GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

[Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Marius Draven

Marius Draven


CRACMOL
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

CRACMOLCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 51
| AVATARS / CRÉDITS : Pierce Brosnan
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) Empty
MessageSujet: [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) EmptySam 17 Oct 2020 - 18:43

Il régnait dans le bureau de Marius une ambiance feutrée qui cachait à peine la tension qui y régnait.  Cela sentait le cigare et l'alcool alors que le parrain de Londres avait appelé René et Artibeus pour une réunion importante. Don Da Valle était mort, pas de signatures, pas de revendications, rien et Marius était déterminé à savoir ce qui s'était passé. Le cracmol ordonnait à ses lieutenants de faire tout en œuvre pour trouver ce qui était arrivé. Marius avait besoin de savoir si c'était un coup des mangemorts, une guerre interne à la mafia italienne ou de nouveaux concurrents qui venait perturber le fragile équilibre que Marius avait établi depuis 1975. Il n'aimait pas la situation qui se profilait, l'équilibre était déjà difficile à tenir avec les idiots à capuches mais il avait réussi à tenir le crime organisé plus ou moins loin de ça, maintenant il craignait de voir la guerre débarquer dans les ententes entre gangs...de quoi rajouter un grand nombres de morts sur une pile déjà assez haute.

Marius sortit sa montre à gousset, il allait être en retard à son rendez-vous. Il mit fin à la réunion, confia la gestion de la soirée à René et congédia tout le monde. Il mettait un point d'honneur à ne jamais être en retard mais quand il s'agissait de Soyle Hoover, il avait pour habitude de se mettre un peu plus la pression. Le cracmol sortit des nouveaux vêtements, chemise blanche pour aller avec un costume trois-pièces en tissu prince-de-galles avec une cravate noir et partit se laver non sans avoir mis un vinyle à tourner dans le lecteur. Il savait que Soyle ne disait rien sur l'odeur persistante de cigare sur ses vêtements mais n'en pensait pas moins. Il se prépara donc pendant que Bessie Smith chantait son blues, sifflotant les mélodies sans s'en rendre compte alors qu'il terminait son nœud de cravate. Il prit un peu de temps pour choisir le bon chapeau avec le manteau adéquat et enfin la canne, il opta pour une canne simple qui avait appartenu à son père et quitta le pub pour se diriger d'un pas sûr chez la meilleure pâtisserie du Chemin de Traverse pour aller chercher une commande réalisé plus tôt ce mâtin, le gâteau favori de Soyle. Il prit ensuite sa voiture pour quitter le monde sorcier et rejoindre le monde moldu où il fit ses courses dans des adresses que seuls connaissent les vieux londoners comme lui. Les deux mondes vivaient côte à côte sans quasiment jamais se croiser, Marius se voyait comme le lien entre les deux et en voyant ce qu'il achetait se dit que c'était bien dommage de les séparer.

Ses emplettes terminés il remonta dans sa voiture et prit le chemin de l'appartement de Soyle. Il remercia une nouvelle fois les moldus et leurs inventions, notamment ce tout nouvel autoradio qui fonctionnait avec des cassettes et permettait d'écouter ce qu'il avait envie. Sur le chemin il se rappelait l'invitation hier de Soyle à passer la soirée ensemble. Aussi triste qu'il était pour la jeune rousse qu'elle ait quitté son poste de professeur, Marius devait avouer qu'il aimait son nouveau travail à trois pas de son pub. Cela lui permettait de la voir tous les midis, quand elle venait manger chez lui. Soyle était pour lui un des rayons de soleil de sa vie, une des personnes qui lui permettait d'avoir un peu de normalité dans sa vie anormale au possible. Avec Soyle comme avec sa fille et la mère de cette dernière et avec son frère d'armes, il se permettait d'être lui-même.

Il se rappela qu'elle lui avait précisé qu'elle hébergeait la jeune Amelia Bones, qui « n'était pas au mieux de sa forme » selon les dires de la rousse. Il s'en doutait bien, il ne la connaissait pas et d'ailleurs aucun membre de sa famille jusqu'à l'affaire sordide qui les avaient révélés au public. Tout au plus, il connaissait de réputation son frère aîné Edgar qui travaillait comme Auror mais les Bones et Marius était de deux mondes trop éloignés pour se connaître. Le patron de pub se dit qu'il avait dû les voir passer dans son établissement sans jamais les noter. Il ne connaissait par contre que trop bien la douleur qu'elle devait éprouver, lui aussi avait perdu ses parents dans une ruelle du Chemin de Traverse...les biologiques comme les adoptifs dans un sens. Soyle savait que Misty et Marcellus Draven n'était pas mort dans leur lit. Elle savait aussi que Marius et la Mort avait fait un brin de chemin ensemble, elle ne savait pas que c'était encore le cas et il tenait à ce qu'elle ne le sache jamais...ou en tout cas le plus tard possible.
La voiture tourna dans une impasse et traversa un mur pour rejoindre le monde sorcier. Marius se gara en bas de la maison victorienne réaménagé en plusieurs appartements où Soyle vivait, prit ses sacs de courses en papier d'une main et ouvrit la porte d'entrée. Il monta les escaliers d'un pas tranquille et sonna à la bonne porte. Soyle lui ouvrit, il lui embrassa le front après lui avoir adressé un grand sourire paternel :

- Bonsoir ma belle, bonsoir toi, continua-t-il en effleurant le gros ventre de Soyle de sa main, j'ai apporté le repas et c'est moi qui cuisine ! Pas de mais, ça n'est pas négociable !

Cela lui avait fait quelque chose en apprenant que Soyle était enceinte, il avait joué aux cartes avec son père quand elle n'était encore qu'une enfant. Et maintenant elle était enceinte, comme un signe supplémentaire que le temps passait et qu'il était un vieil homme. Il rentra dans l'appartement, posa les sacs de courses sur la table de cuisine et laissa Soyle découvrir qu'il comptait leur préparer un steak-frites à la française mais surtout qu'il avait prit au bar sa boisson favorite et caché une cassette flambant neuve de Rocky au fond. Lui vit Amelia en retrait derrière, il enleva son chapeau et inclina la tête en souriant :

- Vous devez être Amelia Bones, ravi de faire votre connaissance.

Il ne fut pas surpris de son air de porter toute la misère du monde sur ses épaules et tout en enlevant son monteau et en posant sa canne, Marius se dit qu'il y avait du travail.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 423
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /jenesaispas/ASTRA
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) Empty
MessageSujet: Re: [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) EmptyDim 18 Oct 2020 - 1:16

Quelques jours après la vite de Nora, Soyle avait invité une autre personne : un certain Marius. Elle ne connaissait rien de lui, mais ne put s'empêcher de faire la connexion avec son neveu qui portait le même prénom. Marius Bones. Elle ne l'avait pas vu depuis un moment et maintenant qu'elle pensait à lui, il lui manquait. Lui et sa mère. Parce qu'elle n'avait pas vu non plus Vicky. Pas depuis l'enterrement. Et si cette réalisation lui fit marquer sur un carnet qu'elle devrait les revoir, elle fut ravie de constater l'avancée sur la robe qu'elle préparait pour son hôte. Autant dire qu'elle avait préféré ne pas l'informer. Elle avait dû prétexter quelque chose pour farfouiller dans ses affaires et connaître la taille de ses robes de grossesse. Elle avait voulu voir ses chaussures et certains de ses vêtements pour comparer avec les siens. Piètre excuse. Très honnêtement, si Soyle n'avait pas des doutes sur ce qu'elle faisait dans sa chambre, cela relevait du miracle. Amelia n'était ni vraiment très subtile, ni vraiment très rusée pour le coup. Elle était secrète et sans doute Soyle mettait ça sur le compte du deuil. Mais elle faisait cette robe pour plusieurs raisons. Premièrement, elle n'avait pas envie que la directrice de crèche lui refuse de faire une telle chose - elle avait déjà dit non à de l'argent. Deuxièmement, elle avait décidé de lui faire une surprise. Et troisièmement, elle n'était pas certaine de réussir. C'était une première pour elle de faire une robe de grossesse, mais aussi de coudre à nouveau depuis le meurtre de ses parents. En attendant cela l'occupait et elle pensait à d'autres choses. Alors si elle parvenait au bout de son ouvrage et que cela convenait à la future mère, peut-être qu'elle en ferait d'autres. N'avait-elle pas eu le projet de faire carrément toute une ligne de vêtements ? Quand elle formait encore des désirs particuliers. Pour le moment, tout ce qui l'intéressait, c'était de s'occuper l'esprit et se noyer dans le travail. Elle avait passé ses week-end là-dessus. Et quelques soirées également. Elle révisait aussi ses cours comme elle pouvait car dormait peu la nuit quatre ou cinq heures, c'était plus qu'avant. Pas encore assez. Pas encore suffisamment régulier pour qu'elle sente une véritable évolution. Mais la première fois qu'elle avait fait une nuit presque complète, elle s'était sentie un peu mieux le matin au réveil.  

