GRYFFONDOR : 20 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 58 pt | SERPENTARD : 2 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !

Partagez

Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Marius Draven

Marius Draven


CRACMOL
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

CRACMOLCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 119
| AVATARS / CRÉDITS : Pierce Brosnan
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... Empty
MessageSujet: Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... EmptyDim 22 Nov 2020 - 19:35

Extrait du livre d'Eupraxia Draven « Mon père » sorti en 1995

«                                                     
                                   Naissance d'un empire

Marius Draven, mon père, rentra de France en 1955 avec l'idée de récupérer le pub de mon grand-père. Il découvrit avec tristesse que des gens lui avait volé son bien, il les attaqua en justice et gagna le procès en présentant des preuves incontestables. Il récupéra le Gentleman Assoiffé et avec le dédommagement décida d'investir dans l'immobilier.  Il acheta plusieurs bâtiments dans le Londres Sorcier puis le succès de ses deux livres de cuisine Guide To Muggle Cooking et The French Muggle Cokking Book lui permirent de fonder White Raven pour gérer son patrimoine. Il n'avait pas encore en tête la fondation d'un des plus puissant groupe industriel du monde magique. Pourtant la croissance fut rapidement exponentielle et à ma naissance White Raven était devenue White Raven Group suite à la fondation de Mugdon (contraction de Muggle's Cauldron) spécialisé dans la vente de produits moldus sur le chemin de traverse, et du rachat de Combet Brewery une micro-brasserie produisant la stout du même nom.

En 1978, White Raven Group possédait :

- Le Gentleman Assoiffé, le pub où tout a commencé et dont mon père rêvait de faire une franchise. Sous l’appellation Thirsty Gentlemen était regroupés les pubs possédés par mon père, les pubs étaient à cet époque relativement indépendant, mon père tenant à ce que chaque achat garde sa personnalité et ses clients. Le Gentleman Assoiffée se séparait à l'époque entre un service de journée plus tourné vers la clientèle traditionnelle et le soir consacré à une clientèle jeune et étudiante avec des concerts et des prix très abordables.

- Mugdon :  La boutique ferma en 1973 mais Mugdon restait actif en achetant des stocks de produits moldus et en les revendant dans le monde magique. Mon père tenait également à ce que Mugdon pratique les demandes particulières et unique de client prêt à y mettre le prix.

- White Raven Estates : La société utilisé par mon père pour gérer ses biens immobiliers incluant la Red House, plusieurs magasins du Chemin de Traverse, plusieurs pubs  et immeubles résidentiels dans tout le Royaume-Uni.

- White Raven Brewery : A l'origine la Combet Brewery, une micro-brasserie familiale sur le déclin produisant une bière éponyme, mon père la racheta en 1961 pour en faire le distributeur exclusive de son pub et en confia la gestion à mon parrain René Doucet. En 1978 Combet Brewery produisait la Combet (une stout), la White Raven (une bière blanche), la Red Cherry (bière rousse aromatisée à la cerise), la Undercliffe (une ale de type trappiste) et enfin la Bright Broom (une lager à moindres frais). Combet Brewery possèdait également toute une série de petites distilleries et de brasseries au Royaume-Uni et en France qui alimentait les pubs en circuit court et avec une différence entre ceux possédées par le groupe et les autres.

White Raven Sports : Division fondé en 1970 quand mon père racheta les Faucons de Falmouth puis les Frelons de Wimbourne en 1972. 

White Raven Records : Division fondé avec le rachat en 1963 de Chandler Records auprès du gestionnaire et fondateur Brian Chandler. White Raven Records produisit de nombreux groupes dans les 60's et au début des 70's mais l'assassinat de Mr Chandler en 1974 mit un terme à la production de nouveaux matériels audios. Mon père expliqua souvent cette décision par le fait de n'avoir jamais trouvé de successeur possédant les multiples talents de Chandler. En 1978, WRR gérait les enregistrements déjà existant et s'était tourné vers l'évènementiel.
»


Dernière édition par Marius Draven le Ven 18 Déc 2020 - 21:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marius Draven

Marius Draven


CRACMOL
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

CRACMOLCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 119
| AVATARS / CRÉDITS : Pierce Brosnan
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... Empty
MessageSujet: Re: Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... EmptyDim 22 Nov 2020 - 19:36

Extrait du journal de René Doucet,


« 26 Juin 1992, Bogota, Colombie

J'ai quitté le Royaume-Uni y'a une paye, dès que Marius s'est retiré des affaires et que sa fille a émis le souhait de « blanchir l'empire » selon sa formule, j'ai réfléchi à une reconversion  professionnelle. Je me suis carapaté et j'ai refait un business pas dégueu en Colombie dès que j'ai appris l'existence du « Sueño Blanco ». Marius était doué pour les affaires légales comme illégales, moi je suis doué pour l'illégale mais quand j'y repense ben merlin en '78 on était pas mal.  Avec Artibeus Kohli, notre allié on avait le contrôle des trafics du West End, la magie noire indienne et le cœur du métier de voyou : le jeu, la drogue, la prostitution, le racket. Marius régnait sans partage sur le North London et surtout contrôlait le Chemin de Traverse et l'allée des embrumes, personne n'y soufflait sans notre autorisation et tout le monde payait la protection. Le bon côté de ça ? La drogue et les emmerdes restait loin  du Chemin, confinés à l'allée des embrumes et au reste de la ville.
Moi je régnais sur le South London, la porte d'entrée des trafics venant de France et les mêmes domaine que les autres à une exception près. C'est souvent moi qui m'occupait des combats illégaux, de l’organisation à la perception de l'artiche.

Bon là comme ça c'est expliqué à la troll mais je vais préciser. Bien sûr il y avait des casinos légaux mais ceux-là ont toujours des limites, limite que les casinos illégaux n'ont pas et le système s'auto-alimente quand les casinos légaux servent à blanchir l'argent des illégaux.
Pareil, officiellement on ne gérait pas ce qui se passait dans les maisons closes, Marius possédait juste les bâtiments. Prenez la Red House, officiellement c'était Morticia qui gérait l'entreprise et louait le bâtiment auprès de Marius. Dans les faits, c'était nous qui rabattions les filles et on percevait un pourcentage sur tout ce qui se vendait à la Red House
...»
Revenir en haut Aller en bas
Marius Draven

Marius Draven


CRACMOL
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

CRACMOLCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 119
| AVATARS / CRÉDITS : Pierce Brosnan
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... Empty
MessageSujet: Re: Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... EmptyMer 24 Fév 2021 - 20:51

Extrait de The Rising Fall, manuscrit jamais édité de Marius Draven caché sous le plancher de son cottage.

Le chemin est devant toi



Nous sommes tous des acteurs, jouant un rôle différent en fonction des personnes qui nous entourent. Je suis un acteur, tantôt père affectueux, tantôt mari aimant, criminel sans pitié, hommes d'affaires redoutable ou amant passionné en fonction des cercles que je fréquente. Il n'y a aucune vérité absolue que je ne puisse présenter à l'un d'entre eux sans briser les murs que j'ai moi-même construit pour me protéger. C'est sur ce papier que je tâcherai de présenter au mieux ma vérité, elle n'est pas absolue ni factuelle mais le papier et le crayon ont l'avantage de ne pas juger ni d'ostraciser.
Mon père avait l'habitude de dire que vivre revient à prendre le bateau sur fleuve que l'on ne connaît pas, vous devez prendre une chemin à l'aveugle et si vous pouvez regarder en arrière aucun retour n'est possible. Je me demande souvent ce qui se serait passé si j'avais pris un autre chemin que celui du monde criminel et des armes. J'ai essayé d'être réglo, quand je suis rentré au pays après avoir quitté la Légion j'avais assez de sang sur les mains et de cauchemars en tête. Je voulais reprendre le pub et vivre, simplement vivre, sans avoir peur de mourir. Je ne sais pas toujours pas exactement pourquoi, peut-être parce que c'était la seule réponse que j'avais appris ces 15 dernières années mais  quand on m'a mis face à ce choix c'est la voie des armes que j'ai choisi. A l'époque je pensais avoir choisi la voie de l'indépendance, loin des lois inutiles qui m'empêchait de faire valoir à ceux qui assassiné mes parents et volé mon pub que j'en étais le propriétaire légitime et des règles étouffantes. J'ai rapidement compris qu'aucun des 8 paumés que nous étions n'étaient violents par nature mais nous avions choisi de vivre en dehors des cadres protecteurs que la société impose à chacun et que si tu fais ce choix, alors les armes et le sang sont la seule loi. Si tu es un homme de conviction, le recours à la violence est inévitable et c'est à ce seul prix que tu deviens un homme libre.

Mais je me rends compte que ce sont les premières lignes de mon « manuscrit » et je digresse déjà. Si un jour quelqu'un lit ses lignes il ne comprendra rien. Commençons donc par là où j'ai choisi de commencer, 1956 donc. J'avais quitté la Légion dès mon retour en France des camps de prisonniers Viêt en '55. Le temps de reprendre une apparence humaine et avec René on se retrouve dans le Chemin de Traverse pour revoir mes parents, tout du moins je le pensais.  Sans nouvelles d'eux depuis presque deux ans, je suis rentré au Gentleman Assoiffé tel un conquérant...tout ça pour ne retrouver aucun visage familier. J'explique que je veux voir mon père Marcellus Draven, on me rit au nez, j'insiste, on me dit d'aller voir ailleurs et que le pub est aux mains des "Diagon Alley Sharks". Pour faire court, après un passage à tabac bien senti, moi et René on s'est sortir par la porte des poubelles.
Il m'a fallu du temps pour que je découvre que mes parents avait été saignés dans une ruelle en avril 1954. Pendant que je combattais dans la boue de Dien Bien Phu, mes parents se faisaient tuer et le gang de mon père taillé en pièces. Ça m'a pris plus de temps pour l'accepter et comprendre que c'était pour ça que je n'avais aucun courrier en retard ni à Hanoï ni à Sidi-Bel-Abbès. J'ai voulu faire honneur à ma mère, régler les choses de manière légale alors j'ai porté plainte contre le « patron » du pub et j'ai gagné le procès ainsi qu'un bon paquet de gallions. J'ai touché l'argent, je me suis pointé avec la décision de justice dans la maison et mon sourire de cave sur la tronche...et je me suis refait casser la gueule. C'est là que j'ai compris que la justice c'est bien mais la vengeance c'est mieux, que je devais gagner mon héritage et mon indépendance comme j'avais gagné mes gallons à la Légion : les armes à la main. Mais à deux c'était du suicide, j'ai rameuté des vieilles connaissances ou des déclassés du système sorcier et on s'est retrouvé huit. Les "Crooked Squibs" étaient nés : trois cracmols (Lemuel Wolpers  qui est mort en 59, Birch Salman qui a fini à Azkaban en 62 et Hershel Buckling qu'on a retrouvé sur les bords de la Tamise avec la gorge ouverte fin 56) et deux sorciers (Augustus Doyle toujours en service et Annie Prott qui a été tué devant chez elle en 65). les sorciers avaient leur baguette mais les cracmols n'avait rien alors on a cambriolé l'armurerie de la garnison d'Aldershot pour récupérer du matos. La suite, on l'a fait façon para de la Légion, à coups d'opération commando et d'intimidation. En un mois le gang des Diagon Alley Sharks fut rayé de la carte, ses membres morts, en fuite ou intégrés par nous. J'avais mon pub, mes parents étaient vengés et je pensais sincèrement à dissoudre le gang parce que j'avais atteint ce que je voulais. J'avais pas encore compris que les Sharks n'était que des petites frappes mais qu'on avait énervé les gros poissons. La mort d'Hershel fit office de rappel à la réalité.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... Empty
MessageSujet: Re: Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres... Empty

Revenir en haut Aller en bas

Bits & Pieces of a long life. La vie de Marius Draven par lui ou les autres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Madame Irma [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: Ecrivez votre histoire :: 
Vos biographies
-