GRYFFONDOR : 20 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 58 pt | SERPENTARD : 2 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !

Partagez

Cimetière, lieu de vie | Selena |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Thorfinn Rowle

Thorfinn Rowle


PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 419


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père, Tobias Rogue
| PATRONUS : Une biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty
MessageSujet: Cimetière, lieu de vie | Selena | Cimetière, lieu de vie | Selena |  EmptyLun 9 Nov 2020 - 15:23

Poudlard était un pensionnat plutôt stricte, rare étaient les occasions où les élèves avaient le droit de sortir du château. Heureusement pour la survie de Thorfinn, il avait une famille avec de très nombreuses branches. Et surprise, les enterrements de la famille proche étaient une raison suffisante pour être autorisé à quitter l'enceinte de l'école. Son père lui avait informé dans une lettre pleine de bons sentiments et de tristesse feinte que sa tante, la sœur de sa mère était décédée. Une véritable tragédie quant on savait que cette dernière était aussi insignifiante que sa mère. Il se fichait donc allègrement de cette mort mais appréciait ce moment de liberté. En ce samedi matin, l'Angleterre se drapait d'un beau soleil et d'une chaleur surprenante pour la saison. Il s'était rendu chez lui, auprès de son père avant de se rendre au cimetière pour un dernier adieu (bien mérité) à sa tante. Il s'habilla de noir, convenances oblige bien qu'il ne ressente pas la moindre once de tristesse. Il y avait bien un point positif à tout cela qui était de revoir des personnes qu'il appréciait. Etre constamment entouré de prétendus sorciers l'avait rendu un peu moins pur à chaque instant. Il voulait donc profiter de ce moment pour redevenir lui-même l'espace d'une journée, il se sentait revivre. Son père le transplana au cimetière et en l'espace d'un instant il se retrouva entourés de personnes tout de noir vêtu. Il reconnut quelques têtes parmi ses mines de facade qui ne faisaient même pas semblant de pleurer cette perte dans le cercle des sang-pur, en même temps cela restait une femme qui n'avait pas vraiment mise dans leur univers. Il butina d'un cercle à l'autre pour saluer chaque personne qu'il connaissait et appréciait et tomba finalement sur une personne à son plus grand regret qu'il ne put éviter tout simplement car elle se trouvait sur son chemin jusqu'à la tombe : Séléna Stomby. Une sang pur, enfin, pouvait-on vraiment l'appeler ainsi, tel était la question, les doutes étaient nombreux mais elle restait malheureusement bienvenue dans les cercles intimes. Il ne l'avait pas revu de près depuis près de 2 ans pour son plus grand plaisir, il avait toujours pris un mail plaisir à l'ignorer, ce qui n'était pas vraiment difficile à ses yeux.
Cependant, il figea un sourire calme sur son visage et prit son plus joli ton pour l'aborder. "Bonjour Séléna, Comment vas-tu ?" Il se serait bien éclipsé si tôt cela demandé mais cela n'aurait pas été correct et la dernière chose qu'il voulait était de faire honte à son nom, même devant une personne aussi insignifiante qu'elle ne l'était. Et puis, son père lui avait demandé de se comporter correctement aujourd'hui. Cependant, même en restant le plus cordial possible il avait de nombreux problèmes avec cette personne. Tout d'abord son sang pas vraiment clair, sa famille plus que discutable et surtout leurs idéaux qui étaient bien loin des siens. Ils ne respectaient rien, aucune des règles tacites, se montraient lors des réunions uniquement lorsqu'ils le souhaitaient, bref rien de bien intéressant pour lui. Mais leur famille restait malgré tout encore pure, ce qui était une chose suffisamment rare aujourd'hui pour la mépriser complètement en public. "Cela fait un certain temps, toujours pas mariée ?" demanda-t-il avec une pointe de mépris dans la voix qu'il eut toute la misère du monde à cacher. C'est vrai quoi, elle s'approchait de la trentaine, n'avait pas de mari et même pas un enfant caché pour perpétuer sa lignée, bientôt elle ne serait plus bonne à rien, c'était un crime de gâcher ce pour quoi elle était faite. C'était difficile à comprendre mais bon bref, il se contentait de faire bonne figure, c'était déjà un bon début.
Revenir en haut Aller en bas
Selena J. Stomby

Selena J. Stomby


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 148
| AVATARS / CRÉDITS : Krysten Ritter
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Me réveillant un matin en ayant tout perdu, et complètement ruinée.
| PATRONUS : Un Tigre, pour sa puissance et sa férocité.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty
MessageSujet: Re: Cimetière, lieu de vie | Selena | Cimetière, lieu de vie | Selena |  EmptyMer 11 Nov 2020 - 14:54

Je me retrouvais devant un étalage de tenues noires, ne sachant pas vraiment sur laquelle jeter mon dévolu. Il allait pourtant falloir que j’arrête un choix, et vite, sous peine d’être en retard. Je détestais au plus haut point ce trait de caractère, que ce soit pour ma personne, ou pour les entrevues inhérentes à mon statut de dirigeante de l’Empire familial. Mes interlocuteurs le ressentaient de manière équivoque.
J’optais finalement pour une robe au dessus du genou, noire et très simple. Les fantaisies n’avaient nullement leur place en ce jour, mais je ne pouvais faire sans. J’emprisonnais mes lèvres sous une couche de rouge à lèvres bordeaux, seul détail voyant, sur cette tenue de circonstance. Mes cheveux de jais soigneusement coiffés, venaient encadrer mon visage. Des escarpins d’une teinte identique venaient chausser délicatement mes pieds, et je sortais de mes appartements, en faisant claquer ces derniers, sur le carrelage du Manoir.

La missive reçue la veille par un imbécile de hibou, m’avait informée du décès d’une tante, de la famille Rowle. Je l’avais croisée quelquefois lors de réunions entre familles de Sang-Pur, échangé avec elle, une ou deux conversations. Autant dire que je ne la connaissais pas vraiment, mais étant la seule à avoir eu l’information, je me devais de représenter la famille Stomby, aux yeux de tous. Je me saisissais de mon long manteau sombre, et le passais sur mes épaules, fourrant dans la foulée, la missive dans la poche intérieure, se joignant ainsi à ma chère baguette.

L’heure de la mise en terre approchait, et me concentrais afin de transplaner directement au cimetière sorcier.  Je rouvrais les yeux, et je me trouvais à son entrée, avançant jusqu’à la tombe, époussetant et réajustant ma tenue, et mon long manteau. Mes talons crissaient sur le sol rempli de gravier. Je balayais du regard l’assemblée vêtue à mon image, d’un noir macabre. La foule s’était rassemblée près de la dernière demeure, un trou béant creusé à même la terre. Cela m’arrachait un frisson incompréhensible, alors que je jetais un regard rapide, au fond de celui-ci. Je m’en détournais aussitôt, et apercevais au loin sa famille, venue lui rendre un dernier hommage.

Je souriais poliment aux visages connus, et sursautais un instant, car j’en reconnaissais un, que je n’avais plus revu, depuis près de deux années. Nous nous étions alors côtoyés, lors de soirées mondaines. Mais tout ceci était une autre époque. J’étais donc surprise de le voir en ce lieu, saluer les personnes qui s’étaient déplacées jusqu’à lui, et sa famille. Je plaquais un sourire un tantinet plus large sur mes lèvres maquillées, dans l’attente de sa venue, à ma hauteur. Toute la bonne société Sang-Pur s’était donné rendez-vous, ce qui faisait une foule considérable. Je patientais de mon côté, tout en songeant au dernier événement semblable auquel je m’étais rendue, mais sans résultats manifestes.

Thorfinn se rapprochait, et je l’entendais décliner ses salutations d’un ton poli, en souriant calmement. J’en profitais pour lui présenter à mon tour, mes sincères condoléances, car perdre un proche, était toujours triste, bien qu’il ne semblait pas l’être, le moins du monde.

- Bonjour Thorfinn, je vais bien merci. Je te présente toutes mes sincères condoléances pour ta tante. Il y a du monde pour lui rendre hommage, c’est appréciable.  Mon sourire élargi toujours plaqué sur mes lèvres, j’avais parlé d’un ton  doux et monocorde. De circonstances.

Le temps était exceptionnellement beau et chaud, pour ce mois de novembre en Angleterre. Voilà de quoi rendre le sourire, à cette assemblée hypocrite, ne feignant nullement les larmes consécutives à cette perte. Je me souvenais d’une femme effacée, mais avec laquelle j’avais eu plaisir à échanger, à de rares occasions. J’ignorais si ce rassemblement d’âmes avait une meilleure connaissance de sa personne, mais une intuition me susurrait qu’il n’en était rien. Ces bonnes âmes étaient ici en représentation. Il en était ainsi, dans notre cercle restreint. Chacun désirant démontrer la supériorité de son rang.

Je revenais au temps présent tout à coup, une question taraudant mon esprit curieux. Plantant mon regard dans celui de Thorfinn face à ma personne, je m’exécutais.

- Qu’est-ce qui a pu causer la fin tragique de ta tante ? Etait-elle âgée ? Je ne me rappelais plus ce léger détail. Moi qui étais habituée à posséder une bonne mémoire, celle-ci me faisait cruellement défaut, en ce funeste jour. Je me maudissais intérieurement. Bref, j’obtiendrais la réponse, de sa part, et cela était très bien.

Et pour répondre à mon tour, à sa deuxième interrogation, je prenais un ton amusé, quoiqu’un peu agacé. Il se mêlait ironiquement de ma vie privée, et je ne le permettais aucunement. Cette dernière m’appartenait, et je ne laissais personne la diriger à ma place. Et surtout pas un jeune homme, que j’ai plus revu depuis longtemps.

- Cela fait un bon bout de temps en effet. Comme tu le vois, aucun anneau n’a encore réduit ma personne, à l’état de femme mariée. J’ai la vie devant moi ! Je riais quelques secondes, ne me voyant nullement sur le modèle maternel, et devant obéir à un mari, que je n’aurais pas choisi. Cela arriverait un jour certainement, mais à cet instant, d’autres préoccupations occupaient mon esprit : l’Empire de vente de chaudrons magiques familial.
Je reprenais néanmoins, sachant moi aussi poser les questions fâcheuses.

- Que deviens-tu, depuis la dernière soirée mondaine ? Une petite amie peut-être ?  J’espérais par ce biais, le piquer au vif. J’étais assez douée, dans ce domaine. Et lorsque cela était nécessaire, je ne mâchais pas mes mots. Je n’étais pas femme à me laisser impressionner, bien consciente cependant, que cette attitude frontale, finirais bien par me jouer de sales tours, un jour ou l’autre. En attendant, je profitais de cet atout non négligeable.

Je soupirais malgré moi dans ma barbe, ne cachant pas à Thorfinn, mon agacement perceptible. De l’eau avait apparemment coulé sous les ponts, et son estime envers ma famille et moi-même, avait considérablement changée.  Mais j’étais loin d’en connaître tout le contenu. Je fermais les yeux momentanément, et tentais d’apaiser mon emballement. Cela était le bouquet, véritablement.

Il se permettait de faire de l’humour douteux, en ce jour funeste, où la peine était de mise. Mais force était de constater, que cette dernière n’était point présente, sur son visage. Comme sur toutes les personnes environnantes. Une représentation, c’était bien cela. Par Salazar, j’avais hâte d’en finir, bien que la perspectives d’un échange de façade avec mon interlocuteur, me réjouissais davantage.

Le soleil était toujours présent, et je jetais un œil envers lui. Il offrait une scène des plus paradoxales. Ses rayons dardaient et réchauffaient, ses vêtements d’un noir macabre. Un sourire idiot s’étirait sur mes lèvres bordeaux, alors que mes yeux d’un vert semblable à la noble maison des Serpentards, demeuraient dans les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Thorfinn Rowle

Thorfinn Rowle


PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 419


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père, Tobias Rogue
| PATRONUS : Une biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty
MessageSujet: Re: Cimetière, lieu de vie | Selena | Cimetière, lieu de vie | Selena |  EmptyVen 13 Nov 2020 - 18:15

Thorfinn ne faisait même pas l'effort minime de sembler affecté par la mort que l'on célébrait en ce jour. Tout du moins, il plaquait un visage neutre de façade qui lui convenait tout à fait. Première raison, il n'aimait pas s'épancher en public et secondement, il n'avait aucun interet pour sa tante, alors qu'elle soit vivante ou décédée ne changeait pas grand chose pour lui. Et puis, il aurait été feint de dire que chaque personne présente en ce jour était là par amitié pour elle. Elle n'était pas vraiment femme à déchainer les foules, plate, inutile lui correspondait à ravir. A vrai dire, la plupart des personnes avec qui il discutait semblait du même avis. Les discussions s'enchainaient mais peu correspondaient à des épanchements pour la perte de sa femme. Le seul indice qui aurait pu aider une personne extérieure à comprendre ce qu'il se passait était les tenues assorties et les quelques "Toutes mes condoléances". Thorfinn avait dit beaucoup trop de fois en l'espace d'un temps réduit. "Merci, je te remercie d'être venu". Et pourtant, cela n'avait pas le moindre sens pour lui. Mais cela n'en avait pas davantage dans la bouche de ceux qui lui disait. Les personnes se succédaient et se remplaçaient sans qu'il ne réagisse plus que cela. Personne ne lui faisait vraiment d'effet. Il restait dans son ambiance où l'on se fichait de tout. La seule personne qui semblait réellement affectée ou au moins faisait semblant de l'être c'était Selena, il ne les connaissait pourtant pas particulièrement proches mais bon, ce n'est pas comme s'il connaissait la vie entière de ces deux-là. Il répéta un énième merci en oubliant allègrement le paix à son âme. C'était incroyable, quelle utilité les gens avaient d'être moroses pendant les enterrements. Ce n'est pas comme s'ils pouvaient être vus par les morts. Mais bon, peut-être que les gens cherchaient à s'excuser de ne pas avoir été assez présent dans la vie du mourrant, et pleurer à ce moment-là permettait d'expier tous leurs torts ? La bonne blague... "Personne ne doutait qu'elle était si appréciée..." dit-il tout en soufflant vieille peau dans sa barbe. Le pire c'est que Séléna semblait vraiment intéressée par la vie et la mort de sa très chère tante. Cela contrastait bien avec son état gonflé. "Je ne te savais pas si proche d'elle dis donc" Entre femmes seules et désespérées, quoi que, elles avaient sûrement des choses à se partager pour palier à leur ennui. OU peut-être se faisaient-elles des thé pour parler de tous les hommes parfaitement libres et acceptables qu'elles n'avaient pas réussi à attraper dans leur filet. C'était bien dommage car Séléna n'était pas tant repoussante, c'était sûrement son meilleur argument pour trouver un mariage, le jour où elle se décidera, elle aura sûrement flétrie et ne pourra en trouver un qu'en achetant un benêt. Autant que son argent lui serve à quelque chose. "Non, elle avait la quarantaine, disons plutôt qu'elle avait une facheuse tendance à se mêler des choses qui ne la concernaient pas..." dit-il d'un ton froid et détaché tout en restant relativement flou, il n'était pas du genre à trop en dire et puis ca ne la regardait pas. Cette méchante manie avait sûrement réussi à faire perdre quelques années de vie à sa maudite tante.
Bien loin de se laisser rabaisser par Thorfinn comme toute femme correcte aurait fait, celle-ci lui répondit et semblait même se moquer de l'idée même de se marier. Quelle éducation avait-elle bien pu recevoir pour devenir ainsi... Il lui manquait quelques cases de présence en société et de comportements acceptables. "Fais attention, ne traine pas trop quand même, plus tu vieillis, moins tu risques d'intéresser des partis un tant soit peu intéressants". Pas que ca ne le préoccupe réellement mais il préférait éviter qu'elle soit pris du virus qui avait tendance à infecter toutes les jeunes femmes pures en recherche d'amour et de se jeter dans les bras d'une nuisance, cela ne souillerait qu'un peu plus ^le peu de sang correct qui était toujours présent en Angleterre. Ayant quelques doutes sur le sang de cette famille, tant que rien n'était confirmé, il fallait mieux préserver chacune des branches existantes. Les plus pures étaient même tentés aujourd'hui par l'attrait de la nouveauté de sang souillé.
Une moue dégoutée envahit son visage lorsqu'elle aborda le fait qu'il ait potentiellement une petite amie. Il n'en voyait aucune utilité, il prenait du plaisir avec des femmes l'espace d'un instant mais il n'avait aucune envie de s'appesantir à correspondre à une femme et à la flatter pour qu'elle lui soit exclusive. Il se marierait bien sûr lorsqu'on lui trouvera une femme adéquate mais dela à s'engager émotionnellement, il n'en avait aucune espèce d'envie. "Non, aucune utilité, les petites amies sont ennuyeuses au possible".
Leur relation d'un semblant de cordialité du début se transformait en pique à peine déguisé assorti de magnifiques sourires faux. Il était doué dans cet objectif mais son adversaire ne semblait pas en reste par rapport à lui, bien loin, sa langue était aussi affutée qu'un serpent à l'image de leur noble maison. "Je suis toujours élève, rien de bien nouveau, tu dois bien t'en douter". Pas encore fiancé, toujours pas de mère, toujours pas d'intérêt pour grand chose à part un interet de plus en plus affuté pour la magie noire et toutes sortes de choses et d'idées peu répandues. Mais il n'avait aucune raison de lui dire cela, ca ne la regardait en rien; Et puis ses informations seraient sûrement un peu trop ultimes pour ses frêles oreilles. Elle était loin d'avoir ce qu'il faut pour comprendre cette fierté et cette envie de préserver leur race avant tout. Après tout, c'était une Stomby.
Revenir en haut Aller en bas
Selena J. Stomby

Selena J. Stomby


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 148
| AVATARS / CRÉDITS : Krysten Ritter
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Me réveillant un matin en ayant tout perdu, et complètement ruinée.
| PATRONUS : Un Tigre, pour sa puissance et sa férocité.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty
MessageSujet: Re: Cimetière, lieu de vie | Selena | Cimetière, lieu de vie | Selena |  EmptyDim 15 Nov 2020 - 17:30

La question curieuse de Thorfinn me faisait sourire ironiquement. J’éclairais sa bougie, sur le même ton.
- Comme tu le vois, j’ai eu le plaisir d’échanger quelques fois avec elle. Mais je ne la connaissais pas plus que ça, au final. Cela à l’air de t’amuser ? Je trouvais cela étrange, il ne faisait même pas semblant d’être peiné. La tristesse ne feignait pas sur son visage juvénile. Ils ne devaient pas être très proches. Soudain l’image de Polaris, Mère, se mouvait dans mon esprit. Comment réagirais-je, lorsque cette dernière passerait la baguette à gauche ? Eprouverais-je de la peine, ou resterais-je plutôt de marbre, où aucune tristesse ne transparaissait ? Heureusement pour moi, elle était encore bien vivante. Enfin, le supposais-je.

Je revenais au temps présent, en secouant la tête, alors que Thorfinn me renseignais sur l’âge de sa tante, que j’avais malheureusement omis. Puis il rajoutait comme si cette mention pouvait m’intéresser, qu’elle se mêlait de ce qui ne la regardait pas. La place de la femme au sein de ce monde régenté par les hommes, était bien compliquée. Elles n’avaient pas voix au chapitre, et devaient obéir à leurs maris, qu’elles n’avaient pas choisis.

- La quarantaine ? Cela est encore jeune.  Commençais-je, puis je reprenais - C’est bien connu, les femmes se mêlent souvent de ce qui ne les concernent pas.  Je riais à cette réplique, ne l’occultant nullement. Je me stoppais néanmoins, lorsque j’entendais sa réplique suivante.

Comment osait-il parler à une dame, de la sorte ? Ne lui avait-on pas appris les bonnes manières, ou était-il volontairement impoli ? Je penchais pour la seconde réponse. Je m’étais moquée du fait de ne pas encore en être réduite à demeurer la femme d’un homme influent, derrière lequel je m’effacerais. Cela lui semblait-il inconcevable ? Mais je n’allais point le laisser poursuivre sur sa lancée.

- Et bien, en voilà de drôles de considérations. Te ferais-tu des soucis pour mon avenir ? C’est gentil à toi.  Je lui souriais, feignant de n’être nullement atteinte par ce fiel grotesque. Mais je bouillais intérieurement, ne comprenant pas la raison qui le poussait à formuler de telles choses. Décidément, cet enterrement ne ressemblait à aucun, où je m’étais rendue.

Mais il était à l’image de notre communauté, empli de faux-semblants. Personne ne pouvait se douter de ce qu’il se tramait, lorsque les portes des Manoirs se refermaient. Les visages étaient figés dans une certaine attitude, et rien ne venaient les troubler. Mise à part, si ces mêmes choses, les touchaient directement.
Je me détournais de lui un instant, pour observer la foule conséquente, qui était venue rendre hommage à cette tante décédée. Ayant chacun à leur tour présentés les sincères condoléances de rigueur, des petits groupes se formaient, échangeant sur de nombreux sujets. J’aurais peut-être du me mêler à la communauté, figeant sur mon visage, un sourire et une attitude semblable. Mais je n’en avais pas envie, car au fond de moi, je savais de quoi en retournait leurs considérations, envers ma famille et mon être.

Je demeurais donc à ma place, face à Thorfinn, où une mine dégoutée s’était emparée de lui. J’avais évoquée une potentielle petite amie sorcière, à son bras. Mais j’étais déçue, ce dernier n’en avais pas l’envie débordante, pire, il les trouvait ennuyeuses. Pauvre garçon, il est encore jeune, il changera d’avis. Il n’aura pas le choix, de toute manière.

- Ennuyeuses, rien que cela ? En parlant de mariage, il te faudra à un moment prendre une épouse. A moins que tu ne puisses pas donner ton opinion ? C’est très regrettable.  Je n’en revenais pas, d’émettre autant d‘inepties en une seule phrase. Mais il l’avait bien cherché, après tout.

Cette entrevue qui au départ était dédiée à venir honorer la défunte, se transformait peu à peu, en un duel verbal, où les points étaient comptés et distribués. Je m’estimais douée à ce petit jeu, mais je devais me rendre à l’évidence, mon partenaire l’était tout autant. Très bien. Sous ce visage juvénile, se cachait une langue acerbe, et qui savait viser juste. Qui l’aurait cru ? Cette petite dispute d’ego, me changeait des querelles insignifiantes, avec mon cher frère. Ces dernières n’avaient aucun sens, à mes yeux. Mais il en était ainsi, entre nous deux.

-Toujours élève, à Serpentard si je ne m’abuse. Au moins cette noble Maison chère à mon cœur, rattrape le jeune homme.  Je portais cette noble Maison au plus haut dans mon estime, et dans mon cœur. J’y avais passé mes sept années de scolarité, et je m’y étais sentie, comme dans le Manoir. Autrement dit : chez moi ! J’avais rencontré à cette période une amie qui compte beaucoup pour moi, dont j’avais eu le bonheur il y a quelques temps, de recouvrer la présence.

- Je suppose que rien n’a changé, dans ce bon vieux château de Poudlard. Je te souhaite d’en profiter pleinement. La vie d’adulte, accompagnée de ses responsabilités t’attend à la sortie. Je ne doute pas, que tu sois prêt pour tout cela, c’est évident. Cette école forme les adultes de demain.  Mais il n’y avait pas que les livres, qui étaient riches en enseignements. La vie en général m’avait filé des sales coups, mais ces derniers donnaient la force d’avancer, et d’être parée à toutes les éventualités.

Ce jeune homme prétentieux allait en faire les frais. Ou en avait-il déjà eu l’occasion ? Je me reconnaissais en lui quelque part, car une arrogance collait à ma peau. J’étais consciente que ce trait de caractère n’était pas vu du meilleur regard en société, mais il faisait ce que j’étais, mon être profond.

Le soleil continuait à inonder cette scène macabre de ses rayons lumineux, et mes yeux verts, étaient toujours dans ceux de Thorfinn. Un rictus en coin avait fait son apparition. J’étais fière de cette tirade, car le temps de l’insouciance allait prendre fin pour lui bientôt, et le poids de sa famille pèserait lourd sur ses épaules, tout comme le mien me donnait des douleurs atroces.

Je n’avais aucune idée de l’heure qu’il pouvait être. Le temps s’était comme suspendu dans ce cimetière, en ce funeste jour. Un frisson me saisissait tout à coup, et je jetais un œil machinalement au fond de la tombe, où reposait désormais cette tante, avec laquelle j’avais eu de trop brèves conversations. Cette dernière ne devait pas perdre une miette de notre échange, et j’en étais sûre, rire aux éclats.

Je me souvenais d’une de nos entrevues, autour d’une bonne tasse de thé, et de gâteaux fin délicieux, où nous avions rit de concert, à la simple évocation des hommes, de notre cercle restreint. Des larmes avaient coulaient de nos yeux, et nous les avions chassées discrètement. Cela resterait un souvenir mémorable, et bien que je ne connaissais pas cette personne comme sa famille, je me souviendrais d’elle ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Thorfinn Rowle

Thorfinn Rowle


PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 419


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père, Tobias Rogue
| PATRONUS : Une biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty
MessageSujet: Re: Cimetière, lieu de vie | Selena | Cimetière, lieu de vie | Selena |  EmptyLun 23 Nov 2020 - 10:52

"Ce qui m'amuse à vrai dire c'est davantage que tu aies l'air vraiment peinée alors que tu la connaissais à peu près au même niveau que qui ? Ton arrière grand oncle moldu ?" dit-il réellement amusé, tout en ayant volontairement ajouté sa remarque sur son sang, c'était mauvais mais c'était lui. Selena semblait songeuse, en même temps cette nana passait 3/4 de son temps dans un monde parallèle, étrange pour une personne qui se disait femme d'affaires. Déjà c'était une drôle d'idée de croire qu'une femme serait capable de tenir les rênes d'une entreprise, surtout aussi importante que celle de son père mais bon. Si elle voulait la faire abysser, tant pis pour elle. Cette rencontre était bizarre, il abhorrait tout ce qu'elle représentait mais au moins, discuter avec elle était un chouia différent qu'avec tous ceux qu'il a vu depuis son réveil. Selena avait quand même besoin d'encore un peu de dressage avant de vraiment être correcte en société, déjà elle parlait beaucoup trop et était insolente envers les femmes, bref pas un modèle de perfection de femme, il ferait  en sorte que sa femme soit beaucoup plus docile qu'elle sinon ca devait être un calvaire au quotidien. Depuis quand les femmes se croyaient suffisamment intelligentes pour se croire supérieures aux hommes ? Comment son monde pouvait-il dérailler à ce point. Et le pire, c'est que Séléna, à l'image de plus en plus de femmes l'assumait pleinement et pensait que cet état d'esprit était révolutionnaire et empli de fierté. Il allait falloir que les hommes se bougent sinon bientôt, elles pourraient même croire qu'elles peuvent devenir mangemort ou encore devenir maitre de famille, cela serait une infamie, la place des femmes était bien plus adéquate quand elles étaient en cuisine, avec les gosses ou dans des salons de thé. Les rôles ne devaient pas se mélanger. "C'est bien dommage pour vous, c'est une idée dérangeante de se croire supérieure à ce qu'on est" Elles n'avaient pas assez de boulot au quotidien ? S'il n'y avait que ça, Thorfinn pourrait glisser un mot au père de Séléna pour qu'elle se place un peu plus en femme de famille, déjà son poste était supérieur à ceux des hommes de sa famille ce qui était une infamie. "Mais c'est vrai que la quarantaine c'est encore jeune, tu n'en es pas loin d'ailleurs." Et bim, second coup dans les dents. C'était si facile avec elle en même temps, elle lui servait sur un plateau d'argent tous les arguments pour la remettre à sa place. Si elle avait été un homme, sa répartie aurait été plaisante mais en tant que sexe faible, chacun de ses mots n'était que de l'impertinence. "Je me préoccupe davantage de ta capacité à avoir des enfants qui risque vite de partir à volo si tu continues comme ça. Et dans la mesure où tu n'as pas de trop mauvais gênes et que tu es correcte niveau physique, tu risques de priver ta famille de descendance avec ta bêtise. Malgré son avis plutôt mitigé sur sa famille, il se disait qu'engendrer des gosses était toujours mieux pour être en supériorité face aux babouins qu'ils devaient côtoyer au quotidien.
Le sujet de sa progéniture ne devait pas particulièrement la ravir car elle fit tout son possible pour s'éloigner de ce sujet pour repartir sur un sujet le concernant, oui c'est vrai qu'il était extraordinaire mais bon. Et après tout, il se plaisait plutôt bien à parler de lui, égocentrique ? Non jamais de la vie... "J'ai bien l'intention de me marier, mais l'identité de ma future épouse ne m'intéresse pas. Tant qu'elle est sang pure, pas stérile et qu'elle est à peu près jolie pour bien faire en société, ca me suffit bien"Oui alors clairement, que quelqu'un lui impose une fiancée ou que l'une des filles se presse à ses pieds pour lui demander, il acceptera. Il avait d'ailleurs bien prévu de se marier jeune pour avoir une descendance le plus rapidement possible. L'identité de son épouse ne l'affectait pas plus que ça, tout simplement parce qu'il n'avait aucune intention de se suffire de celle-ci lorsqu'il aura envie de prendre du plaisir. "Pourquoi ? Tu poses ta candidature ? Désolée je préfèrerais quelqu'un d'un de plus fraiche..." Rien à voir avec elle, hein, mais son âge était un critère discriminatoire et qui l'excluait direct. Pauvre fille, peut-être venait-elle ici pour ça ? La supplier de l'épouser. Ca serait plutôt lamentable de sa part.
"Parce que ca arrive souvent des élèves qui changent de maison en cours de route ? Et moi qui te croyait intelligente, on ne doit aps avoir les mêmes critères" Une vraie blague quand on savait que son cerveau se résumait à un petit haricot (et pas magique). Mais bon, ce n'est pas comme s'il en avait complètement conscience. Il se plaisait à croire super intelligent, une vraie catastrophe que personne ne se plaisait à réfuter le laissant dans sa petite bulle. "Mais oui toujours à Serpentard" Et voulà qu'elle se plaisait à lui rependre la belle parole et à tourner philosophe, cette femme savait-elle s'arrêter de temps à autre ou jamais ? "Ouais, ouais, le mariage, la suite de mon père, et tout le tralala qui en suit". Il était bien plus préparé à tout cela par son père qu'avec cette école et ses profs tous plus impurs les uns que les autres, et encore, ne parlons pas des élèves qu'il était forcé de cotôyer jusque dans sa propre maison, jamais tranquille. Mais bon, le gouvernement imposait aux ados d'avoir un "diplome" pour pratiquer la magie, grand bien leur fasse le temps qu'ils réussissent à rester au pouvoirs, lui avait des aspirations bien diférentes.
Revenir en haut Aller en bas
Selena J. Stomby

Selena J. Stomby


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 148
| AVATARS / CRÉDITS : Krysten Ritter
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Me réveillant un matin en ayant tout perdu, et complètement ruinée.
| PATRONUS : Un Tigre, pour sa puissance et sa férocité.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty
MessageSujet: Re: Cimetière, lieu de vie | Selena | Cimetière, lieu de vie | Selena |  EmptyMer 25 Nov 2020 - 18:34

Il était décidément incorrigible, avec sa langue perfide et qui sortait des infamies plus grosses que lui. Il parvenait à jouer et même rire de notre échange, en un jour pareil, alors qu’il venait de mettre en terre sa tante. Ce jeune homme n’avait pas de cœur alors, ou il le cachait soigneusement. Cette interrogation me laissait perplexe. Sa raillerie sur un prétendu oncle moldu, me faisait serrer les dents, à l’inverse de son comportement macho, qui au final m’amusais, en même temps qu’il me faisait enrager. Il racontait n’importe quoi, pour me prouver la supériorité masculine, de notre petit cercle restreint. Je ne l’entendais pas de cette oreille, et lui prouverais que les femmes peuvent être tout aussi pourvues d’intelligence, et d’autres choses que ces chers Messieurs ne possédaient pas.
Je reportais mon regard sur Thorfinn, et ne me gênais nullement de répondre à sa remarque, et remettre les choses à leur place.

- Effectivement, je ne connaissais pas ta tante autant que sa famille et toi, mais j’avais grandement apprécié nos quelques échanges, figure toi ! Je l’avais trouvée tout à fait plaisante. Et pour ta gouverne, mon jeune ami, je n’ai pas d’arrière grand oncle moldu, dans la lignée des Stomby. Nous sommes une famille de Sang-Pur, tout ce qu’il y a de normal. Si tu préfères écouter les rumeurs, grand bien te fasses.

J’étais profondément indignée. De vieilles rumeurs, dont tout le monde avait fait le tour, mais qui trouvaient encore grâce, à sa personne. Enfin, j’osais espérer que cela allait lui passer  un jour. Je n’avais rien à faire, des propos machistes d’un jeune homme tout juste pubère. Mais qui était sûr de ses convictions, et de sa supériorité.  
C’était bien cela. Thorfinn aussi jeune et mignon soit-il, détestait lorsqu’une femme lui tenait tête, et se targuait de pouvoir lui répondre, ou émettre un quelconque jugement, contraire au sien. Ou un jugement tout court. Cela m’attristait, mais il en était ainsi malheureusement. Mais je n’allais pas me taire pour autant. Je faisais face à mes responsabilités depuis mon enfance, et je n’allais pas flancher devant lui. Je ne voulais pas lui faire ce cadeau, dont il n’avait nul besoin.

- Pour ma part, cette idée n’est nullement dérangeante. J’en suis désolée, si elle ne te convient pas. Il est vrai que les femmes n’ont pas voix au parchemin, c’est bien connu. Mais l’ennui vois-tu, c’est que je n’ai pas cette vision réductrice. Peut-être me faut-il un homme pour me le rappeler ? Ah mais si, Père. Mais je pense qu’il a d’autres Elfes à fouetter, pour cela.

Je riais, à cette bêtise humaine, qui était de croire que seuls ces Messieurs avaient le droit de respirer sur cette terre. J’étais fière de cette réplique, que je voulais ironique volontairement, et qui je le souhaitais, allait piquer son trop grand égo viril. Cela m’amusait vraiment. Une petite joute verbale, voilà de quoi mettre du piment dans un enterrement. Il n’y avait aucun doute là-dessus. Mais je n’étais pas venue pour cela. Juste rendre un dernier hommage à cette femme, avec laquelle j’avais pris plaisir à échanger des anecdotes, et avec laquelle j’avais bien rit. Et puis elle méritait bien plus, que cette foule présente, qui discutait entre elle, et qui n’avait eu aucunes pensées envers elle, et le simple fait qu’elle avait existée un jour. Je regardais la tombe encore une fois, avant que ma langue de vipère, n’assène une nouvelle fois, une réplique à cet individu, plus proche du goujat, que du jeune homme de bonne famille, à mes yeux.

- Un compliment de ta part Thorfinn, je te remercie. Et ne t’inquiètes pas pour ma capacité à avoir des enfants, elle va bien, et te remercie également. Il y a encore du temps, avant la quarantaine, tu sais. Je serais sûrement rangée, avec une petite famille, et une progéniture courant partout dans le Manoir. Quelle vision idéale, je n’y aurais pas pensé toute seule.

Je roulais des yeux, face à ce que je venais de dire. Un ramassis d’idioties, à mon sens. Mais il fallait bien cela, pour flatter son égo de mâle. Je le toisais de haut en bas, et détournais mon regard quelques secondes. Tout cela me donnait la nausée. Je portais ma main devant ma bouche, et étouffais un soupir de lassitude, d’entendre à chaque réunions ou fête des Sang-pur, la même rengaine insolente et réductrice, envers les femmes qualifiées de sexe faible. Peut-être me conduisais-je  à l’image d’un homme, mais je ne laisserais pas cette engeance m’emporter avec elle. Il en était hors de question.

Le mariage… Eternel sujet, s’il en était, sur toutes les bouches, et dans les pensées de tout un chacun. Bien évidemment qu’il allait se marier, il ne pouvait en être autrement. Avec une jeune fille prête à lui engendrer une progéniture, dont elle s’occuperait seule, ne pouvant compter sur nulle aide extérieure. Les femmes étaient faites pour cela, après tout. Les enfants, la cuisine, être aussi parfaites en société que des poupées de porcelaine, et combler les besoins et désirs de ces Messieurs. Tout ceci n’était pour moi, qu’un avenir tout tracé, et morne. Sans surprises.

- Une jeune fille sage et qui t’obéis en silence, c’est cela ? Je trouve cela bien triste. Tu m’excuseras de ne pas partager ton enthousiasme débordant.

Je riais désormais à gorge déployée. Comment pouvait-il dire une chose pareille ? Moi, Selena Stomby l’épouser ? Il se mettait le doigt dans l’œil, le pauvre garçon. Je voyais des têtes se retourner, dans notre direction, mais je n’en avais que faire. Des larmes perlaient au coin de mes yeux, que je chassais discrètement. Allons dont, une idiotie de plus. Ce dernier semblait en être fier. Par Salazar, il ne doutait de rien, encore moins de sa capacité à être totalement ridicule. Je tentais de reprendre contenance, car je me devais de poursuivre cette proposition très intéressante, si j’avais eu son âge, et si j’avais le désir de me marier.

- Je crains que tu ne vives en plein rêve Thorfinn. Je me vois dans l’obligation de décliner cette offre, je pense que tu me pardonneras aisément.  J’ai moi-même un critère d’âge, et le tien me semble trop jeune. Je suis désolée à nouveau.

Le voilà reparti sur l’intelligence. J’espérais pour sa future femme, qu’elle en était pourvue, et qu’elle saurait la manier avec habilité. Ce qui lui clouerait sa trop grande arrogance. Je croisais les doigts en secret.

- Tu as raison, cela arrive rarement. Néanmoins, je n’ai aucuns problèmes avec mon intellect, il se porte à merveille. Nous n’avons pas les mêmes critères, cela saute aux yeux. Et bien, cette noble Maison, qui fut aussi la mienne, abrite un être exceptionnel, cela va de soi. Je ne voyais plus rien à ajouter. Ce jeune homme me tapait sur le système.

- Oui oui le mariage, la suite de ton très cher Père, j’ai bien compris cela. Le sort réservé à tout enfant Sang-Pur, qui se respecte. Un sort enviable par certains, mais une destinée peu enviable pour la gente féminine….

J’en avais fini avec lui, pour l’instant. Il incarnait le parfait jeune homme bien sous tous rapports, à qui ont donnait raison, sans chercher à en savoir davantage. La rage montait en moi, mais je ne voulais pas lui faire ce plaisir, il n’en était pas digne.
Revenir en haut Aller en bas
Thorfinn Rowle

Thorfinn Rowle


PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 419


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père, Tobias Rogue
| PATRONUS : Une biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty
MessageSujet: Re: Cimetière, lieu de vie | Selena | Cimetière, lieu de vie | Selena |  EmptyLun 1 Fév 2021 - 23:59

Cette jeune femme peu après l'avoir fait rire à de nombreuses reprises et lui avoir permis d'aiguiser son visage impassible mais à présent, cela l'ennuyait plus qu'autre chose, il commençait à en avoir mal de la côtoyer et préfèrerait largement la compagnie plus agréable et plus posée des hommes de son rang. "Si tu le dis, ca serait une véritable tragédie si la famille Stomby devait s'éteindre avec la génération de toi et de ton frère". dit-il avec une vraie voix théâtreuse digne des plus grands. Etrangement, face à la vision de rêve qu'offrait la jeune Stomby, il n'eut pas une seule réaction que ce soit face à cette propre idée pour elle ou même sa vision d'avenir.

Cette fille l'irritait, elle se moquait de ses demandes en terme de femmes, elle n'avait rien à dire de son côté, elle n'était qu'une femme prétentieuse qui vivait au dessus de ses moments, s'appropriant le succès de sa famille comme le sien. Enfin, bref, ce genre de femmes devaient sûrement plaire à un certain type d'hommes tout aussi avides de diamants qu'elle ne l'est. Et puis, ce n'est pas comme si le choix de sa future épouse lui portait grand intérêt. "Cette vision réductrice comme tu l'appelles est celle de notre société et ça le sera encore bien longtemps, ne t'attends pas à ce que les femmes soient d'un même pied d'égalité avec les femmes de si tôt. Enfin elle serait capable d'y croire cette nana. C'était bien sûr qu'elle était de ses drôles de femmes qui pensaient qu'elle avait les mêmes droit qu'eux. Enfin bref, c'était bien trop demandé pour ces gens-là et il n'avait aucune envie de perdre trop de temps à parler de ce genre de choses inutiles avec une personne tout aussi inutile. "Triste, ouaip si tu le dis, je m'en fiche bien...".

Il bailla devant elle pour bien signifier son ennui profond de cette situation. Elle le repoussa tout en s'ayant elle-même fait des films seule face à une potentielle relation qu'ils auraient tous les deux, quelle aberration, comment a-t-elle pu songer un instant qu'il pourrait profaner son sang avec quelqu'un comme elle. "C'est bien vrai qu'être avec quelqu'un de si jeune ne pourra que mettre en valeur ta vieillesse." Et dam ! Dans la baguette. "Mais pour te rassurer, je n'ai aucun intérêt à t'avoir proche de moi ne serait qu'au centième degré, cela me forcerait à te supporter bien plus souvent que maintenant et ce n'est pas dans me sprojets. .

Elle continua à débiter des choses sans sens pour lui et cela ne semblait jamais s'arrêter, il commencait vraiment à en avoir marre. Il n'avait qu'une envie, transplaner dans son manoir et se poser dans un fauteuil avec un bon verre de Whisky. "Oui oui voilà tu as tout compris. Bon, je m'en voudrais de priver le monde de ta charmante compagnie" dit-il avec un sourire mesquin au mot charmante. "Alors je vais partir, au plaisir de te non revoir dans l'immédiat." Il partit sans lancer un seul regard en arrière s'éloignant vers des personne pour lesquels il aurait un véritable intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Selena J. Stomby

Selena J. Stomby


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 148
| AVATARS / CRÉDITS : Krysten Ritter
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Me réveillant un matin en ayant tout perdu, et complètement ruinée.
| PATRONUS : Un Tigre, pour sa puissance et sa férocité.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty
MessageSujet: Re: Cimetière, lieu de vie | Selena | Cimetière, lieu de vie | Selena |  EmptySam 6 Fév 2021 - 0:04

Cela faisait déjà plusieurs minutes, que nous étions plantés là, à côté de la tombe de feu sa chère tante, dont la mort ne le chagrinait pas plus que le mauvais temps. J’avais échangés quelques mots avec elle, et l’avait trouvée tout à fait délicieuse. Je lui avais confié des choses, qu’elle avait emporté dans l’autre monde, et dont elle était la gardienne secrète. Ce petit insolent n’avait pas changé, et il continuait de se conduire ainsi, alors qu’il venait de rendre les hommages, à une défunte. Ce comportement était inacceptable.

Et voilà qu’il donnait dans la tragédie maintenant. Si notre lignée devait s’éteindre, cela serait bien évidemment regrettable. Ce n’était pas ce que je désirais, j’en serais véritablement très peinée. Mais je voulais choisir. Choisir l’homme, le moment, le pourquoi, et le comment. Thorfinn ne le comprenait nullement. Pour lui, les femmes devaient se marier sans rien dire, à l’homme que la famille aurait désigné, le père plus précisément. Le mien ne l’avait pas fait. Je jouissais d’une certaine liberté de mouvements, et je lui en étais infiniment reconnaissante.

Je soufflais de désespoir. Il était encore jeune, et sa fougue le desservait indubitablement.
- Quand bien même elle venait à s’éteindre, je doute fort que cela t’atteigne de quelques façons que se soit. Mais ne t’inquiètes pas, je ne manquerais aucunement de t’adresser un courrier, pour te relater le déclin de ma lignée, par le détail. Je n’en revenais tout simplement pas, d’être réduite à formuler de telles inepties. Cela était désolant et tragique.

La supériorité masculine. Vaste sujet s’il en était, et qui revenait comme les relents d’une potion ratée. Cela piquait le nez, et mettait de mauvaise humeur. Vraiment. Mais je ne lâcherais pas, je lutterais jusqu’au bout, pour que les femmes gagnent en autonomie, et prennent leur vie en main. Chaque femme et jeune fille qui y parvenait, était une grande victoire pour moi. Il y en avait de plus en plus, mais le chemin était encore long, malheureusement. Le combat de ma vie ? Assurément, avec celui de mener l’Empire le plus loin possible. Ces deux luttes m’animaient au quotidien.

- Les temps changent tu sais. Et puis ta rengaine est fatigante, il faut renouveler ton refrain. Les femmes sont bien plus fortes, que vous pouvez le croire. Enfin, libre à toi de croire encore à ces sottises. Il ne l’emporterait pas au Paradis, ou quelque soit l’endroit où il ira.

Il se fichait royalement du sort de la jeune fille qui deviendrait sa femme officiellement. Du moment que son sang était pur, et qu’elle se conduisait comme une épouse parfaite et obéissante. J’étais totalement outrée. Je ne répondais pas ç cela, il était inutile de lui donner plus de crédit. Il me décevait de plus en plus… Je soupirais longuement, et écoutais la suite avec le même désespoir.

Il baillait. Comme si ma compagnie l’ennuyait. Pour ma part, c’est lui qui m’ennuyais profondément. Et son manque crucial de savoir-vivre en société, et son indélicatesse envers la gente féminine. Quelle incorrection. Avoir un sang pur qui coulait dans les veines, ne mettait pas à l’abri de tout, cela était manifeste. De pire en pire.

- Ne sois pas bête enfin. Ecouter tes balivernes, me demande déjà de gros efforts, alors t’avoir à mes côtés, c’est tout simplement impensable, et hors de question. Je n’ai pas d’enfants, et cela ne commencera pas, par faire l’éducation d’un mari, trop jeune pour moi. Je suis désolée de te décevoir. Cela en était trop pour moi. Mais enfin, ce n’était pas une façon de parler à une femme. Et il était très indélicat de parler de son âge. Il ne comprenait définitivement rien à rien.

Je reprenais néanmoins d’un air amusé, et piquant.
- Si comme tu le dis, être avec une personne plus jeune accentue ma vieillesse, qu’en serait-il de l’inverse ? Qu’est ce que les gens penseraient de toi, en te voyant avec une femme plus âgée ? Que tu n’as pas trouvé une jeune fille de ta tranche d’âge, et que tu as du taper plus haut ? Réfléchis bien ! Dégradant. Ces paroles étaient tout bonnement dégradantes. Jamais je n’aurais cru devoir les prononcer. Mais il fallait bien se rendre à l’évidence, cela s’avérait nécessaire.

Il ne voulait pas priver le reste du monde, de ma charmante compagnie. Quelle sage initiative. Je ne pourrais pas souffrir sa présence, une seconde de plus. Ni le ton de sa voix suffisant. Un verre de Whisky Pur-Feu, ne serait pas de refus. Lui seul savait calmer mes nerfs. Ainsi qu’un bon feu de cheminée, et le confortable fauteuil du salon du Manoir, dans lequel j’aimais à me lover, pour me détendre, et ne penser à rien.

- Je suis navrée de te retenir ici, tu as sûrement d’autres personnes à saluer. Cette discussion était fort intéressante, je te remercie. Je suis d’accord avec ton souhait, de ne plus te revoir de sitôt. Mes amitiés à ta chère tante.

Après cet échange fort stimulant, je regardais Thorfinn s’éloigner pour rejoindre un public davantage à l’écoute de son discours machiste. Je laissais mon regard aller dans le vide une poignée de secondes, et décidais de transplaner pour mettre à exécution mon plan de détente, en ayant auparavant dit un dernier adieu à la défunte, en silence. Elle avait été un témoin discret de tout cela, et c’était bien suffisant.

FIN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty
MessageSujet: Re: Cimetière, lieu de vie | Selena | Cimetière, lieu de vie | Selena |  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Cimetière, lieu de vie | Selena |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre-