GRYFFONDOR : 20 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 58 pt | SERPENTARD : 2 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment :
NIKE : -20% supplémentaires sur les articles ...
Voir le deal
Le Deal du moment : -26%
Arbre à chat Joe – 40x40x114cm
Voir le deal
19.99 €

Partagez

"Comment elle va ?" *hurlement strident* "elle va bien" (Orion Greengrass)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Marius Draven

Marius Draven


CRACMOL
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

CRACMOLCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 122
| AVATARS / CRÉDITS : Pierce Brosnan
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

"Comment elle va ?" *hurlement strident* "elle va bien" (Orion Greengrass) Empty
MessageSujet: "Comment elle va ?" *hurlement strident* "elle va bien" (Orion Greengrass) "Comment elle va ?" *hurlement strident* "elle va bien" (Orion Greengrass) EmptyMar 9 Fév 2021 - 20:56

Note HJ:
 

Dimanche 4 Février 1979, Appartement de Soyle Hoover

Une fois n'est pas coutume, Marius ne travaillait pas dans son bureau mais chez sa nièce. Avec la date de l'accouchement qui s'approchait, Soyle lui avait demandé de rester avec elle et l'esprit organisé de l'ancien légionnaire n'avait pas pu refuser. Les deux avaient stressés rien qu'à l'idée que la jeune femme aurait du attendre que son oncle arrive puis qu'il l'emmène et ils avaient préféré qu'il travaille dans le petit salon de la rouquine « juste au cas où ». Celle-là même qui chantonnait sur un fauteuil en tricotant un pull pour le polichinelle à venir, elle affichait un petit sourire vague tout en concentrant sur son ouvrage.
Pour le vieux cracmol, quitter son grand bureau organisé pour une organisation temporaire sur une petite table basse était compliqué et passablement énervant mais il avait trouvé une parade. Quatre elfes de maisons était en permanence affecté à cette gestion de crise, deux au pub pour chercher et remettre en ordre les documents, un pour les livrer et un entièrement affecté à renseigner son employeur sur les cours de la MagicoBourse, le crac de leur téléportation rythmant les journées depuis la fin janvier. Pour la gestion du pub, René s'en occupait et pour les autres affaires, Marius se contentait de retourner le soir au pub pour les gérer. Même dans une situation exceptionnelle comme celle-ci, le parrain de la pègre compartimentait sa vie et refusait que ses trafics et histoire de mafia rentre chez sa nièce. A vrai dire, la seule chose avec laquelle il avait beaucoup de mal était une habitude tellement ancré en lui qu'elle était devenue mécanique et irréfléchi, il n'y avait jamais réellement pensé avant de s'en retrouver privé. D'habitude il se mettait toujours au travail avec un verre d'alcool (différent selon ses fantaisies) et un cigare, autant Soyle lui avait remplacé le premier par de l'eau ou un thé (qu'elle lui faisait très fort à sa demande) et cela marchait plus ou moins ; Autant ne pas pouvoir fumer à sa guise en réfléchissant avait une forte tendance à le rendre tendu, plus que d'habitude. Le goût du cigare et l'odeur l'aidait à réfléchir et favorisait sa concentration, ou en tout cas sans il avait l'impression d'avoir du mal à se concentrer sur ce qu'il lisait. La seule parade est qu'il fumait lors de ses réunions secrètes le soir, ça ne changeait pas la situation la journée mais la parade fonctionnait à peu près.

Soyle le sortit de son travail en lui demandant s'il voulait faire une pause thé avec elle, le vieux cracmol accepta avec plaisir. Sa nièce disparut dans la cuisine pendant que Marius posait ses parchemins et se frottait les yeux. Soudain, un cri puis Soyle l'appela. Il fit tomber les papiers et bondit dans la cuisine avant qu'elle n'ait pu finir son nom. Elle le regarda d'un air effrayée et lui dit une courte phrase, inutile car il avait déjà compris mais qui mirent un mot sur la situation :

- Marius, Marius...je crois que ça commence...
- Ok, reste là, je m'occupe de tout, répondit son oncle après avoir marqué une pause.

Il retourna dans le salon et appela son elfe de maison qui apparut dans un craquement sonore. Tout en mettant son manteau et son chapeau, il lui ordonna d'aller chercher la valise et les deux sacs que Soyle avait déjà préparé depuis presque une semaine. Lui-même prit le manteau, le bonnet, l'écharpe et les gants de sa nièce et les lui donna. Se souvenant de Morticia, Marius pensa à porter Soyle jusqu'à la voiture mais se rappela avant de commencer son geste du vertige de la jeune maman et à la place la prit sous les épaules alors qu'elle s'accrochait à lui comme si sa vie en dépendait (ce qui n'était pas loin d'être vrai d'ailleurs). L'elfe de maison revint en transplanant et demanda ce qu'il pouvait faire, Soyle lui répondit d'envoyer les lettres qui était sur la table de la cuisine pour qu'Orion, Amelia et Yelena soit au courant que le travail avait commencé, Marius lui dit d'aller prévenir Sainte-Mangouste. La descente des escaliers parut horriblement longue à Marius qui ne supportait pas de voir la fille de son ancien frère d'armes souffrir et avoir du mal à descendre ses escaliers qu'elle descendait et montait si rapidement d'habitude.  Il garda toutefois ses peurs en lui et affichait un air calme mais résolu, presque bonhomme quant il tentait de la faire sourire par quelques blagues idiotes et passablement vaseuses. L'habitude de cacher le stress et les réflexes avait pris le dessus pour que Soyle panique le moins possible. Finalement il put la monter et l'installer le plus confortablement possible à l'arrière de sa voiture et partit pour Sainte-Mangouste. Durant le chemin, il ne cessait de lui parler pour la rassurer et répondait à la peur de la jeune mère par un calme qu'il voulait olympien et rassurant

Il arriva aux urgences où déjà medicomages et infirmières attendaient dehors avec l'elfe de maison. Soyle fut immédiatement prise en charge et Marius la vit pâlir quand on l'emmena immédiatement en salle d'accouchement. Il resta à ses côtés durant tout le trajet, se laissant broyer les os de la main sans rien dire et pensant que décidément la petite avait de la force à revendre, et ne la laissa que devant la porte de la salle. Le vieux cracmol resta quelques secondes comme un idiot devant, puis comprenant qu'il avait fait son maximum les habitudes de soldat revinrent et il se dirigea vers la salle d'attente plus loin. Il commanda un thé à la grosse sorcière aux cheveux rouges peroxydées qui tenait le café au milieu et prit plusieurs journaux. La fin de journée allait s'éterniser et la soirée promettait d'être longue, il s'assit et ouvrit le Financial Prophet tout en buvant une gorgée de thé...
Revenir en haut Aller en bas
Pr Orion Greengrass

Pr Orion Greengrass


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 123
| AVATARS / CRÉDITS : Chris Hemsworth - Bazzart
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec la maladie de son père
| PATRONUS : Un raton-laveur
| POINTS DE COMPÉTENCE :

"Comment elle va ?" *hurlement strident* "elle va bien" (Orion Greengrass) Empty
MessageSujet: Re: "Comment elle va ?" *hurlement strident* "elle va bien" (Orion Greengrass) "Comment elle va ?" *hurlement strident* "elle va bien" (Orion Greengrass) EmptyJeu 11 Fév 2021 - 10:58

Depuis quelques semaines, Orion était constamment chez Soyle Hoover pour l’aider à mener à bien sa grossesse. En effet, ce n’était au départ pas à lui de le faire, mais bien au père du bébé. Père qui avait déserté après la mort de sa petite sœur. Petite sœur dont Orion était en train s’éprendre petit à petit. Oui, c’était clairement le genre d’histoire compliquée et longue, avec plein de détails croustillants, qui était un enfer à raconter. En bref, on pouvait résumé par : Orion se retrouvait à prendre la place de son ami John qui avait préféré fuir face à la douleur en laissant femme et enfant derrière lui. Le blond était-il en colère contre son déserteur d’ami ? Oh que oui, vous n’imaginiez pas à quel point. Comment avait-il pu laisser Soyle seule, enceinte et angoissée ? C’était inimaginable pour Orion qui avait un sens de l’honneur et de la loyauté visiblement bien plus fort que celui de Dawlish. Le professeur Greengrass avait toujours été très attaché à sa collègue et surtout amie Soyle, alors c’était tout naturellement qu’il avait décidé d’être aux côtés de la rousse dans cette période qui pouvait s’avérer compliqué et très stressante pour une future maman.
Ce jour-là, un dimanche donc, Orion était à Poudlard pour surveiller les élèves. C’était son tour de garde, ce week-end. Magnus était entre de bonnes mains, une infirmière étant chez lui pour s’occuper du vieil homme sénile. Le professeur d’arithmancie avait donc l’esprit tranquille, même s’il gardait dans un coin de sa tête que l’accouchement approchait à grand pas, Soyle étant quasiment à terme. Le jeune s’était renseigné pas mal à ce propos ces derniers temps : il avait lu des livres sur cette étape délicate qu’était l’expulsion du mini humain d’entre les jambes de la mère. Premièrement, c’était absolument dégoûtant. Deuxièmement, c’était dangereux : des femmes en mourraient. Évidemment, il n’avait pas parlé de ça à la principale intéressée, mais Orion s’inquiétait beaucoup pour elle…
Alors qu’il était en train de faire sa ronde vers le terrain de quidditch, un hibou fonça sur Orion d’un air pressé. Le blondinet lut le courrier que Soyle venait de lui envoyer et se mit à courir vers la salle principale, là où Miss Pomfresh, qui était de garde ce week-end aussi était postée. « POMPOM ! » cria-t-il en arrivant près d’elle, parlant fort et d’un ton angoissé. « Je dois y aller… Soyle… Elle… Le bébé… Il… » bégaya-t-il en montrant le courrier. L’infirmière hocha la tête et lui dit de se dépêcher pour rejoindre l’ancienne professeur, s’amusant de voir un grand gaillard comme ça perdre tous ses moyens pour si peu.
Ni une ni deux, Orion enfourcha son balai et fila à la vitesse de l’éclair jusqu’à Sainte-Mangouste pour retrouver Soyle. Arrivé aux urgences, Orion criait dans tous les coins pour savoir où était la rousse enceinte qui devait sortir son bébé de là – oui oui, c’étaient les mots qu’il avait employé – avant de remarquer la présence particulièrement calme et sereine de Marius, l’homme que son amie rousse considérait comme son père et qu’elle lui avait fait rencontrer très peu de temps avant. « Marius ! » s’écria-t-il en s’approchant de lui. « Où est Soyle ? Comment elle va ? Est-ce que le bébé est déjà là ? Est-ce qu’elle a dégonflé ? Le col, comment il est ? » demanda-t-il, posant ses questions bien trop rapidement pour que ce soit réellement compréhensible. Le pauvre, il était mort d’inquiétude, pris par le stress…
Revenir en haut Aller en bas

"Comment elle va ?" *hurlement strident* "elle va bien" (Orion Greengrass)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres :: 
L'hôpital Ste Mangouste
-