GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
-56%
Le deal à ne pas rater :
Carte Fnac+ & Deezer Premium 12 mois
60 € 135 €
Voir le deal

Partagez

Nos froides soirées d'hiver (La PLS) | CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Nos froides soirées d'hiver (La PLS) | CLOS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos froides soirées d'hiver (La PLS) | CLOS Nos froides soirées d'hiver (La PLS) | CLOS - Page 2 EmptyDim 20 Déc 2020 - 20:45

Le manque lui dévorait le coeur, et Neolina ressentait cette douleur physique malgré le fait qu’il soit en face d’elle. Cela faisait des mois maintenant, des mois qu’elle avait l’impression d’avoir perdu la personne qui comptait le plus dans sa vie et depuis cette scène à l’hôpital, elle avait même pensé que plus rien ne pourrait venir recoller les morceaux de leur amitié, leur amour brisé. Mais voilà, on ne cassait pas un amour aussi fort avec des gestes aussi tendres que ceux qu’ils avaient échangés dans ce lit, ce matin-là où tout avait changé. Ça n’avait fait que l’amplifier, en vérité, et la douleur venait du fait que ni l’un ni l’autre ne voulait prendre le risque d’en faire une vraie histoire, une histoire teintée d’autre chose que d’étreintes platoniques.

Les explications étaient inutiles, après tout, elle ne lui avait pas demandé. Elle ne voulait même pas savoir, à quoi bon si ce n’était se faire encore plus de mal ? Le rationnel n’avait pas sa place dans une conversation où leurs coeurs prenaient autant le dessus. De toute manière, entre Neo et Razvan, rien n‘avait jamais été rationnel, rien. Leur relation s’était épanouie au-delà des normes qu’on leur imposait, s’échappant d’une case où tout le monde avait voulu les ranger et dont ils avaient tordu les bords pour s’en émanciper. Alors vouloir expliquer les propres limites qu’ils s’imposaient, eux, ça non. Neolina ne voulait pas savoir. Elle voulait juste que Razvan comprenne que ça ne pouvait pas durer ainsi, qu’il fasse un pas vers elle plutôt que la fuir, qu’il lui dise que lui non plus ne pouvait pas vivre sans elle.

Mieux qu’un pas, Razvan l’accueillit dans ses bras et elle y trouva refuge une nouvelle fois comme si c’était là qu’était sa place. Leurs maudits vêtements chauds d’hiver n’aidaient pas à retrouver cette chaleur qui le caractérisait tant, mais peut-être était-ce mieux ainsi car rencontrer sa peau aurait été une torture. Ses bras calés tout contre lui, collée à sa poitrine, il lui semblait que Razvan la protégeait entièrement, du froid, et de tout le reste aussi, si seulement c’était possible. Sa tête vint de se loger tout contre son épaule, et le mélange de cigarette et de sa propre odeur, qui imbibait chaque maille de son pull, la transporta à nouveau dans ce lit qu’elle avait du quitter, à regrets, cet autre matin. Et alors que tout ça aurait pu suffire, vraiment, l’homme qui ne disait jamais rien prononça ce qu’elle désespérait peut-être d’entendre. Ses excuses, d’abord, heurtèrent son coeur avant de l’envelopper d’un baume de douceur qui était le bienvenu, et déjà elle n’arrivait plus à se retenir de pleurer, silencieusement, appréciant chaque mot, chaque mouvement alors qu’elle même n’arrivait ni à parler, ni à bouger.

Et puis, il y eut le reste.

Cette fois, les sanglots ne pouvaient plus être invisibles, tandis que son corps était secoué de légers tremblements qu’il ne pouvait pas ignorer, étant si proche, si proche oui, enfin ! Neolina pleurait, laissant sans doute sortir enfin tout ce qu’elle gardait pour elle depuis tant de mois. Toutes ses craintes, sa peine, toutes ces nuits à se tourmenter, à ne pas savoir si Razvan saurait un jour revenir à elle, croyant avoir tout gâché. Des larmes de soulagement plus que de tristesse, vraiment, et ses mains agrippèrent le revers de son col avec toute la force dont elle était capable. La personne la plus importante de sa vie, la réciproque était si vraie, si vraie ! Il lui semblait que personne ne comprendrait jamais ce qu’ils signifiaient l’un pour l’autre. Savoir que l’autre était là pour soi, même de loin, même quand un continent entier nous séparait, était une source de réconfort inépuisable, à jamais. Il suffisait que Neo pense à Razvan, alors, pour se sentir mieux, c’était comme ça. Et les derniers temps, ces pensées là étaient des tourments, l’équilibre avait été rompu et sa vie souffrait d’un vide sidéral, impossible à combler avec quoi que ce soit, qui que ce soit d’autre.

Alors oui, Neo pleurait, et elle savait qu’il n’aimait pas ça mais ça n’était pas comme si elle pouvait s’en empêcher. Et ça n’était pas comme ses larmes de la dernière fois non plus. Il y eut un silence, entrecoupé par ses sanglots un peu bruyants malgré elle. Elle savait exactement quoi lui répondre, mais c’était difficile de parler sous le coup d’une telle émotion, si forte qu’elle lui en faisait presque tourner la tête. Mais il y avait Razvan, son roc, son pilier, à tout jamais, et elle s’accrocha de toutes ses forces à lui pour relever un peu la tête, son menton calé contre son pull, faisant glisser celle du roumain contre son front chaud à elle. La proximité était troublante, évidemment, mais cela lui faisait tant de bien qu’elle ignorait si un jour, elle pourrait se détacher de lui. « Et moi, j’ai besoin de toi… » lui répondit-elle dans un souffle, car elle savait que la réciproque était vraie, si vraie qu’il n’avait même pas besoin de lui dire pour qu’elle le sache. « Tu es l’amour de ma vie, Razvan. » Glissant ses mains désormais libérées dans sa nuque, elle releva un peu la tête encore et déposa un tendre, mais intense baiser sur sa joue, avant de caler la sienne tout contre. L’amour de sa vie, oui. Sans l’ombre d’un doute.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Nos froides soirées d'hiver (La PLS) | CLOS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos froides soirées d'hiver (La PLS) | CLOS Nos froides soirées d'hiver (La PLS) | CLOS - Page 2 EmptyDim 20 Déc 2020 - 21:43

Il y avait des moments que l'on volait au temps, qui s'inscrivaient presque dans une brèche temporelle étrange de laquelle il semblait parfois bien difficile de s'extraire. L'arche de Wellington avait malgré elle annoncé la couleur de leur entrevue de ce soir, entre gêne et besoin sincère de se retrouver. Comme avant ? Comme avant, oui, en partie. Mais voilà, avant, les sentiments nourris depuis des années s'étaient enfouis sous une grosse couche de déni de laquelle ils n'étaient sortis que par l'aide d'un étrange coup du destin, un matin de juillet. Ces moments tendres volés avaient hanté déraisonnablement Razvan, lui qui pensait avoir ordonné correctement sa vie, enfermé dans un rôle de père, de médicomage, de réfugié politique. Mais non, il manquait une ombre au rôle qu'il endossait. Une ombre qui s'appelait Neolina. Et alors qu'il lui livrait ce qu'il avait sur le cœur et qu'il n'aurait peut-être pas dit si elle n'avait pas provoqué sa chance, le roumain regrettait qu'ils soient dans ce lieu public et non pas dans un lieu privé. Mais voilà, le lieu privé peut conduire à des pentes dangereuses desquelles ils étaient déjà tombés. Serrant la sorcière fort contre lui alors que ses yeux se perdaient vaguement dans ce qui se trouvait en face, une main s'était réfugiée dans le creux de ses reins, l'autre plus haut dans son dos pour lui faire de doux va-et-vient. Mais voilà, s'il avait eu besoin au fond de lui de donner ces paroles, cette déclaration qu'il avait mal prononcé en septembre, Neo avait aussi des choses à dire. Et alors qu'il la sentait pleurer contre lui, d'émotion plus que de tristesse, il le savait, Razvan regrettait amèrement tous ces actes manqués. Tous deux ne pouvaient pas voir plus loin pour des raisons qui les regardaient. Oui, mais voilà. Les regrets terribles furent couronnés de la témérité de Neolina qui le regarda pour lui dire des mots qu'il rêvait d'entendre depuis des mois. Des mois, des mois, qu'il se tourmentait l'esprit sans savoir si c'était réciproque, s'il n'avait pas déclaré son amour à sa meilleure amie pour crucifier leur vieille et profonde amitié. Et alors qu'elle lui claquait un tendre baiser sur la joue, qui lui rappela ceux qu'ils s'étaient échangés fiévreusement contre ce mur dans son salon, la roumaine eut la bonne idée de cacher son visage contre sa joue. Sans doute pour l'empêcher de faire une bêtise. Merci, Neo. La main perdue dans son dos remonta jusqu'à ses cheveux pour glisser ses doigts dedans et la maintenir contre lui. Bouleversé de ces paroles qu'elle venait de lui livrer, qui faisaient s'évaporer tous les doutes et toutes les peurs qu'il ressentait depuis des mois, Razvan avait, pour une fois, les yeux terriblement humides. De son coeur venait de s'évaporer un terrible poids qui le maintenait au fond du trou. Rien n'avait changé, Neolina avait, comme toujours, le don de soulager ses maux.

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas

Nos froides soirées d'hiver (La PLS) | CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-