GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'octobre de la Gazette des sorciers !
Le deal à ne pas rater :
Borderlands 3 pour PS4
6.99 €
Voir le deal

Partagez

What were the odds... ?[Marcus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 466
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /eilyam/ASTRA
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

What were the odds... ?[Marcus] Empty
MessageSujet: What were the odds... ?[Marcus] What were the odds... ?[Marcus] EmptySam 14 Nov 2020 - 9:36

Pour s'occuper l'esprit, Amelia utilisait son temps libre comme elle pouvait. Des activités auxquelles elle n'aurait pas pensé avant. Comment s'était-elle retrouvée à visiter un studio dans un quartier sorcier ? Une indication d'une collègue qui avait pensé l'aider. L'appartement se trouvait à Londres, une ville où elle avait toujours rêvé de vivre, non loin du chemin de traverse où elle travaillait. L'agent immobiliser lui présentait la petite cuisine et son fonctionnement - même si honnêtement, il n'y avait rien à montrer. Le salon - qui servait aussi de chambre - pointait plein sud ouest - si on en croyait le professionnel - ce qui offrait une luminosité et un gain de chaleur non considérables. Malheureusement, ce n'était pas au beau milieu du mois de novembre qu'elle s'en rendrait compte. Il faisait froid, le soleil se faisait frileux et rare... la pluie menaçait constamment de tomber. A la fin de la visite, le sorcier lui posa une question à 500 gallions. “ Qu'en pensez-vous ?” Elle l'observa un instant comme pour se laisser le temps de la réflexion. Concrètement, elle ne se sentait pas prête à vivre seule, et Soyle, enceinte jusqu'aux yeux, ne semblait pas mécontente de sa présence. Donc... elle ne savait pas.  “ C'est charmant. ” Pour un studio, oui, il l'était. Et il donnait quelques avantages si on cherchait bien. Puis il reprit avec aplomb : “ Je sens que vous hésitez. Croyez en mon expérience. Vous faites partie de ces personnes qui ont besoin de visiter plusieurs logements pour décider.” Oui et non... Il visait assez juste pour l'ancienne Amelia. Pour la nouvelle, c'était une tout autre histoire et même si elle appréciait cette drôle de sortie, il ne s'agissait pour elle que d'un avenir lointain. Se projeter dans le futur n'était pas douloureux, mais pas réconfortant comme cela avait pu l'être. “ Je vous remercie de votre conseil. ” Dit-elle.

Ensuite, ils se dirigèrent vers la sortie et sur le palier, il lui donna les dernières informations qui lui avaient échappé tantôt. Elle n'écoutait que d'une oreille. Dans l'escalier, elle pouvait entendre quelques bruits. Les paroles de l'agent immobilier - quel était son nom déjà ? - devinrent peu à peu qu'un bourdonnement à son oreille, un son lointain mais désagréable. Pour dire la vérité, elle était facilement distraite ces derniers temps surtout quand elle ne se sentait pas à 100 % investie dans la conversation. Une troisième personne apparut donc sur le palier assez peu spacieux. Il fallut se bousculer un peu afin de lui laisser de la place. “ Marcus ? ” S'étonna-t-elle en apercevant son visage. Quelle étrange situation... Une deuxième rencontre non prévue. Elle n'avait pas pensé le croiser ici, lui ni personne d'ailleurs, mais après leurs "retrouvailles" elle ne le trouvait pas ni désagréable ni inintéressant. A Poudlard, ils ne s'étaient même pas calculés. L'agent immobilier lui lança un regard surpris, mais la confusion ne tarda pas à disparaître, puisqu'il prononça quelques mots - qu'elle ne jugea pas nécessaires. “ Avant de partir, je vous laisse quelques papiers sur l'appartement. Cela pourrait vous aider à choisir. Bonne journée.” Il lui avait tendu un certain nombre de parchemins et de brochures. Et il disparut comme il put vers les étages inférieurs. Elle jeta un coup d'œil au premier, avant de se résoudre à les ranger dans son sac. Elle espérait que sa logeuse ne tomberait dessus. “ Promis, tu n'auras pas à me supporter comme voisine. Je ne compte pas vraiment changer de logement pour le moment. ” Fit-elle mi sérieuse, mi amusée. Pourtant, avant la mort de ses parents, sa volonté de vivre seule, de se responsabiliser et de surtout connaître une vie d'adulte avait été très forte. Mais tout avait été chamboulé... Elle parvint tant bien que mal à tout fourrer là-dedans. Elle-même ignorait comment un tel miracle s'était produit. Se souvenant des politesses d'usage, elle se tourna à nouveau vers son ancien camarade de maison. “ Tu vas bien ?” Et dans un coin de son cœur, elle espérait qu'il ne lui retournerait pas la question. Elle se portait mieux qu'en septembre et qu'en octobre, mais ce n'était pas encore ça. Toutefois, une petite voix dans sa tête lui disait qu'il ne lui ferait peut-être pas cette "insulte".   
Revenir en haut Aller en bas
Marcus Barksdale

Marcus Barksdale


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 53
| AVATARS / CRÉDITS : Donald Glover © moi
| SANG : Mêlé


What were the odds... ?[Marcus] Empty
MessageSujet: Re: What were the odds... ?[Marcus] What were the odds... ?[Marcus] EmptyDim 15 Nov 2020 - 15:59

Comme souvent quand il n’a rien à faire, Marcus Barksdale sort, direction les quartiers moldus de Londres. Comme sur le Chemin de Traverse, le jeune homme a ses adresses, ces endroits qu’il aime fréquenter au détriment d’autres. Et à Londres, la boutique qu’il préférait fréquenter, c’était « le Disque d’Or », un disquaire qu’il commençait à connaître. Et pour cause, il s’y rendait tous les mois afin d’agrandir sa collection de disques et de vinyles. Ce jour-là, le nez perdu entre les différents produits que le commerçant venait de recevoir, il ne redresse la tête qu’aux paroles du disquaire. « Si tu cherches à découvrir de nouveaux groupes, j’ai reçu ça il y a deux semaines » lui dit l’homme en lui présentant un vinyle sur lequel trois têtes blondes siégeaient sur la pochette. « Le groupe s’appelle The Police » continue le commerçant en haussant les épaules. Des noms de groupes, il en avait vu des milliers et qui était-il pour juger ? « Mais je peux t’assurer que là-dedans, tu as des titres qui marqueront les esprits, comme le premier de la face B » . Comme pour soutenir ses propos, il se mit à hocher la tête d’un air connaisseur. Marcus le regarde alors, haussant les épaules. Les avis du vieil homme ne l’intéressaient pas particulièrement puisqu’il se ferait le sien quoi qu’il arrive.

Vinyle sous le bras, Marcus s’arrête devant les escaliers menant à son appartement. Il soupire, las. Dans un monde rempli de magie, pourquoi fallait-il qu’il se coltine encore des escaliers ? Le jeune homme avait du mal à croire qu’en toutes ces années, aucun sorcier ne s’était penché sur cette question. Bien sûr, il existait des sorts pour transplaner mais vu la taille de l’appartement qu’il occupait, il risquerait d’atterrir chez un voisin. Au final, rien que l’éventualité de ce genre d’incident suffisait le convaincre de la légitimité des escaliers, au grand dam de Marcus qui, avec la résignation d’un condamné à mort, prit le chemin de son appartement. Mais alors qu’il ne lui restait que quelques mètres à parcourir avant la libération – son canapé, il entendit des voix dans le palier juste devant la porte de son appartement. Super. Il n’avait aucune envie de croiser du monde, surtout s’il s’agissait de voisins à qui il devrait tenir la jambe le temps de s’échanger les banalités d’usage. « Ah, Amélia ? » s’étonne Marcus en arrivant à son niveau. Qu’est-ce qu’elle faisait là ? Non pas que sa présence ne dérange le jeune sorcier, loin de là, mais il se demandait ce qu’elle faisait dans son immeuble, devant sa porte. Un rapide coup d’œil à l’agent immobilier, puis les paroles de ce dernier suffirent pour qu’il ne comprenne. « Ah, pourtant je suis sûr que tu ne serais pas chiante comme voisine » lui répond-il en souriant. Ils avaient bien vécu sept ans dans la même partie du château sans vraiment se calculer, non ?  Enfin, il connaissait vaguement son tempérament et il ne se faisait aucun doute sur le fait qu’il n’aurait aucun mal à la supporter s’ils étaient amenés à vivre dans le même immeuble. « Ça va oui, je cherche toujours un boulot, je passe des entretiens … Et toi ça va ? » . Depuis quelques semaines, depuis qu’ils avaient quitté Poudlard, Marcus avait l’impression que lui et Amelia s’étaient rapprochés. Ils se disaient bonjour, déjà, ce qui détonnait grandement de la façon dont ils s’ignoraient à l’époque. « Du coup j’habite là » poursuit l’ancien Serdaigle en désignant la porte derrière la jeune femme. « C’est le premier appart’ que tu visites ou tu en as déjà vu d’autres ? »
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 466
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /eilyam/ASTRA
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

What were the odds... ?[Marcus] Empty
MessageSujet: Re: What were the odds... ?[Marcus] What were the odds... ?[Marcus] EmptyMer 18 Nov 2020 - 17:20

L'agent immobilier partit, Amelia ressentit une forme de soulagement. Certes, cette visite l'avait occupé suffisamment longtemps pour qu'elle oublie un temps sa douleur. Mais cela s'avérait aussi assez épuisant, dans le bon sens du terme cela dit. Elle cligna plusieurs fois des yeux à sa remarque. Certes, ils avaient partagé une salle commune sans se parler, mais ce serait peut-être différent si elle était amenée à emménager près de chez lui... Après tout, comment ignorer le seul voisin dont on connaissait le visage, le nom et un tant soi peu la personnalité ? Grande question.  “ Je peux être casse pied, demande à Svetlana et Aurora.” Plaisanta-t-elle histoire d'en rajouter une couche. Amelia n'aimait pas tellement être contredite, surtout sur ses défauts. Parce que des défauts, elle en avait un paquet et les voyait d'autant plus depuis la mort de ses parents. Cela dit, elle préférait en rire que d'en pleurer, du moins extérieurement. A l'intérieur, il s'agissait d'une autre histoire.

Enfin, presque deux mois après avoir découvert le corps de son père, l'étudiante se portait mieux. Se projeter dans un avenir proche, le lendemain et la semaine suivante se révélait facile et normal. Passer des entretiens ? Cela lui rappela le sien et sa conversation avec Remus à ce sujet plusieurs semaines plus tôt. Elle ne put s'empêcher de poser la question qu'elle n'avait osé prononcer en présence de son ami : “ Tu cherches dans quel domaine ? J'ai eu de la chance d'avoir un poste assez rapidement à Harpile Poil grâce à une amie. Je te souhaite de trouver. Les entretiens, c'est pas facile.” Oh mais c'est qu'elle se faisait bavarde la Bones dis donc. Elle-même se surprenait. Certes, le sujet ne la fascinait pas autant que les droits des elfes de maison, l'histoire de la magie ou la couture, mais elle elle "admirait" presque ces quatre phrases alignées les uns après les autres en si peu de temps. “ Ca va à peu près. Mieux que la dernière fois en tout cas.” Pourquoi mentir ? C'était là la pure et stricte vérité, et elle savait que les autres voulaient, pour la plupart, réellement savoir, sans vraiment qu'elle ne se l'explique encore. Le deuil, ça mettait toujours mal à l'aise, du moins elle croyait. Pourquoi les autres essaieraient de connaître réellement ses sentiments ?

Elle s'écarte doucement lorsqu'il désigna la porte derrière elle. Sérieusement ? Voisins de palier ? “ Oui et non... J'ai visité un autre studio en aout, et je m'y serais bien installée. ” Un petit appart fort sympathique à Londres qu'elle aurait pu payer toute seule. Mais avec la mort de ses parents, cette option était passée à la trappe. La plupart de ses projets en vérité. Se retrouver seule, oui. Elle était allée dormir dans une auberge pendant une semaine. Une auberge moldue. “ Et depuis, juste celui-ci. C'est le premier. Mais je crois que je serais mieux dans un quartier moldu, de toute façon. ” Elle se voyait bien dans un immeuble moldu, avec des voisins qu'elle ne connaissait pas et avec lesquels tout était à inventer. Elle pourrait peut-être se réinventer d'une certaine manière, sans se créer une histoire de toutes pièces pour autant... Juste devenir une personne un peu différente, avec de nouvelles passions, des intérêts plus divers et variés.  “ Je peux te demander pourquoi tu as choisi un quartier sorcier ?” Bon nombre des sorciers s'installaient dans des quartiers moldus mais cachaient l'existence de leurs logements grâce à la magie. Elle avait vécu dans un village semi-magique après tout, elle avait grandi avec des moldus comme voisins. Il s'agissait presque d'une habitude après tout.

  
Revenir en haut Aller en bas
Marcus Barksdale

Marcus Barksdale


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 53
| AVATARS / CRÉDITS : Donald Glover © moi
| SANG : Mêlé


What were the odds... ?[Marcus] Empty
MessageSujet: Re: What were the odds... ?[Marcus] What were the odds... ?[Marcus] EmptyVen 20 Nov 2020 - 10:37

Il y avait très probablement une multitude d’endroits plus adaptés à leur rencontre, mais c’était ce palier que le hasard avait choisi pour eux. « Si tu emménages là, je demanderai à Svetlana si t’es une bonne voisine … et comment faire en sorte que tu ne sois pas casse-pied aussi. Ça peut aider » répondit Marcus qui pour rien au monde ne voudrait entretenir de mauvais rapports avec ses voisins. Une vie peinarde loin des tracas et des querelles inutiles, voilà à quoi aspirait Marcus. Cela lui jouait parfois des tours. On lui donnait cet air détaché et loin des choses, peu concerné par ce qui l’entourait comme si Marcus se fichait de tout. Mais pour Marcus, le meilleur moyen d’affronter ses problèmes, c’était de ne pas en avoir justement. « Et puis, si Svetlana et Aurora t’ont supportées toutes ces années, c’est que tu ne dois pas être une si mauvaise voisine » poursuivit le jeune homme en haussant doucement les épaules, accompagnant à son geste un sourire bienveillant. De toute façon, dans l’éventualité où la jeune femme choisirait cet appartement, ils n’étaient pas obligés de se voir tous les jours.

Niveau travail, Marcus errait sans but. Il avait passé de nombreux entretiens depuis qu’il avait quitté Poudlard et avait enchaîné plusieurs petits boulots tout aussi passionnants les moins que les autres. « Je cherche dans tous les domaines … sauf peut-être esthéticienne j’avoue » répondit Marcus en souriant. « Je ne voudrais pas te faire de la concurrence » . Marcus était joueur avec les gens qu’il commençait à connaître. « Mais merci. C’est gentil » dit-il en acquiesçant. Les entretiens d’embauche étaient une vraie plaie, un exercice que le jeune homme redoutait et ne parvenait toujours pas à maîtriser. L’ancien bleu et bronze ne savait pas se vendre – et il ne le voulait pas. En tentant de paraître pour quelqu’un qu’il n’était pas auprès de ses futurs employeurs, Marcus avait l’impression de se trahir, de se forcer à entrer un moule qui n’était pas fait pour lui.

« Je n’ai pas vraiment choisi. Enfin, les loyers ont choisi pour moi » . Marcus haussa une nouvelle fois les épaules. « J’ai surtout pris l’appartement en fonction de son loyer. Je n’y resterais pas des années mais c’est un bon début » . D’autant plus que l’emménagement s’était fait dans l’urgence après Poudlard. Marcus voulait son indépendance, s’éloigner de son père avec qui les relations étaient tendues depuis le décès de sa mère. Mais ils se sont éloignés pour mieux se retrouver. Maintenant que Marcus a son indépendance, il prend plaisir à revoir son père. « Après c’est sûr que la vie doit être plus calme dans un quartier moldu ouais » .

Marcus regarda autour de lui, puis la porte de son appartement derrière Amélia. « Tu euh, tu veux un café ? un thé ? » demanda le jeune homme sans pour autant prendre conscience de la situation. Des années à s’ignorer pour qu’il l’invite à boire un café dès leur deuxième rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 466
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /eilyam/ASTRA
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

What were the odds... ?[Marcus] Empty
MessageSujet: Re: What were the odds... ?[Marcus] What were the odds... ?[Marcus] EmptySam 21 Nov 2020 - 17:13

A sa réplique, il mentionna de suite Svetlana. Elle ignorait ce qui les liait réellement. Une amitié sans doute basée sur le quidditch, mais quoi d'autres ? Elle ne put s'empêcher de se demander pourquoi elle ne lui avait pas prêté plus d'attention par le passé quand ils étaient encore à Poudlard. Si sa meilleure amie, sa sœur de cœur, était capable de l'apprécier depuis tant d'années, c'était sans doute parce que Marcus avait toujours été quelqu'un de sympathique. Il n'y avait vraiment qu'elle, Amelia Bones, pour se rendre compte d'une telle chose plusieurs mois après leur scolarité. “ Tu marques un point.” Concéda-t-elle. Amelia était quand-même capable de se faire une raison quand on lui posait un constat imparable, un argument tout à fait valable. Il avait, peut-être inconsciemment, retourné sa plaisanterie contre elle. Si Aurora et Svetlana étaient capables de la supporter, plus encore, de l'apprécier et l'aimer, elle n'était sûrement pas une si mauvaise personne que ce sa colère l'avait laissé croire suite à la mort de son père.

Amelia détestait les entretiens. Il fallait se vendre et montrer aux employeurs qu'on valait la peine d'être embauché. La gérante de Harpile Poil ne lui avait posé des questions trop embêtantes du genre "quelles sont tes qualités ?". Elle avait eu une forte alliée en la personne de Marlene. Elle l'imagina un instant en esthéticien. Chez Harpile Poil, il y avait que des femmes, mais pourquoi un homme ne pourrait pas exercer un tel métier ? “ Oh pourtant, je suis certaine qu'on peut te trouver un uniforme pour homme afin de travailler avec nous.” Rit-elle doucement. Harpile Poil n'était pas tellement une entreprise comme les autres. On y soignait des personnes de tout horizon et surtout on n'utilisait pas d'elfes de maison. Ce qui était une des raisons qui avait poussé Amelia à y bosser. “ Puis tu serais charmant en rose.” Ce n'était pas réellement une plaisanterie, mais certainement pas une insulte. Elle le pensait vraiment. Après tout, le rose était une couleur qui irait aussi bien à un homme qu'à une femme, il fallait juste trouver une bonne combinaison de couleurs. Car rose de la tête aux pieds, même elle ferait une overdose.

Si sa réponse était tout à fait cohérente et acceptable, Amelia fut à nouveau piquée par de la curiosité. Mais que lui arrivait-il ces jours-ci ? “ Et si tu pouvais choisir, tu vivras où ?” Demanda-t-elle réalisant que trop tard la potentielle inconvenance et l'impolitesse de cette question. Elle fronça les sourcils et ajouta presque aussitôt : “ Enfin si ce n'est pas indiscret.” Elle aimerait vivre dans un quartier moldu. Cela lui apparaissait comme une évidence à présent, maintenant qu'elle avait visité ce studio sorcier. Elle reporta son attention sur lui quand il prononça quelques mots qui la perturbèrent quelque peu. Calme ? Elle essaya de se souvenir si c'était là son ressenti. “ Pas vraiment. Enfin, j'étais surtout heureuse de ne pas être reconnue.” Il lui arrivait encore de balancer des informations comme si son interlocuteur comprendrait automatiquement ses dires. Et d'ailleurs, elle ne comprit pas cette fois que des précisions pourraient être nécessaires.

Finalement, il lui proposa d'entrer et de boire une boisson chaude. Par ce temps, elle ne dirait pas non. Mais elle ne s'était absolument pas attendue à ce qu'il lui suggère de passer plus de temps avec lui. “ Oui. Pour un café.” Pas de thé comme avant. Elle ne savait pas trop ce qu'elle découvrirait dans cet appartement, mais ne tarderait pas à le savoir. Elle se décala pour lui laisser le passage et la possibilité d'ouvrir. Le studio était similaire à celui qu'elle avait visité en terme de volumes, mais comme il était habité et meublé, il lui paraissait plus petit. Il y avait des choses ici et là qui trainaient, elle repéra même une boite de jeux, mais rien de vraiment inacceptable. Et même si c'était le bordel, elle se garderait bien de le dire. “ Ton appartement est à la fois similaire et différent de celui que je viens de visiter. Où est-ce que je peux poser mes affaires ?” Malgré l'emploi de "ton", la réflexion avait été faite plus pour elle que pour lui. Mais la question s'adressait bien à lui. Et tout en attendant sa réponse, elle se permettait d'observer la décoration.    
Revenir en haut Aller en bas
Marcus Barksdale

Marcus Barksdale


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 53
| AVATARS / CRÉDITS : Donald Glover © moi
| SANG : Mêlé


What were the odds... ?[Marcus] Empty
MessageSujet: Re: What were the odds... ?[Marcus] What were the odds... ?[Marcus] EmptyDim 22 Nov 2020 - 18:11

Sur le palier, Marcus conversait avec Amelia sans se soucier de ce que pouvaient penser ses voisins. Pour quelqu’un qui écouterait cette conversation, l’échange entre les deux sorciers s’apparentait à celui de deux amis qui s’étaient croisés par hasard et pourtant, il ne s’agissait là que de la deuxième conversation qu’ils avaient tous les deux. Marcus se surpris à ne pas faire ce rapprochement, leur discussion était fluide et agréable, et dénué de la gêne qu’on pourrait ressentir lorsque deux inconnus discutaient. « Liverpool » , répondit-il sans hésiter à la question de la jeune femme. « J’y suis né. C’est une ville que j’adore » . Marcus était liverpuldien jusqu’au bout des doigts. Chauvin pour certains, Marcus aimait dire qu’il n’était qu’amoureux de sa ville. Parce que son esprit était rempli de souvenirs que seule la ville des Reds avait su lui procurer : des voyages en péniche le long du canal Liverpool-Leeds en passant par ses promenades dans le Sefton Park. C’était la ville qui l’avait vu naître et grandir, et juste pour ça, elle tenait une place importante dans son cœur.

Marcus s’approcha alors de sa porte pour l’ouvrir. L’appartement était petit et les quelques meubles placés çà et là n’arrangeaient pas les choses, bien au contraire. Contre un mur, sur une étagère, trônait le tourne-disque que ses parents lui avaient offert à son anniversaire, au dernier anniversaire auquel pu assister Janet.  La pièce à vivre comprenait également un coin cuisine suffisamment large pour pouvoir cuisiner des plats simples. Pogs n’était pas là, mais sa valise était calée à la verticale entre un meuble et le mur. En entrant, Marcus retire son manteau avant d’aller le ranger soigneusement dans sa chambre. « Je crois que tous les appartements de cet immeuble suivent les mêmes plans » dit-il en récupérant les affaires de son invitée. « C’est pas bien grand, surtout avec des meubles, mais je me rassure en me disant qu’au moins, tout est à portée de main » poursuivit-il en souriant. L’ancien Serdaigle posa le manteau de la jeune femme sur le dossier d’une chaise, avant de se diriger vers la partie cuisine pour préparer les cafés. Trop concentré dans sa tâche, il ne la remarqua pas errer dans son appartement. Les murs de ce dernier étaient sobrement décorés, quelques photos, des cadres ; l’endroit ressemblait à n’importe quel appartement londonien. Seules les pochettes de vinyles sur des étagères semblaient originales. « Fais comme chez toi » lui dit-il alors qu’il mit de l’eau à chauffer. En attendant cette dernière, Marcus s’appuya contre son évier afin de faire face à Amelia. « Je ne crois pas t’avoir demandé ce que tu faisais. J’ai cru entendre de Svet’ que tu étudiais, mais je ne sais pas en quoi » .

Une fois que le jeune homme termina de préparer les cafés, il amena deux tasses qu’il posa sur la table basse. D’un geste de la main, il désigna une place à la jeune femme avant de rejoindre son tourne-disque. Soigneusement, l’ancien Serdaigle se mit à déballer le vinyle qu’il avait acheté quelques heures plus tôt. « Ça te dérange si je nous mets de la musique ? J’aime avoir un fond sonore » .
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Bones

Amelia Bones


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 466
| AVATARS / CRÉDITS : Sophie Turner /eilyam/ASTRA
| SANG : Son sang est mêlé, mais quelle importance cela peut-il bien avoir ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une douzaine de lutins de Cornouailles
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

What were the odds... ?[Marcus] Empty
MessageSujet: Re: What were the odds... ?[Marcus] What were the odds... ?[Marcus] EmptyMer 25 Nov 2020 - 20:27

Amelia n'avait jamais été à Liverpool. En fait, elle connaissait que quelques lieux : Tinworth, Londres, quelques points touristes en Ecosse et dans les Cornouailles, au Pays de Galles et dans les Cornouailles et plus récemment Exeter pour l'école supérieure de magie. En fait, elle n'avait jamais quitté son patelin et les frontières du Royaume-Uni. Elle se contenta donc d'un sourire à sa réponse. Elle trouvait cela étrangement adorable. Elle ne s'y était pas attendue. Pas le moins du monde. Mais en même temps que savait-elle de Marcus ? Cela la heurtait de l'admettre, mais pas grand-chose à l'exception de son amour pour la musique. Elle se rappelait très bien l'avoir aperçu plus d'une fois sur l'un des fauteuils de la salle commune de serdaigle une radio non plus. Elle n'avait jamais été une grande connaisseuse ni même une amateur avertie.

Une autre chose non prévue : entrer dans l'appartement d'un garçon qu'elle connaissait que trop peu. Mais son instinct - ou plutôt leur amitié commune pour Svetlana - lui assurait qu'il s'agissait d'un gars tout à fait correct. Alors, elle le suivit sans crainte. Le logement n'était pas tellement différent que celui qu'elle avait visité. S'ils se ressemblaient tous, elle se demandait comment tous les habitants de cet immeuble organisaient la décoration. Une idée saugrenue lui passa par la tête. Ce devait être intéressant de voir comment chaque résident concevait l'agencement de leur lieu de vie. “ Je n'ai jamais eu la folie des grandeurs pour tout t'avouer. Je ne cherche pas forcément de l'espace, juste un lieu en bon état. Et ça me semble très bien ici.” Tant que la plafond ne menaçait pas de lui tomber sur la tête, Amelia se satisferait de ce qu'elle avait. Des murs en bon état, un sol entretenu - pas comme le parquet de la chambrette de Gauwan ! - et des fenêtres qui laissaient entrer la lumière, que demander de plus ? Oui, elle ne voulait pas des hublots non plus. Il ne fallait pas abuser. Elle détourna son regard du mur qui lui fit face pour se concentrer sur Marcus qui l'observait depuis sa cuisine et venait de lui adresser la parole. “ Elle ne t'a pas dit ?” S'étonna-t-elle. C'était pour une évidence. Depuis toujours. Sa vocation. Son ambition depuis son enfance. Cela avait même fini dans la gazette du sorcier. “ J'étudie le droit. Je compte entrer au magenmagot plus tard.” Et bien plus encore. Elle comptait bien remuer tous ces vieux croutons du ministère et cette cour de justice.

Elle s'installa à la place qu'on lui attribua et ne prit pas de suite son café. Elle l'observa prendre un vinyle et le déballer jusqu'à ce qu'il lui pose une question. “ Oui bien sûr.” Il était chez lui après tout. Elle n'allait pas lui dire non. Quand il fut à nouveau près d'elle, elle attrapa une tasse - espérant ne pas tomber sur elle qu'il "privilégiait" - et avant de tremper ses lèvres dedans, elle reprit la parole. “ Qu'est-ce que tu as mis ? J'avoue être assez mauvaise en musique.” Elle ne doutait pas une seule seconde de ses connaissance et n'employait pas le mot "mauvaise" à la légère. C'était simplement un constat des faits. En attendant sa réponse, elle but une première gorgée de son café qui lui brûla légèrement la gorge. Mais cette sensation ne la dérangeait pas, bien au contraire. “ J'ai été au festiwitch cet été et ce n'était même pas pour la musique.” Sourit-elle doucement aux souvenirs de ces différents moments. Si elle mettait de côté ce qu'elle avait vécu à la dernière soirée du festival, elle avait passé de grands instants de joie. “ J'ai, je crois, tout fait sauf assisté à un concert. Ridicule n'est-ce pas ?”  
Revenir en haut Aller en bas
Marcus Barksdale

Marcus Barksdale


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 53
| AVATARS / CRÉDITS : Donald Glover © moi
| SANG : Mêlé


What were the odds... ?[Marcus] Empty
MessageSujet: Re: What were the odds... ?[Marcus] What were the odds... ?[Marcus] EmptyLun 30 Nov 2020 - 21:42

Assis aux côtés de la jeune femme, Marcus bu quelques gorgées de son café. Une légère grimace se dessina sur son visage ; il n’avait pas mis de sucre. Pourtant, ce n’était pas un oubli mais bel et bien un désir de la part du sorcier de faire fi de cet artifice. Alors il était condamné, pour les prochains cafés qu’il allait se servir, de faire une grimace le temps qu’il ne s’habitue à sa peine. « Des études de droit ? » fit Marcus. L’idée même de reprendre ses études lui donnait mal de tête. Il comprenait difficilement ses amis qui, une fois sortis de Poudlard, s’empressaient de s’inscrire à l’École Supérieure de Magie. Pour l’ancien Serdaigle, la fin de ses années Poudlard avait aussi marqué la fin de sa scolarité. S’il aimait apprendre, il n’aimait pas le cadre trop strict, trop institutionnel des études. Marcus apprenait lentement, à son rythme. Le jeune homme avait un rythme particulier, souvent loin des souhaits de ses anciens professeurs. « Et pourquoi tu veux aller au magenmagot ? » demanda Marcus. Si on lui demandait son opinion, le garçon ne mettrait les pieds dans ce haut-lieu de la justice magique pour rien au monde. Le Ministère le rendait anxieux. Pour y être allé plusieurs fois, il a toujours eu cette désagréable impression de ne pas être à sa place. « Je ne savais pas que tu avais des projets aussi précis … c’est bien, je suppose. Enfin j’aimerai être aussi certain que toi sur mon avenir » , parce que Marcus naviguait en eaux troubles. Il n’avait aucuns projets ni perspectives dignes d’intérêt. Il ne savait pas où aller, tout simplement.

Religieusement, il attendit les quelques secondes qui précédaient le début de la première mélodie. Ce court instant de flottement, léger et éphémère, faisait partie des moments préférés du jeune homme. Il marquait la transition entre deux univers, un monde de musique et un autre. « C’est The Police. Un nouveau groupe de musique moldu qui a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps » . La presse avait été élogieuse et bien que Marcus ne soit pas du genre à suivre aveuglément les avis des spécialistes, il avait forcément entendu parler de ce groupe. « Leur album s’appelle Outlandos d’Amour » ajouta l’ancien Serdaigle avec un accent à couper au couteau. « Les festivals c’est surtout une ambiance, pas obligé d’y aller pour la musique » dit-il en hochant la tête. Lui n’était pas particulièrement fan de ce genre de rassemblement. Souvent, la qualité technique de la musique n’était pas au rendez-vous selon lui.

Le garçon prit une gorgée de café puis s’étira. Son regard lorgna sur la boîte de jeu placé dans l’espace de rangement de sa table basse. « Ah tu connais ce jeu ? » . Il se pencha alors et posa la boite de Bataille Navale devant eux sur la table. « C’est un jeu moldu. Le but c’est de … faire couler les bateaux des autres en devinant leur emplacement. J’y jouais avec mon père quand j’étais plus gosse … et je ne sais pas pourquoi je l’ai là » ajouta l’ancien bleu et bronze en haussant les épaules.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




What were the odds... ?[Marcus] Empty
MessageSujet: Re: What were the odds... ?[Marcus] What were the odds... ?[Marcus] Empty

Revenir en haut Aller en bas

What were the odds... ?[Marcus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres-