GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'octobre de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -46%
SEB COMPACT INOX- SET 10 PIÈCES – ...
Voir le deal
69.99 €

Partagez

Sic Mundus Creatus Est | Freya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Corban Yaxley

Corban Yaxley


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 64
| AVATARS / CRÉDITS : Loïc Nottet - ?
| SANG : Essentiellement Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Addison qui ne rejoint pas sa « cause »
| PATRONUS : Un Messager sagittaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sic Mundus Creatus Est | Freya Empty
MessageSujet: Sic Mundus Creatus Est | Freya Sic Mundus Creatus Est | Freya EmptyVen 20 Nov 2020 - 15:50

Freya Bakke
Les hiboux échangés avec cette femme ont eu quelque chose d’attrayant pour celui qui les a envoyés. Un attrait nouveau et certain, surtout lorsqu’il la vue, elle, emprunter l’Allée des Embrumes afin d’aller s’enquérir de quelques plantes et potions, pour s’adonner à son « art ». Il la connait, du moins en partie, parce qu’il a entraperçue chez les Mangemorts mais dont elle ne souvient nullement de rien. Néanmoins, il compte se présenter à elle sans aucune mauvaise intention, juste de la découverte face à cette magie visiblement régentée par les femmes. Et non, par les hommes. Ce qui semble suspect au frère d’Addison Yaxley mais il escompte bien s’en faire sa propre idée, son propre jugement.

Au Ministère de la Magie, toujours en train de s’occuper de la campagne de son Directeur, il attend ce précieux message, lui indiquant une adresse future. Celle, où il devra se rendre pour cette fameuse entrevue qui a lieu dans moins de quelques heures, au regard de sa montre à gousset. Mercure, son corbeau messager, vient enfin apporter la missive qu’il attend depuis quelques jours, celle qui va conclure cette future rencontre placée sous le signe de l’apprentissage et de la découverte. Néanmoins stressé, il compte s’éclipser en ayant au préalable prévenu Morfin Carrow qu’il ne va plus compter ses heures pour rattraper sa demi-journée de retard. Car, il a à cœur de satisfaire ce dernier, lui ayant promis qu’il peut se tuer à la tâche si le besoin s’en fait sentir. Le respect est mutuel entre les deux hommes et Corban Yaxley sait que ce dernier lui importe beaucoup. Être dans les petits souliers de Morfin Carrow attise certaines jalousies envers les subalternes. Mais, le jeune frère d’Addison Yaxley fait son travail efficacement, et en retire les palmes.

Rangeant son bureau d’un coup de baguette savamment dirigé, il salue le restant de son unité en souriant largement, l’adresse de la prêtresse gardée au fond de la poche de son long manteau. D’un rapide transplanage, il rejoint sa demeure, satisfait de voir que le sac expressément demandé est déjà fait par Twkinkle et que ce dernier lui tend. Avec toute la soumission possible dûe à son rang. Dans les immenses prunelles de l’Elfe de Maison, il y a cette inquiétude sourde, car voir disparaitre son Maître pour un endroit inconnu, ne lui plait pas. Mais, il n’a pas son mot à dire et encore moins une quelconque appréhension à ce sujet. Le jeune frère d’Addison Yaxley sait encore se défendre. Seul.

- Maître Corban ?
- Oui, Twinkle ?
- Prenez soin de vous.

La Créature est toujours au fait de satisfaire le jeune descendant des Yaxley, toujours inquiète. Alors que le jeune blond est toujours mesuré dans ses paroles et dans ses gestes. Il y a toujours cette part d’indécision mais qu’il gomme bien vite, parce qu’il est sûr de ce qu’il fait et de ce qu’il entreprend. Silencieux mais toujours efficace. Et, qui ne se départit jamais de cet état de fait. Jamais. C’est donc avec l’adresse griffonnée sur un morceau de parchemin qu’il transplane devant l’emplacement indiqué par sa correspondante. Face à lui se trouve une forêt, qu’il traverse pour arriver à une demeure étrange qui ne lui parait pas conventionnelle. Un froncement de sourcils perceptible, alors qu’il replace son sac sur l’épaule et frappe trois coups à la porte de bois, présente en face de lui.

- Miss Bakke ? C’est Corban Yaxley. Il se présente d’une voix douce, attendant que la femme daigne lui faire honneur de sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Bakke

Professeur Bakke


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 237
| AVATARS / CRÉDITS : Annicke Shireen
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenrir, ce loup géant de la mythologie nordique
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sic Mundus Creatus Est | Freya Empty
MessageSujet: Re: Sic Mundus Creatus Est | Freya Sic Mundus Creatus Est | Freya EmptySam 21 Nov 2020 - 19:56

On ne peut pas dire que Freya avait connu beaucoup d’anglais très curieux d’en savoir plus sur ses capacités et ses rites. Sauf peut-être sa douce Nora. Mais qu’est-ce qui ne réveillait pas la curiosité maladive de la psychomage en même temps? C’était justement cette curiosité qui avait mené sa belle jusqu’à chez elle la première fois. Mais à part sa compagne, pas grand monde. La scandinave s’était donc retrouvé bien surprise de recevoir de tels courriers. Un homme qu’elle ne connaissait à priori pas qui lui demandait des précisions sur une magie qu’il n’avait en théorie pas même vu en pratique, c’était étrange. Elle s’était cependant fait quelque part une raison et ici aussi on avait entendu parler de ses méthodes peu ordinaires pour les sorciers. Quoi que les moldus aussi au final. Quoi qu’il en soit ce Mr Yaxley semblait curieux. Elle avait donc accepté au moins de le rencontrer. Elle verrait bien ce que cela donnerait.

