GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
Le deal à ne pas rater :
Écouteurs sans Fil Dudios Tic Bluetooth à 9,99€
9.99 €
Voir le deal

Partagez

Caught out in the rain - Morticia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Morticia M. Morrison

Morticia M. Morrison


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 37
| AVATARS / CRÉDITS : Sandi Thom
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents retrouvant leur emprise
| PATRONUS : Loup gris
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Caught out in the rain - Morticia Empty
MessageSujet: Caught out in the rain - Morticia Caught out in the rain - Morticia EmptyVen 26 Fév 2021 - 15:22

Caught out in the rain - Morticia Sandi-Thom-Feet-1266478
Morticia Morrison - The Lady



Née le 31 octobre 1943, vie de famille
Fille de Horace et Anthea Morrison, soeur de Lazare Morrison (de 5 ans son aîné). La relation presque inexistante entre les parents et les enfants n'améliore pas l'entente difficile entre le frère et la soeur. Lazare est le favoris, le favorisé surtout. Les deux enfants sont principalement élevés par des précepteurs et ont chacun leur propre destinée. Lazare promis à un brillant avenir sans doute politique, digne héritier de la famille Morrison; Morticia promise à un brillant mariage, digne avantage stratégique de la famille Morrison.

Les études à Poudlard de 1955 à 1962, la grande course
Envoyée comme prévu à Serpentard, elle va se fixer pour mission presque absolue d'être la meilleure, de surtout faire mieux que son frère qui l'a précédé. Si il avait été doué, elle s'est montrée effectivement meilleure, sans obtenir les résultats espérés. Ses parents indifférents elle multiplie les provocations parfois bien peu judicieuse, sauvée bien souvent par les conseils et le soutien de son ami Perseus.

Internée de juillet 1962 à mars 1963, l'enfer
Devenue ingérable aux yeux de ses parents, Morticia est placée en asile sorcier dès juillet 1962. La tenir tranquille, lui apprendre à le rester, c'est non seulement inutile mais très douloureux pour la jeune femme. De longs mois à lutter et se perdre dans les potions et les "bons soins" du personnel, c'est finalement elle qui aura découragé ses parents. Ils vont se décider à l'en sortir pour la renier et l'abandonner sur le champ.

Trouve une place en juillet 1963, le retour
Après quelques mois à jongler comme elle le peut et surtout mal, elle finit par postuler comme serveuse et chanteuse dans un pub sur recommandations de son dealer. Aussi étrange que soit le procédé cela fonctionne, ou presque. Piètre serveuse (ce qui lui est signifié sans le moindre ménagement) elle est tout de même gardée pour sa voix et son petit répertoire jazz. Commence alors son chemin de musicienne.

Mariage et enfant, la vie de famille
Se retrouvant à beaucoup fréquenter le patron du fameux pub, elle apprécie ses quelques conseils et surtout son habitude d'offrir repas et un verre pour peu que le public soit satisfait. Rapidement elle lui trouve bien d'autres bons côtés y compris dans un contexte bien plus intime. C'est pourtant bien involontairement qu'en mars 1964 Morticia comprend qu'elle est enceinte et c'est contrainte qu'elle se voit bien obligée de l'avouer au père et patron qu'est Marius Draven. Une chose qu'il prend étrangement bien et commence alors une toute autre relation, presque romantique et amoureuse. Si bien qu'en août 1964 Morticia Morrison devient Morticia Draven. En novembre arrive Eupraxia Draven, leur fille et petite merveille.

Premier album jazz 1964
Sur les conseils de Marius et avec l'aide de celui qu'il venait de sauver de la faillite Brian Chandler, Morticia travaille en 1964 sur son premier album, reprenant quelques standards du jazz mais aussi ses propres compositions. Un Répertoire qui faisait déjà son succès sur la petite scène du Gentleman Assoiffé.

Second album blues en 1966
Sans être une révélation le premier album de Morticia fonctionne plutôt bien. Portée par ce succès elle commence à travailler sur un nouveau projet. Une occasion pour elle d'explorer un peu plus ses envies, ses capacités, et d'exprimer ses troubles. La vie de famille et surtout les différents du couple son exprimés plus ou moins clairement dans un registre blues expressif.  Elle prend à cette époque le nom de Lady qui lui servira sur de plus grosses scènes où elle commence à se produire. L'album fonctionne plutôt bien jusqu'à ce qu'il soit éclipsé par une autre production de la WRR, la replaçant au second plan sans ménagement.

Fin 1966, le divorce
Les efforts de chacun n'y font rien, quelque chose cloche dans le couple et les époux Draven finissent par accepter l'évidence. Ils divorcent fin 1966, prenant les choses en main pendant que leur entente est encore assez bonne, souhaitant faire les choses au mieux pour Eupraxia. Suite à cela Morticia aura parfois du mal à se placer face à son ex-mari mais il a cet avantage de ne pas être trop rancunier, ou pas avec elle.

Adjointe de Brian Chandler à la White Raven Records en 1967, le changement
Mal assurée suite à ce semi-échec de 1966, Morticia a beaucoup de mal à travailler sur son album suivant. Face aux difficultés de gestion de Brian, Marius décide de laisser à Morticia la possibilité de s'associer à lui, lui trouvant les qualités qui font défaut au gestionnaire en titre. Commence alors une association assez fructueuse.

Troisième album blues/rock en 1969
Rassurée par sa place dans la WRR, c'est doucement que Morticia a commencé à travailler sur un nouvel album, explorant un registre très légèrement différent. L'ensemble légèrement plus sombre gagne une touche rock à travers le blues. La voix touchée par l'alcool et la cigarette a aussi pris en grain bien qu'elle n'ait pas perdu en puissance. Morticia chante là ses regrets, son ressenti. Cette fois c'est la bonne, le succès est au rendez-vous, lui redonnant une dose de confiance musicale.

Quatrième album en 1971
Suite à son précédent succès et après avoir retrouvé le plaisir du répertoire de la musique savante, la violoncelliste qu'elle est décide de travailler sur un album compilant des pièces romantiques au violoncelle et au piano. Il se fait contre l'avis de ses proches qui craignent la virage trop brutal qu'elle adopte. Les résultats ne se font pas attendre et c'est un échec cuisant.

Brian Chandler disparaît en 1974, la relève
Le gestionnaire retrouvé mort laisse la WRR dans un grand questionnement. Brian était un génie, un vrai, et continuer les enregistrements sans lui semble délicat. Marius prend la décision d'arrêter l'activité du studio pour se concentrer sur la gestion des enregistrements et l'évènementiel. Il place Morticia en gérante, elle-même ne produisant déjà plus rien pour elle-même, se contentant de collaborations et de compositions pour d'autres.


U.C précisions à venir...
Revenir en haut Aller en bas
Morticia M. Morrison

Morticia M. Morrison


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 37
| AVATARS / CRÉDITS : Sandi Thom
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents retrouvant leur emprise
| PATRONUS : Loup gris
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Caught out in the rain - Morticia Empty
MessageSujet: Re: Caught out in the rain - Morticia Caught out in the rain - Morticia EmptyDim 7 Mar 2021 - 21:10

Caught out in the rain - Morticia Sandi%20thom
Discographie officielle de Morticia Morrison, The Lady



Premier album, 1964 - Living Ghost
Ce premier album sans être un grand succès introduit l'artiste dans le milieu du jazz en-dehors de la scène du pub où elle a fait ses premiers pas en professionnelle. Il fait faire connaissance avec la voix chaude et jazzy de la jeune femme.

1-Minnie the Witcher     Ref
Une jeune sorcière des quartiers difficiles et aux manières laissant à désirer rêvant de voyage et d'aventures se laisse séduire par un beau jeune homme la couvrant de beaux présents, l'empêchant de réaliser qu'elle a ainsi perdu sa liberté et s'est laissé acheter.

2- Desire     Ref
La narratrice s'adresse à un homme, lui décrivant relativement poétiquement les réactions qu'elle peut avoir à sentir étreintes ou baisers de sa part, laissant entendre toute l'envie bien moins poétique qu'elle peut en avoir.
Les spectateurs réguliers du Gentleman Assoiffé ont souvent supposé que Morticia s'adressait au propriétaire des lieux.

3- How I Feel     Ref
Le narrateur parle de ses ressentis face à de petits détails de la vie et célèbre cette simplicité, donnant une impression de renouveau après une période bien plus sombre.

4- The House Of The Dying Sun     Ref
Le narrateur raconte à mots couverts sa déchéance suite à son passage dans cette "House of the dying sun", la difficulté de la vie, les dérives qui peuvent survenir, et met en garde ceux qui pourraient l'écouter.
Ceux qui sont assez proches pour connaître son histoire savent que derrière cette maison se cache l'asile où Morticia a passé de longs mois.




Second album, 1966 - Turn On The Lights
Travaillé après la naissance de sa fille et son mariage, cet album bien plus blues est imprégné des ressentis de l'artiste, bien plus personnel que le précédent. Histoires d'amours, doutes et autres incertitudes dans un registre blues en font un succès rapide durant quelques mois jusqu'à ce qu'une autre jeune artiste ne sorte un album bien plus dans son temps.

1- My Only Hope     Ref
La narratrice se confie aussi bien sur le bonheur que représente sa maternité et les espoirs qu'elle place en son enfant que sur ses peurs de mal faire et décevoir son enfant, peignant un tableau réaliste du baby blues dont elle ne s'est pas débarrassé.
Cette chanson est assez évidemment dédiée à Eupraxia Draven, la fille de Morticia.

2- Stay With Me Deary     Ref
La narratrice offre une supplique à un homme visiblement décidé à la quitter, tentant de lui remettre en mémoire quelques doux moments pour le retenir, l'implorant de rester à ses côtés.
Les fans n'ont pas mis longtemps à faire le lien entre cette chanson et le divorce du couple Draven quelques mois plus tard bien qu'il ait été une décision commune.

3- Bang Bang       Ref
La narratrice semble éprise d'un homme dont le sens de la loi est discutable, se disant prête à le suivre malgré le danger des balles qui fusent, jusqu'à le rejoindre "de l'autre côté" si il le faut pour qu'ils soient unis.
Petite provocation de la sorcière en citant des méthodes et des armes moldues devant un public sorcier. Seul les initiés et proches savent qu'elle peut évoquer là les activités frauduleuses de son époux.

4- The One       Ref
La narratrice amoureuse interroge son amant en espérant qu'il répondra qu'elle est bien celle qu'il aime et surtout la seule.
Les différents du couple Draven a durant une courte période laissé Morticia soupçonner son époux de lui être infidèle. Même si il s'est avéré que c'était faux elle a changé ses sentiments en paroles d'une chanson. Il s'est avéré que c'est l'un de ses grands succès.





Troisième album, 1969 - Listen To The Night

La voix bien marquée par le temps et les excès donne l'occasion d'exploiter un aspect plus rock au blues expressif de l'artiste. Bien plus affirmée l'artiste parle de ses regrets et de ses sentiments encore vifs entre ses vieux démons qui refont parfois surface. Le succès est foudroyant et on entend parler de la Lady dans tout le Royaume-Uni voire plus.

1- I Wanna Live       Ref
Cette chanson nous laisse voir comment une enfance difficile a mené à une vie hasardeuse et de mauvais choix. La narratrice, l'enfant devenue adulte, raconte quelques étapes de cette vie (passant des violence du père par les excès de la jeune adulte qu'elle a été) et nous fait comprendre qu'elle n'est pas née comme une mauvaise fille mais est devenue une femme perdue ayant gardé la peur du noir et de ce qu'il cache.
Si les faits sont légèrement modifiés Morticia exprime sa propre frustration face à l'attitude de ses parents et ce qu'elle a entrainé de sa vie, exprimant également sa phobie de la solitude et sa volonté de bien faire autant pour elle que sa famille.

2- Bad Woman Blues        Ref
La narratrice assume ici un comportement discutable, laissant entendre à un homme qu'il peut toujours l'avoir sans attendre d'elle la sagesse et la constance d'une bonne petite femme. Elle donne donc ses avantages et promet une vie animée si il décide d'accepter.
Composition presque complète de Purdey Savage, une autre artiste de la WRR, cette dernière lui en fait cadeau trouvant le texte particulièrement adapté tant à la voix de Morticia qu'à son caractère. C'est assez amusée qu'elle en reprend quelques détails avant d'effectivement l'ajouter à son album.

3- I Don't Care      Ref
La narratrice exprime un regret, une peur, sa tristesse. L'homme qu'elle aime est bien son amant mais n'est pas réellement à elle, pensant à d'autres dans ses bras, et la situation lui pèse. Malgré les efforts qu'elle peut faire pour lui plaire et ses sentiments, elle sait qu'un jour il finira par ne plus revenir.
Bien que divorcés les proches de Morticia savent qu'il lui arrive de repasser quelques nuits avec Marius et que si elle le nie, elle est loin d'avoir enterré à ses sentiments pour lui. Ils sont pourtant bien séparés et loin d'être exclusifs.

4- I'm Not a Hero         Ref
La narratrice parle de ses faiblesses et de sa peur à l'idée de ressembler de plus en plus à ses parents qu'elle a tant détesté. Elle exprime autant ses regrets, ses fautes, et sa condition de simple être humain.
Morticia confie ses difficultés à résister à ses vieux démons et excès comme ces quelques similitudes qu'elle constate malgré elle avec ceux qui l'ont abandonné il y a des années.




Quatrième album, 1971 - Romantic Thoughts
Plus de voix, plus d'orchestre, Morticia enregistre un répertoire de musique savante pour violoncelle et piano, prenant de grands noms aussi bien sorciers que moldus. Personne ne sait réellement ce qui lui a pris de se lancer dans ce projet et si son jeu reste d'une très bonne qualité le public est déçu et cet album est un échec plus que total.

1- Suite pour violoncelle seul n°1 , J. S. Bach  
Audio

2- Suite pour violoncelle seul n°2 , J. S. Bach
Audio

3- Suite pour violoncelle seul n°3 , J. S. Bach
Audio

4- Etude en ré majeur pour violoncelle , G. Mircellus
Compositeur sorcier du 19ème siècle

5- Nocturne op 9 n°2 , F. Chopin
Audio

6- Sonate pour violoncelle et piano , C. Debussy
Audio

7- Sonate pour violoncelle et piano , R. Carminati
Compositeur sorcier du 18ème siècle

8- Sonate au clair de Lune , L. van Beethoven
Audio



Collaborations et autres...

Les Croque-Mitaines
A Darker Shade of Black - ??? 3ème album des Croque-Mitaines
Un couple chante ses regrets suite à une rupture, remettant une part de la faute sur l'autre. D'abord un dialogue, la fin se fait en polyphonie, marquant l'incapacité des deux protagonistes à se comprendre.
Composition commune entre le groupe et la chanteuse de 1967. Le groupe a changé de label en pleine production mais les deux partis ont décidé de poursuivre le projet jusqu'au bout.


U.C
Revenir en haut Aller en bas
Morticia M. Morrison

Morticia M. Morrison


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 37
| AVATARS / CRÉDITS : Sandi Thom
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents retrouvant leur emprise
| PATRONUS : Loup gris
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Caught out in the rain - Morticia Empty
MessageSujet: Re: Caught out in the rain - Morticia Caught out in the rain - Morticia EmptyVen 12 Mar 2021 - 23:15

Caught out in the rain - Morticia N-KZxBHVjW0

Dire qu’elle était éveillée était un bien grand mot. Elle ne dormait pourtant pas. Il en était ainsi la plupart du temps. Depuis quelques jours elle ne sortait même plus de cette chambre. Ses poignets commençaient se faire douloureux à cause des liens. Ils n’étaient pas trop serrés, pas à chaque fois, mais les porter si longtemps avait abîmé sa peau. Morticia ainsi éveillée savait que d’ici peu de temps elle serait capable de se lever et qu’ils ne tarderaient pas à apporter la dose suivante. C’était la méthode ces derniers temps pour qu’elle ne soit pas trop difficile. Régulièrement ils avaient tenté de “lui laisser de la marge” comme ils disaient. Cela se terminait toujours de la même façon. Immobilisée entre des bras bien plus solides qu’elle, à la limite de sentir ses côtes se briser sous cette immobilisation, on lui tenait la mâchoire pour s’assurer qu’elle boirait la potion avant de la ramener ici, replaçant les solides liens, et l’abandonnant simplement comme ça. Difficile pour elle de savoir réellement ce qu’elle préférait finalement. Quoi qu’on pouvait plutôt parler de ce qui était le moins pénible. A être embrumée ainsi elle en avait perdu le compte des heures et des jours.

Comme prévu, le son de la clé dans la serrure n’avait pas tardé à se faire entendre, laissant la lourde porte s’ouvrir. La pièce était si sombre que la faible lumière du couloir suffisait à l’éblouir. Qu’est-ce que cela serait cette fois? La fameuse potion? Quelque chose à manger peut-être? Un nouveau de leurs traitements “expérimentaux”? Un tout autre geste bien moins médical? Comme à chaque fois son coeur s’était emballé, sachant qu’elle n’était pas totalement éveillée, bien incapable de réagir, à peine capable de répondre si on lui posait une question. L’homme d’une carrure assez imposante (comme la plupart des infirmiers de l’endroit d’ailleurs) avait laissé tomber sans ménagement sur le bas du lit un tas de vêtements.

-Jour de chance Morticia, tes parents ont changé d’avis, tu sors aujourd’hui.

Sortir? Ses parents? Vraiment? Cela faisait des mois qu’elle était ici, des mois qu’elle vivait ce qu’elle imaginait terriblement proche de ce que l’on pouvait penser être l’enfer. Il avait libéré ses poignets avant d’ouvrir les rideaux qui obstruaient la petite fenêtre de la chambre. Une petite fenêtre assez grande pour laisser passer la lumière, pas assez pour qu’elle puisse imaginer y passer pour sortir. Suite à cela il était reparti, refermant à clé la lourde porte épaisse. Il n’était pas si difficile de comprendre ce qu’il attendait, y compris pour son esprit ralenti. Le tas de vêtements, c’était les siens, ceux qu’elle avait à l’époque où elle avait passé les portes de l’établissement la première fois. Autant dire qu’elle n’avait pas beaucoup hésité avant de les enfiler. Ils ne lui allaient plus exactement, mais qu’importe. Une robe qui n’était pas forcément de saison et une petit veste. Mais ce n’était que le temps de sortir, n’est-ce pas? Anxieuse, elle s’était assise sur le bord du lit, attendant avec patience. La jeune femme en venait presque à ressentir une certaine impatience à l’idée de revoir ses parents. Elle pourrait presque prendre Lazare dans ses bras sous l’excitation. Qu’est-ce qui leur avait fait changer d’avis? Aucune idée, aucune importance. Tout ce qu’elle voulait, c’était sortir d’ici. Le temps passait, les heures passaient, et elle sentait son esprit retrouver peu à peu ses marques. Ce n’était pas encore ça, mais elle serait sans doute capable de tenir une conversation actuellement. Après cette attente interminable, c’était un autre homme qui était revenu la chercher. La jeune brune ne s’était sans doute jamais montrée aussi docile qu’au moment de le suivre.

Au moment d’arriver dans ce grand hall d’entrée, elle s’était attendue à revoir sa famille, au moins l’un de ses membres. Mais personne. Ils étaient peut-être dehors? Il faut dire que l’endroit n’avait rien de bien avenant, même avec ces quelques plantes vertes qui faisaient illusion. Conduite jusqu’au guichet, c’est une femme au visage ridé et peu aimable, le rouge à lèvres débordant par endroits de ses lèvres fines et pincées, lunettes posées sur le bout du nez, qui s’était adressé à elle en ressortant son dossier.

-Morrison, Morticia, Morgane, née le 31 octobre 1943, entrée le 12 juillet 1962 pour hystérie et comportement dangereux. C’est bien cela?

Morticia avait hoché la tête. Elle n’était pas d’accord avec tout ce discours mais si on lui demandait son identité finalement elle n’était pas en position de discuter. Tant qu’on la laissait sortir au bout du compte…

-Les documents ont été signés, les décharges sont en règles, vos parents ont terminé les démarches ce matin. Je vais vous rendre vos affaires et vous pourrez sortir.

La femme à la voix nasillarde avait sorti d’un grand placard un petit casier avant de le tendre à la jeune femme. Dedans, sa précieuse baguette, une paire de chaussures… et c’est tout? Pas de documents, pas de jeu de clés, pas de bijoux, sur tout ce qu’elle avait eu sur elle au moment de son entrée dans ce lieu infâme ne restait que sa baguette et une paire de chaussures?

-Excusez-moi, mais il manque quelques objets.

Regardant à nouveau le casier puis le dossier l’antipathique femme avait fait un “non” de la tête.

-Non, vos parents les ont récupéré. Il semblerait que vous ne soyez plus attendue chez vous Mademoiselle. Ils ont plus ou moins récupéré “leurs” biens.

Morticia était effarée. C’était donc la raison de ce changement. Ils n’étaient pas revenus sur leur décision. Ils avaient simplement changé de méthode. Opté pour quelque chose de bien plus radical en somme. La jeune femme dépitée et sous le choc avait repris ce qu’on lui donnait avant de quitter les lieux, restant largement désireuse de sortir de cet endroit atroce. Elle avait donc passé les grandes et lourdes portes de l’entrée de l’asile, les entendant claquer avec force derrière elle. C’est un peu perdue qu’elle avait passé quelques minutes ici, devant ces grandes portes, ne sachant pas ni par où partir ni même simplement où aller. Elle était seule, abandonnée, perdue, mais libre. Difficile de savoir si c’était un soulagement ou non finalement. Morticia était libérée de cet endroit, abandonnée de sa famille, jeune femme seule dans les grandes rues de Londres et sans le moindre plan en tête. Les chose partaient assez mal.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Caught out in the rain - Morticia Empty
MessageSujet: Re: Caught out in the rain - Morticia Caught out in the rain - Morticia Empty

Revenir en haut Aller en bas

Caught out in the rain - Morticia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: Ecrivez votre histoire :: 
Vos biographies
-