GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
Le deal à ne pas rater :
Où trouver le coffret Pokémon Dresseur D’Élite EB4.5 – ...
63.35 €
Voir le deal

Partagez

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 165
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (odistole/indi)
| SANG : Sang pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyDim 28 Mar 2021 - 21:13

Eté 1977 - Menton (France)

La grande tante Elladora était une légende dans la famille Flint. Une légende que Perseus avait fini par retrouver en cet été 1977 dans la ville de Menton. Elle était en train de prendre un thé glacé dans le jardin de sa grande maison méditerranéenne avec quelques artistes dont il n'avait pas jugé utile de retenir les noms. Lorsqu'elle l'aperçut, son sourire affable ne disparut qu'un durant un quart de seconde. Elle le reconnaissait bien là son petit neveu. L'auteur à succès dont elle entendant parfois dans la presse.  “Perseus ! Mon cher neveu ! ” S'exclama-t-elle en lui ouvrant les bras pour le serrer contre elle. Les invités de cette dernière n'étaient visiblement pas surpris, mais extrêmement intéressés. “Mesdames, messieurs, je vous avais dit que mon neveu me retrouverait.” Elle se dirigea ensuite vers son parent et posa ses deux mains élégantes sur ses joues comme pour le regarder de plus près. Plus tard, il lui présenta les artistes par leur nom un à un. Il n'enregistra que quelques détails, des commentaires sur son écriture, ses anciens articles sur l'histoire. Ils lui racontèrent ensuite des "anecdotes" et certains lui proposèrent même des idées pour ses prochains livres. Idées auxquelles il ne fit pas attention. Il n'avait pas besoin des piques assiettes de sa tante pour rédiger ses propres histoires. “Je crois que nous avons besoin de parler. Seul à seule.” Dit-il finalement. Elle hocha la tête, manifestement d'accord avec cela. Elle ordonna à l'un de ses domestiques de surveiller ses invités et entraina ensuite Perseus loin d'eux. “Ta tante, Celestina... Tu la connais ?” Evidemment que oui. Il avait croisé ce nom en enquêtant sur Elladora. Sa propre mère avait fini par lui en parler. De ce que j'ai entendu, tu es le plus intelligent des enfants de ma nièce ! Elle sera là ce week-end. Tu devrais rester.” Rester ? Rester ?! Perseus n'était pas exactement certain de le désirer. Mais il ne dit rien. Il avait surtout besoin d'explications. “Je connais une promenade dans les quartiers sorciers tout à fait agréable au bord de mer.” Il n'avait pas souhaité la contredire.

Quelques heures plus tard, il se retrouvait donc à marcher le long de la plage. Elle avait attrapé son bras pour "mieux avancer" comme une mère s'attachait à son fils préféré. C'était quelque chose que sa propre mère faisait souvent. “Comment va ta famille ? Je suis tes aventures et exploits dans la presse, mais il m'est difficile de savoir ce qui arrive à tes frères et sœurs.” Il regarda l'horizon assez réticent à l'idée d'avoir cette conversation avec elle. Il n'avait pas envie de causé de son frère avec elle et ne savait pas s'il pouvait lui faire confiance lorsque cela concernait Briseis. Il aurait aimé pourtant. Car cette femme au fort caractère lui était sympathique. Elle protégeait les artistes, parlait et riait fort. C'était une femme du monde qui manifestement organisait des grandes fêtes et s'entourait des meilleurs peintres, sculpteurs du continent. Elle en finançait parfois. Et surtout elle avait du caractère comme le montrerait très prochainement la rencontre suivante. Sa grande tante Elladora heurta le pied d'un homme et ne tarda pas à partager son agacement en anglais : “Mais quel crétin ! Non mais je rêve ! Nous ne sommes pas aidés dans ce pays ! ” Elle incendiait le sorcier qui au final n'avait rien fait. Enfin... C'était vite dit. L'homme se retourna et fit tomber sa glace à l'italienne sur la belle robe de luxe de sa tante... Alors il venait de réveiller le dragon. Elle cracha quelques insultes d'abord en français, puis en italien... tant qu'à faire ! Et finalement, elle reprit la parole en anglais pour le rhabiller pour l'hiver sans espérer un seul instant qu'il ne comprenne : “Tu l'as vu Perseus ? Lui et son air niais. C'est ce genre de troll dont il faut se protéger. Et regarde ma tenue ! Je n'ai jamais été aussi insultée de toute ma vie. ” Il retint un rire tandis qu'elle sortait un mouchoir pour s'essuyer. Mais en jetant un coup d'œil vers l'inopportun, il se rendit compte que sa tante avait sans doute été comprise du début à la fin... “Vous devriez rentrer chez vous, ma tante.” Dit-il posément. Mais cela ne suffit pas à calmer les nerfs de la pauvre femme âgée de plus de 60 ans... “Non, je veux d'abord savoir qui est cet idiot ! ” S'exclama-t-elle en pointant le doigt vers le guitariste des Croque Mitaines. En vérité, si elle daignait le regarder, elle le saurait déjà...
Revenir en haut Aller en bas
Archie M. Davidson

Archie M. Davidson


| HIBOUX POSTÉS : 61
| AVATARS / CRÉDITS : Tyler Hoechlin
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Se réveiller dans un monde, où la musique et le succès, n'existent pas.
| PATRONUS : Un albatros
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyMar 30 Mar 2021 - 20:38

Archie Davidson était arrivé la veille au soir, dans le sud de la France. Et plus précisément, à Menton. Ses deux mères, auxquelles il avait laissé Parmentier en pension, durant son séjour, lui avait commandé de leur ramené des citrons. Ces derniers étaient très bons, selon elles. Il les avait crues, il n’y connaissait strictement rien. Si ça pouvait leur faire plaisir, il leur en ramènerait des kilos. Il avait prit possession de la chambre qu’il avait réservé, dans un hôtel chic proche de la mer. Elle était à son goût, et il s’était dit qu’il passerait de bonnes vacances, bien méritées en ce lieu. Il n’avait pas de programme prédéfini, mais il trouverait sans doute des activités estivales.

Le lendemain matin, à la suite d’une bonne nuit, d’une douche rafraîchissante et d’un délicieux petit déjeuner, il se préparait rapidement pour aller explorer le quartier. Il avait enfilé un tee-shirt et un short clair, avec une paire de baskets. Le soleil était radieux, et il faisait déjà chaud. Il transpirait, mais ses lunettes de soleil protégeaient convenablement son regard clair. Le jeune homme évoluait donc en bord de mer, et posait ses yeux partout. Il en prenait plein les mirettes !!! Ses vacances commencées bien. Les personnes étaient souriantes, et les femmes avaient sorties les robes et les jupes courtes. Une aubaine pour lui. Les Françaises étaient charmantes. Il humait l’air marin, qui lui parvenait par gouttelettes, et en emplissait ses poumons, en continuant sa déambulation. Il était content de son choix de villégiature.
Un peu plus loin, il apercevait un stand de vente de glaces à l’italienne. Il en salivait d’avance, et réfléchissait aux parfums, dont il allait se régalait.

Arrivé devant les petits bacs et le vendeur, il hésitait. Bien entendu, il prendrait une boule au café, son parfum favori. Puis il prenait une boule de chocolat et une de pistache. Il la dévorait des yeux et réglait le prix à ce dernier, qui comparé aux personnes qu’il avait pu croiser, il n’était pas très souriant ni jovial. Il haussait les épaules et détournait les yeux, afin de trouver la place idéale, pour la savourer tranquillement, face à la mer. Au terme de quelques pas, il s’arrêtait et plongeait son regard d’abord dans sa haute glace, et ensuite dans l’étendue bleue, qui s’animait devant lui. Il entendait le ressac des vagues, les cris des vacanciers jouant dans celles-ci, et il observait à la dérobée les silhouettes féminines en maillot de bain. Le spectacle lui plaisait, et un large sourire étirait ses lèvres recouvertes de crème glacée.

Alors qu’il se pensait au summum du bien-être, un choc le faisait revenir à la réalité brutalement. Il avait senti un corps le heurter, et des paroles à son encontre s’en suivre. Une première salve d’insultes en anglais avait fondue sur lui. Evidemment, il en avait compris chacun des mots. Il se retournait cependant, pour voir la dite malotruse. Il s’agissait d’une femme bien vêtue, et d’un jeune homme qui l’accompagnait. Cette dernière continuait ses insultes, dans des langues différentes. Puis un prénom faisait sa route dans ses oreilles alertes : Perseus. Comme Perseus Flint ? Ca n’était pas possible. Il ne manquait plus que ça. Oui oui , c’était bien lui. Correction : ses vacances ne commençaient pas sous les meilleurs hospices…

Il bredouillait des excuses à son accompagnatrice, qui ne se calmait pas le moins du monde. Sa glace avait tâché copieusement sa riche tenue. Et bon, il s’en voulait quand même. Il reportait son regard sur cette dernière, qui tentait d’effacer la preuve de l’accident, avec un mouchoir. Bref, il aurait mieux fait de rester à l’hôtel… Mais il était bien élevé, et savait qu’il allait devoir se montrer gentil, pour ne pas faire honte à Beth et Holly.
- J’ai très bien compris ce que vous m’avez dit, chère madame. Je suis désolé, je ne vous avez pas vue arriver. Il faut dire que le paysage ici est magnifique, je me suis laissé emporter. Veuillez m’excuser, pour votre élégante tenue. Il ne pouvait pas faire mieux. Après tout, elle ne s’était pas gênée pour exprimer son mécontentement.

Perseus sentant certainement un malaise quand çà cette situation, intimait sa tante à regagner son domicile. Mais peine perdue, elle tenait absolument à savoir qui était l’homme maladroit qui l’avait humiliée à tel point, qu’il pensait que son cœur battait plus fort que tous les instruments d’une fanfare réunis. Pas qu’il en avait souvent vu, mais il en avait eu quelques exemples plus jeunes, avec son père. Allait-il lui décliner son identité ? Avait-elle eu vent des Croques Mitaines, et avait-elle déjà entendue leur musique ? Enfin, il allait bien rire en racontant cette histoire à Stubby Boardman, son meilleur ami, à son retour. En attendant, il était plongé dans une réflexion, qui trouvait sa solution en la personne de Perseus.
- Vous pouvez poser la question à votre neveu, nous avons fait nos études ensembles. Il me connait, s’il se souvient de moi. Perseus, comment ça va ? Encore désolé pour ta tante. Il s’était excusé devant lui pour la forme. Après tout, il n’en avait rien à faire de son avis. Rapport à un cas ancien, où ce dernier n’avait rien fait, pour lui venir en aide. C’était à Poudlard, mais le souvenir lui était revenu, il ne savait pas vraiment pourquoi, à cet instant.

Il avait toujours dans les mains, le reste de sa glace. Il la regardait avec dépit, mais il ne voulait  pas en perdre une miette. Il croquait dans le biscuit, tout en patientant pour le second round, qui il le savait, n’allait pas tarder à pointer le bout de sa baguette. Comment pourrir ses vacances : leçon numéro un !
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 165
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (odistole/indi)
| SANG : Sang pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyDim 4 Avr 2021 - 17:22

Sur tous les endroits qui existaient sur un planisphère, il avait fallu que Archie Davidson pose ses malles là où sa grande tante avait élu domicile. Il ne se considérait pas le moins du monde en vacances. Menton n'était pas un lieu qu'il aurait choisi. Il n'aimait guère l'hexagone depuis plusieurs années. Mais sa curiosité l'avait conduit jusqu'ici pour découvrir une parente qu'il avait espéré meilleure et plus intéressante que le reste de sa famille. Cette rencontre lui confirmait au moins cela. Mais l'apparition du musicien dans cette conversation polie était pour le moins inattendue et indésirable. Perseus écoutait silencieusement toutes les insultes qui sortaient de la bouche d'Elladora Parkinson. Pour une femme de plus de 60 ans, elle avait beaucoup d'énergie. Elle ne manquait pas de vocabulaire pour proprement rhabiller l'ancien gryffondor pour l'hiver.  “Menton est une ville magnifique, je vous le concède. Mais, vous auriez pu lui épargner votre présence. Mon cher, vous gâchez le paysage. ” Dans n'importe quelle autre situation, Perseus aurait ri. A la réalisation que sa verve lui venait bien de cette tante qu'il n'avait pour ainsi dire pratiquement jamais connu et non de son terrible père dont il se débarrasserait bien. Mais pas là. Allez savoir, il éprouvait peut-être bien une once de remord en jetant un coup d'œil à son ancien camarade d'école.

Il fallait s'y attendre... Le lion n'avait pas oublié son nom. Ces bestiaux avaient de la mémoire ? Première nouvelle. Dans tous les cas, le corbeau n'avait pas perdu son répondant et ne comptait pas entrer son jeu. “Etes-vous en train de dire que vous avez pollué l'air de mon neveu à Poudlard ? ” Eh bim. En toute réaction, Perseus sortit une cigarette et un briquet pour s'en griller une. C'était là un spectacle dérangeant. Il n'avait pas envisagé son séjour comme cela et sentait déjà l'agacement grimper en flèche. Il avait besoin de sa dose de nicotine et très vite. “Croyez-moi ma tante, vous avez mieux à faire. Je vous conseille plutôt de rejoindre vos amis.” Et de faire un petit tour dans sa garde-robe avant de présenter à eux à nouveau. Mais elle était bien assez grande pour le savoir. Elle avait de toute évidence encore toute sa tête. “Je crois avoir perdu assez de temps avec cet énergumène. Je rentre. ” Et sans plus de cérémonie, elle disparut la tête haute dans un pop. Elle lui avait lancé un dernier regard en disant long sur ce qu'elle attendait de lui. Elle tenait à lui présenter sa tante Celestina, la sœur de sa mère. Il se demandait bien s'il avait envie de la rencontrer. “Faire nos études ensemble ? Je crois que tu avais une année de plus que moi et nous n'étions guère amis.” C'était peut-être bien là le problème, la tournure de ces quelques phrases. Perseus se souvenait de tout... de  t o u t. Toujours. Constamment. Ca en devenait d'ailleurs rapidement ennuyeux à ses yeux.  

Il y avait aussi une pointe de honte dans son cœur qu'il ne saurait trop définir. Aussi il lui prit l'envie de justifier ce qui venait de se passer. “Toutes mes excuses pour ma tante. Nous avons un caractère de dragon - ou de harpie dans son cas - dans notre famille. Du côté de ma mère en tout cas.” En vérité, Phylis Flint était la douceur incarnée, la délicatesse même. Bien loin de l'image de son mari, ou de cette tante qui s'était métamorphosée en une seconde à peine en une véritable harpie. Mais elle s'était endurcie. Elle avait appris à faire entendre sa voix. Ce qui avait alimenté toute l'admiration que Perseus avait pour sa mère. “Je t'en offre une autre et on oublie ce qui s'est passé ?” Demanda-t-il en désignant le cornet qu'il avait déjà entamé à pleine dent. Perseus n'était pas un bec sucré. Toute ce sucre le dégouterait presque, mais par chance, il était devenu doué pour cacher ses émotions. Il était radin, avare comme pas deux. Mais une glace italienne, ça coûtait quoi ? Le prix d'une paire de chaussons pour lui ?  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Un croisement innatendu [Pv Yuko & Hideaki][Hentaï][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: A l'étranger :: 
Europe
-