GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
Le Deal du moment : -69%
Mallette pour PC portable 15,6 pouces
Voir le deal
7.99 €

Partagez

La mélodie qui porte nos pas | NEOLINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La mélodie qui porte nos pas | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La mélodie qui porte nos pas | NEOLINA La mélodie qui porte nos pas | NEOLINA - Page 2 EmptyDim 28 Fév 2021 - 1:27

La nature avait toujours eu une place particulière dans le coeur de Neolina. Elle pourtant fille des villes, habituée depuis plus de dix ans aux horizons faits d’immeubles plutôt que de verdure, la roumaine avait toujours eu ce besoin de se reconnecter un peu au monde en quittant l’agitation des villes, de temps à autre. Gabi lui fournissait une bien belle excuse pour le faire, et déjà en Russie, elle arpentait parfois des forêts enneigées, qui ensevelissaient son pauvre croup dont seule la truffe émergeait de la poudreuse. Juste comme ça, pour arrêter de penser, laisser son esprit se vider au contact du silence environnant. Pourtant, elle avait choisi Londres comme seconde chance, ou troisième, ou quatrième, elle avait arrêté de compter. Mais la campagne anglaise lui fournissait toujours de belles balades, et les portoloins étaient faciles d’accès ici, au Ministère. En solitaire, parfois pas, Neo avait donc légèrement exploré certains environs, sans pour autant quitter les frontières sans qu’elle ne se l’explique pour autant. Elle aimait tout particulièrement le bord de mer, elle qui avait grandi dans les terres. La mer l’apaisait, c’était ainsi, et souvent elle parcourait les falaises sans craindre que sa maladresse ne lui cause une chute mortelle.

Alors qu’elle réfléchissait à un endroit où aller, Razvan lui amena une information qu’elle ignorait. Ainsi, il avait une stagiaire ? Razvan ne lui parlait jamais de son travail, sans doute à raison d’ailleurs, souhaitant probablement laisser la souffrance à laquelle il assistait - et qu’il absorbait sans doute à cause de son empathie qu’elle partageait - à Sainte-Mangouste. Elle nota l’information sans la relever. « Je vais parfois sur l’île de Wight. Les promenades sur la côte sont à tomber, enfin… » Elle rit doucement. « Sans mauvais jeu de mots. » Elle déposa un doux baiser sur le carré de peau dévoilé par l’encolure de sa chemise, toujours aussi chaude que d’habitude. « C’est joliment sauvage, comme quelqu’un que je connais… » s’amusa-t’elle. Effectivement, voilà un adjectif qui seyait parfaitement à son beau roumain, que peu de gens avaient réussi à dompter au fil des années. Sauf Mara, autrefois. Et elle, depuis toujours. Il suffisait juste de savoir s’y prendre, et délivrer la dose de douceur nécessaire à apaiser le plus fougueux et austère des caractères. La Roumanie forgeait des esprits durs, qui souvent s’étaient opposés à ce pauvre Razvan jusqu’à le déraciner, l’obliger à quitter son pays qu’il aimait tant. Il y avait pourtant toutes les raisons d’aimer un homme aussi gentil et tendre que lui, pour peu qu’on ne s’arrête pas aux apparences froides qu’il laissait paraître. Il était si doux avec elle, comme ce baiser qu’il déposa sur le haut de son crâne, comme il faisait souvent. Et qu’est-ce qu’elle aimait ça…

Alors qu’il se détachait doucement pour la regarder, Neo acquiesça tranquillement. Oui, quitter l’agitation de la capitale leur ferait du bien, car le monde alentours devenait fou et ils méritaient bien un peu de quiétude. Mais en soi, il n’y avait pas tellement besoin d’aller bien loin, car rien que par un baiser, Neo avait l’impression d’appartenir à un espèce d’univers tout à côté de celui-là, où le temps s’écoulait différemment, et dont ils étaient les seuls habitants. La musique aidait à créer cette atmosphère de fin d’un monde, et du début d’un autre. Calant à nouveau sa tête sous son menton, comme si c’était là sa place, Neo se laissait bercer par le léger mouvement que le roumain avait initié, qui convoqua quelques souvenirs. « Tu sais, le soir de cette fameuse cuite à la tuica… » Elle reprit la conversation laissée en plan quelques minutes plus tôt comme si c’était la chose la plus naturelle qui soit. Comme si sur le moment, elle n’était pas émotionnellement prête à y répondre mais désormais, pour une raison inconnue, c’était le cas. « Je me souviens que j’espérais secrètement que tu m’invites à danser. » Elle avait toujours gardé ça pour elle, parce qu’après tout, ça ne servait à rien de ressasser le passé. Et puis elle avait toujours cru que c’était une impulsion adolescente bête, comme dans ce placard, une histoire d'hormones, rien de plus. Finalement, peut-être pas. Et, coup du sort, c’était Dimitri Olarescu qui s’était jeté à l’eau, et ivre comme tout, elle avait accepté. Le garçon en question n’étant pas très bon danseur, il l’avait fait tourner si vite qu’elle avait eu du mal à tenir debout et la suite, ils la connaissaient tous les deux… Au delà du fait qu’elle aurait eu une fracture de moins à son actif, beaucoup de choses auraient changé ce soir-là si… Mais avec des si, comme toujours, on pouvait revoir toute l’histoire. Et finalement, cette soirée bouclait la boucle, en quelque sorte. Neo et Razvan n’avaient pas redansé ensemble depuis son mariage, c’était dire si depuis, de l’eau avait coulé sous le Pont des Mensonges. Et quels sacrés beaux mensonges ils s’étaient racontés à eux-même pour ne pas voir l’évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La mélodie qui porte nos pas | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La mélodie qui porte nos pas | NEOLINA La mélodie qui porte nos pas | NEOLINA - Page 2 EmptyDim 28 Fév 2021 - 15:50

Peut-être Neolina parviendrait-elle à lui arracher quelques aveux. Peut-être parviendrait-elle à lui faire apprécier, pour une fois, quelque chose que l'Angleterre avait à lui offrir. Les souvenirs, Razvan se les construisait difficilement seul, il considérait qu'il fallait se les construire à deux, qu'ils étaient plus profonds comme cela. Curieux pour un homme qui pourtant, avait passé la majorité de sa vie dans la plus absolue des solitudes. Mais voilà, tout n'était-il pas différent avec Neo ? Pour une fois, la simple perspective de sortir s'aérer l'esprit lui fit plaisir, quand bien même ce n'était pas dans les forêts transylvaniennes, quand bien même ce n'était pas chez lui. C'est que l'appel du dehors et de la nature l'animait particulièrement, alors voilà. Par sa jolie idée, sa roumaine avait réussi à faire naître sur son visage un sentiment joyeux. Même s'il l'était en général par sa simple présence, l'apaisement qu'il recherchait tant se cachait peut-être dans une simple sortie sur les côtes anglaises. Les douces paroles de la sorcière, accompagnées d'un baiser aussi léger que le touché d'une plume sur sa peau, lui firent fermer brièvement les yeux. « Je ne suis pas si sauvage » tempéra-t-il ses paroles. Il ne se trouvait pas particulièrement sauvage non. Etait-ce de la sauvagerie que de simplement vouloir la paix ? Il n'en était pas persuadé. « Mais en tout cas, ça ne t'étonnera pas que je ne connaisse pas cet endroit » soupira-t-il en même temps qu'il lâchait un sourire qui se faisait facilement entendre dans sa voix, « alors... Pourquoi pas ? ». Si Neolina connaissait déjà l'endroit, en plus, ils pourraient y transplaner sans avoir à prendre de portoloin. Ce qui était foutrement pratique.

Ils se turent après un autre baiser, portés l'un et l'autre par les sons doux que dégageait le tourne-disque. Razvan avait son menton sur sa tête, les mains dans son dos. Ils n'auraient sans doute pas pu être plus proches l'un de l'autre, le temps était suspendu entre eux, tranquillement. Profiter de l'instant, eux qui vivaient dans une vie qui allait trop vite pour eux, sans qu'ils ne puissent trop se voir et s'attraper entre leurs terribles emplois du temps. Le silence, comme souvent, gouvernait la morale du roumain qui ne le combla pas et se contenta de se laisser porter par l'instant. Neolina, pourtant, se fendit de deux petites phrases qui le firent froncer les sourcils. Ainsi donc, la Neo adolescente voulait-elle une danse avec lui ? Il fallait bien dire qu'après leur petit interlude dans ce placard, leurs esprits avaient été, malgré eux, occupés par la présence de l'autre. « Si j'avais su, je te l'aurais proposé » s'excusa-t-il à sa manière son manque de bonne manière, « je crois me souvenir que je ne suis pas resté trop longtemps... J'ai dû m'en aller après ton petit accident ». Il fallait bien dire qu'il n'était pas bien loin lorsque le pied de la jeune femme avait craqué et il s'en souvenait encore. Il avait vite déserté la soirée parce qu'il s'était senti un peu mal, il n'aimait pas quand elle se blessait, quand bien même elle en avait l'habitude. « Je suppose qu'on se rattrape plutôt bien, là » fit-il doucement à son oreille, en collant sa joue contre sa tête. Oui, car tous les deux avaient du temps à rattraper, beaucoup d'années à côté desquelles ils étaient passées. Il avait dansé avec elle à son propre mariage, puis au sien. Il lui avait toujours promis de lui offrir autant de danses qu'elle désirait parce que ça lui faisait plaisir. Razvan n'aimait pas forcément danser, mais pour voir le joli sourire de sa roumaine alors qu'ils se promenaient ensemble, il était prêt à danser mille fois encore.


(620)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas

La mélodie qui porte nos pas | NEOLINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» La passion...[Shi Raynid] Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-