GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé

Partagez

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyDim 21 Mar 2021 - 18:18


Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyLun 22 Mar 2021 - 16:44

Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyLun 22 Mar 2021 - 17:27

Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyMar 23 Mar 2021 - 20:44

Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyMar 23 Mar 2021 - 21:48

Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyVen 26 Mar 2021 - 8:53

Ils perdirent encore un peu plus de temps sous la douche, ce dont ni l'un ni l'autre n'aurait dû être surpris, à vrai dire, au vu de leurs états de service respectifs. Ils perdirent momentanément de vue le temps et leur objectif d'être redescendus dans les temps, la faute à de nouvelles salves de caresses et de baisers, la faute à ce parfum de savon sur sa peau, et la douceur d'un lait pour le corps à la senteur poudrée.

Finalement, c'est juste à temps qu'ils réussirent à se glisser à la table de la terrasse principale, se faufilant entre quelques employés affairés, s'excusant dans un rire qui avait des accents adolescents. Ne se déparant pas de son attitude bienveillante, Fiona de Vermandois les accueillit d'un sourire où dansait une lueur amusée, et peut-être bien un peu de mélancolie, le souvenir de jours passés. Il avait craint d'avoir marqué de mauvais points, comme avec Fenella... mais non. La grand-mère de Meredith était aussi maternelle et chaleureuse que sa mère était glaciale.

La grande dame se contenta d'interroger Gauwain sur ce qu'il avait pensé de la demeure, et de la visite offerte par sa petite-fille. Il y avait sur sa bouche un petit sourire qui disait qu'ils ne la trompaient pas, mais Gauwain s'efforça d'expliquer à quel point il avait trouvé cela passionnant. Impressionnant. Magnifique. Et pour souligner ce dernier mot, il était possible qu'il aie prétendu remettre en place sa serviette pour effleurer la cuisse de sa compagne.

Si le domaine avait un charme manifeste de jour, il révéla un pouvoir particulier à la nuit tombée. Invitant à rester en ses murs tout en ouvrant grand les fenêtres à l'air doux de cette fin de printemps, laissant entrer dans la chambre l'écho de fleurs, porté par un vent doux. La nuit aurait été courte, s'ils n'avaient pu profiter d'une grasse matinée, corps mêlés entre les draps de satin, repus et parfaitement en paix.

La journée s'écoula paisiblement, loin de l'effervescence qui gagnait la demeure alors qu'approchait l'heure de la fête. Elle l'emmena découvrir les environs, sur des vélos, découvrant à chaque nouveau kilomètre un univers de soleil, de poussière et de sable. Partout, la végétation était verte mais sèche, comme si on évoluait ici au royaume de la chaleur, à l'inverse de la campagne galloise régulièrement caressée par l'onde.

Meredith souriait, heureuse et détendue, comme un poisson dans l'eau. C'était un plaisir de la suivre à la découverte de cette région, de l'écouter échanger quelques mots en français avec les habitants croisés ici et là. Ils firent une pause dans un petit village, à un café qui avait probablement connu la Guerre, et où la tenancière, une femme rude et ronde, leur pinça les joues avant de leur donner une citronnade.

Mais le plus marquant fut sans nul doute la Méditerranée, qui n'avait rien de commun avec la mer bordant les côtes à Saint-Davids. C'était une vue digne d'un tableau, avec ces flots calmes, où glissaient tranquillement des voiliers blancs, ces rives où paressaient des baigneurs aux parasols bigarrés.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyVen 26 Mar 2021 - 11:59

Fiona de Vermandois avait opté pour une décoration romantique.
Des nuances d’un blanc virginal et d’un rose poudré, le tout agrémenté de parme et d’un bleu aussi pur que la mer Méditerranée. Tout un camaïeu de couleur qui lui faisait penser à ce couple de jeunes personnes qu’elle accueillait entre ses murs et qui lui rappelaient des souvenirs vécus avec son Aristide. La bientôt septuagénaire connaissait la fougue de cette jeunesse et avait bien compris les quelques tourments significatifs qui étreignaient  et ce, à juste titre, les deux jeunes amants. Elle avait connu cela, avait apprécié cela, et voir que sa tendre petite-fille connaissait les mêmes émois suffisait à la satisfaire. Le regard brun clair avait bien entraperçu le petit manège qu’offrait la danse du couple, lorsqu’essoufflés, ils s’étaient présentés à sa table. Comment leur en vouloir ? Ils profitaient. Et ce, avec la plus belle simplicité du monde.

La Comtesse de Vermandois les avait évidemment soutenus dans leur démarche d’exploration en bicyclettes sous un soleil quelque peu radieux du mois d’Avril. Toute de rouge vêtue, comme à son habitude, la belle blonde avait revêtu un chapeau aux bords en forme de vague, une tresse quelque peu désordonnée avait fait se joindre sa longue chevelure blonde et une robe tout aussi rouge et vaporeuse qui ne se privait nullement de se soulever sous la légère brise de la côte française. Satisfaite, elle avait déposé son vélo contre un muret de pierres et s’était avancée les pieds nus dans le sable encore tiède. L’idée d’un bain de minuit futur venait de germer dans son esprit. La dernière soirée sûrement, pour célébrer ce séjour en apothéose. Or, il était temps de rentrer car la soirée d’anniversaire allait débuter et tous deux, devaient revêtir leurs costumes respectifs. Repartant en sens inverse, l’aspirante Auror avait pris la main de son petit ami, l’autre poussant le moyen de locomotion, tout aussi rouge que l’entièreté de sa tenue.

Arrivés dans le domaine, la Présidente du BDE courut jusque dans leur chambre à la couleur d’émeraude, se laissant tomber dans les draps. Fermant son regard d’absinthe pure quelques minutes pour savourer le silence. Avant que celui-ci ne soit remplacé par la valse des domestiques et des invités. Celle qui n’aurait de fin que quand Fiona de Vermandois célèbrerait ses soixante-dix ans en ce monde. Avec un petit rire, la jeune femme accueillit son compagnon qui la couvrait de baisers, avant de se dérober tout naturellement à sa torture pour le moins appréciable. Néanmoins, il était temps de se changer. De revêtir une autre peau. Quelque chose qui irait de connivence avec cette fête célébrée dans le plus beau des héritages. Les souvenirs passés entre ces murs étaient les plus beaux, surtout quand Meredith Hawthorne se faisait aimer de nouveau par Gauwain Robards.

Après encore de fougueux baisers et une étreinte se terminant sous une douche bienfaitrice, il était temps, -enfin-, d’évoluer vers une tenue plus adéquate. En ce qui concernait la demi-Vélane, elle avait opté pour une élégance, somme toute à la française. Témoignage intrinsèque de ses racines. Optant pour troquer sa longue chevelure d’ordinaire blonde pour des couleurs à la lisière d’un rose pâle et d’un parme clair. Cette dernière se parant de fleurs et de papillons virevoltant. Enfilant des longs bas blancs et intégrant ses pieds délicats dans des souliers à la facture noble, Meredith Hawthorne avait besoin de Gauwain Robards pour parfaire sa tenue. A savoir, resserrer les lanières de ce corset qui soulignait sa taille et sa poitrine voluptueuse. Avec un frisson, la jeune femme sentait les doigts de son amant courir sur le tissu. Sachant à merveille, le plaisir que ces mêmes doigts pouvaient lui procurer.

- Qu’en dis-tu ? L’avait-elle questionné en chuchotant, tout en se tournant souplement vers lui, dans une chorégraphie gracieuse. Tu aimes ? Souriait-elle, attendant de voir sa tenue à lui et de la réajuster.

Le cas échéant.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyVen 26 Mar 2021 - 21:03

A vrai dire, il n'aurait rien eu contre le fait de passer le reste de la soirée enfermé dans cette chambre, avec elle, loin de la fête. Juste eux, dans une bulle, une autarcie parfaite. La peau de Meredith était réchauffée de soleil, et son sourire était impeccablement rouge, qui aurait pu lui en vouloir d'avoir souhaité la retrouver entre les draps, hein ? Ou de n'avoir par résisté au fait de cueillir à même ses seins les gouttes d'eau roulant sur son corps divin ?

Mais.... …..il savait, au fond de lui-même, que ç'aurait été faire injure à sa grand-mère, elle qui lui avait ouvert sa porte et qui bénissait leur relation. Il ne souhaitait pas manquer de respect à Fiona de Vermandois. Hors de question. Alors, il laissa Meredith se dérober à ses baisers, aller chercher dans sa valise de nouveaux atours, de quoi faire de cette soirée un moment vraiment particulier.

Lorsqu'elle lui avait dit qu'il s'agissait d'une soirée costumée, il n'avait pas compris, d'abord. Pour un tel événement, on se serait attendu, lui semblait-il, à un certain protocole, une certaine solennité. Cependant, à présent, il jetait sur cette décision un autre regard : à n'en pas douter, elle faisait revivre ainsi tous les rôles qu'elle avait dû endosser tout au long de sa vie, et partageait ces souvenirs à tous ses invités. Il en était certain, il s'agissait également d'une déclaration, d'une preuve d'amour ; oui, Fiona semblait aimer la vie et ses plaisirs. Aussi cette fête serait-elle à son image.

Meredith s'était laissée inspirer par les siècles anciens, et par cette patrie qui avait nourrie une partie de son enfance. Elle était sublime, dans cette robe très décolletée, qui réinventait les tenues de Cour du XVIIIe siècle ; dans les tons qu'avait choisis sa grand-mère, elle paraissait à la fois sensuelle, tentatrice et pure, avec ces papillons qui bruissaient autour d'elle et ces fleurs qui semblaient s'ouvrir lorsqu'on les effleurait.

Oui, s'il était volontaire pour l'aider avec son corset, il le serait encore plus tout à l'heure, pour le lui retirer. Pour l'instant, cependant, il n'en était pas question, et il devait se contenter de caresses sages, de baisers dans sa nuque, se tenant contre elle, torse nu.

« J'en dis que tu es la plus jolie des Marquises. Tu vas attirer tous les regards. »

Un nouveau baiser, profond, tendre, avant qu'il ne doive s'atteler à son propre costume. Sur un pantalon bleu roi, il lui restait à revêtir une veste blanche, ourlée d'argent, la taille soulignée de cyan. Il inspira, ajustant la tenue.

« Tu me donnerais un coup de main pour les cheveux ? »

Avec un petit sourire, il se permit une plaisanterie, pour évacuer la tension qu'il sentait remonter.

« Je sais que tu préfères m'aider avec mes cravates, mais.... la coiffure est un autre élément essentiel, n'est-ce pas, Miss ? »

Car oui, Gauwain espérait que tout cela ne tournerait pas mal. Il savait que parmi les invités se cachait Fenella de Vermandois, et dans la mesure où il n'avait toujours pas emporté l'adhésion de sa mère, il allait éviter d'accepter quelque boisson que ça soit venant de cette femme. Et pour le reste, son niveau de français ne lui permettrait pas de faire connaissance avec beaucoup de monde. Ou bien les Français étaient-ils meilleurs qu'on ne le prétendait, pour ce qui était du maniement de la langue de Shakespeare.

Il la laissait travailler ses mèches brunes, quand une pensée fugace se rappela à lui.

« J'espère qu'on pourra discuter à nouveau avec ta grand-mère. Ton grand-père a l'air d'avoir été un homme inspirant. J'aimerais bien qu'elle nous en raconte plus à son sujet. Voir à quoi il ressemblait. »

La veille, au dîner, ils avaient surtout parlé de la carrière cinématographique de Fiona, et de ses occupations actuelles. Mais.... il gardait une curiosité concernant l'homme qu'elle avait aimé.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptySam 27 Mar 2021 - 11:52

L’envie de déroger aux règles de bienséance établie était conséquente.
Comment ne pas vouloir rester entre des bras musculeux et protecteurs, durant tout ce séjour aux résonances familières et familiales ? Il était ardu pour Meredith Hawthorne de se désolidariser de l’étreinte de Gauwain Robards, une nouvelle fois. Bien qu’il l’aimât comme il savait si bien le faire et le lui démontrer, la belle blonde n’en restait pas moins focalisée sur le devenir de cette soirée d’anniversaire. Elle le retrouverait sûrement après, dans une union toujours couronnée d’ivresse et d’adoration. Quand il serait obligé de l’aider une nouvelle fois, mais à défaire son corsetage cette fois-ci.

Avec un large sourire empreint de rouge vermeille et de vénération, quand le regard vert d’absinthe pure se posait sur son interlocuteur, la demi-Vélane ne put empêcher le rosé de lui monter aux joues poudrées par un maquillage parfaitement exécuté. Son compliment était le plus appréciable et sortant d’entre les lèvres de son aimé, la plus belle des récompenses. Heureusement que ce dernier ne voyait pas le trouble naissant qui animait la jeune femme. Car occupé, à sublimer sa taille, à couvrir son corps de baisers ténus et de caresses timorées.  

- J’en dis que vous êtes bien flatteur, Monsieur le Marquis. Avait-elle soufflé doucement, tout en se retournant pour voir l’ancien Serpentard dans un costume qui lui seyait à la perfection. Bien sûr. Avait-elle répondu avec un léger rire, quand il lui avait soumis l’idée de réajuster au mieux sa chevelure brune plutôt qu’une potentielle cravate.

La Présidente du BDE aurait pu utiliser sa baguette pour sublimer bien plus facilement les mèches brunes de son amant. Mais, rien ne valait le sens du toucher et l’adoration dont elle faisait preuve, en laissant s’égarer ses fins doigts. En plus de ce corps athlétique qu’elle révérait de nombreuses fois par des soupirs alanguis et fiévreux, l’ancienne Serpentard aimait cette essence que le Gallois pouvait avoir. Un tendre sourire apparut sur les lèvres pleines, quand elle sentit la tension qui commençait à se distiller dans les veines de son vis-à-vis. Il craignait une personne en particulier, et la jeune femme pouvait le comprendre. Fenella de Vermandois serait là, mais ne serait pas la seule convive. De toute manière, c’était la Grand-Mère qui serait la véritable reine de cette soirée. Et non, sa propre fille.

- Grand-Mère sera sûrement ravie de partager avec nous ses souvenirs d’antan. Et nous montrer sa pièce, destinée à son seul amour en ce monde. Avait murmuré la fille unique de la Comtesse de Vermandois, tout en réajustant le col de cette veste d’officier, terriblement tentatrice. Et d’y tapoter sa main fine et délicate, avec un sourire affectueux. Merci.

Récupérant son Loup, afin d’occulter légèrement son visage, Meredith Hawthorne prit Gauwain Robards par la main, le temps de descendre le grand escalier central pour mener à la cérémonie. Il y avait déjà, une quantité impressionnante de convives. Tous déguisés, comme le voulait la maîtresse de la soirée. Cette dernière n’ayant pas encore fait son apparition. Fiona de Vermandois, se laissait désirer, laissant ses invités converser entre eux dans un français racé et excellent. Un homme était en grande conversation avec une femme élégante qui voulait faire de l’ombre à celle dont on fêtait l’anniversaire. Instantanément, l’aspirante Auror reconnut sa Mère et son Père, ces derniers trempant leurs lèvres dans les flûtes de champagne mises à disposition sur une tour de verre. Où le délicat breuvage coulait à flots, sans interruption.

Fenella de Vermandois et Colin Hawthorne.

- Ne sois pas si désobligeante Fenella. Commençait, le Journaliste, tout en réajustant ses nombreuses médailles. Présentes sur son torse pour attester de son calme olympien, quand il devait supporter les caprices de sa « femme ».
- Quand tu le verras, tu comprendras. Pestait la grande blonde, en faisant jouer son éventail, sous une Ire constante.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyDim 28 Mar 2021 - 14:16

« Avec plaisir. »

Il n'était pas sûr de savoir ce qui lui valait ce remerciement, mais quoi que ce soit, il le referait, si ça la faisait ainsi sourire. Se penchant sur elle, il vînt profiter de ces dernières minutes d'intimité, l'embrassant et laissant leurs êtres se mêler. Avant qu'enfin, il ne faille ajuster les tenues et se lancer, rejoindre la fête dont l'écho leur parvenait, musique étouffée et bruissement de dizaines de conversations, que même l'auguste bâtisse peinait à contenir. Les yeux brillants, Meredith saisit son élégant loup dans une main, et son petit ami dans l'autre. Un inconnu parmi des puissants et des célèbres, Gauwain, encore anonyme, n'avait pas pris de masque pour dissimuler ses traits. Personne ne connaîtrait son identité, de toute façon, du moins jusqu'à ce que Meredith décide de la dévoiler Et cela lui allait bien comme cela.

Parvenus en haut des marches, il lui offrit son bras, dans une attitude digne, décidé à lui faire honneur.

« Miss Hawthorne, si vous le voulez bien... Laissez-moi vous conduire. »

La descente du grand escalier leur offrit deux atouts : d'une part, il donna à Gauwain l'impression d'être le nouveau couple régnant sur le monde sorcier, et cette idée le fit sourire, avec fierté. D'autre part, il leur permis d'avoir un point de vue englobant sur les convives disséminés ici et là ; la tension le reprit, en réalisant qu'il devait y avoir là, outre toute la famille de Meredith, des aristocrates de France et de Navarre. ….Tête haute.

Jetant un regard à sa compagne et cavalière, il réalisa que les yeux de la jeune femme s'était portés sur un emplacement bien particulier, et suivant cette direction, réalisa qui elle avait aperçu. Super, sa meilleure amie du monde entier...

Mère et fille s'étaient laissées inspirer par le XVIIIe siècle, semblait-il, mais d'une façon très différente, et très révélatrice.

Là où sa fille avait privilégié la sensualité et une relecture contemporaine des siècles passées, affichant sa modernité et son caractère félin, Fenella avait opté pour un costume imposant. Qui occupait l'espace et empêchait à n'en pas douter quiconque de passer une embrasure de porte en même temps qu'elle, vu la largeur de sa robe. Là où Meredith avait opté pour des couleurs pâles et fraîches, hommage subtil à sa grand-mère, Fenella avait opté pour un or clinquant, qui ne manquait pas d'attirer l'attention, de même que sa coiffure rehaussée d'une plume de focifère. Elle se voulait écrasante ; Gauwain ne pouvait pas dire qu'il était surpris.

Pas plus qu'il ne fut surpris des bribes de conversation qu'ils captèrent en approchant. Elle paraissait hors d'elle, et à n'en pas douter, il connaissait l'identité de l'objet de son agacement conséquent.

Il dédia une grimace discrète à sa compagne, et lui murmura, avant qu'ils ne soient à portée d'oreille, un ironique :

« Elle a l'air en forme... Mais son costume n'arrive pas à la cheville du tien. »

Ils évoluaient entre les convives, et il ne put s'empêcher de rajouter :

« Elle ne nous a pas vus, il n'est pas encore trop tard pour obliquer vers la terrasse. »

L'homme lui disait quelque chose, sans qu'il l'ait jamais rencontré, il en était sûr : il comprit alors qu'ils étaient à deux mètres. Ce visage, il le connaissait, parce qu'il apparaissait en miniature parfois, illustrant certains articles signé d'un nom familier. Son attention monta en flèche.

C'était le père de Meredith. Colin Hawthorne.

Profitant manifestement d'une trêve momentanée avec sa femme.

Comme si le temps ralentissait, le jeune Gallois prit le temps de détailler l'autre homme. Vêtu d'un costume militaire, le journaliste avait préféré une sobriété virile aux costumes plus... exotiques qu'avaient choisis certains, et il sembla à Gauwain que c'était là le signe d'un homme solide, en qui on pouvait avoir confiance. Il affichait présentement l'air typique du citoyen britannique en train de souffrir dignement, accueillant son tourment avec fatalisme et flegme. Et il ne paraissait pas en quête de sang, à la différence de Fenella. …..un autre allié ?

Il allait le découvrir rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyDim 28 Mar 2021 - 16:36

- D’être là. Avec moi. Avec le sous-entendu de vaincre voire de supporter un certain Dragon qui ne sera pas foncièrement heureux de revoir un certain Chevalier courtiser sa Dame. Qu’il doit protéger.

Toujours animée de sentiments tendres et amoureux à l’égard de Gauwain Robards, Meredith Hawthorne eut un certain pincement au cœur de le quitter ainsi. Du moins ses lèvres, qu’elle venait d’embrasser avec une violente ferveur. Manquant de peu, de défaire cette veste où apparaîtrait une peau nue et musclée. Cette même peau, que les labiales rouges adoraient échauffer. Et que les mains fines et délicates aux ongles toujours impeccablement manucurés de rouge bordeaux tendaient à y apposer une marque. A la fois dans la souffrance et dans le plaisir. Les deux étaient liés dans leur couple. L’un comme l’autre ne pouvant s’y soustraire. Avec un large sourire, la belle blonde sentit l’invitation grandiloquente dans la voix de son petit ami, quand celui-ci lui proposa d’être son « humble serviteur ». Gracieuse, la jeune femme prit son bras. Son Loup les occultant à moitié quand la Présidente du BDE embrassa son tutoré sur la joue. Lui chuchotant un : Je t’aime.

Jouant de son éventail en l’ouvrant et le fermant par intermittence, Fenella de Vermandois était d’une humeur exécrable. Acariâtre quand sa très chère mère, lui avait confirmé la venue du petit-ami de sa fille unique. Le jeune Gallois que la grande blonde avait eu bien la fâcheuse surprise de rencontrer, au brunch de la nouvelle année. La Comtesse de Vermandois avait pu à loisir détailler ce rustre au comportement des plus campagnards. Et aux manières indélicates. Quand, en plus sa propre fille lui avait fait l’affront de le préférer à elle ! C’était la goutte de potion de trop, qui avait fait déborder le chaudron. Parce que la grande blonde avait évidemment transplané avant d’entendre des gémissements remplis de concupiscence et de lubricité. Pour aller se plaindre à loisir chez Perseus Flint. Qui, n’avait pas été enchanté d’une telle visite.

- Merci à toi. Avait soufflé la demi-Vélane arrivée en bas des marches, au bras de son amant. Néanmoins, j’ai hâte d’une chose. Trouver un moment pour te retirer ton costume et s’adonner à quelque chose de plus intime. Me comprends-tu ? Avait murmuré la jeune femme sur le même ton enjôleur tout en dardant ses prunelles vertes dans les iris couleur chocolat. Où un feu ardent, ne tarderait pas à brûler.

Ne le connaissait-t-elle pas assez après tout ?
Meredith Hawthorne savait comment Gauwain Robards réagissait.
Tout comme lui savait, comment elle pouvait être influencée. Par lui.

- La vue de Mère est basée sur le mouvement. Chuchotait l’aspirante Auror avec tout le sérieux du monde, tout en pouffant de rire, cachée à demi, derrière son Loup.

Un sourire radieux illumina les labiales vermeilles quand la fille unique de la Comtesse de Vermandois vit son père. Habillé ainsi, il était d’une élégance noble. Comme un soldat qui s’était rendu au combat mais qui avec toute sa hardiesse, n’avait pas failli. Pour supporter la glaciale Fenella de Vermandois, il lui fallait tout le courage du monde. Alors, quand arrivèrent l’ancienne Serpentard et son ancien camarade de maisonnée, l’attention de Colin Hawthorne fut portée sur eux. Les iris brunes devinrent instantanément chaleureuses à la vue de ce jeune garçon qui aimait sa fille. Jetant une œillade à la dérobée à sa « femme ». Cette dernière manqua de s’étouffer avec une gorgée de champagne. Reconnaissant une certaine élégance au Gallois qu’elle ne lui avait pas encore vue. Mais, le dire serait comme s’asperger la bouche d’acide. Et pour ça, il en était strictement hors de question.

- Voici donc, le jeune homme qui partage nos racines ? Entama le Père, aux multiples médailles ornant son torse capitonné de bleu marine. Prenez une coupe Gauwain et ne craignez rien, Fenella ne les a nullement approchées. Un petit trait d’humour sciemment dirigé vers la grande blonde qui manqua une nouvelle fois de suffoquer.
- Quel humour Colin. Avait dit la Mère avec toute cette froideur qui pouvait la caractériser. Tu n’embrasses plus tes parents, jeune fille ? Où sont donc passées tes manières ? Autant dire que le dernier terme s’en trouvait appuyé et était destiné tout simplement au Gallois.

Fenella de Vermandois était rancunière.
Une femme à la haine tenace.
Cependant, pour apaiser les tensions naissantes Meredith Hawthorne embrassa avec affection Colin Hawthorne et sa Mère.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyLun 29 Mar 2021 - 19:08

Son expression faciale avait dû trahir sa confusion parce qu'elle explicita la raison de son merci ; il l'aima encore plus, en cet instant. Parce qu'elle le connaissait comme personne, après ces quelques mois passés ensemble. Et parce qu'elle était heureuse qu'il soit avec elle. Il n'aurait voulu être nulle part ailleurs.

Sa Reddy, toujours impeccable, et qui savait le faire sourire, savait l'émouvoir. Lui faire oublier les tensions, avec un simple je t'aime, et un baiser secret, pour se porter chance. Qu'il l'aimait ! Il espérait qu'elle le voyait dans ses yeux, qu'elle le sentait dans les caresses volées ? Sans doute pas assez. Aussi, avant qu'ils ne se mêlent à la foule, il lui glissa deux mots. Deux mots riches de tendresse, de joie, de passion. D'amour.

Ils étaient armés pour résister à toutes les tempêtes.

La plaisanterie de la jeune femme concernant sa génitrice le fit rire, et il dut faire un effort conséquent pour ne rien laisser paraître de son amusement, tandis qu'ils arrivaient à proximité du couple. Il fut bien inspiré de se calmer, parce que Fenella de Vermandois paraissait déjà à la limite de défaillir de rage ; s'il en avait rajouté, on aurait atteint le stade de l'incident, à n'en pas douter. Il l'imaginait assez facilement tirer sa baguette (ou, parce qu'elle était Française, lui jeter son champagne à la tête, une insulte probablement bien plus grave aux yeux de ses compatriotes qu'un vulgaire petit sort lancé).

Fort heureusement, son instinct ne l'avait pas trompé : Colin Hawthorne était de leur côté. Et il possédait un sens de l'humour totalement réglementaire selon les standards britanniques, qui plut tout de suite au garçon.

« C'est un honneur de vous rencontrer en personne, Monsieur. J'achète la presse moldue depuis que Meredith m'a fait votre éloge, et j'y lis vos articles avec plaisir. »

Il s'inclina légèrement, avec déférence, n'osant une poignée de main à l'homme plus âgé. Il ne commenta pas sa deuxième remarque, mais ne réussit pas totalement à réprimer son sourire, alors qu'il se tournait vers Fenella, et sa langue acérée.

« Madame de Vermandois. »

Au vu de l'éclat glacial dans les yeux de la Comtesse, on allait rester dans la sobriété. Il avisa des coupes servies sur une table de buffet toute proche et se servit, attendant que Meredith ait fini de contenter le dragon et d'embrasser ses parents pour lui tendre un verre.

Cependant, même avec ses notions lacunaires concernant l'étiquette, Gauwain en avait conscience, il ne pouvait se contenter de rester planté là. Il aurait bien tenté la fuite discrète, mais il savait d'expérience que ça ne serait pas apprécié. Meredith saurait manier Fenella avec grâce, il pouvait s'en remettre à elle. Pourtant, parce qu'il n'avait pas envie de la laisser porter toute la fatigue des mondanités, et qu'il voulait lui montrer qu'il faisait des efforts, il tenta une ouverture qui s'adressait autant à l'un et l'autre de ses parents :

« Etes-vous arrivés dans l'après-midi ? »

Un 'j'espère que le transfert s'est bien passé' faillit lui échapper, mais il sentait que Fenella le reverrait dans ses brancards en le traitant de menteur. Ouais, non, une question neutre, c'était bien, il espéra que Meredith approuverait, chercha ses yeux pour guetter sa réaction.

Il prit une gorgée de champagne, et, observant les lumière de la fête, la décoration qui resterait à n'en pas douter dans les mémoires, il commenta :

« La demeure est vraiment impressionnante, mais c'est encore différent de la voir mise en valeur ainsi. On croirait une autre résidence. »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyMar 30 Mar 2021 - 9:58

C’était lui et aucun autre, désormais.
Les prunelles couleur de chocolat avaient une lueur délicieuse, quand Meredith Hawthorne s’était adressée avec tout l’Amour qu’elle pouvait avoir envers Gauwain Robards. A force de se côtoyer autant de temps, ils se connaissaient. Deux âmes forgées dans un même corps, ou quelque chose s’en approchant diamétralement. La belle blonde, tout comme le beau brun savait interpréter facilement les signes. L’aspirante Auror connaissait les réactions de ce jeune homme qui faisait partie de cette promotion à tendance élitiste. Un large sourire tendait à colorer les lèvres vermeilles quand l’ancien Serpentard venait de confesser ces mots doux, que la demi-Vélane aimait entendre plus que tout. Surtout, quand ils venaient à être produits par les labiales de l’étudiant de l’EMS. Sans nulle hésitation. L’apogée étant, quand ils étaient énoncés pendant la danse amoureuse et qui contentait à merveille la fille unique de la Comtesse de Vermandois, qui y répondait par un frisson où se comprenait aisément la plaisance.

Donnant un léger coup de coude, -pour la forme- à son petit ami, la Présidente du BDE ne put occulter un rire plus soutenu, en entendant le sien. Sa Mère, comme à son habitude était pour le moins renfermée et encore plus, à la vue d’un certain Gallois qui venait de pénétrer sur ses terres et plus précisément dans son champ de vision. Et, pour couronner le tout, Colin Hawthorne venait de se permettre un trait d’humour avec tout le flegme britannique qui pouvait le caractériser. A la grande surprise, ce dernier ne plut nullement à la personne à qui il était destiné.

- Le plaisir est intimement partagé, cher Gauwain. Entamait le Père de Meredith Hawthorne avec toute l’amabilité du monde. Vous m’enchantez par vos propos sincères. Cependant, quel a été l’article qui a retenu votre attention ? Je me doute que la presse sorcière est peut-être plus sensationnelle que celle que j’écris au quotidien. Termina le « militaire », tout en buvant une gorgée du délicat breuvage alcoolisé.

Fenella de Vermandois, quant à elle, remarqua, malgré l’atour intéressant porté par Gauwain Robards que ce dernier ne connaissait pas le protocole du grand monde. En effet, il venait de saluer ouvertement son « mari », sans se soucier d’elle. La femme au titre respectueux, qui devait être remarquée en premier lieu. Un coup sec d’éventail pour manifester son mécontentement et la descente abyssale des points du Gallois. Il avait réussi à équilibrer avec son charmant costume, il venait délibérément de perdre un tant soit peu d’intérêt de la part de la Comtesse de Vermandois.

- Monsieur Robards. Dégaina la grande blonde avec un sourire de façade qui se voulait enchanteur et courtois. Où avez-vous donc trouvé cette tenue d’officier ? Questionna Fenella de Vermandois, observant le manège que lui offrait son interlocuteur. A savoir : prendre une coupe de champagne se trouvant à portée de main.

Meredith Hawthorne, elle, se trouvait entre ses deux parents. Cachée derrière son Loup, le regard absinthe contemplait les quelques échanges verbaux qui pouvaient subsister entre les différents protagonistes. Silencieuse, elle percevait néanmoins les efforts mis en œuvre par Gauwain Robards pour amorcer une discussion quelque peu triviale mais ô combien intéressante. La grande blonde fit signe à son « mari » de répondre à la question posée. Non sans se départir d’un sourire savamment travaillé pour paraître crédible. Ils se retrouvaient pour fêter l’anniversaire de Fiona de Vermandois, non un futur bain de sang.

- Fenella, est arrivée quelques heures avant moi. En ce qui me concerne, j’ai privilégié les transports classiques. Pensant à défaut, que Samuel était invité.
- Non Père. Rétorqua la Marquise rapidement. Grand-Mère, le connait mais il n’était pas sur la liste de ses invités. Déclara la belle blonde avec un ton légèrement plus froid qu’à l’accoutumée.

L’ancienne Serpentard remercia intérieurement son ancien camarade de maisonnée qui dévia sur un autre sujet. Qui amènerait une autre sorte de réflexion, un nouvel axe d’approche. Hochant la tête, la tutrice toujours cachée derrière son Loup vint chercher la main de son petit ami afin d’y lier leurs doigts avec force et fermeté. Les iris vertes absinthe témoignant de tout cet Amour et de cette fierté, qu’elle pouvait avoir en cet instant. Car, Gauwain Robards se liait au monde qu’était celui de Meredith Hawthorne. Et pour cela, elle l’aimait encore plus.

- La demeure de Vermandois est une merveille architecturale, dont Meredith héritera en temps voulu. D’ailleurs Gauwain, qu’en avez-vous pensé ? Cela vous-a-t-il plu ? Interrogea Colin Hawthorne, avec un large sourire, qui invitait à la confidence.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyMer 31 Mar 2021 - 20:39

Dans la minute qui suivit sa rencontre avec Colin Hawthorne, Gauwain eut la confirmation qu'il l'appréciait. Il semblait ouvert, amical. Le genre d'homme avec qui on avait pas de problème. …....du moins à supposer que sa question n'était pas une forme de test destiné à jauger Gauwain (et à vérifier qu'il ne jouait pas les flagorneurs).

« Eh bien... La presse sorcière rend compte de ce qui agite notre microcosme, à vrai dire, les sujets sont assez semblables à ceux que vous traitez. Avec peut-être un peu moins de dragons, de malédictions et de rixes avec des trolls. »


Il se permit un sourire, avant de répondre réellement à la question, qui potentiellement allait lui valoir une dégringolade dans l'estime paternelle.

« Je dirais... votre article sur le gros incendie qui a eu lieu en février. Vous avez vraiment donné la parole aux victimes ; on pouvait se représenter facilement le déroulé des faits, sans que ça soit un tableau clinique. Ca a dû être quelque chose, de travailler sur ce sujet, non ? »

Il était possible qu'il soit à nouveau en train d'enfreindre l'étiquette, en se concentrant sur cette conversation entre hommes, cependant il n'en avait aucunement conscience ; au-delà du fait de vouloir faire bonne impression auprès du père de sa petite amie, il appréciait sincèrement le travail du journaliste. Même si Gauwain n'en saisissait pas toujours toutes les subtilités, faute d'avoir les clés de compréhension de cette univers (encore qu'il avait une merveilleuse petite amie de sang-mêlé toujours disponible pour éclairer sa lanterne), il voyait malgré tout la façon d'écrire de l'homme, des valeurs de neutralité et d'humanité, dont manquaient parfois ses contemporains.

Il aurait continué sur cette lancée encore un moment, si Fenella de Vermandois n'avait récupéré la conversation, sur un ton sucré ; il sentait bien qu'il y avait entourloupe, mais il ne voyait pas où. Lançant un regard qui était un appel au secours muet à sa petite amie, cherchant les yeux verts derrière le masque élégant, il tenta une réponse prudente :

« Eh bien... Euh... Dans une boutique de Londres.... Une devanture grise ? »

Impossible de se rappeler le nom de la boutique, malgré tous ses efforts. Il avait l'impression de devoir livrer un duel sorcier sans baguette, ne sachant d'où viendrait le premier sort mais en soupçonnant les effets. Il poussa un soupir interne.

Le sujet de leur voyage était plus soft et cependant, il fut mention d'un prénom qui avait déjà traîné ici et là. Samuel. Meredith évacua ce sujet d'un ton qui laissait supposer que cette fois, c'était son père qui avait commis un impair, mais le mal était fait. L'attention de Gauwain était piquée ; le mystérieux Samuel connaissait le père de Meredith ET sa grand-mère ? Donc un très proche. Et pourtant, elle ne l'avait pas invité à la maison, n'avait pas organisé de rencontre avec cet ami-là. Il haussa un sourcil interrogatif mais ne voulut pas donner à Fenella le plaisir de demander plus d'information sur le gars, et de trahir qu'il ignorait ce pan là de la vie de sa fille.

Alors.... la maison. Oui, sujet moins problématique. Enfin il lui semblait.

« Beaucoup. C'est chargé d'histoire, on le sent facilement : cette demeure a dû voir beaucoup d'événements au cours des décennies. Mais sans doute assez peu de fêtes de ce genre. »


En même temps, il n'en savait rien, mais ça méritait d'être hasardé, non ?

« Est-ce qu'il y a un programme particulier, pour cette soirée ? Ou... ? »

La question s'adressait à sa compagne, et fort heureusement, il n'avait pas détaillé ce qui se cachait derrière le 'ou...', prenant sagement une gorgée de champagne pour s'interrompre.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 EmptyMer 31 Mar 2021 - 21:30

Colin Hawthorne.
Le Père de Meredith Hawthorne était une figure de presse, adulée par ses pairs. Le Gallois était d’un professionnalisme à toute épreuve et d’une dévotion sans bornes. Apprécié de par ses compatriotes qui voyaient en lui, une figure de proue du journalisme gallois par excellence. Cependant, le grand homme à la carrure bienveillante et aux palabres toujours douces et justes, aurait voulu que sa fille unique embrasse une telle carrière. Non pas, une carrière magique qui lui valait toutes les inquiétudes du monde. La belle blonde se destinait au métier le plus dur qui soit. Fort heureusement, le Journaliste pouvait compter sur une âme protectrice en la personne de Gauwain Robards. Auquel, il avait soumis un petit interrogatoire en règle.

- Je ne peux certifier ne pas avoir des simples humains qui s’apparentent à des dragons ou des trolls, mon cher Gauwain. Commença le géniteur avec un petit sourire. L’être humain peut être parfois d’une ignominie sans nom. J’ai pu me faire ma propre opinion à ce sujet, notamment en couvrant certaines unes peu reluisantes. Termina le « militaire », tout en buvant une nouvelle gorgée de champagne d’une suavité qui enchantait le palais.

Le jeune Gallois eut la prétention manifeste de se faire bien voir en répondant au préposé aux informations, c’est du moins ce que traduisait le regard bleu glacial de Fenella de Vermandois. Qui, cachée derrière son éventail ne se privait nullement de continuer à désapprouver tous les efforts apportés par ce rustre dont elle se rappelait malheureusement la toute première vision. Nu, sous sa fille unique. Ne réprimant nullement un frisson qui venait de lui parcourir l’échine, la grande blonde regardait sa fille, qui souriait malgré tout. Occultée elle aussi, derrière son Loup typiquement aristocratique. Comment pouvait-elle prétendre à aimer ce jeune garçon ? Ça dépassait son entendement.

- Il est vrai que j’ai aimé travailler sur ce sujet. Toutes les recherches perpétrées en amont, m’ont permis d’avoir un œil facilement éclairé sur le déroulé de cette tragédie. J’ai toujours eu à cœur de laisser s’exprimer l’être humain. Ça me semblait important que les victimes aient leur mot à dire. Un hommage en quelque sorte. Une pause, tout en ayant un large sourire dédié au jeune garçon qui partageait des racines primordiales. Je suis heureux qu’un tel sujet vous ait plu, Gauwain.

L’aspirante Auror validait intérieurement chaque faits et gestes que pouvait faire son petit ami à l’égard de ses deux parents. Bien que la Comtesse de Vermandois se trouva admirablement laissée pour compte durant tout l’interlude qu’avait duré la discussion entre l’impoli notoire et son « mari » à l’humour peu convaincant. La grande blonde avait en effet, interrogé le jeune homme sur la provenance de sa charmante tenue, attendant qu’il lui formule une réponse en bonne et dûe forme. A n’en pas douter, ce ne serait pas le cas. Avec une moue neutre mais où perçait un certain sentiment de condescendance, Fenella de Vermandois eut un claquement de langue peu engageant avant de se soumettre au cruel exercice de la répartie.

- Je vois. Commença-t-elle doucement, tout en faisant aller sa langue contre son palais à maintes reprises. Cela m’aurait étonné que vous vous seriez souvenu du nom exact de la boutique. J’ai été bien bécasse de croire à pareil exploit de votre part, Monsieur Robards. Si Colin Hawthorne l’avait déjà appelé par son prénom, Fenella de Vermandois continuait à le nommer par son nom de famille.

Pour plus de distance et de détachement, face à ce Gallois qui n’avait aucune grâce à ses yeux.
Cependant, la grande blonde s’était attendue à voir un autre invité parmi les rangs peu élargis de Fiona de Vermandois. Samuel Shepherd, connaissait la famille de Vermandois et la famille Hawthorne, car voisin de cette dernière depuis son plus jeune âge. Observant Gauwain Robards à la dérobée et ce, avec le plus d’attention possible, la femme vêtue telle une Reine avait bien vu le haussement de sourcil qui traduisait une certaine interrogation. Mais, le jeune Gallois se tut. Ne voulut pas en savoir plus. Ce qui était bien dommage, du point de vue de Fenella de Vermandois.

- Cette demeure a vu les fastes de la Grand-Mère de Meredith, quand elle était à l’apogée de sa gloire cinématographique. Il m’était coutumier de voir, chaque soir, de nombreuses fêtes entre ces murs. Dont la maîtresse de maison se faisait toujours désirer. Comme c’est le cas ici, me direz-vous. Avait persifflé la Comtesse de Vermandois, tout en se penchant à moitié pour venir se saisir d’un petit four aux saveurs françaises.
- Nous attendons Fiona, il n’y a rien de plus à savoir. Avait mentionné le Journaliste du Western Mail avec un petit sourire, lui aussi se destinant à piocher un petit four dans l’assiette dressée non loin d’eux.

La bouche rouge venait d’en croquer un elle aussi.
Et le regard vert absinthe à la lueur quelque peu mutine qui venait de se poser sur son précieux interlocuteur.
Allait-il comprendre que le temps d’attente serait mis à profit autrement ?
C’est qu’il la connaissait après tout.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... [19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts... - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

[19-22 avril 1979 - Meredith] Les arbres les plus forts...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: A l'étranger :: 
Europe
-