GRYFFONDOR : 36 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC Ventilateur sur pied – Hauteur réglable – Oscillation ...
21.99 €
Voir le deal

Partagez

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 193
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (dea tacita/indi)
| SANG : Sang pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyMer 18 Nov 2020 - 19:36

Si au début de cette conversation Perseus n'avait pas une haute estime de son confrère, ceci se dégradait peu à peu jusqu'au point de non retour. La pauvre Vibeke avait attrapé le vivet avec ce crétin. Il enchainait  insultes, compliments indésirables et inconvenants. Ils en étaient au point où même Iris ne savait plus où se mettre. Qu'un homme qui dilapidait une part de sa fortune dans les jeux sous entende qu'il n'était pas quelqu'un d'occupé passait encore... mais que ce même homme ose faire les yeux doux à sa soeur commençait sérieusement à l'excéder. Finalement, après quelques instants à regarder chacun des protagonistes de cette conversation, Iris trouver quelques mots à dire  “Votre épouse est éblouissante ce soir.” qui passèrent malheureusement inaperçu à cause de l'arrivée inattendue de la jeune Alecto Carrow. Malgré elle, elle venait d'éviter à Darren Camran une humiliation et la peine capitale. Il trouvait que l'homme était manifestement assez facile à manipuler, mais également une véritable huitre accrochée à son rocher concernant les femmes. Il ne comprenait pas le désintérêt de sa sœur pour lui.

La très jeune femme salua d'abord les Camran, puis finalement les Flint. Celle-ci tendit sa main en sa direction entendant bien obtenir un baisemain digne de ce nom. Elle lui rappela Iris qui quelques instants plus tôt avait fait le même geste. Elle ne manquait pas d'aplomb pour son âge. Tant mieux pour elle. Et il accéda finalement à sa demande en lui faisant un baisemain délicat. Sa présence inopinée était certains la bienvenue, mais pourquoi s'invitait-elle de la sorte, seule et sans crier gare ? Il eut un début de réponse lorsque ce dernière adressa des paroles flatteuses à sa sœur. C'était probablement un bon moyen pour se frayer un chemin vers le cœur de Perseus Flint : montrer du respect à Iris... à condition de ne pas être tout juste sorti de Poudlard. Enfin l'auteur reconnaissait l'effort. La concernée sourit doucement à cela. “Ma douce Danae se porte bien. Elle s'est endormie juste avant que je parte. Mon défunt mari et moi avons pensé que c'était approprié. Les Flint et les Carrow sont liés depuis des générations.” Il était bien évidemment inutile de le rappeler. Flint et Carrow faisaient partie des 28 sacrées, pas la famille de Darren.

Elle parla ensuite de son dernier livre... Evidemment. Une stratégie qui avait au moins le mérite de le faire parler. Mais s'intéressait-elle seulement à ses livres ? Il savait qu'Iris les lisait. De même que Vibeke. Mais ce ne fut l'intervention d'aucune d'entre elles qui cause à Perseus de détourner les regard de la jeune fille. “Des drôles d'idées ?” Répéta-t-il essayant de savoir desquelles il parlait précisément. Car voyez-vous Perseus, on le qualifiait de bien des choses... Un regard à Vibeke lui permit très rapidement de se rappeler l'esprit étriqué de cet homme. N'avait-elle pas eu à épouser cet homme à 17 ans à peine ? Ne l'avait-il pas forcée à abandonner son accent ? “Qu'une femme puisse tenir une maison, faire des enfants et exercer du pouvoir et de l'influence ?” Demanda-t-il d'un ton calme, mais ferme. Même son père ne tiendrait pas ce genre de discours. N'avait-il pas élevé Iris pour cela après tout ? Non Darren était pire que son père et Perseus n'avait jamais cru cela possible. “C'est pourtant bien pour une telle femme que vous vous trouvez ici. ” Qu'on le veuille ou non, Lyra Yaxley, malgré sa langue de vipère, était encore capable, à l'âge très respectable de 90 ans, de réunir tout le gratin des sang purs.

Après avoir cloué le bec de Darren - du moins pour un temps, il l'espérait - il reporta son attention sur Alecto et fit mine de croire qu'elle avait vraiment lu plusieurs de ses ouvrages. Après tout, elle en avait peut-être bien lu un ou deux. “J'en ai deux en préparation à vrai dire. Le premier sortira en mars et le second au courant de l'été. ” Cette année, il avait dépoussiéré de vieilles nouvelles et réécrit certains passages pour se laisser le temps de faire les deux projets qui l'intéressaient bien davantage. Dans tous les cas, il avait dit cette information suffisamment forte pour que Vibeke l'entende. Il savait que cela l'intéresserait bien davantage. Se rendant compte qu'il n'y avait plus rien à obtenir de Darren - il semblait presque vexé comme un hyppogriffe - il trouva logique de se diriger vers les Carrow. “Et si vous nous conduisiez auprès de votre famille, Alecto ? Ce serait une joie que de les revoir.” Mensonge ou vérité ? Tout était relatif. Cela valait mieux que de rester planté devant Darren - même s'il aurait préféré discuter avec Vibeke à nouveau.  “J'aimerais beaucoup parler à votre mère.” Se réjouit Iris. Il regarda les deux époux, Vibeke avec une mine désolée, Darren.. ça l'était bien moins. “Je suis au regret de vous faire faux bon, mais il est de mon devoir de me présenter aux parents de cette chère Alecto, ce sont des amis de mon père. Bonne soirée.” Iris dit quelques mots à Vibeke, lui souhaitant de la revoir très prochainement et suivit le mouvement non sans soulagement.


Dernière édition par Perseus Flint le Jeu 11 Fév 2021 - 0:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alexis R. Calloway

Alexis R. Calloway


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 199
| AVATARS / CRÉDITS : Halsey - love exordium
| SANG : Né-Moldue


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ne plus savoir distinguer les couleurs du monde, qui l’entoure
| PATRONUS : Une Raie Mobula
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyDim 22 Nov 2020 - 13:09

Décidément, le breuvage proposé par Addison Yaxley est un pur délice.
Bien que le jeune frère Yaxley n’en soit pas coutumier, il sait apprécier les bonnes choses et en tant qu’esthète accompli savoure tout autant qu’il observe, le précieux et onéreux Whisky. La relation avec l’Héritier des Yaxley est toujours polie et teintée de civisme, alors qu’avec ses sœurs, Corban agit autrement. La preuve, étant la venue de Cassiopeia dans leur cercle d’accointances. Levant un sourcil plus qu’interrogateur, le jeune homme brun devenu blond, n’écoute qu’à moitié les explications proférées par cette sœur. Au pire, il peut encore demander à Addison, si jamais. Occupé à contempler de son regard olivâtre, les différents invités présents, il remarque une jeune femme qui se rapproche d’eux. Cette même jeune femme, il l’a contemplée quand elle est apparue quelques instants plus tôt, drapée dans une tenue qui peut faire fondre la plus appliquée des déesses.

La descendante Vassiliev.
Il s’emploie à penser qu’il y a un certain charme dans la prononciation de leur nom par la jolie slave et imagine une mère-grand peu compréhensive quant à cet accent que lui apprécie. Corban offre un large sourire de complaisance à la russe et un hochement de tête. Le sourire plaisant laisse place à un léger rire suite à ce trait d’humour dont elle peut faire preuve, à l’instant. Tout en regardant à la fois le grand frère et son cadet. Un petit toussotement, agrémenté d’un haussement d’épaules, alors qu’il repose son verre presque vide proche de lui, en offrant une révérence polie à la jolie blonde, contemplée plus tôt sans ciller. Peut-être est-ce malvenu, d’avoir agi ainsi ? Mais, pour la défense du jeune frère Yaxley, Svetlana Vassiliev a été divine. De sa démarche, jusqu’à son accent.

- Cela pourrait être une explication plausible, Miss Vassiliev. S’emploie-t-il à répondre avec un sourire en coin. Mais, ce n’est pas moi qui irradie tel le soleil. Vous êtes superbe. Nouveau petit sourire, adressé à sa charmante interlocutrice avant de constater l’échange de regard fugace entre elle et Addison.

Fronçant imperceptiblement les sourcils, Corban reste néanmoins silencieux et garde dans un coin de son esprit, ses futures interrogations à adresser à son grand frère. Qu’il ne compte pas facilement s’en tirer à si bon compte. Du coin de l’œil et de ce qu’il peut entrapercevoir, Perseus Flint et une partie de sa famille vient de quitter celle des Camran. D’un regard appuyé qui veut tout dire envers Addison Yaxley, Corban s’escompte à aller lui reparler prochainement, s’éclipsant un court instant afin de saluer Vibeke et Darren Camran. Non sans avoir, posé une main dans le dos de la jolie blonde qui lui a fait comprendre que là aussi, sa blondeur naturelle n’a pas été de mise pour cette soirée. Et, encore moins appréciée par l’hôtesse. Ce qui, quand il y repense, le fait sourire. Intérieurement.

- J’ose espérer, Miss Vassiliev que nous aurons l’occasion de nous reparler durant cette soirée.

Léger sourire avant de réellement s’éclipser et de se retrouver devant Vibeke et son mari. Une révérence formelle pour l’homme et un baise-main pour sa femme, tout en la fixant de ses iris olivâtres, oubliant sciemment l’homme qui partage sa vie. Miss Camran est bien plus rayonnante que cet homme Écossais à l’accent roulant les « r », et si rude, en définitive. Mais Corban Yaxley souffre de cette politesse inculquée depuis sa plus tendre enfance, alors il en joue. Toujours de sa voix la plus douce et la plus respectueuse possible.

- Miss Camran, Monsieur Camran. Mes hommages. Comment vous portez vous en cette soirée ? Nouveau petit sourire. Désirez-vous quelque chose à boire en plus ? Je me soustraie à mère-grand qui est encore en train de recevoir toutes les attentions.

Il est vrai, que le jeune descendant des Yaxley aurait pu continuer à boire le restant de la bouteille de Whisky en compagnie de son grand frère, mais il est plus judicieux de se mêler à d’autres groupes pour cette soirée, signée voire gravée du sceau de Lyra Yaxley.
Revenir en haut Aller en bas
Vibeke Camran

Vibeke Camran


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 114
| AVATARS / CRÉDITS : Vibeke Stene
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pièce dont les murs sont des miroirs
| PATRONUS : Un cheval
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyDim 22 Nov 2020 - 22:03

Ce n’était pas la première fois, cela ne serait certainement pas la dernière. Pourtant sortir en compagnie de son mari n’était véritablement jamais un plaisir pour Vibeke. Il n’était pas question pour lui d’offrir de belles sorties à son épouse pour le plaisir de cette dernière. Il célébrait son anniversaire en lui offrant comme il se doit un présent et un dîner agréable, mais il n’était pas dit qu’il passerait cette soirée en sa compagnie. Et n’était-ce pas préférable finalement? A en croire la soirée en cours, elle aurait sans doute préféré ne pas se trouver à son bras. Darren ne comprenait décidément aucune subtilité, aucune finesse, incapable de savoir à quel moment il était préférable de garder le silence. Pas devant lui, pas Perseus… Elle avait tant de respect pour lui. Vibeke avait tellement apprécié cette entrevue qu’ils avaient eu, cette visite impromptue qu’il lui avait faite, finissant par lui avouer à demi-mot qu’il s’était présenté chez eux bien pour elle et non son époux. Elle avait maintenant le sentiment que doucement Darren ruinait ce moment, qu’irrémédiablement il la faisait glisser dans les tréfonds de l’estime de leur interlocuteur. Bientôt Perseus la trouverait sans doute aussi cruche que lui, peut-être même fausse tant l’écart était grand. Irait-il jusqu’à croire qu’elle lui avait menti lors de leur entrevue? Non, il était bien plus intelligent que cela. Plus perspicace aussi. Ou elle l’espérait. Mais elle ne pensait pas avoir de raison d’en douter à vrai dire. Fort heureusement, Vibeke semblait trouver une alliée imprévue avec Iris.

-Votre épouse est éblouissante ce soir.

Si ces paroles coïncidaient tristement avec l’arrivée de la jeune Carrow jusqu’à faire oublier leur existence, Vibeke n’avait pour autant pas oublié de glisser un sourire reconnaissant mais discret à Iris. Une femme charmante. Et qui sait, pourquoi pas une amie comme elle l’avait annoncé plus tôt. Avec un peu de temps, elles pourraient effectivement s’entendre. Mais voilà, déjà Alecto retenait maintenant tous les regards, surtout celui de Darren, pour ne rien changer. La scandinave tentait de ne rien laisser paraître, surtout de ne rien dire. Mais ses doigts s’agitaient et se tordaient sous la frustration. Ne savait-il donc réellement pas s’arrêter?

-Ma douce Danae se porte bien. Elle s'est endormie juste avant que je parte. Mon défunt mari et moi avons pensé que c'était approprié. Les Flint et les Carrow sont liés depuis des générations.

Oubliés, remisés, éclipsés, et c’était mérité. Les Camran se retrouvaient au second plan dans cette conversation. Darren l’avait mérité. Et comme tout ce qui le touchait lui finissait par retomber sur Vibeke, elle se retrouvait à ses côtés, un reste de sourire poli sur les lèvres sans la moindre conviction, incapable ni de partir ni de reprendre le bras de son mari. Mari qui suite à la remarque littéraire de la jeune Carrow n’avait une fois de plus pas su retenir une remarque déplacée. Qui était-il, lui qui ne lisait pas même le journal, pour critiquer un auteur comme Perseus? Vibeke était parfaitement dépassée par cette impulsivité qui muselait la raison déjà faible de son époux.

-Des drôles d'idées ? Qu'une femme puisse tenir une maison, faire des enfants et exercer du pouvoir et de l'influence ?

Perseus lui avait accordé un regard, il avait visiblement hésité, semblait même se demander si il était sérieux. L’air absolument désolé et dépité qu’elle lui avait offert en réponse avait visiblement fini de le décider. Darren était un idiot. Et cela fait bien dix ans qu’elle devait se retenir de le hurler.

-C'est pourtant bien pour une telle femme que vous vous trouvez ici.

Le coeur de la jeune femme battait à tout rompre. Elle espérait au plus profond d’elle-même qu’il saurait s’arrêter, qu’il comprendrait que c’était déjà suffisant, qu’il fallait réellement qu’il se reprenne. Des espoirs qu’il devait visiblement à nouveau pulvériser…

-Une femme qui a su tirer partie de sa situation, c’est certain. Mais allons, il serait bien trop dangereux de leur confier de telles responsabilités. Les femmes ne sont pas capables de gérer de telles choses.

Là il touchait le fond… Vibeke avait beau tenter de rester discrète, cette fois ses yeux s’étaient clos dans un soupir. Elle ne pourrait être plus désolée et honteuse de ce qui sortait de cette bouche qui ne savait décidément pas se fermer. Pour le coup elle en remercierait presque Alecto et sa question, permettant à Perseus de reprendre sur un sujet plus agréable.

-J'en ai deux en préparation à vrai dire. Le premier sortira en janvier et le second au courant de l'été.

Il répondait à la jeune femme qui n’était peut-être pas sincère dans ses questionnements. Néanmoins Vibeke avait noté la légère augmentation dans son ton. C’était sans doute se faire des idées, mais elle avait envie de croire qu’il le faisait pour elle, pour qu’elle l’entende… En tout cas elle notait l’information très précieusement, lui adressant un nouveau sourire derrière Alecto entre eux.

-Et si vous nous conduisiez auprès de votre famille, Alecto ? Ce serait une joie que de les revoir.

Les Carrow? Vraiment? Inutile de dire que les Camran n’étaient en rien conviés. De toute façon, au rouge sur les oreilles de Darren, il n’aurait pas pensé les suivre. Déjà ce petit monde se mettait en mouvement. Il y eut un nouvel échange de regard.

-Je suis au regret de vous faire faux bon, mais il est de mon devoir de me présenter aux parents de cette chère Alecto, ce sont des amis de mon père. Bonne soirée.

Vibeke en aurait pleuré si ils n’étaient pas tous si nombreux ici. Quelle humiliation… Elle qui se réjouissait de pouvoir retrouver la conversation si agréable de Perseus. Le regard triste, elle lui avait tout de même offert un sourire, de peur de lui déplaire beaucoup trop cette fois. Si Darren s’était contenté d’un signe de tête digne, Vibeke pour cette fois fut un peu plus bavarde.

-Je vous en prie, passez également une excellente soirée…

Iris elle aussi leur avait adressé quelques agréables paroles, à elle en fait, Vibeke lui répondant avec la même douceur et la même politesse qu’à son frère. Elle les regarda ensuite s’éloigner le coeur serré, consciente que son époux était maintenant d’une bien mauvaise humeur et que la soirée ne faisait que commencer. Voilà qui promettait d’être délicat…

Sans savoir encore si c’était une bonne chose ou non, Vibeke fut tout de même assez satisfaite de voir apparaître dans leur champ de vision Corban Yaxley. Un homme charmant qu’elle connaissait finalement assez peu mais qui savait faire preuve de délicatesse et de finesse, tout ce que son époux ne faisait pas. Il était d’une compagnie agréable généralement et elle lui offrit donc un sourire. Corban avait offert une révérence courtoise à Darren avant de s’occuper d’elle, lui offrant un baise-main pour lequel elle n’avait pas émis la moindre résistance. Une de ces petites attentions que Vibeke appréciait de sa part, une façon pour elle de pouvoir élargir un peu son sourire et adoucir ses pensés.

- Miss Camran, Monsieur Camran. Mes hommages. Comment vous portez vous en cette soirée ?

Affreusement mal, un crétin qui s’était permis de trop parler alors qu’elle se retrouvait contrainte de simplement se taire et garder sa place de bonne épouse sage et silencieuse.

-Monsieur Yaxley, fort bien mon cher, je vous remercie, et vous-même?

Darren dans son manque de subtilité en avait profité pour reprendre le bras de son épouse et la rapprocher de lui, l’éloignant au passage de Corban qui lui semblait bien entreprenant pour son âge et devant lui. Vibeke lui jeta un regard un peu perplexe à cette réaction d’ailleurs. Ce n’était pas comme si ils avaient la moindre idée déplacée ou même des gestes inconvenants…

-Désirez-vous quelque chose à boire en plus ? Je me soustraie à mère-grand qui est encore en train de recevoir toutes les attentions.

Pour le coup l’idée semblait déjà plus plaire à Darren qui releva la tête avec enthousiasme.

-Avec plaisir Corban, je vous suit dans ce cas? J’imagine que vous apprécierez vous éloigner un peu de votre mère-grand?

Darren avait pris soin de plaquer la main de son épouse sur son bras en s’aidant de son autre main avant même une réponse de la part de leur jeune interlocuteur. Vibeke n’y prêtait pas même attention, parfaitement coutumière de cette attitude de la part de son mari.

-Il faut dire que cette soirée est la sienne. Et si j’en juge par le nombre d’invitations envoyées Mrs Yaxley risque d’être occupée pour un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Alecto Carrow

Alecto Carrow


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 49
| AVATARS / CRÉDITS : Isabelle Furnham
| SANG : Sang-Pur


Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyMar 1 Déc 2020 - 15:53

Manoir des Carrow. Alecto tapota nerveusement la table de toilette de ses longs ongles manucurés, affichant explicitement son agacement. La coiffeuse était pourvue d'une imposante glace et la brunette lança un regard plein de colère à Danaé Carrow, sa mère. Celle-ci abandonna quelques instants la brosse à cheveux qu'elle tenait entre ses mains, s'acharnant depuis de longues minutes à démêler la tignasse de sa progéniture. Elle soupira doucement, caressant la longue chevelure brune d'Alecto : « C'est un grand jour pour vous. » Danaé s'éloigna un court moment afin de récupérer un bouquin, rangé précieusement dans un des tiroirs de sa commode. Légèrement hésitante, elle le déposa délicatement devant sa fille : « Le dernier roman de Perseus. Peut-être pourriez-vous le feuilleter, avant notre départ et lui en toucher quelques mots lors de la soirée ? » Pour toute réponse, la jeune femme fit lentement glisser l'ouvrage le long du petit meuble en marbre et le laissa négligemment tomber aux pieds de Danaé.

La mère de famille ignora ce geste et se munit silencieusement de la brosse, s'évertuant une nouvelle fois à défaire les nœuds de ses cheveux. La demoiselle grimaça, son cuir chevelu commençait à lui faire vraiment mal. Finalement, Danaé releva sa chevelure et la ramassa derrière la tête en chignon. Toujours avec l'aide méticuleuse de sa mère, Alecto enfila par la suite sa robe de soirée, flambant neuve. Elle se sentait engoncée là-dedans, et très mal à l'aise. Danaé la rassura aussitôt, elle était sublime dans ce modèle couleur pourpre. « Souriez, Alecto. Votre père ne tolérera pas cette attitude désobligeante, pas ce soir. » La concernée leva les yeux au ciel, elle le savait déjà très bien. Elle lui tira effrontément la langue dans les escaliers, se dirigeant vers le salon où elles étaient attendues. Sur-le-champ, Alecto arbora son plus joli sourire et adopta un tout autre comportement, celui d'une jeune femme modèle. Son visage s'illumina lorsqu'elle aperçut sa grand-mère, Auriane Carrow, et elle se rapprocha d'elle.

Alecto détestait les soirées mondaines, et ce depuis toujours. Lorsqu'elle était plus jeune, elle était intenable dans ces moments-là, une vraie petite terreur. Ses précepteurs s'étaient donnés beaucoup de mal, à tour de rôle, pour lui inculquer le savoir-vivre en société ainsi que toutes les bonnes manières. C'eût été une enfant particulièrement agitée et disgracieuse, au grand désespoir de ses parents. Par ailleurs, la jeune sorcière fut maintes fois corrigée pour son comportement inapproprié et ses excès de langage. Par la suite, la sauvageonne s'était beaucoup calmée, peu avant son admission à l’École de Sorcellerie Poudlard. Aujourd'hui, elle maîtrisait chacun des codes de la vie en société mais n'aimait toujours pas les mondanités, telles qu'elles soient.

Manoir des Yaxley. Début de soirée. Le noyau dur de la famille Carrow fit son apparition groupée à l'anniversaire de Lyra, vieille charogne qui avait fait capoter le mariage du jeune fils de Morfin, Amycus. Comme il se doit, ils s’aplatirent tous les uns après les autres, selon le protocole, devant sa vilaine carcasse répugnante. À l'instar de sa mère, Alecto témoigna son respect à la vieille dame par la convenance d'une révérence. Celle-ci se tenait au côté de son frère cadet et tous deux s'échangeaient de petits regards qui voulaient tout dire, se moquant discrètement d'anciens camarades présents. Le parrain de son frère Amycus, Rodolphus Lestrange, vint également les saluer. Un cousin éloigné de famille, Alecto ne pensait pas grand chose de l'homme mais elle fut très déçue de ne pas apercevoir à son bras Bellatrix, sa femme. La Mangemort avait pris Alecto sous son aîle et elle l'initiait depuis un long moment déjà à l'art de la magie noire. Elle et son père se prenaient le bec parfois, Bellatrix ne se cantonnait pas à son rôle de femme et elle ne savait pas rester à sa place, jamais. Et même si cela faisait partie de son charme, cette attitude avait le don de prodigieusement agacer Morfin. « Alecto, allez donc saluer Iris Flint et son frère, Perseus comme il se doit. » Le moment de se rendre désirable aux yeux de son prétendant était arrivé, pour son plus grand malheur. La jeune femme ravala difficilement sa salive et s'exécuta, sans prononcer le moindre mot.

Le Directeur du département des accidents et catastrophes magiques ne la lâcha pas des yeux, l'épiant dans ses moindres gestes. Les Flint n'étaient pas seuls, ils conversaient avec Darren Camran et son épouse, des têtes connues. Faussement assurée, Alecto fit irruption dans la conversation et les aborda respectueusement un à un, se tournant en premier lieu vers le couple Camran. L'homme la fixait avec attention, un grand sourire aux lèvres et elle ressentit une pointe de dédin de la part de la femme. La brunette s'inclina ensuite devant Iris et tendit sa délicate main en direction de Perseus. Elle prit soin de flatter la sœur de son prétendant et fit mine de s'intéresser à son marmot. Après coup, Alecto se tourna vers Perseus, improvisant et pompant grossièrement l'idée de Danaé, rejetée plus tôt dans l'après-midi : « J’ai beaucoup aimé votre dernier roman. À quand le prochain ? » La demoiselle était très mal à l'aise, même si elle le dissimulait au mieux.

« Ah, belle lecture pour une jeune fille, votre père est-il seulement au courant ? Mon cher Perseus il faut admettre que vous avez de bien drôles d’idées que vous mettez dans vos livres. » La sorcière détourna son attention vers Darren Camran, un peu décontenancée. Que voulait-il bien dire par là ? Finalement, elle aurait peut-être mieux fait de se taire, ou bien de parcourir furtivement les pages de ce foutu bouquin. Alecto espérait ne pas avoir commis d'impair et elle étouffa un petit rire forcé, mine de rien. À sa grande surprise, l'auteur répliqua aussitôt et le moucha littéralement : « Des drôles d'idées ? Qu'une femme puisse tenir une maison, faire des enfants et exercer du pouvoir et de l'influence ? » Cette fois-ci, la brunette laissa s'échapper un ricanement narquois, totalement inapproprié. Elle baissa aussitôt la tête, rouge de honte et se fit toute petite. Elle ne comprenait pas tout mais elle avait apprécié le répondant de Perseus.

Alecto plongea son regard dans le sien lorsqu'il s'adressa personnellement à elle, lui dévoilant les dates de parution de ses prochaines œuvres. La demoiselle ne l'écoutait pas réellement et l'observait avec insistance. Aussi, elle fronça légèrement les sourcils, d'une manière presque imperceptible. Elle tentait de déceler le moindre indice de sa part qui l'aiguillerait sur ce qu'il pensait de toute cette situation. Dans tous les cas, Perseus ne lui donnait pas l'impression d'être subjugué par son charme. Sans doute aurait-elle eu davantage ses chances auprès de l'autre lourdaud de Camran. Sa femme, Vibeke, avait été encore moins chanceuse qu'elle-même. Après de longues secondes de silence, plongée dans ses pensées, l'aînée des Carrow répondit à l'auteur de sa voix la plus monotone : « Je ne manquerai pas de me les procurer à ces dates précises. J'ai hâte de vous lire de nouveau. » Elle lui adressa un fin sourire du bout des lèvres, quand même.

Décidément, Perseus était un homme plein de surprises, en témoigna sa nouvelle intervention : « Et si vous nous conduisiez auprès de votre famille, Alecto ? Ce serait une joie que de les revoir. » Mais à quoi jouait-il, exactement ? La soirée risquait d'être longue et pénible pour Alecto Carrow, et la simple idée de se retrouver coincée entre Perseus et son père lui donna la nausée. Pour couronner le tout, Iris sembla très enthousiaste à l'idée de converser avec sa mère, Danaé, laissant présager à la brunette qu'elle allait se sentir encore plus seule. La gorge serrée, elle lui répondit d'un ton faussement enjoué : « Avec grand plaisir. Ils seront on ne peut plus ravis. » Machinalement, la demoiselle présenta ses hommages au couple Camran puis tourna les talons afin de guider les Flint jusqu'à ses parents. Ces derniers conversaient toujours avec Lestrange et Alecto prit une grande inspiration avant de se lancer : « Père ? Mère ? Rodolphus ? Toutes mes excuses, j'espère ne pas commettre l'indélicatesse de vous interrompre au beau milieu de votre conversation. » Par tous les moyens, la sorcière évita le regard de son père. Elle se tourna vers Iris et Perseus et les désigna de la paume de sa main :  « Nous partagions un excellent moment et Perseus a émis l'idée que nous venions tous à votre rencontre. » Une idée vraiment très fâcheuse.
Revenir en haut Aller en bas
Morfin Carrow

Morfin Carrow


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 341
| AVATARS / CRÉDITS : Jamie Dorman- Crédits: Praimfaya
| SANG : Aussi pur que la pureté elle même


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyMer 9 Déc 2020 - 22:48

Dès l’instant où elle s’était dirigée vers celui avec qu’il espérait la voir convoler en noces, Morfin Carrow n’avait pas lâché sa progéniture des yeux. Plus il pensait, plus il trouvait cette union opportune. Premièrement les familles Flint et Carrow ont toujours été extrêmement liées. Ensuite, la famille Flint était extrêmement réputée dans le monde magique. Cette union serait donc un atout de taille pour sa campagne électorale. Enfin, cela serait une opportunité économique également. L’occasion de prendre des parts du Royal Flint Casino. C’était cependant avec un véritable intérêt qu’il avait demandé à Rodolphus son avis sincère sur cette union. Il entretenu ensuite son camarade mangemort sur sa campagne électorale avant de lui dire « D’ailleurs si tu souhaites un poste, tu devrais me le dire rapidement, je suis déjà saisis de nombreuses requêtes en contrepartie de soutiens» . Il était évident qu’une fois élue, Morfin Carrow allait donner les postes clefs à ses amis et à ceux qui lui ont accordé son soutien. Rodolphus, qui n’était pour l’heure pas intéressée par une carrière politique (ni par une quelconque carrière d’ailleurs) aurait s’il le souhaitais, le poste de son choix. « Une question me taraude cependant, qu’est-ce que je vais faire de Croupton ? Peut-être l’envoyer au bureau de liaison avec les gobelins ». Un poste que Morfin jugeait ridicule. Qui voulait parler avec pareilles créatures ? Il laissa échapper un petit rire tout en observant Alecto revenir vers eux suivie de Perseus et Iris. Même s’il aurait aimé qu’elle passe plus de temps à lui chanter le chant des sirènes, Morfin aimait bien cette idée de voir le jeune homme se rapprocher. Il pourrait veiller à ce que sa fille ne dise pas d’idioties et également mener la conversation d’une baguette de maître. « Père ? Mère ? Rodolphus ? Toutes mes excuses, j'espère ne pas commettre l'indélicatesse de vous interrompre au beau milieu de votre conversation. » s’excusa Alecto sans daigner fixer son père dans les yeux. Face à lui, la sauvageonne pouvait redevenir cette petite fille de quatre ans « Nous partagions un excellent moment et Perseus a émis l'idée que nous venions tous à votre rencontre. » Morfin adressa un sourire de circonstance à sa fille avant de se saisir de la main d’Iris pour la lui baiser tandis que Danae tendait la sienne à Perseus « Iris, mes hommages ». Une fois le baise main terminée, Iris offrit une révérence à Danae qui ne manqua pas de cacher sa joie de voir la jeune femme. «Iris. Je suis si heureuse de vous voir. Comment va Danae ? Vous lui avez choisi dans l’arbre généalogique familial, un prénom qui m’honore» lui dit-elle, comme lui l’avait déjà dit Alecto quelques minutes auparavant. « Perseus, je vois souvent votre père, mais cela fait longtemps que je ne vous avais pas vu. J’ai cru comprendre que vous étiez devenu un auteur à succès. Toutes mes félicitations. » lui dit-il poliment avant de ramener la conversation sur Alecto. Il comptait bien attirer l’œil du jeune homme sur les charmes de sa fille. « Cela doit faire des années que vous n’aviez pas vu mes enfants. Vous remarquez qu’Alecto est devenue une très jolie jeune femme. » dit-il en désignant sa fille. « elle a obtenu d’excellents résultats à ses Aspics et a entamé un stage au département de la coopération magique internationale cette année. ». Il ne pris pas la peine de parler d’Amycus qui avait réussi à se faire renvoyer de Poudlard et ne tenait pas longtemps dans les stages que son père lui dégotait au Ministère. Autant ne pas parler d’une telle déception. Il se tourna ensuite vers Iris « Iris, j’espère que vous viendrez nous faire le plaisir de dîner à la maison avec votre fille prochainement. Je crois que cela ferait plaisir à ma délicieuse épouse » poursuivit-il en souriant à son épouse. Il était rare qu’il lui accorde autant d’attention mais il était ici pour parler mariage et en vanter les mérites.
Revenir en haut Aller en bas
Lyra Yaxley

Lyra Yaxley


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 58
| AVATARS / CRÉDITS : Concha Valesco- Crédit :Agathe
| SANG : Pur produit de l'union d'un Lestrange et d'une Avery


Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyMer 9 Déc 2020 - 23:45

Aux yeux de la matriarche, Elise Lerouge n’était rien de plus qu’une courtisane dont la place se trouvait dans les salons du Red House plus que de le sien. Aussi son impolitesse l’avait particulièrement agacée et elle n’avait pas hésité, en faisant semblant d’être courtoise, de la corriger comme l’insolente qu’elle était en la forçant à se baisser plus que de raison. « Merci de votre venue, ma chère Elise. Ma pauvre, avec votre jambe, je pense que vous avez besoin d’un peu d’aide » Une réaction qui ne semblait pas particulièrement plaire à son rejeton qui s’empressa de saisir le bras de sa mère pour la redresser «Ne vous en faites pas pour ma mère, je m’occupe de plier le genou pour deux » dit-il en mettant un genoux à terre avant d’ajouter « Mes hommages, Madame, pour votre anniversaire ». Un sourire narquois germa sur les lèvres de la matriarche. Voilà ce que cette famille devait faire. Se mettre à genoux, se prosterner devant elle.  
« Vous pouvez disposer »  Finit-elle par dire après l’avoir laissé quelques longues secondes dans cette position humiliante.

Par la suite, la matriarche adressa un sourire faussement sincère à Sélena Stomby lorsque celle-ci  la remercia de lui avoir fait envoyer une invitation. En effet, elle pouvait la remercier, sa présence ici n’avait rien d’acquise. Elle la devait surtout à la réputation de son empire ainsi qu’à sa poigne. Selena Stomby était une femme forte. Un peu comme elle à son âge et cela lui plaisait, même si elle déplorait que la pureté de son sang ne soit pas établie à 100% et que son frère fasse à ce point honte à sa famille.

La nouvelle guérisseuse en cheffe, Gina Da Valle, finît par faire son entrée dans le manoir où se tenait la fête de l’année. La vielle Yaxley l’avait invitée par respect pour son défunt père mais surtout pour pouvoir accoucher Cassie si cela s’avérait nécessaire. « Misses. Yaxley. »  La vieille harpie grimaça devant cet accent italien. Certes, il n’était pas aussi horrible que l’accent russe de la fille de l’ambassadeur Russe, mais tout de même, il était bien prononcé. La jeune femme inclina la tête, ne pouvant incliner le reste du corps. « J'espère que vous pardonnerez mon manque de politesse. » Ayant une bien plus haute estime pour l’italienne que pour la française, elle ne lui infligea pas le même supplice. « Mes plus sincères voeux d'anniversaires, Misses. Puisse votre descendance naitre en ce jour respectable. » ajouta-t-elle en désignant du regard Cassie. « Merci, de votre présence et de vos vœux Signorina Da Valle. »  dit-elle avec un accent italien parfait.  Elle avait reçu une éducation digne de ce nom et appris les langues des principales communautés magiques. Ses précepteurs, natifs, avaient toujours veillé à ce qu’elle  développe un accent parfait. « Permettez-moi de vous adresser mes plus sincères condoléances. J’aurais aimé compter votre père parmi mes précieux invités ce soir  » dit-elle avec sincérité en inclinant la tête comme marque de respect. Elle observa d’ailleurs quelques secondes de silence pour montrer son respect. Elle suivit le regard de la jeune femme pour aller poser le sien sur Cassie en disant « Une telle naissance serait le plus des cadeaux. Si tel événement devait paraître, je compte sur vous pour vous assurez que tout se passe à merveille.  » . Elle observait toujours Cassie lorsqu’elle la vit porter une coupe d’alcool à ses lèvres.  Sans même s’excuser, elle poussa de la main la jeune médicomage puis se dirigea tel un éruptif droit sur sa petite fille, poussant quelques invités sur son passage. « Qu’est ce que vous faites ? INCONSCIENTE !  Vous voulez que ma petite fille ait le cerveau d’Amycus Carrow ?» dit-elle en lui arrachant la coupe de la main et d’un geste brusque en vider le contenu par dessus son épaule.  La boisson se déversa sur la veste de Darren Camran qui discutait à présent avec Corban. Elle ne savait pas trop lequel des deux elle avait visée, mais il l’avait bien mérité.  


Dernière édition par Lyra Yaxley le Dim 13 Déc 2020 - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alexis R. Calloway

Alexis R. Calloway


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 199
| AVATARS / CRÉDITS : Halsey - love exordium
| SANG : Né-Moldue


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ne plus savoir distinguer les couleurs du monde, qui l’entoure
| PATRONUS : Une Raie Mobula
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyVen 11 Déc 2020 - 11:18

Délaisser la compagnie du grand frère, pour une autre.
Celle des époux Camran, et la présence de Vibeke, plus exactement. Cette dernière étant bien plus importante que le mari. Mari qui n’est pas vraiment un modèle de gentillesse et qui ne porte qu’une affection somme toute relative à sa belle et jeune épouse. Toujours effacée et toujours mise en retrait, ce qui énerve silencieusement le jeune frère d’Addison Yaxley. Mais, ô grand jamais, il ne compte intervenir et prendre la parole devant Darren Camran. De peur d’être vu différemment, et ce, avec une considération folle. Les iris olivâtre ont d’ailleurs remarqué assez rapidement, le geste de territoire orchestré par l’époux Camran, quand le jeune blond a voulu saluer la belle brune d’un baise-main.

Cet homme, ne mérite tellement pas une femme comme elle. Cependant, Corban Yaxley ne se formalise nullement et offre à ses interlocuteurs, un de ses sourires qu’il juge sincère et avenant. Tout en s’exprimant de cette voix douce qui le caractérise. Il n’a jamais élevé à la voix, Addison Yaxley, a toujours vu son petit frère mesuré et aux manières délicates. Manières, qui doivent faire encore leurs preuves, vu qu’il se trouve être chez mère-grand. Et, que cette dernière est à cheval sur des principes séculaires. Vu, le regard qu’elle a adressé à sa chevelure blonde et ses vêtements « moldus », il a été à deux doigts de frôler l’incident –familial-, diplomatique. Donc, il va peut-être potentiellement se calmer, ce qui peut être préférable, en société sorcière. Surtout la sacrée.

- Je suis heureux d’une telle réponse Darren. Elle me réjouit ! L’exclamation teintée de sarcasme tandis qu’il contemple Vibeke qui n’a pas le droit de parole. Je vais très bien, je vous remercie de vous en soucier. Bien que mère-grand n’a pas été satisfaite de mon exploit capillaire et vestimentaire.

Il s’autorise un rire clair, tout en passant l’une de ses mains dans sa chevelure blonde presque blanche et d’y replacer sa mèche. Corban Yaxley dénote de ses pairs, en étant vêtu ainsi et le regard de l’ancêtre l’a bien spécifié. C’est avec une courtoisie élégante et somme toute policée, qu’il s’astreint à servir le couple Camran en boissons alcoolisées, la mère-grand étant toujours dans les grandes « effusions », dûes à sa soirée d’anniversaire fêtée en grande pompe. Fronçant les sourcils imperceptiblement, mais souriant toujours de ce sourire courtois en toutes circonstances, il fait un signe de tête pour que le couple Camran le suive, afin de tenir sa promesse énoncée quelques instants plus tôt : leur proposer à boire. Avec toute la « gentillesse » possible.

- Vous pouvez me suivre. Commence-t-il en s’adressant à l’époux, pour ensuite se tourner vers l’épouse. Mère-grand, sait y faire quand il s’agit d’envoyer des invitations. En espérant qu’aucun impur, ne se joindra à la fête. Un petit sourire en coin, avant de continuer. Pour vous répondre Darren, j’apprécie de m’éloigner un tant soit peu de mère-grand, oui.

Sauf que Lyra Yaxley, ne l’a visiblement pas entendu de cette oreille.  L’entendant vociférer des propos qui sont malgré tout, diaboliquement corrects en ce qui concerne l’engeance masculine des Carrow, le petit frère d’Addison Yaxley n’a pas eu le temps de faire bouger Darren Camran, ni même son propre corps avant que la boisson contenue dans un verre ne les atteigne tous les deux. Tant que Vibeke, n’est pas touchée, le reste est peu important. Jetant une œillade olive surprise vers sa mère-grand, Corban Yaxley s’emploie à retirer l’excédent de liquide collant présent sur les atours de l’époux et sur les siens.

- Quand je vous disais que mère-grand, n’appréciait pas ma tenue. Là, elle l’a vraiment fait comprendre. Petite note teintée d’un humour pour le moins caustique, avant de sortir sa baguette et de prononcer un Tergeo, dirigé vers Darren Camran et sur lui-même.

Décidément. Quelle. Soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 193
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (dea tacita/indi)
| SANG : Sang pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyDim 13 Déc 2020 - 20:56

A l'idée de quitter les Camran, Perseus ressentit un mélange de soulagement, de déception et d'agacement. Il était étrange comme deux personnes étaient capables de provoquer des émotions aussi contraires chez quelqu'un. Perseus était habitué. Il suivait donc Alecto Carrow dans un silence de cathédrale tout en lançant un regard à sa soeur qui faisait bonne figure. Elle souriait. Il ne saurait dire s'il s'agissait d'un sourire forcé. Peut-être était-elle aussi confuse que lui. Allez savoir. Dans tous les cas, Alecto les introduisait aux Carrow et l'héritier Lestrange avec obligeance. Il réprima un rire quand elle prononça les mots "excellent moment"... si on voulait. Il ne se souvenait pas l'avoir vue aussi polie lorsqu'elle s'était invitée dans leur conversation. Elle n'avait montré aucune gêne particulière. Il préféra ne pas se questionner sur les liens qui pouvaient exister entre Morfin et ses enfants.

Perseus n'aimait pas le moins du monde ce genre de réception où il fallait dupliquer les mêmes gestes, les mêmes mots, les mêmes comportements. Un sourire forcé, une inclinaison, des phrases de circonstance à untel et untel - elles étaient pour la plupart forcées - le baise-main était, semble-t-il, la chose qu'il détestait le plus. Mais en fils de bonne famille, il avait appris à se conduire en bonne société sans flancher une seule fois. “Elle se porte à merveille, je vous en remercie. ” Répondit Iris d'une voix suave sans chercher à s'épancher davantage sur la question. Elle avait déjà dit beaucoup de choses à la fille, pas la peine d'en rajouter une couche. de toute façon, Morfin avait déjà repris la parole coupant l'herbe sous les pieds de la jeune femme. Perseus écouta le sorcier avec attention. Il lui servait la même cuisine qu'Alecto. Père et fille se ressemblaient tant. Elle avait manifestement bien appris ses leçons. Perseus fronça alors les sourcils lorsque l'homme lui vendit littéralement sa fille comme jolie et intelligente. Le premier point, il pouvait juger par lui-même, merci bien. Il lui donnerait à tout casser 15 ans et cette apparence adolescente était, à ses yeux, tout sauf attrayante. Sans doute un jeune de 20 ans la trouverait à son goût. Pour son intelligence, il n'en savait trop rien. Elle avait ouvert la bouche seulement pour lui dire que son dernier livre lui avait plu. Et ils étaient tous deux conscients qu'il s'agissait là d'un mensonge.

Qu'on l'exécute dès à présent, Perseus n'aimait pas le moins du monde cette conversation. Il avait l'impression de faire la discussion avec un commerçant qui essayait de lui vendre un de ses produits les plus précieux. Il se demanda où il avait péché l'idée qu'il ferait un bon parti pour une jeune fille seulement âgée de 19 ans. Quand on choisissait un cheval, ne valait-il pas mieux parier sur le jeune étalon ? “Je n'ai pas eu ce plaisir en effet. Père dit beaucoup de bien à votre propos. Je suis honoré de pouvoir constater la véracité de ces paroles par moi-même et de vous voir tous réunis ce soir.” Amycus était complètement passé à la trappe. En vérité, Perseus en aurait fait de même s'il avait mis au monde un gosse pareil. Cet enfant avait été capable de se faire renvoyer de Poudlard. Préférant ne pas délaisser entièrement la pauvre enfant, il lui adressa quelques paroles polies : “Vous faites honneur à votre famille, j'en suis persuadé.” Cela dit, il s'en fichait comme de son premier balai. Il savait ce qu'il foutait là. Ce que Morfin Carrow lui voulait. Mais il ignorait encore le pourquoi. Mais où avait-il mis les pieds ? Après avoir écouté Darren Camran, voilà qu'il entendait des sottises à propos des bienfaits du mariage. Il était à peu près certain que leur interlocuteur ne pensait pas une seconde ce qu'il essayait de partager avec eux. Perseus préférerait parler politique. “J'accepte avec joie. Dites moi quand il vous est possible de nous accueillir et nous nous joindrons à vous. ” Sourit Iris avec toute la douceur du monde.

Mais quel ennui...! C'était peut-être mieux qu'échanger avec Darren Camran, se rendit-il compte. Morfin et Danae Carrow avaient au moins le talent pour dissimuler la réalité. Darren n'avait vu aucun intérêt à ce sujet.  “J'ai ouïe dire que votre campagne électorale était bien lancée. ” Dit-il prudemment. Il n'était pas exactement certain de la chose. Mais il avançait son premier pion. De toute façon, ce n'était pas un secret que Morfin Carrow visait les plus hautes sphères de l'état. “C'est une bonne nouvelle. ” Il accompagna cela d'un sourire satisfait. Perseus n'avait jamais eu un grand intérêt pour le ministère de la magie. La seule fois où il avait ouvert sa gueule, c'était pour tacler Bartemius Croupton dans un essai politique. Mais pour que Perseus soit assez désespéré pour aborder le sujet de la politique de lui-même dans une conversation polie était sans nul doute bien plus parlant que son silence sur la "beauté" d'Alecto.  
Revenir en haut Aller en bas
Selena J. Stomby

Selena J. Stomby


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : Krysten Ritter
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Me réveillant un matin en ayant tout perdu, et complètement ruinée.
| PATRONUS : Un Tigre, pour sa puissance et sa férocité.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyLun 14 Déc 2020 - 20:55

Alors que j'étais en pleine conversation avec Gina, j'apercevais de loin Elise Lerouge, qui me faisait un discret signe de la main, et qui m'adressait un salut de la tête. Je répondais à ce dernier, de manière identique. Notre hôtesse d'un soir m'avais auparavant adressé un sourire que je savais faussement sincère. Je décidais de laisser ce geste de côté. Je n'avais plus vue Elise depuis de nombreuses années, néanmoins je me souvenais très bien des camps de vacances d'été des Mangemorts, où j'avais évoluée petite fille et adolescente. Elle avait été mon professeur, et je lui en avait fait voir de toutes les couleurs. Les squelettes dans les placards en avaient frétillé !!! J'étais heureuse qu'elle se rappelle de ma personne. Il me semblait avoir tout fait, pour que l'on ne m'oublie pas. Et cela n'avait pas changé...

Je m'excusais poliment auprès de Gina, et lui promettait de revenir par la suite, afin de terminer cet échange fort stimulant. J'inclinais la tête en signe de respect, et je m'échappais en direction de mon interlocutrice, en pleine conversation avec un jeune homme. Arrivée à sa hauteur, je la saluais comme il se devait.

- Bonsoir chère Elise Lerouge, je suis ravie de vous retrouver en ces lieux. J'ose espérer que vous vous portez bien, ainsi que votre famille. Je souriais largement, et reportais mon regard sur le jeune homme, que j'avais aperçu de loin. Il s'agissait de son fils. Ils se ressemblaient fortement. Un léger mouvement de tête, pour le saluer, et je lui souriais.

Demeurait-elle encore à ce poste, ou avait-elle passé la main ? Je souhaitais qu'elle enseignait encore aux nouvelles futures recrues du Lord. Même si j'avais eu un comportement inqualifiable, elle avait été une bonne pédagogue, et n'avait pas hésité à remettre à sa place, la jeune effrontée que j'étais alors. Et que je suis toujours, quelque part. Posant à nouveau les yeux sur elle, je formulais mon interrogation.

- Enseignez-vous toujours les idéaux Mangemorts, au sein de la Confrérie ? A propos de cela, j'aurais quelques questions à vous poser. J'espérais que cette femme charismatique et forte y répondrait, aiguillant par la même, ma soif de savoir sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Vibeke Camran

Vibeke Camran


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 114
| AVATARS / CRÉDITS : Vibeke Stene
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pièce dont les murs sont des miroirs
| PATRONUS : Un cheval
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyJeu 17 Déc 2020 - 19:52

Nouvelle conversation, nouvelle réaction. Vibeke passait donc à cette nouvelle étape en essayant de ne pas trop rester sur cette déception que cela avait été de voir son mari s’enfoncer dans le ridicule avec brio et ainsi peut-être même pousser ce départ de Perseus et Iris. Si Perseus comptait déjà parmi les personnes importantes ou en tout cas dont l’avis comptait particulièrement, Iris se révélait être une présence étonnamment agréable. C’était une femme très agréable qui se changerait peut-être en alliée par la suite. Le contact semblait se faire aussi facilement qu’agréablement. Ce qui était bien sûr très agréable pour la jeune Vibeke.

Heureusement, Corban Yaxley était un jeune homme lui aussi, s’approchant d’elle finalement, même si c’était une forme de détail. Il était aussi plein de bonnes intentions et de délicatesse, lui offrant des marques de respect des plus agréables et rassurantes. Une forme d’apaisement également quelque part. Même si Darren s’était empressé de la “récupérer”, la situation lui semblait déjà plus agréable. Le sourire de Corban lui rendait doucement le sien également, ses manières lui plaisaient, et sa douceur avait un côté apaisant. Heureusement, il semblait également savoir parler à son mari, leur demandant de leurs nouvelles, l’écossais prenant pour lui cette question en prenant l’initiative de répondre peur eux… Pour lui en fait mais prenant sur lui de répondre seul malgré le question posée pour deux.

-Je suis heureux d’une telle réponse Darren. Elle me réjouit !

Il y avait quelque chose de particulier dans sa réponse, comme quelque chose qui ne devait pas y être, qui était en décalage. Vibeke l’avait remarqué alors qu’elle le voyait l’observer. Il répondait ainsi à son mari en la regardant elle. Une impression assez étrange mais pas forcément désagréable. Impressionnée tout de même et désireuse de ne pas froisser Darren, elle avait donc reporté son attention vers son époux, esquivant ainsi le regard de Corban.

-Je vais très bien, je vous remercie de vous en soucier. Bien que mère-grand n’a pas été satisfaite de mon exploit capillaire et vestimentaire.

Darren? Se soucier de la petite vie du jeune Yaxley? Ce n’était pas vraiment cela. Pure question de politesse, presque de réflexe. Le couple avait cela dit effectivement noté la réaction de la matriarche face aux extravagances de ce jeune homme. La belle avait donc souri légèrement à sa remarque. Il est vrai qu’elle-même n’aurait jamais osé faire preuve d’autant de légèreté. Comme il fallait s’y attendre, Darren n’était pas très enthousiaste sur le sujet. Il trouvait à vrai dire les choix vestimentaires et capillaires. Si il adore se faire remarquer, l’écossais reste terriblement classique.

-Il faut dire que vous manquez cruellement de classe ainsi jeune homme. Je doute que cela reflète l’éducation qu’on vous a dispensé.

Si Corban doutait encore, là il devait être fixé. Darren n’était en rien délicat et il n’était pas forcément confiant face à son aisance et ce qu’elle pourrait lui inspirer. Vibeke un peu amusée avait un léger sourire sans oser encore croiser directement le regard de Corban. Elle avait donc resserré son emprise autour du bras de son époux pour le rassurer avant d’oser une remarque, levant très timidement les yeux vers leur interlocuteur.

-Sans doute pas ainsi, mais avec un peu plus de soin dans la tenue cette couleur pourrait vous aller plutôt bien.

Elle n’aurait peut-être pas osé l’admettre face à n’importe-qui, mais Corban était jeune lui aussi et il en riait même, se montrant alors plutôt détendu. Vibeke espérait donc que le jeune Yaxley ne le prendrait pas mal et que son mari ne serait pas inquiet qu’elle se permette cette réflexion. N’ayant aucune mauvaise pensé, elle souhaitait simplement adoucir un peu les reproches qu’il recevait jusqu’à présent. Si Vibeke n’était pas forcément une grande fan non plus du style général, elle trouvait le torrent de remarques sans le moindre tact un peu brutal.

Corban avait réussi à tout de même s’accorder avec Darren en lui proposant ainsi à boire. Amateur d’alcool, le jeune homme arrivait ainsi à l’amadouer, les invitant à le suivre. L’écossais avait donc bombé le torse, sa femme bien accrochée à son bras, les suivant docilement. La jeune scandinave avait tout de même glissé une petite remarque, désireuse d’arriver à établir une conversation. Corban était jeune, il était agréable, il ne lui en voudrait peut-être pas de nourrir un tel désir malgré son statut de femme. Le jeune blond s’était tourné vers elle, lui offrant même un sourire assez rassurant.

-Mère-grand, sait y faire quand il s’agit d’envoyer des invitations. En espérant qu’aucun impur, ne se joindra à la fête.

Connaissant la si délicate et douce Lyra, il y avait assez peu de chances. Elle n’aurait certainement pas commis l’erreur de laisser à de telles personnes l’occasion de se présenter en sa demeure, surtout pas ce soir. Une fois de plus, elle ne fut pas la plus rapide à réagir. Et sans prendre la peine d’utiliser un ton vaguement discret, il avait commencé par une sorte d’éclat de voix.

-Ha, voilà qui lui ferait drôle à cette pauvre Mrs Yaxley. Devoir gérer ce monde avec des invités imprévus, je me demande bien ce que cela pourrait donner.

Comme d’autres, Darren avait parfois souhaité recevoir en son domaine. Si son épouse s’était généralement occupé de l’organisation, il se serait fait une joie de s’occuper lui-même des indésirables. Si ce n’était fort heureusement jamais arrivé, ils auraient certainement été bien reçus avec un écossais furibard pour les mettre dehors.

-Pour vous répondre Darren, j’apprécie de m’éloigner un tant soit peu de mère-grand, oui.

En parlant de ma mère-grand, elle aussi avait des éclats de voix. Il était question des enfants Carrow et d’un verre il semblerait. En tout cas un autre verre que celui renversé sur son passage. Vibeke encore pleine de bons réflexes avait réussi à s’écarter à temps, ouvrant de grands yeux dans une inspiration de surprise, s’écartant au passage de son mari. Darren lui n’avait pas eu cette chance.

-Dans ces conditions on s’en éloignerait tous!

Marmonnant dans sa grisonnante moustache, pestant même plus précisément, Darren regardait l’ampleur des dégâts. La délicatesse de Lyra avait toujours été discutable, mais là elle faisait fort. Vibeke ne savait pas réellement où se placer, regardant la scène que leur livrait la matriarche, se demandant si quelqu’un aurait fait la même chose si elle s’était retrouvée à vouloir boire durant ses grossesses. Sans doute pas son mari déjà. Quelques instants ainsi elle avait pensé à ses deux petits qui dormaient à la maison. Elle aurait bien volontiers fait le choix de rester avec eux plutôt que se retrouver ainsi baladée au bras d’un homme maintenant décidément ronchon. Vibeke en eut même un soupir.

-Quand je vous disais que mère-grand, n’appréciait pas ma tenue. Là, elle l’a vraiment fait comprendre.

Un coup de baguette et les dégâts semblaient réparés. Darren remettait de l’ordre dans sa tenue, le visage fermé au possible, prenant une teinte rose sur les pommettes. La scandinave qui souhaitait au moins essayer de détendre la situation avait pris le temps de venir se placer devant lui et redresser elle-même on col dans un sourire. Il en serait peut-être ainsi un peu plus calme. A défaut de lui réserver un geste tendre ou au moins une marque de gratitude, Darren s’était contenté de se redresser, comme prêt à simplement reprendre. Une occasion pour Vibeke une fois revenue à sa place pour répondre, au moins une fois.

-C’est une femme de caractère, il serait difficile de ne pas la comprendre je crois.

Lyra était une femme qui se faisait comprendre, et ça c’était plus qu’évident. Que ce soit par sa famille ou les autres, aucune différence. Le genre qui impressionnaient beaucoup Vibeke, assez satisfaite de se faire oublier pour le moment. Darren en revanche n’était pas tout à fait du même avis.

-Difficile de l’ignorer aussi, la discrétion est autant sa spécialité que le tact.

Il était bien placé pour une telle remarque bien évidemment. Savoir où s’arrêter n’était pas dans ses spécialités à lui non plus. De quoi pousser son épouse à se mordre l’intérieur de la joue pour éviter d’en faire la réflexion à voix haute. La situation restait en tout cas tout à fait inconfortable.
Revenir en haut Aller en bas
Elise Lerouge

Elise Lerouge


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 371
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyVen 18 Déc 2020 - 19:39

Coutumière de ces réceptions, Elise bien qu’un peu coincée (mais comme toute personne dans cet endroit) restait assez détendue et finalement à sa place. La belle française restait en la compagnie de son fils avec plaisir, observant un peu ceux qui se trouvaient autour d’eux. Il  avait du beau monde une fois encore. Dans cette masse de visages plus ou moins connus, la belle avait repéré une jeune femme qu’elle avait connu jeune fille. Selena était elle aussi en pleine conversation avec une autre jeune femme. Cela ne les avait pas empêché d’échanger un petit signe de la main, plus par correction qu’autre chose. Si Elise avait réellement souhaité l’aborder, elle y serait allé. Mais peu désireuse de l’interrompre alors qu’elles n’avaient pas forcément même de grand lien, elle était restée à sa place en reportant son attention sur son fils.

Mais finalement ce fut la jeune Stomby qui avait décidé de venir jusqu’à eux. La belle Lerouge lui avait donc accordé un sourire poli en la voyant approcher, voyant bien qu’elle venait directement lui adresser la parole. Des salutations en premier abord gestuelles entre les trois interlocuteurs, Elise se déplaçant très légèrement pour laisser à Selena l’espace pour se placer dans leur conversation.

-Bonsoir chère Elise Lerouge, je suis ravie de vous retrouver en ces lieux. J'ose espérer que vous vous portez bien, ainsi que votre famille.

Une approche de courtoisie sans doute, simple mais correcte et efficace. Prenant les devant puisqu’elles se connaissaient, Elise prenait sur elle de prendre les devants également pour Evan. Son fils était grand, il savait se débrouiller sans elle évidemment, mais elle lui facilitait peut-être un peu les choses sur le moment.

-Bonsoir Selena, ravie également. Vous ne connaissez peut-être pas Evan, mon second fils.

Elise avait fait un petit geste de main vers son garçon pour le désigner clairement. Cela faisait partie des moments qu’elle adorait. Elise Lerouge était toujours très fière de son fils, de ses trois enfants. Il était donc toujours agréable pour elle de pouvoir les présenter elle-même. Et cela même si ils n’avaient finalement plus besoin d’elle pour ça.

-Je vais très bien, je vous remercie. Et vous-même?

Là encore on restait dans les courtoisies habituelles. Est-ce qu’elle s’en souciait réellement? Peut-être plus que pour certaines autres personnes présentes sans doute. Elles ne s’étaient jamais plus croisées depuis presque dix ans, une évolution serait peut-être intéressante à connaître. Selena était loin d’être la pire, elle n’était pas forcément désagréable non plus.

-Enseignez-vous toujours les idéaux Mangemorts, au sein de la Confrérie ? A propos de cela, j'aurais quelques questions à vous poser.

Voilà qui relevait de l’indélicatesse. Aborder ainsi les Mangemorts et son rôle là, comme ça, au milieu de tous, devant son fils… On entrait là dans le domaine de l’erreur assez claire. Elise en eut d’ailleurs de grands yeux quelques instants avant de glisser par réflexe un regard vers Evan.

-Miss Stomby, je crois qu’il est absolument malvenu d’aborder certains sujets n’importe-où. Il me semble tout à fait préférable de ne pas impliquer Evan ou toute oreille indiscrète dans ces affaire, vous ne croyez pas? Je vous encourage donc à me poser ces questions en une autre occasion si vous le voulez bien.


La française bien qu’un peu sèche n’avait pas levé le ton, ne souhaitant pas plus que cela attirer l’attention sur elles. Elle ne souhaitait pas non plus tellement poursuivre sur un sujet si délicat, pas en présence d’Evan et d’autant d’autres personnes. S’efforçant ainsi de retrouver un visage plus détendu et même un léger sourire, elle voulut relancer la conversation.

-Pourquoi ne pas me rejoindre pour le thé à l’occasion? Sans compter qu’en ces nombreuses années vous avez sans doute bien plus à me raconter, n’est-ce pas? Peut-être pouvez-vous même commencer dès ce soir?
Revenir en haut Aller en bas
Selena J. Stomby

Selena J. Stomby


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : Krysten Ritter
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Me réveillant un matin en ayant tout perdu, et complètement ruinée.
| PATRONUS : Un Tigre, pour sa puissance et sa férocité.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptySam 19 Déc 2020 - 17:26

Je souriais à mon ancienne professeur, et reportais mon regard sur son fils. Un beau jeune homme, qui lui ressemblait vraiment. Il s’agissait donc d’Evan.  En effet, je l’avais aperçu auparavant, mais j’ignorais qu’il appartenait à sa famille. Je ne le connaissais que de vue lointaine. Elise l’avait présenté d’un geste de la main. Je trouvais cette attitude tout à fait respectable et tendre, par un certain côté.

- J’en suis enchantée. Effectivement, je ne connaissais pas votre fier Evan. Mais en le voyant à vos côtés, je ne pouvais pas me tromper. Un air de famille vous unit. Je l’avais saluer d’un geste de la tête léger. Mais j’étais curieuse de savoir ce que ce jeune homme faisait dans la vie.

- Cher Evan, permettez-moi de vous demander ce que vous faites dans la vie ? Poursuivez-vous des études ?

Je ne doutais pas qu’il était un jeune homme intelligent et indépendant, et qu’il était capable de se débrouiller seul. Je n’avais pas d’enfants, mais j’aurais également désiré qu’ils soient ainsi. Elise m’informait qu’elle se portait très bien, et me retournais la question. Je lui répondais sur le même ton, en une phrase quelque peu équivalente.

- Tout va bien très chère, le travail m’accapare beaucoup, mais vous savez ce que c’est, pour aller loin, il faut s’en donner les moyens. Je savais qu’elle-même ne lésinait pas sur les efforts. Elle en fournissait de beaux lorsque j’étais en camps de vacances chez les Mangemorts, et je ne doutais pas qu’elle continuait sur cette voie.

Soudainement, un détail avait retenu toute mon attention. Elise s’appuyait sur une canne, qui devait l’aider à marcher. Les rumeurs étaient donc fondées, alors que je les avais crues qu’à moitié. J’espérais qu’elle ne souffrait pas plus qu’il n’en fallait. Je m’en trouvais peinée tout à coup, car j’avais gardé un bon souvenir de sa personne. Je retenais mon interrogation pour plus tard, ne voulant pas évoqué le sujet, en ce lieu, au beau milieu d’oreilles attentives.

En parlant de cela, mes interrogations suivantes, avaient entraînées une réaction vive, de la part de mon interlocutrice. Elle avait fait de grands yeux, et glissé un regard vers son fils. J’avais fait une erreur de communication, mais je l’assumais entièrement. Ce n’était pas la première, et assurément pas la dernière. J’avais l’habitude de mettre le doigt là où il ne fallait pas. Mais cette dernière ne m’en avait pas tenu rigueur, bien au contraire, elle me proposait même que nous en discutions en privé. Ce que j’acceptais avec empressement.

- Vous avez raison chère Elise, veuillez excuser ma maladresse. Je serais ravie d’en parler avec vous, autour d’une bonne tasse de thé.

Un visage plus détendu avait pris place sur sa personne, ainsi qu’un léger sourire. Pour ma part, mon cœur se remettait à battre en un rythme constant. Je l’avais échappé belle. Miss Lerouge s’était montrée plus incisive, pour remettre en place la jeune effrontée que j’étais alors.

- Et bien, je crains fort que nous en ayons pour un bon moment, mais je veux bien commencer dès ce soir. L’Empire familial se porte à merveille, ce qui m’emplit de joie. D’autres confidences suivraient, mais il fallait bien débuter quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis R. Calloway

Alexis R. Calloway


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 199
| AVATARS / CRÉDITS : Halsey - love exordium
| SANG : Né-Moldue


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ne plus savoir distinguer les couleurs du monde, qui l’entoure
| PATRONUS : Une Raie Mobula
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyDim 20 Déc 2020 - 10:44

Vibeke Camran et son « délicieux mari ».
C’est donc tout naturellement que Corban Yaxley s’est alors dirigé vers eux, et faisant montre de toute sa déférence envers les deux époux. L’un étant évidemment bien plus appréciable au regard des iris olivâtres du jeune frère d’Addison Yaxley. Vibeke est si belle, qu’elle en est effacée. Au profit d’un mari, qui ne la mérite vraiment pas. Sa douceur n’a d’égale que son implication à vouloir être parfaite dans une société qui lui a imposé un tel mari. Mari, que le jeune blond ne porte pas vraiment dans son cœur, ni nulle part ailleurs, visiblement. Il tente un sarcasme qui n’est peut-être pas passé inaperçu. Mais il n’en a cure. Il démontre un respect pour cet homme, mais son accointance se termine ici. Vibeke Camran étant une interlocutrice parfaite. Mais, vu que sa compagnie ne va pas sans celle du mari. Autant s’y faire et serrer les dents, le plus possible.

C’est ce qu’il fait alors, quand Darren se plait à lui parler ainsi. Avec toute cette impertinence et cette rudesse dont il peut faire preuve. Allant même jusqu’à le vexer, s’il le pouvait. Or, le petit-fils de l’hôtesse de cette fête, ne se formalise déjà pas de ses dires, alors ceux d’un illustre inconnu. Les lèvres fines se complaisent dans un sourire poli et il hoche sa tête nouvellement blonde comme pour appuyer les dires de l’époux Camran. Néanmoins ce que dit Vibeke est un enchantement pour le cœur, et là, le sourire affiché s’agrandit et est réellement teinté de sincérité.

- Cela ne se produira qu’une seule et unique fois, Darren. Vous avez ma parole. Sourit le jeune frère d’Addison Yaxley, tout en portant son regard sur Vibeke. Je prends note de vos conseils Miss Camran. Et, je ferais en sorte d’accorder ma tenue future avec ma chevelure. En oubliant les carreaux, et ce qu’ils ont produits chez mère-grand. Un petit rire entendu. Pour conclure.

C’est tout naturellement qu’il leur a proposé un breuvage, s’acquittant de la tâche à accomplir, avec une certaine envie, néanmoins. Corban Yaxley souhaite à chaque fois qu’il entame ne serait-ce qu’un embryon de conversation, que Vibeke Camran enchaîne et lui réponde. Mais, il n’en est rien. Car, c’est toujours Darren qui prend le pas sur le reste. Et ça, ça embête un tant soit peu le jeune descendant des Yaxley, qui pourtant fait grâce de ses pensées, en restant silencieux sur le sujet. Cependant, il vient à parler des impurs, ceux ou celles qui n’ont pas leur place dans cette société sorcière avec leur sang plus que mêlé. Connaissant la matriarche des Yaxley, si tel intrus passe le pas de sa porte, il n’est pas certain qu’il en ressorte vivant. Ce qui peut être décidément envisageable, vu les vingt-huit sacrées.

- Vous savez Darren ? Je suis partagé entre l’envie de voir ce spectacle. Et, de m’en prémunir, voyez-vous. mère-grand, peut être atroce, quand elle le souhaite. L’adjectif mentionné est bien évidemment chuchoté. Au cas où des oreilles indiscrètes viennent à rapporter une telle infamie, à l’hôtesse de la soirée.

Et, ce qui devait arriver, arriva. L’ancêtre dans ses vociférations et ses gestes allant de pair, mouilla sans ménagement, le petit groupuscule présent. Préservant ainsi Cassiopeia Yaxley, d’une éventuelle grossesse soumise à l’alcool. Fronçant ses sourcils imperceptiblement, tout en regardant sa sœur qui a été le théâtre d’un tel geste provenant de l’increvable matriarche, Corban Yaxley limite alors les dégâts occasionnés. A la fois sur Darren Camran et sur lui-même. Comme une sorte d’excuse silencieuse faite à l’époux, qui est décidément de plus en plus refermé et dont les gestes attendris de son épouse n’ont l’air de rien arranger. Décidément, il ne mérite pas cette femme et encore moins sa descendance obtenue avec elle.

Avec un large sourire, le jeune frère d’Addison Yaxley constate que Vibeke répond. Enfin. Le jeune blond apprécie enfin cette tournure que prend la soirée. Il faut que mère-grand fasse preuve de plus d’éclats de voix pour calmer l’époux patibulaire. Néanmoins, le répit a été de courte durée, Darren Camran enchaînant rapidement sur les dires de son épouse. Avec tout ce qu’il peut avoir de venin. Dardant ses iris olivâtres sur l’épouse et non pas sur l’époux, le jeune frère d’Addison Yaxley se permet un petit rire, à l’attention de son aïeule. Qui a toujours brillé par sa personnalité implacable.

- Sachez Darren, que nous, noble lignée des Yaxley, nous avons tous hérité avec un degré plus ou moins important ceci-dit, du caractère de notre mère-grand. Grand bien nous en fasse. Un sourire discret vers Vibeke et un regard couleur olive qui ne cille nullement en regardant l’Écossais. Maintenant que tout est rentré dans l’ordre, je peux enfin vous proposer à boire. Du whisky ?

Sortant déjà trois petits verres et une bouteille à la couleur ambrée. Où la boisson se meut admirablement dans le verre où elle est enfermée. Avec un petit sourire en coin, il débouche la bouteille, attendant néanmoins que ses comparses acceptent la proposition qui leur est offerte.
Revenir en haut Aller en bas
Elise Lerouge

Elise Lerouge


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 371
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyDim 27 Déc 2020 - 20:01

Pouvoir présenter son fils avec autant de fierté était un plaisir pour la belle Lerouge qui profitait de la présence de la jeune Selena pour pouvoir le faire. Ses enfants étaient une fierté en toutes circonstances ( ou presque) pour elle et elle manquait rarement une occasion de le faire remarquer. D’autant plus qu’Evan était là tout en finesse et parfaitement habillé pour l’occasion. Il soutenait sa mère avec application et douceur depuis qu’ils avaient passé les portes de la demeure, lui donnant la tête haute à son bras.

Selena avait souri à ces présentation, souri à Evan aussi. En même temps qui ne le ferait pas, il était charmant. Une mère fière vous a-t-on dit!

-J’en suis enchantée. Effectivement, je ne connaissais pas votre fier Evan. Mais en le voyant à vos côtés, je ne pouvais pas me tromper. Un air de famille vous unit.

Un air de fierté pure avait pris la Lerouge, adorant ces moments et les comparaisons entre elle et ses enfants. Fort heureusement pour eux (d’après elle) ils avaient effectivement beaucoup pris d’elle plutôt que leur père. Evan par exemple avait cette forme de visage assez anguleuse et ses yeux clairs. Ses cheveux sombres avaient complété le tableau des ressemblances mais ça ce n’était pas forcément uniquement d’elle, Ian avait lui aussi les cheveux noirs… dans sa jeunesse… encore un peu au début de leur mariage… plus du tout à son décès.

-Il paraît oui, bien qu’il ait fort heureusement su prendre quelques centimètres de plus que moi.

Elise n’était pas une femme spécialement grande. Evan la dépassait largement. Il était même à en croire sa mère devenu un grand et fort jeune homme. Une fierté pure et simple. Un sourire discret mais plein de fierté illuminait son visage alors que Selena s’intéressait à son fils. Un moment où pour une fois l’aînée s’était légèrement placée en retrait avant que Selena ne revienne vers elle. La belle lui avait répondu avec politesse, gardant ses airs supérieurs légèrement en place sans écraser Selena dessous non plus, cette jeune femme n’ayant pas encore mérité tel traitement malgré le fait que son jeune âge lui permettrait.

-Tout va bien très chère, le travail m’accapare beaucoup, mais vous savez ce que c’est, pour aller loin, il faut s’en donner les moyens

Selena avait effectivement de quoi s’occuper semblerait-il. Mais Elise aurait jugé bon à son âge qu’elle ait au moins su trouver un homme pour couvrir quelque peu ses arrières. Elle-même avait une liberté appréciable, accordé en grande partie par son statut de veuve. C’était maintenant elle qui gérait les affaires de son défunt mari. Pas celles du Ministère qui avaient occupé sa vie professionnel bien sûr. Non, plutôt ses actions, ses placements divers, quelques réceptions à l’occasion aussi qui servaient à maintenir quelques belles images. Tout cela évidemment ne changeait en rien son implication sans faille chez les Mangemorts. C’était dans ce contexte d’ailleurs qu’elles s’étaient rencontrées avec la jeune Stomby. Lors de ces séjours chez les uns ou les autres ayant pour but de former les jeunes sorciers qui s’en montraient dignes.

-En effet, je le comprends bien. Il est bien de voir que certaines femmes savent prendre leur place, elles ne sont pas si nombreuses ici.

Baissant très légèrement le ton, une pointe de dédain pour le teinter, Elise avait jeté un rapide regard autour d’elles. Beaucoup de ces femmes se contentaient de rester à leur place, sages, bien trop. Selena semblait avoir un peu plus de caractère. C’était sans doute une bonne chose pour elle. Elise quand à elle saurait garder sa place et son autorité autant que possible.

Mais la jeune femme semblait manquer de jugeote tout de même. Elle avait parlé tout à fait ouvertement et avec bien peu de discrétion de ce qui occupait Elise lors de soirées ensuite qualifiées de funestes. La française s’était donc empressé de la reprendre, sans très grand ménagement mais pas trop de brutalité non plus.

-Vous avez raison chère Elise, veuillez excuser ma maladresse. Je serais ravie d’en parler avec vous, autour d’une bonne tasse de thé.

Après tout, parler de leur noble cause était effectivement une possibilité tout à fait agréable. Mais pas ici, pas devant Evan non plus. Souhaitant laisser une possibilité à Selena de se reprendre, son ton incisif avait couvert une porte de sortie qu’elle s’était empressé de pendre.

-Dans ce cas nous aurons l’occasion d’organiser un tel moment. Il sera certainement infiniment plus approprié.

L’ayant invitée à poursuivre sur un sujet bien plus neutre, Elise avait finit par joindre ses mains devant elle sur sa canne, se donnant assez volontairement une certaine prestance. Après tout, ils étaient comme toujours dans ces lieux, parfaitement détaillés par le regards des autres convives.

-Et bien, je crains fort que nous en ayons pour un bon moment, mais je veux bien commencer dès ce soir. L’Empire familial se porte à merveille, ce qui m’emplit de joie.

Un simple hochement de tête dans un sourire approbateur avait commencé sa réaction. La vente de chaudron c’était bien peu, mais c’était déjà ça. Elles restaient diminuées par leur condition féminine, elles n’allaient certainement pas changé le monde à elles seules. Mais c’était un début finalement.

-J’ai cru le comprendre en effet. Il était temps que s’installent plus de femmes de pouvoir. Les esprits s’ouvrent, heureusement pour nous.
Revenir en haut Aller en bas
Svetlana Vassiliev

Svetlana Vassiliev


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 511
| AVATARS / CRÉDITS : Amanda Seyfried — Galaad
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Le noir
| PATRONUS : Renard des neiges
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 EmptyDim 27 Déc 2020 - 21:53

Corban eut l’air d’apprécier son trait d’humour. Le jeune homme rirait sous cape tout en dardant sur elle un regard intense qui la fit frissonner. Néanmoins, il répondit à ses réplique avec la même légèreté et le même ton, pour mieux lui glisser un compliment qui la fit rougir jusqu’aux oreilles. Svetlana se retrouva sans voix. On lui avait fait bien des compliments dans sa vie et même Reguus, ce soir, n’était pas avare de jolis mots. A la différence que Corban les disait plus franchement et sans détour.

L’espace d’un instant, elle suit son regard et l’échange silencieux qu’il a avec Addison. Savait-il quelque chose ? Avait-il la même mentalité que son aîné ? La jeune soviétique n’eut guère le temps de se poser davantage de question qu’elle sentit une main se poser dans le bas de son dos et Corban lui glisser quelques mots qui firent battre son coeur de jeune adulte. Il espérait lui reparler. Lana regarda l’éphèbe s’éloigner d’une démarche noble, droite mais loin de la raideur de certains sorciers ici présent. Non, il avait une aisance et une nonchalance chez cet homme. Elle ne l’avait jamais remarqué auparavant. En même temps, elle avait quasiment disparu des soirées mondaines pendant les deux dernières années.

Puis elle se secoua la tête. Corban devait être comme Addison, d’une rare politesse qui le poussait à s’exprimer de la sorte. C’est alors qu’une tornade fit son apparition à ses cotés, dont la colère était entièrement dirigée sur la jeune Cassiopée. Le regard de Svetlana suivi le liquide que la vieille venait d’envoyer valser par-dessus son épaule et atterrir sur le veston d’un sorcier qu’elle ne connaissait que de vue. Quelques gouttes se posèrent également sur les atours de Corban. Ce dernier se permit un nouveau traits d’humour, qu’il adressait certes à M. Camran, mais qu’elle entendit clairement. Lana portait ses doigts à ses lèvres pour tenter de dissimuler un sourire. Cependant, les mots qu’eut cet homme envers sa femme… Svetlana se jura que personne ne lui parlerait ainsi, et certainement pas un mari. De toute façon, elle n’était plus engagée à Regulus. Aucun fiancé ne se bousculé au portillon. Et de toute façon elle avait d’autres problèmes à gérer.

En parlant de problème, Svetlana avisa le regard de son frère et le geste qu’il lui fit. Lana se tourna vers la petite assemblée. « Veuillez m’excuser. » C’était mieux ainsi. Si parler avec Regulus et Corban avait allégé son coeur, ses récentes pensées avaient apporté une ombre au tableau. « On dirait presque que l’enfant des Black regrette votre ancienne union. » Svetlana fit claquer sa langue contre son palais en arrivant à hauteur de son frère. « Ne dis pas de bêtises, Dimitri. » Ils s’exprimaient en anglais enfin de ne pas vexer les convives aux alentours. Parler russe pourrait être vu comme une enfance, surtout au sein de la maison Yaxley. « Je ne fais que constater. » « Arrête donc de jouer les frères jaloux. J’ai passé l’âge. Et puis tu sais très bien que je n’ai pas la tête à ça. » Une ombre passa sur le passa sur le visage de l’héritier Vassiliev. Puis, il passa un bras autour de ses épaules et embrassa sa tempe. « Pardonne-moi », dit-il en russe. Et il ne s’excusait pas seulement pour ce soir.

Svetlana répondit à son étreinte, l’embrassa à son tour sur la joue, puis elle se rapprocha d’une fenêtre tandis qu’une personne abordait son frère. Les bras croisés, elle contemplait le domaine de la vieille. Les jardins. L’extérieur. Cela ne lui donnait qu’une envie, partir. Le regard acier de la slave embrasa l’assemblée. Allez, encore un peu pour donner illusion puis elle remonterait cette allée et s’en irait chez elle, loin de cette mascarade.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Réception chez les Yaxley pour les 90 ans de la matriarche -- Sorciers et sorcières pur et respectables only

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-