GRYFFONDOR : 14 pt | POUFSOUFFLE : 7 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
-60%
Le deal à ne pas rater :
Camera Surveillance Bébé WiFi sans fil1080p CACAGOO
19.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez

I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wilda Griffiths

Wilda Griffiths


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 601
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure (même si mon père est un Nottt)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott Empty
MessageSujet: I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott EmptyDim 10 Jan 2021 - 3:00

Décembre avait été un mois mouvementé. M’enfin, comme tout le reste de l’automne. Ça avait été presqu’autant d’action que de voir le p’tit Tobias courir, crier, gesticuler et tirer les cheveux. Il était déchainé ce gosse et Wilda était on ne pouvait plus heureuse de ne pas être à ce stade dans sa vie – ou d’avoir été suffisamment chanceuse en matière de contraception pour éviter ce genre de réalité. Imaginez un instant un mini-Galaad qui couraillait un peu partout. Non, merci. Quoi qu’un petit Ansel aurait été mignon mais tout à fait non désiré, il fallait la croire. L’Harpie secoua la tête, le Pur feu qu’elle avait chopé de l’armoire de son père se révélait être bien fort et bien bon… fallait que jeter un œil à Magda qui avait les yeux aussi collant que le jeune Tobias qui blottissait son petit minois contre le torse bien musclé d’Athos…son cousin. C.o.u.s.i.n. Triste vie. Il y avait, quelque part, une ancêtre Nott qui avait dû être fichtrement canon. M’enfin… « Il tient de sa mère, finalement. Faut pas s’laisser berner par les frissettes! » lança la sorcière avec un clin d’œil et un coup de tête en direction de la néerlandaise qui cognait des gnomes. Wilda n’aimait pas faire de distinctions inutiles entre moldus et sorciers, mais ce soir, elle se dit que peut-être que le métabolisme de la jeune mère était un peu plus sensible aux alcools sorciers que moldus? Elle-même n’était pas ajeun, mais son corps d’athlète ne la trahissait pas autant que la petitesse de Magdaleenjte. Il fallait dire que son automne avait gouté à l’alcool un peu plus qu’à son habitude. La guerre, ces histoires de mangemorts et ses retrouvailles complexes avec Talbott lui avait donné beaucoup à penser…ou à oublier.

Enfin bref, la sorcière se contenta d’attraper la bouteille de Pur feu qui n’était pas encore vide pour éviter de s’abandonner à cette pointe de jalousie qui la prenait alors qu’Athos, en bon père de famille, s’afférait à border son gamin et trimballer sa femme comme l’on trimballait une princesse. Détrompez-vous, elle ne souhaitait pas être dans les bras d’Athos, son désir pour son cousin était mort aussi rapidement qu’il était entré dans sa famille, mais disons que Wilda n’aurait pas haïs partager sa vie avec ce genre de partenaire, celui qu’on savait, tout simplement, qu’on regardait avec des étoiles dans les yeux, et vice versa. Évidemment, Evan se jetterais à genoux pour la transporter comme une reine, s’il le fallait, mais la brunette n’était pas encore certaine que son cœur y était. Elle s’enfila donc une belle traite de Whisky. Ce soir était à la famille, pas aux histoires masculines (bien qu’elle eût été, à un moment, un peu emmêlées). Au bout de plus des trois quarts de son verre, Athos revint, et Wilda nota de son œil vitreux à elle qu’il n’avait pas la démarche la plus stable qu’il soit. Très subtile, mais tout de même. Cela lui arracha un sourire. « Je t’en sert un autre, ou c’était déjà trop pour toi? Je comprends qu’avec l’âge…et la paternité…et tout ça…on devient faiblard. » Elle le piquait, c’était évident par l’étincelle de malice qui brillait dans ses yeux et par sa baguette déjà levée qui enchanta la bouteille à déverser son liquide ambré dans le verre de l’autre.

______________________________
HARPIES DE HOLLYHEAD
L'art de lancer des souaffles dans des trous ▬ quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch  quidditch  quidditch  quidditch  quidditch
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 387
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @cosmic light
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott Empty
MessageSujet: Re: I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott EmptyDim 10 Jan 2021 - 3:33

L’année se terminait dans l’habituel froid londonien, et Athos désertait les rues de sa ville plus que d’ordinaire. Non pas pour retrouver la chaleur de la cheminée qu’il n’avait pas, mais celle de sa famille qui ne se limitait pas à ses deux amours. Se découvrir une cousine l’avait mis par terre, lui qui se croyait dégoûté à jamais des liens du sang. Mais il fallait dire que Wilda ne lui avait pas trop laissé le choix, et lui avait collé aux basques comme une tique sur la croupe d’un croup. Bienvenue chez les Griffiths, Athos. Les réunions de famille ne l’avaient pas emballé de prime abord, et puis, les événements s’enchaînant et sa vie devenant le merveilleux chaos qu’elle était encore, aussi agréable que foutraque et stressante, Athos avait trouvé du réconfort auprès de l’amatrice de balai avec qui il partageait des gènes. Raison pour laquelle celle qui devait n’être qu’un coup d’un soir passait encore bien des nuits en sa compagnie pour des raisons diverses et variées. Là, elle était passée redéposer le colis, alias Toby, après une après-midi passée chez Tatie Griffiths et Magda, douce Magda, avait fait à manger pour un régiment en remerciement. Les restrictions alimentaires de Wilda avaient fondu comme sa volonté, et une chose en entraînant une autre, voilà trois adultes doucement sur la voie de l’ivresse, avec un enfant dans les parages. Bien joué.

Evidemment, Magda sombra la première. La tête posée sur son épaule, elle respirait tout fort dans l’oreille d’Athos tandis que Tobias faisait de même contre lui, en bavant un peu sur sa chemise parce que, les gosses. Ne restaient donc en jeu que lui et Wilda, qui fit un parallèle évident entre mère et fils. Athos claqua un rire qui fit sursauter sa douce, avant de faire un petite grimace. « Et inversement proportionnel. Dans trois ans, je suis sûr qu’il la dépasse. » dit-il en déposant un baiser dans les boucles brunes de son fils - oui, ça arrivait qu'il copie les cheveux de son père. « Je reviens, j’ai un bébé à coucher. » dit-il en décalant la tête de Magda sur le dossier du canapé avec délicatesse, emportant son fils dans la chambre tout à côté. Une couverture bordée plus tard, il revint dans le salon. « Ah non, deux, pardon. » se corrigea-t’il en attrapant Magda comme si elle était aussi légère que son fils - ce qui était presque vrai. Malgré son alcoolémie, il prit toutes les précautions du monde et opta pour la coucher dans sa chambre à elle, enfin, désormais chambre d’amis. Monter la mezzanine dans son état, ça ne serait pas raisonnable. « Bonne nuit, bébé bourré. » dit-il en la glissant sous les draps avant de claquer un bisou sur son front et rejoindre Wilda en fermant la porte si doucement que c’en était ridicule.

Le canapé était à deux pas, mais il trouva quand même le moyen de faire un bord. Le whisky tapait plus que prévu, sans compter qu’il était quand même sous potion somnifère depuis quelques semaines, ce qui n’aidait pas à tenir l’alcool. Ce fut la faiblesse de trop, et Wilda s’engouffra dans la brèche comme faisait sans doute un poursuiveur pendant un match… Qu’est-ce qu’il en savait ? Heureusement, elle le servit, l’insolente. Athos attrapa le verre et but une gorgée avant de répondre. « J’en ai couché deux. J’peux aller jusqu’à trois. » Il lui adressa un clin d’oeil complice avant de filer vers le balcon, ouvrant la fenêtre qui laissa le froid s’engouffrer dans un bout de pièce. « Putain… » lâcha-t’il avant de formuler un Accio qui lui ramena sa cape, avec laquelle il se débattit pendant quinze bonnes secondes avant de l'enfiler correctement. Puis il sortit une cigarette et l’alluma, relâchant la fumée avec un soupir de soulagement presque orgasmique. « Ah, Merlin... Deux heures que je l’attends celle-là. » Il ne fumait pas trop quand Magda était là, c’était comme ça. « C’est autorisé dans ton programme d’entraînement d’enchaîner les whisky comme ça ? Ou j'ai décidément une très mauvaise influence sur toi ? » demanda-t’il alors que de la fumée s’échappait de ses lèvres, à cause du froid cette fois et même pas de sa clope qui se consumait lentement au bout de ses doigts gelés. Une nouvelle gorgée de whisky le réchauffa, tandis qu’il s’appuyait contre la vitre plutôt que le fer forgé, vu l’équilibre instable de sa condition alcoolisée.
Revenir en haut Aller en bas
Wilda Griffiths

Wilda Griffiths


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 601
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure (même si mon père est un Nottt)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott Empty
MessageSujet: Re: I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott EmptyDim 10 Jan 2021 - 4:21

« J’ten prie, c’est moi qui vais te coucher cousin » dit-elle en étalant une fois de plus ce lien familial qu’elle lui avait si gentiment enfoncé dans la gorge à la manière Wilda. « Je peux même te chanter une berceuse…on dit que j’ai un vois de fée » babilla-t-elle avec un humour moche et une voix pâteuse. Elle n’avait pas vraiment une voix d’ange, qu’on se le dise…la jeune femme ne faisait pas dans la délicatesse et la broderie. Elle avait d’autres qualités. La poursuiveuse attrapa son verre avec une agilité surprenante, juste avant d’étirer ses longues gambettes pour venir les croiser sur le dossier de la chaise voisine – non elle n’avait pas reçu une éducation digne de ses ancêtres, quoique sa mère lui arracherait les oreilles à la voir ainsi à son aise : les Nott ne lui avaient pas claqué la règle sur les doigts, mais sa mère devait se tenir plus droite que n’importe quelle vielle mère-grand. Wilda s’en foutait, ils étaient en famille après tout. Découvrir qu’Athos Greyson était son cousin avait été une déception d’une seconde, puis un soulagement puissant de réaliser que ses racines n’étaient pas que pourries par des proches à la Lys Malefoy. Il était bien étrange de ressentir à la fois une profonde aversion et une puissante curiosité pour une brochette de de gens qu’elle savait vils et coincés. C’était probablement le résultat logique de cacher la vérité à une Serdaigle comme elle. Athos ne le savait pas, mais leur lien de sang l’avait aidé à pardonner à son père – l’homme de sa vie – d’avoir omis tant de vérités. Peut-être son cousin l’aidait-elle à saisir l’ampleur de la cruauté rattachée à la transition vers la traitrise sanguine et autres balivernes. Une chose était sur : le Whisky était cher et bon, et brulant. Wilda grimaça et toussota alors qu’une bouffée de flammes – ok elle exagérait – lui remontait par les narines, comme si elle était de retour à ses seize ans et à ses premiers verres. Les pommettes de la sorcière rougirent, non pas parce qu’elle était complètement saoule, mais bien parce que sa nature compétitive n’acceptait pas de démonter une telle faiblesse face à ce cousin qui faisait déjà son fier pet. « C’est la pause des Fêtes, maman » lui répondit-elle avec une grimace sarcastique, en sachant toutes fois qu’enchainer les Whisky n’était jamais vraiment autorisé et que les « pauses » n’existaient pas vraiment non plus, mais les Harpies n’avaient pas de match avant 1979 et ses entraineures étaient déjà des tyrans, alors un verre de plus ou de moins n’allaient pas vraiment affecter leurs tentatives de meurtres répétées sur leurs joueuses. L’Harpie ricana mauvaisement devant le spectacle du brun qui tentait de trouver les manches de sa cape. Gamin. « Par contre, ce truc que tu suçotes, c’est contre-indiqué pour les vieux comme toi » continua-t-elle du tac au tac. Wilda était une athlète elle ne fumait pas, Glynnis Griffiths était une redoutable coach. Re-dou-ta-ble. « La fumée, les poumons…tu sais… À moins que t’ai un péteuforik qui traine quelque part… » Le stupide souvenir d’un mec blond et de ses baladeuses de douces mains à la con lui frappa l’imaginaire et la poussa à s’inonder l’esprit d’une brulante gorgée. « Oublie, je voudrais pas te pervertir. » Les piques entre cousins étaient, selon Wilda, bien plus plaisantes et saines que le sexe entre cousins. Il était évident que Greyson avait déjà gouté un joint – père ou pas, il ne bernait personne – mais la fougueuse femme qu’elle était ne pouvait laisser passer une quelconque pique sur une innocence qu’elle avait perdue depuis déjà trop longtemps. « T’es un adulte responsable…et tout et tout. » Elle jouait à quoi, la Wildo? Un péteuforik les achèveraient tous les deux…des plans pour qu’il se retrouve en pyjama sur un toit. Un violent frisson la parcourue : foutue fenêtre ouverte. La brunette agita sa baguette pou conjurer sa cape, laquelle cape entraina avec elle la paterre qui s’écrasa au sol en un vacarme. « Bouse de dragon » marmonna-t-elle en cachant son visage avec sa main, les oreilles tendues en espérant que les deux belles aux bois dormants valsaient encore avec morphée.

______________________________
HARPIES DE HOLLYHEAD
L'art de lancer des souaffles dans des trous ▬ quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch  quidditch  quidditch  quidditch  quidditch
Revenir en haut Aller en bas
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 387
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @cosmic light
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott Empty
MessageSujet: Re: I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott EmptyDim 10 Jan 2021 - 4:55

La frôleuse de nuages avait un esprit de compétition si aiguisé qu’il était facile de la provoquer. En sous-entendant qu’il allait la coucher, Athos savait bien qu’elle allait lui balancer une vanne plutôt qu’admettre que son “vieux“ cousin pouvait mieux tenir qu’elle. D’ailleurs, heureusement qu’il avait bu un peu, parce que les vannes sur l’âge passaient mal auprès d’un être aussi narcissique que lui. « On peut parier si tu veux. » lança-t’il avec un air de défi. Ça, c’était son terrain. Elle, elle grimpait sur le balai, tête brûlée, et lui était plutôt du genre pieds sur terre, enfin dans les gradins, à miser des gallions sur des résultats de match. Ce qu’il aurait fait s’il s’y connaissait en Quidditch, quelle horreur ! Athos ne jouait de l’argent que quand il savait qu’il maîtrisait la chose, et donc, c’était poker et compagnie, boxe aussi parce que ça reposait sur deux types, et pas des dizaines comme dans ce sport de volants là. « Si je gagne, tu ne chantes plus. Jamais. Enfin, pas quand moi ou mon fils, on est dans les parages. Tobias qui me remerciera plus tard de lui avoir épargné un trauma. » Il rit encore, comme il faisait souvent quand il avait un peu trop forcé sur les boissons à degrés.

Parlant de degrés, il faisait un froid à brûler les doigts. Mais c’est la gorge qu’elle réussit à se chauffer, la fière cousine, et Athos lui lâcha un rictus si moqueur qu’il aurait mérité une claque. « Si c’est pour boire comme ça, franchement… » On aurait dit un ado qui fumait sa première clope, mais version alcool. Ridicule. Et les vannes s’enchaînaient, alors qu’il s’inquiétait presque - presque ! - de l’entraîner sur le chemin du vice. Maman, non mais et puis quoi ? « J’peux le dire à la tienne si tu veux. Mais elle m’engueulerait autant que toi. » fit-il remarquer avec une pertinence étonnante vu son alcoolémie. Et au pays des reproches, Wilda aussi était reine semblait-il, alors qu’elle lui faisait une leçon sur le tabac, merci la harpie. Tout ça pour se contredire deux secondes plus tard, splendide. Il l’écouta déblatérer tout en fumant autant par plaisir que par provocation, balançant même un peu de fumée à l’intérieur dans sa direction. «  Le péteuforik, sérieux ? » Il la jugea en haussant un sourcil, ce qui faisait très franchement vieux con. « Sans être un adulte responsable, j’ai surtout trop de respect pour moi-même pour m’enfiler un truc qui fait de la fumée violette. » Nouvelle taffe. « T’as vu les cheveux de mon gosse ? Ma vie est assez colorée comme ça. »

D'ailleurs, il semblait que Wilda atteignait le stade de l’adulte qui régressait niveau petite enfance, et le fracas du porte-manteau au sol fit se tendre le père de famille qui ferma les yeux trois longues secondes, priant pour ne pas entendre un hurlement de strangulot dans la chambre au berceau. Ouf, silence, rien. « J’espère que t’es plus habile avec ta baballe… » la provoqua-t’il une nouvelle fois en tirant sur sa clope qui atteignait le filtre tellement il avait fumé vite, à cause de l’alcool et du froid. D’une pichenette, il envoya valser le mégot au loin et ferma la porte-fenêtre, balançant sa cape sur la tête de sa cousine avant de s’enfoncer dans le canapé avec la grâce d’un éruptif. « Si t’as froid, rebois un peu de ton verre. Ça a l’air de bien te faire chauffer les joues. » Clairement, il aurait fallu un arbitre, parce qu’Athos et Wilda à deux, ça n’arrêtait pas. Jamais. Pourquoi faire ? « On a du jus de fruits si tu préfères. C’est celui de ton neveu, mais je pense pas qu’il t’en voudra. » Si elle le traitait de vieux, il pouvait bien la traiter de bébé, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott Empty
MessageSujet: Re: I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott Empty

Revenir en haut Aller en bas

I don't get drunk. I just get less classy and more fun | Cousinage chez la branche plaisante des Nott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre :: 
Les lieux d'habitations
-