GRYFFONDOR : 20 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 58 pt | SERPENTARD : 2 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !

Partagez

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 162
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyMer 17 Fév 2021 - 14:40

Ça n’allait pas. Ça non. C’était que la vie de Lachlan, en règle générale, n’était pas tellement une suite de réjouissances alors en vrai, il avait un peu l’habitude d’être malheureux. C’était une sorte de tristesse diffuse, comme une vieille copine qu’on se trimballe avec soi sans même plus le réaliser vraiment. Et puis la colère prenait tellement de place, en plus. Mais là, ça l’avait assommé comme un Stupéfix en pleine gueule. Ses choix de vie étaient merdiques à souhait, et blâmer son accident n’arrivait plus à masquer la vérité. Il aurait pu faire autrement. Il aurait pu retourner chez les cinglés, signer un truc pour être camisolé à jamais et attendre la mort par ennui dans une cellule capitonnée. C’était un plan correct, une sorte d’acte de bravoure. Mais non. Ce foutu besoin vital d’être libre, enfin de prétendre l’être parce qu’avec l’emprise des sales tatoués sur lui, hein… La liberté, c’était une notion qu’il ne connaissait plus bien.

Ce fameux soir, après Sainte-Mangouste, Lachlan avait connu un pic de colère bien différent de d’habitude. Il n’en voulait pas au monde entier, non. Il s’en voulait à lui, juste lui, parce que sa lâcheté lui était apparue plus clairement que jamais. Mais se cogner soi-même, il ne pouvait pas. Il n’était même pas assez courageux pour ça. Alors il était allé au club dans l’espoir de pouvoir évacuer la rage toute intérieure qu’il ressentait. Et il s’était pris la peignée de sa vie. Déjà, parce qu’il avait oublié qu’il était dans un corps emprunté, un corps trop grand, moins nerveux, différent. Et puis aussi parce qu’au fond, c’était ce qu’il voulait. Qu’on lui fasse mal, qu’on le dégomme. Une chance - ou pas - que ses traits tuméfiés n’avaient pas été les siens car sinon, pas de doute qu’on l’aurait fini jusque’à ce qu’il ne se relève pas, ou presque. Ça aurait sans doute été mieux comme ça.

Les jours étaient passés et Lachlan était redevenu lui-même, enfin… Pouvait-il encore dire ça, alors que son ancien lui était mort il y avait de ça si longtemps ? Les marques de son passage à tabac étaient restées longtemps, bonne excuse pour croiser encore moins son reflet. Se soigner, pourquoi faire ? On expliquait ça comment à un médicomage, hein ? Le temps que les bleus s’estompent, que l’arcade se referme, qu’une de ses dents ne repousse sous l’effet d’une potion qu’il était quand même allé acheter, Lachlan était resté en ermite dans son chalet, refusant de bosser, refusant de vivre en fait. Errant comme une âme de peine, s’intoxiquant la tronche à coup de clopes et s’empoisonnant le sang avec du whisky bon marché. Est-ce qu’elle allait bien au moins ? Comment il aurait pu le savoir, hein ? C’était sa faute à lui, sa faute si elle ne dormait peut-être plus parce qu’elle avait perdu un bout de sa précieuse innocence. Certes, il n’avait pas joué les alchimistes, ni distribué la mort ce soir-là mais… Il aurait pu éviter ça. Il aurait pu changer le cours des choses, épargner quelques vies mais au lieu de ça, il obéissait. Et ça le répugnait tellement qu’il avait éclaté tous les miroirs à s’en faire saigner les poings.

Il lui fallut un peu de temps pour prendre la décision, mais elle était claire, nette, précise. Ana et lui, c’était fini. Rien n’avait commencé hein, c’était même débile de penser ça, mais il allait sortir à jamais de sa vie. Si elle avait encore le courage de pointer sa petite bouille dans le monde sorcier, ce qui aurait été d’une débilité toute lachlanienne d’ailleurs, alors il l’ignorerait. La repousserait. Comme il faisait avant, ça n’avait rien de compliqué. Mais il ne pouvait pas, ne voulait pas la mettre en danger parce que oui, c’était ce qui arriverait. Ce soir-là, ça aurait pu être un autre hein, bien sûr, ça n’aurait rien changé. Mais ça avait été lui. Et ça, ça changeait tout.

Finalement, la vie avait dû reprendre son cours. Et puis, le vieux Mackenzie avait besoin d’aide et quitte à être une raclure, autant essayer d’être gentil avec deux, trois personnes quand même. Pas que ça allait équilibrer le karma, mais bon. Au moins, son travail donnait un bout de sens à sa vie. Mais il avait peine, Lachlan, à se sentir concerné, à conseiller même alors qu’il avait l’esprit accaparé par ses sombres pensées. Il n’aimait pas penser, bon sang ! Et ça tournait, ça tournait, à le rendre fou. Comme cette foutue clochette, qui lui faisait lever la tête façon suricate chaque fois, alors qu’il espérait… Il espérait quoi, hein ? Débile va. Alors un midi, il était sorti dans le froid pour marcher un peu, chercher un truc à manger, peu importait. Tête baissée comme un chien errant, il marchait sans but, sans rien, quitte à aller traîner ses guêtres dans le monde moldu ou quoi, rien à foutre. Il y eut un bruit, un truc bête genre, coup de pied dans une poubelle, mais l’instinct animal qui se cachait en lui s’éveilla, et il leva les yeux vers ce qui devait être un coup du destin. Là-bas, sur la place en face, une silhouette connue. Très connue.

