GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
Le Deal du moment : -37%
Nike – Débardeur de running pour Femme ...
Voir le deal
25 €

Partagez

Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aurora Sinistra

Aurora Sinistra


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 163
| AVATARS / CRÉDITS : Zoe Kravitz ★ smmg ∴·.✧·✫✩·✭·✶·✰·✮·★.·∴
| SANG : ★ Mêlétoilé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pièce étroite, sans fenêtres (claustrophobie)
| PATRONUS : Un grand papillon de nuit, curieux spécimen entre ombre et lumière.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  Empty
MessageSujet: Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  EmptyLun 19 Oct 2020 - 16:30

Some questions the stars can't answer for you
Professeur Johansson & Aurora, ESM, 17/09/1978

New stars offer to the mind a phenomenon more surprising,
and less explicable, than almost any other in the science of astronomy.

Parmi tous les étudiants de l'école supérieure de magie, les érudits (ou cherchant à le devenir) apprentis astronomes étaient sûrement ceux qui avaient les horaires les plus étranges. Pour les cours de pratique, ils étaient complètement en décalé du reste de l'université, ce qui réduisait fortement leurs chances de socialiser... C'était ce dont se plaignait sa voisine avec une de ses copine pendant qu'elle rangeait ses affaires (ce qu'Aurora ne comprenait pas vraiment, ils étaient surtout là pour apprendre ce qu'ils aimaient, pas pour se faire des amis). Les deux sorcières étaient en forme, malgré l'heure très tardive, si elles n'avaient pas osées ouvrir la bouche pour autre chose que le travail pendant la durée de cours... Il n'y avait plus rien, ni personne, qui les retenait. Le personne n'étant autre que le professeur Johansson, qui était encore à son bureau, lui aussi se préparant à rentrer chez lui. Aurora prend son temps, pour s'occuper de ses affaires, jamais pressée même quand l'aube approche, même quand le ciel semble avoir cette bizarre teinte entre bleu et orangé. Oui, elle prend son temps, écoute distraitement ses voisines qui parlent maintenant dudit professeur en gloussant, elle se perd un peu dans son raisonnement, amusée que le sujet des garçons, enfin des hommes, reste indémodable. Les sujets de conversations avaient tendance à varier avec l'actualité, si bien que dernièrement, meurtres, couvre-feu et encore meurtres étaient sur toutes les lèvres... Mais les garçons aussi. C'était plutôt amusant, du point de vue d'Aurora, qui ne faisait en vérité pas très attention à ce qui se passait dans le monde sorcier en dehors de ce qui l'impactait directement. Elle a une petite pensée pour Amelia, son amie qui allait bien mal, depuis que ses parents avaient été tués...

Aurora aime tant et si bien prendre son temps et, surtout, se perd si profondément dans ses pensées que quand elle revient à elle, ses voisines et tous les retardataires ont déjà quittés l'observatoire. Et qu'il ne reste que le professeur, qui la fixe avec cet air impassible qui le caractérisait. Lui avait-il adressé la parole ? Elle ne saurait le dire. Comme il ne servait à rien de se triturer les méninges à essayer de savoir si elle avait manqué quelque chose, l'ancien aigle fait passer son sac sur son épaule et rejoint l'enseignant.

« Professeur, puis-je vous poser des questions ? » Des questions, pas une. Même si elle aurait pu facilement mentir en parlant d'une seule question, Aurora veut que cet homme la prenne au sérieux, et pas qu'il soit agacé parce qu'elle lui tenait la jambe trop longtemps sans l'avoir prévenu. Elle avait déjà prévu de passer lui parler depuis un long moment, trois jours, pour être exacte, mais Aurora perdait souvent courage lorsqu'arrivait la sonnerie. Poser des questions pendant les cours ne l'avait jamais intimidée, Aurora participait très souvent, jamais à cours de questions et de réponses... Mais il fallait dire qu'il avait quelque chose de très intimidant, un peu à la manière de son ancien professeur d'astronomie... Sauf que lui, elle ne le connaissait pas encore. Parfois elle se disait qu'il aurait été plus simple d'avoir sous la main le diadème de Serdaigle pour répondre à toutes ses innombrables questions.

Malgré toutes ses réflexions, Aurora n'a pas l'air plus agitée que d'habitude, la flegmatique étudiante le regarde et décide de préciser sa pensée : « C'est à propos du devoir libre que nous devons rendre dans quinze jours. J'aurais souhaité savoir le sujet que j'ai choisi n'est pas... hors sujet. Je voudrais faire un écrit comparé sur l'astronomie sorcière et moldue. » Elle n'avait pas toujours les idées les plus ordinaires, il paraissait, ce que Clio lui avait soufflé moqueusement lorsqu'elle l'avait vue étudiant des livres scientifiques moldus en plus de ceux sorciers. Pourtant Aurora trouvait qu'il y avait un grand intérêt, à comparer les deux, pour son intérêt personnel mais aussi pour les besoins de ses études. Et au moins elle était certaine que personne d'autre n'avait choisi le même sujet.
code by FRIMELDA


Dernière édition par Aurora Sinistra le Mer 24 Mar 2021 - 9:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 73
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, plus jeune
| PATRONUS : Une roussette (le requin)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  Empty
MessageSujet: Re: Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  EmptyLun 2 Nov 2020 - 18:33

ft. Aurora Sinistra - septembre 1978

Feet on the ground
Hearts in the skies

Il se faisait tard. Ou plutôt, il se faisait tôt. Le ciel commençait à s'éclaircir, les étoiles s'éteignaient les une après les autres. Silencieux comme à son habitude, Natanaël observait ses étudiants terminer de gribouiller leurs notes et calculs sur leurs parchemins depuis son bureau. Derrière les fenêtres de l'observatoire, une légère bruine commençait à tomber. Ses élèves pouvaient s'estimer heureux d'être protégés du mauvais temps par le plafond de leur lieu d'étude - plafond que Natanaël avait enchanté pour qu'il représente parfaitement le ciel en cette période de l'année. Toute observation plus précise nécessitait toutefois d'apprivoiser l'un des nombreux télescopes à disposition derrière chaque fenêtre - chacun ayant un objectif bien précis, naturellement. Mais l'heure n'était plus aux recherches de dernière minute. D'un coup de baguette, le professeur désactiva le plafond magique. Les constellations et autres nébuleuses disparurent, comme changés en une fine poussière d'étoile qui tourbillonna un instant, avant de se dissiper dans l'air. La majorité des étudiants fut prompte à comprendre que cela marquait la fin des travaux pratiques. Bientôt, l'observatoire fut empli du son des sacs que l'on rempli, des parchemins que l'on replie, des compas qui cliquètent dans les trousses.

Le brouhaha s'amplifia, nourri des chuchotements et gloussements que les étudiants s'étaient bien gardés d'échanger pendant le cours - Natanaël ne rigolait pas avec le silence qui était, selon lui, indispensable au travail. Le calme revint toutefois, aussi rapidement qu'il avait disparu, tandis que les étudiants s'attardant dans sa salle ne devenaient qu'une poignée, une paire ... une seule personne. Alors qu'il se levait pour vérifier que chaque télescope avait été laissé en bon état, Natanaël fut surpris de voir qu'une élève était encore présente. Cette dernière, qui avait - enfin - fini de ranger ses affaires, se dirigeait d'ailleurs vers lui. Sans interrompre ses vérifications, il acquiesça silencieusement à sa question. Il était rare que des étudiants se risquent à venir l'interroger après les cours. Sans doute craignaient-ils d'exposer ainsi leurs lacunes, chose que le professeur n'était pas exactement prompt à pardonner. Mais il s'agissait cette fois-ci de quelque chose de bien différent.
- En temps normal, je préfère que mes étudiants soient les juges de ce qui est hors-sujet ou non, déclara-t-il sans un regard, occupé qu'il était à régler un télescope qui avait été maltraité pendant la nuit. Quand il l'abandonna enfin, ce fut pour reporter son attention sur l'étudiante et son inhabituel sujet d'étude. Mais pas d'inquiétude. Vous ne sortirez pas des clous avec ce sujet-là.

Avec un petit soupir, il s'appuya contre une des tables d'étude, croisa les bras. Une part de lui était ravie qu'un étudiant se lance dans ce genre de recherche - qui le passionnait tant. Mais il était aussi habitué aux déconvenues. Il ne voulait pas voir ce sujet massacré dans un devoir bâclé.
- Je me dois de vous prévenir, vous risquez de ne pas trouver votre bonheur dans les manuels sorciers. Non que je souhaite vous décourager, ne vous méprenez pas, ajouta-t-il rapidement. Il ne souhaitait pas faire de favoritisme en délivrant le devoir tout cuit sur un plateau d'argent. Mais il s'était suffisamment cassé les dents dans ses propres recherches pour savoir que la jeune fille qui lui faisait face s'attaquait à un gros morceau. Un peu d'aide ne serait pas de trop. Restait à savoir la doser.
- Au demeurant, le sujet est vaste. De quel aspect de l'astronomie souhaitez-vous faire l'étude comparative ? Il vous faudra impérativement un angle d'approche, sinon vous y serez encore dans cinq ans.
Il savait exactement de quoi il parlait ... puisque c'était son cas. Et s'il avait déjà fait des découvertes intéressantes, il avait conscience de n'avoir qu'écorché la surface des possibles. Ce qui amenait d'ailleurs une autre question ...
- Au passage, qu'est-ce qui vous a amené à choisir ce sujet ? demanda-t-il en haussant un sourcil intrigué. Il n'était un secret pour personne qu'il s'intéressait beaucoup aux sciences moldues - ce qui lui valait des remarques déplacées de nombre de ses collègues, naturellement. Une part de lui craignait donc que choisir ce sujet ne soit qu'une voie détournée pour s'attirer ses bonnes grâces. Mais peut-être était-il simplement paranoïaque.



Spoiler:
 


Dernière édition par Natanaël A. Johansson le Sam 27 Mar 2021 - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aurora Sinistra

Aurora Sinistra


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 163
| AVATARS / CRÉDITS : Zoe Kravitz ★ smmg ∴·.✧·✫✩·✭·✶·✰·✮·★.·∴
| SANG : ★ Mêlétoilé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pièce étroite, sans fenêtres (claustrophobie)
| PATRONUS : Un grand papillon de nuit, curieux spécimen entre ombre et lumière.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  Empty
MessageSujet: Re: Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  EmptyMer 24 Mar 2021 - 10:51

Some questions the stars can't answer for you
Professeur Johansson & Aurora, ESM, 17/09/1978

New stars offer to the mind a phenomenon more surprising,
and less explicable, than almost any other in the science of astronomy.

Il lui avait fallu plus qu'une pincée de courage, pour approcher l'intimidant professeur à la fin du cours. Plutôt trois tasses de thé saupoudrées de sucre-courage. Ou peut-être six ? Elle n'était absolument pas de ces personnes qui connaissaient la nervosité, mais aller chercher l'attention ne lui venait pas naturellement. Mais afin de mener à bien son projet, elle devait obtenir des réponses, et rien n'était plus important que l'astronomie. Aurora était loin de se reposer sur ses acquis et savait que personne n'était au dessus de demander de l'aide...

Elle suit des yeux les gestes sûrs de l'homme lorsqu'il règle le sensible télescope, suite des yeux ses mains, même lorsqu'il lui répond. Une bonne nouvelle, son sujet était acceptable. Heureusement car elle n'avait pensé à rien d'autre, rien que cette vieille obsession qu'elle traînait, et qui aurait certainement du attendre d'être un peu plus avancée dans ses études supérieures pour s'y lancer mais... au mot "libre", elle n'avait pu penser à rien d'autre.

L'appel à la prudence de Johansson ne tombe pas dans l'oreille d'une sourde. Elle ne s'était même pas posé la question, déjà habituée aux livres moldus et à leur étrange jargon qui la forçait régulièrement à s'adresser à un dictionnaire. C'était passionnant, mais complexe. Sans l'appui de son ancien professeur d'étude des moldus, il fallait encore qu'elle trouve une librairie spécialisée pour se fournir plus richement, mais la sang-mêlé n'avait pas trouvé le temps d'approfondir ses recherches... Cette piqure de rappel la ferait réagir, si elle ne se laissait pas trop vite distraire. Il faudrait qu'elle demande à Briséis, sa libraire moldue, de l'assister.

Si elle n'a pas le temps de le rassurer à haute voix sur sa conscience de la difficulté du sujet et des sources, Aurora hoche légèrement la tête, et continue de l'écouter. Elle est soulagée qu'il la prenne autant au sérieux, qu'il ne tourne pas en dérision ce que beaucoup trouvaient ridicule ou inintéressant. Mais elle n'était pas surprise, elle avait dévoré l'entière bibliographie du sorcier et savait qu'il partageait son intérêt, aussi inhabituel soit-il. C'était une raison supplémentaire qui l'avait rendue si impatiente de continuer ses études, un esprit aussi brillant qui ne se limitait pas aux connaissances sorcières. Cela signifiait aussi qu'elle donnerait son travail à un juge exigent.

« Oui... J'ai quelques difficultés à réduire mon champ de recherches. » Un euphémisme... Ce n'était pas la ressource qui lui manquait, plutôt son surplus. Ce n'était pas le manque de profondeur, mais le contraire. Passion et indécision ne faisaient pas toujours bon ménage. « Je n'arrivais pas à choisir alors je ne l'ai pas encore fait. Il me semble nécessaire de tout aborder. » Même si elle en faisait son sujet de thèse d'étude, il faudrait bien qu'elle fasse des choix... Et Aurora les redoutaient plus encore que le jugement de son professeur. Pour le moment. En tout cas elle n'avait pas encore réalisé qu'elle ne serait jamais prête si elle continuait comme ça.

La jeune femme pose son sac sur une table et commence à fouiller. Elle n'arrivait pas toujours aisément à s'exprimer avec des mots, même s'il le fallait bien. Alors elle prenait son temps de les choisir, les peser, mais parfois la démonstration était ce qu'il y avait de plus parlant. « Pour répondre à votre autre question... » Question difficile. Personnelle. Comme souvent, elle est tentée de mentir, de broder une histoire, des raisons. Aurora n'aime pas s'étaler sur elle-même. D'ailleurs, elle sort de son sac des carnets customisés, des parchemins, des emballages vides de friandises, des manuels en vrac... Jusqu'à trouver le bon, plusieurs parchemins roulés ensembles. Elle les déroule, présente à son professeur des cartes du ciel comparatives moldues et sorcières, faites à la main à partir d'observations du ciel pour la sorcière, et de livres moldus pour l'autre. Les moldus avaient l'avantage de la tecnologie, les sorciers de la magie, il était difficile de savoir sui était le plus avancé sur ce sujet. Puis une autre feuille, une bibliographie des deux mondes, avec des annotations, ce qu'elle avait déjà lu, ce qu'elle devait relire... Celle moldue était nettement plus courte, mais une dizaine de livres sur divers sujets astronomiques, ou d'astronomie mécanique y étaient posés. Et bien sur, des tas de dessins gribouillés dans les coins.

« Neil Armstrong. » répond-t-elle enfin avec ton calme et un sourire rêveur. « Ma tante est astronome. J'étais enfant, lorsque les moldus sont allés sur la lune, et qu'elle me l'a appris. Les sorciers disent que les moldus sont en retard sur nous, mais ils ont réussis à quitter la terre, à passer de l'observation à la pratique, à l'exploration. C'est fabuleux. » Elle parle lentement, pense ses mots, cherche à faire comprendre le pourquoi de ce choix... même si c'était impossible à expliquer, vraiment. « Nous avons beaucoup à apprendre d'eux, et encore plus de l'étude de nos deux visions du monde... Du moins, je le pense. »

Voilà, c'est dit, c'est fait, Aurora à épuisé ses mots. Alors elle lève ses yeux vers le... plafond. C'est vrai, elle oubliait parfois que le ciel était bien trop souvent séparé d'eux par la pierre et les tuiles, par les constructions des sorciers, qui auraient pourtant du chercher à les rapprocher des cieux, pas à les en séparer... Il était parfois bien solitaire, de préférer la compagnie des astres à celle des hommes. Lorsque les cours se finissaient, le plafond magique, à la tristesse d'Aurora, disparaissait. Et avec lui, la magie s'amenuisait. Absente plus longtemps qu'elle ne l'avait prévu, la jeune femme reporte son regard sombre sur le professeur, songeant qu'elle devait absolument apprendre comment enchanter le plafond de sa future chambre.

code by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Natanaël A. Johansson

Natanaël A. Johansson


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 73
| AVATARS / CRÉDITS : Lee Pace
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, plus jeune
| PATRONUS : Une roussette (le requin)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  Empty
MessageSujet: Re: Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  EmptySam 27 Mar 2021 - 23:40

ft. Aurora Sinistra - septembre 1978

Feet on the ground
Hearts in the skies

Comparer l'astronomie sorcière et moldue était un gros morceau. Si le sujet pouvait paraître pointu au regard du non initié, toute personne versée dans la science sorcière aurait saisi le problème. C'était comme vouloir résumer en une page les distinctions entre la politique sorcière et moldue. Ou vouloir lister une par une les différences entre un être humain et un ornithorynque. Ou pire, un crustacé. Si on ne s'intéressait pas à un domaine en particulier, on pouvait s'y perdre. En abordant le problème de l'angle d'approche, Natanaël semblait avoir mis le doigt sur le véritable souci de son étudiante. Qui avait l'air bien partie, pour, en effet, s'égarer dans les méandres de concepts qui la dépassaient encore.
- Il n'est pas nécessaire de tout aborder, la reprit-il donc, sans méchanceté, mais d'un ton ferme. C'est même une très mauvaise idée. Vous devriez faire votre choix avant de poursuivre. Le devoir est à rendre dans quinze jours, rappela-t-il. Un délai bien court, surtout quand quelques nuits, comme celles-ci, étaient occupées par des travaux pratiques. Le professeur lui-même devait s'astreindre à une organisation parfaite pour pouvoir associer recherche, enseignement et écriture. Et lui n'avait pas d'examen à la fin du semestre ...

A ce sujet, l'organisation ne semblait pas être le point fort de l'étudiante qui lui faisait face. Un rien perplexe, Natanaël l'observa déballer l'intégralité de son sac sur le bureau qui les séparait. Parchemins froissés et emballages vides s'y disputaient la place. Le professeur s'abstint de commentaire, mais il peinait à imaginer comment on pouvait travailler efficacement en étant aussi brouillon. Il commençait à craindre le pire pour le devoir à venir ... Jusqu'à ce que la jeune fille mette la main sur ce qu'elle recherchait avec autant d'énergie. Il se saisit du parchemin qu'elle lui tendait, pour y découvrir des cartographies célestes comparées d'un excellent niveau. Surtout sachant qu'il n'avait encore pas abordé les apports des sciences moldues dans ses cours. Tout provenait donc de recherches personnelles.
- C'est un très bon début, commenta-t-il, le nez dans les parchemins. Vous ferez attention à la ceinture d'Orion, elle est un rien décalée sur vos deux diagrammes. Un peu léger côté ouvrages moldus, ajouta-t-il après avoir jeté un œil à la bibliographie que la jeune femme lui présentait.
Il n'aurait pas dû faire autant de remarques alors que le devoir n'était même pas encore rendu. Il le savait. Mais c'était plus fort que lui. Surtout que la motivation de l'étudiante paraissait sincère - son histoire d'exploration spatiale était nettement plus jolie que ce qui avait amené Natanaël à s'intéresser à l'astronomie.

- Je partage votre opinion, mais elle n'est pas forcément majoritaire ces derniers temps, soupira-t-il en s'éloignant vers son propre bureau.
Une manière assez subtile de s'éloigner du bazar que la jeune femme avait semé sur son passage. Natanaël n'aimait pas le désordre. Pas plus que l'imprévu - et pourtant, il avait laissé entrer quelques gouttes d'imprévu dans sa vie bien réglée, ces derniers temps, en la personne de Neolina. Mais quelques échanges de lettres ne pouvaient faire de mal à personne, n'est-ce pas ? Il se pencha sur un de ses tiroirs, en tira un parchemin et griffonna le nom, ainsi que l'adresse, de deux librairies moldues qu'il avait côtoyé lors de ses années à Londres. Ce n'était pas vraiment du favoritisme. Il ne lui avait pas même indiqué de nom de livres, n'est-ce pas ? Du moins se rassura-t-il ainsi, quand il tendit le papier à la jeune femme.
- J'espère que votre tante vous a aussi enseigné les arcanes du métro londonien, sinon vous êtes parties pour beaucoup marcher. Les lieux sont trop fréquentés pour y envisager un transplanage.
Si d'apparence, le professeur était toujours aussi froid et formel, ce genre de remarque dénotait pour lui une familiarité qu'il ne s'était, jusque là, jamais permise avec un élève de sa classe. Mais évoquer les sciences moldues, c'était taper dans son point faible, dans ce qui le passionnait réellement. Qu'aurait-il fait, dans le monde sorcier, s'il n'avait eu ce point d'ancrage, ces similarités entre la science sorcière et celle du reste du monde ? Y serait-il seulement revenu ? Natanaël ne comptait cependant pas aller jusqu'à demander le nom de cette étudiante qui partageait ses intérêts. Il ne voulait pas être influencé, devait-il avoir deux devoirs assez similaires à corriger. Même si, soyons honnête, y avait-il la moindre chance pour qu'un autre étudiant se risque à choisir ce sujet ?

Revenir en haut Aller en bas
Aurora Sinistra

Aurora Sinistra


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 163
| AVATARS / CRÉDITS : Zoe Kravitz ★ smmg ∴·.✧·✫✩·✭·✶·✰·✮·★.·∴
| SANG : ★ Mêlétoilé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pièce étroite, sans fenêtres (claustrophobie)
| PATRONUS : Un grand papillon de nuit, curieux spécimen entre ombre et lumière.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  Empty
MessageSujet: Re: Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  EmptyMar 6 Avr 2021 - 10:12

Some questions the stars can't answer for you
Professeur Johansson & Aurora, ESM, 17/09/1978

New stars offer to the mind a phenomenon more surprising,
and less explicable, than almost any other in the science of astronomy.

La vérité était qu'Aurora considérait le sommeil comme un fardeau. Toutes les heures passées à dormir, c'était des heures de recherches, d'observation perdue. C'était un fardeau, que d'être une simple humaine avec des besoins et des devoirs, et les limitations d'un corps. Certaines potions aidaient à palier contre ce problème de biologie mais, pas sur le long terme. Vraiment, être humaine était parfois éreintant. Alors elle s'échappait comme elle pouvait, dans les cieux de son esprit, même s'ils restaient plus limités que ceux qu'elle désirait réellement explorer... L'autre vérité était qu'elle avait perdu toute notion du temps, alors elle cligne des yeux et soupire, dépitée. « Vous avez raison... » Le temps était si précieux et fuyant et... A force de vivre en décalé, la jeune sorcière se laissait parfois rattraper. Elle n'était pas du genre têtue alors elle n'avait aucune raison de s'opposer à ce que le professeur Johansson lui conseillait (quoique, ordonnait aurait été plus juste, même si elle l'avait souhaité il n'y avait pas de place à la discussion -c'était sûrement mieux avec une distraite comme Aurora). Mais néanmoins, cela lui brisait un peu le cœur de devoir se limiter.  

Après ce qui lui semble bien long, elle avait réussi à mettre la main sur une partie de qu'elle avait déjà fait pour ce fameux devoir. L'étudiante traînait cet étrange paradoxe, que toute sa minutie et rigueur se limite à l'astronomie et ses dérivés, mais n'arrive pas à s'étendre au reste de sa vie. Quelque peu mal à l'aise à l'idée de laisser entre les mains du professeur ce qui lui avait demandé tant de temps et de morceaux d'elle-même, elle détourne les yeux, craignant que ce qu'elle voit dans ceux du sorcier soient du mécontentement ou de la déception... Quoique, il ne connaissait pas encore ce dont Aurora se savait capable, donc il ne pouvait s'attendre à quoi que ce soit... Le sorcière fait tourner entre ses doigts une plume multicolore qui avait atterri sur le bureau avec le reste du contenu de son sac.

Mais ses ambitions ne sont pas écrasées dans l'œuf. Au contraire, elle oserait percevoir les mots du professeur -impossible à lire contrairement à ses cartes- comme un encouragement. Si Aurora est surprise qu'il l'aide en pointant une erreur, elle n'en montre rien. Toujours aussi détachée à l'extérieur, elle hoche la tête doucement :  « Je vais le rectifier, merci professeur. » Elle n'est pas spécialement en étalement de reconnaissance, mais elle était sincère. Cette piste serait inestimable pour perfectionner son devoir.

Regarder le plafond, les majestueuses pierres et imposantes arcades comme si elle y voyait toute autre chose à la place... Ca lui permet d'éviter, encore une fois, de trop regarder le professeur Johansson. Un léger sourire au bout des lèvres s'invite lorsqu'il dit être d'accord avec elle. C'était si rare. « Pourquoi est-ce que tant de sorciers pensent que les moldus nous sont inférieurs en tout point ? » demande-t-elle, sans détourner ses questions. Question rhétorique, qui aurait aussi bien pu s'adresser à Johansson, au plafond, à elle-même... Ou à quelque puissance supérieure qui gardait un œil neutre sur ce qui se passait sur terre. Pourtant Aurora venait d'une famille sorcière, d'un père quelque peu prétentieux qui pensait être mieux que ses voisins mais... les moldus avaient du génie et tant d'imagination ! Cela se voyait dans leur littérature, et leurs technologies... Aurora ne pensait pas s'éloigner du sujet du devoir, car le point de vue des moldus pour celui-ci était nécessaire... La politique échappait totalement à la sang-mêlé, la désintéressait absolument, alors toutes ces guéguerres qui obscurcissaient un peu leur monde... C'était à croire qu'elle ne vivait pas dans la même Angleterre que ses paires. Une constante impression de décalage, qui la laisse sur le bas-côté.

Elle revient un peu au temps présent en entendant le crissement d'une plume sur du papier. Un peu curieuse elle se rapproche tranquillement, et accepte la feuille avec ses deux mains. Des noms, des adresses... Il lui fait quelques instants et le commentaire du grand sorcier pour que ses méninges fassent le rapprochement.

« Oh ! C'est... Il ne fallait pas. Merci. » Décidément, il n'était pas aussi effrayant que ça... La réputation de dragon qui précédait le professeur d'astronomie de l'ESM était sûrement exagérée, rapportée par des élèves peu studieux. Aurora n'aimait ni les carcans, ni les jugements hâtifs. Aussi accepte-t-elle cette fragile feuille pour ce que c'est, à ses yeux, de l'aide apprécié et la preuve d'un excellent professeur ; et c'est avec sincérité qu'elle apprécie le geste. « Je ne mettrais les pieds dans ce tube de métal que si cela fait parie d'un rituel magique pour respirer dans l'espace.  » Aurora et les espaces sombres et réduits... Ne faisaient pas du tout bon ménage. Autant dire que la seule raison pour laquelle elle n'utilisait pas le terme "jamais" était que ce mot avait une connotation trop définitive, trop... négative. « Imani, non, mais une amie née-moldue à tenté de nous initier. » Autant dire que ça ne s'était pas très bien passé pour Aurora. Elle aimait l'étrange, et les découvertes... Mais c'était trop. « Marcher me convient. Ca laisse tout le temps de réfléchir et admirer les nuances du ciel. » C'était fou, le nombre de teintes de gris et de blanc qui se fondaient dans les nuages les jours pluvieux. C'était admirable, la sensation de pluie sur la peau, malgré la pollution. C'était une habitude, d'attraper des rhumes et d'aller se faire dorloter par une Imani excédée par l'imprudence de sa nièce tête en l'air. Tout cela, Natanaël ne pouvait pas le savoir, car ils n'étaient que deux étrangers, professeur et élève, modèle et disciple.

uc.
code by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  Empty
MessageSujet: Re: Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Some questions the stars can't answer for you ★ NATANAËL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: L'école supérieure de magie :: Les Départements :: 
Le département des Sciences Magiques
-