GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'octobre de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -30%
FAGOR – Appareil combiné 3 en 1 Raclette ...
Voir le deal
42.49 €

Partagez

Beasts of Burden | Lachlan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Isaac Wellington

Isaac Wellington


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Sharman
| SANG : Sang-Mêlé (mais souhaite le Sang-Pur)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi-même
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyMar 20 Oct 2020 - 16:31

Ce n’est pas mon meilleur « ami ».
Mais, je me plais à le considérer comme tel. Il fait partie de ce peu de personnes qui prétend graviter autour de moi, et je m’en accommode très bien. Lachlan McCulloch, est un Mangemort, tout comme moi. Habitué à être dévoré et immolé dans ses propres Enfers, que j’ai rejoints, il y a peu de temps. Je me plais dans mes propres Ténèbres, sentant que dans celles de mon acolyte, j’y ai une place. Or, je ne suis pas comme le restant de notre groupuscule avec lui, qui le pousse à bout pour qu’il entre dans une Ire sourde et dévastatrice. Je n’aime pas cet état de fait, et encore moins, lorsque celui-ci effleure celui que je considère comme l’un de mes plus proches collaborateurs. J’apprécie l’homme pour cette animosité qu’il dégage, n’hésitant pas à lui rendre visite sur son lieu de travail.

Je me suis permis d’ailleurs de lui commander une nouvelle batte, gravée de mes initiales, qui je l’espère va supporter les assauts conséquents que je lui administre. Je ne suis pas connu pour ménager mon matériel et encore moins celui des Faucons de Falmouth. Mon palmarès est tel que je compte quelques meurtres de battes à mon actif, soit tuées dans l’exercice de leurs fonctions, soit brisées sur les crânes de nos adversaires après les rencontres. Me reconnaissant un peu en Lachlan, pour son jeu offensif et violent mais pas encore pour sa chute. Bien que je me sois vu suspendu à Poudlard, je ne compte pas vivre cette aberration en tant que joueur professionnel.

Notre jeu s’en trouvant sensiblement modifié et ça nous a coûté quelques beaux points quand mon absence en tant que Batteur s’est ressentie avec Ares. L’un comme l’autre, avons joué différemment quand j’ai brillé par ma privation de matches. Mon meilleur ami me manque dans cette équipe professionnelle qui me voit évoluer chaque jour, n’ayant qu’avec lui cette alchimie presque tangible. Or, je dois me résoudre à ce que cela n’arrive jamais, à part peut-être de me voir jouer et de me supporter dans les gradins. Il faut vraiment que j’en vienne à lui parler pour l’occasion. Mais, ce n’est pas lui que j’attends aujourd’hui dans mon appartement, c’est Lachlan. Je l’ai « invité », afin de changer de nos habitudes quotidiennes, à se retrouver dans des bars.

Habitudes qui se terminent généralement en baston. Avec Lachlan et moi, gagnants. En plus d’être partenaires au sein des Mangemorts, on est de cruels associés quand il s’agit d’user de notre force brute. Je reste tout de même plus grand que lui, le dépassant d’une bonne vingtaine de centimètres mais qui n’empêche nullement de sa part une force démesurée et primale. Il ne m’a jamais touché, et j’estime qu’il lui serait idiot de le faire. Lachlan me prend un peu sous son aile, comme je me le permets avec Gauwain Robards. Néanmoins, les deux relations s’avèrent pour le moins différentes. Avec leurs avantages comme leurs inconvénients. Me laissant choir sur mon canapé, je bascule ma tête en arrière en soupirant, ayant dressé toute une pléthore des meilleurs alcools appréciables, sur ma table de salon. C’est mon appartement du quartier de Camden Town, qui va se transformer en bar, aujourd’hui.

Par hibou, je lui ai envoyé mon adresse, ayant choisi ce quartier pour son originalité et pour le fait que je passe totalement inaperçu parmi la populace moldue qui y réside. Aucun de mes voisins, ne sait que je suis un sorcier, m’habillant et me comportant comme eux. Posant négligemment mes pieds croisés sur la table en verre de mon salon, j’attends sa venue. Avec un petit sourire aux lèvres, car je m’imagine tout avec Lachlan McCulloch. Autant dans le bon, que dans le mauvais côté, s’entend.
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyMar 20 Oct 2020 - 20:33

La pluie ravageait tout sur son passage : les brushings des bourgeoises, les jardinières des balcons, la dignité de ceux qui n’avaient pas d’équilibre. Mais bon, on était à Londres, alors quoi ? Lachlan, lui, avançait de son pas décidé habituel, et il n'avait d'ailleurs même pas pris la peine de rabattre la capuche du sweat bordeaux sous sa veste en cuir marron usée par le temps. Quand on jouait au Quidditch, on se foutait bien de la pluie, la neige, le vent, la grêle, n’importe quoi. Tout ce qui comptait, c’était l’objectif, garder les yeux dessus, et s’y tenir. Et là, l’objectif, c’était la picole. Pas un vif d’or, certes, mais c’était suffisamment motivant pour ne pas se laisser impressionner par une bête pluie. Les gens autour se battaient avec leur parapluie de moldus qui ne supportaient pas le vent. Triste spectacle. Lachlan aurait rigolé s’il y avait prêté attention d’ailleurs, mais il s’en foutait. C’était justement parce qu’il se focalisait sur ses pieds, et pas sur ce que les gens pensaient de lui ou ce qu’ils faisaient, qu’il ne se vautrait pas.

Lachlan traînait rarement ses guêtres du côté des quartiers moldus. A vrai dire, à part le Chemin de Traverse, quelques bars sportifs et l’Allée des embrumes pour la cogne, il passait surtout son temps en pleine nature. La ville, ça n’était pas son truc. Tout juste d’ailleurs s’il avait pensé à troquer sa cape et à laisser son balai à la boutique pour éviter de passer pour un saugrenu chez les moldus. Ça ne le dérangeait pas vraiment, en fait. Lachlan faisait plein de trucs comme les moldus, comme tous les sorciers quand on y réfléchissait. Ils mangeaient comme eux, buvaient comme eux, avaient les mêmes pulsions, les mêmes travers de la connerie humaine, la même façon de rire, de se passionner, de pleurer. Alors quoi, la magie faisait toute la différence ? C’était une idée débile, qu’il se devait pourtant de soutenir parce que c’était ce qu’on lui demandait.

Arrivé devant l’adresse indiquée, Lachlan profita qu’un moldu peu prudent - s’il avait su, le pauvre, les fréquentations de son immeuble - laisse la porte ouverte pour s’y faufiler. Comme un animal, il secoua la tête pour se débarrasser du superflu d’eau, et passa sa main dans ses mèches trempées. Pas bien présentable mais bon, qui s’en foutait ? Il n’était pas venu au bal, juste passer un moment sympa avec un… ami ? Ca faisait longtemps que Lachlan n’avait pas qualifié quelqu’un de la sorte. On le voyait quand même souvent au mieux comme un type banal, au pire comme une bête de foire. Mais Isaac était plus sympa avec lui que la moyenne. Client régulier de la boutique, leur amour inconditionné du Quidditch les avait amené à nouer des liens autour d’une bière, puis deux, puis une bagarre en entraînant une autre… Lachlan s’était attaché au petit, sans doute parce qu’il lui rappelait étrangement quelqu’un. Lui hein, pour les trois ou quatre qui n’écoutaient pas au fond de la salle.

Ca lui avait fait de la peine, quand il avait rejoint la cause Mangemort. Lui, il n’avait pas été flingué, il n’avait aucune raison de se foutre dans la merde tout seul comme ça. Mais Isaac n’était pas comme lui, il l’avait compris, et Lachlan faisait juste de son mieux pour éviter que celui qu’il considérait comme un gosse alors qu’il avait à peine 10 ans de moins ne se retrouve dans des situations trop grosses à gérer pour lui. M’enfin, vu sa condition chez les tatoués, c’était quand même compliqué. Mais, chose honorable, le jeune batteur n’avait pas changé de comportements après avoir vu des comparses humilier à souhait son ainé et ça… Bien sûr, Lachlan ne l’admettrait jamais, mais c’était quand même touchant.