D’abord, le soulagement. Elle va bien, putain. Merci. Et puis, le doute. T’inventes Lachlan, y’a aucune chance que ça soit vraiment elle. C'est vrai, parfois, il la voyait où elle n'était pas. Et enfin, la réalisation. C’est fini t’as dit, ok ? Laisse-la tranquille. Et puis, comme toujours… Sa tête pensait un truc, et son corps faisait l’inverse. Traversant tout à coup, Lachlan manqua de se faire renverser par une bagnole, levant bien haut son majeur sans regarder le conducteur qui klaxonna comme un furieux. Ça fit se retourner la moldue, enfin, la seule moldue qui lui importait. « Hé, Ana ! » dit-il comme un con alors qu’il était maintenant planté devant elle. Un ange passa - clairement un pote d’Ana, et pas de Lachlan, hein. Sa main se logea dans sa nuque, et il lui adressa un sourire étrange. Des plombes qu’ils ne s’étaient pas vus, en fait. Enfin, c’était ce qu’elle devait croire, évidemment. « Ça fait longtemps que vous avez pas fait sonner la clochette. Vous allez bien ? » Il y avait, dans cette question, une sollicitude qu’il n’avait pour personne. Pas même lui. Sa main eut envie d’aller sur sa joue, mais il la cala dans sa poche pour éviter pareille connerie. Et puis quoi encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyMer 17 Fév 2021 - 19:09

La nouvelle année s'était faite remarquer, c'était le moins que l'on puisse dire. Anastasia, en ce mois de février, était toujours un peu sous le choc de ce qui s'était passé à la galerie. Oh, elle savait la guerre qui faisait rage dans le monde des sorciers, elle savait que c'était dangereux pour elle de fréquenter les Allées sorcières. Plus que jamais, elle en avait pris conscience. Elle aurait préféré ne pas voir des gens s'effondrer, hurler dans une galerie d'art pour l'intégrer. Le hurlement déchirant de cette femme lui vrillait encore les tympans et la faisait se réveiller tard le soir, alors que seule dans son lit, elle tenait entre ses maigres bras l'oreiller qui lui servait à dormir. Aussi avait-elle eu la bonne idée d'éviter de trop y retourner. Elle ne passait sur le Chemin de Traverse qu'en coup de vent, en regardant constamment par dessus son épaule, armée de son ridicule spray au poivre acheté tout exprès. Comme si ça changerait quoique ce soit... Il était donc plus fréquent de la voir dans les rues moldues, quand bien même elle n'était pas stupide : les rues moldues pouvaient tout autant être visées que les rues sorcières. Mais elle n'aurait pas l'impression d'être la seule impuissante puisqu'ils seraient tous des victimes. Maigre consolation.

Elle entendit une voiture piler derrière elle et elle s'arrêta, sous la surprise, mais aussi parce que tristement, elle était constamment sur le qui-vive. Au moindre bruit suspect, la petite souris qu'elle était sursautait, comme victime d'un stress post-traumatique. C'était un peu ce qu'elle vivait, finalement. Sans être victime, elle avait été témoin, une membre du Ministère était même venue pour lui effacer la mémoire, elle s'en souvenait très bien ! A la grande surprise de la galloise se trouvait pourtant là un visage connu, visage qui auparavant, faisait tout pour l'éviter, mais plus trop maintenant. Il était venu la trouver au Pays de Galles pour lui faire découvrir les merveilleuses sensations de vol qu'il affectionnait tant. Maintenant, le voilà qui l'appelait en pleine rue. Le visage de la jeune femme se fendit d'un sourire bienheureux. Elle était soulagée de voir que ce n'était pas un de ces mangemorts qui se pointait mais bien le vendeur de la boutique de Quidditch : « Oh Lachlan » répondit-elle en s'arrêtant pour qu'il la rattrape. Elle nota - faisant preuve pour une fois de perspicacité, bravo Ana - qu'il se touchait le cou comme particulièrement mal-à-l'aise. Elle ne voyait pas trop pourquoi il l'était. Un sourire un peu fade apparu sur les lèvres de la thésarde : « Je ne veux pas vous déranger inutilement » expliqua-t-elle ce qui n'était pas complètement faux, « vous devez avoir beaucoup de travail en ce moment ». La Ligue de Quidditch entrait dans sa phase d'accélération de la cadence et il fallait bien venir acheter ses tickets ou ses accessoires pour supporter comme il le fallait son équipe préférée. « Mais ça va. Et vous ? Vous avez l'air bien fatigué ». Anastasia avait de suite noté cette étrange expression sur le visage de l'homme sans réellement savoir l'identifier. Alors, elle attribuait ça à de la fatigue, sans doute que ce ne devait pas être facile tous les jours de voir des clients se pointer devant lui avec leurs meilleurs caprices. « Si je m'attendais à vous croiser ici en tout cas ! » fit-elle sans cesser de sourire, « vous cherchez un endroit où manger ? Je connais une sandwicherie très bonne pas bien loin ! ». Comme s'il avait de l'argent moldu. Idiote.


(595)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 162
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyMer 17 Fév 2021 - 22:06

Mais quelle mauvaise idée. Quelle putain de mauvaise idée. Ça aurait pu être le titre de ses mémoires, tiens. Il fallait dire que question jugeote, il avait été un peu mal loti. Que des choix discutables, à commencer par celui d’éclater la tête de son remplaçant, à l’époque. D’insulter le juge au tribunal. De sortir de ce foutu asile pour essayer de retrouver un semblant de vie. Ah, elle était belle sa vie, hein ? Les coups, les remords, le sang, la torture, les sales remarques, et on recommence. La ritournelle était cruelle, même pour quelqu’un comme lui. Qu’on l’achève, bordel ! À chaque fois qu’il allait chez un des masqués là, il avait un espèce d’espoir bête que cette fois, c’était la bonne. Qu’on allait abréger ses souffrances, comme un sombral qui boitait. Mais non. Encore et toujours la peine, la douleur, tout le temps, dans son crâne, dans ses tempes. Dans son coeur.

Et là franchement, mais c’était quoi le plan ? À part soulager un tout petit peu sa conscience en voyant qu’elle allait bien, ça rimait à quoi ? Il ne pouvait pas, ça non. Il ne pouvait pas continuer à être près d’elle. Exclu, interdit, passe à autre chose mon vieux ! Mais voilà, déjà à Poudlard, même avant, les interdits, il s’en foutait. Il avait beau savoir les risques, il ne pouvait pas s’empêcher de jouer avec l’Incendio, tout le temps. Parce que ça le concernait, lui et lui seul. Mais là, c’était pas pareil. Là, c’était pas que sa vie que ça impactait. Depuis longtemps déjà hein, mais les anonymes, ça allait encore. Ce n’était que des visages, pas des noms. Pas des sourires comme celui-là. Non mais il fallait la voir, avec sa douceur là, ses grands yeux de biche jolie, son ton comme une caresse alors que merde, merde ! La dernière fois, il l’avait laissée dans un brancard et avait fui. Fuir, c’était ça qu’il fallait. Et c’était d’autant plus terrible d’être revenu la voir avant de la rayer de sa vie. Revoir ces yeux là, une dernière fois. Son coeur s’en remettrait, hein. Comme il avait fait avec Helena. Toute façon, les gens comme lui, ça vivait seul. Ca survivait. C’était le prix à payer.

Elle était si gentille, par Godric. Si gentille que c’en était presque douloureux. Elle ne voulait pas le déranger ? C’était tout le contraire, en vrai, parce qu’elle squattait sa tête comme une invitée qu’on avait laissé entrer une fois, et qui refusait de foutre le camp. Sa tête, elle n’avait pas de porte, pas de verrou, rien. D’habitude, c’était même comme un quai de gare, les pensées passaient et puis, sitôt venues qu’elles repartaient. Mais Ana restait, sur un petit banc, dans le froid, et Lachlan n’avait pas la force de l’en déloger. Qu’elle prenne le prochain train, ça irait mieux. « Moi ? Je… » Je quoi Lachlan ? Je quoi ? Je m’en veux de vous avoir fait défaillir l’autre jour, parce que mes copains ont glissé des trucs dans des verres ? « J’dors pas super, mais bon. » Il fallait qu’il arrête de causer, parce qu’il n’avait jamais été bon niveau mensonge, le Lachlan. Déjà à l’époque des interviews, sa franchise en avait désarçonné plus d’un. Mais là, c’était un coup à déclencher un infra… un infarc… une décharge dans le coeur, quoi.

À force de regarder les trains de ses pensées qui s’enchaînaient à toute vitesse, prêts à dérailler, Lachlan n’avait pas écouté la suite. Pas bien loin ? Pas bien loin quoi ? Retour à la dure réalité. L’écossais savait bien ce qu’il fallait faire. Il le savait, mais c’était compliqué. « Ça m’a fait plaisir de vous voir… »  Debout. Putain, de justesse à chaque fois, ça commençait vraiment à devenir tendu. Sa main alla se caler encore dans sa nuque alors qu’il affichait un air contri. Il se battait là Lachlan. Et contre lui-même. Sans doute le pire adversaire qu’il ait jamais affronté. D’un coup d’un seul, il se détourna d’elle, fit un pas, et s’arrêta avant de revenir. Est-ce qu’il avait l’air d’un dingue ? Disons que, vu que c’était ce qu’il était… « J’peux pas faire ça. J’ai pas l’droit. » Est-ce qu’il lui parlait à elle ? À lui ? À une espèce de force surnaturelle qui n’arrêtait pas de s’acharner sur sa pauvre vie déjà en lambeaux ? Rebelotte, demi-tour, dans l’impolitesse la plus absolue. C’était dur, mais ça faisait le travail.

Et puis, relevant la tête, Lachlan tomba sur un symbole. Un signe peut-être, il ne savait trop rien. L’un des gros lions noirs de Trafalgar Square semblait le zieuter, comme si c’était Godric lui-même qui le jugeait. Lâche. T’es qu’un lâche. Affronte, elle le mérite. Pas la vérité, ça non, ça pourrait la tuer mais au moins, elle méritait de savoir qu’elle y était pour rien. Ca lui rappelait une bien douloureuse conversation, mais après tout. Lâchant un soupir, Lachlan prit son courage à deux mains, revint vers elle enfin. Et rencontra ses yeux qu’il n’avait fait que fuir depuis leurs étranges retrouvailles. Ça lui coupa la chique sévère. Et dans son mouvement, malgré les milles avertissements, sa main trouva finalement la joue fraîche de la belle moldue. Et là, au milieu d’une rue, dans un monde qui n’était pas le sien, Lachlan l'embrassa.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyMer 17 Fév 2021 - 23:29

A dire vrai, Anastasia n'avait pas particulièrement prévu de suite tout à fait logique à sa relation avec Lachlan. Ce qui s'était passé entre eux, aussi bizarre soit-il, avait été évacué, en tout cas pensait-elle. Elle avait toujours ce petit pincement au cœur lorsqu'elle le voyait et souriait toujours un peu plus à ses regards. Elle espérait sa présence au tournant d'une ruelle sorcière, ou à la caisse d'un magasin. Elle n'avait pas trop l'occasion de le croiser souvent, il fallait dire. Alors il hantait quelques fois ses pensées, quand elle relevait pensivement la tête pour regarder par delà la vitre de la bibliothèque, au quatrième étage où il n'y avait personne pour la déranger. Elle se demandait souvent dans ces moments-là s'il était aussi dans les hauteurs, la tête dans les nuages. Quelques secondes de pensées à peine avant qu'elle ne remobilise son cerveau pour lire des pages et des pages d'ouvrages sur l'Histoire du Pays de Galles. Et le soir venu, rebelote, elle se demandait un peu malgré elle ce qu'il faisait. La réponse ne lui aurait sans doute pas vraiment plu. Alors oui, elle s'enquérait de son état, le Chemin de Traverse n'était guère plus un endroit très sûr désormais, il devrait être bien prudent. Apprendre qu'il dormait mal lui fit de la peine et si elle avait écouté son instinct premier, Ana aurait naturellement posé sa main douce sur son bras. Mais elle ne le fit pas, comme pour ne pas le gêner, il avait l'air de l'être. Pourquoi ? Avait-il quelque chose à lui dire ? Quoiqu'il en soit, elle n'insista pas, parce que les gens n'aimaient souvent pas qu'on insiste et s'ils n'en parlaient pas d'eux-même c'est qu'ils n'étaient pas prêts à le faire. L'ancien attrapeur ne répondit pas à son invitation mais la galloise ne s'en offusqua pas pour trois sous. C'était Lachlan.

D'ailleurs, c'était tellement un phénomène, Lachlan, qu'il eut une attitude bien inattendue, entre la phrase coupée qu'il ne finit pas, puis l'allez-retour qu'elle ne compris pas, sans parler de ses paroles qui s'adressaient peut-être à elle, peut-être à lui, peut-être aux deux. Perplexe, Anastasia le détaillait, sans l'interrompre, lèvres pincées parce qu'elle ne comprenait pas. Elle n'était pas dans sa tête - et c'était peut-être mieux comme cela. A la lumière du contre-jour, elle le trouva beau. Cette pensée la fit légèrement rougir mais fort heureusement, il faisait si froid que les rougeurs partirent vite. L'homme revînt finalement se planter devant elle et elle le regarda droit dans les yeux. Même en regardant au plus profond de son âme, pourtant, elle n'aurait pu prévoir la réaction qu'il eut. Le contact de sa main sur sa joue était plus doux qu'on ne pourrait l'attendre venant d'un homme qui avait l'air si peu délicat. La chaleur qui irradiait de sa main réchauffait sa peau douce et machinalement, Anastasia porta sa propre main sur la sienne. D'un même mouvement, comme s'ils étaient parfaitement coordonnés sur les planches d'un théâtre, il l'embrassa. Ana ferma les yeux tout en les écarquillant alors même qu'elle s'abandonnait à la pression qu'il exerçait sur ses lèvres rendues roses par l'émotion. Elle ne se rendit pas trop compte pourquoi, ni comment, son corps lui ordonna de se coller à celui beaucoup plus sportif de l'ancien joueur de Quidditch, ce qu'elle fit. Sa main libre se posait doucement, délicatement même, sur le torse de l'homme comme si elle avait peur de le briser en deux, quelle ironie, quand on connaissait la vérité. Ana aurait bien voulu avoir un peu plus confiance en elle pour laisser ses mains caresser sa joue rugueuse à lui, ou l'attraper pour le rapprocher encore, si c'était possible, en glissant ses doigts dans sa nuque. Mais la galloise était pétrifiée, pétrifiée parce qu'elle n'avait jamais expérimenté cela, pétrifiée parce que ça lui plaisait et qu'elle découvrait là une myriade de sens qu'elle n'avait pas prévu de connaître aujourd'hui. Il était bien différent de l'autre soir, leur baiser. Bien différent oui. Anastasia le trouvait plus profond, plus sincère aussi tout en étant tout aussi spontané que l'autre. Alors, peut-être un peu bête, tout ce qu'elle faisait, c'était de lui répondre, avec l'appétit de la découverte ingénue.


(698)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 162
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyJeu 18 Fév 2021 - 1:19

Le truc, quand la vie vous mettait des coups en permanence, c’était qu’on apprenait à apprécier les moments de grâce. Et là clairement, Lachlan était en plein dedans. Même pas s’il avait pensé aux conséquences de son geste, et puis quoi encore ? Non, c’était un acte purement égoïste, presque une pulsion ou quelque chose comme ça. Les conséquences, après tout hein… Il verrait après. Mais ça ne lui avait même pas traversé l’esprit qu’il risquait la gifle, à agir comme un idiot spontané là. Mais après tout, ça aurait servi à quoi ? La gifle ne vint même pas.

C’était un beau baiser. Pas comme l’autre soir, où il avait été guidé par l’énergie du désespoir. C’était un baiser tendre même, étonnant quand on connaissait le bonhomme. Et pourtant, au fond, Lachlan était juste un bon gars qui avait mal tourné, avec un coeur qui ramollissait au contact des bonnes personnes. Et avec Ana, ça fondait façon chamallow laissé en plein soleil. Elle avait posé sa main sur la sienne, petit glaçon tout doux et c’était agréable. C’est qu’il aimait ça, Lachlan, les baisers. Mais depuis des lunes et des lunes, il ne s’y laissait jamais trop aller, parce qu’en général… et bah, il payait pour l’affection. Mais il pouvait se dire plein de choses dans un baiser ou au contraire, il pouvait juste y avoir un silence qui faisait du bien. Ses pensées à l’arrêt, enfin. Juste son corps qui s’exprimait, qui prenait ce qu’il y avait à prendre. Ce qu’elle voulait bien lui donner.

Il avait calé l’autre main contre ses reins. Pas tant besoin de la rapprocher, elle l’avait fait d’instinct, et ça lui allait bien. Ils étaient dans un lieu public, et ? Déjà, il aurait fallu qu’il réalise ce qu’il faisait, et où il était. Et puis, ça n’était pas comme s’il en avait quelque chose à foutre en temps normal, de ce que pensaient les gens, alors… Enfin si, mais toute façon, ça n'empêchait pas les gens de parler, alors... Les démonstrations en public, ça importait peu. Ce qui comptait, c’était ce qu’ils vivaient eux, tut tut les rageux. Et c’était bien. C’était agréable. Une parenthèse bienvenue dans une vie de tumulte.

Finalement, Lachlan détacha ses lèvres des siennes, les yeux encore clos parce qu’il avait peur de reconnecter avec le vrai. La réalité, elle faisait toujours mal, alors… Mais finalement, oubliant ses tracas, ses démons, ses remords et compagnie, il affronta ses grands yeux noisette. Comme celle qu’il aimait mettre dans son café. « J’suis pas désolé pour celui-là. » expira-t’il avec son accent qui roulait plus que jamais. Surtout, ne pas penser. Ne pas mouliner dans le vide et commencer à faire n’importe quoi. Il fallait à tout prix qu’il ne pense à rien, rien d’autre qu’Ana et sa douceur qui lui mettait du baume au coeur. Cette fois, il ne voulait pas fuir. Il ne voulait pas transplaner jusqu’à son chalet, enfin… Pas tout seul quoi. Mais il ne voulait pas non plus… Vous voyez ? Ca commençait à mouliner ! « Je sais pas ce que c’est, la suite de ça, je… » Ah, c’était franc, c’est le moins qu’on pouvait dire. Il était comme ça, Lachlan. Son pouce balaya sa joue avant que sa main ne descende le long de son bras qu'elle avait calé contre lui, se nichant dans son coude. L’autre main, elle, ne bougea pas. « Cela dit, j’veux bien recommencer. » Il dégaina un sourire qu’elle ne connaissait pas, pas encore du moins, et qui lui fit un peu mal pour cause de lèvre supérieure pas encore bien cicatrisée. Première fois qu'il eut mal à cet endroit depuis la volée de l'autre soir. C'était dire si Ana avait réussi à lui rendre le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyJeu 18 Fév 2021 - 16:52

Après tout, qu'est-ce qui pouvait mal tourner, hein ? Ana s'était toujours entendu dire que viendrait un beau jour où elle rencontrerait quelqu'un, sans doute sans le chercher ni le vouloir, que ce quelqu'un représenterait ce qu'elle n'avait pas encore expérimenté. Et alors que ses lèvres douces rencontraient celles de Lachlan, la jeune femme, peut-être dans un espèce de bien naïf espoir, se fit la réflexion qu'elle avait trouvé son "quelqu'un". Le quelqu'un qui la ferait peut-être sourire, rire, ou pleurer, elle n'en savait rien, puisqu'elle ne l'avait jamais vécu. A quoi s'attendre quand ses seules références demeuraient ses parents, grands-parents, son jumeau ? Difficile à dire, le rêve se mélangeait à la réalité dans une danse captivante et bizarre. C'était un peu tout cela qu'elle ressentait dans ce qui était non pas son premier, mais son deuxième baiser. Il coupa leur étreinte spontanée et Ana afficha un doux sourire en affrontant son regard. Elle ne se sentait curieusement pas gênée. Un peu sereine peut-être ? Comme si c'était la chose la plus naturelle du monde qui venait de se dérouler alors que non, c'était bizarre, après tout, surtout après la soirée d'Halloween ! L'écossais avait bien l'air de ne pas savoir quoi dire pour combler le silence alors que sa main à elle était toujours posée sur la sienne, qu'elle caressait machinalement avec le bout de son pouce. Le sourire qu'il lui envoya et qu'elle n'avait jamais vu la captiva : « Peut-être que la première suite, déjà, c'est de ne plus se vouvoyer ? » dit-elle pour dérider un peu l'atmosphère et d'ailleurs, un rire clair et sincère s'échappa de sa bouche. Son regard noisette semblait incapable de se dégager de ses yeux d'une incroyable couleur grise. Elle avait l'impression de regarder la surface d'un Loch qui renvoyait les nuages qui passaient au dessus toute la journée. Il voulait bien recommencer, lui avait-il dit, elle aussi, ça tombait bien. Ana découvrait des sensations qui étaient intenses, elles lui retournaient l'estomac sans qu'elle ne sache trop comment les faire arrêter ça ! La délicate chaleur dans le dos, les papillons dans le ventre - oh, c'était donc cela ? La galloise leva une main pour caresser la joue rugueuse de l'ancien joueur de Quidditch, timidement peut-être, avant de faire glisser son pouce sur ses lèvres auxquelles elle avait encore envie d'arracher un baiser. « On pourrait aller ailleurs, si tu veux » fit-elle en mettant à exécution sa première demande d'arrêter de le vouvoyer. C'était bizarre tiens, de le tutoyer. Lachlan était plus vieux qu'elle et elle avait l'habitude tout de même, d'être d'une grande politesse. Mais là... Les circonstances avaient changé. De nouveau, elle se pencha pour l'embrasser chastement. C'était un bien doux moment.
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 162
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptySam 20 Fév 2021 - 3:54

Quand on avait un passé merdique et un présent chaotique, songer à l’avenir était une chose difficile. Pour ça que même la suite toute directe de ce moment là, Lachlan ne savait ce que c’était. Ils étaient là, au milieu d’une rue, à vivre un truc intime qui aurait tout aussi bien pu s’arrêter là qu’être le début de quelque chose. Mais de quoi ? Franchement, Lachlan avait besoin d’aide, et la petite remarque qu’elle fit fut totalement inattendue. Mais aussi carrément la bienvenue. Se tutoyer hein ? Ça, c’était facile. Ça, il savait faire. « Ouais, vous avez rais… Euh, pardon. » Rire après sa propre maladresse. Est-ce que c’était étonnant ? La petite moldue passa son doigt sur ses lèvres qui débitaient de la connerie au kilomètre, comme pour le faire taire, et c’était une bonne idée. Ses gestes étaient d’une douceur à laquelle il pensait ne plus jamais avoir droit de sa vie, comme cet autre baiser qu’elle lui offrit et qu’il savoura. Et ça faisait un bien fou.

Aller ailleurs, hein ? C’était logique, évidemment, mais où ? Lachlan essaya de réfléchir, mais déjà qu’en temps normal ça n’était pas bien son fort, alors que dire quand il était dans un état comme celui-là. Bouleversé, disons. « J’veux bien mais, hum… Où ? » Au lieu de garder ça pour lui, il parlait pour combler le silence, enfin le silence entre eux parce que la rue grouillait de bruit, de monde même un peu. Jetant un coup d’oeil alentours, il réalisa qu’il était vraiment en terrain inconnu là. C’était quoi ce gros bâtiment derrière ? « Ah, si on avait su dans cette petite tente, hein ! » La phrase pouvait paraître totalement déplacée, mais c’était qu’il n’avait même pas d’idées derrière la tête en disant ça. Juste, dans cette petite tente, ils avaient eu l’intimité qu’il manquait là. Et le seul endroit auquel il pensait, bon… Ça pouvait paraître un peu cavalier.  Oh, et puis après, est-ce qu’ils étaient à ça près ?

« V’nez… » dit-il en lui attrapant la main. Décidément, les habitudes avaient la vie dure, et le tutoiement n’était pas intégré, évidemment. Il avait le cerveau lent, excusez-le. Coupant le chemin d’au moins sept moldus de son pas déterminé, Lachlan entraîna Ana jusqu’au bâtiment mystérieux, grimpant les escaliers pour se glisser derrière une colonne d’où ils se soustrayaient un peu à la vue des autres. L’appuyant contre, il dégaina un sourire, lui vola un baiser. Sa main avait trouvé sa baguette, et alors qu’il l’embrassait, son esprit dérangé ne put s’empêcher de penser à la dernière fois qu’ils avaient transplané ensemble. Elle ne s’en souvenait même pas, Merlin merci. « Ça va secouer un peu. » la prévint-il alors que l’instant d’après, ils disparaissaient du monde moldu dans un écran de fumée.

Une seconde plus tard, ils se retrouvèrent au coeur de la forêt qui était son foyer. Quelques mètres plus loin, son chalet dans lequel il n’avait même pas réussi à atterrir, bravo champion. « J’suis meilleur sur un balai que pour transplaner, désolé. » s’excusa-t’il alors qu’Ana ne pouvait même pas connaître son intention de départ. Relâchant un peu son étreinte, il l’emmena jusqu’à la porte qu’il avait oublié de verrouiller ce matin là. Personne ne venait jamais ici, alors… « Bienv’nue chez moi. » Petit sourire gêné. C’était qu’il ne recevait pas souvent. L’intérieur rustique n’était pas super rangé, pas non plus en désordre vraiment, brut comme tout avec le bois du sol au plafond, et une déco des plus minimalistes. Quelques vestiges de son passé accrochés ça et là, des trucs de Quidditch, comme si c’était surprenant. La main fraîche d’Ana dans la sienne lui fit réaliser qu’il fallait peut-être réchauffer l’atmosphère. Mais non, pas comme ça, enfin ! Quoique… Il fallut bien la lâcher pour aller jusque’à la cheminée, dans laquelle il jeta quelques bûches sans ménagement avant de l’allumer d’un Incendio. Sans le vouloir, cet idiot installait une ambiance romantique. Sans le vouloir, il donnait l’impression de l’emmener dans une garçonnière avec la ferme intention de satisfaire ses besoins primaires. Même pas vrai en plus ! Parce qu’il ne savait pas bien quoi dire ni quoi faire, Lachlan se redressa et sourit gentiment, haussant les épaules pour se donner une contenance. Et la suite de ça, c’était quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyDim 21 Fév 2021 - 23:08

Elle était douce, Ana. Ça se voyait au premier coup d’œil, d'ailleurs. Il ne fallait pas être devin pour savoir que son sourire était sincère, qu'elle était profondément gentille et tendre. Il y a des gens comme ça, qu'on sait braves au premier regard, adorables au premier sourire. Elle faisait partie de ces gens faciles à cerner et à qui il était facile de parler. Enfin ! Quand on ne s'appelait pas Lachlan ! L'homme bégaya, la vouvoya encore, ce qui lui arracha un sourire, parce que quand même, il était d'une politesse irréprochable malgré les mots qu'il mangeait à moitié, avec son accent écossais ! Peut-être était-ce meilleur de le faire taire ? Ce n'est pas franchement la conclusion à laquelle elle parvint lorsqu'elle posa ses lèvres sur les siennes, mais la sensation était quand même foutrement agréable. L'idée d'aller ailleurs aussi, bien que l'imagination d'Anastasia atteignait certaines limites. C'est que, tous les deux avaient des vies bien différentes et comme elle ne pouvait pas transplaner... Bonne chance pour trouver une destination qui leur irait tous les deux si elle devait se débrouiller. Lachlan à la barre, c'était plus facile de se laisser porter, comme flottant au milieu de la mer, emportée par un tourbillon de vagues vers des endroits qu'elle ne connaissait pas. Elle faisait stupidement - et naïvement - confiance aveuglément à cet homme qu'elle connaissait si peu. C'aurait pu mal finir, franchement, ça sauterait aux yeux de n'importe qui. Mais Ana étant la gentillesse incarnée... Elle ne prit même pas mal la petite phrase sur la tente, en fait, elle ne la compris pas vraiment. Alors elle laissa couler, parce que bon...

Le transplanage fut aussi désagréable que dans son étrange souvenir. Le souvenir de cette soirée où elle avait bu, un peu trop, où ils étaient partis ensemble parce qu'il avait ramassé sa carcasse de moldue dans la rue. Mais ce n'était pas une autre rue qui l'attendait, non, c'était une forêt. L'odeur des arbres lui sauta au nez et elle leva la tête vers la cime pour en profiter. Le calme plat. Comme s'il n'y avait pas une guerre dans les rues peuplées de moldus et de sorcier. Comme s'il n'y avait qu'eux. Si la moldue avait posé une main sur son ventre à la suite du transplanage, elle avait suffisamment subi le manque de talent de son frère en la matière pour être capable de tout supporter. Ana rouvrit les yeux pour le suivre gentiment, timidement peut-être. Chez lui...? Elle posa sur l'ancien joueur de Quidditch un tout autre regard, pas farouche non, curieux, avide de découvrir peut-être ce pan de sa personnalité qu'elle ne connaissait pas. Elle ne fut pas surprise du manque de chaleur de l'endroit, pas du tout même. C'était brut, tout comme lui. Et forcément, ça lui plaisait un peu. Ses yeux noisettes se promenèrent dans la pièce alors qu'il se précipitait presque vers l'âtre éteint pour leur fournir à tous les deux une chaleur qu'ils méritaient. « Je ne m'étais jamais imaginé l'endroit où tu habitais » commença-t-elle en posant une main sur la table en bois qu'elle avait sous les yeux, « mais c'est finalement assez logique que tu vives en forêt. Loin de l'agitation des villes, dans un endroit simple. Ça te va bien ». Ça oui, ça lui allait bien. Ana commençait à comprendre que parfois, avec Lachlan, il ne fallait pas se gêner, alors elle posa ses fesses sur la table en croisant ses pieds pour le regarder d'un air un peu malicieux. « Alors que fais-tu quand tu es seul ici ? Tu voles un peu, tu fais des travaux ? Tu coupes du bois...? » - sans doute à peu près tout ça à la fois dans la journée, ça ne l'étonnerait pas. Elle tendit les mains vers lui pour le faire s'approcher. Et qui le nourrissait ? C'était bizarre un peu, de découvrir cet homme dans sa vie privée. Comme si elle enfonçait une porte qui avait toujours été sous son nez sans qu'elle n'ose jamais la pousser. Étrange, étrange, comme cette métaphore rappelait étrangement l'histoire terrible de barbe bleue. Mais Ana avait la certitude, peut-être un peu naïve, qu'elle n'en serait pas la prochaine victime.


(700)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 162
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyLun 22 Fév 2021 - 21:29

Lachlan ne recevait jamais vraiment dans son antre. Qui serait venu ? Sa famille. Hilarant. Ses amis ?  Blague de l’année. Des femmes ? Bon ça, ok, c’était arrivé quelques fois. Mais son chalet, c’était sa tanière à lui, sa sphère 100% privée, et il n’y ramenait que les gens qui le méritaient, ou qu’il estimait. Ça ne faisait quand même pas grand monde, hein ? Alors la petite remarque d’Ana le fit sourire. Pourquoi elle se serait imaginé ça après tout ? Ca aurait été bizarre, non ? Non ? Lui-même n’imaginait pas les maisons ou les appartements des gens, mais comme il n’était pas non plus un exemple de normalité… Il ne savait pas trop. Et puis, ça n’était pas comme si Lachlan avait décoré son chalet pour refléter sa personnalité, comme faisaient les gens un peu stylés, un peu cool… un peu portés  sur les apparences, en somme. Il suffisait de constater le nombre de trous dans ses fringues pour voir que franchement, il s’en tamponnait sévère des apparences ! « Ah ouais ? » Et puis ça aussi, cette façon de parler qui était aussi brut que le bois qui recouvrait tout le chalet. Certainement que ça lui allait bien, hein. « J’ai toujours vécu en forêt. Quand j'étais p'tit, et puis même quand j’étais connu, tu vois. C’est… Je sais pas, c’est chez moi quoi. » Chez lui, oui. Il avait toujours eu ce besoin de se connecter à la nature, un besoin vital qui avait rendu l’expérience de la prison et de l’asile encore plus terrible.

Preuve s’il en fallait qu’Ana lui faisait du bien, Lachlan parlait de son passé comme ça, sans se sentir mal. Bien joué la moldue ! Et elle avait l’air de se sentir à son aise ici, pas gênée qu’il l’ait invitée sans trop bien lui demander. Elle n’avait donc décidément pas peur de lui, alors qu’elle aurait du. C’était dire l’instinct de la jeune femme. Mais Lachlan ne lui ferait jamais de mal. Jamais. Il avait risqué une putain de correction l’autre soir en la sortant de là, alors s’il fallait une preuve, elle était là. Mais le fait qu’elle grimpe sur la table, comme si elle était chez elle, le détendit furieusement. Et il en avait besoin, qu’on se le dise ! Aussi s’approcha-t’il d’elle et l’encadra de ses bras, posant ses poings sur la table. Elle était plus grande que lui comme ça, ça faisait bizarre. La description de son quotidien lui arracha un grand éclat de rire sincère. Elle était assez proche de la vérité. Un homme simple, elle l’avait dit. Mais il n’avait pas envie de lui donner raison, par pur esprit de contradiction. « Tu me prends pour un homme des bois en fait, c’est ça ? » Il afficha un air qui se voulait sérieux, sourcil gauche levé, interrogateur, dans sa tentative de bluff qu’il ruina 3 secondes à peine après. « Bon OK, je trompe personne hein. J’picole aussi des fois, ou je vais courir un peu. » Il boxait aussi, il lui avait déjà dit, mais n’appuya pas sur ça cette fois-là. A quoi bon ? Le reste, n’en parlons même pas. « Mais je chasse pas. Désolé pour ton joli petit cliché. » s’amusa-t’il alors que dehors, un lapin qui squattait sa terrasse lui donnait furieusement raison. Il venait tous les jours. Tous. Les. Jours. « T’as faim d’ailleurs ? » songea-t’il alors que son ventre se tordait un peu. Mais il y avait peut-être une autre raison à ça. Avant qu’elle ne réponde, Lachlan avait déjà changé d’avis, auto-persuadant son estomac qu’il pouvait attendre, et embrassa la jeune femme une nouvelle fois en se calant entre ses jambes, et en l’attirant un peu plus à lui avec ses grandes mains dans son dos.


Dernière édition par Lachlan McCulloch le Dim 28 Fév 2021 - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 115
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | Eilyam
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyVen 26 Fév 2021 - 14:24

Le tournant inattendu de sa journée laissait la galloise dans un espèce de sentiment d'euphorie qui aurait tôt fait de laisser place à l'angoisse de ne pas savoir comment agir. Mais pour l'heure, elle était d'un calme et d'une tendresse olympienne, à lui sourire gentiment, à rebondir sur ses paroles et à le regarder avec cette espèce de tendresse dans le regard qui n'était le propre que des femmes aimantes. L'aveu de l'ancien joueur de Quidditch sur ses habitudes la fit sourire un peu plus. C'est qu'en effet, elle l'imaginait plutôt en homme des bois qu'en homme des villes. Pour certaines personnes, c'était un véritable calvaire que de faire face à des buildings, de faire face à une foule de personnes différentes qui vous faisait vous sentir tout petit et seul au monde. Les villes, aussi vastes fut-elles ironiquement, provoquaient pour beaucoup de monde un terrible sentiment de claustrophobie. Comment cela en aurait-il pu être autrement pour un ancien joueur de Quidditch ? Lachlan avait l'habitude du ciel, de sa liberté et de l'absence de frontières. Une ville, c'était la quintessence des interdits. « J'aime bien vivre en nature » affirma Anastasia sans le quitter du regard, « on y trouve une tranquillité introuvable quand on habite dans un quartier, dans une résidence... Ne serait-ce qu'à cause des bruits des voitures ! ». Toujours le biais typiquement moldu, ça, mais elle n'y pouvait franchement rien.

Lachlan l'encadra de ses bras, Ana se sentit en sécurité, c'était peut-être aussi le but de ce geste. Chacun des gestes de l'homme lui donnaient envie de le toucher, de se rapprocher encore plus de lui. Comme il était étrange de découvrir ce genre d'idées alors qu'on ne les avait jamais eu auparavant. La quête des sens, car c'était le début de l'une d'elle, promettait d'être délicieuse. La plaisanterie de l'ancien attrapeur la fit rire. « Un bûcheron écossais, à défaut d'un bûcheron canadien » plaisanta-t-elle sur les clichés. Mais au fond, ce n'était pas méchant. Elle ne le voyait juste pas s'asseoir devant l'âtre pour lire un bouquin, quand bien même ce devrait être foutrement agréable d'être là, avec un chocolat chaud et un livre d'aventures. Mais les aventures n'étaient-elles pas aussi faîtes pour être vécues ? Un mouvement sur la terrasse attira le regard noisette d'Ana alors qu'elle l'écoutait quand même. Un lapin se promenait tranquillement, alors même qu'il était plus proche que jamais d'un ennemi presque naturel. Mais non, Lachlan avait l'air de dire que tuer des animaux ne l'intéressait pas, ce qui était plutôt une bonne nouvelle en soit. C'est qu'Ana était trop sensible pour apprécier que l'on tue quoique ce soit... En tout cas, devant ses yeux ou juste pour elle. Elle n'eut guère le temps de répondre à sa question toutefois qu'il l'embrassait en la rapprochant d'elle et la thésarde ne se fit pas prier pour faire glisser ses mains sur ses joues mal rasées, puis sur ses épaules, avec cette douceur qu'elle avait toujours dans les gestes les plus anodins. Allez savoir ce qui lui passa par la tête, la jeune femme rompit le baiser pour lui embrasser tendrement la joue, avant de laisser ses jolies lèvres roses glisser jusqu'à son cou. La préoccupation de trouver quelque chose à manger pour midi semblait bien lointaine alors qu'elle goûtait, pour la première fois, à la peau de Lachlan McCulloch.

(559)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 162
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @jenesaispas
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana EmptyHier à 2:35

Leurs envies respectives ne les avaient pas vraiment emmenés dans la cuisine. Un rayon de soleil lui tapa dans l’oeil, le forçant à les fermer parce que quand on avait les pupilles bleues comme ça, on ne regardait jamais le soleil dans les yeux. Et puis fermer les yeux, dans un moment comme celui-là, c’était bien aussi. Même si regarder Ana à peine couverte d’un drap était aussi agréable, enfin… Il fallait faire un choix, et Lachlan choisit de garder sa rétine intacte pour se délecter d’autres moments de grâce comme ça. Putain, si ça ça n’était pas le repos du guerrier, il ne savait pas ce que c’était. Allongé là, dans des draps trop chers pour un simple vendeur de Quidditch, avec une jolie fille qu’il aimait bien et qui le faisait se sentir bien, le cerveau éteint, le corps repu. Franchement, si on lui avait dit que la journée tournerait comme ça, il aurait sacrément rigolé en se levant, alors que pourtant, il n’était pas trop d’humeur à se marrer en ce moment. Mais voilà, il fallait croire que la karma de Lachlan faisait n’importe quoi, mais alors… Qui gérait ça? Non mais qui était en charge, qu’il ait une discussion avec lui, ou elle, ou ce truc, bref. Les montagnes russes émotionnelles, comme une espèce de course folle sur un balai détraqué qui ferait des vrilles et des piqués sans prévenir. Déjà qu’il n’était pas la définition de la stabilité, mais là… Il avait failli se crasher au sol sévère les semaines précédentes, et maintenant, sans être au septième ciel parce qu’y en avait qu’un, Lachlan se sentait aussi bien que dans son élément à lui. Alors qu’il était avec une personne de genre féminin, à poil, vulnérable, à exposer son corps couvert de marques diverses et puis aussi un peu, son coeur. Parce que là, ça n’était pas comme avec les filles qu’il payait, hein. Lachlan aimait bien la moldue, c’était même un peu le fond du problème qu’il essayait de cacher sous le tapis, et il allait se prendre les pieds dedans, c’était évident. Mais chut, un peu de répit, s’il vous plait. Juste une journée.

Alors qu’il était plutôt du genre à roupiller tranquille après l’effort, si vous voyez le genre, Lachlan ne migra pas à l’autre bout du lit. Miracle. Posant une main sur le ventre de la jeune femme, il était un peu niché dans son cou sans pour autant l’enserrer parce que, la moiteur, tout ça, il ne fallait pas exagérer. Alors qu’il était en train de sombrer à moitié, les images lui revinrent, un peu floues. Comme s’il avait rêvé. Mais non, c’était réel. L’étreinte sur la table qui gagnait en passion, l’envie furieuse de faire ça, là, sans attendre. Enfin, chez lui en tout cas, parce qu’Ana s’était crispée, avait dit un petit truc timide, et même si Lachlan n’était pas un monstre de perspicacité… comment dire ? Il avait compris, quoi. Pas jugé, ça non, ça n’était pas le genre. Juste eu un moment de flottement, en se demandant si ça ne rendait pas cette idée décidément bien bien merdique, et puis… Ils avaient migré sur sa mezzanine, là où il dormait, là où il y avait un lit quoi, parce qu’une première fois à même le bois, ça pouvait laisser des souvenirs douloureux. Echardes et compagnie, non merci. Il l’avait porté comme une plume, senti ses mains autour de son cou qui l'agrippait, pas comme la dernière fois qu’il l’avait pris dans ses bras et qu’il avait eu peur. Avait chassé les mauvais souvenirs pour les remplacer par des plus heureux. Et du mieux qu’il avait pu, Lachlan l’avait couverte d’affection, de baisers, avec une douceur que peu de gens connaissaient. Il n’était pas l’amant de l’année, ne l’avait jamais franchement été d’ailleurs, et puis ? Mais au moins avait-il été un peu délicat, comme si elle était un précieux petit vif d’or aux ailes fragiles qu’il ne fallait pas briser.

Il y avait matière à être gênés, maintenant qu’ils étaient après. C’était un moment spécial, important, qui venait de se passer. Et Lachlan se connaissant, il savait qu’il était capable de tout faire foirer en ouvrant la bouche. Alors il ne dit rien, pendant longtemps, déposa à un moment un baiser sur la peau nue de son épaule. L’écossais luttait contre le sommeil, mais la respiration de la belle moldue le berçait, c’était compliqué. Finalement, à travers ses paupières closes, la luminosité lui sembla plus basse, merci les nuages. Aussi ouvrit-il un oeil, celui pas contre l’oreiller forcément. S’ensuivit un sacré beau sourire, un rare d’ailleurs parce que tellement sincère que ça illuminait son visage fatigué par la vie et les soucis. « T’es belle. » souffla-t’il de sa voix un peu rauque alors que dans ce qu’il restait de lumière, elle donnait l’impression d’être une illusion tellement, oui, elle était jolie. Si c’était un rêve, prière de ne pas le réveiller, merci.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana Empty

Revenir en haut Aller en bas

Le coup de Trafalgar (Square) w/Ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre-