GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
Le deal à ne pas rater :
NIKE : -20% supplémentaires sur les articles déjà en promo ...
Voir le deal

Partagez

Escale au pays | NEO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Anselmus Spudmore

Anselmus Spudmore


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 228
| AVATARS / CRÉDITS : © Egérie de Agathe, parce que je le vaux bien !
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Randolf, son aîné
| PATRONUS : Un sanglier
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Escale au pays | NEO Empty
MessageSujet: Escale au pays | NEO Escale au pays | NEO EmptyJeu 4 Mar 2021 - 12:26

Randolf avait été audacieux de choisir le bois de sycomore pour le manche du Faucon Noir. Une caresse suffisait à le faire changer de direction. Après deux heures de trajet, Anselmus avait perdu le réflexe de vérifier sa position sur l’aiguille de la boussole accrochée au manche. La course ne variait pas d’une brindille. Les vents n’étaient pas poussifs à la basse altitude que lui permettait de conserver l’extension du sortilège d'invisibilité dont jouissait son balai. Depuis Gibraltar, il était passé au-dessus de l’Espagne et de la France sans que aucun Ministère ne détecte sa présence. Impossible pourtant de se branler sur cette splendide prouesse magique. Ce balai ils en avaient fait cadeau aux mangemorts, quel gâchis !

Pour le pilote en bout de course, la côte britannique est à la fois tendre et tapageuse. La brise qui souffle du sud vous berce dans l’odeur saline des marées de mars. Le plumage blanc des mouettes que contemple les doux rêveurs, qui fait verser de l’encre aux poètes, arrête de vous enchanter dès que vous planez au milieu de leur nuée. Leurs cris stridents préfigurent l’animation de la ville avant que le vent n’apporte la fragrance âcre de l’air pollué.

Un simple détour, pour contourner l’industrieux désordre du Sud de la ville dans lequel il se serait perdu, aida Spud à retrouver son chemin plus à l’Est. Le sorcier ne connaissait pas de plus belles courbes que celles de la Tamise. Les bâtiments d’un autre temps, orgueilleux, délabrés, noircis par les fumées des pots d’échappement se dressaient au-dessus de la marée des toits et de la forêt des antennes. Le sommet de la colonne dédiée au grand incendie de la ville étincelait au-dessus de ce fourbis comme un gigantesque gallion dans le soleil couchant. Londres vue du ciel était cette mosaïque dense et monstrueuse. Il profita d'être invisible pour voler plus bas, au-ras des vaguelettes. La brise le ramenait vers sa patrie et cette fois-ci, il ne resterait pas tout seul, il avait appris la leçon. La sinistre cloche de Big Ben annonça la tombée de la nuit. Alors il bifurqua à droite au niveau de Southwark Bridge et remonta en chandelle.

Neolina n’était pas présente chez elle quand il toqua. Forçant le passage avec un alohomora raté qui dégonda sa porte, il ne s’était pas attendu à tomber nez à nez avec un croup de l'autre côté. Le chien l’avait d’abord accueilli puis suivi en gueulant mais une vieille gaufre surgelée avait fini par acheter son silence. Anselmus dévorait les siennes avec le même appétit, il se léchait le bout des doigts, la paume de la main. Le dîner de fortune avait pourtant la texture d’une vieille semelle. Il les avait fait cuire avec une baguette qu’on lui avait dépanné sur le rocher à l’entrée de la méditerranée. C’était vraiment une sale baguette, quoi que sûrement pas aussi sale que sa provenance mais hé, le fugitif n’en était plus là.
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 393
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @mittwoch
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Escale au pays | NEO Empty
MessageSujet: Re: Escale au pays | NEO Escale au pays | NEO EmptySam 20 Mar 2021 - 18:49

Beaucoup de gens attribuaient à Neolina un caractère de Poufsouffle, et à raison d’ailleurs. Mais la roumaine avait toujours trouvé ce système de maisons un peu réducteur et ce fut avec le courage qu’on attribuait aux Gryffondor qu’elle sortit sa baguette ce soir-là, face à sa porte dans un piteux état. C’était qu’elle avait une certaine bravoure qui ne s’exprimait pas toujours dans l’ombre des Aurors, mais qu’on pouvait déceler ça et là dans sa vie de par les difficiles décisions qu’elle avait du prendre. Mais avant de foncer, la petite blonde prit une minute tout de même pour analyser ce qui se passait. L’hypothèse la plus probable était un cambriolage et à vrai dire, si quelqu’un était venu pour ça, il avait sans doute du être bien déçu. Ou alors, c’était plus personnel et là… Bien qu’elle savait qu’elle faisait un métier dangereux, Neo n’avait aucun ennemi connu. Aurait-elle dû appeler un collègue et jouer la prudence ? Peut-être. Pourtant, baguette brandie, Neo se tenait prête en récitant mentalement quelques sorts d’attaque bien pratiques au cas où. Après tout, Gabi était là dedans et la peur qu’il soit arrivé quelque chose à son chien prit rapidement le dessus sur la raison. Aussi poussa-t-elle la porte doucement, et le bois grinça de la façon la plus désagréable qui soit;

Comme si tout était normal, le croup se jeta dans ses jambes et la gratifia d’un accueil chaleureux qui allégea son petit coeur inquiet. Gabi allait bien. Tout allait bien. L’instinct de garde de son chien avait du faire fuir l’intrus, et voilà. Un peu rassurée, la roumaine reporta donc toute son attention sur la brave bête, baissant légèrement sa garde alors qu’elle le gratouillait derrière l’oreille en retirant ses chaussures du bout du talon. Les habitudes reprirent vite le dessus, et elle entra dans le salon comme si de rien n’était, avant que son coeur ne fasse le bond de sa vie. Il y avait quelqu’un ! Aussitôt, Neolina brandit sa baguette en jurant en roumain, prête à balancer un Petrificus Totalus, mais le sortilège mourut dans sa gorge alors qu’elle reconnaissait le visage épuisé qui lui faisait face. « Ansel… Anselmus ? » Tout se bousculait dans sa tête, et son résidu de panique n’aidait pas à avoir les idées bien claires. Elle se savait pourtant en sécurité, mais son coeur battait aussi vite que si elle avait couru un 100 mètres.

Cela faisait des mois qu’elle n’avait plus de nouvelles de son ami anglais. À son retour à Londres, ils s’étaient revus quelques fois, comme au bon vieux temps, mais très vite les ennuis avaient rattrapé l’ensorceleur. Elle se souvenait encore de l’article sordide paru dans la Gazette, et les accusations terribles qui reposaient sur lui. Pas une seconde elle n’avait douté de l’intégrité d’Anselmus, pas une. Son grand coeur inquiet et elle étaient donc partis à sa recherche pour obtenir la vérité de sa bouche mais puisque même le Ministère ne pouvait le retrouver, que dire de Neolina…  Mieux valait sans doute qu’il ait disparu après tout, et si parfois la pensée de son vieil ami resurgissait - et l’angoisse avec - au moins espérait-elle qu’il soit toujours en vie quelque part, loin. La perspective de l’avoir perdu la terrifiait, aussi n’imaginait-elle pas le pire - à quoi bon ? Et son instinct ne l’avait pas trompé puisqu’il était là, et bien là, en face d’elle. Sans plus réfléchir, elle se précipita dans ses bras et l’étreignit sous les jappements de Gabi qui supportait mal que l’affection de sa maîtresse soit reportée sur quelqu’un d’autre. La joie de le revoir supplantait la sensation désagréable de l’odeur qui émanait de lui, et elle le prit dans ses bras avec la force du désespoir. « J’ai eu si peur, si peur ! » Pas pour la porte, évidemment, quoi qu’un peu tout de même. « Je t’ai cherché partout tu sais ! » Comme si elle essayait de se justifier alors qu’elle n’était même pas fautive, un comble. Finalement, Neo relâcha son étreinte et attrapa le visage sale de son ami entre ses petites mains, détaillant ses traits qu’elle n’avait pas vus depuis trop longtemps. « Dis-moi… » demanda-t-elle d’une voix douce, car l’heure n’était pas aux questions, mais à l’écoute. Et ça, Neo, c’était un peu sa spécialité.
Revenir en haut Aller en bas

Escale au pays | NEO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre :: 
Les lieux d'habitations
-