Toquant à la porte de sa main libre, Lachlan dégoulinait allègrement sur le paillasson en se faisant la réflexion que quand même, ils auraient pu aller dans un bar. C’était la première fois qu’Isaac l’invitait chez lui, et Lachlan non plus n’avait pas fait visiter son chalet au champion de Quidditch parce que bon, les limites, tout ça. Enfin, ils passeraient une soirée au calme, ça serait sans doute appréciable après les crises de rage que l’écossais avait traversées ces derniers temps. Les habitants du Londres sorcier en avait fait les frais. Finalement, la porte s’ouvrit et le visage avenant d’Isaac se montra. Il avait plus fière allure que lui, et Lachlan aurait pu se sécher d’un coup de baguette, qu’on se le dise, mais il n’y pensa même pas. « Salut mate» lâcha-t-il en levant haut ce qui occupait son autre main. « J’aurais pu ramener ta batte, mais j’me suis dit qu’la bière, c’était comme plus adapté au programme, tu vois. » Et puis jamais Lachlan n’aurait trimballé pareille merveille dans le monde moldu comme ça. C’était un coup à passer pour un psychopathe et, hé, c’était ce qu’il était mais bon, pas la peine de le montrer à tout le monde.

Après y avoir été invité, Lachlan entra dans l’appartement qui était, et bien… un appartement. Pas tellement son genre de faire une remarque sur la déco, à vrai dire. Tout pragmatique qu’il était, il se focalisa plutôt sur les gouttes d’eau qui tapaient le sol, et qu’il remarqua tout à coup. Refilant les canettes à son hôte, il sortit sa baguette et prononça un sort en gaélique pour sécher tout ça. Seules ses mèches étaient encore un peu humides, allez savoir pourquoi. « J’comprendrais jamais pourquoi tout Londres s’affole quand y’a 3 gouttes d’eau qui tombent. Ça nous a jamais empêché de voler, hein ? » Lui flanquant sa grosse patte sur l’épaule, qui était quand même bien haute que la sienne, il ôta son cuir désormais sec et fit une petite moue. « J’mets ça où ? »
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Wellington

Isaac Wellington


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Sharman
| SANG : Sang-Mêlé (mais souhaite le Sang-Pur)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi-même
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyMer 21 Oct 2020 - 13:09

Lachlan McCulloch.
Comment peux-je prétendre qualifier l’Ecossais que j’ai invité à me rejoindre dans mon appartement ? Comme je le pense, il n’est pas mon meilleur ami car la place est déjà prise mais il se rapproche le plus d’un grand frère. Qui a vu avec un désarroi intense, mon envie d’embrasser de mon plein gré, la cause des Mangemorts. J’ai trouvé en l’ancien joueur de Quidditch professionnel, un homologue et quelque chose qui semble se rapprocher du père de substitution. Avec mon invité, on partage la même relation face à cette violence qui nous consume tous les deux. Relation, qui s’en trouve être exacerbée quand on se retrouve ensemble. Tout comme Ares Zabini, je retrouve en Lachlan McCulloch, un partenaire que j’apprécie.

Je m’énerve toujours contre ceux qui font partie de notre clan, en le poussant à bout. Mais, il est souvent lâché en première ligne pour son agressivité dévastatrice. Il me fait penser alors à un Berserker, un guerrier nordique qui lors d’exactions sauvages rentre dans une fureur sacrée. Le rendant surpuissant et capable des exploits, les plus invraisemblables. Ne ressentant pas la douleur, il déferle sa fougue et sa force, sur ses adversaires. C’est comme cela, que je vois Lachlan, comme une Bête enragée. Or, cela ne me dérange nullement, au contraire. J’ai même un sourire machiavélique et mauvais quand je le vois agir de la sorte, n’hésitant pas à le rejoindre. Pour cela que les poings et le sang, ça rapproche. Et encore plus, la passion commune qui nous anime pour le Quidditch.

En parlant de Quidditch, j’espère silencieusement qu’il m’a ramené la batte que j’ai commandée. Mais, si cela ne s’avère pas être le cas, j’ai pour projet de passer à la boutique. J’y passe le plus clair de mon temps, à converser avec lui. Au départ, rebuté par sa rudesse et ses manières allant de pair, je me suis plu à valider le personnage au fur et à mesure de nos discussions enflammées sur mon équipe. Me surprenant même à écouter quelques-uns de ses conseils de professionnel, parce que j’ai un véritable respect pour l’ancien joueur à la carrière déchue. Mais, rien ne m’empêche de saisir à la volée, ses recommandations que je trouve toujours avisées. Je ne vais pas hésiter d’ailleurs à lui parler de la stratégie mise en place par notre entraîneur et voir ce qu’il en pense.

Ouvrant un œil parce que je me suis laissé gagner par une somnolence dû aux potions préventive contre les insomnies de Carina, je remarque avec un petit sourire, qu’il ne va plus tarder. Mon sixième sens, me confirme la chose lorsque je reconnais sa démarche bourrine jusqu’à ma porte d’entrée. Posant mes mains sur mes cuisses, je me lève alors et me dirige vers la porte d’entrée de mon appartement. Pour ce dernier, j’ai une décoration assez épurée, privilégiant le blanc virginal aux couleurs un peu trop criardes de notre époque. Un large sourire orne mon visage, lorsque je vois l’homme présent en face de moi. Trempé jusqu’aux os et assorti d’un petit présent qui me plait tout particulièrement. Bien qu’il n’y ait pas l’ombre d’une batte à l’horizon.

- Bonjour, rude ! M’exclame-je en riant étant déjà parti du principe que j’irais le saluer prochainement à sa boutique, vu l’oubli de ma batte. Je passerais te voir à la boutique, de toute façon. Et, tu sais me charmer avec ta bière là !

Je me décale sur le côté pour le laisser pénétrer dans mon appartement, et refermer la porte derrière moi. Et, je prends au passage ce qu’il tient dans sa main que je porte par la suite sous mon bras, l’observant se sécher d’un coup de baguette. Il est notable, que si sa baguette est sortie en plein territoire moldu, ça coince. Car, je me destine encore à être un peu couvert de ce côté-là. J’ai un petit sourire en coin, lorsqu’il se met à poser sa main sur mon épaule, lui qui est tout de même assez petit. De mon point de vue. Mais, la taille n’est rien à comparer de ce qu’il est.

- Jamais. Par le froid glacial, la neige, la tempête. On s’est toujours trouvé sur notre balai. Et, on a toujours adoré ça. Dis-je en souriant. Passe-moi ça. Termine-je en prenant le blouson de cuir, que j’accroche derrière-moi au porte-manteau.

D’un signe de tête, je l’invite à me suivre et à s’asseoir dans le fauteuil ou le canapé, qu’il choisisse. En ce qui me concerne, je dépose les bières sur la table de la cuisine et interpelle mon invité :

- On commence par ta bière ? Ou directement par les alcools que tu as devant toi ? Le questionne-je, prêt à ranger les bières au frais, s’il veut entamer par le whisky écossais.

Je suis prêt à me mettre une murge. Et, qui de mieux placé que Lachlan McCulloch, pour satisfaire cette envie ?
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyJeu 22 Oct 2020 - 4:37

Rude. Ca, c’était un surnom qui seyait bien à Lachlan. Oh, il aurait bien pu se vexer, évidemment, mais pour ça, il aurait fallu avoir un ego à blesser. Et puis de toute façon, ce n’était pas une insulte, tout juste une constatation. L’ancien attrapeur savait qu’il n’était pas finaud finaud, et de toute façon, le tact, ça n’avait jamais été son truc. Non, même pas avant qu’il n’ait le cerveau en vrac. Alors quand ce gosse auquel il s’était attaché malgré lui s’était mis à l’appeler comme ça, et bien, il se disait que ça faisait un nom sympa. C’était mieux que McCulottes, parce que c’était plus proche de la réalité des faits, voyez. Rude. En bouche, ça sonnait comme ce que ça voulait dire. Encore plus dans celle écossaise de Lachlan, qui roulait le R comme seuls les gens des Highlands savaient le faire. « Quand tu veux. J’te jure, une pure beauté. Je l’ai fait repartir 3 fois en menuiserie parce qu’elle était pas parfaite, tu vois l’genre. » Oh, ça n’était pas tant parce que c’était Isaac : Lachlan était un excellent vendeur, hyper consciencieux, et si une commande spéciale n’était pas honorée, et bien, ça ne lui allait pas. Le Quidditch, c’était sérieux, et on ne jouait pas avec un balai de travers, des gants abîmés ou une batte mal équilibrée. Celle d’Isaac était putain de superbe, elle ressemblait bien d’ailleurs à celle qu’il avait fait fabriquer quand il avait occupé le poste à son retour de convalescence. En plus longue, bien sûr : il fallait s’adapter au gabarit de l’immense là. « J’sais bien que tu vas l’éclater en moins de deux, mais elle devrait durer un peu. » Après tout, une batte qui restait toute neuve, c’était la batte d’un mauvais batteur. Point.

En tout cas, s’il y avait bien un type dans cette ville qui partageait son amour du sport, c’était Isaac. Oh, bien sûr, la moitié des sorciers vous diraient que oui, le Quidditch c’était leur passion, bla-bla. Dans les gradins, ouais ! Mais il y avait quand même peu de gens qui pouvaient se vanter d’en avoir fait un métier. Ca demandait de la persévérance. De l’entraînement. Et surtout, surtout du talent. Ce dont le gamin ne manquait résolument pas. « J’adorais quand y neigeait… » poursuivit Lachlan en tendant son cuir à Isaac d’un geste distrait. « Ça rend les mauvais batteurs paresseux, les gestes des poursuiveurs moins amples et le vif d’or… Ahlala, qu’est-ce qu’il ressort sur tout ce blanc ! » Le plus naturellement du monde, Lachlan suivit Isaac dans son salon tout blanc. C’était marrant quand on savait que cet homme était quand même loin d’être un enfant de choeur, un saint, un puritain quoi. Sans réfléchir, il se posa dans le fauteuil, qui était d’un moelleux tel qu’il se sentait presque comme dans le sien. Et pourtant, il l’adorait, le sien. « J’ai jamais perdu un match sous un flocon. » Il n’avait pas perdu beaucoup de matchs, en même temps. « Et toi non plus, pas d’puis que t’es chez les Faucons» Certes, la caboche de Lachlan était un peu fêlée en dedans, mais sa mémoire pour ce qui était du Quidditch était impressionnante. « Le dernier, t’avais pas salement fait manger la poudreuse à l’attrapeur adverse d’ailleurs ? » Question rhétorique : la réponse était oui. C’était marrant d’ailleurs de voir comme il parlait de ce sujet avec une facilité déconcertante, alors que pourtant, c’était un cognard qui l’avait mené là où il était. Mais bon, c’était pas tant la faute du cognard que du connard qui l’avait ensorcelé, en fait. Quand on tombait de Sombral après tout, il fallait remonter en selle, c’était pas ce qu’on disait ? Encore fallait les voir, les Sombrals. Ah Lachlan, lui, il pouvait, après avoir vu la lumière blanche et tout ça…

Ce ne fut que quand Isaac lui parla picole que Lachlan réalisa qu’il avait fait les choses bien, alignant les belles bouteilles comme si c’était des petits trésors liquoreux. « Wow mate, tu fais pas les choses à moitié quand t’invites à picoler ! » Il aurait pu se sentir bête à lui avoir ramener de la Pale Ale, mais bon, après tout, c’était plus Isaac qui roulait sur l’or que lui ces derniers temps, pas vrai ? Attrapant une petite merveille qui lui avait tapé dans l’oeil, Lachlan siffla d’admiration. Il fallait bien qu'il ait été absorbé par une discussion sur le Quidditch pour ne pas l’avoir remarqué tout de suite. « Un Balbair 15 ans d’âge ? Tu sais parler à un écossais. Remballe la bière, elle peut pas rivaliser. » Son oeil expert coula sur le liquide ambré qui laissait deviner tous les arômes qui s’y cachait rien qu’à la couleur. Déposant la bouteille avec une délicatesse qui lui ressemblait peu sur la table basse, il croisa les jambes de sorte à poser son pied gauche sur son genou ou presque, tout à fait à son aise. « J’te préviens par contre, si t’oses ne serait-ce que proposer un glaçon avec cette merveille, j’me casse. » Oui, il n’y avait pas que de le Quidditch qui était sérieux dans la vie. Il y avait aussi le whisky.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Wellington

Isaac Wellington


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Sharman
| SANG : Sang-Mêlé (mais souhaite le Sang-Pur)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi-même
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyJeu 22 Oct 2020 - 16:14

Rude.
Je suis réellement fier d’avoir trouvé ce surnom à mon homologue et qui lui colle parfaitement à la peau. Tout comme le mien, le Boucher Vert. Ce dernier m’a suivi durant tout Poudlard et me suit encore aujourd’hui, n’ayant pas à cœur de le modifier. Je le dois aussi à ma batte, l’artefact précieux dont je me sers pour coller une branlée monumentale à mes adversaires, pour les fracasser sur place afin qu’ils ne se relèvent plus. Grâce à mon outil de travail, les membres cassés, je ne les compte plus vraiment, m’étant habitué au bruit que peut faire le bois asséné somme toute avec virulence contre un maxillaire récalcitrant.

En souriant, je reconnais le professionnalisme de Lachlan à mon encontre, ce dernier ayant fait en sorte de renvoyer ma batte commandée, car n’étant pas à sa convenance. Je salue le geste, par une tape sur l’épaule et un grand sourire satisfait. Comment peux-je prétendre à évoluer de la sorte avec un tel objet, s’il n’est pas équilibré pour mon immense gabarit et ne fait par ce pour quoi, il doit être fait ?

- Parfait, Lachlan. Il ne peut en être autrement. Et, je repasserais sûrement très prochainement pour voir cette merveille.

Merveille, que je vais bien évidemment mettre à rude épreuve à peine sa première prise en main. Je ne vais pas la ménager, encore moins contre nos adversaires qui nous attendent prochainement. Mais, tout comme le dit si admirablement mon interlocuteur, je vais réellement l’éclater en moins deux mais tout en espérant, la conserver encore un peu en l’état. Depuis, mon emploi de Batteur référent et titulaire, j’ai un palmarès impressionnant de battes explosées et d’os qui le sont tout autant. Mon co-équipier est toujours un peu trop prude et est beaucoup moins porté sur la hargne que moi. Mais, on peut se permettre de faire la paire sur le terrain.

- Tu me connais tellement ! Mais, je souhaite quand même me faire plaisir un petit peu. Souris-je avec un petit air malsain dans mon regard bleu clair.

Dès que Lachlan McCulloch commence à me prendre par les sentiments avec son amour du Quidditch, je ne peux y répondre que par l’affirmative. On partage le même feu ardent concernant cet « art ». Car, je l’élève à ce rang et me considère comme un performer sur le terrain qui doit se faire plaisir et faire plaisir à son public venu en masse pour le voir jouer. Alors, quand celui que je considère comme un ami, avec ses gestes et sa mine patibulaires vient à me parler de ce sport où je m’illustre aujourd’hui et dont lui a connu un succès grandissant par le passé, je suis en joie. Littéralement.

- Tu es comme moi, t’as une petite affinité pour la neige. Et, c’est tellement jouissif de gagner avec ce temps, quand je massacre l’équipe adverse à coup de Cognards. Dis-je en riant avec acidité, tout en repensant aux nez brisés dans la neige, ce qui m’apporte un souvenir tellement satisfaisant.

Si j’ai déjà perdu un match chez les Faucons de Falmouth ? Au vu de l’air assuré de Lachlan McCulloch, c’est qu’il connait déjà la réponse. Mon petit sourire en témoignant, par ailleurs. L’homme rude présent dans mon appartement avec sa mémoire fractionnée et brisée, est une vraie encyclopédie du Quidditch. Je pense que si un jour, je viens à participer à un quiz portant sur le sujet, je prends Lachlan en renfort. Le rude est parfait dans son rôle. Subitement et subtilement, j’ai suscité l’intérêt de mon invité pour la boisson et tout cet étalage de bouteilles aux reflets ambrés présentes gracieusement sur la table de mon salon.

- En réponse à tes origines, McCulloch. Du whisky écossais. Enonce-je avant de partir dans un éclat de rire, suite aux propos de mon ami.

C’est donc tout naturellement que je place la bière au réfrigérateur et m’emploie à satisfaire l’envie première de mon invité : le whisky. Le plus pur de tout mon assortiment et sans glaçons, sinon j’en connais un qui va se casser, apparemment. Toujours en riant, je m’approche d’une armoire de la cuisine et en extraie deux verres old-fashioned. Que je place devant Lachlan. Avec un petit sourire mesquin, car je veux qu’il serve la dose. Je l’ai dit : je ne l’ai pas invité pour un échange de bons procédés.

- Sers. Ordonne-je en souriant, tout en me plaçant dans le fauteuil et en attendant mon verre. Sinon quoi de neuf, monsieur McCulloch ? Le questionne-je, tout en fixant le liquide ambré s’écouler dans le verre.

Cela me fait penser qu’avant d’être totalement bourré et de ne plus avoir de pensée cohérente, je dois lui parler de la stratégie de mon coach et de son second. Qui est à mon sens d’une totale aberration.
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyJeu 22 Oct 2020 - 21:23

Ah ça, il commençait à le connaître, le gosse. Un véritable tueur sur un balai, un dégommeur de mâchoires qui faisait trembler les gens d’en face. Il avait connu ça, quand il était passé batteur, voir la peur dans les pupilles de l’équipe adverse, c’était… un régal. Oh, il n’avait toujours été comme ça, mais avec la violence qui s’était invitée sans se faire prier, il s'était soudainement mis à aimer sentir la terreur en face. Moins ces derniers temps, parce que c’était de la violence gratuite, que ça le dégoutait de démolir des gens qui n’avaient rien fait. Mais sur un balai, quand c’était autorisé, ou quand il grimpait sur le ring… Ça lui foutait les poils de sentir qu’on le craignait, du haut de son mètre soixante-dix. Il fallait bien admettre qu’il avait tout du roquet. Nervosité. Regard vif et muscles tendus. Ses adversaires n’avaient aucune chance, aucune. Mais en vrai, il aurait adoré jouer un match avec le champion qui était son hôte ce soir. L’attrapeur agile comme un fléreur vs le boucher impitoyable, ça aurait donné un sacré spectacle. À couper le souffle, mais peut-être pas le sien, quoi que… « J’doute pas que tu vas y prendre du plaisir va. » Il lui lâcha un sourire bien connivent, que seuls ceux qui flirtaient avec la violence pouvaient se permettre.

C’était un des autres points communs qu’il avait, au delà d’aimer le Quidditch comme des fous et d’apprécier la difficulté. Jouissif, c’était le mot qui allait bien. Les sensations là-haut étaient parfois comparables à d’autres qui se jouaient dans un lit, même si c’était compliqué à expliquer à des non-initiés. Le frisson dans l’échine. Le coeur qui s’accélérait une seconde avant de chopper l’insaisissable. La décharge d’adrénaline quand on évitait un cognard. Oui, oui, Lachlan en avait esquivé des centaines avant de se faire faucher par l’ensorcelé, qu’est-ce que vous croyez ? Mais il ne trouva pas grand chose à répondre à ça, aussi fit-il juste un p'tit bruit en tordant sa bouche, tout en se vautrant dans le fauteuil avec la grâce d’un éruptif fatigué.

Franchement, la seule chose qui le fit se redresser, c’était ce foutu bon whisky écossais. Il ne savait pas trop si Isaac avait de base bon goût, ou s’il avait fait l’effort pour flatter ses origines mais en tout cas, il venait de scorer. Pour un batteur, c’était notable ! « Hé, c’pas à moi que tu vas apprendre ça. En tout cas, tu marques des points là. J’vais sûrement pas r’partir de chez toi en marchant droit. » La bouteille était pleine, et même si ça se savourait au lieu de s’enquiller comme du Pur Feu frelaté, y’avait comme des chances que les deux hommes s’en enfilent quelques verres. Sans savoir pourquoi, Lachlan avait l’intuition que son cadet avait envie de s’en mettre plein le gosier, et ça n’était pas pour lui déplaire. Au pire, s’il fallait picoler pour picoler, il y avait la bière.

Isaac manqua un chouia de finesse en lui demandant de servir, mais Lachlan s’exécuta docilement. Déjà, parce qu’il avait franchement l’habitude qu’on ne prenne pas de gants pour lui causer - lui même étant le premier à ne pas s’encombrer de s’il vous plait inutiles. Ensuite, parce que c’était pour servir du whisky, et pour ça, il aurait même dévissé son fessier du confortable fauteuil. « Yup. » lâcha-t-il en débouchant la merveille. L’odeur lui tapa les narines tout de suite, et c’était à la hauteur des attentes. Avec une délicatesse inattendue, presque comme un sommelier, il versa le liquide ambré dans les deux verres sophistiqués, une bonne dose bien écossaise comme il fallait. De quoi tenir un bien long moment avant de se resservir, parce qu’encore une fois, faire un cul sec là-dessus, ça serait un outrage. Une fois la chose faite, il tendit un verre à Isaac, s’enfonça à nouveau contre le dossier et recala son pied sur son genou droit, totalement à son aise. Bah, il n’allait pas faire son précieux avec Isaac, quand même. L’odeur l’enivrait déjà de bonheur. Yeux clos. Inhaler, et apprécier, bordel. Il n'y avait pas de petits plaisirs. « Ça a l’odeur du pays, Godric merci… » Pas tellement son genre que d’avoir le mal du pays, mais quand même. Là, c’était un pur bonheur. « Sláinte ! » clama-t-il bien fort pour trinquer version gaélique une fois qu’il eut rouvert ses deux grandes billes bleues qu’il posa sur l’élégant batteur. Tandis qu’il trempait ses lèvres dans l’alcool délicieux, son palais fut assailli de plaisir. Merlin bénisse le whisky.

Quoi de neuf donc ? Pas ses bottes, se fit-il la remarque mentale en constatant qu’il y avait comme un trou près de la semelle. C’était donc ça, qu’il sentait sa chaussette trempée ? Bah, il en achèterait d’autres, pas grave. « Oh t’sais, rien d’nouveau sous la pluie. » Lachlan avait sa petite routine à lui, seulement troublée par ses accès de rage et les missions imposées. La dernière avait été dure. D’ailleurs… « Ah si tiens, y’a une merdeuse qui m’a cherchée dans un bar l’autre jour. Elle m’a imbibé la chemise de Guinness pour le plaisir, dis-toi. Merde, on gâche pas l’alcool comme ça ! » Franchement, là, il avait été vexé et pourtant, ça ne lui arrivait pas souvent. « Ca aurait été un mec, il aurait bouffé la table mais bon, j’allais pas cogner une fille, tu vois. » Ca n’était pas une aventure bien glorieuse, mais quoi d’autre sinon… Il n’allait pas lui raconter qu’il avait dormi avec une moldue en tout bien tout honneur, moldue qui l’avait laminé à un jeu à boire qui plus était. Ni qu’il avait eu son premier rencard en près de 15 ans. « Ah, et j’joue ce week-end en match amateur. Va encore falloir que je m’abstienne d’attraper trop vite, sinon les gens vont s’plaire d’avoir rien à r’garder. » Il ricana avec une pointe de vantardise, ce qui n’arrivait bien que quand il parlait Quidditch tiens. « Et toi alors ? Ta vie est plus passionnante qu’la mienne, raconte. » Comme sa vie à lui avait été plus passionnante quand il avait été au sommet, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Wellington

Isaac Wellington


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Sharman
| SANG : Sang-Mêlé (mais souhaite le Sang-Pur)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi-même
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptySam 24 Oct 2020 - 15:44

Le déferlement de violence.
Je le connais tellement, pour l’avoir pratiqué de nombreuses fois. Lorsque je suis en proie à la plus tempétueuse des colères, je ne me contrôle plus et laisse tout transparaître. Je suis connu pour ce jeu rempli d’agressivité et de fougue envers mes adversaires. Lachlan peut en témoigner farouchement car on est fait du même bois, de la même ascendance. Et que pour nous, l’animosité ressentie envers nos congénères, c’est tellement normal. C’est un de mes traits de personnalité intrinsèques, qui s’est d’ailleurs formé lors de mes années à Poudlard. Entre ses murs, j’ai été notamment connu et reconnu pour instaurer un climat de terreur. Tout ceci, aidé par Ares Zabini, mon buddy. Alors que Lachlan, lui, c’est mon rude.

- Je crois qu’on se comprend très bien là-dessus. Réponds-je avec un petit sourire entendu, comme toute réponse à celui teinté d’une certaine complicité de mon ami Mangemort.

Si je parle Quiditch avec mon interlocuteur, on va en avoir sûrement pour des heures. Et, c’est pour cela que j’ai préparé des munitions écossaises à la saveur tellement ambrée et boisée, que cela va plaire à mon invité. Si, ce dernier approuve mes choix, j’en ai encore plein dans mes réserves. Et, comme il l’a deviné aisément : il ne risque pas de partir le cœur vaillant et les jambes droites. Je l’ai convié dans mon appartement pour passer un agréable moment en sa compagnie et boire jusqu’à n’en plus finir. Lachlan, étant le candidat tout préposé pour le faire. Idéal, dans sa manière d’être et de se conduire au quotidien.

- Si tu ne tiens pas, tu peux dormir chez moi. Dis-je en riant, tout en lui désignant mon autre chambre présente dans l’appartement. Ne me fais pas cet affront, rude !  M’exclame-je en riant ouvertement, tout en le regardant choir dans l’un de mes fauteuils avec une grâce insoupçonnée.

J’ai été expéditif dans ma façon de faire, sans réellement m’en rendre compte. Mon ton s’étant formalisé en un ordre qui ne souffre d’aucune contestation. Avec les femmes que je fréquente, je suis comme ça. Mon ascendant sur elle est grandissant et j’aime ça. Ce jeu de pouvoir que m’offre la célébrité mais c’est avec un visage neutre que j’accueille la servitude de mon vis-à-vis. Ce dernier me tend l’un de mes verres, que je saisis à la volée, non sans lui adresser un sourire que je juge « amical ». Lachlan McCulloch, je l’aime parce qu’il est brisé. Qu’il est morcelé par sa vie et par ce que ce Cognard ensorcelé en a fait. Mais, c’est avec un sourire quelque peu mauvais, que j’accueille ses dires sur Godric, en ma demeure. Je suis plus pour Salazar, évidemment. N’ayant pas à cœur d’apprécier les autres maisons. Je crois que l’ex-Gryffondor est une exception notable.

- Merci. Enonce-je doucement tout en faisant tourner le liquide ambré dans le verre transparent et en en appréciant les nuances auburn.

Je ne le bois pas tout de suite, me concentrant sur mon acolyte et ses réponses à mes questionnements. Installé, dans le fauteuil face au sien, j’ai mon verre dans ma main gauche et ma jambe gauche qui repose nonchalamment sur mon genou droit. Je m’enfonce un peu plus dans le dossier, tout en écoutant les élucubrations de Lachlan qui me font largement sourire. Tout chez lui n’est que rudesse alors que chez mon meilleur ami Ares, c’est la préciosité qui prédomine. Comme quoi, je me surprends à « aimer » tout le monde. Tandis que je porte mon verre à mes lèvres, j’écoute sa narration avec un certain sourire en coin visualisant la scène facilement d’après les dires de Lachlan. Je le crois sur parole quand il me dit que si cela avait été un gars, il ne s’en serait pas remis. J’hoche la tête en signe d’assentiment tout en buvant une gorgée du breuvage alcoolisé. Et je me fais la réflexion, que ça me manque de cogner. Avec mes poings, pas avec ma batte.

Là, un feu ardent m’anime lorsqu’il en revient à parler du Quidditch et du simple fait qu’il va jouer en amateur. Je me redresse vivement, ayant à cœur de me faire inviter lors de ce match. Il connait mon jeu et je connais le sien, mais l’envie de le revoir même en tant que joueur amateur me satisfait amplement. Et comme cela me démange, de me confronter à lui. Si on se revoit prochainement, la proposition est toute trouvée : un match, rude et violent. Avec des règles, mais pas tant que ça.

- Je compte sur toi, pour être invité à ton match amateur ! M’exclame-je en souriant, tout en continuant plus sérieusement. T’es invité à aller voir mon match futur.

Ma vie, plus passionnante ? A part un match qui se profile dangereusement dans l’avenir et d’avoir revu Carina Hodgens. Je ne vois pas vraiment.

- Le match que je te propose d’aller voir, j’espère qu’il ne va pas être merdique. Je t’explique, commence-je en le pointant avec mon index. L’entraîneur et son second m’exhortent à utiliser un jeu plus défensif qu’offensif. Tu vois le genre ?

Je suis sûr et certain, qu’il va s’emballer. Et, je vais vraiment être satisfait.

- J’ai revu une amie de Poudlard, il n’y pas longtemps. Ça doit bien faire dix ans, que je ne l’ai pas vue. Dis-je en buvant une autre gorgée de ce délicieux whisky écossais.
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyDim 25 Oct 2020 - 20:09

Dormir chez lui ? La proposition était mignonne en vrai. Naïve. Mais Lachlan avait passé l’âge de dormir sur le canapé des copains parce qu’il avait pris une biture. Si vraiment ça tanguait, il se trainerait jusqu’au magasin de Quidditch ou peut-être même la Red House. D’abord, dormir, et puis après se réjouir, parfois il faisait dans ce sens là, ça arrivait. M’enfin, l’intention était bonne, et il n’allait pas froisser son hôte inutilement. Haussement d’épaules. Petit bruit de bouche. « On verra ça, va. J’suis pas encore mort. » Sachant qu’il fallait sacrément lui en mettre dans le cornet pour qu’il se résigne à dormir à domicile, domicile qui n’était pas le sien bien sûr. La dernière fois que c’était arrivé, il avait pieuté dans une tente format mini avec la gamine moldue et un peu pénible qu’il commençait à bien aimer. Mais on ne l’y reprendrait pas. Lachlan n’apprenait pas trop de ses erreurs, mais là quand même, il avait fait fort.

Ainsi donc, blablabla, il déballa un bout de sa vie fort peu trépidante. Quarante balais bientôt, plus le droit d’en chevaucher un officiellement, résolu à en vendre pour ne pas passer ses journées à déprimer. Marrant d’ailleurs, Isaac n’avait pas rebondi sur l’anecdote de la Katrine là, alors que quand même, il y avait matière à jaser. Et à moquer cette insupportable gosse qui était passée à deux doigts de la fracture de la mâchoire, qu’elle remercie son genre sur ce coup-là. Mais non, ces deux-là aimaient trop le Quidditch, alors ils parlaient de ça plus que d’autre chose. À la simple idée d’inviter Isaac à son match de bouseux, il éclata d’un rire franc et un peu rauque qui fendit le silence. « S’tu veux, mais c’est pas glorieux hein. C’est même pas un terrain, le machin. M’enfin, on rigole bien alors si tu veux passer, j’te hibouterai l’adresse. J’la connais même pas. » Ou alors on lui avait dit et il avait oublié. Il oubliait pas mal de trucs, Lachlan. Hé désolé, mais le cerveau était endommagé alors un peu de compréhension. « Et avec plaisir pour te voir jouer. Tu me fileras une bonne place, hein ? » Lachlan n’était pas trop du genre à rater les bons matchs, alors ceux des Faucons de Falmouth, c’était pas tellement loupable.

Même si Isaac ne lui vendait pas du rêve avec ce qu’il disait. Enfoncé dans son fauteuil comme un vieux sage, le whisky tournait dans son verre comme pour révéler ses arômes. Haussement de sourcil, le droit comme souvent. C’était quoi ces conneries là ? « Exhor-quoi ? » Ca, c’était un mot qu’il ne connaissait pas, mais dans le contexte il avait peur de comprendre. C’est qu’il parlait beau Isaac, plus beau que lui, pour sûr. « En tout cas, c’est une idée de con. D’mander à un batteur de jouer la défense, c’est comme d’mander à ton poursuiteur de tirer à côté : c’est débile. » Lachlan avala une rasade pour faire passer l’amertume de cette décision. Putain, mais quel dommage qu’il ne puisse plus rien faire pour une équipe officielle parce que même sur le banc d’entraîneur, il aurait fait des ravages. « Ecoute-les pas. Sérieux, si t’as l’occasion de péter une rotule, fais-le. Ca vous f’ra pas gagner de jouer les gentils. »

Après ça, il y eut un autre sujet, et franchement, Lachlan regretta le Quidditch parce que franchement, il ne savait pas trop quoi dire. Ça lui faisait une belle jambe mais bon, il n’allait pas dire ça parce que quand même, il avait beau être la rudesse incarnée, il n’avait pas été élevé chez les gorets. « Ah ? » lâcha-il, laconique, son pied dansant son genou comme quand il ne savait pas trop quoi dire. « Elle t’a pas causé que pour la gloire j’espère ? Pac’que les gens comme ça, ça court les gradins et franchement, ça me dégoute. » Oh, ça ne lui arrivait plus tant mais il avait connu, ça, des retours de vieux “copains“ qui venaient gratter des nouvelles parce qu’il était connu, et parce que l’argent, tout ça. Ça le répugnait. On pouvait dire ce qu’on voulait sur Lachlan McCulloch, mais il avait des principes, un peu floués par ses récents comportements, mais quand même. L’amitié, ça ne s’achetait pas. Ça se méritait.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Wellington

Isaac Wellington


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Sharman
| SANG : Sang-Mêlé (mais souhaite le Sang-Pur)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi-même
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyLun 26 Oct 2020 - 15:14

Je ne suis pas encore mort.
C’est un fait établi et ça me fait rire d’ailleurs. Lachlan, c’est Rude et il est robuste. Il est bourrin, sanguin et est une véritable bête quand il s’y met. Je sais que le provoquer, signe un arrêt de mort instantané. Ne l’ayant jamais fait et ne souhaitant pas le faire pour autant, car à mes yeux, il est un ami attachant, je le garde en mémoire. Me faire mettre une branlée par lui, ça doit être douloureux et ingérable. Et, plus il cogne et plus il aime ça. La violence, c’est un cercle vicieux. C’est l’Ouroboros, le serpent mythique qui se mord la queue. Mais, je reste comme lui. Sinon, on ne s’entendrait pas et je perdrais mon meilleur pote de baston.

Pour preuve, la petite merdeuse dans un bar qui lui a imbibé sa chemise de Guiness et dont le parjure qui en résulte est immense. Cette horrible demoiselle me revient subitement en mémoire, car j’aime bien ses anecdotes incluant des violentes rixes et par Merlin, je n’ai même pas poussé le vice pour en savoir plus. Je dois me reprendre à ce sujet, car c’est ça qui nous lie avec Lachlan : le Quidditch, la rossée et potentiellement les femmes ? En ce qui concerne les demoiselles, c’est similaire bien que cela soit différent. Je voue à certaines d’entre elles, dont Elise Lerouge, une envie violente de me satisfaire. La Mangemort, est une amante hors pair ainsi que Sinistra Lowe. Il n’y a qu’envers Carina Hodgens que je voue un « amour pur », sans n’y apporter aucune déviance.

- Ta fille, là. J’ai oublié de te demander, parce que ça m’intéresse.

Oui, ça m’intéresse de savoir ce qui a été fait ce jour-là. Et, encore plus d’aller le voir jouer. Même, si c’est un jeu amateur, il n’en reste pas moins un joueur de Quidditch encore excellent. Qu’un mauvais Cognard a brisé, mais pour moi, il est une sorte de guide. De mentor à suivre. Lachlan McCulloch, je l’apprécie pour ce qu’il est, et ce qu’il a été. Alors, je vais prendre un malin plaisir à l’encourager et ça fera encore plus de popularité à ce match joué en pur passionné.

- Bien sûr que je passerais ! J’attends ton hibou avec impatience ! Et, c’est putain de sincère.

Et, c’est tout naturellement que je lui ai proposé de venir me voir jouer. Un grand sourire se forme sur mes lèvres, lorsque je comprends qu’il accepte et qu’il viendra. Meilleure place, meilleure tribune pour me voir, c’est ce que je vais lui proposer lorsque je lui enverrais les billets.

- Pour sûr ! Et tu pourras venir accompagné, si tu veux.

Qui ? Je m’en fous. Tant qu’il vient, c’est le principal. Le reste, c’est bien accessoire. J’ai su, au moment où j’ai parlé de la connerie grandissante de mon entraîneur et de son second que Lachlan allait être de mon avis. Son sourcil droit qui se hausse et son air rugueux, me confirment les choses. Je ris à ses propos, car il a tellement raison que c’en est magnifique. Posant mon verre avec bruit sur son dessous-de-verre, je me penche en avant, énervé quand il s’agit de recourir à de telles méthodes de jeu. En temps normal, lorsque je m’agace, je parle avec des gestes. Enfin, mes poings plus précisément.

- Putain, quel con je t’assure ! Un peu moins mesuré et un peu plus grossier, du coup. Tu veux pas venir poser ton cul et dégager le second, au moins ?

C’est une supplique que je fais là. Lachlan pourrait être un entraîneur tellement parfait, comparé à cette idée qui a germé dans les cerveaux de mon coach et de son second. Je suis payé pour latter et briser des os, pas pour offrir un jeu qui n’a rien à voir avec ce que je peux faire d’habitude. Je suis le Boucher Vert, et je suis reconnu comme tel. Alors, me brider dans ma rage, ça n’a rien de bon. Du moins, pour les autres. Avec un rire réellement mauvais, je me dis que j’en ai bien pété des rotules dans ma vie, voire presque tous les os qu’un être humain peut avoir. Presque deux-cents os, c’est ça ?

- Je suis payé pour exploser des rotules, péter des crânes, exploser des côtes. Pas pour défendre, mais pour attaquer. Et, ça me va pas de jouer les gentils.

Mon regard bleu clair s’est assombri subitement car je ne suis pas connu pour être la gentillesse incarnée. A Poudlard, j’ai été une brute et une terreur autant en-dehors que sur le terrain. Celle, qu’il ne faut pas chercher parce qu’elle répond avec ses paroles et ses poings. Au vu de mon autre sujet abordé, je vois qu’il y a un léger malaise qui s’instaure entre nous deux. Un étrange silence pèse dans l’espace environnant et je me doute que parler de mes histoires, ne vont pas satisfaire Rude et encore moins son appétit envers le Quidditch. Après que je lui réponde, on va reparler Quidditch.

Plus safe.

- Non, non. Elle n’est pas comme ça. Elle n’a jamais été comme cela, de toute façon. Carina Hodgens n’est pas comme ça. Sûrement pas.

Et comme je le pense admirablement, on va glisser sur le terrain de Quidditch, parce que c’est mieux et que ça ne rentre pas vraiment dans la sphère privée. Parce qu’on a l’air de deux cons, handicapés des relations sociales.

- Je sais que tu n’as plus le droit de monter sur un balai, mais ça t’irait de t’entraîner avec moi ? J’ai toujours aimé ton jeu et voir l’Attrapeur contre le Batteur, ça m’intrigue. Je reprends déjà une rasade de mon verre à la liqueur ambrée, pensant que je serais en jouissance totale, si par bonheur, il pouvait accéder à ma requête.
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyLun 26 Oct 2020 - 17:04

Ah, bah quand même. Lachlan aurait été un peu déçu de balancer son histoire avec la gosse malpolie pour obtenir un silence en guise de réponse. Alors certes, on n’était peut-être pas sur l’anecdote de l’année, mais c’était peut-être bien là le truc le plus insolite qui lui soit arrivé ces derniers temps. Ca, et l’épisode avec Ana, et celui avec Carina aussi un peu mais bon. Lachlan n’aimait pas trop s’épancher sur sa vie privée, encore moins avec les femmes, et encore encore moins avec une moldue s’il vous plait. C’était un coup à se prendre un revers de médaille bien plus violent qu’un cognard ça. « Qu’est-ce tu veux savoir ? » l’interrogea-t-il, une flamme de malice dans le regard. S’il l’avait… non ? Si ? Non. Enfin, c’était une gamine, l’âge d’être sa fille comme il lui avait dit. Mais Isaac ne détenait pas cette information, du coup, il aurait pu y avoir doute. Mais même si, Lachlan n’aurait jamais, jamais, froissé les draps avec quelqu’un qui lui avait manqué de respect comme ça.

Bon bah visiblement, il aurait un illustre spectateur à son prochain match alors. Pas que ça lui mettait la pression, il lui en fallait plus. Mais bon, ça allait s’exciter dans les gradins parce que les gens le connaissaient, tout ça, ils allaient être pénibles à jouer les groupies. Sûr et certain. « Par contre, les gens, c’est pas des flèches. Ils vont sûrement te faire chier avec des dédicaces, tout ça. J’te préviens, parce que je les connais, les zig. Ils sont plus marrants bourrés cela dit. » Une invitation faisant place à une autre, Lachlan afficha un air perplexe lorsqu’Isaac lui proposa de venir avec un ou une +1. Super, merci pour la proposition, mais il voyait mal qui il pourrait amener. Mackenzie ? Le vieux ne pouvait plus voyager sans risquer de se casser le col du fémur. Carina ? Bah, ils n’en étaient pas là de leur relation, franchement. Il ne savait même pas si c’était une relation d’ailleurs. Ana ? Elle était bonne celle-là. « Moi et ma grande gueule, voilà qui je prends comme compagnon. » plaisanta-t-il. C’était vrai qu’il ne lésinait pas sur le volume sonore quand il était dans les gradins, le Lachlan.

En tout cas, Isaac comme lui se rejoignaient sur un fait : son entraîneur était une baltringue. Sérieux, proposer une stratégie aussi déplorable, c’était bon pour se faire rafler la coupe par les outsiders ça. De toute façon, Lachlan n’avait jamais trop écouté son entraîneur que quand ça l’arrangeait. Ça n’était pas lui qui était là-haut, à fendre l’air et à observer les cieux pour repérer le vif d’or, alors hein. L’écouter, à quoi bon ? Quand il était devenu capitaine d’ailleurs, il avait d’autant plus fait ce qu’il voulait, et toujours pour le bien de l’équipe. Bon, c’était sûr que ses méthodes brusques, et sa façon de parler ne plaisait pas à tout le monde, mais ça permettait de gagner, alors au lit les fragiles. « Ahah, ça serait pas de refus que de vous coacher, mais tu sais que j’peux pas. » Et l’admettre tout haut, ça faisait mal. Lachlan ne se vexa pas de la maladresse, c’était flatteur un peu. Mais douloureux, pour sûr. « Le mieux à faire, c’est d’laisser l’autre batteur obéir comme un brave. Et toi, tu t’freines quoi, dix minutes, et après passe en agressif. L’équipe d’en face verra pas le truc venir, et ton entraîneur pourra pas dire que tu l’as pas un peu écouté. Sors-lui que t’as vu une occaz’, une connerie. À ce que je sais, c’est pas un génie, ton vieux. » La tirade lui avait fait du bien. Qu’il aurait été bon à coacher une équipe, bon sang ! Foutu scandale, foutu cognard, foutue fédération qui n’acceptait aucune rédemption !

Passé le sujet sur son amie d’enfance retrouvée - non vraiment, il avait beau forcer, ça ne l’intéressait pas - ils reparlèrent Quidditch et Lachlan se montra bien, bien plus attentif. Diversifier ses sujets de conversation ? Pourquoi faire ? Après une nouvelle lampée du breuvage des dieux celtiques, il se pencha en avant, intrigué par la proposition du Boucher Vert. Alors ça, c’était intéressant. Malgré son âge qui commençait à devenir avancé pour un joueur, Lachlan voyait là une occasion de prouver qu’il était toujours un as de son sport. Ok, il gagnait des matchs amateurs mais sérieux, il n’y avait personne en face pour le faire trembler des genoux. Là, ça serait autre chose. Son sourire trahit sa réponse avant qu’il ne la prononce. « Manquerait plus qu’on m’interdise de voler tiens. J’accepte ton défi, mate. Mais c’est pas parce que j’ai dix ans de plus au compteur que je suis pas capable d’esquiver tes boulets de canon. Y’en a bien qu’un qui m’a mis à terre, et tout le monde sait qu’il était trafiqué. » Il y avait eu d’autres cognards, un peu. Mais quasi aucun ne l’avait empêché de remonter juste après sur son balai. Ca rendait Helena folle d’ailleurs. Son verre dans la main gauche, il lui tendit la droite, abîmée, rugueuse, histoire de sceller le deal. « Tu veux parier un truc ou c’est pour la beauté du sport, dis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Wellington

Isaac Wellington


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Sharman
| SANG : Sang-Mêlé (mais souhaite le Sang-Pur)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi-même
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyMer 28 Oct 2020 - 9:24

J’ai une furieuse envie de savoir.
Une envie malsaine et irrépressible de connaître le fin mot de l’histoire avec cette demoiselle, un petit peu trop téméraire pour l’homme patibulaire présent en face de moi. Un petit éclair de sadisme s’est accroché dans mes iris bleu clair pour ne plus repartir. De toute manière, je suis ainsi : bouffé par une noirceur extrême et un tempérament déviant. Alors, qu’il me conte son histoire passée avec une jeune femme qu’il a dû violenter pour faire asseoir sa domination, ça me plait. Peut-être, va-t-il me surprendre lors de son récit, mais j’en doute. Je me penche alors quelque peu, soustrayant mon corps aux confidences pour le moins intimes de Lachlan McCulloch. Homme qui aimait se repaître de la violence et du corps des femmes.

- Je veux que tu me racontes, comme si j’y étais, tu vois ? Sans n’omettre aucun détail. Les « détails », je suis sûr qu’il comprend desquels je peux parler.

Toujours en proie à cette connivence qui nous anime, celle dûe notamment au Quidditch, c’est tout naturellement que je me suis invité à son match amateur. Cela fait bien longtemps, que je n’ai pas vu un match de la sorte, où l’enjeu n’est pas la Coupe du Monde, mais seulement le jeu lui-même. Je ris ouvertement face à l’aveu de rude, qui me certifie que je risque d’être dérangé dans les gradins, vu que je suis un joueur connu. Haussant les épaules, je me dis que j’ai l’habitude et que je compte bien leur offrir mes sourires commerciaux. Ceux, qui mettent en confiance et qui rassurent. Puis, il est avéré que j’aime cette célébrité qui me voit évoluer chaque jour. Alors, je me plierais aux autographes, aux poignées de main et aux baisers sur la joue.

- J’ai l’habitude. Je n’ai pas dit cela par vantardise, mais vraiment par habitude. Si je comprends bien, ce sera encore une bonne occasion de nous mettre une murge ? Ce qui me plait, pour sûr.

Par « gentillesse », je l’ai expressément convié à venir à mon match avec quelqu’un ou quelqu’une. Cependant, sa réponse ne me surprend pas et j’en viens à rire. Encore. Je connais tellement rude pour sa grande gueule qu’une affirmation pareille, n’est pas étonnante. Ce serait plutôt même l’inverse, qui m’aurait abasourdi. Lui, venir sans sa grande gueule. Je me renfonce dans mon fauteuil, toujours en train de rire légèrement, ce dernier s’effaçant et faisant place à un large sourire sur mes lèvres. Je peux assurer, que je l’aime bien cet Écossais.

- Je crois que ta grande gueule, elle compte pour deux. Mon large sourire ne s’effaçant toujours pas, encore renforcé par le point de vue de Lachlan concernant mon connard d’entraîneur et son second.

Ces derniers veulent de moi, que je joue en défensif plutôt qu’en offensif. Que j’oublie mes réflexes conditionnés et ce pour quoi je suis fait, pour jouer un jeu qui ne me correspond nullement. Une aberration telle, que j’en reste toujours dégoûté. Cette stupide annonce a été faite à la toute fin d’un précédent match, voulant changer la donne et redistribuer les cartes, lors du prochain. Autant dire, que j’ai été à deux doigts de lui exploser la mâchoire et les côtes, à coups de poings mais surtout de batte. J’ai dû me retenir, face aux dix minutes de débriefing d’après-match, les plus longues de ma carrière. Lachlan, en remplacement d’entraîneur vaudrait tous les Gallions, du monde ! Mais, suite à son scandale, il ne pouvait plus et je me suis rendu compte trop tard de ma couillonnade. Que visiblement, il ne prit pas en compte.

- J’avais dans l’idée d’agir comme ça. Bien que me freiner dix minutes, va être horrible. Mais, comme tu dis, il n’ira pas se plaindre que je ne l’ai pas écouté, ce vieux connard. C’est un « surnom » affectueux. Du moins, en apparence.

J’ai titillé l’intérêt et le sang de l’ancien Gryffondor, en lui proposant mon petit marché, incluant un entraînement qui se terminera sûrement sur un match. Je le vois se tendre et se pencher en avant, m’assurant que malgré ses dix années de plus au compteur, il n’en restait pas moins efficace pour esquiver mes Cognards. Et ça, j’ai envie de le voir de mes propres yeux. J’ai besoin de ce challenge et de ce boost de violence et d’adrénaline, pour être au mieux de mon jeu. Avec un petit sourire mauvais, je vais lui exprimer ma façon de penser, car je ne compte nullement retenir mes coups.

- Connard de Cognard trafiqué ! M’exclame-je, vraiment sincère tant la ligue de Quidditch est intraitable. Je ne vais pas le trafiquer, mais sache que je ne retiendrais pas mes coups, rude. Termine-je avec un large sourire, carnassier.

Sa main est tendue et je l’enserre directement pour sceller ce deal. J’ai bien envie d’y inclure un enjeu ou un pari en plus. Mais, c’est plus pour la beauté du sport en elle-même que je veux me mesurer à lui. Rien d’autre.

- Pour la beauté pure et simple du sport en lui-même, que je te défie.

Par Merlin, que j’ai hâte.
Et si par le plus grand des hasards, notre match se déroule maintenant ?

D'un bond je me lève et me dirige vers ma chambre, afin de sortir tout mon attirail de parfait Batteur. Équipement, Cognards et balais. Ainsi qu'un Vif d'Or dédié à l'entraînement pur et simple. D'un pas vif, je réintègre mon salon et lance l'un de mes balais à Lachlan, qu'il comprenne mes intentions.

- Maintenant ?

Le whisky délicieux, n'est nullement comparable à ce sentiment de compétition qui est en train de m'habiter. Pas loin de chez moi, se trouve un terrain vague occulté au regard des Moldus grâce à un sortilège. J'ai ce sourire carnassier, qui ne me quitte plus car je suis prêt à en découdre. Et avec rude, qui plus est.
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan EmptyDim 22 Nov 2020 - 15:08

La façon qu’il avait de dire détails, ça prouvait bien qu’Isaac idolâtrait un peu trop Lachlan. Ca lui allait, en soit, m’enfin. Pas une raison pour lui raconter des conneries. D’ailleurs, si le gamin pensait à ce qu’il pensait, et qu’il voulait tout savoir, c’était un peu bizarre. Lachlan fit claquer sa langue contre son palais et se renfonça dans le fauteuil. « Tu risques d’être déçu, mate. Juste une gamine insupportable qu’a pas aimé qu’on la tripote, ou chais pas. Elle m’a balancé l’impoli sur le coin d’la gueule, j’l’ai viré et visiblement, c’est comme ça qu’on commence une conversation. Putain, c’était un enfer. Elle a agi bizarre, à me renverser de la Guinness comme je t’ai dit, et j’l’ai remise à sa place avant qu’elle pieute à demi sur le comptoir. J’te jure, y’a qu’à moi que ça arrive. » Il poussa un soupir las en prenant une nouvelle gorgée.

Ca faisait rire Isaac, l’idée d’être adulé. Lachlan se souvenait que lui aussi, à l’époque, ça le faisait marrer. Au début du moins. Après, il avait d’autant plus apprécié l’anonymat que lui conférait son chalet de la taille d’une petite villa, parce que les sollicitudes permanentes, merci. Surtout quand au passage, les groupies manquaient de respect à sa femme, ça le rendait fou. « T’sais, si on boit pas aux matchs amateurs, on boit jamais. » Ca lui rappelait sa dernière murge comme il disait, et sa nuit collée avec la moldue là. Information qu’il allait garder pour lui parce que… sans être gêné, ça ne les regardait qu’eux. Décidément, il ne lui arrivait que des trucs vraiment louches en ce moment, et pourtant, il avait quand même une vie mouvementée. C’était les femmes ça, en ce moment, elles lui compliquaient la vie et sérieux, est-ce qu’il avait besoin de ça ? Comme disait Isaac, sa grande gueule comptait large pour deux. Pas besoin de rajouter quelqu’une dans l’équation, et puis quoi encore ?

Parler de Quidditch, c’était bien mieux que du reste. Ça réveillait en lui une flamme qui ne s’était jamais éteinte, quelles que soient les épreuves que son sombre destin lui avait mis en travers du chemin en zigzag de la vie. Même à Azkaban, à Sainte-Mangouste, qu’importait. Qu’importait qu’on ait essayé de le mettre plus bas que terre, son amour pour les hauteurs l’avait toujours porté, et empêché de faire n’importe quoi. Enfin, pas tout le temps cela dit. Parfois, il se disait qu’il ferait tout aussi bien d’être mort que de traîner sa carcasse et sa colère sur cette maudite Terre. Ça éviterait à un bon paquet de gens de souffrir. Mais trois fois, on l’avait sauvé. Maintenant, il n’avait plus la force et le courage de réessayer. C’était sûrement qu’un truc estimait que sa vie en valait la peine. Quelle ironie… Preuve que la vie était une chienne, s’il en fallait une.

Après donc ses conseils, Lachlan était pris d’une furieuse envie d’enfourcher son balai contre un adversaire qui en valait la peine. Parce que, qu’on se le dise, ses petits matchs du dimanche, c’était tellement facile qu’il aurait pu voler les yeux fermés. Enfin, façon de parler, sinon, c’était quand même compliqué pour attraper le vif. « J’espère bien que tu t’retiendras pas. » Ça aurait été un affront à son talent. C’était bien le seul dont il pouvait encore se vanter, alors quand même. « Ca n’en rendra ma victoire que plus mémorable. » dit-il dans un sourire en coin alors qu’il lui tendait sa main, qu’Isaac serra d’une poigne de fer. « Va pour la beauté alors. » Lachlan n’avait pas besoin d’un autre enjeu que celui-là. « La tronche que tu tireras sera un paiement suffisant j’pense. » Il éclata d’un rire sonore avant de voir le gamin se lever. Intrigué, il le suivit de ses yeux bleus tout en sirotant son whisky, avant de le voir revenir les bras chargés.

D’un geste habile, il attrapa le balai de sa main libre. Ah, l’insouciance de la jeunesse. C’était beau au fond. D’un oeil expert, Lachlan observa la monture qu’Isaac lui proposait. Une sacrée bête de compet en soi. Mais ça ne suffirait pas. « Ahah, j’te reconnais bien là, mate. » Ca n’était pas la pluie le problème, ni sa flemme, ni rien de tout ça. En vérité, Lachlan était toujours, toujours partant pour un défi de la sorte. Mais à ses propres conditions quand même. Il n’en avait qu’une, et de taille. Amusé, il posa le balai avec soin sur la table. « Pas qu’j’apprécie pas ton enthousiasme. Mais si tu crois que j’vais t’affronter sur autre chose que mon balai, tu t’fourres le doigt dans l’oeil jusqu’aux coudières. » Il pouvait voler dans n’importe quelle tenue. Par n’importe quel temps. A n’importe quelle heure. Mais pas sur n’importe quel balai. C’était comme ça, point final. Il avait beau commencer à dater, Lachlan en prenait un si grand soin qu’il paraissait même plus neuf que n’importe lequel de sa boutique. C’était plus qu’un porte-bonheur. C’était sa moitié quand il volait, dans un match tout du moins. « J’suis presque déçu, mon pote… » dit-il d’une voix faussement affectée. Il s’en foutait, en vrai. Chacun ses fétiches, chacun sa façon de voler. « Désolé, mais tu vas d’voir te contenter d’ma conversation ce soir, rien de plus. » Pauvre Isaac, en soi. Ca n’était carrément pas là où il excellait, mais tant pis.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Beasts of Burden | Lachlan Empty
MessageSujet: Re: Beasts of Burden | Lachlan Beasts of Burden | Lachlan Empty

Revenir en haut Aller en bas

Beasts of Burden | Lachlan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres-