GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'octobre de la Gazette des sorciers !

Partagez

Alcooliques tourments | ATHOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 458
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | jenesaispas
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyDim 11 Oct 2020 - 14:52

Shannon avait décidé d'animer un peu sa vie pour la fin d'année 1978. Il ne désirait pas se laisser enchaîner par les propres démons qui s'étaient agrippés à lui. L'attentat en avril lui avait ouvert les yeux sur beaucoup de choses et l'avait secoué. Ainsi avait-il décidé que la vie sédentaire ne lui convenait décidément pas. Il était même passé à un cheveux de donner sa démission pour partir définitivement du Royaume-Uni. Il ne savait pas trop pourquoi il n'avait pas sauté le pas, encore. Quelques personnes le retenaient peut-être encore dans ce morceau de pays. C'était l'une d'elle qu'il avait accepté de voir en rentrant cette semaine sur Londres. Shannon passait son temps en ce moment à voyager de continents en continents. Il allait passer Halloween au Mexique chez des amis. Mais pour l'heure, il était de retour sur Londres. Il avait repoussé d'un jour son départ pour le passer avec Athos. Ils s'étaient brièvement croisés mais le britannique n'avait pas eu plus de temps à lui consacrer sur le moment - ce qui en soit, ne surprenait pas Shannon. Pas plus que cela le blessait par ailleurs. Son meilleur ami avait une vie maintenant plus compliquée que la sienne. C'était normal qu'il la passe avec sa copine et son gosse, plutôt qu'avec lui.

Mais dans tous les cas, ils avaient convenu de se voir. Il n'y avait pas beaucoup d'endroits où tous les deux pouvaient convenir de se retrouver. Aller chez Athos serait problématique puisqu'il y aurait Magda et nécessairement Tobias. Ce n'était pas que Shannon ne voulait pas voir Magda mais disons qu'il préférait éviter de trop la croiser, ces derniers temps. Par soucis personnel. Quant au fils de son ami eh bien... Tout le monde savait plus ou moins ce que l'irlandais pensait des gosses. Vision autrement plus radicale qu'elle était maintenant à l'opposé de celle de son meilleur ami. Ils pouvaient aussi se voir dans un pub. Mais entre nous soit dit, Shannon essayait vraiment de se limiter question alcool et il savait très bien que le palais du britannique était aussi affûté que le sien. Au final, donc, ils avaient convenu de se retrouver dans l'appartement habituellement vide de toute vie de Shannon.

   Quoiqu'il en soit, il était présentement vingt heures et tous les deux étaient assis comme deux loques dans le canapé. L'irlandais se félicitait franchement d'avoir quitté le pays avec tout ce qui se passait. Entre les attentats et maintenant les meurtres, il ne faisait pas bon de se promener dans ce pays. Athos avait les traits marqués sans que Shannon ne sache pourquoi. Et il ne savait pas quoi dire pour avoir ses informations sans paraître intrusif. Il ne désirait pas le braquer, leur relation était suffisamment en dent de scie comme cela. Il lui claqua une bière sous le nez en souriant néanmoins. Il ne savait pas quoi lui dire, aussi il s'affala à côté de lui en décapsulant la sienne. « Tu as l'air fatigué. Tu es sûr que ça va ? ». Il détailla son visage pendant quelques instants avant de porter sa bière à sa bouche et détourna finalement son regard. Son appartement était en bien meilleur état depuis qu'il ne vivait plus quotidiennement ici. Passer deux nuits par semaines dans cet endroit permettait de le préserver de sa présence dévastatrice. Et puis, il commençait à en avoir marre de cet endroit. Ça le gonflait sérieusement. Mais bon. Qu'est-ce qui ne le gonflait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 344
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyDim 11 Oct 2020 - 15:45

Le sommeil était sans nul doute un compagnon aussi imprévisible que celui qui se tenait assis là, à côté de lui. Enfoncé dans le canapé qui fut d’ailleurs son lit quelques temps, Athos avait les yeux perdus dans le vague, semblant fixer le mur alors qu’en réalité, il aurait été incapable d’en énoncer la couleur si on lui avait demandé. Cela faisait quatre jours qu’il dormait à peine. Quatre jours que quand il fermait les yeux, son cerveau lui infligeait une vision qu’il aurait préféré oublier. Oublier. C’était intéressant comme notion. Il avait failli avoir recours à un tiers pour lui ôter ça de la mémoire, mais non. Il n’avait pas fait tout ça pour rien. Mais sa mémoire visuelle et son don de l’observation lui sembla être un bien trop lourd fardeau tout à coup.

Shannon avait fait une réapparition tout à fait inattendue dans sa vie. Curieusement, c’était sans doute au moment où il avait le plus besoin de lui, comme si un espèce de lien invisible unifiait ces deux âmes torturées. Athos n’avait pas souffert de l’absence de son ami. Il avait l’habitude de le voir disparaître un temps, même si sa dernière fuite l’avait rendu mort d’inquiétude, à tel point que cette fois, l’irlandais s’était senti obligé de le prévenir. Et son retour soudain avait été l’occasion parfaite pour Athos de fuir son appartement et son cocon familial, qui ne lui fournissait absolument aucun réconfort depuis quelques jours. Car évidemment, le bien secret sorcier n’avait absolument rien dit de sa récente mésaventure à Magda. Ce soir-là, il était rentré tard, comme parfois, et avait retrouvé Tobias lové dans les bras de sa mère, vision emplie d’amour, s’était niché tout contre eux et avait essayé d’y puiser de la force. Mais Morphée l’avait abandonné, et pour de bon. Feindre une bonne humeur de surface au réveil de ses deux amours n’avait fait que l’épuiser un peu plus, et Athos avait alors déserté les lieux, prétextant avoir à faire, pour finalement rejoindre une chambre déserte de la Red House histoire de rattraper son sommeil. Peine perdue. Si les bras de Magda et de son fils ne l'avaient pas réconforté, comment un lit vide le pourrait ?

Quatre jours s’étaient écoulés jusqu’à son arrivée sur ce canapé. Et pour la première fois peut-être, Athos laissa ses tourments marquer son visage devant une tierce personne tandis que le silence s’installait entre eux, et que Shannon lui brandissait une bière comme si c’était là l’introduction banale à toutes leurs soirées. Dernièrement, c’était hélas tristement le cas. Et bien que le britannique se soit clairement calmé sur la boisson depuis qu’il menait une vie plus raisonnable, du moins en apparence, il était d’humeur à picoler salement. Comme la veille. Et l’avant-veille. Boire permettait d’oublier, du moins temporairement. Oublier le visage ravagé qui s’était gravé dans sa mémoire, aussi clairement qu’une photographie immobile. Pour la première fois de sa vie, Athos regrettait d’avoir eu un instinct si clairvoyant. Il regrettait de s’être acharné, d’avoir cherché les réponses, même si son besoin de vengeance était toujours aussi intact. Au fond de lui, il ne pouvait s’empêcher d’imaginer que ça aurait pu être Magda, sous cette couverture miteuse.

Alors qu’Athos buvait une gorgée machinalement, son meilleur ami le rappela parmi les vivants alors qu’il se perdait dans les limbes où cette morte semblait bien décidée à l’attirer malgré lui. C’était la première fois qu’on lui posait cette question depuis sa macabre découverte. C’était peut-être aussi la première fois qu’il s’autorisait à retirer son masque d’apparente désinvolture. Son regard glissa sur Shannon, comme s’il découvrait qu’il était là. « Ca va… » mentit-il d’une voix blanche, blanche comme ce visage que la mort avait figé. « Je suis juste crevé, c’est tout. » Athos ne faisait pas exprès de minimiser. C’était juste qu’il avait toujours fait comme ça. Dévoiler ses sentiments n’était pas une habitude, tout juste s’il s’y mettait avec sa néerlandaise. Et au fond de lui, il avait envie de parler d’autre chose, sûrement, car cela faisait 96 heures qu’il n’avait qu’une idée en tête. L’effort fut considérable pour trouver un autre sujet. « Alors, le Népal hein ? Raconte. » Exit les grandes phrases, il n’en eut pas la force. Il comptait sur Shannon ce soir pour animer la conversation. Pour une fois qu’Athos n’accaparait pas la conversation… Signe évident, s’il en fallait un de plus, qu’il n’était pas dans son état normal.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 458
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | jenesaispas
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyDim 11 Oct 2020 - 17:44

Shannon n'était pas nécessairement la personne la plus perspicace du monde, il serait même bon d'admettre qu'en général, il ne l'était pas. Du tout. Faire venir Athos chez lui était cependant aussi l'occasion de renouer avec lui. Leur relation avait pris un sacré plomb dans l'aile et il n'y était pas pour rien - Shannon, pas Athos. Quoique ? Lorsqu'il l'avait croisé, Shannon avait vaguement aperçut qu'il allait mal. S'il s'était dit qu'il manquait simplement de sommeil en raison de tout ce qu'il devait gérer, l'air fantomatique qu'il arborait suffisait à faire comprendre au peu perspicace irlandais que ça n'allait pas. En le détaillant, il se demanda si c'était en raison de Magdaleentje. Puis si c'était à cause de Tobias. Il en vînt à la conclusion qu'il lui en aurait parlé si ça n'allait pas de ce côté-là. Et puis, en rentrant de l'Himalaya, Shannon avait vu le mot qu'il lui avait laissé et il ne laissait rien présager de mauvais. Le jeune homme ne se vexa pas qu'il lui mente - parce que oui, il venait de lui mentir - il avait lui-même trop joué à ça avec lui. La différence, présentement, c'est qu'il sentait le mensonge. L'irlandais comprenait ce besoin du mensonge, ne pas formuler à voix haute les choses, c'était lui donner une dimension purement abstraite. C'était ne pas la rendre réelle. Les mois qu'il avait passé à se mentir lui-même après l'attentat, c'était aussi pour prétendre que tout allait bien, que ce n'était pas vraiment arrivé. Les nuits sans sommeil l'avaient rattrapé. Comme elles semblaient rattraper Athos. Shannon décida de ne pas attaquer frontalement néanmoins : « C'est vraiment génial le Népal. Je sais que tu n'es pas trop porté sur la nourriture, mais on y mange bien. Et les paysages sont magnifiques, même si, dans les montagnes, je me caillais fichtrement les miches ». Le sourire de Shannon fut bref, mais sincère. Il avait toujours aimé voyager. C'était quelque chose d'ancré dans ses gènes et dans son objectif de vie. Repartir comme il le faisait, venir en Angleterre de cette façon éphémère, ça le reconnectait à la personne qu'il était réellement. A savoir un voyageur, un explorateur, donnez-lui le nom que vous voulez. Il en avait profité pendant ces quelques jours au Népal pour apprendre quelques mots de survie. Il était maintenant très content de dire qu'il parlait quelques mots de népalais. « J'espère que tu pourras y aller un jour. C'est très bon pour se ressourcer » continua-t-il en guettant sa réaction. Vu la tête qu'il tirait, il avait très clairement besoin d'une retraite de méditation.

Shannon reprit une gorgée de bière. Le teint d'Athos était blafard, sa voix sans ton. Il avait l'impression de faire face à son propre reflet quelques mois plus tôt. Il savait ce que faisait le manque de sommeil tout comme il savait reconnaître les symptômes de l'état de choc lorsqu'il en voyait un. A dire vrai, il était surprit que son ami ne prétende pas aller bien, dans le sens, jouer réellement la comédie. Ouvrait-il une brèche pour qu'il l'enfonce ? « Hé... » commença-t-il en posant doucement sa main rugueuse sur son épaule, « tu sais que tu peux tout me dire, Athos ? » - il marqua une courte pause pour détailler ses traits - « que tu n'es pas obligé de jouer la comédie ? Et que je sais mieux que personne reconnaître le manque de sommeil chez les autres... ». Il laissa sa phrase en suspend, elle voulait tout dire. Il était trop passé par-là pendant des mois pour ne pas être familier de ces signes. Son meilleur ami allait mal. Il ne savait même pas pourquoi.


(613)
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 344
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyDim 11 Oct 2020 - 19:57

Les voyages de Shannon faisaient toujours de bons sujets de conversation. Le sorcier faisait preuve d’un grand enthousiasme quand il les évoquait, son côté explorateur se réveillant pour relater les mille et unes aventures toutes plus improbables les unes que les autres dans lesquelles il adorait visiblement se fourrer. Et cette fois-ci, alors qu’Athos aurait apprécié une shannonerie distrayante du type une rencontre avec le yéti, ou une bagarre avec des sherpas, son meilleur ami lui livra une description sympathique, mais digne d’un guide touristique moldu. Moyennement attentif, Athos acquiesça tranquillement et sourit à peine lorsque Shannon évoqua avoir été transi de froid, bien que l’image de son latino de pote grelottant avec un glaçon au bout du nez l’aurait fait marrer en temps normal. Mais non, à peine l’ombre d’un sourire. Il espérait vraiment qu’il avait d’autres choses à raconter, d’autres choses pour lui faire oublier le frisson glacial qui lui avait parcouru l’échine quelques soirs plus tôt. Au lieu de ça, il lui délivra une sorte de conseil digne d’un vieux sage, genre retraite spirituelle, qui lui fit légèrement lever le sourcil. Comme s’il avait le temps, et la vie adaptée pour se barrer quelques semaines au Népal. Des années qu’il n’avait pas mis un pied en dehors de la capitale, alors avec ses nouvelles responsabilités… « J’y penserais. » lâcha-t-il en guise de réponse très vague, très très vague, et pas du tout convaincante. Il y avait tellement moyen de faire une vanne sarcastique mais non. Tout ce qui sortit de sa bouche furent ces deux piètres mots.

Autant dire qu’il n’y avait pas besoin d’être un fin psychologue pour se rendre compte que le fringuant sang-pur était au trente-sixième dessous. Comme s’il était en pilotage automatique, sa main porta à nouveau sa bière à ses lèvres et repartant dans une demie-absence, il eut un léger sursaut en sentant le contact de Shannon sur son épaule. Son ami semblait bel et bien décidé à ne pas le laisser faire semblant. En même temps, semblant de quoi ? Athos n’essayait même pas, n’essayait même plus, comme s’il avait dépassé son quota de mensonges de façades pour la semaine. Tout lui dire hein ? Pas faux. Après tout, Shannon était très certainement la bonne personne à qui parler de tout ça. Mais par où commencer, hein ? Quels mots mettre sur cette situation si terrible qui le bouleversait, alors que pourtant, il se croyait capable de tout ou presque. « Je… J’ai du dormir trois heures max depuis le début de la semaine. » Le tout sur des plages de 20 minutes maximum, puisque ça semblait être le seul répit que son cerveau daignait lui laisser avant de rappeler la terrible vision à ses souvenirs.

Passant une main sur ses traits plus que tirés, il essaya de mettre de l’ordre dans ses pensées pour trouver la bonne façon d’aborder le sujet parce que sinon, ça allait sortir n’importe comment. Comme lorsqu’il avait vomi en réaction au choc, attitude qu’il ne s’expliquait pas et qu’il trouvait faible, faible comme jamais il ne l’avait été. Ses yeux dans lesquels on pouvait lire une pointe de terreur trouvèrent ceux de Shannon et s’y accrochèrent tant bien que mal. « Tu as déjà vu un corps, Shannon ? Quand tu étais tireur d’élite, j’veux dire… tu as déjà observé ce que la mort faisait à un visage ? » Bien qu’habitué à fréquenter des milieux peu recommandables, et des personnes qui étaient loin d’être des gentils petits Poufsouffle, Athos avait toujours soigneusement évité de se mêler d’affaires trop sordides. Bien sûr, il ne doutait pas que certaines informations qu’il avait donné avait pu mener à des règlements de compte. Il savait aussi ce qui se passait dans les bas-fonds du Gentleman Assoiffé, ou dans certains coins de l’Allée des Embrumes, mais Athos n’avait jamais, vraiment, affronté les terribles conséquences de la mort. Naïf ? Non. Prudent, plutôt. Jeune, aussi. Et surtout, attaché à certaines valeurs qui faisaient de lui quelqu’un contre la violence qui était légion dans son environnement pourtant. Mais il avait l’habitude, de faire tâche parmi les vauriens. Et aucun vaurien, non aucun, n’aurait rendu son déjeuner en trouvant un corps abîmé. C’était le deuxième corps qu’il voyait en deux semaines, mais celui d’Alistair Bones était encore chaud, presque vivant. Du moins, la Faucheuse n’avait laissé aucune empreinte sur ses traits. Alors que cette jeune fille, elle, semblait avoir été dévorée par une force dévastatrice qui avait ravagé son visage qui peut-être autrefois été beau, avant d’en sortir pour venir se coller dans le crâne d’Athos. Et voilà qu’elle ne semblait pas prête à en déloger, rejoignant le coin sombre de son esprit où se planquait ses plus grosses névroses qu’il enfouissait sans jamais prendre le temps de les traiter. Erreur, s’il en était.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 458
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | jenesaispas
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyDim 11 Oct 2020 - 21:29

« Tu as déjà vu un corps, Shannon ? ».

La question venait de happer ledit Shannon plus violemment que prévu. Elle le ramena bien des années en arrière, à une époque où même lui pouvait être définit comme innocent. Oui, il avait déjà vu un corps. Pas qu'une fois, tristement. Athos restreignait cela de façon mignonne à son travail de tireur de baguette d'élite, mais en fait, pendant cette courte période où il avait travaillé pour la Brigade sorcière, il n'en avait pas vu tant que cela. Quelques uns, c'était vrai, qu'il avait regardé avec le froid détachement que l'on attendait d'un fonctionnaire au service d'une institution comme le Ministère. Le grade de tireur donnait cette espèce d'impression que de toute façon, ce n'était pas de sa faute et il ne pouvait rien y faire, que la vie était moche mais qu'ils étaient là pour régler un peu le problème. Voir des morts dans le cadre de son travail était moins difficile que d'en voir par surprise. C'était donc cela qui tourmentait son ami. Un mort. Shannon avait grandi dans des sociétés où l'on ne percevait pas nécessairement la mort sous ce prisme funeste occidental. Certaines sociétés considéraient seulement cela comme un rite de passage vers un autre monde, moins difficile et moins douloureux. C'était une jolie vision. Malheureusement, la représentation de la Mort elle-même conduisait parfois à cauchemarder d'elle. La façon dont elle intervenait dans la vie des gens aussi. Serait-elle clémente pour une fois ? Ou violente, comme souvent ? Shannon ne savait pas comment il allait mourir et pour être tout à fait honnête, il n'en avait présentement rien à foutre. Qu'il meure dans une semaine, dans un mois ou dans un an. L'attentat lui avait fait réaliser que c'était facile d'être au mauvais endroit, au mauvais moment. Et puis, de toute façon, il était mort le dix avril. C'était un fait que lui avaient confirmé les médicomages. Alors, il avait déjà passé ce cap, non ? Non. Mais bon, il se disait souvent cela pour ne plus y penser. « Le premier quand j'avais cinq ans. Le dernier il y a deux mois » répondit-il d'une voix extraite de sa gorge plus difficilement que prévu. Le jeune homme chercha le regard d'Athos sans savoir s'il devait extrapoler ou non. Ils se parlaient peu. Ils ne se connaissaient pas tant que ça. Peut-être qu'aujourd'hui, c'était le moment ? « Quand j'avais cinq ans, on naviguait en mer de Béring, au large des côtes russes et on a repêché un noyé. Je me suis faufilé entre les jambes des marins et je l'ai vu » - Shannon avait maintenant le regard vissé sur le goulot de sa bière. Ce souvenir terrible avait été jusqu'à conditionner son épouvantard, alors vous imaginez ? « C'est pour ça que j'ai peur de mourir noyé. C'est vraiment pas très glamour » continua-t-il avant de prendre une gorgée de bière pour se reconcentrer sur Athos. Il le regarda un moment. Qu'avait-il vu exactement ? Comment lui effacer de la rétine et de la mémoire ce qu'il avait affronté il ne savait quand ? Shannon ne savait pas très bien s'il devait lui proposer de tout lui détailler ou non. Curieusement, l'irlandais choisit la voix de la raison.

« Tu n'es pas obligé de me détailler ce que tu as vu si tu ne t'en sens pas l'envie. Mais c'est normal que ça te choque Athos, c'est... » - il s'interrompit en fermant les yeux. Il avait une expression douloureuse sur le visage. « Ce n'est pas quelque chose auquel on est préparé. Ça nous tombe dessus et ça nous rappelle que la chose la plus évidente pour nous a une fin. Et c'est moche ». Il ne croyait pas si bien dire. Il parlait autant de l'attentat que des corps en eux même. Les corps étaient la manifestation physique de quelque chose d'abstrait mais que tout le monde connaissait. Et c'était terrible, autant que choquant. Mais bon. Qu'est-ce qu'il y pouvait de toute façon ?


(673)
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 344
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyLun 12 Oct 2020 - 0:57

Athos ne parvenait pas à mettre des mots sur ce qui le hantait. Lui le bavard, l’homme aux grandes phrases qui s’écoutait plus parler qu’il n’écoutait les autres, n’arrivait pas à verbaliser les choses. C’était en partie pour ça qu’il avait préféré poser une question plutôt que de balancer la difficile vérité. Mais c’était aussi et surtout pour essayer de se rassurer, de se connecter à Shannon et de trouver une forme de réconfort dans un malheur commun. C’était maladroit, certes. C’était désespéré, surtout. Pour une fois, la relation entre les deux amis prenait une tournure inédite. Athos avait besoin de Shannon, et il le lui montrait. Et Shannon répondait présent, malgré la tournure bien étrange qu’avait pris leur amitié ces derniers temps.

Aspiré par ses mots, Athos projetta forcément des images mentales sur cette histoire de noyade. Dans sa tête résonnait encore le clapotis de la Tamise. Il n’osait imaginer les ravages que le sel de la mer pouvait faire sur un cadavre, mais il savait que le corps qu’il avait découvert était dans un piteux état, rongé, gonflé, les veines visibles à travers la peau translucide. Y repenser lui fila la nausée, qu’il combattit d’une grande rasade de bière. La canette était déjà finie. Déjà, oui. Shannon en avait terminé avec sa révélation, un truc poignant vraiment, à coeur ouvert. Athos lui aurait sûrement calé une grosse patte sur l’épaule en temps normal, mais là, c’était au-dessus de ses forces. « Je ne savais pas. Tu n’en as jamais parlé. » C’était normal, en même temps. Ces deux-là ne se parlaient jamais, du moins, pas pour les choses importantes. Pire encore, l’un des deux était bien mauvais quand il s’agissait d’écouter, alors… Mais Athos avait toujours trouvé paradoxal qu’un fils de marin ait peur de mourir noyé. Il comprenait, maintenant. Un peu tard, certes, mais il comprenait. Lui n’avait pas eu besoin de ça pour être terrifié par les vagues, le ressac, l’écume et la fureur de Poséidon. « Ce devait être… » Sa voix mourut dans sa gorge. Oui, il comprenait. Mais n’arrivait pas à le dire.

D’une façon inexplicable, douce à sa manière, Shannon arrivait à trouver par miracle des mots qui apaisaient Athos, en quelque sorte. Le fier sorcier ne se braqua pas, ne partit pas au quart de tour, rien de tout ça non. Il écouta tranquillement ce qu’il lui disait, il sentait que c’était peut-être ce qu’il attendait de quelqu’un sans le savoir. Quelqu’un qui comprenait, qui ne le laissait pas affronter ça seul. Toutefois, il avait tort sur la fin. Athos n’avait pas peur de mourir. Il avait plutôt peur de perdre les gens qui étaient chers à ses yeux. Et l’un des rares élus se tenait là, tout proche, son plus cher ami et ses envies suicidaires rappelons-le, comment était-il censé se sentir ? C’était pour ça qu’être seul, c’était plus simple. On n’avait peur que pour soi. « Moche… » répéta-t-il comme un perroquet fatigué, le mot flottant dans l’air comme un fantôme.

« L’homme qui agressé Magda a remis ça, Shannon. » Athos n’avait jamais parlé de sa terreur sur le sujet à qui que ce soit et évidemment, surtout pas à Magda. Pas non plus à Shannon, allez savoir pourquoi. Leur relation était devenue si bizarre. « Et je le cherche. Je le cherche parce que cette crevure mérite de mourrir. » La rage se ressentait dans sa dernière phrase, tandis que son regard aurait pu briser le verre mate qui ne contenait même plus de bière. « Et ce que j’ai trouvé, je… » Parce que oui, il trouvait toujours. N’avoir eu aucune piste des mois l’avait rendu dingue, mais s’approcher de la vérité encore bien plus. « J’arrive pas à oublier, Shannon. » Ses yeux étaient troublés par un voile humide, et une étincelle de peur panique qu’il laissait peu transparaître, et cherchait dans les billes sombres de son meilleur ami quelque chose à quoi se raccrocher. Sa voix avait tremblé un peu, comme sa main qui s’agrippait à la cannette vide comme si c’était là son dernier espoir de lucidité.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 458
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | jenesaispas
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyMar 13 Oct 2020 - 13:29

Shannon O'Mahony n'était pas réputé pour être nécessairement la personne la plus capable de trouver des mots sur les problèmes des autres. A dire vrai, il avait même beaucoup de mal à en poser sur les siens - ce qui expliquait malheureusement grandement qu'il soit souvent mutique quant à ses problèmes. L'art et la manière de faire croire au monde que tout va bien alors que rien ne va. Athos ne semblait pas, à ce moment précis, avoir la même capacité de compartimentation de ses propres sentiments. Aspiré par ses problèmes, le britannique laissait tomber le masque face à son ami et d'une certaine façon, Shannon lui en était reconnaissant. Ils ne parlaient pas tant de ce qu'ils avaient vécu dans le passé, ils ne parlaient pas tant de leurs expériences. C'était un problème dans une amitié, relation censée s'enrichir des expériences de l'autre. D'autant plus que pour une fois, l'irlandais comprenait. Vraiment, et il n'avait même pas besoin de faire des efforts pour cela. Les mots d'Athos, il aurait pu les prononcer lui-même et l'attitude fantomatique qu'il avait, symptôme triste d'un choc, il l'avait vécu. Se confier donc sur certaines choses ne fut pas difficile pour une fois et son meilleur ami souligna encore, sans le vouloir sans doute, l'un des plus gros problèmes entre eux. Ils ne se parlaient pas. Shannon aurait pu lui répondre qu'il y avait bien des choses qu'il ne savait pas sur lui - et vice-versa - mais il fit preuve, pour une fois, de retenue et de perspicacité. Une telle parole pouvait provoquer une tempête et il désirait sincèrement se contenter de la légère bruine qui pleuvait sur leur relation abîmée. « J'en ai fait des crises de panique pendant des semaines après ça » acquiesça-t-il d'une voix un peu sourde, sans ajouter qu'il avait eu la même, il y a deux mois, en retournant le corps gorgé d'eau d'une femme dans un lac. Il détestait les ravages de l'eau sur les corps, tout en étant profondément amoureux de la mer et des vagues et de ce que cela représentait pour lui.

Athos, comme souvent, le surprit par sa réponse et Shannon fronça les sourcils. Comment ça il le cherchait ? Pour lui qui était un ancien tireur de baguette d'élite, il était inconcevable qu'un civil - même Athos Greyson - se permette de mener une enquête parallèle. Fais ce que je dis, pas ce que je fais, devrait-on lui rétorquer vu son implication dans l'Ordre du Phénix. Quoiqu'il en soit, l'arbitre de Quidditch ne l'interrompit pas. Il comprenait sa rage autant que sa haine sans ressentir la même chose que lui. Oh bien entendu, il tenait à Magda, beaucoup trop et beaucoup plus qu'il ne devait tenir à elle. C'était précisément pour cela qu'il s'en tenait éloigné. Mais l'attaque s'était déroulé à une période où il la connaissait finalement assez peu, même s'il partageait avec elle le genre d'amitié évidente au premier abord. Athos avait la rage de l'homme profondément amoureux, depuis trop longtemps, l'homme connecté à la victime qui voulait lui faire justice. Peut-être s'en voulait-il de ne pas avoir su la protéger, qui sait ? Shannon poussa un soupir et vit que son meilleur ami avait fini sa bière. Il s'enfila une gorgée supplémentaire et lui tendit la sienne, en la secouant pour qu'il s'en saisisse. C'était sans doute trop tard de lui dire qu'à trop chercher, il allait regretter ce qu'il allait trouver. Peut-être que son état de choc le lui faisait réaliser. « Est-ce que tu veux m'en dire plus ? Sur ce que tu as vu ? ». Finalement, la question qui lui brûlait les lèvres sortie à brûle-pourpoint. Lui, il avait vu des noyés. Mais qu'est-ce qu'Athos avait trouvé ? « Je sais bien que tu ne fais sans doute pas confiance au système juridique » commença-t-il prudemment, bien plus prudemment qu'on pouvait s'attendre de lui, « mais tu ne devrais pas trop t'impliquer. Tu pourrais être suspecté. Et les erreurs judiciaires sont nombreuses dans le monde des sorciers ».


(669)
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 344
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyMer 14 Oct 2020 - 0:37

Des crises paniques, hein ? Athos ne pouvait qu’imaginer l’empreinte indélébile que ce triste spectacle avait pu laisser dans l’esprit d’un gamin de cinq ans. La phrase lui déclencha un frisson, aussi et surtout parce que la temporalité était glaçante. Des semaines… Ca pouvait donc durer des semaines ? Quatre jours à peine et déjà Athos flirtait dangereusement avec les limites de sa santé mentale. Quatre jours et l’image ne s’effaçait pas, toujours aussi limpide et désespérément horrible, comme si sa mémoire ne parvenait pas à flouter cette vision trop marquante. Sans doute n’oublierait-il jamais, mais il espérait pouvoir revenir à un niveau de fonctionnement normal rapidement. Il était un adulte, merde, et l’innocence n’était clairement plus une caractéristique qu’on pouvait accoler à son nom depuis déjà plusieurs lustres. Il avait vu des trucs terribles, des coudes pliés dans des angles physiquement impossibles ou presque, des gueules salement tuméfiées à la boxe alors quoi ? Pourquoi son cerveau lui infligeait ça ?

Plutôt que de réellement exprimer ce dont il avait été témoin, Athos donc avait mis une dose de contexte qui rationalisait le tout. Shannon relierait sans doute les points tout seul, comme un grand, car même s’il manquait parfois de jugeote, le britannique le savait suffisamment intelligent pour sauter sur ce genre de conclusion rapidement vu les éléments qu’il avait à sa disposition. Et il savait, au fond, que Shannon savait. Sans doute que sa détresse était d’ailleurs suffisamment palpable, car le latino délaissa sa propre boisson pour lui en faire cadeau. D’un geste tremblant, Athos s’en saisit. « Merci… » Se noyer dans sa politesse lui évita de répondre à la question suivante, parce que Shannon voulait savoir, et c’était bien normal. Se noyer dans l’alcool, du moins dans la deuxième bière de sa soirée, lui permit d’occuper sa bouche pour éviter de dégueuler ce qu’il avait sur le coeur, métaphoriquement cette fois. Qui sait ce qu’il aurait pu dire sous le coup de l’émotion ?

Prostré dans un mutisme qui ne lui ressemblait pas, Athos obligeait Shannon à sortir les rames. Oh, ça n’était pas une obscure vengeance suite à leurs derniers échanges où l’aîné n’avait pas été des plus bavards, gardant pour lui la majorité de ce qu’il ressentait jusqu’à ce que ça explose. Non, Athos ne faisait pas exprès. Comme toujours, il taisait ce qui était difficile, bien qu’il avait déjà la sensation d’en avoir trop dit. La preuve, Shannon embraya sur un sujet qui lui aurait hérissé le poil normalement. Il savait ce qu’il faisait. Du moins, il savait comment passer sous le radar de ces imbéciles d’Aurors, d’autant plus qu’il n’avait rien à se reprocher. Oui, il savait ce qu’il faisait, du moins en théorie, car la pratique lui avait sauté à la gueule au point qu’il n’arrivait plus à s’en défaire. L’allusion de Shannon eut au moins le mérite de lui arracher un ricanement sec, tandis que ses lèvres étaient toujours posées sur le goulot, et son regard toujours triste. « Le système juridique, hein… » Athos avait son idée tout à fait préconçue de la justice dans ce pays, des institutions officielles en général d’ailleurs. Elles représentaient tout ce qu’il détestait. La bureaucratie, la lenteur, le manque de réactivité, l‘absence de résultats et, comme le soulignait parfaitement Shannon, les erreurs multiples. « T’en fais pas pour moi. Ils n'ont jamais réussi à me mettre dans une cage, ça n’est pas aujourd’hui que je suis innocent que ça arrivera. » Quoique le frère Dawlish l’avait salement gonflé. En y repensant, Athos but une longue gorgée. La nuit avait été pénible sur beaucoup de points, oh oui, mais l’interrogatoire fut aussi vite oublié que les autres. Pas le reste.

Son regard croisa à nouveau celui de Shannon, une étincelle de fierté dans le regard, comme toujours lorsqu’il se comparait au Ministère. Quand on connaissait son passif, ça pouvait aisément s’expliquer. « Je sais que ça n'est pas à moi de traquer ce taré. Et si je savais que les Aurors allaient le trouver, je leur laissais bien volontiers l’occasion de s’occuper de ce malade. Mais ça n’arrivera pas. » Ce pessimisme évident était, du point de vue d’Athos, une simple forme de réalisme. Et leur incompétence le mettait en colère, car pendant ce temps, le fou courrait toujours, et qu’est-ce qui l’empêchait alors de recroiser la route de Magda ? De Toby ? Athos ne pouvait décemment pas les enfermer, les surprotéger, mais sa peur dans le bas du ventre n’avait jamais totalement disparue depuis juillet. Depuis qu’il avait compris qu’il pouvait tout perdre sur un tout autre fondement que la simple lâcheté. « Combien d’agressions avant qu’ils renforcent les patrouilles ? Combien de parents tués sous les yeux de leur gosse ? Combien de gamines abandonnées sous des ponts, hein, avant qu’ils se décident à se bouger ! » Petit à petit, son ton était monté, et pas contre Shannon évidemment. Ça le rendait fou, vraiment. Et il savait que c’était parce qu’il était émotionnellement impliqué qu’il était dans pareil état. Sinon, et c’était là la triste vérité, il aurait sans doute été bien indifférent face à ces sordides faits divers qui définissaient parfaitement cette ville cruelle et impitoyable qu’il considérait comme son royaume.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 458
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | jenesaispas
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyMer 14 Oct 2020 - 1:34

Il y avait des gens qui n'éprouvaient pas vraiment d'épreuves dans une vie, d'autres qui en expérimentaient trop. Certains vivaient des choses que la plupart des gens de l'humanité ne vivront jamais. Découvrir un corps, voir un corps mais surtout, le voir après un meurtre, ce n'était pas nécessairement courant. Les rues de Londres en 1978 se faisaient décidément de plus en plus dangereuses et Shannon ne comptait plus le nombre de morts laissés dans les rues de la capitale anglaise. Quoiqu'il en soit, c'était son ami, cette fois-ci, qui avait expérimenté la chose terrible. Et il pourrait bien essayer de lui dire ce qu'il voudrait, cela ne changerait rien à la mémoire de sa propre rétine. Il fallait qu'elle s'en remette et que son cerveau oublie. Ou en tout cas, essaie de vivre avec. Il n'y avait pas de mot pour guérir ça. Cela ne faisait pas office de pansement. L'irlandais remarqua bien la main tremblante d'Athos lorsqu'il se saisit de sa bière, alors qu'il le regardait avec le regard de la compréhension. Des semaines pour s'en remettre, lui avait-il dit. Oui, mais il était un gamin à l'époque. Un gosse à qui on a dit de ne surtout pas approcher, mais qui, téméraire, s'est quand même faufilé entre les jambes des hommes pour voir ce qu'ils voyaient eux. Shannon s'était bien vite retrouvé à regarder le large, le regard perdu dans le vide alors que son cerveau lui rappelait en boucle la scène. Lui, se faisant dire non. Lui, décidant de trouver une solution. Lui, voyant finalement le corps bleuit ravagé par l'eau dont on ne distinguait presque plus les traits. Et tristement, c'était le genre de traumatisme qui ne s'effaçait jamais complètement. Il réapparaissait parfois en rêve. Parfois dans les conversations. Shannon voyait peut-être son meilleur ami, il avait aussi en tête le corps de ce noyé qu'il avait vu. Et ce n'était pas joli.

Athos ne lui répondit pas. A quoi bon insister et à quoi bon redemander ? L'irlandais ne voulait pas se montrer poussif sur quelque chose qui relevait exclusivement de son bon-vouloir. Est-ce qu'en parler changeait quelque chose, sinon que cela rendait la chose plus réelle ? Pas vraiment. Dire les choses, partager son malheur pour que l'autre entende les paroles mais ne les comprenne pas dans son sens intrinsèque. Non, ça ne servait à rien. L'arbitre de Quidditch ferma brièvement les yeux à l'entente de la réponse de son ami. Dépité. Pour avoir travaillé au Ministère, certes, l'efficacité du système juridique n'était pas folle et certes, depuis que Croupton était au Département de la Justice Magique, c'était pire. Procès expéditifs. Impardonnables. Azkaban pour ceux qui étaient innocents mais pas assez d'arguments pour construire une défense. Certes. Pour autant, et c'était peut-être stupidement naïf, Shannon voulait croire que le Ministère allait mettre la main sur ce tueur. Et pas Athos. « Et que feras-tu donc lorsque tu l'auras trouvé ? » demanda Shannon en redoutant sa réponse. Il le regarda bien dans les yeux, pour lui faire passer le message : « Tu vas le tuer ? ». L'irlandais savait pour l'avoir tristement expérimenté que ce n'était pas rien de tuer quelqu'un. Il avait tué une personne dans sa vie et ça lui avait fait plus de mal que de bien. Une personne, lorsqu'il travaillait pour le Ministère et qu'il avait été envoyé sur une mission compliqué. Athos ne le savait pas. Mais Shannon quant à lui, ne pourrait s'empêcher de le juger s'il lui répondait que c'était exactement ce qu'il avait en tête. Ce seraient les paroles d'un homme prit dans la passion de ses propres sentiments. Et si voir un corps l'avait ainsi traumatisé, comment pourrait-il réagir de faire face à un corps qu'il aurait lui-même tué ?


(627)
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 344
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyMer 14 Oct 2020 - 21:03

La conversation avait pris une tournure inattendue. Mais après tout, n’était-ce pas toujours le cas entre ces deux-là ? En même temps, Shannon avait essayé de savoir, et Athos n’avait rien dit alors, il avait pris le sujet par un autre bout. Logique. Logique, mais dangereux quand on connaissait la propension d’Athos à enfreindre les règles pour le plaisir, le frisson, la fierté aussi. Shannon n’était pas non plus un modèle de vertu, certes, mais rien à voir avec le comportement de son meilleur ami dont la moindre activité lucrative était affiliée à l’illégalité. Quoiqu’en dise Athos, quel que soit le mépris qu’il puisse avoir pour son métier d’arbitre, Shannon lui au moins, gagnait honorablement sa pitance. Mais nul doute que leurs divergences auraient été encore bien plus marquées si l’irlandais avait continué à faire carrière dans une branche du Ministère.

La question qu’il lui retourna surprit Athos. Enfin, d’une certaine manière. Il aurait aimé continuer à débattre sur l’inaptitude des forces de l’ordre, discours qu’il avait entamé avec sa diatribe enflammée et pleine de colère. C’était là des mots bien déraisonnables et dépourvus de réels sens, empreints surtout de la mauvaise foi qu’Athos portait à ce département qui l’avait refusé autrefois. Car quels que soient les efforts mis en place par ce maudit Ministère, l’ombre trouverait toujours un coin sombre pour faire éclater toute l’horreur qui vivait en elle. Insaisissable, ce tueur ne serait attrapé que lorsqu’il commettrait une erreur, c’était une certitude. Et Athos pourrait alors s’endormir bien plus paisiblement. En attendant, il fallait traquer cette erreur et s’il fallait le chasser jusqu’à épuisement, alors il le ferait.

La tournure de la phrase de Shannon était intéressante. Il n’y mit aucun conditionnel. Pas de si, un lorsque. La persévérance du Serpentard était telle qu’il était possible qu’il le trouve, quand on y pensait. Athos en était même intimement persuadé. Par contre, ce qu’il ferait quand il l’aurait en face de lui… C’était là une question qu’il avait retourné dans tous les sens, et il n’en connaissait toujours pas la réponse. Toute sa vie d’adulte, Athos l’avait soigneusement mise sous son propre contrôle. L’impulsivité, les émotions, tout ça, il a fait appris à le taire et le cacher pour parvenir à ses fins. Car les laisser le guider, c’était le meilleur moyen de finir à Azkaban, ou dans l’un des caniveaux de l’Allée des Embrumes dans une mare de son propre sang. Mais toute cette histoire échappait justement à son contrôle. Lorsqu’il avait éclaté la colonne d’Addison en le plaquant sur le mur, lui-même avait été surpris par la propre violence dont son corps était capable. Sa baguette collée contre lui, jamais sa bouche n’avait été aussi près de prononcer l’impardonnable.

Le regard d’Athos semblait être passé par toutes les expressions en seulement quelques minutes. Fiché dans celui de Shannon, il était cette fois bien moins facile à décoder que quand la terreur, émotion forte mais simple, y transparaissait. Elle était toujours là, bien sûr, mais par delà la colère qui s’était invitée, on pouvait aussi deviner autre chose de bien plus glaçant. « Je n’en sais rien.  » Sa voix n’était plus morte et avait retrouvé son ton d’acier qui le caractérisait quand il se repliait un peu sur lui-même. « Tu connais mon aversion pour la violence. Tu sais aussi que je ne prends jamais de risques inutiles. Mais là, c’est… différent. » Sa voix changea alors tandis qu'il se laissait plus aisément aller aux confessions.

Cette année était synonyme de bien des changements pour Athos. La plupart allait dans le bon sens, merci la paternité et peut-être un peu aussi l’amour. Mais le drame de cet été avait chamboulé d’autres certitudes sur lui, et c’était nettement plus terrifiant. « Mais ces situations là, je gère pas. Je suis l’invisible moi, je regarde de loin normalement. J’observe, je constate, et j’agis. Je ne réagis pas.  » C’est d’ailleurs ce qui les différenciait le plus tous les deux, quand on y pensait. « Depuis que toute cette merde, depuis cet été Shannon, mes nerfs sont tellement à vif que je fais n’importe quoi. J’ai failli me battre dans des chiottes publics. J’ai éclaté Yaxley contre un mur sur une fausse intuition. J’ai passé presque une nuit en cellule parce que j’ai pas su déguerpir assez vite après avoir trouvé ce…  » Après quelques secondes de silence, il lâcha un petit rire sonore. « Putain, on dirait plus des aventures à la O’Mahony qu’à la Greyson, tu trouves pas ?  » Légèrement amusé, il bascula à nouveau la tête pour boire une gorgée. Mais c'était encore bien trop peu pour noyer ce fantôme tenace qui s'accrochait à sa mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 458
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | jenesaispas
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptySam 17 Oct 2020 - 17:05

Shannon avait l'impression que toutes leurs conversations, si elles n'étaient pas amusantes, étaient nécessairement particulièrement difficiles à tenir. Entendez par là que la vie que les deux jeunes hommes menait était trop complexe et trop empreinte de problèmes particuliers. L'irlandais avait un chemin de vie compliqué ; Athos avait une existence difficile. Leurs tracas ne devaient-ils pas être à la hauteur de cela ? Shannon avait survécu à un attentat. Son meilleur ami découvrait maintenant le cadavre d'une jeune femme assassinée par un nouveau Jack L'éventreur. Ne pouvaient-ils pas avoir une vie normale ? Peut-être que le contexte particulier qui rampait en Angleterre y était pour quelque chose. Ou bien ils étaient poissards. Qu'est-ce qu'il en savait. Alors il l'écoutait parler, sans jamais l'interrompre. A quoi bon lui couper la chique alors qu'il avait besoin de parler ? Shannon n'était pas persuadé que parler aidait réellement à aller mieux. Il était même franchement sceptique à ce propos mais il devait bien admettre qu'il remettait ses pensées en ordre depuis qu'il avait accepté d'aller voir une psychomage. Poser des mots sur les ressentiments qu'il avait, ça permettait de comprendre la chose à défaut de la guérir. Pour guérir, déjà, il fallait comprendre. C'était sans doute ce qui manquait à Athos pour l'instant. Comme le choc de ce qui s'était passé avec Magda, il ne comprenait pas. Et il ne comprenait pas la découverte de ce corps. La manière dont il finit sa tirade surprit Shannon qui lui lança un regard sincèrement étonné de la tournure de la conversation. « C'est précisément parce que t'as les nerfs à vif que tu dois faire attention, Athos » répondit finalement l'irlandais après un silence interminable. Il n'avait pas rebondi, à dessein, sur sa plaisanterie. « Si tu pètes les plombs face à ce tueur, tu le regretteras toute ta vie ». Et il le savait mieux que personne lui-même. Être amené à ôter la vie dans le cadre de son travail, c'était déjà traumatisant. Mais qu'est-ce que cela serait si c'était un pétage de plomb ? Si le britannique supportait déjà mal ce qu'il avait trouvé, Shannon était prêt à mettre sa main à couper qu'il y penserait pour le reste de sa vie. « J'pense pas que tu veuilles avoir ça sur les épaules jusqu'à ta mort ». Le ton sombre était choisit exprès. Le jeune homme se leva pour ouvrir un placard, duquel il sortit une bouteille de gin. N'avait-il pas dit qu'il se calmait sur l'alcool ? Bah ! Comme disait son marin de père, rien de mieux qu'un verre de gin pour oublier les gros tracas de la vie. Il lui servit un petit shot et le fit glisser sur la table basse dans sa direction. Cul sec matelot !
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 344
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @non uccidere
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyLun 26 Oct 2020 - 4:49

Dans la complexe relation qui unissait Athos et Shannon, il existait une évidence que ni l’un ni l’autre ne parvenait à remarquer. Leur amitié perdait un peu plus de sens et de force chaque année, chaque mois, chaque semaine même, car leurs chemins divergeaient de plus en plus. En réalité, Athos et Shannon ne s’étaient jamais vraiment compris. La seule et unique chose qui les unissait encore, c’était cette loyauté indéfectible qu’ils se portaient l’un à l’autre. Était-ce la peur de finir un jour seuls, vraiment seuls, sans personne sur qui compter ? Athos s’était fustigé, se fustigeait d’ailleurs encore, de n’avoir pas remarqué à quel point Shannon était empli de détresse après l'attentat. Sans doute car il gardait de son ami l’image de ce garçon impertinent qui ne souciait de rien, et survolait sa vie comme un Phoenix étrange qui renaissait toujours des cendres de ses aventures improbables. Sans doute n’avait-il pas assez prêté attention aux changements subtils de sa vie récente. Le chaos de sa relation avec Glinda. Ses escapades dans les égouts. Ce maudit jour d’avril. Athos, en réalité, se figurait que Shannon était comme lui, un esprit libre qui affrontait chaque épreuve comme elle venait, et s’en remettait en serrant les dents.

Mais voilà. Lui-même, ces derniers temps, était passé par des moments de vie qui ne l’avaient pas épargné. Peut-être parce qu’ils étaient plus visibles, plus évidents, peut-être aussi parce qu’il ne savait pas aussi bien les taire que l’irlandais, Shannon semblait les avoir remarqués. Peut-être était-ce tout simplement car il était un bien meilleur ami que son cadet, son frère de coeur égoïste et bien trop centré sur sa propre vie. Il n’y avait pas d’autres explications à cette sorte de confrontation. En général, le plus vieux des deux donnait plutôt dans les conversations légères, racontant ses dernières conneries autour d’un verre, et Athos se moquait sans trop de méchanceté - enfin, ça dépendait - et ensemble, ils faisaient parfaitement semblant que tout allait bien dans le meilleur des mondes que deux âmes flinguées comme les leurs pouvaient se permettre.

Shannon n’était pas protecteur envers Athos, ne l’avait jamais été. Il connaissait assez son ami pour savoir que c’était une chose inutile. Athos non plus d’ailleurs, ne se permettait pas de remarques bienveillantes, plaisantant juste parfois sur la propension du latino à se fourrer dans toutes sortes d’embrouilles. Mais ils s‘en sortaient toujours, pas vrai. Pas vrai ? Sauf que cette fois, le point de non-retour semblait avoir été atteint, il n’y avait qu’à voir le visage plus blanc que d’ordinaire d’Athos - et pourtant, le soleil n’était pas tellement son meilleur pote, c’était dire. À vif, comme il disait, le sang-pur aurait pu partir au quart de tour et claquer à la gueule de Shannon que merci, il savait ce qu’il faisait. Sauf qu’aujourd’hui, il n’avait pas la force de mentir. Pas à la seule personne qui semblait avoir compris ce qui se jouait en lui, la noirceur qui s’était installée dans son coeur qui certes n’était pas exempt de malhonnêteté, mais qui jamais, au grand jamais, n’avait été aussi prêt à sombrer dans les méandres de la rancoeur. « Je sais. » répondit-il, laconique, incapable de déballer un mot de plus. Bien sûr qu’il savait, bien sûr qu’il crevait de peur à l’idée de devenir un jour un tueur. Des meurtriers, il en connaissait, et un bon paquet. On lisait dans leurs yeux une étincelle qui ne s’éteignait jamais vraiment. Il n’avait pas envie de ça. Il n’avait pas envie de basculer maintenant qu’il avait une réelle raison de maintenir un cap à peu près correct dans sa vie. « Mais si je ne fais rien, j’ai peur de perdre Magda. Et Tobias. » Le gin tomba à point nommé tandis qu’il se livrait à une confession encore plus forte et intense que toutes les précédentes. Il doutait que Shannon puisse comprendre, lui qui n’avait personne dans sa vie qui comptait vraiment, à part peut-être lui, et encore… Avec une habileté étonnante vu sa fatigue, il attrapa le shot sans en renverser une goutte. « Et si je continue, je risque la même chose. » Mentir était une aptitude qu’il maîtrisait, et sans l’ombre d’un remord en général. Mais mentir à quelqu’un qu’on aimait, c’était autre chose. Athos ingurgita le gin sans réfléchir, sans ciller même, lâchant un soupir sec une fois le liquide avalé. « J’ai déjà failli perdre quelqu’un qui comptait pour moi. Et j’ai pas envie de revivre ça. » Bien sûr, il parlait de Magda. Mais pas que. Son regard brun se posa sur Shannon avec une sincérité désarmante. Il y avait eu avril. Et il y avait eu les mois qui avaient suivi. Cette phrase qui parlait de pont le hantait presque autant que la jeune fille qu’il avait trouvé en-dessous de l’un d’entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 458
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | jenesaispas
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  EmptyDim 8 Nov 2020 - 13:06

Shannon avait vécu assez de drames ces derniers temps pour savoir en reconnaître les démons dans les pupilles des autres. Aider spontanément d'un point de vue psychologique, ce n'était pas quelque chose dont Shannon avait l'habitude. Il était souvent maladroit avec les mots, tellement qu'il s'était mit à dos la moitié facilement du monde magique. Mais il ne s'était pas mis Athos à dos. Pas encore, tout du moins. Le temps viendrait sans doute où leur amitié déjà ébréchée comme un vieux verre, allait éclater. Disperser autour ses éclats pour que tout le monde se blesse dessus. L'irlandais était nul en divination, mais pour la première fois de sa vie, il avait sans doute bon sur cette étrange prémonition. Les inquiétudes de son meilleur ami étaient légitimes. Il pouvait l'entendre. Il avait peur pour sa compagne et son gosse. Le presque trentenaire se fit la réflexion qu'il était décidément ravi de ne quasiment pas avoir de port d'attache. Pas de port d'attache, pas d'angoisses, non ? Telle était sa philosophie de vie, qui faisait de lui un être libre. Il le regarda boire son gin et bu lui-même le sien d'une traite. L'alcool lui brûla la langue. Et Shannon étant Shannon, il ne comprit pas, bien entendu, que la dernière phrase le désignait lui. C'était dire le manque de perspicacité de cet homme. Mais que pouvait-il lui répondre dans tous les cas ? Le jeune homme avait l'impression de lui avoir tout dit. Il ne pouvait pas réconforter un homme qui ne voulait rien entendre, à part en parlant un peu de lui. Mais est-ce qu'il en avait vraiment envie ? Cet accident lorsqu'il était tireur de baguette d'élite, c'était un accident qui l'avait hanté pendant longtemps. Il le hantait toujours un peu. La partie pragmatique de son cerveau lui disait que de toute façon, c'était un malfrat et que ce n'était pas plus mal. Que c'était soit lui, soit l'autre. Oui, mais quoi ? Shannon était vivant au final. Et il aurait voulu lui parler de ça, mais comment Athos réagirait, lui qui voulait démasquer un tueur et qui en avait un sous les yeux ? Non, il ne pouvait pas lui en parler. Définitivement pas. « Il sera bientôt démasqué de toute façon » - oui, ou pas, d'ailleurs - « et s'il ne l'est pas... Y'a plein de tueurs qui courent les rues. Celui-là, c'est simplement un de ceux dont on entend parler, tu ne crois pas ? ». Et il ne croyait pas si bien dire. Shannon reversa un deuxième shot à Athos sans le suivre. Les bonnes résolutions, moins d'alcool, tout ça. « Et si tu ne veux pas revivre ça, le mieux à faire, c'est de t'exiler sur une île déserte » continua-t-il sur un semblant d'humour, c'était pathétique, mais vraiment. Se préoccuper que de soi-même ou même pas, ça aidait dans la vie autant que ça causait soucis.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Alcooliques tourments | ATHOS  Empty
MessageSujet: Re: Alcooliques tourments | ATHOS Alcooliques tourments | ATHOS  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Alcooliques tourments | ATHOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres-