GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'octobre de la Gazette des sorciers !

Partagez

Autour d'un taco | ft. Neolina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 522
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina EmptyLun 26 Oct 2020 - 13:04

L’établissement House of Mexican Taste avait ouvert ses portes en 1958 dans un des quartiers de l’East End londonien. Comme son nom l’indiquait, ce commerce servait de la nourriture mexicaine. A son ouverture, le restaurait était tenu par un homme latino entre deux âges à l’air débonnaire, parlant avec un fort accent hispanique. Cet homme veillait de près à la bonne ambiance du lieu, ne tolérant aucun écart de comportement de la part des employés et des clients – qui aurait fait fuir la clientèle. Les prix s’adaptaient à des bourses d’ouvriers très modestes qui constituaient la majeure partie des consommateurs. Très vite, House of Mexican Taste était devenu un lieu de rencontre et de rassemblement pour mes jeunes alentours et même au-delà car il y faisait bon vivre.
Stubby, alors qu’il habitait encore chez ses parents, s’y rendait très régulièrement pour traîner avec ses amis et manger un bout. C’était l’un des seuls endroits dans lequel il se sentait serein grâce à la poigne de fer des gérants. Plus de dix ans plus tard, le lieu n’avait pratiquement pas changé. Le fils du gérant d’origine avait repris le contrôle de l’établissement. C’était un homme petit mais incroyablement baraqué qui avait le même âge environ que Stubby. Ce dernier aimait encore s’y rendre de temps à autre. Ce jour-là, il y avait invité Neolina. La roumaine était déjà venue plusieurs fois, toujours traînée par le chanteur alors qu’elle travaillait chez lui. Les deux amis s’étaient installés dans la salle au sous-sol. Comme c’était la fin de soirée, il n’y avait pas foule. Juste des groupes de jeunes venus manger quelque chose avant de partir en soirée.
On vint rapidement prendre leur commande et le serveur s’éclipsa rapidement.
« En ce moment, je mange n’importe comment. » se lamenta Stubby sans pour autant sembler éprouver de scrupule. « C’est le stress, ça. »
La sortie du nouvel album des Croques-Mitaines était imminente et il y avait pourtant encore tant de choses à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 228
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @Squirrel
| SANG : Mêlé


Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina EmptyLun 26 Oct 2020 - 13:53

Deux jours. Cela faisait deux jours que Neolina s’était pris de plein fouet les paroles de Razvan, et que son coeur déjà bien amoché peinait à s’en remettre. Sauf que voilà. Désormais, elle était en colère et rien ne valait cette émotion terrible, mais motrice, pour aller de l’avant. Aussi, l’invitation de Stubby était tombée à pic, et la roumaine s’était faite jolie pour ce rendez-vous dont elle se réjouissait. Toutefois, hors de question de mentionner son désastreux anniversaire à son ami chanteur. Nul doute qu’il n’aurait fait que juger Razvan plus sévèrement encore et à dire vrai, elle n’aurait cette fois pas eu envie de le contredire. Mais cela ne mènerait à rien. Il fallait avancer maintenant, avec ou sans Razvan à ses côtés.

Le petit restaurant mexicain était exactement comme dans ses souvenirs. Bien sûr, Neolina était arrivée en retard, comme à son habitude, la ponctualité ne faisant pas partie de ses plus grandes qualités. Il fallait dire que comme toujours, elle avait mis des plombes avant de se décider pour une tenue, et avait opté pour une robe en velours côtelé violine que ses soeurs lui avaient offerte il y avait de ça quelques années. Voir le visage de Stubby lui donna le sourire, et elle s’excusa de l’avoir fait attendre avant de commander, ce qui prit comme toujours avec elle une demie-éternité. L’ambiance ici était festive, un peu kitsch, mais c’était tout ce dont elle avait besoin en ce moment pour éviter de cogiter.

La remarque de Stubby l’amusa beaucoup. L’appétit de Neolina était lui même chaotique ces derniers temps, et elle se moquait bien de faire attention à ce qu’elle mangeait car manger était déjà en soi un exploit. Mais les petits tacos qu’ils avaient commandés lui avait ouvert l’appétit. « Tu as de la marge avant que cela ne se voit, tu sais. » s’amusa-t-elle en lui glissant un compliment au passage. Elle connaissait bien son ami et savait qu’il adorait ça, alors.à quoi bon se priver ? En même temps, c’était vrai. Stubby était d’une finesse telle, du moins physiquement. Pour le reste… Neo gardait toujours en tête son débordement sur le sujet Razvan, dont elle ne lui tenait toutefois pas rigueur. Stubby était comme ça, et elle le savait. Mais il y avait aussi eu un petit incident amusant qu’elle était bien prête à mettre sur le tapis rapidement pour tirer tout ça au clair.

« Qu’est-ce qui te stresse comme ça, dis-moi ? » Neolina était prête à écouter son ami, et à le rassurer si besoin était. Désormais, elle avait envie de prêter plus attention aux autres, après avoir passé l’été à se morfondre sur ses propres problèmes. « Si c’est parce que ce mystérieux Jacob ne t’a pas répondu, il va falloir m'en dire un peu plus… » ne put-elle s’empêcher de continuer avant de remercier le serveur qui leur avait apporté des cocktails drôlement colorés. Malicieuse, elle trinqua silencieusement avant de coincer la paille entre ses lèvres qui dessinaient un sourire amusé. Sa curiosité débordait, et elle entendait bien avoir quelques réponses à ses interrogations. Stubby avait été là quand elle avait abordé ses peines de coeur, elle avait envie de faire de même… bien qu’elle espérait très fort que son histoire à lui soit plus heureuse que la sienne !
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 522
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina EmptyLun 26 Oct 2020 - 19:30

Stubby ne s’était jamais réellement préoccupé de son poids. Il faisait parti de ces gens chanceux qui n’avaient pas tendance à prendre du poids facilement mais qui, en revanche, peinaient à gagner en masse musculaire. Quand il était enfant et au début de son adolescence, il était très maigre comme beaucoup de gens à cette époque à cause du rationnement du à la guerre et de la pauvreté. Il lui avait fallu plusieurs années pour atteindre son poids de forme après la fin du rationnement et le mariage salutaire de sa mère. Cela expliquait éventuellement son amour pour les plats forts en calorie.
Depuis qu’il avait passé la barrière des trente ans, on lui disait souvent de faire attention parce qu’il « n’avait plus vingt ans ». Comme si dès trente ans, on ne pouvait plus manger ce qu’on voulait sans risquer de prendre dix kilos à la moindre raclette et d’attraper du diabète ou du cholestérol. C’était des sottises !
« Oui, je sais. » répondit-il à la remarque flatteuse de Neolina.
Apparemment, selon des analyses médicomagiques très fiables, les chevilles et la tête de Stubby représentaient 46% de sa masse corporelle.

Le chanteur n’était pas un homme particulièrement stressé de nature. Ou, en tout cas, pas dans un sens négatif. Il était surtout soumis au « bon stress » qui était en fait de l’appréhension mêlée à de l’excitation. Typiquement lorsqu’il s’apprêtait à monter sur scène. Et c’était de ce stress là dont il s’agissait au moment présent. Neolina, en bonne amie, lui demanda quelle en était la source. Il n’eut pas le temps de répondre qu’elle fit référence au hibou qu’elle avait reçu par erreur quelques jours auparavant. Stubby la fusilla du regard alors qu’elle affichait une mine malicieuse. Elle se moquait de lui !
« Ca n’a complètement rien à voir. » soutint-il. « Non. Il se passe que le nouvel album est sensé sortir d’ici quelque chose comme trois mois et que j’ai l’impression qu’absolument rien n’est prêt ! L’équipe graphique a pris un retard considérable. On a enregistré la dernière chanson juste hier. On a rien commencé en ce qui concerne la présentation sur scène à part les tenues. Encore que, avant-hier le tailleur était complètement à l’Ouest sur les mesures de mon costume. Il va devoir tout refaire. »
Les Croque-Mitaines avaient toujours eu du mal à tenir les délais mais ils finissaient toujours par s’en sortir. Neolina n’avait pas à s’en faire pour eux.
« Jacob n’a absolument rien à voir dans tout ça. C’est le cadet de mes soucis. »
Il prit son cocktail pour en boire un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 228
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @Squirrel
| SANG : Mêlé


Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina EmptyMar 27 Oct 2020 - 11:31

La vanité de Stubby n’avait d’égal que sa gentillesse envers Neo. Et il l’aimait beaucoup Neo, alors c’était dire. Sa réaction fit sourire la jeune femme, qui grignota un chips triangle made in Mexico - ou du moins, c’était ainsi que c’était vendu - en le regardant se complaire. Stubby était un beau garçon, et il le savait. Il était talentueux, et il le savait. Surtout, il l’assumait. Pour certains, pareille attitude avait un peu de mal à passer, mais la roumaine avait toujours appris à prendre les gens comme ils venaient, et à les aimer comme ça, avec leurs défauts et leurs qualités. Elle même savait qu’elle n’était parfaite, alors à quoi bon fustiger qui que ce soit ?

Oula, visiblement, amener Jacob sur la table aussi tôt avait été une stratégie un peu trop brusque pour le chanteur. Stubby lui lança un regard noir qui la fit aussi se renfrogner, un peu déçue de n’avoir aucune information complémentaire alors qu’elle en mourrait d’envie. C’était que ce méli-mélo de hiboux l’avait beaucoup amusée, et attisé sa curiosité, évidemment. Stubby aurait-il donc un amant secret ? C’était terriblement excitant, et elle n’aurait su dire pourquoi. Peut-être parce qu’elle préférait entendre les histoires des autres plutôt que de se lamenter sur la sienne. D’ailleurs, quelle histoire ? Elle n’avait même pas eu le temps de commencer.

Aussi l’écouta-t-elle docilement fulminer sur un sujet qu’elle ne maitrisait absolument pas. Mais c’était qu’il se stressait pour pas grand chose, lui semblait-il. Bien sûr, Neo n’avait jamais été une femme du show-business, tout juste si elle avait des notions à travers ce que Stubby lui racontait. Mais rien de tout ça ne lui semblait dramatique, en réalité. Trois mois, cela lui semblait être une éternité ! La vie ne lui avait-elle pas appris qu'il pouvait s'en passer des choses, en trois mois. ? Alors de quoi se plaignait-il ? Mais elle sentait que son ami avait besoin d’une oreille attentive, aussi se prêta-t-elle au jeu, avec le calme et la douceur qui la caractérisait. Tout en sirotant ce délicieux cocktail sucré. Heureusement qu’elle avait choisi la version sans alcool, à la vitesse où elle le buvait !

« Trois mois Stubby, tu sais, c’est le temps d’une saison. » Il n’y avait bien qu’une fille qui avait vécu des années loin de la ville pour se permettre pareille métaphore. « Je suis sûre que tout ira bien. » Tout comme elle était sûre que cette râlerie n’était destinée qu’à le faire vider un peu son sac, et qu’il allait lui dire la même chose 2 secondes plus tard. Il allait falloir embrayer sur ce fameux cadet de ses soucis, car il était hors de question que Neo sorte de ce restaurant sans connaître le fin mot de l’histoire. Mais puisque la technique frontale ne fonctionnait pas, elle allait le laisser venir à lui. Pipelette comme il était, il mettrait forcément ça sur le tapis.

De justesse, Neolina se retint d’évoquer son anniversaire. Non, non, non, 8000 fois non ! Que Razvan sorte une bonne fois pour toute de sa tête bon sang ! « Je suis contente qu’on se voit, et ici en plus ! » Ambiance mariachi ringarde, idéal pour oublier ses soucis quotidiens à coup de musique kitsch. « Ça me change un peu les idées, parce que vraiment, mon patron est ho-rrible ! » Il fallait vraiment une personne odieuse pour que Neolina se permette de le juger ainsi aussi ouvertement. Mais Morfin Carrow était odieux. Elle s’arrangeait toujours pour ne pas le croiser dans les couloirs, mais le hasard semblait souvent en décider autrement. Neolina et le karma, une grande histoire d’amour…
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 522
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina EmptyMer 28 Oct 2020 - 21:09

Stubby faisait toujours passer sa carrière avant ses histoires de cœur. Savoir si le garçon dont il était épris l’aimait en retour lui semblait être un enjeu dérisoire à côté de celui du succès d’un album. D’autant plus qu’il ne croyait plus au Prince Charmant ni au grand amour. Au vu de comment s’étaient terminées ses deux seules relations amoureuses, il était très réticent à s’engager. Il aimait bien dire qu’il n’était marié et fidèle qu’à la scène. Il se contentait alors de simples « amitiés améliorées » - et assez peu de coup d’un soir finalement. Pas d’engagement, moins de prise de tête, moins chronophage. Certes moins romantique mais pas nécessairement moins de complicité avec la personne.
« Mais c’est rien, une saison ! »
Le stress rendait Stubby encore plus irritable et moins patient qu’à l’accoutumée. La veille, il avait failli renvoyer son tailleur, qu’il engageait depuis huit ans, pour une veste mal taillée. C’était un détail qu’il s’était bien gardé de dévoiler qui aurait été tout à fait outrée d’une réaction aussi excessive. Celle-ci tenta de la rassurer comme elle pouvait.
« Bah ouais, on sera bien obligés. C’est pas comme si l’échec était une option. »
C’était la perfection ou rien du tout. Il fallait l’un ou l’autre.

Cela lui faisait du bien de voir Neolina. Il voulait bien prendre du temps pour elle. Il ne la percevait pas comme chronophage. Et elle était patiente avec lui. C’était ce dont il avait besoin. Il était content de l’avoir invitée ici – bien sûr l’addition allait être pour lui. Elle aussi, elle l’était. Stubby prit une bouchée de tortilla au guacamole.
« Si je le pouvais, je ferais ramener de la nourriture d’ici directement chez moi. »
Il devait admettre qu’à la longue, la musique d’ambiance du restaurant devenait entêtante. La bande-son, d’une durée de quinze minutes, n’avait jamais changé et c’était la seule et unique que passait l’établissement. Elle jouait sans cesse en boucle. Même la RITM ne passait pas aussi souvent Papaya Split durant l’été 1965.
Neolina se plaignit de son patron de façon plutôt virulente pour elle. Ce n’était pas la première fois.
« Mais qu’est-ce qu’il a fait d’aussi horrible ce monsieur pour que tu t’en plaignes comme ça ? »
Cela lui faisait penser à ce que les gens qui travaillaient avec / pour lui disaient de lui dans son dos. C’était peut-être un truc de patron.
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 228
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @Squirrel
| SANG : Mêlé


Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina EmptyVen 30 Oct 2020 - 6:36

Entre Stubby et Neolina, il aurait été facile de jouer aux jeux de sept différences. Quoi que sept soit un nombre bien bas quand on voyait les caractères de chacun. Neolina se souvenait d’ailleurs de certaines réactions lorsque son ami était venu à son mariage : Sibiu était bien trop conservatrice pour accueillir en son sein un homme tel que lui. Aussi, les langues n’avaient pas traîné à cracher des critiques - en roumain, fort heureusement - et Neolina avait été bien amusée de voir à quel point les gens ne comprenaient pas cette amitié si particulière qu’ils partageaient. C’était vrai, Stubby était l’exubérance incarnée, et son costume ce jour-là avait fait bien jaser ! Tout comme son attitude, ses manières… Mais ça, c’était stupide. On ne jugeait pas un grimoire à sa couverture, et Neolina avait pu, pendant son année chez les Ghazi, découvrir à quel point ce garçon qui jouait les durs cachait en face une sensibilité désarmante dans son coeur.

Et si donc bien des choses les différenciaient, ils avaient en commun une chose essentielle : l’envie et le besoin d’avancer, toujours, sans se retourner. Comme disait Stubby, l’échec n’était pas une option. S’il se présentait, il fallait encaisser, et puis avancer, voilà. C’était grâce cette détermination sans faille que Neo était parvenue à être la jeune femme qu’elle était aujourd’hui, divorcée mais heureuse, loin de son pays, mais à sa place pourtant. Evidemment, la vie semblait prendre un malin plaisir à placer des épreuves sur sa route, comme pour éprouver cette philosophie qui était sienne, mais elle se relevait toujours. Et elle avançait. Aussi adressa-t-elle un sourire tendre à Stubby lorsqu’elle l’entendit dévoiler toute la force de sa témérité de sorte. « J’ai hâte d’entendre tout ça. Je suis sûre que ça sera parfait. » Et même si, aux yeux des critiques et du public, il y avait des défauts - et il y en aurait - Neolina s’en moquait. Cet album serait parfait, parce qu’il correspondrait à un instant T à ce que les Croque-Mitaines, et leur leader par ailleurs, avaient envie d’offrir à la scène musicale. À leur public. Au monde, en quelque sorte.

Alors que Neo et Stubby avançaient donc, le restaurant semblait s’être figé dans le temps. Tout ici était resté en tout point identique à ses souvenirs de l’époque, comme si une faille dans l’espace temps avait empêché les choses de changer. La musique, la couleur des murs et bien sûr, la délicieuse nourriture qu’ils servaient. Certes, aller de l’avant, c’était bien. Mais pouvoir capitaliser sur des valeurs sûres et immuables, de temps à autre, c’était tout de même appréciable. « Hum, une star comme toi doit bien avoir le droit à une petite faveur non ? Si c’est ça, glisse mon nom, j’aimerais bien en profiter ! » Car même si elle adorait cuisiner, une petite facilité culinaire de temps à autre, quand la flemme se présentait, elle n’était pas contre !

Ainsi donc, elle avait mis sur la table le sujet Morfin Carrow. Ah, mais qu’il était désagréable ! En général, Neolina prenait les gens comme ils étaient, sans forcément leur trouver des excuses, mais en assumant que chacun avait son parcours de vie et ses épreuves, qui l’avait forgé. Mais voilà, Morfin Carrow était juste un homme cruel et méprisant, qui ne faisait aucun effort pour essayer de comprendre ce qui ne correspondait pas à ses standards. « Oh, rien de pire que ce que j’ai connu en Russie, mais… » Elle poussa un petit soupir, faisant voler une mèche sur son front qui retomba à l’exact même endroit où elle était une seconde avant. « Je pensais trouver un petit peu plus de sympathie côté hiérarchie ici. Je me suis trompée… J’ai l’impression qu’il prend un malin plaisir à menacer tout le monde d’être viré, moi y compris. » Elle savait qu’il ne pouvait, n’avait aucune raison de le faire, mais quand même. Sans être particulièrement inquiète, Neo craignait tout de même qu’il ne trouve une faille dans le système pour parvenir à la court-circuiter. Si c’était le cas, elle serait bien embêtée… Avec une tâche pareille dans son dossier, il lui serait difficile de retrouver un travail, et surtout, il faudrait qu’elle quitte l’Angleterre. Et c’est qu’elle s’y sentait bien, même si la dernière conversation avec Razvan lui avait donné envie, sur un coup de tête, de plier bagage et rentrer au pays. Apparemment, où qu’elle aille, le gouvernement ne serait aucunement accueillant de toute manière. Pensive, mais aussi un peu agacée, elle s’accouda à la table et déposa son menton dans sa paume, croquant une tortilla de sa main libre. « Et puis, il aime bien appuyer où ça fait mal. L’autre jour, ma collègue a passé l’après-midi à pleurer. » Ca avait été là la bande-son la plus triste pour une journée de travail. Elle préférait, et de loin, la douce voix de Stubby.
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 522
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina EmptySam 31 Oct 2020 - 1:45

« Si je m’appelais John Lennon, peut-être que ça marcherait. »
Stubby avait beau avoir fréquenté beaucoup de moldus dans sa vie, il se sentait infiniment plus proche avec le monde des sorciers. Il aurait pu essayer de se faire connaître sur la scène musicale moldue.  Il aurait touché une encore plus large audience. Mais il avait préféré celle des sorciers par la liberté qu’elle pouvait lui offrir. L’absence de la télévision rendait son visage presque anonyme pour la plupart au profit de sa voix. Il pouvait entrer dans n’importe quel bar – gay – moldu et être un inconnu aux yeux de tous. Ce n’était pas rien. C’était énorme comme liberté. Une liberté que n’avait pas les plus grandes stars moldues.

Neolina se plaignit de son patron qui, selon ses dires, étaient un « horrible » personnage. Stubby se demandait bien pourquoi. Son expérience de « grand patron » lui avait appris que les employés en faisaient souvent tout un chaudron pour pas grand-chose. Mais peut-être était-il aussi un « horrible » patron. Dans une organisation, il fallait toujours qu’il en ait un pour passer le connard de service.
« Techniquement, il n’a pas le droit ni le pouvoir de vous virer. » dit Stubby avec détachement avant de manger une tortilla. Il reprit quand il n’eut plus la bouche pleine. « Vous êtes au service du Ministère. Pour être viré, faut avoir fait une faute grave. Par contre, vous pouvez faire remonter vos plaintes sur son comportement. »
Dans le privé, c’était une toute autre paire de manches. La menace du renvoi était réelle. Et Stubby en faisait abondamment usage dans ses excès de colère et d’irritation. Heureusement, il ne renvoyait que très rarement dans les faits.
Neolina que son patron avait réussi à faire pleurer une employée pendant une après-midi entière. Ca, c’était triste. Surtout si la dame en question n’avait rien à se reprocher sur le plan professionnel. Autrement, certes c’était dur, mais il avait bien fallu mettre les points sur les i. Cependant, vu comment Neolina en parlait, cette attaque devait être totalement gratuite ou disproportionnée par rapport à la faute commise. Ca ressemblait à de la méchanceté gratuite.
« Je vous dirais de déposer une plainte. Et, en attendant, laissez-le s’astiquer la baguette sur des pouvoirs qu’il n’a de toute façon pas. Si ça lui suffit à faire passer sa frustration. »
Stubby n’avait été employé qu’une seule fois dans sa vie. Et comme son patron était un connard, juste avant de poser sa démission, il avait versé une fiole entière de potion laxative dans son thé. Peut-être était-ce de ça que le patron de Neolina avait besoin.
Un serveur amena à leur table les tacos. Stubby le remercia avec un grand sourire. C’était un petit jeune, sûrement étudiant. Très mignon. Ou plus probablement lui souriait-il de la sorte parce qu’il avait faim et qu’il apportait de la nourriture. Indéterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 228
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @Squirrel
| SANG : Mêlé


Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina EmptyMar 3 Nov 2020 - 4:30

« John Le-quoi ? » Certes, pendant ses années passées à écouter de la musique avec Stubby, sa culture musicale moldue et sorcière s’était considérablement enrichie. En même temps, on partait de loin avec Neo, qui n’y connaissait… rien. Mais voilà, le temps avait fait son oeuvre, et la mémoire de la roumaine n’était pas très apte à retenir des informations comme ça. Elle supposa qu’il lui parlait là d’un chanteur probablement, mais se moquant de paraître inculte, elle posa la question pour éviter sans doute d’avoir l’air bête devant quelqu’un qui en aurait quelque chose à faire. En tout cas, peu importait l’aura de ce John truc, elle était persuadée que Stubby pourrait avoir ce qu’il voulait, non mais. C’était tout de même le chanteur des Croque-Mitaines, et ça ça n’était pas rien ! Non pas qu’elle s’en vantait à qui que ce soit, pas tellement le genre de la douce roumaine que d’étaler comme ça des connaissances. Et puis, elle voulait éviter de réveiller le côté groupie de certaines - certains ? - qui auraient pu chercher à s'attirer son amitié pour un autographe et ça, non merci !

C’était la première fois que Neolina parlait du cas Morfin Carrow à une tierce personne. Bien sûr, il y avait des bruits de couloir au Ministère, mais elle se gardait bien de les alimenter pour éviter que cela ne lui retombe sur le coin de son joli nez. Elle avait songé un temps l’évoquer à Razvan, mais les choses ayant été ce qu’elles avaient été, et puis la suite qu’on connaissait, le moment ne s’était jamais réellement présenté. Aussi, le soulagement fut quasi immédiat, bien qu’elle tut évidemment le nom de l’odieux car à Londres, les murs avaient des oreilles. Et Morfin était un nom bien connu du commun des sorciers, aussi, mieux valait éviter les bourdes. Surtout quand on les cumulait comme elle. « Je ne connais pas bien les lois d’ici, tu sais… » Mais la remarque de Stubby fit germer une idée dans son esprit. Il fallait qu’elle aille chercher de quoi se protéger parce que, eh bien, elle savait les entourloupes qui pouvaient se tramer dans un Ministère, surtout sur une nouvelle qui plus est étrangère. Il lui suffisait de trouver le département de la justice magique dans le dédale de ce bâtiment où elle se perdait tout le temps. Mais bon, avec de la détermination, on arrivait à tout. « Mais visiblement, pour ce monsieur, être gentil avec les gens, c’est une faute. Grave, je ne sais pas, mais c’est sanctionnable. » Elle n’en revenait pas de dire ça à voix haute. Le manque d’empathie de cet homme relevait presque de la pathologie.

Alors oui, il était bien mignon Stubby, avec ses propositions de plainte. En vérité, elle aurait pu, ça oui. Mais elle était une femme, étrangère, d’un pays communiste, dans les années 70. Déposer une plainte contre Morfin Carrow pour son comportement n’aurait aucune chance d’aboutir, car c’était sa parole, leurs paroles, contre la sienne. Il avait le bras long, cet homme. Et effectivement, la frustration semblait être son rayon. « Tu sais quoi ? Je n’ai pas envie de m’étendre sur la psychologie de ce type qui ne mérite pas que je gâche ma salive ! » Parlant de ça, les plats qui arrivaient la faisaient saliver rien qu’à l’odeur, et elle les dévora d’abord des yeux avant d’en attraper un et de se brûler les doigts. Autant dire qu’elle le reposa, et sa bouche pouvait lui dire merci ! Stubby lui, dévorait autre chose. Elle lâcha un rire amusé. « Bon, avant que je me brûle la langue, je te préviens tout de suite : je ne pars pas d’ici sans en savoir plus sur ton mic-mac de hibou. » Elle but une lampée de son cocktail à la paille, et le termina d’une traite - vive le sans alcool ! - avant de lui adresser un sourire malicieux dont elle avait le secret tandis qu’elle parlait à voix basse. « A moins que tu ne préfères qu’on parle du serveur ? » Elle avait l’impression d’avoir à nouveau 18 ans. C’était agréable. Ne pas s’appesantir sur ses histoires à elle, trop lourdes, et en aborder des plus légères dont elle ne serait que spectatrice. Enfin, à espérer que ce soit léger, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 522
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina EmptyJeu 5 Nov 2020 - 22:36

« John Lennon ! Le gars des Beatles. »
Stubby adorait les Beatles. Pendant quelques temps, il avait un petit faible pour Paul McCartney. Les amateurs de musique sorcière et moldue aimaient dire, dans les années 1960, que les Beatles étaient les Croque-Mitaines des moldus.

Stubby n’enviait en aucun cas la situation professionnelle de Neolina. Travailler au Ministère ? Quel ennui ! En plus, si elle se coltinait un patron cruel et sans scrupule… Comme si le statut d’employé n’était pas déjà assez contraignant en lui-même. Valait mieux être son propre patron.
« Tu devrais relire tes droits et tes devoirs. Puis tu les imprimes en milliers d’exemplaire et tu tapisses son bureau avec et tu lui fais bouffer ce qui reste de copies. »
Cela n’allait pas servir à grand-chose. Mais ça faisait du bien. Stubby n’avait pas été le plus docile, en effet. On n’en attendait pas moins de lui. Neolina devait se montrer plus féroce et jouer avec les limites de l’acceptable. Défier ce chef despotique sans jamais commettre de faute valant un renvoi pour autant. C’était tout un art. La jeune femme mit fin au sujet. Dans le même temps, le beau serveur revint pour ramener leur commande. Tandis que celui-ci repartait, Stubby le suivait du regard. Cela n’échappa pas à l’œil attentif de Neolina qui affichait une mine malicieuse d’adolescente. Il redirigea le regard vers elle et haussa les épaules.
« C’est vrai qu’il est joli garçon, ce serveur. »
Ce n’était pas ce que voulait savoir la roumaine. Elle était surtout curieuse quand à ce hibou reçu par erreur adressé à un certain Jacob. Il le savait. Il haussa les épaules.
« Ce n’est pas grand-chose. » commença-t-il avec autant de détachement que de réserve. « C’est juste un gars que j’ai rencontré cet été. Et puis voilà quoi, on a passé un peu de bon temps ensemble. C’est pas une grosse affaire, c’est courant lors d’un festival. Il n’était pas le seul. »
Stubby n’avait jamais fait de coming-out. Son homosexualité était mutuellement admise entre lui et Neolina. Il s’étendait rarement sur le sujet, en règle générale. C’était paradoxal. D’un côté, il assumait relativement bien son attirance pour les hommes. Mais de l’autre, il n’était pas très à l’aise d’en parler. Comme si c’était une chose que l’on devait passer sous silence. Oh, il parlait bien de certaines choses. Tout en restant à la surface. Neolina n’avait certainement pas idée d’à quel point sa première relation amoureuse avait été désastreuse. Il n’aimait pas montrer des signes de faiblesse même s’il savait qu’il était en confiance avec son amie.
« Il n’y aura jamais rien de plus entre nous. »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Autour d'un taco | ft. Neolina Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un taco | ft. Neolina Autour d'un taco | ft. Neolina Empty

Revenir en haut Aller en bas

Autour d'un taco | ft. Neolina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres-