter avec le danger des bas-fonds et de l’illégalité, chaque minute pouvait tout faire basculer. Il s’agissait juste pour Athos de faire comprendre à son interlocuteur qu’il avait l’intention d’entamer une conversation d’égal à égal.

« Vous avez remarqué mes absences, je suppose. » Perdre du temps à se renifler ne servait à rien. Le temps, c’était de l’argent, et Perseus comme Athos le savaient mieux que personne. « Jolie déduction alors que vous-même n’êtes jamais présent.» Un sourire connivent s’installa sur ses lèvres tandis qu’il tirait sur sa cigarette, relâchant la fumée avec délicatesse. Il ne fallait voir dans cette phrase aucune forme de reproches. Juste une expression de son respect. « Votre perspicacité est tout à votre honneur. C'est même étonnant que nous n'ayons jamais fait affaire vous et moi.» Sans doute parce qu'il était dangereux que deux hommes intelligents et manipulateurs discutent si leurs intérêts n'étaient pas communs. Mais après tout, peut-être était-ce le cas ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 165
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (odistole/indi)
| SANG : Sang pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Re: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus EmptySam 17 Oct 2020 - 3:46

Les relations entre Perseus, son père et son frère n'étaient pas positives, neutres au mieux, terriblement mauvaises au pire. Il existait plusieurs variables à cela. Il détestait la violence, la cruauté de son père notamment envers les membres de sa famille. Il n'avait aucun atome crochu avec Angus qui s'avérait bien obéissant et ambitieux. Il savait parfaitement que son cadet avait toujours voulu récupérer l'affaire familiale. Evidemment, Perseus lui avait laissé la patate chaude avec joie. Toutefois s'il ne pensait pas son frère particulièrement futé, il parvenait à le supporter et lui rendait même visite le samedi pour le déjeuner en famille. Une habitude dont il avait voulu se débarrasser à un moment donné, mais qu'il avait fini par accepter malgré lui. A choisir entre les deux, il prendrait le parti de son frère sans la moindre hésitation. Il attrapa son cigare qu'il coinça entre son pouce et son index tout en écoutant la réponse du jeune Athos. Quatorze mois. Mais quelle horreur. Pas de contrat. Il savait que ce qui liait le gosse à son frère n'était pas forcément légal. Mais il lui semblait qu'il s'agissait là d'une pratique courante dans les casinos pour ne pas perdre trop d'argent. Et il existait des formulations qu'on pouvait trouver pour désigner le poste d'Athos ou tout du moins quelque chose d'approchant. “Et ni mon père ni mon frère n'a pensé à vous faire signer un contrat en quatorze mois ?” S'ils y avaient pensé, ils s'étaient sans doute heurté à un mur. Ce qui était ridicule. Ce n'était pas une réelle question, plutôt une demande de confirmation. Il essayait de comprendre complètement ce qui liait Athos, le casino et son frère. Tout ce qu'il voyait pour le moment était : le casino perdait de l'argent parce que Athos venait moins. Et son frère n'avait pas de moyen de le forcer à venir plus souvent car pas de contrat. Sa famille pourrait en venir à utiliser des moyens meurtriers si vraiment il devait y avoir des représailles. Les Flint n'étaient pas des saints loin de là. Mais Perseus préférait ne pas se fier à l'apparence juvénile de son interlocuteur. Il y avait quelque chose de plus qui se cachait sous cette histoire, un élément qui ne lui avait pas été rapporté. Son frère ne semblait pas s'en offenser.

Son établissement ? Tout était relatif. Son nom se trouvait sur l'enseigne, dans la liste des actionnaires, mais franchement, il ne se considérait pas réellement comme l'un des patrons du commerce de son père. Il faisait juste très attention aux finances. Avec son père - et son frère - il était presque certain qu'il pourrait perdre la moitié de l'argent investi par son oncle du jour au lendemain. “Mon père et Angus sont satisfaits de ce profit.” Nota-t-il. Ce n'était pas là un compliment, pas vraiment, juste un état des faits. Il n'essayait pas de flatter l'égo de l'employé de son frère. de plus, il n'avait pas tellement envie de se prendre la tête avec cette conversation. Il voulait surtout connaître les dessous de cette histoire, les raisons de ces absences répétées. Et surtout pourquoi sa famille laissait faire ça ? “Mais ce profit n'est plus le même depuis quelques temps, n'est-ce pas ?” C'était la première chose que Perseus avait remarqué en ouvrage le livre de compte en début de semaine. Les entrées d'argent étaient moins importantes qu'auparavant. Les premiers jours, cela avait été moins perceptible, car évidemment, tout ne pouvait pas être pareil d'une soirée à une autre. Mais les chiffres ne mentaient jamais - sauf si on trompait le monde - et les statistiques étaient là également.

Il n'a pas été difficile de faire le lien entre vos absences et la baisse des bénéfices.” Dit-il finalement lorsque Athos le complimenta ouvertement sur sa "perspicacité". Oh il en entendait des personnes qui vantaient ses qualités et mérites. Il n'aimait pas ça. Pas tant que ça. Il n'avait pas besoin d'entendre qu'il était logique et raisonné. Même un enfant de cinq ans aurait remarqué un problème en comparant les derniers mois. “Il m'a fallu mener une petite enquête. Vos collègues ne sont pas loquaces sans doute parce que je ne suis jamais présent.” Il n'avait pas honte de le reconnaître. Il avait d'autres sombres à fouetter très honnêtement. Ses poisons, ses livres, ses recherches. Son rôle de mangemort. Ses propres employés également. Il avait une question à poser. Quelque chose d'important et qui l'intéressait. Et non pas pour des raisons financières. Un peu tout de même. Mais il appréciait l'idée de mettre des batons dans les roues de son père. “Vos absences répétées signifient-elles que vous comptez quitter cet établissement ?” Il y avait de la curiosité dans sa voix, mais pas de reproche ou de colère. En fait, Perseus s'en fichait. Il trouverait bien un autre moyen de faire gagner de l'argent à ce casino. Plus de contrôle, resserrer les activités. Changer quelques employés. Il ne savait pas trop, il fallait y réfléchir. “Je ne vous en tiendrais pas rigueur si c'est le cas.” Qu'il précisa tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas by jenesaispas
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Re: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus EmptyLun 26 Oct 2020 - 4:19

D’un simple coup d’oeil, il paraissait évident que Perseus n’était pas fait du même bois que son frère. Angus était un homme facile à déchiffrer, pas très malin qu’on se le dise, et qui perdait toute notion de logique dès qu’on prononçait le mot “argent“ ou autre synonyme. Perseus, lui, était le pragmatisme incarné. Aussi, lorsqu’il mentionna un quelconque contrat, Athos se fendit d’un rictus certain. Un contrat… Encore aurait-il fallu que cet imbécile d’Angus y pense. Un jour, il lui avait parlé de rendre ça officiel, et il avait suffi qu’Athos l’emberlificote avec des mots intelligents et qu’il lui dise que la triche ne pouvait se permettre d’être consigné sur un papier pour qu’il oublie aussi vite son idée. Certes, Athos était plutôt bon manipulateur, mais sur des gens aussi faciles que ça à retourner, c’était un jeu d’enfant. « La question a été évoquée. Ma réponse a été claire. » Il lui semblait évident que sortir les mêmes âneries à Perseus serait le prendre pour celui qu’il n’était pas, et le malfrat n’avait pas l’intention de se mettre à dos le potionniste. Si celui-ci l’avait convoqué, c’était pour une bonne raison qu’il se figurait déjà, alors mentir ne mènerait à rien si ce n’était compliquer les relations entre le Casino et lui.

Évidemment que les Flint étaient satisfaits du profit. Qui ne le serait pas leur place ? Athos était un tricheur impitoyable, et comme il l‘avait toujours clamé, il n’y avait bien qu’un tricheur pour en reconnaître un autre. Sans compter que l’ancien aristocrate maîtrisait par coeur les règles du moindre jeu que l’on trouvait en ce lieu de débauche, et que ses aptitudes en observation lui permettait de détecter des signaux que le sorcier lambda ne voyait pas forcément. Et dans sa malhonnêteté, Athos était honnête avec les Flint. Chaque tricheur était dénoncé, et en échange, le pourcentage prévu tombait dans ses poches. Pas besoin de contrat, cela fonctionnait. Même si en effet, l’absence de documents lui permettait quelques libertés que Perseus avait bien remarquées, plus assidu que son frère à suivre les comptes.

Raison de plus pour provoquer la conversation. Athos était un homme patient en général, et savait prendre son temps pour aborder les problèmes au moment pile où sa résolution pouvait aller dans son sens. Mais en l’occurence, à cet instant précis, louvoyer et tourner autour du chaudron ne servait strictement à rien. Ainsi donc, les absences d’Athos avaient un impact sur les finances, un impact suffisant pour être notifié. C’est que les tricheurs devaient s’être passé le mot, ayant sans doute remarqué le relâchement en terme de sécurité au sein du Casino. Tirant sur sa cigarette, Athos écoutait Perseus parler de ses difficultés à se faire écouter ici. Ma foi, pas étonnant. Dans pareil endroit, la confiance se gagnait, et le personnel des lieux appréciait suffisamment Athos pour le couvrir, alors même qu’il n’avait rien demandé. « Rassurez-vous, ils ne sont loquaces avec personne. » C’était vrai. Si Athos arrivait à leur arracher une phrase ou deux en une soirée, c’était déjà un miracle. Ces gens là n’étaient pas payés pour causer, mais pour impressionner et dans le pire des cas, cogner. Cela valait sans doute mieux, car quand on les entendait parler, ça n’était pas du Shakespeare…

Finalement, Perseus lui posa la question qui fâchait. Enfin, qui aurait pu fâcher, si tant est qu’Athos ne l’ait pas déjà anticipée depuis qu’il avait ralenti sa fréquentation des lieux. Enfoncé dans son fauteuil avec une aisance que seules les personnes bien sûres d’elles pouvaient se permettre, Athos laissa filer quelques secondes, la fumée de la cigarette et du cigare se mêlant pour conférer à la scène une atmosphère digne des plus beaux films moldus de mafia. « À vrai dire, d’autres affaires bien plus importantes ont retenu mon attention ces derniers temps. » A savoir, devenir un bon père, et un compagnon aimant. Le Casino avait été son sacrifice, sans doute car c’était là l’activité la plus dispensable de sa vie. « J’ai toujours été très clair avec votre frère. J’ai volontairement proposé mes services là où j’aurais pu me ranger du côté des gens que je dénonce, et pour un pourcentage ridicule soit dit en passant. » Dix pourcent, c’était plus que correct, mais jamais l’un côté ou l’autre n’avait tenté de négocier. Et pour une bonne raison. « En échange, je suis libre de partir quand bon me semble. Pour être tout à fait franc, quand une opportunité bien meilleure se présentera. Les affaires sont les affaires, monsieur Flint, je suis sûr que vous ne me contredirez pas. » Il n’y avait pas de place pour le sentimentalisme dans ce monde où ils évoluaient. Et il ne doutait pas qu’un homme qui faisait dans le poison en tout genre serait de cet avis. Ses yeux d’acier parlaient pour lui de toute façon. « Pour le moment, le marché me convient suffisamment pour que je vienne aux tables une fois par semaine. Mais qui sait de quoi demain sera fait… » acheva-t-il en écrasant sa cigarette dans le cendrier bien trop clinquant sur le bureau. Sacré Angus.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 165
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (odistole/indi)
| SANG : Sang pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Re: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus EmptyDim 15 Nov 2020 - 20:35

Perseus Flint ne confiait pas ses affaires au premier venu et détestait déléguer. Malheureusement, il lui avait fallu se résoudre à l'évidence. Ses activités multipliant, il avait dû employer. Deux enfin trois personnes auxquelles ils donnaient des missions bien définies et dans des domaines bien différents. Gustaf pour son commerce de poisons. Ambre, son assistance, s'occupait de son business légal : l'écriture. Elle prenait les rendez-vous, assurait son emploi du temps et priorisait les rencontres professionnelles. Et Liam assurait la bonne tenue de son hôtel particulier. Gérer le casino aurait été un véritable cauchemar pour lui pour cette raison. Ajoutez à celle-ci les jeux d'argent qu'il méprisait et vous aviez l'état d'esprit de l'auteur lorsqu'il se retrouvait dans ces lieux.

Il retenait les noms des employés, c'était un début déjà. Discuter avec eux relevait d'un défi pratiquement surhumain. Ils s'avéraient avares de mots et il ne montrait pas de grand enthousiasme et n'accordait peut-être pas autant de temps qu'il le faudrait à ces personnes. Car dans le fond, ce casino ne tournerait pas sans eux... Malgré ce constant plus qu'évident, Perseus était tout à fait près à encourager son interlocuteur à trouver un autre emploi. Certainement pas pour son bien être, mais pour emmerder le paternel quitte à perdre un peu plus d'argent... Mais pour ce faire, il lui fallait plus d'informations. Les termes "affaires plus importantes" et "opportunité bien meilleure" ne le satisfaisaient pas. Toutefois, il intégrait silencieusement ces informations à l'image qu'il était en train de se construire de ce jeune homme. Il se demandait ce qui pouvait le retenir autant éloigné de son travail et de le pourcentage - 10 % c'était bien mieux qu'il le prétendait - qui tombait à la fin. Pour un jeune homme qui repérait les tricheurs et qui avait convaincu son père de "l'employer" - ou Angus peut-être ? - de manière assez insolente - il avait entendu l'histoire un fois ou deux, assez pour qu'il se souvienne de ce détail - il lui paraissait quelque peu étrange. Quelque chose ne faisait pas sens dans ce qu'il lui racontait. Il attendait une nouvelle opportunité. Tiens donc.

Il écrasa son cigare dans le cendrier et se leva pour aller chercher un autre verre en cristal. Tout en restant silencieux, il posa l'objet devant Athos et se rappela qu'Angus gardait plusieurs types d'alcool. Le cognac étant celui qu'il favorisait, il n'avait pas jugé bon de sortir le reste. C'était dans de rares moments comme celui-ci qu'il regrettait de ne pas considérer son frère davantage. Il choisit donc de ne pas s'arrêter dans son élan et de sortir deux autres bouteilles d'alcool fort : whisky et bourbon. Il présenta la première à Athos pour obtenir son accord et en versa dans son verre. Cela accompli, il vissa à nouveau ses fesses dans son siège et prit finalement la parole.  “Une question me titille quelque peu. ” Il en aurait bien un certain nombre à vrai dire, mais une dominait largement toutes les autres. Il but une gorgée de son cognac, se laissant le temps de bien la formuler dans son esprit. Il valait mieux faire attention à ses mots avec des types comme celui-ci. “Qu'est-ce que vous considéreriez comme une bien meilleure opportunité ? ” Lui était accroché à cette fichue famille par le sang, l'héritage, la lignée, le devoir. Il n'avait pas les mêmes choix qu'Athos. Il invitait n'importe qui à s'éloigner de son père qu'il jugeait absolument infect. Il valait même mieux fuir en courant...

Mais Perseus Flint aimait s'entendre parler, alors il décida "d'expliquer" son interrogation. “J'ai le sentiment que vous êtes un garçon intelligent. Vous devez savoir que la chance ça se provoque. Les opportunités ne tombent pas tout cuit dans le bec.” C'était là la vérité. Il fallait jouer de façon subtile, prendre des risques calculés. Mais s'il pensait que ce serait facile de quitter le casino, il devait bien s'être imaginé un projet plus ou moins réalisable. Concrètement, il ne savait pas ce qu'il attendait. Il avait des préjugés, des opinions bien arrêtées, mais il ne parvenait pas bien à déterminer les contours de l'avis qu'il se faisait d'Athos Greyson. Rien de particulièrement négatif pour le moment. “Donc, je suis curieux de savoir ce que vous pensez être une meilleure opportunité. Pour ma part, je peux en imaginer plusieurs. Mais je ne peux quitter ma famille.” Il s'agissait là d'une semi-blague. Il pensait vraiment qu'il valait mieux lâcher cet endroit, mais à quel prix ? S'il détestait son père, il n'était pas certain qu'il apprécierait le fait que sa famille paie les pots cassés de son départ... Mais rien ne retenait à Athos, à part les 10 % et une absence de contrat qui lui donnaient une assez grande liberté.  
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas by jenesaispas
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Re: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus EmptyDim 27 Déc 2020 - 21:22

Forger sa réputation en élucidant nombre de mystère tout en en restant un soi-même, tel était tout le paradoxe d’Athos Greyson. Et aussi sa plus grande fierté. Sans tomber dans la paranoïa, le jeune malfrat avait toujours fait très attention à ne jamais trop dévoiler son propre jeu, faisant avec les cartes que la vie lui distribuait. C’était comme au poker, au fond. Pas besoin d’avoir une paire d’as en main pour rafler la mise. Il s’agissait de maîtriser l’art du bluff, et de savoir s’adapter à son interlocuteur, ou adversaire selon comme on considérait les choses. Et pour le moment, Athos ne considérait pas Perseus comme tel. En tout cas, il était légitime que l’homme se pose des questions sur l’énigmatique employé, si un tel mot était permis vu la situation, qui lui faisait face. « Posez-la donc. » l’invita-t’il, comme pour l’autoriser alors qu’il pouvait bien se permettre ce qu’il voulait. Mais Athos voulait lui signifier que sa curiosité n’était pas un problème, là où il n’aurait peut-être pas accepté avec des personnes qui n’auraient pas eu le même rapport de force face à lui. La vie était une forme de bataille, et les hiérarchies invisibles se ressentaient dans chaque relation, quoi qu’on en dise. Aussi, chaque première entrevue, chaque première rencontre, était l’occasion de poser les bases de ce qui pouvait parfois durer toute une vie.

La question lui arracha un sourire, et tandis qu’il remerciait Perseus d’un signe de tête pour le whisky, il en but une longue gorgée en l’écoutant déployer le fil de sa pensée. Il y eut un peu de flatterie - mais ce genre de choses marchait particulièrement bien sur un individu aussi narcissique que l’ancien aristocrate - et beaucoup de sens dans cette question qui était, en vérité, loin d’être idiote. Pas le genre de choses qu’Angus aurait demandé, c’était certain. Faisant tourner le liquide ambré dans son verre, Athos tira à nouveau sur sa cigarette avant de l’écraser dans le bien luxueux cendrier. « Voilà une question intéressante. » répondit-il sans répondre avant de souffler sa fumée en hauteur. Mais le cheminement de Perseus l’était tout autant, car il avait au passage dévoilé certaines choses, subtiles, mais qu’un esprit observateur comme celui d’Athos ne pouvait que remarquer. Sa référence à sa famille n’était pas anodine, même si l’intention était de faire passer ça pour de l’humour, ou presque. Athos, au moins, pouvait se targuer de n’être pas enchaîné à une famille qui faisait office de poids sur ses épaules, comme cela avait été le cas pendant les 18 premières années de sa vie. Certes, Magda et Tobias étaient là, mais il ne ressentait pas son implication à leur égard comme une obligation et c’était là toute la différence. Au contraire, il en venait à délaisser son travail, pour eux, pour être avec eux. L’amour ramollissait les gens, pensait-il, et il avait sûrement un peu raison.

« Il faut effectivement provoquer sa chance. Il me semble l’avoir prouvé à votre frère en lui offrant mes services. » Quel culot, c’était terrible. Il aurait pu se prendre une sacrée rouste par ceux qui aujourd’hui le protégeaient, et pourtant. Oui, pourtant. « Mais le milieu dans lequel nous évoluons est aussi instable que le climat politique de notre chère Londres. Aussi, je n’ai pas de réponse toute faite, si ce n’est que mon flair ne m’a jamais trompé. Et que je saurais saisir la prochaine. » La vérité, c’était qu’Athos aspirait de plus en plus à être indépendant, et développait donc son petit business à lui, ses filatures et compagnie. Sa réputation n’était plus à faire, même si ces derniers temps, il était bien plus difficile à trouver que d’ordinaire. Pratique pour faire grimper les prix. « Il suffit juste que l’opportunité en question respecte deux conditions. » Petite pause théâtrale, Athos Greyson au maximum de sa forme. « D’abord, un marché gagnant-gagnant. » Athos savait que tout ce qui était déséquilibré finissait toujours par s’effondrer. Toujours. Escroc ou escroqué, le karma ou il ne savait quoi sévissait en général. « Et ensuite, une part de liberté que beaucoup trop de gens sont prêts à sacrifier aujourd’hui. » Peut-être était-ce pour mieux vivre son changement de “carrière“, mais Athos se félicitait souvent de ne pas faire partie des rangs du Ministère. « Visiblement, vous êtes las d’un tel sacrifice. » Car oui, la loyauté familiale à tout prix faisait partie de ces entraves dont on pouvait peiner à s’échapper. « Vous savez très certainement que je loue d’autres genres de services, en toute discrétion. Si je peux vous être utile… » Son sourire empli d’assurance vint ponctuer la fin de sa phrase. Peut-être venait-il de répondre à la question en en posant une autre, après tout. Ça n’aurait pas été la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 165
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (odistole/indi)
| SANG : Sang pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Re: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus EmptyMar 2 Mar 2021 - 5:00

Perseus était un homme curieux, qui cherchait à obtenir des réponses claires aux questions qu'il pouvait se poser. Il voyait bien que son interlocuteur ne lui donnait pas exactement ce qu'il voulait. Il apportait un début de quelque chose et son esprit devrait sans doute faire le reste. Ou du moins lier les points entre eux. Le jeune homme évoqua son frère Angus. Ah son cadet ! S'il pouvait, il lui laisserait bien volontiers l'entièreté du casino. Mais il le sous-estimait, le pensait incapable de mener la barque tout seul. D'autant plus que leur père veillait encore de loin, plus près que son frère ne souhaiterait jamais l'admettre. Non tant que le vieil homme demeurait en vie, le fils ne ferait pas l'erreur de lâcher l'affaire complètement. Dès que ce monstre se trouvait dans le coin, tous ses sens étaient en alerte. Il était à peu près certain qu'à chaque fois que ce dernier apparaissait, une merde leur tomberait dessus. Il était ainsi fait. Il sourit doucement à la mention du "milieu" dans lequel ils se trouvaient. Question instabilité, Perseus donnait chaque jour. L'écriture de livres était évidemment instable dont le succès dépendait énormément des lecteurs et leurs goûts du monde. Un seul faux pas et sa carrière d'auteur était finie. Son commerce de poisons pouvait à tout moment lui échappait étant donné qu'il faisait partie des mangemorts. La gestion du casino n'était pas grand-chose en comparaison. “L'instabilité de notre "milieu" n'est-elle pas ce qu'il le rend plus intéressant ? ” Se hasarda-t-il à demander alors que ce dernier marquait une pause dans son explication.

Un marché gagnant-gagnant... Perseus n'aimait pas conclure de marché avec des personnes en situation désespérée. Il n'appréciait pas tellement abuser de la détresse des autres. Ironique n'est-ce pas ? Mais il ne voulait pas non plus se soumettre à la volonté d'un autre. S'adapter oui. Mais pas au risque de perdre le contrôle. Il ne fut pas particulièrement étonné lorsque son "employé" reconnut désirer une part d'indépendance. S'il respectait l'audace chez les autres, il tiqua sur son commentaire. Ce qu'il faisait, ce n'était pas tellement un sacrifice. Cela sous entendait qu'il se résignait, qu'il avait posé les armes face à son père. Ce qui n'était pas le cas. Pas vraiment. Leur rapport était plus ambivalent que cela. Il le détestait plus que tout au monde. Mais ce dernier faisait peser sur sa sœur une menace, une épée de Damoclès. Mais il viendrait le jour où il se débarrasserait définitivement de lui. La vengeance était un plat qui se mangeait froid. Mais aussi qui nécessitait de la patience. Et ça il en avait à revendre. “Croyez-vous que je sacrifie ma liberté sans contrepartie et sans d'objectif précis ?” Il viendrait le temps où il comptait la reprendre. Mais pas seulement. Le pouvoir également. Il ne l'avait jamais totalement obtenu, ni vraiment perdu. C'était une vérité tout à fait complexe qui n'appartenait qu'à lui. Son père n'imaginait pas une seule seconde le projet qui se formait dans l'esprit de ses deux fils.  

La précision suivante l'amusa quelque peu. C'était une proposition à peine déguisée qu'il lui faisait là. C'était une situation qu'il fallait étudier, tester avant de prendre une quelconque décision. Il aurait bien volontiers souhaité que ce garçon finisse par quitter le casino, pour emmerder son père évidemment. Il n'avait eu alors aucun but précis que purement personnel... rien de pratique, rien qui ne le servirait réellement. “Vos talents d'enquêteur ?” Pour un control freak comme lui, ce n'était peut-être pas la meilleure idée du monde que d'accepter ses services. Si le casino fonctionnait bien évidemment grâce à ses employés, Perseus dépendait beaucoup de lui-même quand il s'agissait de ses affaires extérieures à cette enseigne. “Pourquoi me proposez-vous vos services ? Vous savez sans doute tout ce qui est factuel à mon propos. Mais ce n'est pas ce qui permet de juger un homme n'est-ce pas ? ” Il n'était pas exactement quelqu'un de paranoïaque, mais lui-même ne faisait pas affaire avec quelqu'un dont il n'était pas certain de la fiabilité. Athos avait offert ses services à son frère et maintenant, il venait beaucoup moins au casino. Ce n'était pas en partageant un cigare et un verre d'alcool avec lui qu'il saurait exactement quel était l'homme devant lui.

HJ:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas by jenesaispas
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Re: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus EmptyJeu 8 Avr 2021 - 4:09

Ah, le milieu. Voilà un sujet dont personne ne parlait réellement, en tout cas jamais de façon bien claire, car il en était ainsi quand on flirtait dangereusement avec l’illégalité. Flirtait seulement, car en réalité, Athos prenait un soin tout particulier désormais à rester à la frontière, sans que ses actes puissent être un jour jugés par l‘institution qu’il méprisait tant. Ce qu’il faisait ici n’existait aux yeux de personne d’autre que des principaux concernés, et s’il fallait une parole contre une autre, Athos avait suffisamment de dossiers sur les Flint pour faire pencher la balance, là où l’inverse était bien moins vrai. Et ce qu’il faisait tout à côté, eh bien… La discrétion étant son crédo, ses traces n’existaient pas aux yeux de la sacro-sainte loi. Casier vierge, aussi immaculé que l’ancien nom dont on l'avait privé. Ce milieu était le sien et pourtant, il s’y tenait à l’écart comme l’observateur qu’il s’employait à être pendant ses missions offficieuses. L’imprévisibilité qu’évoquait Perseus à demi-mots n’était un problème que quand on la subisse, beaucoup moins quand on l’anticipait. C’était là tout le paradoxe d’Athos, cet animal qui aimait tant avoir le contrôle sur les choses et savait pourtant surprendre de par ses réactions, bien souvent totalement calculées. Tout était histoire de calcul, et pas seulement au Black Flint, cela allait sans dire. Et ça ne serait pas son interlocuteur qui viendrait le contredire, il en était persuadé. « Le monde serait d’un ennui sans ça, pas vrai ? » retourna-t-il la question. Paradoxe, une fois encore. Athos aimait tout contrôler autant qu’il détestait la routine, autant dire que tout ça n’avait de sens que pour lui. Quoique dernièrement, il aurait bien aspiré à un peu de calme dans sa vie bien tumultueuse.

Et si Perseus semblait être de la même veine, affichant un self control à toute épreuve, sa réaction à la légère pique d’Athos lui donna l’information qu’il recherchait. Il y avait de la fierté chez cet homme, c’était indéniable, mais celle-ci s’exprimait farouchement alors que l’opinion qu’Athos avait de lui semblait un minimum compter. Allons, enfin, le grand Perseus Flint ne pouvait s’autoriser à montrer une faille devant un inconnu, un inconnu perspicace qui plus était. Oh, c’était qu’Athos ne doutait pas que son sacrifice ait un intérêt, loin de là. Mais toujours était-il que le mot était lancé, et n’avait pas été contredit. Peu importaient les raisons, elles existaient, et Athos n’avait pour l’instant pas à les connaître. Tous mystères n’étaient pas bons à résoudre après tout. « Je ne crois rien, Monsieur Flint. » appuya-t-il, peu prompt à sauter à des conclusions inutiles. C’était vrai, Athos ne supposait rien, et aimait avoir des certitudes que son instinct lui apportait parfois, mais bien plus souvent, ses enquêtes. Pour l’instant, il n’avait aucun intérêt à le faire car ce qu’il savait suffisait amplement. En revanche, si d’aventure ils faisaient affaire, alors peut-être. Mais la balle était dans le camp Flint, et il lui tardait de connaître sa réponse.

Le fait était que Perseus était moins homme à donner des réponses qu’à opposer des questions en retour. Depuis le début de l’entretien, Athos avait bien remarqué qu’il essayait toujours de retourner les choses. Une façon comme une autre d’essayer d’assoir un rapport de domination peut-être, ou alors une révélation flagrante de son besoin de contrôler le monde et les autres, avec un aveu en sous-texte de son incapacité à le faire avec Athos. Parfait. C’était absolument parfait. Et sa surprise quant à la proposition du sang-pur aurait pu l’étonner, mais le fait était que l’enquêteur - puisque c’était ainsi qu’il le voyait - connaissait bien le genre de réactions des gens qui se croyaient plus importants de par leur rang. Effectivement, Athos savait ce qu’il y avait à savoir sur Perseus, peut-être un peu plus. Brillant auteur, potionniste de talent… Et une certaine part d’ombre qu’il n’avait pas tenté d’éclaircir. Il y avait déjà largement de quoi le juger, sans compter que cette petite conversation et le tournant qu’elle prenait ne faisait que lui fournir plus d’informations à son sujet. « Comme je vous le disais, je suis du genre à provoquer ma chance. Et je ne doute absolument pas qu’un homme comme vous, pour ce que je sais de vos affaires, puisse avoir besoin d’en régler quelques unes de manière tout à fait discrète. » Perseus Flint ne faisait pas de vagues, c’était fait. Et s’associer, ne serait-ce qu’un temps, à un homme aussi prudent pourrait lui apporter un certain confort financier, mais pas seulement. « Mais vous avez raison sur un point. J’en sais plus sur vous que l’inverse, mais n’est-ce pas là le prix à payer quand on est une célébrité ? » L’homme dans la lumière face à celui qui se complaisait dans les ombres. Pas étonnant que Perseus s’interroge autant à son sujet, et s’il fallait le rassurer pour obtenir de lui ce qu'il voulait, alors Athos était prêt à se dévoiler un peu. Un peu seulement. « Le simple fait que vous ne sachiez rien de moi prouve que je suis efficace, ne pensez-vous pas ? » Oh puisque Perseus aimait les questions, Athos prenait un malin plaisir à lui en retourner. Bien qu’elles soient, de son côté, purement rhétoriques. Le jeu devenait subitement tout à fait intéressant, et Athos avait bien l’intention d’en sortir gagnant.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Contenu sponsorisé




Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty
MessageSujet: Re: Puisque tout a un prix w/ Perseus Puisque tout a un prix w/ Perseus Empty

Revenir en haut Aller en bas

Puisque tout a un prix w/ Perseus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Hentaï
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Pensionnat Hentaï*! // Partenariat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: L'allée des embrumes :: 
Le Royal Flint Casino
-