GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé

Partagez

Enfin, le début w/Razvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyMar 19 Jan 2021 - 22:22

Il y avait autant de choses qui différenciaient le Razvan adolescent du Razvan adulte que de choses qui l'en rapprochaient. Il n'avait pas foncièrement changé. Enfin. En quelques sortes. Ses traits s'étaient durcis, endeuillés par la vie, les emmerdes, la paternité, le manque de sommeil, la psyché ravagée. Son comportement s'était aussi fait un peu plus fermé, si tant est que ce fut possible. Neolina avait dû en percevoir les changements quand ils s'étaient retrouvés sur le quais de la gare l'année précédente. Retrouvailles nécessaires, intenses, tous les deux ne s'imaginaient pas à ce moment-là qu'ils se réjouiraient d'entourer l'autre de leurs bras quelques mois plus tard. Mais voilà, Razvan restait cette éternelle personne à la personnalité intègre et douce. Il avait toujours été doux, depuis l'enfance, compréhensif et altruiste. Divers défauts parsemaient çà et là sa personnalité de zones d'ombre, c'était normal. Mais voilà, peut-être n'avait-il pas assez changé pour que Neo se détourne de lui. Ou bien alors avait-il assez changé pour qu'elle s'y intéresse d'une autre manière. Le mois de juillet avait été riche en changements pour eux et le roumain avait beaucoup cogité, comme d'habitude, comme si c'était là son état le plus strictement naturel. Il avait repensé à cette armoire, ce qu'ils s'étaient échangés à l'intérieur, les regrets lui avaient monté à la gorge. Pas parce qu'il n'avait pas aimé sa femme, ça non. Non non. Quiconque avait assisté au mariage en petit comité de Mara et Razvan saurait combien il l'avait aimé. Mais voilà, en un sens se blâmait-il pour son décès. Il fallait toujours que son insupportable personnalité prenne le blâme de tout de toute manière. Et cela ne faisait pas exception, tristement. Alors, s'il ne l'avait pas épousé, elle ne serait sans doute pas morte. Parce que le monde avait perdu une bien belle personne, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur et c'était une perte pour tout le monde et tout ceux qui l'avaient connu. Même si elle avait la main particulièrement leste... Le souvenir de la gifle lui picotait presque encore la joue, mais Neo effaça ce souvenir d'un geste bien doux, avant de le provoquer encore de quelques phrases qui lui arrachèrent un rire. « Touché » plaisanta-t-il, « il y a peut-être erreur sur la marchandise ». Il lui embrassa brièvement le cou pour accompagner ses paroles. Respectable, respectable... Avait-il un jour prétendu l'être ? Il avait mérité cette gifle et l'avait humblement accepté, avant de passer DES JOURS à essayer de calmer les mauvais sentiments de Mara qui à raison, s'était sentie humiliée de leur comportement. « Je n'ai rien dis si tu veux savoir » lui dit-il parce qu'il se rappelait très bien de la petite conversation entre eux qui avait suivi, juste avant qu'il ne se prenne une gifle, « mais apparemment, nous portions sur nous la culpabilité ». Mara était, surtout, une femme diablement perspicace.

Les paroles de la trentenaire firent relever son nez, pour la regarder cette fois-ci correctement dans les yeux. Touché de ses paroles, les mains sur son ventre avaient fait une pause dans leur déboutonnage actif de cette chemise qui était la sienne. Le premier qui ait compté, alors ? Il fit tomber sa chemise au sol alors que ses mains frôlaient ses bras pour remonter à ses épaules. La caresse sur sa joue le fit sourire d'un sourire tendre. Il aurait voulu lui dire que c'était partagé, mais c'eut été un mensonge. Aussi bouleversé avait-il été par ce baiser à l'époque qu'il ne s'expliquait pas, aussi désolé fut-il désormais de ne pas avoir écouté ses envies d'adolescent, Razvan adolescent, aimait profondément Mara. Et ça l'avait empêché d'aller voir Neolina bien que ce ne fut pas assez fort pour l'empêcher de l'embrasser elle. Plus joueuse, pour effacer définitivement les fantômes de leur passé, toujours concentrée sur le présent au contraire de lui, elle l'embrassa avant de le pousser avec une autorité qui lui plaisait sur le lit, sur lequel il s'assit, en la regardant d'en bas. Charmé par sa prise de décision, il s'abandonna, tout comme elle, à la joie de leurs plaisirs partagés.

Quelques heures plus tard, alors que les églises sonnaient midi, Razvan rouvrit finalement un oeil pour constater qu'il tenait fermement Neo dans ses bras après qu'ils se soient tous les deux assoupis. Le médicomage la regarda, pendant quelques instants. Il profita qu'elle ne pouvait pas le voir, ni voir son petit sourire content. Elle était belle quand elle dormait, avec cet air innocent - qu'elle avait su retirer à la perfection pour se laisser aller précédemment. Fatigués, ils n'avaient pu que s'assoupir après cette deuxième incartade plus intense que la première, si tant est que ce fut possible. Sans s'en empêcher, le roumain lui embrassa le haut du crâne en sachant qu'elle ne s'en rendrait sans doute pas compte, le regard perdu sur le voilage de sa vitre qui laissa passer une douce lumière d'une journée bien commencée. Il était réveillé pour une bonne raison : il avait la dalle. Sérieusement, sérieusement la dalle. Mais le paisible instant l'empêchait de bouger d'un pouce. Comment aurait-il pu vouloir bouger, alors qu'il tenait tranquillement la femme qu'il aimait entre ses bras ?


(862)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyMer 20 Jan 2021 - 0:39

Doucement, Neo reprit pied dans la réalité, alors que son esprit semblait s’extraire d’un rêve bien agréable. Mais la sensation qui l’enveloppait était plus agréable encore, et il lui fallut peut-être quelques secondes pour réaliser ce qui causait pareil bien-être. Car non, ce qui s’était passé avant qu’ils ne s’endorment n’était pas un rêve, mais la vraie vie. Sa vie, désormais, du moins c’était là tout ce qu’elle espérait. Parfaitement immobile, Neo savoura cette impression d’être le centre du monde de quelqu’un, de celui qu’elle aimait. Elle qui se lovait toujours comme un petit animal en s’endormant finissait toujours par se décoller pendant son sommeil, la faute à une agitation nocturne qu’elle ne s’était jamais expliquée, retrouvant parfois son oreiller à deux mètres du lit, ou la couette sans dessus dessous. Il ne faisait pas toujours bon d’être le coloc de lit de Neolina. Sauf quand on s’appelait Razvan Vacaresco, visiblement, car Neo se réveilla à l’exact même endroit où elle s’était endormie, au creux de ses bras. Et c’était là le réveil le plus agréable qu’elle ait connu depuis bien longtemps - pardon pour les autres.

Les yeux toujours clos, la jolie roumaine somnolait encore à moitié, tandis que ses sens se réveillaient un à un. Sa peau d’abord, qui percevait son souffle qui la frôlait, ses doigts posés contre elle, la chaleur toute entière qu’il dégageait contre elle. Puis elle se nicha un peu plus contre lui, profitant de son odeur sur laquelle elle ne saurait sans doute jamais mettre de mot, une odeur qui lui était à la fois familière et nouvelle, qui lui rappelait autrefois et désormais, lui évoquait l’avenir. Elle entendit les battements calmes de son coeur, pas loin de son oreille, comme s’il lui parlait presque. Son demi-sommeil lui faisait avoir de ses pensées, vraiment… Elle goûta finalement sa peau, y déposant un très léger baiser avant d’ouvrir un oeil, puis l’autre, une petite moue se dessinant sur ses lèvres alors que la lumière la faisait un peu cligner parce qu’elle avait relevé la tête. Ses yeux purent finalement se délecter de l’agréable vision de Razvan au petit matin - enfin, au petit midi plutôt - avec son petit sourire et ses cheveux en bataille. Mais par Merlin, comment avait-elle pu passer côté de l’évidence de sa beauté, sérieusement ? Ça lui en coupait presque le souffle. « Ça, c’est une sensation nouvelle… » Son sourire répondit au sien alors qu’une de ses mains remonta pour placer une mèche brune un peu trop rebelle derrière son oreille. Ce fut un échec cuisant, qui la fit rire dans ses moustaches. Elle qui avait craint que toutes leurs première fois seraient derrière eux, voilà qui la faisait mentir. Ce premier réveil était parfait, tout simplement. À tel point qu’elle hésita à ajouter quelque chose, faisant courir son index sur sa joue mal rasée, puis sur sa bouche qu’elle pouvait désormais qualifier de gourmande, et à raison. « Je n’ai pas rêvé de toi… » dit-elle finalement avec la plus grande des sincérités. « J’ai bien fait de me réveiller. » Son sourire s’intensifia alors qu’elle déposait un baiser tendre dans son cou, fermant à nouveau les yeux pour savourer pleinement. Un long soupir de contentement s’échappa de ses lèvres alors qu’elle réalisa tout à coup que leurs corps s’imbriquaient parfaitement, si parfaitement que c’était presque surréaliste. « Tu m’as regardé dormir ? » La malice perçait dans sa voix. Après tout, si elle avait été éveillée la première, elle ne se serait certainement pas gênée.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyMer 20 Jan 2021 - 1:05

Voilà qui était bien nouveau dans un quotidien bien morne. Quand on passait des années à s'endormir seul, à dormir seul, à vivre seul, parfois, le retour à une vie à deux pouvait sembler particulier. Pourtant, rien ne semblait plus naturel que d'avoir Neolina endormie dans ses bras, rien ne semblait plus naturel pour lui que de sentir son corps chaud contre le sien qui semblait avoir la même température. Rarement, depuis qu'il était en Angleterre, il ne s'était senti aussi apaisé. Leurs retrouvailles intenses mais malgré tout en demi-teinte l'année précédente, ne l'avaient pas fait se sentir aussi bien. Leurs ébats de juillet gardaient le goût amer de la conversation qui avait du suivre. Que dire de leurs autres conversations, douloureuses, mauvaises qui avaient suivi ? Non, ce n'était pas le moment d'y penser, ni même de gâcher l'instant profondément paisible qu'ils vivaient.

Traverser une dépression n'était pas chose aisée. Pourtant, s'il savait que Neo ne saurait guérir tous ses maux, Razvan sentait un étrange soulagement lui éreinter le cœur, ce dernier d'ailleurs, se mettait à battre comme à l'unisson avec celui de la trentenaire. Son souffle se faisait plus apaisé, son sourire réellement tranquille. Il la sentit finalement se réveiller et il la serra un peu plus contre lui, machinalement, comme si elle allait s'écarter en regrettant tout ce qui s'était passé. Il se délecta plus qu'il n'aurait pu se l'imaginer de la sensation de la main de Neo sur sa mèche de cheveux, à croire qu'il se découvrait de nouvelles failles qu'il n'avait jamais auparavant remarqué. La petite phrase, si douce qu'elle ne pouvait venir que de Neo, lui attira un joli sourire alors qu'il nichait son nez dans ses cheveux pour respirer son odeur. Il hocha la tête à la question, mais répondit quand même : « Un peu. Je viens de me réveiller » avoua-t-il sans détour alors qu'un de ses pouces caressait la peau de son dos, « tu as un air très paisible quand tu dors. C'est reposant ». C'était sorti sans qu'il ne le prévoit, mais il le pensait. Regarder son amante assoupie était quelque chose qu'il se découvrait à apprécier tout à fait. Il s'écoula quelques minutes supplémentaires sans qu'ils ne disent rien. Se nourrir de la présence de l'autre, qui devrait bien partir un jour. Pourquoi ? Pour mille raisons. Le travail, la vie de façon générale, les empêcherait bien assez tôt de passer leur temps libre dans les bras de l'autre. Pragmatique, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il aurait du mal à ne pas l'avoir dans sa tête lorsqu'elle ne serait plus dans ses bras. « C'est probablement les meilleures heures de sommeil que j'ai eu depuis longtemps » avoua-t-il du bout des lèvres, cachées dans sa masse de cheveux blonds. C'était terriblement vrai et ce n'était pas "que" de la faute de Neo, si tant est que ce fut sa faute un jour. Razvan dormait mal depuis des années. Mais il paraît que lorsqu'on s'endort auprès de l'être aimé, on s'endort plus facilement, plus vite, plus apaisé. C'était sans doute vrai. Il leva sa main pour la poser sur le front de Neolina : « Et je gage que tu as bien dormi aussi, parce que tu n'as plus de fièvre ». La voix toujours un peu endormie, quoiqu'amusée pourtant, un petit ricanement s'échappa de ses lèvres avant qu'il ne referme un peu les yeux, ses sens entièrement tournés vers Neolina Siankov.


(575)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyMer 20 Jan 2021 - 13:14

Il y avait des instants, comme celui-là, qui vous extrayaient de la vie quotidienne et mettait le temps sur pause, vraiment. Quelle heure était-il ? Neolina s’en moquait, bien que Gabi était dans un coin de sa tête et qu’elle savait qu’il faudrait bien s’occuper de cette pauvre bête à un moment donné. Mais la journée, sa voisine passait le voir quand elle travaillait alors, elle était tranquille jusqu’au soir. Blottie dans les bras de Razvan, elle avait du mal à imaginer passer la première nuit de leurs retrouvailles loin de lui, justement. Elle avait à vrai dire du mal s’imaginer loin de lui, tout court. Le petit coeur de Neo était passionné, et vivait intensément, presque trop parfois, quand les sentiments étaient aussi étourdissants. La demie-mesure, pourquoi faire ? Pourquoi être raisonnable après tout, alors que c’était cette maudite raison qui leur avait fait perdre un temps précieux, et avait même failli les séparer à jamais ?

L’aveu de Razvan la fit sourire, encore, plus, comme si c’était possible. « Voilà un curieux compliment ! » commenta-t’elle, parce que personne ne lui avait jamais dit ça. Peut-être que personne ne l’avait jamais regardée dans son sommeil ou en tout cas, ne s’en était jamais vanté. Ou alors, personne n’avait su voir ce que Razvan voyait. C’était inexplicable, mais il lui semblait que le regard qu’il posait sur elle était différent, peut-être parce qu’il la connaissait par coeur. Sa main libre se mit à caresser sa peau avec une délicieuse lenteur, insistant à certains endroits qu’elle sentait abîmés, dans son dos, sur son flanc. Razvan était un homme marqué par la vie, au sens propre comme au figuré après tout. Pas étonnant qu’il ait tant de mal à dormir, et si Neo pouvait être son petit somnifère naturel, elle embrassait ce rôle avec plaisir. « Peut-être parce que je t’ai correctement épuisé… » Oh, ça oui. Les images datant de quelques heures à peine lui revenaient en mémoire et il y avait en effet de quoi être épuisé, de la bonne fatigue en tout cas. Elle qui se sentait à bout de forces ces derniers temps les avait retrouvées en un clin d’oeil.

Le petit examen de médicomagie de Razvan lui arracha un rire, qui répondait parfaitement au sien. « Pour l’instant… » Elle n’avait pas pu s’en empêcher parce qu’après tout, elle venait juste de se réveiller et pourtant, malgré la faim qui lui plombait l’estomac, ses muscles un peu endoloris et sa flemme monumentale de bouger, Neolina sentait que son désir pouvait se réveiller à tout moment. D’ailleurs, son petit sous-entendu l’avait suffisamment émoustillée pour qu’elle trouve l’énergie de basculer sur lui - le geste ne fut pas très fluide, mais on pouvait tout excuser après tout après une sieste pareille. D’une main, elle avait rabattu le drap par-dessus eux, comme des enfants qui se planqueraient pour faire une cabane. Mais ces jeux là n’avaient rien d’innocents, et la lumière du jour perçait largement sous le tissu fin, accentuant encore la beauté de l’instant. Et de Razvan, surtout. Le menton posé sur sa main, elle l’observait, calme, amoureuse. « Cette journée risque d’être bien peu productive, tu ne crois pas ? » Et ça lui allait. Oh que oui, ça lui allait.« De toute façon, je ne compte pas bouger de là. » affirma-t’elle, le serrant dans ses bras du plus fort qu’elle put - c’est-à-dire, pas grand chose - avant de rire doucement en embrassant son épaule qui était à portée de lèvres. Tout ce qu’elle voulait, c’était s’allonger à ses côtés, lui faire l’amour encore, s’endormir un peu, et recommencer. Jusqu’à ce qu’ils en soient lassés, si c’était un jour possible.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyMer 20 Jan 2021 - 14:54

Razvan avait oublié la douceur d'un sommeil réparateur, la joie d'un réveil dans des bras qu'il appréciait. C'était quelque chose quand même, de se réveiller en sentant l'autre contre soi, entendre son souffle, voir ses quelques mimiques sur le visage. C'était reposant, apaisant, que de se réveiller en ne pensant à rien d'autre qu'à cet agréable sentiment. Le roumain n'était pas connu pour se laisser particulièrement aller à la débauche de sentiments, on le considérait bien volontiers comme quelqu'un de particulièrement froid. Ce n'était pas nécessairement faux, l'esprit occupé par ses problèmes, il ne savait pas faire autrement. Là, il pouvait sentir à l'orée de sa conscience tous les tracas qui attendaient de pouvoir retrouver leur place dans son esprit, sans doute dès lors que Neolina serait loin de lui. Comme un étrange patronus, elle repoussait les pensées associées aux détraqueurs loin, bien loin et cette paix intérieure, qu'il savait être précaire, lui faisait malgré tout le plus grand bien. Comment penser à autre chose qu'elle, alors qu'elle se tenait comme cela, tout contre lui ? Après tout, son sourire solaire ne pouvait que repousser bien loin les sombres pensées qui l'assaillaient toujours. Le compliment qu'il lui fit était donc autrement plus sincère parce que l'adjectif avait été choisi avec soin. C'était reposant oui, de la regarder dormir, de voir que d'autres trouvaient la tranquillité agréablement dans le sommeil. L'exquise lenteur avec laquelle elle fit promener sa main sur sa peau lui fit fermer les yeux quelques instants, yeux qu'il ne rouvrit pas à la petite plaisanterie coquine de Neolina. « C'est de la bonne fatigue - recommandée par la fédération internationale des médicomages » répondit-il de son humour pince-sans-rire.

Sa roumaine bascula sur lui avec un peu moins de souplesse que l'image parfaite l'aurait voulu mais il en avait rien à faire, affichant simplement un sourire un peu en coin en laissant ses grandes mains glisser sur ses cuisses si blanches en comparaison de sa propre peau. Le drap rabattu sur eux soulignait encore cette petite atmosphère qui se distillait tranquillement entre eux, à nouveau, comme s'ils étaient incapables de sortir de cette chambre sans s'être encore embrassés follement. Razvan ressentait le furieux besoin de laisser ses mains découvrir sa peau, lui qui commençait à mémoriser pourtant les formes de son corps. Il ressentait le furieux besoin de lui arracher encore de fiévreux baisers parce qu'il en avait besoin. Il avait vécu si longtemps sans elle qu'il se demandait, maintenant, comment il avait pu traverser la vie de cette manière et comment il avait pu ne jamais se rendre compte à côté de quoi il passait. Ils s'étaient tant étreints. Ils s'étaient tant parlés. Ils avaient tant compté sur l'autre. Et ce n'était qu'au bout de plus de trente années d'amitié qu'ils réalisaient enfin ? Le sourire un peu amusé de Razvan regardait le visage de Neolina qui, posé sur sa main, lui laissait voir une vue tout à fait charmante de son dos allongé contre son corps. Il fit glisser ses mains délicatement jusqu'à ses reins pour la serrer contre lui, comme elle le serrait également. « Mm... » marmonna-t-il alors que ses mains remontaient et descendaient dans son dos d'un rythme tranquille, « je n'ai pas envie de bouger mais j'ai faim ». Et alors qu'il croisait le regard de Neolina, un sourire autrement plus malicieux se fit voir : « De toi, mais pas que ».


(569)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal


Dernière édition par Razvan Vacaresco le Lun 15 Fév 2021 - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyMer 20 Jan 2021 - 19:02

Qu’il était bon de retrouver le Razvan qu’elle avait toujours connu. Pas uniquement le Razvan d’autrefois, mais celui qu’il avait toujours été, du moins avec elle. Tendre, drôle, piquant aussi. Et surtout, sur l’exacte même longueur d’onde qu’elle. Ils s’étaient toujours si bien compris - exception faite de ces derniers mois - sans même avoir besoin de parler, mais l’un comme l’autre savait toujours trouver les mots, comme elle le lui avait dit la dernière fois alors qu’il avait désamorcé en quelques phrases sa peine. Il lui avait dit qu’elle méritait d’être heureuse et désormais, elle l’était. Et les mots étaient bien différents maintenant, bien moins lourds de sens, et cette légèreté était le reflet de ce qu’ils ressentaient, enfin. « Ça, c’est une prescription bien agréable. » dit-elle en fronçant le nez de son petit air mutin, elle si habituée à boire d’infâmes mixtures pour ressouder les os qu’elle se fracturait trop souvent.

Mais malgré son léger manque de grâce, Neo n’avait blessé personne dans sa presque habile manoeuvre pour s’allonger de tout son long sur Razvan. Là, sous le drap, sa peau paraissait encore plus blanche, contrastant follement avec celle du roumain qui n’avait vraiment pas le même teint qu’elle. Après tout, ils ne se ressemblaient pas, et personne n’aurait pu deviner qu’ils avaient les mêmes origines, ni une amitié si vieille avec des caractères aussi diamétralement opposés. Et pourtant, il fallait les voir là, sereins, en parfait accord, avec l’envie certaine de ne rien faire d’autre que profiter de la présence de l’autre. Les mains de Razvan exploraient son corps, et elle fut presque jalouse de ne pas pouvoir faire de même dans cette position qu’elle avait elle-même imposée. Enfin… elle avait tout le temps pour ça après tout. Et ainsi, elle pouvait savourer l’étreinte réconfortante qu’il lui offrait, alors qu’elle était prête à repartir faire un tour dans les bras de Morphée tout en étant dans ceux de Razvan. Mais voilà, ils étaient humains après tout, et Razvan le lui rappela cruellement. « Comment ? On ne peut pas vivre d'amour et d'eau fraîche ? » dit-elle d'un ton surpris, avec un sourire si large que le contraste était absolument mignon et ridicule à la fois. Mais son ventre choisit ce parfait moment pour grogner doucement, et elle reposa sa tête, résignée, contre son torse alors qu’elle grommelait un peu. « Bon, d’accord, si vous êtes deux du même avis… »

D’un geste prompt, après lui avoir arraché un baiser, Neolina sortit du lit, les jambes un peu vacillantes. C’était presque brutal, mais il fallait bien ça pour qu’elle s’éloigne de lui, sinon, elle n’en aurait pas trouvé la force. Enfilant la chemise qu’elle portait un peu plus tôt, elle la boutonna gauchement, mardi avec mercredi, tout ça, et lança un regard à son fier amant encore allongé. « Ne me suis pas… » lâcha-t’elle en s’éclipsant d’un pas léger par la porte, avant de pointer à nouveau le bout de son nez, petite tête flottante par l’embrasure, une seconde à peine après. « C’est que ta cuisine a le don de réveiller certains appétits… » Elle disparut à nouveau, jetant un regard en arrière sur le chemin. Bien sûr qu’elle voulait qui la suive. Bien sûr qu’elle voulait créer de nouveaux souvenirs dans cette pièce où, autrefois, leurs corps avaient cru se dire adieu. Ses pieds nus sur le carrelage lui déclenchèrent un frisson, et elle avança sur la pointe des pieds jusqu’au frigo dont elle examina bien vite le contenu. Oh, elle reconnaissait bien là le minimalisme tout à fait roumain de Razvan. Mais elle aussi avait connu le régime strict - c’était le cas de le dire - du communisme. Elle saurait bien se débrouiller avec les quelques victuailles qui trainaient. Enfin, si tant est que personne ne vienne la distraire dans sa tâche...
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyMer 20 Jan 2021 - 21:08

Cette interlude semblait hors du temps.

Razvan peinait à se rappeler ce qu'il avait fait la veille alors qu'il tenait Neolina entre ses bras. Il peinait à se rappeler ce qu'il avait prévu de faire de sa journée. Lui n'était pas un grand planificateur. Que son amie d'enfance déboule pour conclure finalement correctement leur relation l'avait donc surpris, dans le bon sens du terme. Loin de lui d'être agacé par ses plans bouleversés - quels plans ? - il profitait désormais de cette journée qu'il n'aurait pu imaginer. Il s'était couché tard la veille après une soirée à la boxe. Couché tard parce qu'il avait mal. Mal partout, mal au cœur, il était difficile de savoir où il avait su puiser l'énergie de profiter ainsi de Neolina alors qu'il n'avait plus mangé depuis vingt-quatre heures. La trentenaire lui arracha un baiser alors qu'il la regardait filer, appuyé sur ses coudes, les cheveux brouillés par les mains que Neo avait fait passer dedans autant que par les gestes de contentement qu'ils avaient échangé contre ce matelas. La petite phrase pourtant qu'elle lâcha, provocatrice, lui arracha une expression mi-amusée mi-effarée. Bon sang Razvan, qu'est-ce que tu fais ? Le roumain prit quelques minutes pour regarder le vide. S'il était du genre à vraiment se parler, il se serait fait taire. Mais il ignora juste sa conscience pour se lever et attraper son boxer qui lui avait été une nouvelle fois retiré pour l'enfiler et aller dans la cuisine. Il trouva sur sa route les vêtements éparpillés de Neo et un sourire taquin s'invita sur ses traits alors qu'il se saisissait de la jolie brassière qu'il avait pris un plaisir indécent à retirer.

Arrivé à la cuisine, il s'arrêta à l'entrée en s'appuyant contre la porte, le sous-vêtement en main, pour regarder d'un air appréciateur son amante regarder l'intérieur de son réfrigérateur, sans faire de commentaire sur le vide quasi sidéral qu'il y avait dedans. Des légumes, principalement. Un plat mit dans un tupperware qu'il lui faudrait manger bien assez tôt. « Vous laissez des traces derrière vous, Mademoiselle Siankov » lui dit-il en la vouvoyant puisqu'ils étaient biens à jouer à ce petit jeu-là. Il brandit d'un air un peu fier la brassière qu'il tenait entre ses mains avant de la poser sur le plan de travail pour s'approcher de Neo. Comme depuis qu'elle était arrivée chez lui, il ne sut s'empêcher de poser sa main sur ses fesses, vicieusement en se mettant à côté d'elle. Il lui vola ses champignons des mains pour les couper tranquillement. Sept ans de vie solitaire, Razvan savait cuisiner, merci bien. Le roumain coula un regard vers elle pour constater qu'elle s'était bien mal boutonnée la chemise. « On dirait que tu t'es rhabillée à la hâte » dit-il d'un ton amusé en essuyant ses mains pour attraper le bras de sa roumaine et la rapprocher de lui, « peut-être que c'était le cas, remarque... ». Il entreprit tranquillement de reboutonner les quelques boutons qui l'avaient mal été, sans toutefois boutonner toute la chemise - il y avait des vues qu'on ne s'interdisait pas. Il avait un joli sourire sur le visage, Razvan. Pas totalement joueur, plutôt tendre. Il se pencha pour lui embrasser la joue doucement. Sa douceur valait sans doute les plus belles déclarations.


(550)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyMer 20 Jan 2021 - 22:35

Razvan était arrivé à pas de loup, mais Neolina avait tout de suite senti sa présence. C’était comme ça, ça ne s’expliquait pas. Et lorsqu’il eut cette petite phrase provocatrice, la roumaine tourna finalement la tête, soufflant sur une mèche qui lui passait devant les cheveux. Non mais il fallait le voir, tout fier avec son trophée en dentelle, son sourire conquérant. Ça, c’était un Razvan qu’elle ne connaissait pas, et mon dieu qu’elle l’aimait. Elle aimait qu’il soit aussi sûr de lui, presque un peu arrogant même avec une pointe d’humilité quand même - parce qu’il était doux, et pas macho, et ça, oh ça c’était appréciable. Elle aimait ce sourire nouveau qu’il affichait désormais quand il la regardait. Elle aimait sentir qu’il était sans arrêt sur le point de combler la distance entre eux pour mieux la dévorer. « Oh, veuillez excuser le désordre ! Quelqu’un était trop pressé de m’aimer. » dit-elle en le fixant droit dans les yeux avant d’attraper des champignons, qu’il lui subtilisa après lui avoir mis une main aux fesses qui la fit un peu frémir. « Dites-donc Monsieur Vacaresco ! » Etait-ce pour cet odieux vol ou cet agréable geste qu’elle fit mine de s’offusquer ? Sans doute aucun des deux.

Presque comme un vieux couple, Neolina et Razvan s’affairent donc en cuisine, l’un à la coupe, et l’autre… Non, l’autre galérait sincèrement parce que c’était la deuxième fois qu’elle mettait les pieds dans cette cuisine et la première fois, et bien, elle avait eu autre chose à faire que d’ouvrir les placards. Finalement armée d’un fouet et de ce qui ressemblait un peu à un saladier, Neo entreprit de battre des oeufs pour faire une omelette, ou des oeufs brouillés, elle verrait bien. Mais voilà que son hôte ne la laissait pas terminer - qui ça surprenait, franchement ? - et elle se laissa docilement attirer vers lui alors qu’il la déshabillait pour mieux la rhabiller. « Je ne te savais pas aussi intéressé par de bêtes bouts de tissu. » dit-elle finalement en attrapant sa brassière un peu plus loin alors qu’il lui délivrait un très doux baiser sur la joue. Habilement, elle passa la lingerie autour de son cou et l’amena lentement vers ses lèvres en tirant un peu. « Surtout pour quelqu’un qui en porte aussi peu. » D’un geste ferme, elle le rapprocha assez pour l’embrasser avec fougue, quelques secondes, mordant sa lèvre inférieure avant de lui rendre sa liberté. « D’ailleurs, ce n’est pas du tout une tenue convenable pour cuisiner ça ! » Disant ça, sa main passa sur la courbe rebondie de ses fesses, dont elle se délecta avec une infinie lenteur en rapprochant sa bouche de son oreille pour l’achever, dans un souffle. « Quoi qu’on en mangerait… » Oh oui, Neo avait désormais bien plus faim de ça que d’une bête omelette. Mais ! Razvan avait faim avait-il dit ? Elle n’était quand même pas sortie du lit pour rien et si monsieur voulait faire passer un autre appétit en priorité, ça ne tenait qu’à lui. Elle lui délivra une petite tape sur les fesses, s’éloignant de lui d’un air malicieux pour retourner à son fouet. « Mais ce n’est pas toi qui est au menu pour l’instant. Alors… » Alors quoi Neo, hein ? Voulait-elle qu’il la fasse mentir ? Absolument, oui.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyMer 20 Jan 2021 - 23:13

L'évolution semblait curieusement bien naturelle. Razvan ne se l'expliquait pas. Il n'était pas froid avec la personne qu'il aimait, il ne l'avait jamais été. Au contraire, il agissait parfaitement normalement avec Neolina. Non, ce qui était étonnant c'était le chemin parcouru, comme si une simple réunion physique pouvait finalement effacer ce qui aurait pu être de la gêne entre eux. Ils auraient pu être gênés de se voir dans le quotidien de l'autre, d'assister à des scènes qui faisaient l'intimité d'un quotidien bien rodé. Mais non, non. Neolina et Razvan agissaient tout à fait comme si c'était la chose la plus naturelle qui soi. En un sens, peut-être que ça l'était. Peut-être qu'ils étaient juste faits pour vivre ces moments ensemble. Peut-être qu'il n'y avait là rien de bizarre. C'est en tout cas bien spontanément que le roumain se fendit d'une provocation à l'attention de Neo, pour qu'elle se retourne et le regarde, certes. Il lui répondit simplement par un sourire avant de s'approcher d'elle. Et comme toujours, il ne savait s'empêcher de la toucher. C'était un besoin nécessaire, un besoin qu'il avait tenté d'oublier pendant des mois mais qui le hantait. Là où ils s'étaient contentés de se tenir la main, d'entrelacer leurs doigts, ils pouvaient maintenant se laisser aller à d'autres sensations autrement plus agréables. Et Razvan ne se faisait pas prier, comme elle ne se faisait pas prier non plus.

Il y avait à la fois cette nouveauté qu'ils avaient terriblement besoin d'explorer et cette habitude qu'ont deux amis qui se connaissent depuis des années. Le roumain n'était pas nécessairement surprit des habitudes de Neolina, de ses rires et de ses regards. Tout comme il n'était pas particulièrement surprit de ses caresses non plus. « Troisième tiroir à gauche » lui fit-il machinalement alors qu'elle semblait perdue comme Thésée dans son labyrinthe.C'est à peu près à ce moment qu'il réalisa qu'elle avait mal boutonné sa chemise. Razvan n'était pas maniaque, pas à ce point. Mais pouvait-il passer à côté d'une excuse supplémentaire pour la déshabiller, la rhabiller, continuer finalement ce petit jeu qui se mettait en place entre eux ? Définitivement pas. « Je ne suis intéressé que lorsque c'est toi qui les porte... Ou ne les porte pas » dit-il avec sincérité alors qu'elle attrapait ses lèvres avec une fougue qui réveilla chez lui une autre sorte d'envie. Elle coupa net la liaison de leur lèvres, non sans le torturer un peu en lui mordillant les siennes. « Je peux te retourner la réflexion. La chemise est sans doute de trop, c'est à ça que tu fais référence ? » demanda-t-il alors que cette vicieuse s'éloignait après un petit geste d'affection qui ne passa pas inaperçu. Oh, il n'avait aucunement l'intention de lui retirer cette chemise qui lui allait si bien, en dévoilait assez mais en cachait aussi. Ça l'émoustillait plus qu'autre chose, cela va sans dire. Il continuait de couper ses champignons d'un air tranquille, avant de se mordre la lèvre inférieure : « Ah » fit-il d'un ton un peu théâtral, « très bien ». Dommage. Razvan se passa une main dans les cheveux alors qu'il repoussait les champignons coupés avec la rapidité de l'habitude avant de se percher sur le plan de travail, les jambes dans le vide, le regard posé nulle part ailleurs que sur Neolina. « Tu as un sacré mouvement du poignet dis moi ». Les mains abandonnées de part et d'autres de son corps, il leva un sourcil à l'attention de la jeune femme. Elle était bien certaine qu'il n'était pas au menu, alors ?


(596)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyJeu 21 Jan 2021 - 0:14

Décidément, cette journée était pleine de surprises… Et Neo espérait que l’avenir lui en réserverait plein d’autres comme ça. Razvan donc parlait chiffons ou plutôt, sous-entendait qu’il avait bien envie de les voir au sol. Si de simples mots pouvaient la déshabiller, alors Neo serait nue depuis déjà quelques minutes. Elle, elle faisait référence à ce boxer tout à fait seyant, tout à fait de trop aussi. Comme la chemise, cela allait de soi. Quoique cette chemise n’empêchait en rien ce qu’elle avait envie qu’il se passe, qu’on se le dise. « C’est la chemise des gens raisonnables, monsieur. » Raisonnable, raisonnable, il fallait le dire vite. Si un voisin laissait traîner son oeil par la fenêtre, il aurait sans doute eu de quoi se le rincer.

Il lui avait fallu toute la volonté du monde pour ne pas l’envoyer valser, cet indécent petit bout de tissu noir tenu uniquement par un élastique. Elle était d’ailleurs toujours en train de batailler contre ses envies alors qu’elle s’affairait à cuisiner, et à le provoquer au passage. Son petit ton l’amusa beaucoup, et elle fit mine de se concentrer sur ce qu’elle faisait alors que c’était sacrément mal exécuté, vu qu’elle n’y mettait pas tout son coeur. Mais le geste sembla au goût de Razvan qui, perché sur le plan de travail, lui asséna une remarque à laquelle elle ne s’attendait pas. Alors ça, c’est tout à fait nouveau ! Certes, ils se testaient un peu, jouaient l’un avec l’autre entre deux étreintes passionnées et silencieuses. Mais là, il était passé à un tout autre niveau. Bouche bée, elle l’observa quelques secondes avant que son expression de surprise ne se transforme en un grand sourire, signe qu’elle se reprenait un peu. Elle reprit son geste là où elle s’était arrêtée - oui, il lui avait coupé la chique sur ce coup-là. « Je pensais que tu l’aurais déjà remarqué… Tu m’en vois déçue. » le provoqua-t’elle en retour en haussant un sourcil. S’arrêtant tout à coup, elle appuya ses mains sur le plan de travail pour se hisser un peu, du bout de ses orteils, jusqu’à sa hauteur, très très près de lui sans pour autant le frôler vraiment. « Peut-être qu’une nouvelle démonstration s’impose. »


Allongée sur le carrelage, Neolina observait le plafond, bien plus réveillée qu’elle ne l’était encore quelques minutes plus tôt. La table était décalée de quelques centimètres, voire plus, et la chemise comme le boxer faisaient leur petite vie un peu plus loin. Elle avait si froid et chaud en même temps, c’était insensé, et son souffle était saccadé, haletant presque. Posé contre elle, le si beau visage de Razvan se soulevait au rythme de sa respiration désordonnée. « Je crois qu’on vient de bafouer environ 75 règles d’hygiène élémentaire. » lâcha-t’elle entre deux souffles, trop épuisée pour rire, trop éveillée pour s’endormir. Là, elle avait faim, mais alors vraiment. Il fallait se lever, mais en même temps, pas tout de suite. Déposant un baiser sur le front brûlant de Razvan, elle laissa échapper un soupir de contentement absolu, dans lequel on percevait encore une pointe de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyJeu 21 Jan 2021 - 0:39

Ils avaient totalement une attitude d'adolescent. Est-ce que ça les dérangeait ? Absolument pas. Est-ce qu'il y avait quelqu'un pour les juger ? Non plus. Sauf peut-être les voisins, vu l'épaisseur des murs. Mais qu'importe après tout. Neolina et Razvan s'étaient ignorés pendant trente-ans. Ils avaient lutté pendant six mois. Ils avaient au moins le droit à une journée d'intenses retrouvailles. Le roumain ne savait vraiment pas où il puisait son énergie, à croire que la jeune femme lui en donnait toujours plus, toujours plus, toujours plus... Le visage contre sa peau, le souffle court, le roumain essayait de combattre les battements de son coeur qui semblait vouloir quitter sa poitrine une bonne fois pour toutes. Faire un travail sur son souffle était nécessaire, mais il n'avait plus la force de rien, sinon de se laisser mourir, le visage contre le corps de Neo. Elle l'arracha à sa demi-conscience par un baiser sur son front. « Tant pis pour elles » fit-il d'une phrase courte qu'il pouvait seulement prononcer. Au diable l'hygiène à ce niveau-là. C'était le cadet de ses soucis. Sa main rejoignit celle de la roumaine pour entrelacer ses doigts aux siens, comme toujours, parce que c'était leur petite habitude qu'ils ne savaient pas ignorer. Ils ne savaient pas le faire lorsqu'ils étaient amis alors maintenant qu'ils étaient ensemble...
Ensemble, oui. Le mot sonnait un peu bizarre pour les désigner eux. Eux qui avaient toujours été la paire amicale par excellence, certes très fusionnelle, mais sans plus merci, au revoir. Qu'est-ce qu'ils étaient d'autres, maintenant ? La question allait finir par s'imposer, ne serait-ce que pour les apaiser tous les deux. Mais Razvan à cet instant, se sentait bien incapable de l'invoquer frontalement. Lorsqu'il fut certain de pouvoir enchaîner plus de cinq mots, il ajouta : « Il faut vraiment qu'on mange cette omelette ». Et il n'était pas non plus connu pour être un goinfre mais là, s'il ne mangeait pas, ses jambes allaient le lâcher. Il finit par se soulever, le visage au dessus d'elle pour l'embrasser encore, parce qu'avoir ses lèvres si près des siennes était quelque chose de trop tentant pour qu'il s'empêche de les saisir encore.

Une fois rhabillé, il finit de battre les oeufs pour y incorporer les champignons et les oignons avant de les balancer dans la poêle. Un léger bourdonnement dans les oreilles lui faisait sentir qu'il fallait VRAIMENT qu'il mange quelque chose. Il attrapa une tomate cerise et l'éclata sous ses dents. C'était toujours ça de pris. « Va falloir qu'on m'explique comment on a tenu six mois » fit-il d'un ton plus calme, quoique légèrement amusé quand même. Razvan avait l'impression qu'ils pourraient continuer comme cela toute la journée que cela ne gênerait ni l'un, ni l'autre. Il se détourna de la poêle après avoir retourné l'omelette pour jeter un regard en biais à Neolina. Ils allaient devoir prendre une douche et il était inutile d'être devin pour savoir ce qu'ils feraient dedans.

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyJeu 21 Jan 2021 - 12:35

Cette cuisine avait effectivement réveillé leur appétit, et il semblait qu’ils étaient insatiables, incapables de se rassasier l’un de l’autre. Etait-ce l’effet lune de miel du début de relation qui faisait ça ? Ou cette furieuse envie de rattraper le temps, alors que c’était impossible ? Elle n’aurait su dire mais en tout cas, jamais de sa vie elle n’avait ressenti ça. Pas même lorsqu’elle était adolescente, voire jeune adulte, en pleine découverte de sa sexualité, pourtant pleine d’envie de découvrir le corps de l’autre. Mais avec Razvan, c’était réellement différent. Comme un besoin vital, une urgence qui se déclenchait dans son corps tout entier. Elle ne voulait pas, non mieux, elle ne pouvait pas faire autrement, lutter contre cette envie là qui balayait tout le reste, sa raison de trentenaire qui lui soufflait que quand même, le temps de faire une omelette, ça n’était pas un drame de se tenir. Et bien si ! C’était dramatiquement impossible pour eux de ne pas se toucher, et plus si affinités.

Razvan semblait aussi à bout de souffle qu’elle, malgré sa condition physique qui était bien meilleure que celle de la roumaine. Non vraiment, s’ils ne mangeaient pas, ça allait devenir compliqué de tenir le rythme ! Elle hocha la tête avec les quelques forces qui lui restaient tandis qu’il disait tout haut ce qu’elle pensait tout bas, et se résolut à le laisser partir, cherchant un petit reste d’énergie pour réussir l’exploit de se lever elle aussi. Elle réussit finalement à se mettre sur ses jambes, manquant perdre l’équilibre tout de même, et dut se raccrocher au bras de Razvan alors qu’elle riait elle-même de la situation en enfilant finalement, pour la troisième fois, la fameuse chemise. « Il nous faudrait 12 omelettes pour récupérer des forces ! » Elle claqua une bise sur son biceps en boutonnant ce qu’elle avait sous la main, et chercha dans le tiroir à couverts une fourchette, avec laquelle elle piqua un champignon à moitié cuit, qu’elle glissa entre ses dents avant de le croquer comme si c’était là la chose la plus délicieuse qui soit. L’odeur qui s’échappait de la poêle couvrait un peu trop celle de Razvan, et la douce blonde se glissa finalement derrière lui, l’enlaçant, s’enivrant de sa peau.

La petite phrase aurait pu avoir un tout autre effet que la faire sourire, si tant d’hormones n’avaient pas coulé dans ces veines à cet instant. Il y en avait, des choses qui expliquaient. Et beaucoup même, pas la peine de les répéter, ils les avaient tous les deux en tête. Du moins en avaient-ils chacun une partie, la leur, leur interprétation, leurs raisons. Et en commun, leur décision idiote, mais sur laquelle il était impossible de revenir, alors à quoi bon ? Mais effectivement, quand ils étaient comme maintenant, incapables de se tenir plus d’un quart d’heure, la question du temps se posait. Razvan lui lança un regard qui la rassura, même si sa voix l’avait déjà fait, car le roumain ne disait pas ça dans un prisme nostalgique, pour une fois. Oh non, ils l’auraient sûrement cette conversation, mais pas maintenant, merci. « On aurait dû écouter nos corps plutôt que nos bouches. Ils avaient tout compris… » lui répondit-il malicieuse, mais perspicace avant de resserrer un peu son étreinte, l’une de ses mains posées dans le creux de ce V incroyable qu’il avait - non mais vraiment, elle n’aurait jamais pensé connaître un jour ce genre de détail, et s’en régaler. « L’avantage, vois-tu… » continua-t’elle en calant un baiser entre ses omoplates avant de se détacher de lui et de s’assoir sur la table de travers, croisant ses pieds dans le vide comme l'aurait fait une enfant. « … c’est qu’on n’a pas à s’apprivoiser, depuis 30 ans qu’on se connait. » Elle faisait aller ses jambes, d’avant en arrière, comme elle faisait souvent quand elle ne touchait pas le sol. Effectivement, il y avait quelques étapes qu’ils avaient glorieusement sautées sans s’en rendre vraiment compte. Les angoisses du début de relation, parce qu’on ne connaissait pas l’autre, qu’on ne pouvait anticiper ses réactions. Les zones d’incertitude, les questions inutiles qu’on se posait. Non vraiment, aucune angoisse. Les choses qui restaient à découvrir se dévoilaient naturellement, sans crainte d’offenser l’autre parce qu’ils savaient comment réagir, toujours, l'un envers l'autre. Parce qu’ils savaient qu’ils ne se jugeaient pas, s’acceptaient comme ils étaient. Parce qu’ils n’avaient pas à cacher, même temporairement, qui ils étaient vraiment. « La vraie question je crois, c’est comment on a tenu 20 ans ! » Parce que oui, en sortant de ce placard, Neo avait nourri une forme d’espoir qu’elle avait très vite anéanti, pour ne pas se faire mal. Et aujourd’hui, l’espoir renaissait. Peut-être n’était-il, finalement, jamais mort.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyJeu 21 Jan 2021 - 18:23

Il serait de bon ton que quelqu'un intervienne pour les décoller réellement. Neolina et Razvan semblaient rattraper à leur manière le temps perdu, comme si on pouvait réellement rattraper cela. Six mois ou vingt ans, finalement, la conclusion n'était-elle pas la même ? Ils étaient passés à côté de quelque chose qui avait puisé son origine il y avait bien longtemps, sans même qu'ils ne s'en rendent compte. Pourquoi l'avait-il embrassée dans ce placard ? Ce n'était pas du seul fait de ses hormones adolescentes, non. Il y avait peut-être dès lors quelque chose qui sommeillait et qu'il avait ignoré, violemment, tristement peut-être aussi. Il songeait un peu à cela en finissant l'omelette qu'ils avaient besoin de préparer, pour jeter un coup d’œil à Neo qui se rhabillait. Un sourire un peu torve s'installa sur ses traits alors qu'elle lui embrassait le biceps. « Est-ce qu'on doit vraiment se rhabiller ? » demanda-t-il d'un ton taquin avant de jeter la préparation dans une poêle. La question méritait d'être posée, vu leur incapacité à s'ignorer, leur incapacité à ne pas se toucher, se déshabiller, ne pas s'aimer... Un léger soupir franchit la barrière de ses lèvres lorsqu'elle se colla à lui, ses mains douces et belles contre sa peau marquée par la vie. Ils étaient assurément bien différents, mais peut-être étaient-ils charmés de ces différences, de ces inconstances entre eux. Ils avaient vécu si proches et pourtant si éloignés. Maintenant, il faudrait plus que quelques mots pour les séparer. C'est un peu tout le sens qu'il donna à sa phrase qui aurait pu être dangereuse si mal interprétée. Oui, Razvan ne comprenait pas comment ils avaient pu ignorer l'évidence après ce mois de juillet si chargé en émotion. Il ne comprenait pas comment tous les deux avaient pu tenir leurs corps en joue. Lui avait des raisons bien funestes, bien difficiles, bien douloureuses. Et il était sans doute fou de les ignorer. Il le regretterait sans doute bien assez tôt aussi. Pour une fois ne fallait-il pas penser à l'instant ? L'odieuse marque qui n'apparaissait pas sur son bras grâce à un habile sortilège de sa part était bien loin à ce moment-là.

La réponse malicieuse de Neo n'appelait pas d'autre débats et il ne répondit pas. Oui, ils auraient dû écouter leurs corps, comme son corps à cet instant mourrait d'envie de remettre ce qu'ils avaient fait. Encore, encore, encore, comme une obsession que son esprit clair aurait trouvé difficile à assumer en temps normal. Mais pourquoi serait-ce difficile à assumer, si Neolina avait le même besoin puissant de se coller toujours à lui ? Elle lui embrassa le dos avant de se détacher et il ne sut empêcher un grognement de mécontentement de s'échapper de ses lèvres en ne sentant plus sa douce présence contre son corps. Mais les mots de la jeune femme tournoyaient dans sa tête. Ils n'avaient pas à s'apprivoiser mais peut-être à s'apprendre, finalement. La relation d'amour n'a rien à voir avec la relation amicale, quand bien même cette dernière avait été teintée, plusieurs fois, de gestes d'amour. Razvan avait répondu présent pour elle lorsqu'elle avait décidé de divorcer contre les mœurs de leur pays. Neolina avait répondu présent lorsqu'il était devenu veuf, même si elle était partie, même s'il avait à l'époque, vécu cela comme un abandon terrible. Leur manie de se toucher en permanence, même lorsque de l'autre, ils ne connaissaient que le goût des lèvres, traduisait peut-être ce qu'ils n'acceptaient pas au fond d'eux. Peut-être qu'ils étaient passés... « comment on a tenu 20 ans ! » à côté de vingt ans. Sa roumaine traduisit à la perfection le sens de sa pensée et il éteignit le gaz pour sortir l'omelette et la poser dans une assiette. Fumante, il s'en détourna pour regarder Neo de son regard profond. Razvan s'approcha d'elle, fit glisser ses mains sur ses cuisses avant de les nicher sur ses hanches. Incapable de se tenir loin d'elle, non ? « Ca a toujours été toi » avoua-t-il d'un trait de parole, se surprenant lui-même, « depuis ce placard, même avant ». Même avant, oui, au final. Ce n'était pas un aveu qu'il donnait sous l'impulsion de ses hormones. Le regard plongé dans celui noisette de son amante, une de ses mains saisit l'une de celles de Neo pour la porter à sa bouche et l'embrasser tendrement. Il finit par se décoller d'elle pour couper leur repas, le mit dans une assiette accompagnée d'une fourchette pour la tendre à Neolina : « Et bon appétit ». L'art et la manière de changer de sujet, voyez...


(765)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyJeu 21 Jan 2021 - 19:24

Effectivement, tout habit semblait bien superflu quand on savait à quelle vitesse ils se les enlevaient. Et effectivement, Razvan était bel et bien intrigué par toute notion de vêtement quand il s’agissait d’elle. Riant doucement, Neo se mordit la lèvre pour éviter d’aller lui arracher un baiser de plus alors qu’il était occupé et qu’il fallait man-ger. C’était que la moindre phrase qui sortait de sa bouche, après celles si blessantes du passé, semblait désormais la rendre incapable de lutter contre ses désirs. « Tu ne voudrais tout de même pas me retirer le plaisir de te déshabiller ? » L’attente, le plaisir de redécouvrir encore, et encore, son corps, tout ça faisait partie de cette excitation enivrante qui l’envahissait depuis qu’elle avait scellé ce baiser, là, sur le seuil de sa porte. Être nue ne la dérangeait pas, loin de là, mais cacher à sa vue certains atouts pour qu’il en ressente un léger manque était aussi une certaine stratégie, peut-être à demi-inconsciente - quoique ses postures ne l’étaient pas vraiment. « Ose-me dire que cette chemise me va moins bien qu’à toi. » lui susurra-t’elle à l’oreille avant de se glisser derrière lui. Oh, Neo n’était pas vantarde pour deux noises… Mais elle aimait sentir le tissu imprégné de son odeur sur sa peau, comme elle aimait sentir son regard glisser et essayer de deviner ce qui se cachait dessous.

20 ans donc, entre leur tout premier baiser et les milles autres qu’ils s’étaient échangés rien qu’aujourd’hui. 20 années que Neo ne voulait pas voir dans le prisme du regret. Peut-être que le chemin parcouru depuis avait été nécessaire et qu’à l’époque, ils n’étaient pas prêts, voilà tout. Il y avait Mara, déjà, et si leurs deux coeurs à l’époque avait été libres, alors peut-être, oui peut-être… Mais on ne refaisait pas le passé, jamais, même avec toute la meilleure volonté du monde. Neo avait été heureuse en mariage, Razvan aussi et malgré les deux fins tragiques - l’une plus que l’autre - de leurs relations, ça avait été important pour eux. Ils avaient été amoureux d’autres avant, c’était ainsi et peut-être était-ce cet apprentissage qui les avait menés là où ils étaient aujourd’hui. Et un peu tragiquement, Neo se disait que c’était peut-être pour le mieux. Au moins Razvan avait-il une enfant, enfant qu’elle n’aurait pu et ne pourrait jamais lui donner. Et au moins Neo avait-elle un peu exploré le monde avant de se rendre compte que là où elle voulait être, c’était à ses côtés.

Perdue dans ce genre de pensées qui la rendaient un peu nostalgique sans entacher son moral pour autant, Neo n’avait pas remarqué que Razvan en avait fini de sa corvée . Corvée, oui, car elle aimait cuisiner mais là franchement, elle aurait aimé que cela puisse se faire plus vite, pour se concentrer sur l’essentiel - lui. Et ce fut un aveu bien inattendu, qui venait contrecarrer tout son cheminement de pensées, qui la ramena dans le présent. Surprise, émue, chamboulée par tant d’émotions en même temps, Neo ne trouva absolument rien à répondre sur le moment alors qu’il lui embrassait tendrement la main. Tout pouvait se lire dans ses yeux, mais sa bouche se taisait alors qu’elle réalisait avec une pointe de peine au coeur qu’elle ne pouvait pas lui retourner une telle réponse. Ça aurait été mentir, ça aurait été nier l’importance d’Andrea dans sa vie, ça aurait été cruel, même envers elle. Elle était bouleversée, réalisant que si à l’époque elle avait eu le cran qu’elle avait eu maintenant, alors peut-être… Non. Mais déjà, Razvan changeait de sujet, sans doute était-ce mieux d’ailleurs, et il n’y avait rien d’autre à faire que se taire, et manger. « Attends… » Sans bien regarder ce qu’elle faisait, elle déposa l’assiette derrière elle, dans un équilibre semi-certain, alors qu’elle avait les yeux tout tournés vers lui. Elle n’avait pas répondu, et ça n’était pas juste pour lui, même si elle se doutait qu’il n’attendait rien de sa part. « Ça sera toujours toi… » lui dit-elle finalement après un long échange de regards, posant sa main sur sa joue bien mal rasée qu’elle caressa de son pouce, à la commissure de ses lèvres qu’elle embrassa. C’était une forme de promesse et comme toujours, alors qu’il lui parlait du passé, elle parlait du futur. De leur futur. Neo n’était pas naïve, loin de là. Elle savait qu’il était impossible de prévoir ce qui allait se passer, et que faire pareille promesse était sûrement une erreur mais elle savait aussi qu’à partir d’aujourd’hui, quels que soient les obstacles que la vie mettraient sur leur chemin, elle n’oublierait jamais ce qu’elle ressentait là, maintenant, avec une telle intensité, au coeur de ce si tendre et fougueux baiser. Alors oui, ça serait toujours lui, et elle se battrait pour ça.

Finalement, elle parvint à mettre fin à ce baiser qui était plus qu’un appel à réveiller leurs corps, mais plutôt une prolongation silencieuse de sa déclaration. « Décidément, tes mains, tes mots… On dirait que tu essayes de nous détourner de notre objectif premier. » Elle reprit l’assiette, piqua un bout d’omelette qu’elle brandit devant elle pour qu’il l’attrape. « Occupe donc cette bouche avec autre chose que des baisers va. » Elle sourit, une étincelle de malice douce dans le regard. « Qu’on ait assez de forces pour s’en faire plein d’autres après. »
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 EmptyJeu 21 Jan 2021 - 21:03

Le plaisir de déshabiller l'autre était largement présent. Ils l'avaient peut-être sous-estimé, comme ils avaient sous-estimé le désir qu'ils ressentaient envers l'autre. Razvan avait l'impression qu'il ne voudrait plus jamais sortir de cet appartement sans elle, alors qu'il lui faudrait bien rentrer chez elle. Il faudrait bien qu'ils se séparent. Et il craignait de se retrouver seul avec ses pensées, là où les hormones n'auraient plus d'empire sur lui et où sa conscience pourrait se laisser aller à lui souffler combien il était stupide, combien aussi, il la mettait en danger. Il n'était pas égoïste, Razvan. Mais là, ciel, il avait envie de l'être, il avait besoin d'être égoïste. Foutue conscience, foutue vie qu'il menait. Foutu passé aussi - mais bon, ça, il ne fallait peut-être pas en parler. « J'aime te voir lutter avec mon pantalon » lui dit-il d'un ton taquin, « je devrais peut-être le remettre, pour te voir te débattre avec ». Neo avait bien du mal toujours à le lui retirer et c'était avec un certain plaisir qu'il le retirait généralement lui-même. Et puis, avec un pantalon sur lui, il cacherait au moins ses jambes et ses fesses, les soustrayant à sa vue qui se promenait largement dessus, il l'avait bien vu. Sauf que ce serait sans doute à charge de revanche et la chemise qu'elle lui avait fauché lui allait mieux que n'importe quel vêtement qu'elle pourrait un jour enfiler. « Tu peux la garder si tu veux » lui dit-il d'un ton tranquille. Il se damnerait pour la voir toujours enroulée dans une chemise à lui, avec rien en dessous.

Ces bien peu chastes pensées, Razvan ne les avait pas toujours eu. Malgré les regrets, malgré son regard qui s'égarait sur leur passé, sur leurs actes manqués. Ce n'était pas question de dire qu'il regrettait la vie qu'il avait eu. Le roumain avait eu un mariage heureux, une jolie petite fille. Mais quelle fin tragique pour tout ce beau monde. Une épouse six pieds sous terre dont il ne pouvait même pas visiter la tombe, une petite fille enfermée chez ses grands-parents, loin, en Roumanie. Et lui. Oh lui connaissait peut-être le sort le plus terrible - car après tout, quand on est mort, on a plus de problèmes, n'est-ce pas ? Razvan devait vivre avec le fantôme de sa morte, avec le spectre de sa fille qu'il ne pouvait élever, et avec les souvenirs glaçants de tous ces gens qu'il tuait. Alors oui, il y avait une part de regret, de se dire que peut-être, avec Neolina, rien ne se serait passé comme ça. Ils n'auraient sans doute pas d'enfants, mais c'était presque comme s'il n'en avait pas, lui qui ne voyait pas la sienne. Pire, lui qui avait une enfant qui le détestait tous les jours un peu plus parce qu'elle ne le voyait pas. Il ne savait pas quel impact son enfance aurait sur elle, mais il s'en voulait de ce qu'il créait malgré lui, parce qu'il n'avait pas le choix. Alors, comment ne pas se rêver à une vie meilleure ?

Le roumain n'attendait d'elle aucune réponse, aucune déclaration miroir. C'eut été retourner la baguette dans la plaie, peut-être que c'était ce qu'il faisait aussi sans le vouloir. Mais l'aveu avait franchi la barrière de ses lèvres sans qu'il ne puisse l'en empêcher. Se détourner d'elle finalement, avait été sa voie de secours. Ne pas affronter encore son regard, ni ses regrets, ni son malaise...? Il ne voulait pas la mettre mal-à-l'aise, la forcer à lui dire des mots qu'elle ne pensait pas. Mais ce serait mal connaître Neolina que de penser qu'elle ferait ça. Non, les mots qu'elle lui dit avaient un fond de promesse qui glissait agréablement dans ses oreilles. Sans le vouloir, probablement, la trentenaire apaisait ses doutes, rassurait ses craintes. Il avait besoin de ces mots plus que d'un aveu miroir. La main sur sa joue mal rasée lui fit fermer les yeux alors qu'elle lui volait ses lèvres comme pour assermenter ce qu'elle venait de lui dire. Razvan se laissa simplement faire, levant juste sa main pour caresser celle qui s'était perdue sur sa joue. Ce foutu besoin de proximité, toujours. Toujours. Toujours. Neolina eut plus de volonté que lui pour couper leur échange. Sa résignation n'avait d'égal que la volonté de Neo. La sorcière brandit sa fourchette devant lui et il vînt se saisir du morceau avec les dents : « Comme si tu n'aimais pas que je l'occupe à autre chose » lui dit-il après avoir avalé la part qu'elle lui avait donnée. Il se détourna pour prendre sa propre assiette et s'appuya contre le plan de travail, juste en face d'elle qui était toujours perchée sur la table, dans sa petite chemise, les pieds ne touchant pas le sol. Il s'écoula quelques minutes pendant lesquelles ils ne dirent rien, mangèrent à leur faim. Razvan ne pensait pas avoir autant besoin de manger mais les quelques vingt-quatre heures sans se sustenter, accompagnées de pas moins de trois séances sportives avec Neolina l'avaient tué. Il engloutit bien vite ce qu'il avait dans l'assiette, regretta de ne pas avoir plus d'oeufs pour en refaire une. Sans aller chercher sa baguette, il entreprit simplement de laver à la main les quelques ustensiles qu'ils avaient utilisés pour cuisiner. « Tu sais, je pense que ce serait une bonne idée que nous nous douchions » fit-il d'une voix prétendument innocente, alors que dos à elle, elle ne pouvait voir son sourire, « ne serait-ce que parce qu'on a fini par terre ». Sans parler de leurs peaux rendues collantes par la transpiration, parce qu'ils avaient transpiré, et pas qu'un peu. Il reposa sur le plan de travail les ustensiles mouillés, avant de regarder Neolina finir son assiette. « Je vais y aller en premier » la provoqua-t-il ouvertement en souriant d'un air satisfait, « que tu puisses finir de manger ». Elle avait presque fini en réalité. Il lui claqua un baiser sur la joue avant de la dépasser pour disparaître dans le couloir, content comme tout.


(1005)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Enfin, le début w/Razvan Enfin, le début w/Razvan - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Enfin, le début w/Razvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-