GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
Le deal à ne pas rater :
Pack de 10 BD à 49€ – Le meilleur de DC COMICS
49 €
Voir le deal

Partagez

Rêves amoureux | NEOLINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyDim 14 Mar 2021 - 19:19

Les journées se succédaient et semblaient de plus en plus difficiles à encaisser. Faire tenir tout un service à cause d'un médicomage en arrêt, ça faisait clairement chier tout le monde. Les infirmiers, les infirmières, les médicomages. Associé à cela une hausse considérable du nombre de patients admis, ça rendait un tout plus explosif. Il n'était pas vraiment sans savoir que le Seigneur des Ténèbres avaient tendance ces temps-ci à multiplier les attaques et les meurtres. Par un miracle que lui-même ne s'expliquait pas, on ne lui avait rien demandé, sinon de réparer quelques blessures ici et là, empiétant bien entendu sur un sommeil qu'il n'avait presque pas. La plupart des employés étaient d'ailleurs à fleur de peau et le roumain avait quant à lui abandonné le thé pour se mettre au café. Ils en étaient venus entre eux à compter les jours qui restaient pour retrouver un semblant de vie normale. Pour certains, c'étaient simplement passer du temps avec leurs gosses. Ça, c'était encore quelque chose qu'il ne pourrait avoir. On s'y faisait, mais ce n'était pas vraiment quelque chose qu'il pourrait dire à ses collègues. Ce serait mal reçu, avec une certaine légitimité. C'est après avoir dormi en tout et pour tout cinq heures en deux jours qu'il avait été autorisé à rentrer chez lui vers dix-neuf heures ce jour-là - pour commencer vers trois heures du matin, qu'on ne se leurre pas. Il n'y avait personne chez lui, forcément, l'appartement était foutrement désert et il n'eut même pas envie de se faire cuire un œuf. C'est bon. Tant pis. Pour tout dire, il aurait pu dormir contre la porte d'entrée si le sol avait été confortable. Il ne l'était pas, peut-être était-ce une chance. Mais voilà, loin pour lui l'idée d'aller jusqu'à sa chambre, il se traina jusqu'à son canapé pour se laisser tomber comme une masse dessus. Un mètre soixante quinze de muscles, la tête la première. A cet instant, Razvan regretta que Neolina ne soit pas là. Avoir un peu de réconfort après avoir passé deux journées épouvantables aurait été bien agréable. Aller au club de boxe n'était pas une option non plus - oui, ça bougeait pas mal sous la caboche fatiguée de l'homme. Allongé sur son canapé dans un appartement plongé dans le noir et désert, au final, il ne fallut pas cinq minutes pour qu'il ne trouve le sommeil, la main pendant mollement par terre.

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyDim 14 Mar 2021 - 20:20

« Fermez les yeux. Tout ira bien, je vous le promets. » Le moldu lui lança un regard encore un peu paniqué, bien qu’elle ait déjà passé près de 25 minutes à le rassurer. Pouvait-il lui faire confiance, alors qu’elle semblait tout à fait comme lui et même temps, brandissait près de son visage un morceau de bois ésotérique qui lui faisait plus peur que tout ce qu’il avait eu à affronter ? C’était le quatrième moldu de la soirée et franchement, pour une fois, Neo était prête à accélérer un peu le processus pour que tout ça se termine. Mais l’homme obtempéra et en moins de deux secondes, la sorcière retira de sa mémoire l’étrange souvenir de cet attroupement sur balais qui était passé au ras de la pelouse, éclatant ses rhododendrons dans la foulée. Lorsque l’homme rouvrit les yeux, elle avait disparu, et ses plantes étaient de retour, intactes. Tout allait bien dans le meilleur des mondes moldus.

Il était 23h32 quand enfin, après un énième papier à remplir, la hiérarchie ministérielle autorisa Neolina à quitter les lieux. Neo aimait son travail, ne rechignait jamais à la tâche et s’appliquait du mieux qu’elle pouvait pour éviter à ces pauvres âmes non magiques le moindre traumatisme. Mais aujourd’hui, après avoir passé la journée visée sur une chaise à remplir de la paperasse en retard, se faire appeler d’urgence dans une banlieue moldue pour réparer les innommables bêtises d’étudiants de l’EMS passablement ivres l’avait un peu agacée. Toute la brigade ou presque s’y était mise, parce que la rue était longue et la course des idiots l’avait été tout autant. Et évidemment, on avait confié à Neolina le soin de s’occuper des moldus les plus fragiles psychologiquement, ce qui en soit n’était pas un problème en temps normal mais là, là… Oublietter un pauvre petit couple de vieux qui avaient perdu leur chat à cause de la stupidité sorcière, ça l’avait peinée. Il avait fallu effacer le souvenir de la pauvre bête, et ça lui avait fendu le coeur, sans doute parce que cela faisait écho à son propre amour pour Gabi. Quelle ridicule nuit. Ridicule, oui !

Après avoir transplané chez elle avec un besoin fou de prendre son croup dans les bras, Neo l’avait trouvé allongé contre le flanc d’Anselmus, écroulé dans le canapé. Scène attendrissante s’il en était, et qu’elle n’eut pas le coeur de briser par sa présence. Aussi, après s’être repue de la tendre vision de son chien qui ronflait contre son ami, elle disparut aussi vite qu’elle était venue pour atterrir là où elle avait réellement envie d’être. Depuis le matin même, déjà, Neo avait ressenti le besoin de voir Razvan. Ca ne s’expliquait pas, c’était comme ça. Aussi, après une journée calamiteuse comme celle-là, le besoin était plus que pressant. Même s’il n’était pas encore chez lui, alors elle attendrait. Mais vu l’heure tardive, un espoir certain s’accrochait au coeur de la jeune femme qui fit gentiment tourner la clé dans la serrure déjà ouverte, avant de fermer la porte avec délicatesse tandis que l’obscurité alentours lui intimait de continuer sur la lignée de la discrétion. « Lumos minima. » murmura-t-elle à sa baguette pour éviter de baigner la pièce de lumière, et grand bien lui en avait fait car décidément, tout le monde semblait avoir trouvé refuge dans le canapé ce soir.

Razvan était affalé de tout son long dans ledit canapé, dans les vêtements qui semblaient l’avoir accompagné toute la journée. Neo eut un sourire attendri alors que la lumière éclairait faiblement les traits épuisés du médicomage qu’elle n’avait jamais vu dans pareille posture. La scène n’était pas très compliquée à reconstituer, et l’épuisement avait du le gagner à tel point qu’il s’était effondré, le pauvre. Elle n’eut évidemment aucune envie de le réveiller, juste de se glisser contre lui et se nicher contre son dos mais la manoeuvre lui sembla bien difficile au vu du caractère minuscule du canapé et de sa maladresse évidente. Les chances de la réveiller en sursaut - et avec douleur ! - étaient trop grandes pour qu’elle s’y risque. Aussi, les quelques neurones qui fonctionnaient encore chez elle trouvèrent une solution certaine, et la sorcière commanda à voix basse un autre ordre à sa baguette, pointant le dossier du canapé. « Tacite adductium*. » Neolina avait toujours été douée en sortilèges, c’était un fait. Aussi le meuble obéit docilement, et le dossier s’abaissa sans un bruit, formant un espèce de lit double de fortune qui suffirait largement pour la nuit. Après avoir ôté sa cape et ses chaussures, elle s’y glissa donc, remontant au passage la couverture posée sur l’accoudoir pour les couvrir tous les deux - mais surtout lui - alors qu’elle l’enlaçait, son nez glissé dans sa nuque rendue chaude par le sommeil. « Bonne nuit Iubire» chuchota-t-elle avant de tenter elle aussi de sombrer dans les bras de Morphée - bien qu'elle préférait, comme toujours, les bras de Razvan.

*Pivote en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyDim 14 Mar 2021 - 23:12

Quelque part, à mi-chemin entre le sommeil profond et le sommeil léger, la conscience de Razvan se reposait enfin. Il fallait bien dire qu'il en avait besoin. Lui qui rêvait bien peu, avait des images très bizarres qui passaient sous ses paupières. Il aurait eu de quoi rêver pourtant, cauchemarder encore plus. A un moment, sans réellement savoir comment, il eut la vague sensation dans sa demi-conscience que quelqu'un se collait à lui, et lui disait quelques mots. Sans doute n'était-ce qu'une fabulation de son imagination et trop fatigué pour qu'il ouvre ses paupières, il était resté stoïque, profondément endormi dans ses vêtements d'aujourd'hui. A un moment s'était-il retourné pour enfouir son visage dans le cou de Neolina. Sentir son odeur, si caractéristique et si douce, tout comme elle, lui avait pourtant fait ouvrir un oeil, fatigué. L'enserrant dans ses bras, le roumain se colla davantage à elle pour mettre sa tête sous son visage et continuer sa nuit. Sans réaliser que si Neo était là, c'était parce qu'elle l'avait gentiment rejoint, alors même qu'il s'était endormi dans son canapé et qu'il n'y avait pas la place, en théorie pour qu'ils s'y allongent tous les deux. Son esprit n'était pas assez clair pour qu'il en fasse grand cas et pour une fois, il se contenta de profiter du moment. La suite de sa nuit fut plus douce que la première partie, mais aux alentours de trois heures du matin, sa petite montre se mit à siffler doucement pour le réveiller. On aurait presque dit qu'un oiseau s'était coincé dans un rideau. Il leva son poignet pour constater qu'il était l'heure pour lui de se lever et la petite montre arrêta son petit bruit. Cela ne semblait pas avoir réveillé Neolina et en s'éveillant lentement, Razvan comprit qu'elle avait utilisé un sortilège sur son canapé. Un sourire attendri se posa sur ses traits légèrement endormis et il lui embrassa chastement la peau du cou, comme un remerciement tacite d'être venue dormir avec lui. Son touché était léger et doux, comme toujours, parce qu'il ne voulait pas la tirer des bras de Morphée parce qu'il ne savait pas résister à goûter sa peau, même à trois heures du matin. En faisant bien attention de ne pas la réveiller, le roumain prit le poignet de la jeune femme pour le soulever et pouvoir s'extraire - malheureusement - de ses bras.

Il roula de son côté du canapé-lit pour se lever sans un bruit et aller à sa cuisine de laquelle il ne laissa que la porte entre-ouverte pour ne pas la réveiller avec son petit-déjeuné. Sans vergogne, il se mit à bâiller en passant une main dans ses cheveux déjà embrouillés et se mit une casserole de lait à réchauffer en sortant un pot de café en poudre. Appuyé contre le plan de travail, en face de sa gazinière, il fixait d'un oeil qui se fermait largement, parfois pendant de longues secondes, la casserole qui se réchauffait lentement. Décidant que l'attente valait bien sa première clope de la journée, parce que bon, elle allait être longue, il sortit de la poche arrière de son pantalon son paquet et revint au salon pour se mettre à l'exact opposé du canapé afin d'ouvrir doucement la fenêtre pour allumer sa cigarette. Razvan en tira une taffe silencieuse, assit à demi sur le rebord de la fenêtre et la tête contre cette dernière. Le vent glacé du dehors lui chatouillait vaguement les cheveux mais définitivement pas assez pour le réveiller. Il était encore fatigué, et il voulait retourner se coucher dans les réconfortants bras de Neolina Siankov.

(600)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyLun 15 Mar 2021 - 0:42

Cette nuit-là, Neo rêva.

Neo rêvait souvent, et à dire vrai ça n’avait jamais vraiment beaucoup de sens. Est-ce que les rêves des êtres magiques étaient encore plus farfelus que les autres ? Probablement pas. Les moldus accédaient à la magie la nuit mais en vérité, cette nuit là, les rêves de Neo prirent une tournure bien réaliste. Du moins, une version de la réalité. Il y avait une sorte de grande prairie, et un cheval qui paissait au milieu. L’odeur de Razvan semblait flotter dans le vent, sans doute parce qu’elle en était entourée dans ce canapé, ou parce qu’elle trouvait que c’était l’odeur la plus agréable qui soit au monde. Le soleil nimbait la scène, un soleil qui ne venait pas de Londres ni de Roumanie, un soleil qui n’existait pas dans le vrai monde. Razvan souriait comme elle ne l’avait jamais vu sourire avant, ou alors pas depuis une éternité. Ses yeux, ses traits, tout en lui respirait une joie telle qu’il semblait finalement débarrassé de la tristesse qui l’enveloppait en permanence désormais, et avec laquelle elle devait vivre. Il n’y avait pas de guerre, pas de malheur, juste une sérénité absolue et dans ses bras, un enfant. Son coeur sut tout de suite que c’était le sien. Une fille aux cheveux presque aussi blancs que les siens, et un sourire qui faisait écho à celui de son père. Le sien, oui, mais surtout le leur. L’air était empli de rires, les trois leurs mélangés dans une espèce de mélodie qui sonnait plus juste que tout ce qu’elle avait entendu jusqu’à présent. Et dans une ellipse dont seuls les rêves étaient capables, son corps bascula en arrière pour s’enfoncer dans un lit confortable, son nez niché dans la tignasse blonde qui sentait quelque chose qu’elle n’avait jamais senti avant, et les yeux de Razvan qui souriaient en les regardant. L’enfant parla dans une langue qu’elle ne connaissait pas, mais elle comprit ce que ça voulait dire. Elle le comprit à l’instant même où une brise venue de la vraie vie la réveilla.

Le retour à la réalité fit bondir son coeur dans la poitrine, alors qu’elle cherchait à s’accrocher à quelque chose, quelqu’un, lui. Mais il n’y avait que la couverture, la fraîcheur, une sensation de vide intense qui s’étendait dans sa poitrine. Les yeux toujours clos, Neo s’efforçait de retourner dans son rêve mais ça ne marchait pas. Voilà des années qu’elle ne rêvait plus de ce qu’elle savait être impossible pour elle. Longtemps, ça avait été le cas, avant qu’elle ne fasse réellement son deuil mais était-il réellement fait ? La douleur, comme un voile, reprit naissance dans son ventre alors qu’elle réalisait où elle était, ce qui se passait, ce qui n’était pas, aussi. Ouvrant les yeux doucement, elle aperçut au loin la silhouette de Razvan qu’elle aurait aimé avoir près d’elle, là, maintenant. Son profil comme taillé dans la plus sauvage des forêts de Roumanie se découpait dans la nuit bleue sombre, enveloppé dans une fumée nocive qui viendrait imprégner sa peau comme souvent. Silencieusement, alors qu’elle priait pour que les battements de son coeur se calment un peu, Neo l’observa et eut une pensée interdite. Mais on ne pouvait lutter contre ce genre de choses et enveloppée dans sa couverture et son reste de rêve, Neo songea qu’elle aurait tellement aimé avec un enfant avec cet homme qui était, elle lui avait dit, l’amour de sa vie. Bon sang, ne pas penser à ça, jamais, pourquoi ? C’était impossible, et elle ne s’autorisait jamais pareils fantasmes qui ouvraient dans sa poitrine une plaie béante. Mais l’idée était venue, comme ça, et elle ne pouvait pas se battre contre. Elle aurait aimé, oui, et il faudrait faire avec l’impossibilité de cette envie. Voilà tout.

Alors, en silence, Neo regarda l’homme qu’elle aimait plus que tout tirer sur sa cigarette de son air mélancolique, crevant d’envie de s’extraire de ce lit de fortune pour se glisser contre lui. Mais elle n’en avait pas la force. Elle ne pouvait pas faire ça, et risquer de s’effondrer contre lui pour une idée qu’elle n’était pas prête à verbaliser, ni à lui partager. Et ce ne fut que lorsqu’il referma la fenêtre, et qu’elle avait définitivement ravalé ses larmes qui n'avaient pas coulé que sa voix s’éleva doucement dans l’appartement presque trop calme. « Razvan ? » Une fois qu’elle eut son attention, elle tapota doucement la place laissée libre par son absence pour l’inviter à venir la rejoindre. Elle savait qu’il lui fallait partir, rejoindre ces gens qui avaient besoin de lui. Mais pour l’instant, égoïstement, c’était elle qui avait besoin de lui. « Juste, cinq minutes ? » C’était une vraie demande, formulée maladroitement parce que les mots lui manquaient, mais ça suffisait. Ce serait cinq minutes de moins sous la douche, cinq minutes à rattraper ensuite mais qu’est-ce que c’était, finalement, cinq minutes quand on s’aimait ?
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyLun 15 Mar 2021 - 10:03

Le soleil n'avait pas encore pointé le bout de son nez à Londres. La ville n'était illuminée que des lumières électriques et non naturelles. Cela formait d'ailleurs comme un halo au dessus des immeubles. Razvan n'habitait pas dans un bâtiment bien grand, bien entendu. Mais il semblait qu'en ville, jamais le calme n'avait été complet. Toujours une sirène de voiture, toujours des gens qui criaient - surtout les britanniques et leur fâcheuse tendance à s'enivrer un peu trop souvent dans la semaine - toujours quelque chose pour le déranger, enfin. Il ne fallait pas être devin pour savoir qu'il était un homme de nature, de campagne. Être réveillé par les bruits de la nature ne le dérangeait pas mais être troublé par les bruits d'une ville, ça lui tapait furieusement sur le système. Son regard était perdu par delà la ligne de l'horizon, là où Londres s'étendait encore. Les pensées noires de Razvan le poursuivaient toujours, c'était d'autant plus vrai la nuit, alors qu'il s'éveillait pour aller à l'hôpital alors qu'il crevait d'envie de retourner au lit. Son regard ne se posa pas sur Neolina, peut-être aurait-il dû, pour la voir réveillée mais il n'en fit rien. Il n'avait pas besoin de la regarder pour qu'elle soit toujours à l'orée de sa conscience en permanence. Il ne savait pas à quelle heure elle était arrivée, se fustigea mentalement de ne pas s'être réveillé. Mais après tout, si elle ne l'avait pas fait, c'est qu'elle voulait être discrète et c'était mieux comme cela. Neo était une grande fille qui savait prendre ses décisions - et souvent mieux que lui d'ailleurs. Ils en étaient arrivés à un point où dormir ne serait-ce que dans les bras de l'autre était déjà un exploit à peine autorisé de leurs emplois du temps. Et ils s'en contentaient, parce qu'après tout, ils n'avaient pas le choix que de s'en contenter, non ? Razvan tira une dernière fois sur sa cigarette avant de l'écraser dans son cendrier et il referma la vitre avec délicatesse pour ne pas la réveiller. Il semblerait pourtant qu'elle l'était déjà, sans doute à cause de l'air frais, puisqu'elle l'appela.
Dans la pièce sombre, Razvan ne distinguait finalement les choses qu'enfermées sous un voile noir. Les pupilles de Neo et leur expression, il ne les distinguait pas vraiment, mais il voyait clairement sa tignasse blonde et sa main qui l'invitait à revenir vers elle. Comme il aurait aimé pouvoir juste se recoucher dans ses bras et ne pas devoir manger en vitesse et se doucher tout aussi vite pour filer à Sainte-Mangouste avant d'être en retard. Un rapide calcul avec sa casserole sur le feu pour le faire se décider à s'asseoir, d'abord, à côté de Neolina. « Je t'en donne même dix » - au diable le petit déjeuné. Il lui prit la main avant finalement de se décider à s'allonger à côté d'elle et Razvan fit glisser ses mains dans son dos alors qu'il posait sa tête sur la sienne pour la maintenir contre lui. « A quelle heure es-tu arrivée ? » demanda le médicomage, la joue contre ses cheveux, « je ne t'ai vraiment pas entendu ». C'était vrai. Il y avait fort à parier que s'il l'avait entendu, ils se seraient étreints une fois encore, parce qu'il semblait que rien n'était jamais suffisant pour les rassasier l'un de l'autre. « Je ne voulais pas te réveiller... » souffla-t-il. Neolina aussi avait ses journées épouvantables. Elle méritait de dormir. Mais bon, on ne se refait pas. Dormir sept heures lui avait fait du bien mais ce n'était pas encore suffisant. Et ça sera bien assez vite effacé de toute façon par la journée qu'il allait se faire.

(618)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyLun 15 Mar 2021 - 19:37

Comme il était étrange de sortir d’un rêve si agréable et de se sentir si triste au réveil. Il n’était pourtant pas dans la nature de Neolina de se laisser envahir comme ça par un espèce de spleen mais cette douleur-là, qu’elle enfouissait la plupart du temps, faisait toujours mal quand elle resurgissait. Le pire étant qu’elle ne pouvait même pas en parler à celui à qui elle disait tout. Le sujet était trop lourd et leurs passifs respectifs n’aidaient pas à l’aborder. Mieux valait donc ne rien dire, enfouir un peu plus et se taire. Le simple fait que Razvan soit là, assis maintenant à côté d’elle, suffisait à la faire se sentir mieux, tout en accentuant tout de même son vague à l’âme sans qu’elle ne puise rien y faire. Et s’ils n’avaient droit qu’à un répit de dix minutes dans leurs folles vies, alors, elle les prenait. Dix minutes, c’était deux fois mieux que cinq après tout. Elle savait que ce petit imprévu obligerait le paisible roumain à se presser, et cette simple attention suffit à lui réchauffer un peu le coeur.

Alors qu’il s’allongeait finalement à côté d’elle, Neo se nicha dans son cou comme un petit animal blessé. Son étreinte balaya un peu son chagrin, et elle puisa la force nécessaire pour poursuivre la conversation dans son odeur rassurante. C’était une banale conversation, après tout. Réaliste comme tout, bien loin des considérations de son esprit qui lui avait joué un sale tour. « Hum… Minuit je crois. » Elle aurait aimé venir avant, mais après tout, rien ne servait de réécrire l’histoire. Elle avait terminé tard, c’était comme ça. En tout cas, elle fut rassurée de savoir qu’elle n’avait pas interrompu sa nuit, bien qu’elle n’en doutait pas vraiment. « Comme quoi, je sais être discrète quand je veux… » Ses lèvres dessinèrent un sourire avant d’embrasser sa peau près de son omoplate. Il était vrai que la qualité première de Neo n’était pas la discrétion, loin de là, et c’était un miracle qu’elle n’ait pas trébuché sur un bête truc en entrant, qui l’aurait fait s’effondrer sur lui en le réveillant en sursaut - le pauvre.

Razvan semblait chagriné de l’avoir réveillée. Pourtant, Neo était heureuse de s’être extraite de ce rêve alors qu’il était là, pour pouvoir au moins profiter un peu de sa présence afin de reprendre pied avec la réalité de la plus agréable des façons. « Ce n’est rien… » souffla-t-elle en retour, ses doigts glissant sous sa chemise pour caresser cette peau dont elle était avide, et cette fois bien chastement. Neo était matinale, certes, mais après 3 heures de sommeil et un rêve pareil, ses envies semblaient être encore un peu endormies - et c’était sans doute mieux pour le planning serré de Razvan. Elle paressa un peu contre lui, en silence, sans se rendormir pour autant. Elle ignorait si elle saurait retrouver le sommeil cette nuit, de peur sans doute de ce que son inconscient pourrait lui infliger à nouveau. « Au contraire. » poursuivit-elle après une bien longue pause. « J’avais besoin de ça, même si ça n’est que pour dix minutes. » Neo et Razvan avaient la chance en réalité de n’avoir pas besoin de l’autre, mais plutôt envie de passer du temps ensemble. C’était là toute la beauté de leur relation, depuis tous jeunes déjà. Mais le moment faisait un peu exception à la règle, et les bras de Razvan lui semblaient bien nécessaire à cet instant précis.

Levant la tête doucement, la roumaine déposa un tendre baiser sur les lèvres du beau médicomage qui semblait n’avoir plus rien à faire du temps qui passait. Un baiser empreint de douceur, d’un brin de paresse aussi, et de beaucoup d’amour. « Si tu me portes jusqu’à la douche, je veux bien la prendre avec toi. » lâcha-t-elle finalement une fois qu’elle eut réussi à se détacher de lui. Ce serait cinq minutes de plus, voire un bon quart d’heure quand on connaissait la propension qu’avaient leurs corps à se réveiller au contact de l’autre. Mais après tout, ce serait là la façon la plus agréable de commencer une dure journée.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyLun 15 Mar 2021 - 22:08

Pour Neolina, Razvan était prêt à être en retard de dix minutes, un quart d'heure, une heure même. Aucune réprimande d'aucun supérieur ne saurait saper la bonne humeur qu'il avait lorsqu'il la sentait contre lui. Le moment était paisible, comme volé au milieu de leurs journées de ministre. Et Merlin savait combien il avait besoin d'être de bonne humeur en sachant la journée qu'il allait encore passer, suivit elle-même d'une autre journée de merde. Les jours se succédaient et la fatigue s'accumulait. En s'invitant dans son canapé improvisé en lit, la trentenaire lui faisait un cadeau, qu'il acceptait avec joie en la serrant contre lui, le nez perdu dans ses cheveux blonds. Il l'écoutait lui répondre avec la tranquillité de l'homme qui n'était pas pressé. Pourtant, pourtant, le médicomage avait un rythme assez cadré le matin, rapide et efficace, pour dormir le plus longtemps possible mais ne pas être en retard. Il semblait pourtant que ce jour-là, ses plans soient légèrement contrecarrés. Mais pour le coup, il s'en contrefichait bien. L'odeur de Neolina se substituait à la sienne qu'il ne sentait naturellement pas, pour ancrer sa présence dans sa réalité. Le monde des rêves s'éloignait, la réalité s'installait. Si les réveils étaient habituellement douloureux lorsqu'il était seul, cette fois-ci, c'était loin d'être le cas. Razvan ne répondit pas à la petite plaisanterie de la jeune femme, bien qu'il aurait pu se montrer un peu grivois sur le sujet. Mais il était trop tôt pour ce genre de choses et il n'était pas d'humeur à détruire la tranquillité qu'ils touchaient du doigt.

Alors que le moment se prolongeait et que sa volonté de se lever disparaissait en même temps que la main de Neolina parcourait sa peau, il se retint de justesse de s'excuser encore d'un emploi du temps dont il n'était malheureusement pas le maître. A quoi bon s'excuser pour quelque chose que l'on ne maîtrisait pas ? Razvan avait appris à s'excuser facilement mais sincèrement. Cette habitude décontenançait souvent ceux qui ne le connaissaient pas, pour la simple et bonne raison que ce n'était pas nécessairement une attitude que l'on attendrait de la part d'un homme au visage si austère. La gueule cassée par la vie, le roumain n'en était pas moins quelqu'un de profondément aimant, au fond. Seulement avec certaines personnes, celles qui en valaient la peine. Mais non, quoiqu'il en soit, pour une fois, le médicomage se pinça silencieusement les lèvres. Lèvres qui s'étirèrent dans un sourire lorsqu'elle lui proposa de se doucher avec lui. Il lui embrassa la tête et répondit : « Ce ne serait pas bien raisonnable » - mais l'étaient-ils ? Sans forcément y attribuer un sous-texte, il n'était pas stupide. Ce n'était pas non plus un jeune garçon ingénu. L'homme se releva et accéda donc à sa demande en glissant sa main sous les cuisses de son amante et une autre dans son dos pour la coller contre son torse. Dans un sursaut de pragmatisme qui ne ressemblait qu'à lui, il dit : « Je suis étonné que tu aies déserté en laissant ton croup tout seul ». C'est qu'il n'était pas du tout au courant de l'ami de Neolina qui squattait le canapé de la jeune femme. Mais alors que  l'eau chaude coulait sur leurs corps qui s'éveillaient, Razvan au fond, n'en avait rien à faire du croup.


(557)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyMar 16 Mar 2021 - 19:13

Chaque minute au contact de Razvan éloignait un peu la douleur qui s’était sournoisement installée au réveil. En réalité, Neolina aurait pu retrouver le sommeil dans ses bras qui pourtant devraient bientôt s’éloigner d’elle, c’était comme ça. Mais la roumaine comptait bien grappiller encore quelques minutes de plus, même si effectivement, comme il le soulignait, ça n’était pas raisonnable. « Ce n’est pas une heure raisonnable de toute façon. » répondit-elle, faisant écho à ce rythme effréné qui était le leur. Se lever aux aurores si c’était pour se séparer, ça ressemblait bien à une punition après tout. Mais apparemment, Razvan n’avait pas envie pour une fois d’être raisonnable, comme il ne l’était jamais près d’elle d’ailleurs, et inversement. Son roumain la souleva du canapé comme si elle était une plume - ou une jeune mariée, mais la comparaison était malheureuse - et elle s’agrippa à son cou en s’y nichant une fois de plus, déposant une salve de bisous tendres contre sa peau réconfortante.

Alors qu’elle touchait terre à nouveau, à regrets, la lumière de la salle de bain heurtant un peu sa rétine, sa grimace valait aussi bien pour la sensation désagréable que pour l’élan de pragmatisme qui la fit sourire. Mais qui était cet homme ? Qu’avait-on fait de son Razvan ? « Depuis quand te soucies-tu de Gabi ? » répondit-elle dans un demi rire alors qu’elle se battait, une fois n’était pas coutume, avec son haut pour s’en dépêtrer. Une fois qu’elle en eut trouvé la sortie, elle commença à déboutonner avec lenteur - ça n’était pas le moment, mais chut - la chemise de son bel amour, tout à fait concentrée sur sa tâche. « J’héberge un ami en ce moment. Dogsitter à domicile, n’est-ce pas pratique ? » Cela faisait quelques jours qu’Anselmus squattait chez elle. Autant de jours où elle n’avait pas vu Razvan, cela allait sans dire, car elle comptait bien lui parler de son invité et des termes un peu particuliers de l’hébergement tant il lui semblait impensable de lui cacher quoi que ce soit. Mais ce n’était ni l’heure, ni l’endroit pour parler de ça, aussi éluda-t-elle tranquillement. « Je te raconterai, promis. » Pas de temps à perdre avec ça pour le moment, et Neo l’entraîna dans la douche où l’eau chaude réchauffa leurs corps, mais pas seulement.


Il n’y avait pas d’horloge dans la salle de bain mais une chose était sûre : Razvan était terriblement en retard. Et pourtant, il semblait n’en avoir rien à faire, ce qui déculpabilisait grandement la roumaine qui s’en serait voulu de lui attirer des problèmes. Alors que Razvan était occupé à se rhabiller, ce fut une Neo bien réveillée et un peu créative qui écrivit du bout de son doigt un petit mot d’amour dans la buée qui s’effaçait pour qu’il pense à elle le lendemain matin. Elle fut bien obligée de renfiler ses vêtements de la veille, doux mélange de leurs odeurs qui l’enveloppait, bien que celle de Razvan était la seule à lui parvenir. Elle claqua un baiser tendre sur sa joue, décoiffant de sa main au passage ses cheveux encore mouillés. « Je peux me casser un petit quelque chose pour être ta première patiente, non ? » Son rire résonna en écho dans la petite pièce. L’idée de le savoir loin d’elle la déprimait ce matin-là plus que d’habitude. « Non sérieusement, je passerai ce midi si tu veux. Même le plus occupé des médicomages doit se nourrir, pas vrai ? » Elle l’embrassa avec gourmandise, normal vu le sujet, non ? Elle l’aurait bien accompagné jusqu’à l’hôpital mais vu l’heure qui défilait, Razvan allait sans doute transplaner. Elle le suivrait, mais pour une autre destination, volant Gabi à Anselmus pour une promenade bien matinale où elle verrait le soleil se lever, en regrettant sans doute d’assister à un si joli spectacle toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyMer 17 Mar 2021 - 19:55

Au fond, ils ne se voyaient pas assez ces temps-ci pour qu'ils ne profitent pas totalement des quelques rares moments qu'ils avaient à voler à leur emploi du temps. S'il devait être en retard pour profiter d'une douche avec Neo, alors ainsi soit-il. Pour quelqu'un d'aussi professionnel que lui, cela avait le mérite d'être étonnant. Mais à trop pousser à bout, on ne récolte que ce qu'on mérite. Il ne le regretta pas un seul instant, alors que dans ses bras, la sorcière se laissait aller à goûter sa peau. Il y avait toujours un effet agréable quand elle faisait cela, une espèce de détente qu'il ne pouvait s'empêcher de ressentir. C'était dire comme il était bien avec elle. Enfin, peut-être pas assez pour se fier à son croup, mais déjà s'il commençait à en parler - l'appeler par son prénom on verra plus tard - c'est qu'il commençait à s'y faire. Si Neolina avait eu un chat, sans doute n'aurait-il pas été si réticent, même si on sait combien un félin est plus dangereux qu'un canin. Elle essayait de lui déboutonner sa chemise en lui apprenant qu'elle hébergeait un ami. Razvan ne s'attarda pas dessus, ils n'avaient pas le temps d'en parler de toute façon. Et puis, il était sans doute trop tôt aussi pour une conversation sérieuse.
La douche finie, elle avait à la fois trop duré et pas assez, de toute évidence. Razvan avait disparu quelques instants pour prendre des affaires propres avant que Neo ne lui claque gentiment un baiser sur la joue. « Je préférerais éviter » lui intima-t-il alors qu'il se penchait au dessus de son visage, ses mains ancrées dans ses reins, « rendez-vous pris pour midi alors ». Un sourire s'étira sur ses lèvres alors qu'elle les lui volait au passage. Il avait totalement occulté de son esprit qu'il était supposé avoir pris son petit déjeuner. « Tu devrais songer à laisser quelques affaires ici » - il la laissa s'échapper sans cesser de sourire, avant de passer une main dans ses cheveux, « vu que parfois, tu restes ici pour la nuit... ». Et ça ne le gênait pas du tout, cela va sans dire. Il passa à la cuisine pour éteindre le fameux feu qu'il avait laissé allumé, marmonna un "tant pis" avant de prendre sa veste et d'embrasser Neo rapidement, comme ce geste qu'on prend avec l'habitude et la hâte. « Passe une bonne journée ». Quelques secondes après, il transplana pour Sainte-Mangouste avec plus d'une demi-heure de retard.

Par un miracle qu'il ne s'expliquait pas lui-même, personne n'avait notifié son retard ce matin-là. Les autres membres du service devaient être trop fatigués pour faire attention aux heures. La fin de la nuit et la matinée n'avait pas été plus agitées que d'habitude, miracle s'il en est. Aux alentours de midi, il rangeait des papiers, des montagnes de papiers dans des dossiers numérotés à la plume épaisse avant de constater qu'il était, finalement, l'heure de prendre son déjeuner. Ils ne s'étaient pas vraiment donnés rendez-vous quelque part, aussi conclut-il qu'elle devait être en bas à l'attendre. Mais non. A peine eut-il pointé son nez hors de son bureau qu'il la vit. Et elle avait l'air aussi contente qu'impatiente. Un sourire éclaira tout naturellement les traits du médicomage en la voyant : « A l'heure, je constate » lui dit-il en se pencha pour lui voler un baiser chaste et court, « pas trop fatiguée ? ».


(577)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyMer 17 Mar 2021 - 22:02

Comme il était étrange d’employer le mot rendez-vous pour deux personnes qui n’avaient même pas eu besoin de ça en guise de préquel. Razvan et Neolina avaient semblait-il pris rendez-vous l’un avec l’autre trente ans plus tôt, et ne s’étaient plus vraiment séparés depuis - quoi que des sceptiques diraient l’inverse. Mais la distance et les drames de leurs vies n’avaient su les éloigner, c’était comme ça. Et voilà qu’ironiquement, c’était maintenant qu’ils étaient dans la même ville et qu’ils étaient plus proches que jamais à bien des égards qu’ils leur fallait caler un moment dans leurs agendas respectifs pour se voir. « Midi deux, ça passe ? » s’amusa-t-elle, connaissant sa propre propension à être mauvaise avec les horaires. Mais l’atmosphère changea tout à coup alors que Razvan franchissait le plus naturellement une autre étape de leur relation, l’invitant un peu plus dans le cocon de sa vie au sein duquel il ne laissait pas rentrer grand monde. Après les clefs donc, un bout de penderie ? « Tu en as marre que je te pique tes chemises ? » dit-elle dans un sourire ravi avant de l’étreindre avec douceur, comme pour lui dire merci, mais sans les mots. Ça aurait été étrange, de le dire. Pourtant Neo lui était reconnaissante d’être celui à l’initiative de ces petites choses qui faisaient avancer leur relation. Elle qui avait peur de trop l’envahir alors qu’elle débarquait souvent à l’improviste, qui craignait de bousculer ses sentiments alors qu’il portait encore son alliance - non pas que ça la gênait, mais c’était tout de même signe de quelque chose. Plus que tout, Neo aimait le voir aller de l’avant, alors que c’était plutôt son truc à elle. Il fallait croire qu’elle déteignait un peu sur lui, peut-être. Mais il n’eurent pas le temps de savourer le doux moment que déjà, la réalité les rattrapait. Le temps aussi. La roumaine était en train d’enfiler ses chaussures que déjà, Razvan la laissait avec un baiser d’adieu auquel elle répondit, mais il était trop tard pour les mots. Tant pis. Il y avait toujours midi.

Midi moins trois même, précisément. Neo avait profité de son lever bien matinal pour balader Gabi donc, et passer les portes du Ministère avec trois heures d’avance - le gardien en avait été ébahi. « Tout va bien ? » lui avait-il même demandé, sans doute inquiet de voir les cernes sous son regard pas si reposé. Tout allait bien, oui, et dans le silence des lieux qui n’était pas encore troublé des ragots du matin, Neo avait terminé toute la paperasse liée à l’incident de la veille en un temps record, dépannant même certains de ses collègues en faisant la leur. Résultat, il était à peine onze heures qu’on la libérait, et pour la journée en plus. Voilà qui lui allait parfaitement bien car elle mourrait d’envie de s’effondrer dans son lit, Gabi collée contre elle, bavant sur sa jupe. Mais pas tout de suite. Ça non, pas tout de suite. Elle avait tout de même rendez-vous, et aussi fatigué soit son esprit, elle ne pouvait l’oublier. En avance, donc, Neo réalisa pourquoi finalement être en retard était bien plus adapté à sa façon de vivre : il fallait attendre et ça, ça n’était pas trop son fort. Mais lorsque la porte s’ouvrit, le regard surpris de Razvan valait toutes les minutes à trépigner. Neo l’accueillit d’un sourire qui s’évanouit dans leur court baiser, lieu de travail oblige. « Il y a des rendez-vous qu’il faut savoir honorer. » répondit-elle à sa taquinerie. Pas une minute à perdre, ah ça non. Neo regretta un peu de ne pas avoir pensé à acheter des sandwichs pour profiter un peu de l’intimité du bureau de Razvan, l’avoir rien que pour lui encore, et flanqua ses main dans ses poches pour éviter de prendre la sienne par réflexe. « Je rêve de mon lit depuis au moins 3 heures, mais ça ne m’a pas empêchée d’être efficace. On m’a même donné mon après-midi, rends-toi compte. » Elle lui décocha un sourire en coin. « Interdit de dire que tu es désolé. » anticipa-t-elle dans un rire.

Alors qu’ils faisaient la queue à ce qui semblait être l’heure de pointe, Neolina jeta un oeil rapide à la carte avant de se résigner. Les lettres étaient un peu floues à cause de la fatigue, qui plus est. « Tu veux bien choisir pour moi ? » L’épuisement n’aurait fait qu’accentuer son indécision, sans compter qu’elle avait oublié le nom du sort de Razvan qui permettait de choisir au hasard. « J’ai déjà mis plus de douze minutes à choisir la couleur de ce truc, alors… » Elle sortit de son petit sac une brosse à dent toute neuve, au manche vert pastel, qu’elle avait achetée dans la boutique de Sainte-Mangouste quelques minutes. « J’étais vraiment, vraiment très en avance. » se justifia-t-elle d’un air malicieux. « Ca mettra un peu de couleur dans ta salle de bain. » C’était sa façon à elle de lui répondre à ce qu’elle avait un peu éludé le matin même sans faire exprès.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyJeu 18 Mar 2021 - 18:19

Comment Razvan pouvait-il en avoir un jour marre qu'elle lui pique ses chemises ? Il fallait bien dire que si elles étaient taillées pour être portées par un homme, elles donnaient pourtant encore plus de charme à Neolina, qui n'avait pas besoin de ça pour faire tourner la tête de son petit ami. Et elle le savait bien, bien entendu. Sinon, elle ne prendrait sans doute pas autant de plaisir à les lui voler pour se promener uniquement vêtue de l'une d'elles dans son appartement londonien...

Mais le roumain n'avait malheureusement pas eu le temps de s'attarder davantage auprès d'elle. Il était déjà dramatiquement en retard, et bien que personne ne le lui reprocha, ce n'était pas responsable quand même. Le midi, le médicomage prit sa pause à l'heure habituelle qui rimait malheureusement avec les embouteillages dans la cafétéria de l'hôpital. « Oh je suis bien placé pour savoir que même quand tu manques de sommeil, tu es très efficace » releva-t-il d'un ton taquin, « mais tu vas pouvoir te reposer cet après-midi au moins. Tu dormiras pour moi ». Oui bon, parce que niveau manque de sommeil, il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre ces derniers temps. Une fois à la cafétéria, il y avait effectivement du monde. On y trouvait franchement de tout, des collègues, des familles, des enfants et il y avait même dans un coin un centaure qui avait l'air perplexe à l'idée de l'endroit où poser son sabot. Accompagné de Neolina, il n'y fit pas plus attention que cela. C'est tout naturellement qu'elle lui demanda de choisir pour elle. C'est que la roumaine était connue pour son indécision légendaire, accompagnée en plus de ça d'une fatigue terrible dû à son emploi du temps de Ministre, la pauvre ne devait pas être très alerte. Mais enfin, quand on se connait depuis trente ans, on devrait être capable de choisir aisément pour l'autre, non ? Razvan avait le nez sur la carte quand elle lui montra la brosse à dents qu'elle avait acheté pour accompagner la sienne, dans son pot, à son appartement. Un joli sourire égaya les traits fatigués du médicomage qui lui répondit : « Aucune chance que je la confonde avec la mienne ». C'est que la simplicité semblait l'avoir suivi jusque dans la salle de bain, où il avait une brosse à dent blanche, tout ce qu'il y a de plus ordinaire.

Au final, ils trouvèrent un peu par miracle une table libre, non loin du centaure qui avait l'air de fulminer dans son coin. « Tu vois ce qui est bien c'est que tu es tellement une habituée des hôpitaux que tu vas peut-être même en arriver à un point d'apprécier la nourriture d'hôpital » lui dit-il en pointant son assiette composée sobrement de haricots verts, purée de pommes de terre et d'une cuisse de poulet de sa fourchette. Il lui fit un sourire avant de prendre quelques bouchées. Finalement, Razvan arrêta son regard sur les traits de la trentenaire et il ajouta : « Alors, et si tu me parlais de cet ami que tu héberges ? ». Il n'était pas jaloux pour trois sous, bien entendu. Mais là, ils avaient un peu de temps devant eux, alors autant en profiter pour qu'elle lui explique, non ? Et si elle ne voulait pas... Eh bien tant pis. Razvan serait bien mal venu de lui faire une réflexion sur des cachotteries, lui qui devait nécessairement lui cacher bien des choses. Il lui servit un verre d'eau avant de se servir lui même et attendit patiemment. Ça ne pouvait pas être si pire que ça, non ?


(607)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptyVen 19 Mar 2021 - 23:00

Il y avait beaucoup de choses que Neolina faisait pour deux dans leur couple, leur relation même car s’il fallait le répéter, tout ça avait commencé 30 ans plus tôt. Parler déjà, c’était indéniable, car Razvan n’avait jamais été du type bavard et Neo, eh bien… Tout dépendait mais face au silence, elle savait trouver les mots pour le combler. Mais après tout, ces deux-là n’avaient jamais tellement eu besoin de mots. Tomber aussi, ça Neo s’était pris plus de gamelles dans toute sa vie que Razvan n’en connaitrait jamais à lui tout seul. Mais dormir, ça… Ils avaient déjà passé bien trop de temps à ne pas partager le même lit alors en vérité, Neo aurait bien aimé dormir à deux, si vous voyez l’idée. Dormir mais pas que, quoiqu’elle était actuellement trop épuisée pour ne pas s’effondrer tout de suite, quoi que sous-entende son taquin de petit ami. « Hum… » ronchonna-t-elle en posant brièvement sa tête sur son épaule avant de se remettre bien droite. « Ca serait quand même mieux de dormir avec toi. » Pas besoin de le dire, mais que voulez-vous, son cerveau fatigué ne filtrait pas très bien les sous-entendus. D’ailleurs, il était un peu curieux de dévoiler une brosse à dent avant de manger, mais après tout, Neo n’avait pas fait ça pour l’hygiène dentaire. Elle avait hâte d’aller la déposer dans le petit gobelet à côté de celle effectivement bien plus sobre de Razvan. Comme il disait, il ne pourrait pas confondre mais tant mieux car après tout, il y avait certaines choses qu'on ne partageait pas !

Après que Razvan ait commandé pour deux - oui, lui aussi faisait des choses pour deux, le bel équilibre - les deux âmes amoureuses et fatiguées se posèrent à une table. Déjà peu attentive à son environnement, Neo ne prêta même pas attention au monde alentours, ni aux curieux personnages qui les entouraient. Elle faillit même d’ailleurs s’assoir à côté de sa chaise. « Oups ! » Mais il y eut plus de peur que de mal. L’occasion rêvée pour Razvan de lui rappeler sa propension à investir l’hôpital un peu trop souvent. « Oh maintenant, j’ai une autre raison de squatter ici. » Et une bien plus agréable, comme le disait son sourire entendu. Bien sûr, Neo n’était pas du genre à surinvestir la sphère des autres, et ne venait pas non plus tous les jours dans l’espoir de glaner un bisou entre deux portes - le travail restait le travail, tout de même. Mais une fois de temps en temps, quand il lui manquait trop, elle aimait faire un crochet par ce lieu qui n’était pourtant pas bien joyeux.

Alors que Neo se perdait dans la contemplation de sa purée - petit bug de cerveau, désolé - Razvan la rappela à la réalité en lui posant une question somme toute légitimité, mais qu’elle était trop fatiguée pour aborder. Qui plus est, le lieu ne s’y prêtait pas du tout, du tout - les oreilles ennemies, tout ça… D’ailleurs, Neo ignorait encore quelles informations elle pouvait se permettre de partager avec son roumain, non pas par manque de confiance, mais pour éviter de le faire tremper dans des choses un peu trop risquées. Pour autant, elle ne pouvait le laisser dans le mystère le plus complet et éluder la question, voilà qui aurait été curieux, et bien loin de sa façon de faire, et d’être. « Oh, oui, c’est vrai… » commença-t-elle en creusant un petit volcan dans son assiette sans le réaliser, avant de reposer sa fourchette. « C’est un vieil ami, du temps où j’étais jeune fille au pair. » Une information lui revint tout à coup, qui aiderait peut-être à mettre un visage sur un nom. « Il était à mon mariage, d’ailleurs ! » Elle avait dit ça le plus naturellement du monde, sans se soucier de parler de ce moment qui semblait appartenir à une autre vie, et sans se souvenir de l’étrange contexte de cette rencontre pour le moins… impudique. « Bref, il a quelques ennuis en ce moment, et surtout aucun endroit où dormir. Mon canapé était tout indiqué. » C’était une version concise, mais le fait était que Neo ne pouvait révéler ni le prénom, ni la teneur des ennuis d’Anselmus dans un lieu aussi bondé. Peut-être le ferait-elle en privé, peut-être pas. Mais pas dans un tel état de fatigue. « Du coup, c’est lui qui a mon double de clés, et je devais en refaire un d’ailleurs. Oh, je suis sotte ! » se fustigea-t-elle bêtement. « Que ça ne t’empêche pas de passer à l’improviste, d'accord ? » Elle savait bien que Razvan ne passerait pas, animal peu social qu’il était mais au moins, c’était dit. Déjà qu’en temps normal, c’était plutôt elle qui venait chez lui mais alors là… Un croup et un inconnu ? Voilà qui serait trop pour l’austère roumain. « Et toi ? Ta stagiaire ? » enchaîna-t-elle avant d’avaler une bouchée. Elle s’était souvenue de cette information qu’elle n’avait pas creusée depuis qu’il lui en avait parlé, et qui avait ressurgi dans son esprit quand elle même avait été chargée de s’occuper d’une jeune Auror. « La laisseras-tu s’exercer sur moi lors de ma prochaine chute ? » ironisa-t-elle. Elle pouvait bien en plaisanter, ils savaient que c’était inévitable. Et ça pouvait arriver plus tôt que ce qu’on aurait pu croire. Dès qu’elle quitterait la table, par exemple.


Dernière édition par Neolina Siankov le Ven 26 Mar 2021 - 1:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptySam 20 Mar 2021 - 14:25

Ne pas se prendre la tête, ne pas se prendre la tête...

C'était, il semblerait, quelque chose que bien peu de couples gardaient à l'esprit. Pourtant, c'était l'assurance d'une relation saine et joyeuse, non pas placée sous le signe terrible de la défiance et des cris. Neolina et Razvan, sans réellement se concerter, appliquaient cela à leur relation de façon toute naturelle. C'était peut-être parce que c'était là quelque chose qu'ils avaient fait toute leur vie. Après tout, leurs trente années d'amitié n'avaient jamais été bousculées de disputes inutiles. Ils étaient matures, tôt, présents l'un pour l'autre. Beaucoup de couples n'auraient pas supporté d'être séparés tel qu'ils l'étaient. Ne pas pouvoir se voir, que ce fut à cause de l'emploi du temps de l'un ou de l'emploi du temps de l'autre, ça devenait lourd sur la durée. Mais voilà, ils ne pouvaient pas faire autrement et ils étaient de toute façon, tout à fait indépendant l'un de l'autre. Ils n'étaient pas de ces gens qui avaient besoin de se montrer particulièrement collants, quoiqu'ils avaient bien du mal à ne pas se toucher quand ils se retrouvaient ensemble. D'ailleurs, la nécessaire retenue qu'ils devaient avoir en raison de leur environnement actuel rendait presque les choses un peu étranges. Il était bizarre de ne pas pouvoir se toucher alors qu'ils ne savaient faire autrement, la plupart du temps. Et si Neo ne savait s'empêcher quelques gestes tendres, quand même, ils restaient bien sobres. Manger l'un en face de l'autre était tout ce qu'ils pouvaient se permettre maintenant. Le roumain avait planté sa fourchette dans ses beans britanniques en renvoyant la balle à la trentenaire pour qu'elle lui parle davantage de ce qu'ils n'avaient pas pu explorer de bon matin.

Neolina sembla un peu surprise qu'il remette le sujet sur le tapis, mais après tout, ce n'était pas tous les jours qu'on faisait une place sur son canapé pour accueillir un ami pour une durée indéterminée. Il se fit la réflexion qu'il valait mieux que cette personne aime les animaux, parce que sinon, les poils du croup allaient le démanger toute la journée. « A ton mariage ? » fit-il d'un ton surprit en fronçant les sourcils. Les souvenirs se faisaient lointains mais il se rappelait plutôt bien des deux britanniques bien étranges qui n'avaient pas su s'empêcher de se faire remarquer dans la petite fête d'après cérémonie. « Je me souviens que les soeurs Laptar ont parlé de tes amis pendant des semaines... » fit-il d'un ton un peu amusé, en faisant surtout référence à celui qui s'était permit de montrer son vocifère pour se soulager en plein air. Etait-ce lui qu'elle hébergeait chez elle ? Elle se fustigea de ne pas avoir refait faire un double des clés et Razvan eut un léger sourire. « Mm Mm » fit-il mine de répondre lorsqu'elle le défendit de ne pas passer parce qu'il y aurait son ami. Il ne risquait clairement pas de se pointer s'il risquait de tomber sur quelqu'un d'autre que Neolina. C'est que, le roumain était si peu sociable qu'il était déjà peu bavard avec elle, alors imaginez avec quelqu'un d'autre. Et avec ce croup, non vraiment, c'était trop. Sans rien ajouter de plus, il reprit une cuillère de beans.

Mais apparemment ils en étaient au stade où il leur fallait parler de leur entourage et c'était lui qui avait ouvert la porte à pareille conversation. Surprit qu'elle se souvienne qu'il lui avait parlé de Svetlana, il suspendit son geste avant qu'un sourire ne vienne éclairer ses traits à l'entente de la petite plaisanterie de sa petite amie. « Oh, elle se débrouillerait très bien. Mais comme elle n'est pas étudiante, elle n'a pas trop le droit à la pratique, elle doit se contenter d'observation » lui expliqua-t-il les choses d'un ton tranquille. « Svetlana n'a pas les moyens de se payer la fac pour l'instant. Et puisqu'elle aime la médicomagie, je lui ai proposé de la former. C'est toujours de l'avance prise sur ses cours quand elle pourra les avoir » continua Razvan avant de finir ses haricots anglais. Il jeta un coup d'oeil à l'horloge pour constater que sa pause était malheureusement bientôt terminée. « Je vais bientôt devoir y aller » - il lui fit un sourire un peu triste, sachant très bien qu'ils ne se reverraient sans doute pas avant plusieurs jours, hélas - « tu vas pouvoir aller dormir avant de finir le nez dans ton assiette ». La pauvre avait l'air vraiment épuisée. Peut-être valait-il mieux qu'elle rentre vite chez elle avant que son corps ne la fasse s'effondrer et finir à Sainte Mangouste, précisément parce qu'elle se serait cassée quelque chose dans sa chute.


(782)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptySam 20 Mar 2021 - 17:40

Ah ça… Le mariage de Neo avait délié les langues pendant bien des semaines après le grand jour, et pas pour les raisons habituelles. La robe de Neo ou son joli petit teint rosi avait moins fait parler que le comportement de ses amis anglais. Déjà que la roumaine n’avait pas la réputation la plus impeccable du village, mais alors là… Qu’elle ait osé inviter l’occident avait fait jaser, et le résultat avait été à la hauteur des ragots. Entre Stubby qui dénotait absolument dans le cadre austère de la Roumanie avec sa tenue haute en couleurs et ses cheveux trop longs et Anselmus qui, du haut de ses 17 ans, avait jugé bon de se défroquer en pleine rue… Comment dire. Toutefois, Neo ne précisa pas lequel des deux était sur son canapé, jugeant que Razvan savait que Stubby était quand même une personnalité publique et que donc, par élimination, tout ça… Ou était-ce juste la fatigue ? « Ces bigotes de soeurs Laptar… Au moins, ça leur a permis de changer de disque ! » Neo n’était pas méchante en règle générale, mais les deux siamoises avaient fait fort à l’époque de son divorce. Autant dire qu’elle n’avait plus tellement de sympathie en stock pour ces deux commères. En tout cas, Razvan se montra bien moins curieux de les habitants de Sibiu concernant les galères de son compère de canapé, et le sujet fut aussi vite clos qu’il avait été ouvert.

La petite roumaine se concentra fort pour écouter ce que Razvan disait et éviter de sombrer dans un demi-coma. Non, mais c’est que ça l’intéressait en plus ! Un sourire doux flottait sur ses lèvres alors qu’elle l’écoutait avec amour. Pas étonnant que cet homme si bon aide quelqu’un qui, elle aussi, en avait besoin. Certes, les soucis de cette petite n’étaient pas tout à fait les mêmes que ceux d’Anselmus, mais la propension de l’un et l’autre à aider son prochain était un de leurs rares, mais précieux point commun. « Svetlana ? » rebondit-elle, sa curiosité piquée malgré la fatigue. « Une fille de chez nous, donc ? » Neo ne parlait pas forcément de la Roumanie, plus de la fameuse Mère Patrie que Razvan détestait tant alors qu’il avait la ferme envie de retourner la rejoindre, quelle idée. Toujours était-il qu’elle aurait pu poser milles questions, mais n’en fit rien. « C’est gentil de ta part. Elle a le meilleur des professeurs. » dit-elle finalement en posant sa main tendrement sur la sienne avant de terminer son assiette. Mais déjà, Razvan devait partir, et elle fit une petite moue triste à peine forcée. « Il y a des lits ici, non ? » tenta-t-elle en sachant bien que c’était impossible de voler les draps des pauvres âmes blessées. Finalement, Neo laissa la moitié de son assiette - sa mère aurait été outrée - et se leva en même temps que lui, puisant dans ses dernières forces pour se mettre sur la pointe des pieds et l’embrasser au coin des lèvres, chastement mais avec tendresse. « On se voit très vite, d’accord ? » L’instant d’après, elle s’était déjà éloignée. Mieux valait arracher le pansement, non ? Mais Neo ne put résister à la tentation de se retourner et, captant son regard, prononça silencieusement un Je t’aime dans leur langue natale qu’il était le seul à pouvoir décoder.


Ce soir-là, ce ne fut pas la fatigue qui empêcha Neo de caler correctement les clés dans cette fichue serrure. Non, depuis, elle avait eu le temps de récupérer, suffisamment d’ailleurs pour accepter le petit afterwork proposé par les Aurors du Ministère à leur département. Et alors qu’elle s’était promis d’être raisonnable, Neo avait plongé le nez dans une bière, puis une deuxième et ce fut celle de trop. Mais l’ambiance du moment était joyeuse, insouciante, et la vie en ce moment était trop morose pour refuser instant pareil. Il y avait eu des chants, des parties de billard, des rires forts et le temps avait filé aussi vite que l’alcool avait envahi les veines de la petite nature roumaine. L’esprit embrumé, donc, Neo n’avait pas su transplaner - ni aucun de ses collègues, d’ailleurs - et sur la route de chez elle, il y avait l’appartement de Razvan. En voyant sa porte, elle eut la subite et stupide idée de monter, parce qu’elle avait envie de le voir. Combien de jours déjà depuis la dernière fois ? Trop. Aussi ne se soucia-t-elle pas de l’heure, ni de son état, et entreprit de se bagarrer avec la serrure dont elle vint à bout après une éternité. Lorsqu’elle finit par rentrer, il y avait un peu de lumière, mais pas tellement, aussi son esprit embrumé ne sut pas tout à fait quelle attitude adopter. Mais dans son mouvement, Neo fit tomber son sac dans ses jambes - bravo - et tapa dedans dans la foulée, évidemment. « Chuuuuuuuuut ! » commanda-t-elle tout fort à l’objet inanimé parce qu’elle essayait d’être discrète, sans trop savoir pourquoi. Sûrement parce qu’elle avait peur de trouver son bel amour endormi mais, soyons clair : il y a fait 118% de chance qu’il soit réveillé par l’arrivée impromptue d’une Neo imbibée.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  EmptySam 20 Mar 2021 - 22:18

Après s'être séparés une fois de plus, une fois de moins, Razvan était retourné travailler. Comme tous les jours qui avaient suivi, d'ailleurs. Ses horaires l'empêchaient fréquemment de passer voir Neolina. Et elle-même ne passait pas, souvent sans doute, parce qu'elle finissait tard ou simplement parce qu'elle n'avait pas envie de le déranger ou de le voir. Avec son ami chez elle de toute manière, le roumain ne comptait pas se pointer chez elle. Ne serait-ce que pour s'éviter un moment tristement gênant où il ne ferait pas vraiment la conversation à cette personne parce qu'il ne saurait pas quoi dire. Répondre par onomatopées n'était apparemment pas très apprécié et ce serait donner à Neo l'opportunité de se moquer encore de sa sociabilité - bien que ça, il pouvait encaisser. Quoiqu'il en soit, ce jour-là, Razvan avait finalement terminé sa journée assez tôt, miracle s'il en est. Et au lieu de s'effondrer dans son lit ou son canapé, il avait décidé... De continuer à travailler. A sa façon, d'une certaine manière. Le nez perdu dans des bouquins étalés devant lui, il prenait des notes pour ses propres recherches personnelles. Le métier de médicomage ne rimait pas nécessairement toujours avec de la recherche. Pour autant, à l'école supérieure de magie scandinave, on ne l'avait pas seulement formé au terrain. Et maintenant qu'il était à Londres, il ne trouvait souvent pas le temps de s'en occuper. Son petit regain d'énergie était donc tout tourné vers cela, comme s'il pouvait se le permettre avec les journées qu'il s'enfilait malgré lui.

Quoiqu'il en soit, la soirée était assez avancée lorsqu'il entendit finalement la porte d'entrée s'ouvrir. Baguette en main, il sortit de sa chambre sans hésitation et surtout, sans allumer sa baguette pour finalement entendre Neolina parler à... ? Un Lumos plus tard, la plus grande peur du roumain s'évanouit. Cette dernière étant qu'elle ramène sont croup chez lui, mais non. Non non, Neo avait juste l'air ivre et elle parlait à son sac dans lequel elle avait buté. Il claqua l'interrupteur pour que la vraie lumière s'allume et les éclaire davantage. « Je vois que tu as passé une bonne soirée » releva le médicomage d'un ton taquin en se baissant pour ramasser son sac et le pendre au porte-manteau. Razvan avait déjà eu l'opportunité de la voir complètement bourrée et en réalité, il était à peu près sûr qu'elle n'avait même pas tant bu que cela. Le fait est qu'elle ne tenait pas du tout l'alcool et qu'il le savait très bien pour l'avoir vu presque ivre en deux gorgées de tuica. « Tu viens me voir afin d'avoir une potion pour gueule de bois ? » - les mains sur les hanches, le roumain la regardait d'un air foutrement amusé. Apparemment, sa soirée de recherche s'arrêtait ici. Il allait maintenant devoir se charger du drunksitting.

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Rêves amoureux | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Rêves amoureux | NEOLINA Rêves amoureux | NEOLINA  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Rêves amoureux | NEOLINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-