GRYFFONDOR : 20 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 58 pt | SERPENTARD : 2 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !

Partagez

Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Zéphyr Bloom

Zéphyr Bloom


SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 48
| AVATARS / CRÉDITS : Austin Abrams
| SANG : 5,6L et quelques


Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Empty
MessageSujet: Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana EmptyLun 28 Déc 2020 - 12:52

Un seul livre, vous imaginez ? Un seul, oui, telle avait été la consigne des parents Bloom lorsque Zéphyr était sorti en ville pour faire quelques emplettes, tournant dans leur appartement londonien en ronchonnant parce qu’il n’avait plus de nouvelles lectures à se mettre sous la dent. Il avait pourtant emprunté quatre bouquins avant son départ de Poudlard, mais les avait engloutis à la vitesse où Jyn engloutissait des tartes - c’était dire. Et comme sa famille avait préféré lui offrir des vêtements que des livres pour Noël, l’adolescent se trainait comme une âme en peine, et son petit cinéma avait fonctionné : direction Fleury et Botts, sa deuxième maison ou presque. Mais un seul livre, c’était un scandale, ni plus ni moins. Comment choisir, alors que les rayonnages étaient remplis de grimoires qui n’attendaient que ça d’être dévorés par un lecteur aussi curieux que lui ?

Sa paire de bottes toute neuve dépassait donc du rayonnage dédié à l’Histoire de la Magie - oh, surprenant tiens ! Assis à même le plancher, le jeune sorcier était plongé dans la lecture de Créatures fantastiques : les plus fabuleux alliés des grandes batailles du monde sorcier. Parce que oui, s’il ne pouvait emmener tous les livres chez lui, il pouvait bien en profiter sur place. Non pas que ça soit très accepté de faire ça, mais Zéphyr passait tellement de temps ici que les vendeurs étaient cléments, et regardaient d’un air attendri ce grand gamin aux jambes trop longues qui partageait la même passion qu’eux pour les mots. Un peu plus tard d’ailleurs, Zéphyr irait faire un tour du côté de la fiction pour s’acheter son bouquin à lui. Il avait envie d’aventures, ces aventures que lui-même n’était pas assez vieux, ou courageux, pour vivre. Peut-être même que ça lui inspirerait des histoires, celles qu’il aimait écrire le soir, parce que là, il était en panne sèche. Quoique la réalité pouvait elle aussi être une formidable source d’inspiration, preuve en était avec ces Chiens à trois têtes qui avaient été utilisés pour le siège d’une forteresse irlandaise, disait le bouquin. Zéphyr pouvait aisément s’imaginer la scène, bien qu’aucune illustration n’accompagnait le texte, et enviait presque la vie de ces dresseurs de bêtes fabuleuses qui avaient oeuvré pour semer la destruction dans l’autre camp, mais pas le leur - enfin, la version romancée expliquait qu’ils étaient dressés, même s’il en doutait farouchement.

Plongé qu’il était dans ce monde médiéval, Zéphyr avait étalé ses jambes, et ses pieds touchaient le rayonnage d’en face. Aussi fut-il brusquement sorti de ses pensées dans un sursaut en sentant un pied buter contre son genou. Par Merlin, qu’est-ce que… ? Personne ne mettait jamais les pieds dans cette section, à part lui ! Surpris, le grand blond releva le nez et appercut en contre-plongée une jeune femme, mais pas assez jeune pour être à Poudlard. C’était étrange ça, personne vraiment ne venait ici, sauf pour acheter les livres obligatoires pour la rentrée. À son grand désarroi d’ailleurs, car le rayon rétrécissait d’années en années… « Oh, excusez-moi ! » Refermant son énorme livre, Zéphyr se releva avec agilité, comme s’il s’était assis par terre toute sa vie - c’était presque le cas, en fait - et plaqua le livre contre lui comme il le faisait tout le temps. « Vous ne vous êtes pas fait mal ? » Au moins, elle n’était pas tombée, c’était déjà ça. Mentalement, Zéphyr énumérait déjà quelques sorts de soin qu’il connaissait, juste au cas où il avait réussi à fouler la cheville de la pauvre demoiselle, simplement en lisant. Si ça, ça n’était pas un bel accident de nerd littéraire !
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana EmptyJeu 31 Déc 2020 - 22:53

Anastasia était revenue à Londres après que son frère ait de nouveau réussi à se mettre dans un pétrin monstre. Il l'avait longuement supplié de venir le rejoindre pour régler ses quelques problèmes et forcément, elle qui avait toujours la main sur le coeur et pour qui la famille était sacrée, elle était venue à Londres. Et alors que son frangin avait déserté l'appartement, elle était allée au Chemin de Traverse. Son idée à la base, c'était d'acheter un billet pour le concert des Croque-Mitaines. Leur dernier album était apparemment sorti et c'était chez le libraire qu'il fallait acheter une place. Pas forcément très bien placée, certes, Ana avait quand même son ticket dans la poche. Mais loin d'elle l'idée de partir une fois satisfaite - elle était dans une librairie, qui serait-elle pour ne pas se promener pour la millième fois dans ses rayons ? - elle se dirigea vers le rayon d'histoire. Après tout, c'était son dada, sa matière préférée à l'école - même si c'était l'école moldue, certes. Quoiqu'il en soit, elle essayait de se cultiver un peu sur la question, bien qu'un cerveau puisse difficilement avaler autant de siècles en plus de ceux qu'elle connaissait déjà, les siècles de son monde. Mais quelques ouvrages de temps en temps ne faisaient pas de mal, en tout cas, pas à elle. Aussi Ana pénétra-t-elle dans le rayon dans l'idée d'acheter un bouquin sur la guerre des gobelins. Elle en entendait souvent parler sans avoir les références, et cela lui tapait quand même sur le système. Si elle faisait souvent les devoirs de son frère lorsque ce dernier était à Poudlard, elle ne pouvait les faire que pendant les vacances ou lorsqu'il avait assez de temps pour lui envoyer le sujet par hibou. Mais jamais il ne faisait cela avec cette matière, alors pourtant qu'il aurait pu briller, parce qu'Anastasia ne bâclait jamais un travail, encore moins en Histoire.

Et bien entendu, le nez levé dans les rayonnages, elle ne fit pas attention au jeune homme qui était assit par terre, nerd comme elle d'une matière boudée par 90% de la population - moldue et sorcière ! « Oh non c'est moi qui m'excuse » s'écria-t-elle alors qu'elle avait salement buté dedans, « non non, rien du tout ». Anastasia fit un grand sourire à ce jeune homme qui se relevait avec agilité, reconnaissant là une attitude qu'elle avait elle-même souvent eut lorsqu'elle était plus jeune : « Rien de tel que de bouquiner chez le libraire » lui dit-elle d'un ton un peu malicieux, « je le faisais aussi beaucoup... Et on butait souvent sur moi également ». Elle ponctua sa petite phrase d'un léger rire. Son regard se perdit sur le livre que le jeune homme lisait. Un livre sur les créatures magiques, alors ? « Il est bien ? ». Ah, toujours la même question !
Revenir en haut Aller en bas
Zéphyr Bloom

Zéphyr Bloom


SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 48
| AVATARS / CRÉDITS : Austin Abrams
| SANG : 5,6L et quelques


Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana EmptyMer 6 Jan 2021 - 17:20

Les accidents de libraire, ça n’était tout de même pas mornille courante. À part se faire assommer par une pile de livres instables, ou se cogner le doigt de pied sur un coin d’étagère… Ah si ! Une fois, Zéphyr était tombé d’une échelle dans la bibliothèque familiale, celle de leur résidence à la campagne. Une pièce immense, et lui si petit à l’époque, il avait glissé et s’était méchamment craqué le poignet à la réception. Oups… Mieux valait ça que sa tête cela dit. Du haut de ses dix ans, il n’avait pas pleuré et avait détalé dehors, sa petite main pendouillant alors que l’autre supportait l’articulation cassée. Quand sa mère avait débarqué, il avait prétexté une chute dans les escaliers extérieurs, c’était quand même moins la honte. Bref, ça n’arrivait vraiment qu’à des gens comme lui, qui passaient leur vie dans les rayonnages, et il se sentit si gêné qu’il ne prêta pas trop attention à la jeune femme les premières secondes.

Tout en se retournant, l’inconnue ainsi chahutée par ses longues jambes se confondit en excuses, que Zéphyr n’entendit pas très très bien. Excusez-le, mais il était occupé à être frappé par une beauté telle qu’à côté de ça, Olie Livestone lui donnait l’impression d’être un troll - pardon Olie. Zéphyr n’avait jamais été très avance sur tout ce qui était les choses de la vraie vie, alors en ce qui concernait l’amour et ce qui allait avec… Bon. Ça n’était pas trop ça. Il commençait à se passer des choses, bien sûr, il restait tout de même un adolescent et ce qui devait arriver arrivait, forcément. Mais après le désastre du Bal, Zéphyr s’était dit que ça n’était pour l’instant pas fait pour lui, ça non. Après tout, il n’avait eu une cavalière que parce que la puberté l’avait rendu attirant malgré lui, pas vraiment parce qu’il avait fait l’effort d’en chercher une.

Mais là, c’était autre chose. Comme si le temps passait au ralenti, vraiment très doucement, et qu’en même temps son coeur s’affolait tellement qu’il aurait pu tomber dans les pommes. Mais enfin Zéphyr, ne sois pas stupide ! lui balança sa petite voix intérieure. Une fille, ça n’est pas qu’un physique. C’était vrai. C’était vrai mais bon, son corps à lui se moquait bien de la rationalité à cet instant précis, et sa bouche devint si sèche qu’il aurait pu boire la Tamise. Il faisait chaud ici, non ? Comprenant qu’elle allait bien, il se secoua les puces mentalement et écouta ce qu’elle racontait et… Par Merlin. Une fille, ça n’était pas qu’un physique, et il semblait bien que cette fille en particulier avait déjà un atout extrêmement majeur pour lui plaire ! Mais oubliant tout son verbe et ses belles paroles, Zéphyr laissa glisser un silence gênant, réalisant qu’il faudrait peut-être répondre. Mais elle riait, elle était belle, il ne savait pas quoi faire pour avoir l’air normal. Alors il rit aussi un peu, le regard fuyant, serrant son bouquin contre lui comme si ça pouvait le protéger du ridicule. Réagis, imbécile. Mais ça ne marchait pas, ah non. Zéphyr en panne, messieurs dames.

En bonne geekette littéraire, la jeune femme lui parla évidemment du gros livre qu’il enlaçait comme si c’était sa petite amie. « Oui. » répondit-il du tac-au-tac, stressé, sans autre forme de procès. En temps normal, il aurait débité une tonne de détails sur sa lecture, d’autant plus à quelqu’un de gentil et intéressé par les mêmes trucs que lui mais là, ça ne voulait pas. On. Se. Re. Ssai. Sit. « Pourquoi vous ne le faites plus ? » dit-il à toute vitesse, tout à coup, et c‘était bizarre, vraiment. « Je veux dire, bouquiner ici ? » Son regard osa à nouveau l’affronter un peu. Elle avait parlé au passé s’il se souvenait bien et puis surtout, il ne l'avait jamais jamais vue ici. Oh non, il ne l’avait jamais vue. Il s’en serait souvenu.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana EmptyMer 20 Jan 2021 - 19:08

Les rats de bibliothèque sont capables de se reconnaître entre eux, n'est-ce pas ? C'était en tout cas ce qu'Ana avait toujours pensé. Il lui était facile de reconnaître les gens qui aimaient les livres et leurs odeurs, qui aimaient apprendre sur leur temps libre parce qu'un monde sans connaissance n'est qu'un demi-monde. On lui avait souvent répété ça, sa mère lui avait souvent répété ça. Si cette phrase était passée inaperçue dans les oreilles de Julian, elle avait bien retenue la leçon. Cela dit, et ainsi qu'elle l'avait souvent remarqué, ses compères rats de bibliothèque étaient parfois d'un genre tout particulier. Pas très doués avec la gente féminine alors que les filles n'étaient pas très douées avec la gente masculine ! Il suffisait de la voir elle pour comprendre que ce préjugé n'en était pas tant un. Quoiqu'il en soit, elle n'eut aucun préjugé vis-à-vis de ce jeune homme et du silence assourdissant dont il la crédita. Elle allait lui offrir un sourire avant de le dépasser, pour ne pas l'ennuyer - parce qu'il n'y avait rien de pire que d'être dérangé dans la lecture d'un excellent ouvrage. Mais il sembla se reprendre, et Ana leva un peu le nez pour regarder correctement son visage bien jeune. Il ne devait même pas être majeur. Et il se paya même le luxe de lui poser une question à laquelle, de prime abord, la galloise répondit par un grand sourire. Elle avait aimé cette époque où elle avait du temps pour elle, du temps pour lire des ouvrages qui ne servaient qu'à enrichir sa culture personnelle. Elle enviait un peu ce jeune homme qui pouvait sans doute assouvir une profonde passion entre les rayons de Fleury et Bott. « Parce que je n'en ai guère plus le temps » répondit doucement Anastasia, le visage souligné par un sourire qu'elle savait doux, « le temps passe et on a du temps pour rien ». Bien qu'elle ne le connaissait pas, elle espérait qu'il trouve toujours du temps pour ça. Elle, elle savait que ça ne durerait pas une vie, que quelques années plus tard, une fois sa thèse finie, elle pourrait se remettre en tête de lire tous les bouquins de la terre en langue anglaise, si tant est que ce fut possible. « Maintenant que j'écris une thèse, je me concentre sur certains ouvrages seulement » fit-elle comme s'il était tout à fait naturelle de commencer à raconter sa vie sur sa thèse au premier passant qu'elle croisait, avant d'ajouter : « Anastasia » se présenta-t-elle en lui tendant sa main poliment, « vous êtes étudiant encore à Poudlard ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Zéphyr Bloom

Zéphyr Bloom


SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 48
| AVATARS / CRÉDITS : Austin Abrams
| SANG : 5,6L et quelques


Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana EmptyLun 1 Fév 2021 - 0:36

Etait-ce la première fois qu’il rencontrait une amoureuse des bouquins avec un si joli visage ? Ou bien était-ce parce qu’avant, il ne prêtait attention qu’aux bouquins et donc, pas à celles qui se cachaient derrière ? Vous avez 4 heures. En tout cas, il avait l’air d’un parfait imbécile et heureusement pour lui, personne d’autre qu’elle n’assistait à la scène, l’honneur était presque sauf. Au moins avait-il réussi à aligner quelques mots, même si ça n’était pas la conversation la plus brillante qu’il ait eu de sa vie. La réponse de la jeune femme, toutefois, le surprit et le rendit un peu triste sans qu’il ne se l’explique. Ne plus avoir le temps de lire ? Mais comment était-ce possible ? On avait toujours le temps quand on le choisissait, du moins c’était ce qu’il pensait. Mais pour ça, il fallait faire quelques sacrifices, comme sa vie sociale par exemple. Sans doute que la jeune femme préférait avoir de vrais amis que des personnages de bouquins, c’était compréhensible. « Sauf quand on s’appelle Peter Pan. » répondit-il en se réfugiant une fois de plus derrière une référence littéraire, surprenant tiens ! Juste après, il se figura que c’était un peu bête de dire ça, surtout qu’une théorie populaire soutenait que le fameux Peter était une sorte d’ange de la mort qui prenait la vie des fameux enfants perdus et, tout d’un coup, ça rendait les choses moins jolies à la deuxième lecture. Mais pourquoi il pensait à ça, bon sang ?

Mais la jeune femme lui avança une raison qui expliquait en fait tout ça, ce fameux manque de temps. « Oh ! » dit-il d’un air surpris alors qu’une étincelle d’intérêt brillait dans ses yeux d’azur. Une thèse ? Elle était donc étudiante à l’EMS, et suffisamment passionnée par un sujet pour le creuser en profondeur. C’était une piste à laquelle il songeait parfois, devenir thésard. Mais pour ça, il aurait fallu choisir un thème et s’y tenir. Choisir… C’était son calvaire. Et alors qu’il s’apprêtait à la bombarder de questions, désormais moins mal à l’aise vu que ça parlait études et bouquins, et autres trucs qui lui plaisaient, la jeune femme n’était déjà plus une anonyme, et lui tendait sa main en attendant qu’il fasse de même. Allez Zéphyr, sois poli, réponds-lui ! Desserrant une main de son gros livre, il serra doucement la sienne et remarqua, au contact de sa peau fraîche, que la sienne était terriblement moite. Il en fut si gêné qu’il ne se concentra même pas sur la sensation fort agréable, peut-être était-ce pour le mieux d’ailleurs . « Zéphyr. » dit-il dans un souffle rapide avant de toussoter pour se redonner une contenance, glissant sa main dans sa poche arrière en espérant que le tissu absorberait l’excédant de sueur qui ruisselait sur sa paume. Ca n’était pas si pire en vrai, même s’il avait l’impression que ses doigts fondaient, ils étaient en réalité à peine humide. Mais les émois adolescents accentuaient tout, que voulez-vous… En tout cas, c’était la posture la moins naturelle du monde. N’avait-il pas une poche avant ?

Fort heureusement, elle semblait ignorer tous les signaux de malaise qu’il envoyait. Par Rowena, c’était un miracle. Mais son jeune âge semblait sauter aux yeux, malgré le fait qu’il était déjà immense pour son âge et que cet été l’avait rendu presque adulte, du moins physiquement. « C’est ça. Chez Serdaigle, comme vous je suppose. Il n’y a bien que les Serdaigle pour faire une thèse ! » Il eut un petit rire, moins nerveux que les autres. Il y avait une chance pour qu’il se trompe mais franchement, si elle lui disait Gryffondor, c’était à n’y rien comprendre. D’ailleurs… « Ca parle de quoi ? Votre thèse ? » Ca n’était pas de la politesse, pas du tout. Ça l’intéressait très sincèrement. Mais la minute d’après, il réalisa quelque chose. « Mince, je vous ennuie avec mes questions alors que vous courrez après le temps. » Comme le lapin blanc d’Alice, faillit-il ajouter, mais il était déjà assez passé pour un nerd comme ça. Nerveusement, il tritura l’intérieur de sa poche, parce qu’il ne voulait pas la voir s'en aller. Oh, doux Zéphyr. La demoiselle n’avait-elle pas entamé une conversation, triple buse ?
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana EmptyLun 22 Fév 2021 - 10:02

Ana était un peu le seul rat de bibliothèque de sa famille. La pauvre avait un jumeau qui semblait allergique au concept même d'un ouvrage, ses parents avaient leurs métiers et ne s'intéressaient pas non plus plus que cela à la lecture. Son père lisait bien de temps à autres pour passer le temps, mais enfin, rien de bien comparable. Elle était toujours un peu seule lorsqu'il était question de références littéraires, sa blague tombait souvent à l'eau, tant pis pour elle. Mais pour une fois, ce ne fut pas elle qui eut un trait de culture, mais ce jeune homme qui lisait auparavant par terre et sur lequel elle avait manqué de s'étaler. « Peter Pan avait sans doute compris beaucoup plus de choses que nous » sourit Ana d'un air gentil, « il faisait ce qu'il voulait et il était heureux ». Eh oui, il ne s'embarrassait pas des obligations des adultes, il vivait sa vie comme il l'entendait, dans son esprit d'enfant. Ana avait sans doute plus de chances que les autres, cela dit. Elle étudiait quelque chose qui la passionnait et à sa manière, elle essayait d'ajouter une pierre à un édifice en voie de construction depuis longtemps. Beau ou triste ? Difficile à dire, surtout sachant que son sujet de thèse n'intéressait pas 99% de la population. « En tout cas, si on prend le mythe de Peter Pan au premier degré pas dans son message subliminal » compléta la jeune femme.  Mais bon. Quoiqu'il en soit, il avait donc fallu deux minutes de conversation pour qu'elle aborde le sujet de la thèse avec un inconnu, bravo jeune fille. Bien avant de se présenter en donnant son prénom, si ça n'étais pas complètement malpoli !

Le jeune homme semblait pétrifié par un reflet de basilic sans que la jeune galloise ne comprenne vraiment pourquoi. En fait, c'était même gênant, ce silence, alors qu'ils se regardaient l'un et l'autre, elle attendant la suite et lui... Lui elle ne savait pas. Au bout d'un moment, Ana finit par commencer une phrase : « Vous n'êtes pas oblig... » ; « Zéphyr ». Ana se tut, avant de se mettre à rire. « Enchantée Zéphyr » lui dit-elle en se faisant la réflexion que les sorciers avaient de biens drôles de prénoms quand même. La petite phrase sur la maison de Poudlard fit hocher la tête d'Anastasia. Oh oui, elle était une Serdaigle dans l'âme, quand bien même elle n'avait jamais subi l'évaluation du Choixpeau. « Nous sommes sans doute les seuls assez fous pour ça » fit-elle dans un trait d'humour, en se faisant la réflexion que c'était bien bizarre de parler d'un "nous", elle qui n'était pas sorcière pour trois sous. Le jeune homme s'excusa pour sa curiosité, alors qu'elle trouvait ça mignon. « Vous savez, ce n'est pas tous les jours que je rencontre quelqu'un qui s'intéresse à mon sujet de façon tout à fait spontanée ! » - elle eut un de ses rires clairs avant de reprendre, « je travaille en particulier sur les impacts des affrontements entre les pictes et les saxons entre 400 et 700 après Jésus Christ. L'influence des nouvelles populations, les langues, les populations qui partent... Etc ! ». Ana lui fit un grand sourire en ajoutant : « Vous êtes passionné par l'histoire ? ». Elle n'avait pas réalisé que d'une certaine façon, elle trahissait sa condition avec son sujet 100% moldu. Mais bon. C'est Ana quoi.


(579)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana Empty

Revenir en haut Aller en bas

Parfois, l'amour vous tombe dessus sans crier gare w/Ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Le chemin de traverse :: 
Fleury & Botts
-