Soyle la prévint alors que le dit Marius ne devrait pas tarder à arriver. Elle ignorait tout de lui. L'ancienne enseignante semblait toutefois le tenir en haute estime comme s'il avait changé une partie de sa vie. Elle ne savait pas vraiment comment expliquer ce qu'elle avait compris des propos de celle qu'elle considérait presque comme une seconde mère. Bref, dans tous les cas, elle avait fait l'effort de porter autre chose qu'un pull trop ample pour elle et délavé. Ce genre de pull que vous portez parce que vous n'avez pas envie de vous embêter. Non elle avait décidé de mettre une blouse à manche bouffante avec un col soigneusement replié. C'était une jolie blouse que sa mère lui avait faite. Elle trouvait l'effort appréciable, sans doute Soyle le remarquerait. Elle l'espérait. Elle ne voulait pas l'inquiéter, pas comme la dernière fois. Elle ne voulait que Soyle se prenne la tête pour ça alors qu'elle attendait un enfant. Alors, elle faisait des petits trucs... déjà bien difficiles. Remplacer un pull horrible pas une blouse délicate, c'était déjà quelque chose, sa petite victoire de la journée. Cette petite victoire qu'elle marquerait dans l'espèce de carnet/agenda que Nora lui avait conseillé de tenir. Elle sortit donc de la chambre et caressait doucement son boursoufflet qui dormait entre ses doigts. Dixie était si douce. Et ce simple geste la rassurait et la calmait. Sentir les battements du cœur du petit animal était effrayant mais aussi... doux. Comme si cela lui donnait une micro raison de vivre : protéger cette petite bête le temps qu'elle l'aurait avec elle.

Finalement le dit Marius arriva et il lui parut plus âgé que dans son imagination. Avait-elle loupé un épisode ? Ce ne serait pas totalement impossible que Soyle lui ait donné un âge approximatif de l'homme sans qu'elle ne s'en rende compte. Mais lui semblait... amical et poli. Il ne se permettait pas de la tutoyer comme beaucoup d'autres l'auraient fait à sa place. Et c'était à la fois étrange et le bienvenu. Car cela lui rappelait son éducation : les bonnes manières. Sa mère lui avait toujours dit qu'on ne tutoyait pas les gens qu'on venait tout juste de rencontrer. “ Enchantée de vous rencontrer. ” Qu'elle répondit simplement avec un faible sourire. De ce qu'il avait dit, il semblait aimer cuisiner. Et sans doute était-il un bon cuisinier s'il l'imposait de la sorte. Ou alors il croyait qu'il était un bon cuisinier, mais en même temps, Soyle ne semblait pas se plaindre de cette alternative. Surtout qu'elle-même n'était pas mauvaise derrière les fourneaux. “ Etes-vous cuisinier professionnel ? ” Demanda-t-elle avec curiosité. C'était la déduction qu'elle avait faite basée sur pas grand-chose en vérité. Elle pouvait l'imaginer dans des cuisines. Et puis, il ne fallait pas se voiler la face. La cuisine professionnelle demeurait un domaine d'homme alors qu'à la maison, c'était considéré féminin. “ Enfin n'y voyez pas offense, je suis juste curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Soyle Hoover

Soyle Hoover


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 386
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) Empty
MessageSujet: Re: [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) EmptyDim 18 Oct 2020 - 15:34

Soyle était majoritairement quelqu’un de routinier. Changer drastiquement ses habitudes n’avait pas forcément été évident. Elle pensait pourtant s’en sortir pas trop mal finalement. Mais comme pour tout, les choses étaient parfois chamboulée. Amelia avait cherché son aide. Et il n’avait jamais été question de lui refuser, pas même en pensé. La jeune femme se retrouvait donc chez son ancienne enseignante depuis plusieurs semaines. Elles échangeaient ainsi depuis plusieurs semaines leurs modes de vie. Bien sûr John se faisait sa propre place dans cette histoire. Mais Les deux femmes avaient leur petit fonctionnement maintenant. C’était à son sens un moyen d’aider Amelia à se remettre en selle, à reprendre une vie malgré tout. Elle avait même réussi à lui faire reprendre les cours, ce qui était primordial d’après elle. Amelia avait de grands projets, de beaux projets. Soyle aimait à penser que si c’était difficile pour le moment, un jour elle s’en sortirait parce qu’elle l’avait poussé. Elle en venait à prendre soin d’elle comme elle le ferait d’une amie, d’une petite soeur, une personne à qui elle tenait et qui était en difficulté. C’est pourquoi Soyle avait fini par faire appel à Nora il y a quelques jours.

Mais dans ses petites routines, Amelia avait aussi un peu changé quelques rencontres que la rouquine avait mises de côté pour lui laisser un peu plus de place. Ainsi, Marius Draven qu’elle voyait si souvent surtout depuis son changement de poste avait été un peu mis de côté par son envie de veiller sur Amelia. Une situation qui les avait conduit à prendre une sorte de rendez-vous. Soyle avait convié son ami à les rejoindre ce soir. Pour cette fois, aucune grande idée en tête. La rousse espéraient simplement passer un bon moment en sa compagnie. Bon, peut-être tout de même qu’elle comptait un peu sur les capacités paternelles de Marius pour savoir trouver d’autres mots pour remonter un peu sa petite protégée. Il avait cette capacité, ou en tout cas elle le pensait. Marius était son ami, son confident, un homme sûr qu’elle comptait presque comme un père depuis qu’elle avait perdu le sien. Et ils avaient parfois besoin de se retrouver pour un peu plus qu’un déjeuner pris rapidement avant de retourner travailler chacun de leur côté. Un vieil homme charmant qu’elle respectait et appréciait énormément.

La directrice de crèche avait donc décidé de recevoir son ami chez elle ce soir. Lorsqu’elle en avait parlé à Amelia, ce fut de façon relativement concise. Un ami, très proche, quelqu’un dont la conversation saurait sans doute plaire à Amelia. Sa joie à l’idée simple de le recevoir devrait sans doute finir de rassurer la jeune femme à ce sujet. Alors qu’il devait arriver bientôt, Soyle avait fini par sortir de ses papiers pour aller préparer la table. Pour le dîner? Et bien elle commençait à connaître Marius. Alors soit ils finiraient par cuisiner à deux ou trois dans sa cuisine qui avait l’avantage non négligeable d’être assez grande, soit il avait déjà sa petite idée sur le sujet. Inutile de se presser à tout préparer donc. Non, une table prête serait déjà bien. Elle avait ensuite prévenu Amelia que l’heure était bientôt venue. Marius était ponctuel, toujours. La jeune femme était effectivement sortie de sa chambre. Mais pas dans ces pulls qui étaient sans doute très confortables mais pas très avantageux pour sa silhouette. Non, Amelia portait une blouse blanche et une jupe longue qui lui allaient très bien. Soyle lui offrit donc un sourire en la voyant ainsi, allant vers elle pour la regarder, passant finalement une de ses mèches blondes derrière son oreille dans un geste réconfortant.

-Cette blouse te va très bien.

Amelia tenait entre ses doigts sa petite boule de poils, Soyle n’insista donc pas pour ne pas en faire trop. Mais c’était vrai. Elle était à croquer comme ça, cela faisait plaisir à voir.

Marius finit par arriver, parfaitement à l’heure. Ce fut avec un grand sourire et un pas enjoué que la rouquine était allé lui ouvrir. Un radieux sourire sur les lèvres, elle était ravie de l’accueillir une nouvelle fois chez elle.

-Bonsoir ma belle, bonsoir toi,

Un baiser sur son front, une caresse sur son ventre habité et bien rond, les salutations presque habituelles, réglées comme une autre habitude chez eux, Soyle tendant son front comme un réflexe. Ce qui était nouveau en revanche, c’était l’agitation de cet enfant à venir qui lui tordait le ventre et faisait souffrir sous ses coups ses pauvres organes. Soyle fit donc ce qu’elle faisait de plus ne plus souvent. Passant une main douce sur son ventre et le regardait après une grimace suite à l’inconfort, elle s’était mise à lui parler directement.

-Ok, c’est super de saluer Papi, mais s’il-te-plaît, ça c’est mon foie! On se calme!

Sans savoir si ce petit être était de sexe féminin ou masculin, Soyle ne se risquait pas à lui donner de prénom. Par contre elle n’en perdait déjà pas de vue son rôle de mère et n’hésitait pas à lui faire part de ses remontrances si besoin.

-J'ai apporté le repas et c'est moi qui cuisine ! Pas de mais, ça n'est pas négociable !

Et voilà, comme elle l’avait pensé. Soyle pris un air outré, levant les mains en l’air comme si elle se rendait face à une armée visiblement en sur-nombre. Négocier ne lui viendrait pas à l’idée. Elle connaissait trop bien les talents de cuisiniers de son ami pour en avoir l’envie de toute façon.

-Je ne négocie pas, d’accord. Par contre je vais ranger tes courses!

Se frottant un peu les mains sous l’excitation, elle avait retrouvé son sourire et se dirigeait déjà vers les sacs en papier laissés par Marius dans la cuisine. Elle le laissait se débarrasser de ses affaires seul, il connaissait largement les lieux de toute façon. Elle par contre, elle était bien curieuse de savoir ce qu’il leur prévoyait. Elle avait commencé par ouvrir le carton. Une tarte aux cerises et aux amandes, il la connaissait parfaitement le bougre. Les yeux brillants, elle avait commencé par ranger cette petite merveille au frais. La suite! Des pommes de terre, une viande de qualité, de quoi faire un arrangement avantageux de ces superbes produits, ça promettait. Une petite bouteille de vin rouge (sans doute pour le cuisinier en personne), le fameux sirop de menthe maison de l’elfe qui lui servait de chef au pub, et une nouvelle petite surprise non alimentaire. Soyle la sortit avec précautions.

-Marius! Tu es fou! Elle est neuve, n’est-ce pas??

Les cassettes, c’était encore récent dans le genre. Une petite merveille de technologie moldue. Et comme toutes les nouveautés, ça avait un certain prix. Marius avait déjà offert à son amie de quoi lire ces beautés. Et plusieurs de ces petites merveilles. Les cadeaux il en faisait régulièrement. Mais Soyle n’en perdait pas de vue leur valeur. Et Marius avait encore fait une folie.

Les deux autres protagonistes avaient doucement et timidement fait connaissance. Soyle ne doutait pas une seconde qu’ils en soient capable sans elle. Elle espérait un peu de calme et de bonne humeur en cette soirée en douce compagnie.

-Etes-vous cuisinier professionnel ?

Techniquement pas vraiment. Mais un peu quand même. Marius possédait tellement de talents et d’activités qu’il devenait difficile de savoir comment le décrire. Et encore, Soyle était loin de tout savoir. Prenant une chaise autour de la table de la cuisine car elle savait que le vieil homme reprendrait les choses en main à partir de là, elle s’assit tranquillement.

-Tout dépend si on lui demande gentiment ou pas?

Taquine? Un brin oui. Comme souvent. Mais elle était bonne joueuse et laissait Marius donner sa version sans s’imposer plus pour le moment.

-Enfin n'y voyez pas offense, je suis juste curieuse.

Amelia semblait mal à l’aise, ne semblait d’ailleurs pas tellement savoir sur quel pied danser. Bon, il fallait peut-être l’aider un peu. Soyle s’était ainsi relevé pour venir derrière la jeune fille en la prenant doucement par les épaules.

-Détends-toi Amelia, je ne t’aurais pas imposé quelqu’un si je n’étais pas certaine que vous vous entendriez.

Elle s’était ensuite tourné vers Marius sans lâcher la jeune femme pour le moment, sans pour autant avoir sur elle une prise très ferme.

-Tu vois Marius, c’est la barbe ça, ça impressionne. Tu devrais essayer la moustache.

Un ton faussement sérieux et se retenant presque visiblement de sourire, elle rebondissait sur une nouvelle touche d’humour dans l’espoir que les deux autres sauraient s’en servir pour être à l’aise dans cet échange malgré le fait qu’ils ne se connaissent pas. Enfin, c’était surtout Amelia, mais c’était dans son caractère. Tout comme il était dans celui de Soyle de laisser une forme d’humour parfois douteux détendre les situations.
Revenir en haut Aller en bas
Marius Draven

Marius Draven


CRACMOL
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

CRACMOLCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 51
| AVATARS / CRÉDITS : Pierce Brosnan
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) Empty
MessageSujet: Re: [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) EmptyMar 20 Oct 2020 - 20:06

Papi, le mot restait dans sa tête à chaque fois que Soyle le prononçait, il avait encore du mal à se faire à cette idée. Elle lui plaisait sans l'ombre d'un doute mais il était resté un moment la sensation d'usurper une place qui n'était pas la sienne, la rousse lui aurait sûrement dit qu'il était ce qui s'en rapprochait le plus mais l'idée était persistante. Peut-être aussi tout simplement qu'il était moins à l'aise avec le temps qui passe que ce qu'il prétendait, même à lui-même. Son attention se porta sur la réaction de Soyle quand elle découvrit la cassette caché au fond du sac de courses, il afficha alors un grand amusé et acquiesça en gardant cet air d'un enfant fier d'avoir un tour. Inutile qu'elle insiste sur le prix, Marius ne dirait rien, pas plus qu'il ne dirait qu'il l'avait fait venir des Etats-Unis.
Amelia lui demanda s'il était un cuisinier professionnel. Il ne répondit pas tout de suite, l'ancienne professeur de Poudlard répondit plus vite que lui, et observa plus attentivement la jeune Bones. Pauvre gamine décidément, Marius ne pût s'empêcher de prendre en pitié Amelia. Son faible  sourire ne parvenait pas à cacher la détresse qui l'habitait. Il lui adressa un sourire rassurant et plus paternel que ce qu'il aurait voulu.  Au fond de lui, il savait que ce qui arrivait à Amelia pourrait très bien arriver à sa propre fille, c'est sans doute ça et son propre vécu qui l'amenait à, sans doute pas connaître, mais tout du moins comprendre la peine d'Amelia. Il répondit tranquillement à la question :

- Tout dépend de ce que tu entends, vous ne m'en voulez pas si je vous tutoie et vous appelle Amelia, Miss Bones ? Je ne suis pas un chef dans un restaurant mais je tiens les cuisines de mon pub, le Gentleman Assoiffé sur le Chemin de Traverse.

Marius avait appris les bases de la cuisine au Gentleman mais il avait ensuite appris à la Légion avant de faire ses classes entre la France et le Chemin de Traverse. Il ne s'était jamais vu chef d'un grand restaurant gastronomique ou d'un restaurant tout court d'ailleurs et avait préféré la simplicité de son pub. Il n'était plus autant derrière les fourneaux qu'avant, s'occupant de plus en plus de la gestion du pub, de sa société et du service au comptoir, mais sa passion restait là. Que ce soit pour concevoir et préparer les menus du pub ou pour préparer des repas français pour lui et ses amis. La remarque d'Amelia lui arracha un rire rassurant, il n'avait pas vu la queue d'une offense à poser une question logique. Au moins, elle tentait de s'intéresser aux autres malgré son chagrin, tout le monde dans sa position ne faisait pas ça.

- Il n'y a pas d'offense Amelia, dit-il simplement
- Détends-toi Amelia, je ne t’aurais pas imposé quelqu’un si je n’étais pas certaine que vous vous entendriez. Tu vois Marius, c’est la barbe ça, ça impressionne. Tu devrais essayer la moustache.

Fidèle à elle-même, Soyle était non seulement intervenu pour rassurer celle qui habitait chez elle mais s'assurait en plus de détendre une éventuelle gêne dans la soirée. Le vieux cracmol ria de bon cœur avant de répondre :

- Et perdre mon légendaire charisme qui me permet de passer une soirée en si agréable compagnie ? Non merci je laisse la moustache à Clark Gable.

Il leva soudain un doigt, se rappelant qu'il avait oublié de donner quelque chose. Il fouilla dans les poches de son manteau et en sortit un pachon de dragées de Bertie Crochu qu'il tendit à Amelia.

- Je te prie de m'excuser, j'avais oublié que je t'avais pris quelque chose. Ignorant tes goûts, je me suis dit que tout le monde aimait les dragées de Bertie Crochu.

Ca n'était pas grand-chose mais un cadeau aidait à tisser des liens avec des inconnus et parfois remontait un peu le moral. Sans connaître les goûts de la jeune femme la tâche se révélait ardu, d'où le classique petit pochon de bonbons. Les bonbons aussi remontait le moral, enfin plus d'après sa fille que d'après Marius qui avait « passé l'âge des sucreries » selon lui, plusieurs femmes très proches de lui objecterait, il ne doutait pas que Soyle, qui en faisait partie, s'en chargerait. Lui, préférait un verre d'alcool ou un cigare. Il darda ensuite un regard faussement énervé sur Soyle et dit en la pointant du doigt :

- Je suis fâché de voir que tu ne proposes même pas un apéritif à tes invités Soyle, tu as perdu tes manières ?, il se tourna ensuite vers Amelia, ça ne te dérange pas d'aider un vieil homme à cuisiner ? Mon aide habituelle est légèrement indisponible.

Il désigna alors Soyle du doigt d'un regard amusé de conspirateur et se dirigea vers la cuisine. Il enleva sa veste de costume, remonta ses manches pour révéler quelques tatouages, et sortit des oignons, des échalotes et une planche à découper. Il prit un couteau, grogna quand il testa la lame et la trouva mal aiguisé et entreprit de l'aiguiser au fusil du geste sûr et expérimenté. Sans arrêter son geste, il demanda à Amelia si elle savait cuisiner à la moldu.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 423
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /jenesaispas/ASTRA
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) Empty
MessageSujet: Re: [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) EmptyMer 21 Oct 2020 - 20:42

Avec un discret sourire, elle remercia Soyle pour le compliment. Evidemment, cette blouse lui allait bien. C'était sa mère qui l'avait créée, rien que pour elle. Pour son anniversaire. Des doigts de fée pareils, on en croisait pas souvent, pas même chez Gaichiffon. Puis des cadeaux comme celui-ci, elle n'en aurait plus jamais. Aussi, elle caressait doucement les poils de Dixie quand le dit Marius arriva. Et en l'espace de quelques secondes, elle nota trois choses positives à propos de cet homme - hormis le fait que Soyle semblait l'adorait - il s'appelait comme son neveu, il était poli et manifestement savait cuisiner. Ce constat ne la décrispait pas entièrement, car il lui était toujours difficile de rencontrer quelqu'un de nouveau ces derniers temps. En tout cas, la complicité qui existait entre Soyle et lui était indéniable.“ Mon neveu s'appelle Marius. ” Souffla-t-elle sans s'en rendre compte. Qui l'avait entendu de toute façon ? On l'appelait miss Bones ? Ou s'agissait-il d'une hallucination ? A Poudlard, on disait ça. Les professeurs appelaient toujours leurs élèves selon leurs noms "monsieur Trucmuche" ou "miss Bidulechouette". Dans son esprit, elle visualisait le pub. Le gentleman assoiffé. Elle ne s'y était jamais arrêtée, ni avec ses parents, ni avec des amis. De toute façon, l'université se trouvait à Exeter, elle avait donc peu de chance de trainer sur le chemin de traverse. “ Oui, Amelia, c'est très bien. J'aurais l'impression d'être à l'école si on m'appelait miss Bones. ” Elle n'avait pas tellement fait attention au fait qu'il lui avait également demandé à propos du tutoiement. C'était une chose qui ne la dérangeait plus vraiment à présent. Toutes ses bonnes manières ou presque avaient foutu le camp.

Elle ne savait pas tellement si elle devait rire de la blague de Soyle ou pas.. mais elle eut un sourire tout de même, un peu plus grand que celui poli qu'elle avait arboré au début. Elle déposa sa boule de poils roses sur son épaule, qui se dissimula derrière ses cheveux ou du moins essaya. Dixie était d'une humeur sombre, comme sa propriétaire, il fallait dire. Qui était Clark Gable ? Alors là mystère et boule de gomme. Mais Amelia choisit de ne surtout pas commenter. D'habitude, elle aurait posé la question pour se renseigner, améliorer ses connaissances et sa culture. Mais elle pariait qu'il ne s'agissait pas d'un sorcier sinon, il suffirait de puiser dans sa mémoire pour se représenter l'homme. Cependant, elle demeurait attentive - pour cette fois - et remarqua bel et bien que Marius s'adressait maintenant à elle. Il lui avait acheté un paquet de Berthe Crochue ? S'il ne parvenait pas à lire la surprise sur son visage, sans doute la phrase d'une grande éloquence qui passa la barrière de ses lèvres lui donnerait une idée :  “ Oh... euh.. merci ” Etonnée, mais contente, cela dit. Instantanément, elle prit la direction de la cuisine pour se laver les mains. L'hygiène n'avait cependant pas quitté sa vie - fort heureusement. Après avoir nettoyé ses doigts et ongles avec précaution, elle se donna le droit d'ouvrir le paquet. Statistiquement, elle avait plusieurs chances de tomber sur un gout qu'elle appréciait. M'enfin, elle était assez aventureuse pour tenter sachant que pratiquement tout ce qu'elle mangeait avait le gout de sable... Elle en prit une et au bout de quelques secondes, à l'astiquer, elle eut la réponse à sa question.  “ Banane... ça va. Vous n'étiez pas obligé cela dit. ” Sa manière à elle de dire "merci, c'est gentil". Elle demanda donc à Marius, puis à Soyle s'ils en voulaient. Sa mère serait fière d'elle... ou peut-être pas, c'était vraiment le minimum de la décence humaine.

Elle se trouvait à côté de sa logeuse quand Marius se tourna à nouveau vers elle pour lui proposer quelque chose auquel elle ne s'attendait pas non plus. Décidément, elle allait de surprise en surprise ce soir. Ses parents avaient tout deux été des cuisiniers tout à fait respectables, mais jamais au grand jamais, ils avaient bossé tous les deux en même temps en cuisine. Elle trouvait donc dans cette question un semblant de familiarité, mais aussi une certaine nouveauté. Elle déposa le paquet sur un meuble tout en refermant au mieux et hocha la tête avec conviction. Elle se lava à nouveau les mains... oui, c'était une marotte chez elle. Elle releva la tête à la question qui lui fut posée.  “ Un peu oui... ça dépend ce que vous me demandez de faire, j'imagine. Je sais tenir un couteau de cuisine et éplucher une bonne de terre. ” Elle avait dit la dernière phrase sur une pointe d'humour sans trop savoir ce qu'elle ferait. Elle ignorait totalement dans quoi elle se lançait. Ses parents lui avaient appris la manière sorcière et les bases de la base de la façon moldue. Freya avait pallié ce manque en lui montrant quelques trucs. M'enfin, Amelia c'était pas une artiste des fourneaux non plus. Elle n'allait pas soudainement préparer un repas de noël pour dix personnes toute seule sans entrainement. “ Mais si vous me montrez, je pourrais le refaire. J'apprends vite. ” Il ne s'agissait pas là d'une fierté mal placée, mais bien d'une réalité. On lui avait dit assez de fois pour qu'elle le retienne. Et au fil du temps, elle avait appris à reconnaître qu'elle possédait cette faculté à assimiler rapidement les choses.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




[Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) Empty
MessageSujet: Re: [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) [Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones) Empty

Revenir en haut Aller en bas

[Appt de Soyle Hoover]Smile what’s the use of crying,you’ll find that life is still worthwhile (Soyle Hoover & Amelia Bones)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre :: 
Les lieux d'habitations
-