GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
-83%
Le deal à ne pas rater :
Antivirus McAfee Total Protection 2021 – 5 Appareils – 1 an
14.99 € 89.95 €
Voir le deal

Partagez

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | doom days.
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyJeu 26 Nov 2020 - 11:30

Razvan avait la gueule cassée des mauvais jours, bien qu'il semblait, hélas que ce mauvais jour s'étendait maintenant sur des semaines. Qu'on lui ordonne désormais d'assassiner un homme important du Ministère avec un autre mangemort - fort heureusement pas le plus désagréable - était simplement la cerise sur la patacitrouille. Lachlan semblait excité, nerveux, Razvan ne pouvait rater les regards à la dérobade qu'il lançait dans la rue. Le ciel de cette soirée se faisait plus menaçant et le roumain leva pensivement son regard fatigué vers les nuages en priant tous les saints de ne pas se prendre la pluie. C'était une bien mauvaise journée pour mourir. C'est la réflexion funeste que se fit le médicomage, lui qui sortait d'une longue après-midi et devait maintenant s'attaquer à une longue soirée. C'était peut-être toutefois une chance pour lui d'être floqué de Lachlan. Au moins, il n'aurait pas forcément à faire la conversation à un imbécile heureux - comme Rosier, ou Lerouge - et c'était un avantage non-négligeable. L'écossais et lui étaient relégués à être presque les souffre-douleurs du groupe de tueurs. Et si les réflexions coulaient sur le plumage de Razvan comme le venin sur le plumage d'une colombe, ce n'était pas nécessairement le cas de son compagnon au tempérament plus nerveux. Et le roumain ne savait pas quoi dire pour le calmer ne serait-ce qu'un peu. Son tempérament paternaliste lui donnait envie de l'ouvrir pour dire quelque chose avant que sa raison ne le rattrape toujours au dernier moment. Lachlan était sanguin et il était ni d'humeur, ni en condition physique pour se battre avec ses poings. La fatigue qui envahissait les traits de l'homme autant que la dépression qui lui rongeait le coeur étaient visibles sur chaque trait de son visage et jusque sur la jointure de ses mains. Il semblait même qu'il commençait à perdre du poids. Razvan allait mal et cette sauterie ce soir ne saurait l'arranger.

« Que t'ont-ils dis ? » finit-il par demander de but-en-blanc alors que Lachlan semblait impossible à calmer. Le regard abyssal du roumain se posa sur son compagnon d'infortune, alors que bras croisés, lui-même était adossé au mur. Baguette bien en main toutefois s'il-vous-plaît. Tous deux étaient dans l'ombre d'une ruelle du Chemin de Traverse. Cela faisait déjà plus de trente minutes qu'il attendaient Broderick Moroz. Qui semblait tristement bien porter son nom. Pas l'ombre d'un sourire s'afficha sur le visage de Razvan à cette pensée toutefois, lui qui aurait tout donné pour être chez lui, à regarder par la fenêtre en attendant tristement le lendemain.

______________________________
Amers regrets

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Corvidae
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 146
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyJeu 26 Nov 2020 - 13:41

La Bête était de sortie. Oh, il avait bien fallu tirer sur la corde pour obtenir pareil résultat, la journée avait été tranquille pour une fois. Mais non enfin, pas de répit pour les âmes en peine, il avait fallu que ce foutu tatouage gigote à peine son whisky servi, qu’il avait vidé d’une traite pour se donner du courage. L’accueil avait été glacial, comme d’habitude. Il fallait énerver le monstre pour qu’il sorte de sa tanière. Ah, ça n’y avait pas été de main morte hein. Fallait-il qu’il ait la trouille pour ne pas se retourner contre eux, en fait. Encore du vocabulaire qu’on attribuait à un chien, encore et oui. Après tout, c’était ce qu’il était, non ? Un truc entre le roquet et le molosse, croisement bizarre mais salement tenace. Cherche la proie Lachlan. Cherche, et tue. Comment avait-il pu en arriver là, sérieusement ?

Lachlan attendait donc, tout nerveux qu’il était après s’être pris de la remarque à la pelle. Bon chien qui ne mordait pas la main qui le protégeait, du moins c’était ce qu’il croyait. Ca contrastait pas mal avec l’attitude de son comparse, le sombre Vacaresco, d’un calme désarmant. Lachlan aimait bien Razvan. Enfin, de ce qu’il savait de lui, à savoir qu’il ne se foutait pas de sa gueule ni n’alimentait sa colère. L’écossais en savait peu sur l’histoire du roumain, si ce n’était qu’il était aussi bien vu dans les rangs que lui, c’était dire. On le traitait un peu mieux, parce qu’il soignait les tatoués et que c’était quand même une aptitude plus rare que de dérouiller les gens. M’enfin, il suffisait de voir la gueule de 10 pieds de long de Razvan pour comprendre qu’il avait envie d’être partout, sauf ici. Posté contre le mur, le pied qui tapait le sol, Lachlan marcha finalement en faisant des allers-et-retours, ses poings le démangeaient sale. Pourquoi fallait-il qu’ils soient deux pour ça, sérieux ? Un Avada Kedavra, et on en parlait plus. Lui, il ne faisait pas ça, il tapait c’était tout. C’était bien pour les missions de masse, mais pas pour ça. Putain…

Pour faire passer le temps, il sortit une clope de sa poche et l’alluma façon moldue - sacré Mangemort hein ? - avec un briquet avant de tirer une baffe. « Merde… T’en veux ? » réalisa-t’il en tendant son paquet à Razvan histoire de. La fumée courut le long de sa gorge, mais la nicotine ne calma rien, rien du tout. Ça commençait à faire long et si ça continuait, le premier qui passait allait prendre pour les autres. C’était ça aussi, d’énerver l’incontrôlable. Peut-être pour ça que Razvan devait le babysitter ? Bah, il s’en foutait, il voulait juste faire le sale boulot et rentrer. Mais pour faire passer le temps, le roumain brisa le silence, avec sa voix sombre comme ses yeux. Lachlan lui lança un regard perplexe. C’était quoi cette question ? Evidemment, il ne comprit pas le sous-texte. Lachlan, incarnation du premier degré, s’il vous plait. « Qu’on doit tuer un gars. J’sais pas qui, on m’a dit que toi oui. » On ne disait jamais grand chose à Lachlan. La seule instruction : obéis. C’était mieux comme ça, il préférait tuer des anonymes, c’était plus facile. « Mais qu’est-ce que je fous là ! » pesta-t’il finalement, sa rage commençant à cogner fort dans sa tête. « Tu lances un impardonnable et puis on se tire. J’pense pas que t’aies besoin d’un chien de garde pour ça… » rumina-t’il, en colère contre leurs bourreaux et pas contre Razvan, autre victime de cette organisation de tarés. C’était une mission de novices ça. Lachlan ne savait même pas s’il aurait l’occasion de se défouler. « Le type va claquer en 2 secondes, et j’vais devoir aller éclater des gueules au club. Putain ! » Ses pas étaient de plus en plus nerveux tandis qu’il tirait sur sa clope avec une énergie peu nécessaire pour ce genre de choses. Il ignorait que la soirée allait lui réserver son lot de surprises, et qu’il n’aurait pas besoin d’un ring pour jouer des poings cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | doom days.
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyMar 1 Déc 2020 - 13:39

D'aucuns auraient pu dire qu'à force de tuer des gens, on s'y habitue. Razvan dans un élan punitif dirigé envers lui-même, essayait de ne jamais oublier les visages de ceux à qui il avait retiré la vie. Certains pourraient y voir quelque chose de sadique, mais il n'en était rien, puisque s'en souvenir le faisait souffrir et qu'il ne méritait que cela. Et de la même façon, les gens qu'il avait tué méritaient qu'il soit hanté par leurs visages. On ne s'habitue pas à voir des gens mourir tout comme on ne s'habitue pas à en tuer. Lui qui avait vu tellement de corps de part son métier n'était pas habitué à cette masse froide et rigide dont la pulsation du battement de coeur ne traversait plus les veines. Il ne s'habituait pas à l'absence de lumière dans les yeux vides et à l'immobilité absolue d'un corps dont la vie ne l'habite plus. Le roumain était donc présent pour un énième meurtre, de ceux dont il ne voulait pas connaître le chiffre, aux côtés de Lachlan qui semblait définitivement plus excité que lui. Le médicomage le suivit paisiblement du regard alors que l'ancien joueur de Quidditch faisait de tristes allez-retours, symbole terrible du chien que l'on maintient en cage. Et comme pour appuyer encore sur la métaphore, il sortit une cigarette de sa poche et on aurait pu y voir un os que le stress et la rage lui donnaient envie de ronger. Le roumain afficha un sourire poli et tendit sa main pour prendre silencieusement la cigarette et se l'allumer. Ce n'était pas aussi fort que ce qu'il fumait en général, mais ça ferait sans doute l'affaire.

Le manque de perspicacité de l'homme ne fit pas tiquer Razvan qui resta silencieux. Il préférait ne pas insister sur la question, après-tout, peut-être que son acolyte faisait exprès de ne pas comprendre. Bien qu'il en doutait, tristement. Lachlan n'était pas la baguette la plus aiguisée de Gregorovitch. Oui, il connaissait le nom du type, mais il ne le connaissait pas personnellement, fort heureusement. Lachlan le ramena à lui en pestant bruyamment alors que le médicomage expulsait de la fumée de ses poumons. « Il vaut mieux que tu ailles éclater des gueules au club » répondit-il en utilisant les propres termes de l'écossais même si ce n'était pas de cette façon que lui-même aurait formulé les choses, « plutôt que tu le tues. Je m'en chargerai, sans problème ». Et ça ne lui faisait pas plaisir de le dire mais si cela pouvait alléger l'homme de sa charge mentale, Razvan n'y voyait pas d'inconvénient. Après tout, il le méritait, non ? Il aurait voulu lui intimer de se calmer mais il savait mieux que personne que ce genre de phrases excitaient encore plus la nervosité des sens. « Tu peux y aller maintenant si tu le souhaites » proposa-t-il avant de tirer une taffe supplémentaire, « un langue-de-plomb ne devrait pas poser trop de problèmes ». Le cynisme de ses propres paroles le heurta profondément. Comment un homme comme lui avait-il pu devenir un monstre pareil ? Parler de la vie d'un être humain comme s'il s'agissait d'un problème à résoudre, lui qui ne supportait pas ce genre de propos et d'associations de mots ? Razvan s'en était voulu au moment de prononcer ses paroles, mais si cela aidait Lachlan à se calmer, il était prêt à lui en dire d'autres, des métaphores pareilles.


(572)

______________________________
Amers regrets

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Corvidae
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 146
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyLun 7 Déc 2020 - 2:47

Confier une mission pareille à Lachlan, ça n’était clairement pas l’idée de l’année. Agité comme un molosse à qui on aurait pris son os, l’écossais faisait vraiment des cercles, enfin des ovales, qui rappelaient des animaux dans les zoos, et ça n’était vraiment pas discret, mais alors pas du tout. Il fallait attendre que le type en question se pointe, et pour ça, il ne fallait pas se faire repérer. Sans doute que le meurtre en public, c’était pour envoyer un message, un truc comme ça. Lachlan se foutait des implications de ce qu’on lui demandait de faire, il obéissait, c’était tout. Mais là, en l’occurence, le casting avait été déplorable parce que si Vacaresco se fondait quasi parfaitement avec le mur derrière lui tant il restait immobile, Lachlan lui, était une silhouette encapuchonnée bien fébrile.

Masques à demi relevés pour fumer leur clope, l’imprudence était encore bien pire. Le museau de celui de Lachlan, qui représentait un espèce de féroce clébard à l’air menaçant et aux dents longues, type Rottweiler ou un truc comme ça - comme si c’était lui qui avait choisi - relevait plus le tissu que celui de Razvan, et dévoilait un peu de son visage aux passants. Sans compter qu’ils parlaient assez clairement du fait qu’ils avaient l’intention de tuer un mec, bonjour la discrétion. Heureusement qu'il n'y avait personne dans le coin pour l'instant, à son grand désarroi parce que ça retardait l'échéance, et son retour au bercail. Lachlan tirait sur sa clope comme un furieux, la rage qu’on avait réveillé chez lui ne parvenait pas à s’exprimer comme il voulait, et il cogna dans un truc au sol pour extérioriser tandis que la voix calme de Razvan contrastait avec son attitude.

Le sombre écossais laissa un rictus lui échapper. C’est ça ouais, il allait se barrer et se prendre une rosse derrière parce qu’il n’avait pas obéi ? Il n’était peut-être pas bien malin, mais il avait un certain instinct de survie, Lachlan. Assez pour avoir survécu à Azkaban, quand même. « Ecoute, doc’, merci de t’attribuer toutes les horreurs… » lâcha-t’il d’un ton ironique avant de faire claquer sa langue sur son palais, sans même remarquer qu’il avait réussi un mot d’esprit. « … mais on m’a demandé de le faire, j’le fais, point. Me semble pas non plus qu’on te demande de réfléchir quand t’es missionné, nan ? » C’était un peu injuste de passer ses nerfs comme ça sur Razvan, mais la rage n’avait pas de maître, et Lachlan n’avait aucun contrôle sur lui-même quand il était comme ça. La fumée lui racla la gorge et il cracha à côté de ses propres bottes usées, sans réfléchir. « Vaut mieux pas réfléchir, d’ailleurs hein. Sinon, on s’pose des questions, et après… » Après, on se sent coupable. Imaginer que les gens qu’il tuait étaient père de famille, ou alors fils d'un père justement, des soeurs, des amants, tout ça, ça les rendait trop humains. Leurs visages le hantaient déjà, alors les prénoms et tout, ça ne servait à rien d’essayer de les connaître. C’était plus facile de ne rien savoir, tuer, ne pas lire le journal, point.

Alors que sa clope était déjà presque entièrement consumée, Lachlan s’appuya finalement contre le mur à côté de Razvan, son pied tapant furieusement à une cadence infernale dans une flaque. Le bruit était répétitif, usant. Comme la colère qui bourdonnait dans sa tête à cet instant. «  V’la que les victimes sont même plus à l’heure putain, un scandale. » tenta-t’il de dire pour rire, mais lui-même ne trouvait pas ça drôle. Il avait vraiment besoin de décharger ses poings, envisagea presque de cogner le slave pour se défouler, mais non, quand même. Ça lui fit penser… « C’est marrant qu’on s’soit jamais affrontés, toi et moi. » C’était Razvan qui lui avait fait connaître le lieu, Merlin merci ça l’aidait bien. Ils étaient tous les deux des as dans leur genre, même s’ils ne se battaient pas du tout de la même façon. Mais par un étrange hasard, jamais ils ne s’étaient retrouvés face face. « Tu penses qu’tu gagnerais ? » lui demanda-t’il, cachant son sourire narquois derrière son masque qu’il baissa une fois son mégot balancé à l’autre bout de la rue. Razvan était sacrément bien taillé, plus grand que lui. Mais Lachlan était plus sec, plus nerveux aussi. Dans sa tête, ça ne faisait aucun doute : il lui aurait même une belle branlée.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | doom days.
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyMer 16 Déc 2020 - 20:58

Les missions des mangemorts étaient toujours pénibles lorsque Razvan était impliqué. Ce n'était pas tout le temps le cas, il n'était certainement pas le plus actif. Pour la simple et bonne raison qu'il n'était jamais volontaire et qu'on le désignait quand il fallait remplir une case. Cela n'était pas rare, mais bon. Il préférait qu'on lui demande de descendre dans la maison qui servait de quartier général pour soigner les éventuels blessés plutôt qu'on le traîne sur le terrain. Là, en l'occurrence, on avait décidé de le faire assister Lachlan McCulloch. C'était un homme particulier avec lequel il fallait composer et le roumain considérait qu'il s'en sortait plutôt bien. Le caractère de l'homme était compliqué mais il s'en sortait. En Roumanie et surtout en Russie, il avait vu bien pire. Pour autant, il savait bien qu'aussi difficile fut son caractère, l'écossais n'appréciait pas faire ce qu'il faisait. Il était comme lui, enfoncé dans la boue jusqu'au cou et à attendre de se noyer dans le sable-mouvant. Pour autant, la réponse sèche ne le braqua pas le moindre du monde. Il en fallait plus pour braquer Razvan, qui pouvait souvent se targuer d'être le calme incarné. Parfois le calme avant la tempête, il est vrai. Mais pas maintenant. Il ne prenait pas offense du ton utilisé ni du surnom. Alors oui, il valait mieux ne pas réfléchir. Mais voilà, le roumain était un homme qui réfléchissait, qui réfléchissait trop, il avait toujours été comme cela. Qu'est-ce qu'il y pouvait ? Le médicomage vivait dans le passé, ce foutu passé qui lui rongeait déjà la vie. La personne qu'ils allaient assassiner tous les deux, il regrettait déjà sa mort, sans même connaître les traits de son visage. Alors, Lachlan arrivait peut-être à ne pas trop réfléchir. Mais ce n'était hélas pas son cas. Sachant qu'il ne serait pas entendu sur ce point-là - et que l'homme n'en avait sans doute rien à faire qu'il culpabilise - il se concentra plutôt sur la suite de la conversation en tirant une nouvelle taffe.

Il ne réagit pas lorsqu'il s'adossa au mur à côté de lui, le pied martelant le sol de ce besoin de frapper, frapper, frapper. « Te battre ? Je n'en ai pas l'ambition » répondit prudemment Razvan qui avait déjà vu l'homme à l’œuvre lorsqu'il était en rage. Définitivement, il n'avait pas envie de se battre contre lui. Et il ne pensait ni perdre, ni gagner, à dire vrai, il n'y pensait pas. « Pourquoi ? Ça te tente de "boxer" du roumain ? » lança-t-il avec un humour noir, très noir. Cigarette au bec, les bras croisés, il regardait l'écossais d'un air patient. Finalement, il tira une dernière fois dessus avant de jeter le mégot non loin de celui de Lachlan. « Je crois être meilleur pour soigner les autres plutôt que de les blesser. Mais ce n'est que mon avis » conclut-il naïvement. Razvan était en réalité un excellent sorcier et un excellent duelliste. C'était un tueur, mais il se voilait la face. N'avait-il pas arraché l'oeil de Maugrey ? N'avait-il pas sauvé les miches de Rosier l'année précédente ? N'avait-il pas détruit le chemin de Traverse en avril ? Oh que si. Durmstrang l'avait rendu bien aguerri baguette en main tandis que la vie lui avait affiné les poings.


(552)

______________________________
Amers regrets

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Corvidae
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 146
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyLun 21 Déc 2020 - 5:24

Le club, c’était un peu devenu sa deuxième maison. Non troisième, après le magasin de Quidditch, quand même. C’était vraiment un sale lieu, dans tous les sens du terme. Mal famé, dégueulasse, suintant. Ça sentait le tabac, la sueur et le sang, l’alcool renversé au sol, et ça gueulait dans tous les sens. Franchement, quand Razvan l’avait emmené là-bas, Lachlan avait tiré une sacrée tronche, parce que ça lui ressemblait plus à lui qu’au roumain. Le médicomage faisait bien propre sur lui, avec sa petite mèche de beau gosse là, ses fringues impeccables, son air sain. On lui aurait donné Merlin sans confession, enfin à l’époque parce qu’en ce moment, il se trimballait une gueule à faire peur. Enfin, aux autres, pas à Lachlan, lui il n’avait peur de rien. Et puis après, il l’avait vu cogner et, franchement, il avait été surpris de voir à quel point il savait bien casser une gueule. Un temps même, ça l’avait fait se sentir moins seul. Mais un temps seulement.

Et puis depuis, ils se battaient au même endroit mais par un hasard du calendrier, jamais le même jour il semblait. Enfin si, ils s’étaient déjà croisés, mais on réservait souvent An Crann - le molosse dans sa langue natale - pour les toutes fins de soirée, parce que sa rage détruisait parfois jusqu’au ring et que c’était chiant quand ça arrivait trop tôt. Et puis plein de gens le craignaient, certains adversaires se désistaient même en le voyant, quand il avait presque la bave aux lèvres. Ca dépendait de la jauge de colère, en fait. En tout cas, personne ne lui avait jamais demandé de truquer son match, et il valait mieux parce qu’il ne l’aurait pas fait. Déjà parce qu’il détestait perdre, détestait la triche aussi. Et puis il aurait été physiquement incapable, en plus, d’être rationnel à pareil moment.

Razvan se compara donc à un punching-ball, et l’écho du rire mauvais de Lachlan résonna dans son casque canin. « Moi j’m’en fous de qui je cogne, t’sais. » Sauf les filles. Les filles, ça, il ne pouvait pas, c’était comme ça. Sans doute que ça lui rappelait ses soeurs, sa femme, son éducation en fait. Parce que oui, il en avait une, quoi qu’on en pense. Et il avait des restes, Merlin merci. « Fais pas le modeste avec moi, Vacaresco. » Son nom slave roula dans sa gorge aux accents écossais. « T’es une bête de compet. Tes mains, elles savent autant ravager que réparer, c’est comme ça. » C’était peut-être pour ça que les tatoués l’emmenaient en mission alors que bon, un médicomage, ça se bichonnait en vrai. Bien sûr, il y avait autre chose, bon petit laquais devait obéir et de temps en temps, ils aimaient ça, rappeler aux autres que c’était eux qui décidaient. Foutus sadiques. « Mais ça me ferait un peu chier de te démolir, en vrai. » reconnut-il avec honnêteté alors que sa colère se calmait un peu, et son pied au sol avec. « T’es le seul mec sympa avec moi dans cette bande de tarés. » Et le seul mec avec lequel il se permettait de les appeler tout haut comme ça, soit dit en passant. « Des fois, y m’forcent à utiliser des sorts mortels, alors que j’aime pas ça. J’veux dire, je sais cogner, pourquoi ça leur suffit pas ? » Est-ce qu’il parlait à Razvan, ou à lui-même à cet instant ? « C’est comme toi, tu soignes leur cul de sang-pur là, y peuvent pas se contenter de ça nan ? » Ça le mettait en colère, tellement. Tellement qu’il s’énervait tout seul là en fait, et ça n’était pas bon. Ah ça non. Il était où, l’autre ? Qu’il se défoule un peu et fasse le sale boulot. Qu’ils en finissent, et retrouvent un peu de leur fausse liberté. Celle qu’on leur avait arraché le jour où on avait inscrit cette marque ignoble sur leur bras.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | doom days.
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyLun 21 Déc 2020 - 19:27

Razvan était un type doux. A la base. Quand il ne finissait pas comme tueur de sang-froid et quand il ne finissait pas à la cave pour casser des mâchoires. Il n'avait pas nécessairement honte de ce dernier passe-temps. Le roumain avait commencé ces petites soirées des années auparavant, un peu avant la naissance de sa fille. Impuissant face à son propre métier, les images lui avaient ravagé l'esprit et ces images ne pouvaient s'expier par des mots partagés alors avec son épouse. Mara, qui était tout autant médicomage que lui, l'avait soulagé un temps de sa propre empathie avant de ne plus être suffisante. Et il avait fallu du temps à l'homme pour accepter ce besoin bestial qu'il avait de relâcher la pression. Depuis lors, il n'avait plus arrêté, bien qu'il y aille pourtant bien plus souvent en ce moment, pour des raisons sombres qui ne regardaient que lui. Lachlan n'avait pas besoin de savoir, Lachlan se contentait de frapper. Razvan avait tôt entrevu la rage qui transperçait les poings de l'homme écossais et il en avait vite conclu qu'une telle rage ne pouvait éclater qu'une fois de temps en temps, pendant une mission. C'était provoquer le pire, un accident en dehors du cercle des mangemorts. Là, sur le ring de cette cave malfamée, il pouvait se défouler sur des gens qui seraient ravis d'être frappés. C'était sans doute malsain, mais c'était mieux que de passer ses nerfs sur un innocent qui n'avait rien demandé, non ? Les paroles suivantes de son collègue lui firent mal, parce qu'elles affichaient avec décomplexion une terrible vérité générale.

Razvan était un excellent médicomage, certes. Passionné par son métier, passionné à l'idée d'aider les autres. Certes. Mais il avait aussi besoin de cogner pour ne pas faire de craquage nerveux et il était foutrement doué pour cela aussi. Lachlan posait le doigt sur un complexe et un paradoxe terriblement douloureux pour l'empathique roumain. Lui qui vouait sa vie à soigner les autres, prenait terriblement de plaisir à casser des gueules. Quitte à être celui qui les réparerait à la fin de la soirée - oui, ça arrivait. Silencieux derrière son masque de fer, il l'écoutait continuer ses paroles, reçu la confidence de l'homme avec un hochement de tête passif. Il était ravi d'apprendre que ça le ferait chier de le frapper. Après tout, c'était toujours bon à savoir, non ? Et puis, ils ne boxaient pas aux mêmes heures. Razvan se pointait au club entre vingt et vingt-trois heures. L'écossais passait plus tard, et tant mieux, d'ailleurs. Il ne ferait sans doute pas trop le poids face à lui. Les quelques centimètres qu'il gagnait sur la taille, Lachlan les compensait avec sa propre rage. Et le roumain n'avait pas trop envie d'être jeté dans la ruelle derrière la cave pour se noyer dans la flaque d'eau à cause de son inconscience. Mais Lachlan en avait gros sur la conscience justement et le roumain fit ce qu'il savait faire de mieux : écouter en silence, bras croisés, adossé contre le mur, une jambe en équerre. Tous deux portaient le même jugement sur ces hommes qui les avaient asservi. « Ça me rend malade » confia-t-il d'une voix étonnamment douce pour un homme qui s'apprêtait à ôter la vie à un autre, « ils n'ont aucune autre excuse que leur propre folie pour organiser ce qu'ils font ». N'est-ce pas ? N'étaient-ils pas fous, tous les deux, de se laisser faire ? Razvan coula un regard sur Lachlan qu'il avait déjà vu enchaîné comme un clébard dans une cellule. Lui n'avait pas ce traitement là, merci le statut de médicomage. C'était dire où se situait son collègue dans l'échelle organisée des mangemorts. « J'espère que quand tout sera fini, ils finiront à Azkaban » - sa voix venait de s'assombrir - « même si on risque de tomber avec eux ». Il préférait encore finir à Azkaban, subir le baiser du détraqueur, plutôt que de savoir que ces gens étaient libres. C'était quelque chose sur lequel il ne s'était pas encore penché. Une fois la guerre finie, s'il était toujours libre, comment pourrait-il garder le secret de ces identités qui avaient arraché la vie à autant de monde ? Comment pourrait-il accepter cela ? Quelque chose qu'il n'avait pas encore anticipé se développa dès lors dans son cœur. Razvan avait espoir d'être libre une fois la guerre finie. Certes, il savait bien qu'il serait toujours ravagé de regrets, certes. Quoi de pire que de ne rien dire ? Par pur égoïsme de vouloir continuer tranquillement sa petite vie ? A ce moment-là, le roumain sut qu'il serait traversé par la honte toute sa vie et qu'il lui faudrait vivre avec ça. Enfin, s'il n'était pas tué avant.


(795)

______________________________
Amers regrets

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Corvidae
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 146
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyMer 30 Déc 2020 - 11:09

La folie était une chose complexe, et il en existait autant de formes qu’il existait de gens que ça atteignait. La folie de Lachlan n’était qu’une impulsion, un espèce de pète au casque qui allait et venait, comme une vague qui s’écrasait d’un coup sur la digue, un peu plus fort que les autres. Oh, le reste du temps, il n’était pas le mec le plus équilibré de la Terre, mais considérant les merdes qui lui étaient tombées sur le coin du nez, ça tenait du miracle qu’il ne soit pas dans une camisole, à gueuler sa colère contre des murs capitonnés. Mais non, Lachlan devenait fou un temps donné et après ça allait mieux - enfin, en apparence. Mais la folie des mangemorts, c’était autre chose, du genre fanatisme et tout ça. Et c’était bien plus dangereux, parce que la folie associée à des idées pas tellement charitables, ça donnait des trucs comme au mois d’avril, et ça piquait sévère. Lachlan n’aimait pas ces attaques sournoises là, où le pauvre chaland faisait ses petites emplettes avant de se prendre une bombe sur le coin de la gueule et hop, fin de l’histoire, rideau. Surtout qu’en plus, c’était con comme idée, parce qu’ils n’aimaient pas les moldus, ses tortionnaires, et ils avaient attaqué un lieu où ils auraient pu même faire couler du sang pur ou en tout cas pas trop souillé. Con, vraiment. « Y gagneront pas… » dit-il d’un ton bien pessimiste, en espérant que sa prophétie se réalise. Vivre dans un monde où des raclures comme ça s’en sortaient, ça l’aurait trop déprimé. Déjà qu’il n’était pas trop jouasse de base…

Et comme Razvan partageait au moins avec lui ce trait de caractère - bien que tout, oui tout le reste les oppose - le médicomage s’enfonça dans les suppositions en allant un cran plus loin. Un cran trop loin, sans doute. En entendant le nom du lieu de perdition où il avait séjourné presque un an, Lachlan sentit un frisson incontrôlable et glacé lui parcourir l’échine, comme quand à l’époque, il voyait l’ombre menaçante d’un détraqueur passer devant sa cellule. Ces saloperies étaient devenu son plus grand traumatisme, sa phobie et la nuit parfois, il en faisait des cauchemars, à se réveiller en larmes, les draps trempés, les paumes rougies par le sang séché que ses ongles avaient fait couler en s'y enfonçant trop fort. Azkaban… Clair que leurs bourreaux méritaient un séjour là-bas. Mais la fin de la phrase de Razvan le fit vriller, comme si on avait allumé un interrupteur dans son crâne bousillé. « NAN ! » hurla-t'il en ruinant toute tentative d’être discrets, et en fondant sur Razvan comme un chien sur sa proie, saisissant sa gorge de sa main gauche et appuyant un peu fort sous l’effet de la colère. « Tu dis ça pour m’torturer ? Toi aussi, hein ? Hein ? » Lachlan ignorait que Razvan n’était pas au courant. Dans sa tête de parano, tout le monde était au courant. Tout le monde savait, les vieux, les jeunes, les nourrissons dans leurs poussettes qui le dévisageaient, tout le monde, oui. Derrière le masque, on devinait ses yeux fous dans lesquels la peur et la rage se mêlaient, sentiments qui ne faisaient pas bon ménage. Sous son pouce, Lachlan sentait le battement du coeur du médicomage alors qu’il l’empêchait à demi de respirer. « J’y retournerai pas ! Non, j’y retournerai pas ! Plutôt crever ! » Enfoncé dans sa folie, Lachlan avait le besoin urgent, pressant, de faire mal. C’était certes tombé sur la mauvaise personne, et Razvan pouvait remercier son masque de clown triste parce que sans ça, l’écossais se serrait acharné sur sa belle gueule. Au lieu de ça, sa prise sur sa gorge se resserrait. « J’y retournerai pas, tu m’entends ? Non, jamais ! » Ça tournait en boucle, sans qu’il ne s’en rende compte. À répéter les mêmes mots, encore et encore, comme le fou qu’il était.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | doom days.
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyMer 30 Déc 2020 - 14:14

Razvan n'avait pas franchement l'habitude de provoquer le courroux des autres. Il fallait bien dire aussi que son tempérament doux ne poussait pas le commun des mortels à avoir une dent contre lui - à moins que l'on se nomme Madame Lupescu, mais il ne pouvait rien contre sa haine viscérale à l'encontre de toute personne qui ne soit pas une femme. Les diverses tentatives de castration qu'il avait essuyé n'avaient guère renforcé son envie de se montrer piquant. Aussi le roumain ne s'attendit-il pas à l'explosion de rage pure qui sembla traverser son collègue mangemort. La petite phrase qu'il avait ajouté n'avait pas vocation à le provoquer, elle n'avait que vocation à dire la vérité. Avec ces ridicules masques sur le visage, l'un, comme l'autre, avaient autant de chances que les têtes de ce groupe de débiles profonds de se retrouver en prison. L'esprit de Lachlan était peut-être trop amoché pour s'en rendre compte. Mais celui plus affuté de Razvan le savait bien. Pour autant, aussi vif d'esprit fut-il, le médicomage manquait parfois cruellement de tact et c'est sans doute ce qui lui valu de se faire brusquement sauter à la gorge par l'écossais enragé. « Lach...Lan » marmonna-t-il difficilement alors que ses mains se portaient sur celles de l'homme qui semblait sur le point de le tuer. Les battements de son propre cœur se faisaient plus effrénés alors que la panique se promenait lentement dans ses veines. Merde, quel imbécile ! Il avait fallu que Lachlan ait été envoyé en prison ! Il ne fallait pas être devin pour comprendre que sa petite phrase mélancolique et pessimiste avait rappelé de mauvais souvenirs à l'homme. Lachlan hurlait comme un enragé, ou un drogué privé de sa drogue, ou comme un homme ivre. N'importe quoi pouvait coller à ce que Razvan ressentait à cet instant et à ce qu'il voyait à travers les deux fentes de son masque, au niveau de ses yeux.

L'espace d'un instant, il se demanda s'il n'allait pas crever là, dans cette ruelle, assassiné ironiquement par un autre mangemort. Retrouvé quelques jours plus tard par quelqu'un où tout le monde pourrait apprendre qu'il avait une double-vie. Pas totalement médicomage. Pas totalement mangemort non plus. L'image de son corps abandonné dans la rue lui donna un souffle de lucidité et il fila brusquement un coup de genou dans les bijoux de famille de Lachlan pour le faire lâcher prise. C'était fourbe, pas du tout son genre, mais entre se faire étouffer par la force brute d'un homme en colère et le faire lâcher prise de cette façon, le choix était vite fait. Toussant comme un asthmatique, Razvan sortit quand même sa baguette, à demi plié en deux, sans perdre du regard McCulloch : « Je savais pas que t'y avais été » - il fit une pause pour continuer de tousser en essayant de reprendre son souffle - « curvă ». L'injure avait franchi ses lèvres sans qu'il ne puisse s'en empêcher alors qu'il s'éloignait de quelques pas, en regardant l'écossais, malgré lui, comme s'il était fou comme tous ces gens qu'ils servaient.


(510)

______________________________
Amers regrets

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Corvidae
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 146
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyMer 30 Déc 2020 - 18:39

Malgré le masque qui le protégeait, Razvan avait tous les signes du type qui sait sa fin proche s’il ne réagit pas. Sous ses doigts, Lachlan sentait son pouls qui s’affolait drôlement, ça tapait furieusement contre son pouce qui appuyait, appuyait… Manque d’air flagrant, le pauvre roumain avait du mal ne serait ce qu’à dire le nom de son agresseur. Mais de toute façon, quand Lachlan était dans cet état-là, parler ne servait à rien. Rien non. Il n’y avait plus rien d’humain chez l’homme là, la Bête avait totalement pris le dessus par pure défense, comme souvent. Les dents serrées, il avait juste envie de détruire, détruire comme on l’avait détruit lui. Souvent, les victimes étaient innocentes - quoi que Razvan, bon, était quand même coupable de quelques trucs, qu’on se le dise - et c’était injuste, mais c’était comme ça. Les mains du médicomage essayèrent de virer les siennes, mais il avait de la force, l’animal. Aussi, c’était comme essayer de faire lâcher prise à un croup qui essayait de bouffer un gnome. Peine perdue.

Razvan donc, en plus des signes du mec qui se sait condamné, eut un pic d’adrénaline et un instinct certain qui lui sauva les miches. N’importe quel autre coup n’aurait pas eu bien de l’effet, Lachlan était habitué à en recevoir. Mais le genou dans les parties, à toute puissance, c’était ce qu’on appelait un coup bas. Soufflé, l’écossais se plia en deux et jura bien fort en gaélique, ce qui fit écho à l’injure en roumain. Ce que Razvan avait dit, Lachlan l’avait entendu, mais n’avait pas écouté, encore empli d’une rage sourde et incontrôlable. Et si la colère était toujours là, la douleur avait largement pris le dessus. C’était comme s’il sentait ses attributs jusque dans sa gorge tellement c’était remonté, et Razvan n'existait même plus dans sa tête là. Mieux valait d’ailleurs, parce que le voir le regarder comme ça n’aurait rien arrangé. Terrassé par les vagues lancinantes de douleur dans son bas-ventre, Lachlan se laissa tomber à genou dans une flaque.  Pour avoir déjà subi un Endoloris ou deux, il eut l’impression que c’était ça, mais seulement sur la partie des bijoux, un cauchemar. Une de ses mains trouva le chemin de sa baguette, et il pointa son entrejambe - la classe - en formulant un Episkey qui fonctionna mais, hé, c’était pas cassé. Juste douloureux. Monstrueusement douloureux. « Galla ! » cracha-t’il, les dents encore serrées, balançant sa baguette contre les briques sous l’effet de la colère et de son échec.

Après quelques minutes, haletant, les mains au sol, Lachlan avait vraiment tout du chien des rues. Mais le roquet s’était un peu calmé, avait repris un peu ses esprits, même si le sang battait toujours trop fort dans ses tempes et que les souvenirs de sa vie passée, et ses mois de solitude dans sa cellule, étaient toujours un peu là. Avec un Poudlard Express de retard, il se remémora ce que Razvan avait dit, c’était une maladresse donc, super. Ca changeait un peu les choses, même si pas vraiment. Sans doute qu’il aurait été de bon ton de s’excuser. Sans doute. Mais bon, fallait pas exagérer. Se relevant doucement - le tissu qui frottait sur ses parties lui arracha une grimace que Razvan ne put voir - il s’éloigna lui aussi de quelques pas du roumain, histoire d’éviter de lui sauter à la gorge, encore. « Tu sais pas d’quoi tu parles… » finit-il par dire alors que sa voix était encore un peu rauque. « S’tu dis encore ce mot là d’vant moi, t’auras peut-être pas de la chance deux fois… » grogna-t’il, proférant une odieuse menace mais qui avait plutôt pour vocation de le protéger. Ses ongles grattaient les briques derrière lui avec nervosité, attaquant sa peau qui n’allait pas tarder à saigner si ça continuait. Du coin de l’oeil, il vit la marque que ses doigts avaient laissé sur le cou du roumain. Il avait eu de la chance, oui.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | doom days.
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN EmptyJeu 31 Déc 2020 - 23:14

Se battre, Razvan en avait bien entendu l'habitude. La cave désaffectée dans laquelle il allait se faire torturer un peu trop souvent, il connaissait. Les crachats de sang, les bleus sur les mains, les maux de tête et les (presque) K.O, tout ça, ça lui parlait. Ca lui plaisait. Il avait besoin de se faire dérouiller et de subir les assauts de ses adversaires de soirée, il avait besoin de finir le nez par terre parce que hé, il le méritait bien, non ? Ne méritait-il pas que cela, lui qui tuait des gens, en torturait, était un imbécile avec les rares personnes qui pouvaient se prétendre proches de lui. Oui mais voilà, aller sciemment dans cette cave, y frôler même la mort quelques fois, ça n'avait rien à voir avec l'agression brutale de Lachlan. Comment aurait-il pu savoir, lui à qui l'on ne disait rien, que l'homme avait été à Azkaban ? Comment pouvait-il savoir alors que les autres sadiques du groupe de fous furieux se réjouiraient de savoir l'accident et sa raison ? L'écossais ne portait pas mal son nom. Et aussi compréhensif était Razvan, de part son statut de médecin mais aussi d'homme empathique, cette fois-ci, il n'eut pas une once de pitié mais plutôt une panique violente qui lui transperça les veines. Ne pas réagir, c'était se condamner à une mort qu'il n'avait pas demandée.

Alors le coup était parti, comme ça, avec brutalité. La même brutalité que l'animal qui l'étranglait, et qui lâcha sa proie, plié en deux, les genoux dans l'eau maintenant alors que le roumain s'étouffait en reprenant difficilement son souffle. Adossé contre le mur, Razvan ne lâchait pas des yeux l'homme qui avait essayé de le tuer, alors que ce dernier, justement, prenait la parole. Certes, il ne savait pas de quoi il parlait. Il n'y avait pas été, en tout cas pour l'instant. « Parce que tu crois que j'ai envie d'y aller peut-être ? » répondit le roumain à brûle-pourpoint. Il manqua d'ajouter une injure mais il la retint. « Conversation close » marmonna-t-il, baguette toujours en main, « on est censé tuer un langue-de-plomb, pas s'entretuer ». Même si en fait, c'était surtout lui qui risquait sa peau. Lachlan venait de lui souligner la véracité de ses précédentes paroles. Face à lui, il n'aurait aucune chance. Sur son cou, la marque de la main de l'écossais semblait lui brûler la peau. Le médicomage ne put s'empêcher de porter la main à cette marque rouge, justement. Il avait particulièrement mal, le souffle toujours un peu court. Ça lui servirait de leçon. La prochaine fois, on pourrait rêver pour qu'il fasse la conversation. Se murant dans un silence logique donc, Razvan n'ajouta rien d'autre.

______________________________
Amers regrets

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Corvidae
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty
MessageSujet: Re: Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN Empty

Revenir en haut Aller en bas

Les ombres funestes de la nuit | LACHLAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Le chemin de traverse-