Quoi qu’il en soit Freya étant trop confiante mais pas totalement naïve au point de le laisser pénétrer aussi facilement au domicile du couple. Il avait demandé à la voir chez elle, mais hors de question de prendre ce risque. La belle avait donc opté pour un jour où Nora ne l’attendrait pas et surtout son ancien domicile. Celui qu’elle occupait seule avant de se lancer dans cette relation. C’était une petite maison isolée où elle avait pris le temps ces dernières années de placer de fortes protections. Elle était donc à peu près sûre d’être dans son élément et de pouvoir réagir en cas de besoin. On ne sait jamais après tout…

Ce jour-là elle avait eu un peu de ménage à faire tout de même. C’est qu’elle n’était pas là tous les jours. Mais il n’était pourtant pas question de recevoir un homme sans que les lieux ne soient pas un minimum accueillants. Après un bon travail de fond, la prêtresse fut satisfaite, soupirant de satisfaction appuyée sur son balais. Car voyez-vous, elle n’avait jamais été adepte des coups de baguettes pour ce genre de choses. Il était bien plus sain selon elle de le faire sagement à l’ancienne. Sa baguette justement était posée sur la table basse du salon depuis son arrivée et n’en avait pas bougé. Il faut dire qu’une bonne partie de son petit bazar était parti s’installer comme elle chez Nora depuis cet été, son ménage en étant ainsi facilité. Il restait encore les talismans pendant du plafond, les pierres de couleurs qui étaient sagement disposées sur les divers meubles, même quelques bocaux aux contenus suspects sur les étagères. Tout était moins chargé mais elle pouvait encore travailler, c’était important. Un bon feu dans la cheminée pour compléter et ça devrait être un bon début. La belle était ensuite allé se changer, histoire d’être présentable aussi. Une robe simple, noire, en lin, seulement quelques broderies sur le bord des manches. Laissant ses cheveux aller librement, voyant que l’heure approchait, Freya avait versé quelques plantes séchées et résines dans des coupelles de laiton, le charbon leur faisant émettre une fumée dès le premier contact. Quelques mots de norrois chuchotés en accompagnant cette fumée d’un geste de la main et elle laisserait les fumigations faire leur effet seules, emplissant bientôt toute la maison. La belle était ensuite allé faire chauffer de l’eau, prête à servir une boisson chaude si son invité était amateur. Invité qui semblait déjà sur le pas de la porte puisqu’on y toquait.

-Miss Bakke ? C’est Corban Yaxley.

Son instinct semblait avoir été juste. Quoi qu’elle n’attendait de toute façon pas grand monde à part lui, surtout ici et en pleine semaine. En tout cas il avait une voix plutôt délicate et semblait tout à fait jeune. Il faut dire que ne le connaissant pas, elle n’avait idée ni de son physique ni de son âge. La scandinave avait donc lancé un “j’arrive” de sa cuisine, sortant tout juste l’eau bouillante du feu. Quel sens du timing… La belle était ensuite allé jusqu’à sa porte pour l’ouvrir, souriante et accueillante.

-Bonjour Mr Yaxley, je vous en prie, entrez.

La belle ouvrant un peu plus largement la porte pour qu’il entre. Elle l’avait ensuite invité à la suivre dans le salon juste devant, une partie de la grande pièce ouverte qui servait aussi visiblement de salle à manger et de bibliothèque. L’invitant à prendre place sur le canapé ou un des fauteuils, des meubles en bois sculptés où de grand coussins remplis de plumes d’oies savaient donner un confort incomparable au coin du feu.

-Est-ce que je peux vous servir quelque chose à boire? Un thé, un café?

D’une voix posée et sûre, elle restait courtoise et simple au possible. Elle n’en était pas moins curieuse d’en savoir plus sur les motivations de cet homme qui traversait même la forêt pour la rencontrer. Allant préparer ce qu’il lui avait demandé mais surtout une grande tasse de café pour elle, Freya fut bientôt assise face à lui dans le salon, lui ayant au passage le temps d’observer les lieux où il avait atterri. Etait-ce ce à quoi il s’était attendu? S’était-il seulement attendu à quelque chose de précis finalement? Maintenant face à lui et prête à lui consacrer les prochaines heures, Freya pris quelques instants pour le détailler un peu, l’affaire de quelques secondes simplement.

-Alors dites-moi, qu’est-ce que je peux faire pour vous? Qu’est-ce que vous attendez de moi?
Revenir en haut Aller en bas
Corban Yaxley

Corban Yaxley


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 64
| AVATARS / CRÉDITS : Loïc Nottet - ?
| SANG : Essentiellement Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Addison qui ne rejoint pas sa « cause »
| PATRONUS : Un Messager sagittaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sic Mundus Creatus Est | Freya Empty
MessageSujet: Re: Sic Mundus Creatus Est | Freya Sic Mundus Creatus Est | Freya EmptyDim 22 Nov 2020 - 14:33

Rabattant le col de son long manteau noir, Corban Yaxley patiente.
Il s’est annoncé, devant ce logis qui lui semble tout droit sorti d’un conte sorcier que certains Moldus affectionnent tant. La demeure, enfouie dans cette forêt dense peut paraître somme toute inquiétante, mais il n’en est rien. Il en vient même, à se sentir à l’aise et en en appréciant les bruits alentour. Lui, qui est d’ordinaire soumis à un rythme de travail conséquent et effréné dans la plus grande investiture du monde sorcier, se surprend à apprécier ce calme. C’est différent mais c’est appréciable et ça lui semble être une renaissance et s’approcher déjà d’un trait de personnalité que lui-même, ne connait pas. Il sait qu’avec cette entrevue, il va devoir bousculer quelques barrières érigées fortement depuis longtemps dans tout son être. Et, malgré sa bonne volonté, cela ne va pas être facile.

Remettant le sac sur son épaule gauche, il entend qu’il y a de l’agitation dans la maison isolée et ne peut s’empêcher d’avoir un petit sourire face à cette affirmation et à la voix, qu’il entend. Elle ne va pas tarder à se présenter à lui, et il va revoir cette femme, présente chez les Mangemorts qui pourtant n’a plus aucun souvenir de son passage chez ces derniers. Lorsqu’elle ouvre la porte et se présente à lui, avenante et souriante, il ne peut qu’apprécier cette vision. La scandinave est radieuse et est dans son élément, ce qui lui apporte vraiment cette notion de Prêtresse qu’elle a mentionné dans leur échange épistolaire. Néanmoins, il reste interdit quelques secondes avant de passer la porte et de voir ce qu’il en retourne. Dans cette bâtisse érigée au fond des bois.

Les iris olivâtres tentent de tout enregistrer, de tout mémoriser. De ces mobiles de pierres disposés sur une table et ces amulettes pendues, jusqu’aux fumées odorantes qui s’échappent d’endroits qui lui paraissent suspects et ces bocaux étranges exposés sur des étagères. Il a pénétré dans l’antre de quelque chose qu’il ne connait nullement et qui ne lui est pas familier. Mais, il est là pour apprendre et s’en faire son propre jugement. Même si, selon les dires de la jeune femme, en tant qu’homme, il va avoir du mal à comprendre et utiliser cette magie qui est dans ses veines, à elle.

- Merci Miss Bakke. Commence-t-il doucement tout en déposant son sac à terre. D’avoir accepté ma venue, en votre demeure.

Comme elle le lui a présenté quelques instants plus tôt, il opte pour s’asseoir dans un fauteuil, le regard olive ne pouvant se détacher de tout ce qui compose l’intérieur de l’habitation, avant de le reporter sur son hôtesse qui s’est empressée de lui demander ce qu’il veut boire, lors de cette entrevue.

- J’aimerais un thé bien noir, Miss Bakke. S’il vous plait. Dit-il avec un léger sourire alors qu’il la voit s’affairer à préparer sa boisson demandée et prendre place en face de lui, la lui tendant avec toujours ce même sourire des plus avenants. Et encourageants.

Alors qu’il s’apprête déjà à annoter toute trace de cette discussion pour ne pas en perdre ne serait-ce qu’une seule syllabe, la jeune femme le prend de court. Le détaillant un court instant, alors qu’il en fait de même. Constant la rousseur de la jeune femme et sa beauté presque irréelle tant elle est sublimée par cette magie ancestrale et séculaire qu’elle réalise et que lui, veut apprendre, malgré le handicap masculin dont il peut faire preuve.

- Pour commencer, une petite gorgée de thé pour se donner plus d’impact. Et, sûrement plus d’aplomb. Je suis poussé par une certaine curiosité quant à connaître ces rites magiques que vous pratiquez. Comme je vous l’ai dit avec mon hibou, Miss Bakke. Je n’ai pas de mauvaises intentions, juste une envie de découverte. La voix est sincère tandis qu’il la regarde de ses iris olivâtres. Déterminé.

Même si, la mise en garde la Prêtresse fait encore écho dans son âme.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Sic Mundus Creatus Est | Freya Empty
MessageSujet: Re: Sic Mundus Creatus Est | Freya Sic Mundus Creatus Est | Freya Empty

Revenir en haut Aller en bas

Sic Mundus Creatus Est | Freya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre :: 
Les lieux d'habitations
-