GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

Derniers battements de coeur | POST UNIQUE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Basil Carrow

Basil Carrow


| HIBOUX POSTÉS : 42
| AVATARS / CRÉDITS : Colin Farrell - MORPHINE.
| SANG : Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : les morts-vivants
| PATRONUS : un flamant rose
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Derniers battements de coeur | POST UNIQUE. Empty
MessageSujet: Derniers battements de coeur | POST UNIQUE. Derniers battements de coeur | POST UNIQUE. EmptyDim 18 Oct - 14:16

Les battements de son coeur résonnaient dans sa tête, dans ses oreilles et pulsaient jusque dans ses doigts. Basilius n'avait jamais été un homme qui paniquait facilement. Son flegme n'avait d'égal que son mauvais tempérament, sa stature faisait de lui, en temps normal, un homme dont on affrontait pas le regard. Oui mais voilà. Le temps avait passé depuis cette fameuse nuit où il avait été enlevé à Pré-au-Lard. Est-ce qu'il s'en souvenait réellement ? Non, pas franchement. Est-ce qu'il savait seulement qui il était ? N'allons pas jusque-là. La torture psychologique et physique que lui avait infligé son frère, Morfin Carrow, avait laissé des marques dans l'esprit de Basil jusque dans son corps. Les joues creusées et mal-rasées avaient succédé à celles impeccables qu'il avait à l'époque où il était le Directeur de la section du commerce international magique. Cette époque où il enfilait des capes si chères, où il fréquentait les meilleurs milieux, où il voyageait, se roulait dans le lit d'à peu près toutes ses collaboratrices était bien loin. Bien trop loin. L'homme avait passé des années dans ce que son propre frère avait transformé en prison. Et malgré les souvenirs brouillés qu'il avait de ce qu'il était avant, quelque chose subsistait dans l'esprit de l'ancien Gryffondor, quelque chose qui le poursuivra jusqu'à la mort : la haine. Oh il le haïssait, plus qu'il ne pourrait l'imaginer, s'il pouvait même venir le hanter, Basil le ferait volontiers. Il ne se rendait pas compte réellement de ce qui s'était passé, tout n'étaient que flous souvenirs d'une vie qui n'était guère plus la sienne désormais. Il se rappelait cependant très bien de devoir répéter sans arrêt ce que Morfin lui assénait, il se souvenait tout aussi bien du sortilège de l'oubliette qu'il lui avait tant jeté. Basil avait finalement trouvé une solution pour s'enfuir, il avait profité d'une baisse de la garde de son frère. Retrouvé sa vieille baguette en bois d'aubépine. Et sans réfléchir, il avait transplané loin de cette cave, dans le dernier endroit où il avait été : Pré-au-Lard.
Le village sorcier était curieusement plus grand que dans ses souvenirs. Mal-avisé, il tomba à l’atterrissage, s'éleva un rideau de poussière autour de lui. Penaud, il se releva, regarda autour de lui comme s'il cherchait des réponses à ses questions, mais il n'en avait pas. Dans cette espèce de demi-conscience où il cherchait désespérément des souvenirs qui lui avaient été arrachés, un nom lui revînt en mémoire et c'est accroché à celui-ci qu'il commença à marcher.

Astora Astora Astora.

« Astora...? » - finalement sa pensée avait dépassé ce stade pour se matérialiser dans ses lèvres. Son regard sombre cherchait cette femme comme s'il avait réellement une chance de la trouver ici. Il rêvait. C'était le seul souvenir auquel Basil s'était accroché pour ne pas devenir complètement fou sous les assauts effrénés des tortures et des intrusions mentales de son monstre de frère. Ses pas titubants le menèrent dans la rue principale de Pré-Au-Lard et il vit le château. Un souvenir brouillé lui rappela qu'il avait regardé ce château il n'y avait pas si longtemps. Deux ans peut-être ? Ce presque quarantenaire avait perdu la notion du temps. Il en lâcha même sa baguette alors qu'il s'avançait vers la bâtisse comme s'il avait une chance de rattraper le temps. L'homme se rendit compte qu'il pleurait lorsque les larmes coulèrent dans son cou. Désarçonné de sa propre faiblesse, il essaya comme de s'en débarrasser. Mais il n'eut pas réellement le temps de faire quoique ce soit d'autre avant de tomber la tête la première par terre, le dos tristement lacéré de puissants diffindos.
Revenir en haut Aller en bas

Derniers battements de coeur | POST UNIQUE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Pré-au-Lard :: Le coeur du village-