GRYFFONDOR : 39 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -54%
-54% sur le jeu MOTOGP 21 sur PC
Voir le deal
21.79 €

Partagez

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 200
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (lovebug)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyDim 28 Mar 2021 - 21:13

Eté 1977 - Menton (France)

La grande tante Elladora était une légende dans la famille Flint. Une légende que Perseus avait fini par retrouver en cet été 1977 dans la ville de Menton. Elle était en train de prendre un thé glacé dans le jardin de sa grande maison méditerranéenne avec quelques artistes dont il n'avait pas jugé utile de retenir les noms. Lorsqu'elle l'aperçut, son sourire affable ne disparut qu'un durant un quart de seconde. Elle le reconnaissait bien là son petit neveu. L'auteur à succès dont elle entendant parfois dans la presse.  “Perseus ! Mon cher neveu ! ” S'exclama-t-elle en lui ouvrant les bras pour le serrer contre elle. Les invités de cette dernière n'étaient visiblement pas surpris, mais extrêmement intéressés. “Mesdames, messieurs, je vous avais dit que mon neveu me retrouverait.” Elle se dirigea ensuite vers son parent et posa ses deux mains élégantes sur ses joues comme pour le regarder de plus près. Plus tard, il lui présenta les artistes par leur nom un à un. Il n'enregistra que quelques détails, des commentaires sur son écriture, ses anciens articles sur l'histoire. Ils lui racontèrent ensuite des "anecdotes" et certains lui proposèrent même des idées pour ses prochains livres. Idées auxquelles il ne fit pas attention. Il n'avait pas besoin des piques assiettes de sa tante pour rédiger ses propres histoires. “Je crois que nous avons besoin de parler. Seul à seule.” Dit-il finalement. Elle hocha la tête, manifestement d'accord avec cela. Elle ordonna à l'un de ses domestiques de surveiller ses invités et entraina ensuite Perseus loin d'eux. “Ta tante, Celestina... Tu la connais ?” Evidemment que oui. Il avait croisé ce nom en enquêtant sur Elladora. Sa propre mère avait fini par lui en parler. De ce que j'ai entendu, tu es le plus intelligent des enfants de ma nièce ! Elle sera là ce week-end. Tu devrais rester.” Rester ? Rester ?! Perseus n'était pas exactement certain de le désirer. Mais il ne dit rien. Il avait surtout besoin d'explications. “Je connais une promenade dans les quartiers sorciers tout à fait agréable au bord de mer.” Il n'avait pas souhaité la contredire.

Quelques heures plus tard, il se retrouvait donc à marcher le long de la plage. Elle avait attrapé son bras pour "mieux avancer" comme une mère s'attachait à son fils préféré. C'était quelque chose que sa propre mère faisait souvent. “Comment va ta famille ? Je suis tes aventures et exploits dans la presse, mais il m'est difficile de savoir ce qui arrive à tes frères et sœurs.” Il regarda l'horizon assez réticent à l'idée d'avoir cette conversation avec elle. Il n'avait pas envie de causé de son frère avec elle et ne savait pas s'il pouvait lui faire confiance lorsque cela concernait Briseis. Il aurait aimé pourtant. Car cette femme au fort caractère lui était sympathique. Elle protégeait les artistes, parlait et riait fort. C'était une femme du monde qui manifestement organisait des grandes fêtes et s'entourait des meilleurs peintres, sculpteurs du continent. Elle en finançait parfois. Et surtout elle avait du caractère comme le montrerait très prochainement la rencontre suivante. Sa grande tante Elladora heurta le pied d'un homme et ne tarda pas à partager son agacement en anglais : “Mais quel crétin ! Non mais je rêve ! Nous ne sommes pas aidés dans ce pays ! ” Elle incendiait le sorcier qui au final n'avait rien fait. Enfin... C'était vite dit. L'homme se retourna et fit tomber sa glace à l'italienne sur la belle robe de luxe de sa tante... Alors il venait de réveiller le dragon. Elle cracha quelques insultes d'abord en français, puis en italien... tant qu'à faire ! Et finalement, elle reprit la parole en anglais pour le rhabiller pour l'hiver sans espérer un seul instant qu'il ne comprenne : “Tu l'as vu Perseus ? Lui et son air niais. C'est ce genre de troll dont il faut se protéger. Et regarde ma tenue ! Je n'ai jamais été aussi insultée de toute ma vie. ” Il retint un rire tandis qu'elle sortait un mouchoir pour s'essuyer. Mais en jetant un coup d'œil vers l'inopportun, il se rendit compte que sa tante avait sans doute été comprise du début à la fin... “Vous devriez rentrer chez vous, ma tante.” Dit-il posément. Mais cela ne suffit pas à calmer les nerfs de la pauvre femme âgée de plus de 60 ans... “Non, je veux d'abord savoir qui est cet idiot ! ” S'exclama-t-elle en pointant le doigt vers le guitariste des Croque Mitaines. En vérité, si elle daignait le regarder, elle le saurait déjà...
Revenir en haut Aller en bas
Archie M. Davidson

Archie M. Davidson


| HIBOUX POSTÉS : 94
| AVATARS / CRÉDITS : Tyler Hoechlin
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Se réveiller dans un monde, où la musique et le succès, n'existent pas.
| PATRONUS : Un albatros
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyMar 30 Mar 2021 - 20:38

Archie Davidson était arrivé la veille au soir, dans le sud de la France. Et plus précisément, à Menton. Ses deux mères, auxquelles il avait laissé Parmentier en pension, durant son séjour, lui avait commandé de leur ramené des citrons. Ces derniers étaient très bons, selon elles. Il les avait crues, il n’y connaissait strictement rien. Si ça pouvait leur faire plaisir, il leur en ramènerait des kilos. Il avait prit possession de la chambre qu’il avait réservé, dans un hôtel chic proche de la mer. Elle était à son goût, et il s’était dit qu’il passerait de bonnes vacances, bien méritées en ce lieu. Il n’avait pas de programme prédéfini, mais il trouverait sans doute des activités estivales.

Le lendemain matin, à la suite d’une bonne nuit, d’une douche rafraîchissante et d’un délicieux petit déjeuner, il se préparait rapidement pour aller explorer le quartier. Il avait enfilé un tee-shirt et un short clair, avec une paire de baskets. Le soleil était radieux, et il faisait déjà chaud. Il transpirait, mais ses lunettes de soleil protégeaient convenablement son regard clair. Le jeune homme évoluait donc en bord de mer, et posait ses yeux partout. Il en prenait plein les mirettes !!! Ses vacances commencées bien. Les personnes étaient souriantes, et les femmes avaient sorties les robes et les jupes courtes. Une aubaine pour lui. Les Françaises étaient charmantes. Il humait l’air marin, qui lui parvenait par gouttelettes, et en emplissait ses poumons, en continuant sa déambulation. Il était content de son choix de villégiature.
Un peu plus loin, il apercevait un stand de vente de glaces à l’italienne. Il en salivait d’avance, et réfléchissait aux parfums, dont il allait se régalait.

Arrivé devant les petits bacs et le vendeur, il hésitait. Bien entendu, il prendrait une boule au café, son parfum favori. Puis il prenait une boule de chocolat et une de pistache. Il la dévorait des yeux et réglait le prix à ce dernier, qui comparé aux personnes qu’il avait pu croiser, il n’était pas très souriant ni jovial. Il haussait les épaules et détournait les yeux, afin de trouver la place idéale, pour la savourer tranquillement, face à la mer. Au terme de quelques pas, il s’arrêtait et plongeait son regard d’abord dans sa haute glace, et ensuite dans l’étendue bleue, qui s’animait devant lui. Il entendait le ressac des vagues, les cris des vacanciers jouant dans celles-ci, et il observait à la dérobée les silhouettes féminines en maillot de bain. Le spectacle lui plaisait, et un large sourire étirait ses lèvres recouvertes de crème glacée.

Alors qu’il se pensait au summum du bien-être, un choc le faisait revenir à la réalité brutalement. Il avait senti un corps le heurter, et des paroles à son encontre s’en suivre. Une première salve d’insultes en anglais avait fondue sur lui. Evidemment, il en avait compris chacun des mots. Il se retournait cependant, pour voir la dite malotruse. Il s’agissait d’une femme bien vêtue, et d’un jeune homme qui l’accompagnait. Cette dernière continuait ses insultes, dans des langues différentes. Puis un prénom faisait sa route dans ses oreilles alertes : Perseus. Comme Perseus Flint ? Ca n’était pas possible. Il ne manquait plus que ça. Oui oui , c’était bien lui. Correction : ses vacances ne commençaient pas sous les meilleurs hospices…

Il bredouillait des excuses à son accompagnatrice, qui ne se calmait pas le moins du monde. Sa glace avait tâché copieusement sa riche tenue. Et bon, il s’en voulait quand même. Il reportait son regard sur cette dernière, qui tentait d’effacer la preuve de l’accident, avec un mouchoir. Bref, il aurait mieux fait de rester à l’hôtel… Mais il était bien élevé, et savait qu’il allait devoir se montrer gentil, pour ne pas faire honte à Beth et Holly.
- J’ai très bien compris ce que vous m’avez dit, chère madame. Je suis désolé, je ne vous avez pas vue arriver. Il faut dire que le paysage ici est magnifique, je me suis laissé emporter. Veuillez m’excuser, pour votre élégante tenue. Il ne pouvait pas faire mieux. Après tout, elle ne s’était pas gênée pour exprimer son mécontentement.

Perseus sentant certainement un malaise quand çà cette situation, intimait sa tante à regagner son domicile. Mais peine perdue, elle tenait absolument à savoir qui était l’homme maladroit qui l’avait humiliée à tel point, qu’il pensait que son cœur battait plus fort que tous les instruments d’une fanfare réunis. Pas qu’il en avait souvent vu, mais il en avait eu quelques exemples plus jeunes, avec son père. Allait-il lui décliner son identité ? Avait-elle eu vent des Croques Mitaines, et avait-elle déjà entendue leur musique ? Enfin, il allait bien rire en racontant cette histoire à Stubby Boardman, son meilleur ami, à son retour. En attendant, il était plongé dans une réflexion, qui trouvait sa solution en la personne de Perseus.
- Vous pouvez poser la question à votre neveu, nous avons fait nos études ensembles. Il me connait, s’il se souvient de moi. Perseus, comment ça va ? Encore désolé pour ta tante. Il s’était excusé devant lui pour la forme. Après tout, il n’en avait rien à faire de son avis. Rapport à un cas ancien, où ce dernier n’avait rien fait, pour lui venir en aide. C’était à Poudlard, mais le souvenir lui était revenu, il ne savait pas vraiment pourquoi, à cet instant.

Il avait toujours dans les mains, le reste de sa glace. Il la regardait avec dépit, mais il ne voulait  pas en perdre une miette. Il croquait dans le biscuit, tout en patientant pour le second round, qui il le savait, n’allait pas tarder à pointer le bout de sa baguette. Comment pourrir ses vacances : leçon numéro un !
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 200
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (lovebug)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyDim 4 Avr 2021 - 17:22

Sur tous les endroits qui existaient sur un planisphère, il avait fallu que Archie Davidson pose ses malles là où sa grande tante avait élu domicile. Il ne se considérait pas le moins du monde en vacances. Menton n'était pas un lieu qu'il aurait choisi. Il n'aimait guère l'hexagone depuis plusieurs années. Mais sa curiosité l'avait conduit jusqu'ici pour découvrir une parente qu'il avait espéré meilleure et plus intéressante que le reste de sa famille. Cette rencontre lui confirmait au moins cela. Mais l'apparition du musicien dans cette conversation polie était pour le moins inattendue et indésirable. Perseus écoutait silencieusement toutes les insultes qui sortaient de la bouche d'Elladora Parkinson. Pour une femme de plus de 60 ans, elle avait beaucoup d'énergie. Elle ne manquait pas de vocabulaire pour proprement rhabiller l'ancien gryffondor pour l'hiver.  “Menton est une ville magnifique, je vous le concède. Mais, vous auriez pu lui épargner votre présence. Mon cher, vous gâchez le paysage. ” Dans n'importe quelle autre situation, Perseus aurait ri. A la réalisation que sa verve lui venait bien de cette tante qu'il n'avait pour ainsi dire pratiquement jamais connu et non de son terrible père dont il se débarrasserait bien. Mais pas là. Allez savoir, il éprouvait peut-être bien une once de remord en jetant un coup d'œil à son ancien camarade d'école.

Il fallait s'y attendre... Le lion n'avait pas oublié son nom. Ces bestiaux avaient de la mémoire ? Première nouvelle. Dans tous les cas, le corbeau n'avait pas perdu son répondant et ne comptait pas entrer son jeu. “Etes-vous en train de dire que vous avez pollué l'air de mon neveu à Poudlard ? ” Eh bim. En toute réaction, Perseus sortit une cigarette et un briquet pour s'en griller une. C'était là un spectacle dérangeant. Il n'avait pas envisagé son séjour comme cela et sentait déjà l'agacement grimper en flèche. Il avait besoin de sa dose de nicotine et très vite. “Croyez-moi ma tante, vous avez mieux à faire. Je vous conseille plutôt de rejoindre vos amis.” Et de faire un petit tour dans sa garde-robe avant de présenter à eux à nouveau. Mais elle était bien assez grande pour le savoir. Elle avait de toute évidence encore toute sa tête. “Je crois avoir perdu assez de temps avec cet énergumène. Je rentre. ” Et sans plus de cérémonie, elle disparut la tête haute dans un pop. Elle lui avait lancé un dernier regard en disant long sur ce qu'elle attendait de lui. Elle tenait à lui présenter sa tante Celestina, la sœur de sa mère. Il se demandait bien s'il avait envie de la rencontrer. “Faire nos études ensemble ? Je crois que tu avais une année de plus que moi et nous n'étions guère amis.” C'était peut-être bien là le problème, la tournure de ces quelques phrases. Perseus se souvenait de tout... de  t o u t. Toujours. Constamment. Ca en devenait d'ailleurs rapidement ennuyeux à ses yeux.  

Il y avait aussi une pointe de honte dans son cœur qu'il ne saurait trop définir. Aussi il lui prit l'envie de justifier ce qui venait de se passer. “Toutes mes excuses pour ma tante. Nous avons un caractère de dragon - ou de harpie dans son cas - dans notre famille. Du côté de ma mère en tout cas.” En vérité, Phylis Flint était la douceur incarnée, la délicatesse même. Bien loin de l'image de son mari, ou de cette tante qui s'était métamorphosée en une seconde à peine en une véritable harpie. Mais elle s'était endurcie. Elle avait appris à faire entendre sa voix. Ce qui avait alimenté toute l'admiration que Perseus avait pour sa mère. “Je t'en offre une autre et on oublie ce qui s'est passé ?” Demanda-t-il en désignant le cornet qu'il avait déjà entamé à pleine dent. Perseus n'était pas un bec sucré. Toute ce sucre le dégouterait presque, mais par chance, il était devenu doué pour cacher ses émotions. Il était radin, avare comme pas deux. Mais une glace italienne, ça coûtait quoi ? Le prix d'une paire de chaussons pour lui ?  
Revenir en haut Aller en bas
Archie M. Davidson

Archie M. Davidson


| HIBOUX POSTÉS : 94
| AVATARS / CRÉDITS : Tyler Hoechlin
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Se réveiller dans un monde, où la musique et le succès, n'existent pas.
| PATRONUS : Un albatros
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyVen 16 Avr 2021 - 23:03

Le jeune homme avait à faire à Perseus Flint, et à sa tante plus qu’horripilante, qui l’insultait copieusement. Pour un malheureux accident. Et pour finir, sa glace avait atterri sur la belle robe de cette dernière, lui donnant une belle tâche. Il n’y était pour rien, mais elle en faisait toute une montagne. Elle croyait qu’il ne comprenait pas un traître mot de ce qu’elle lui déblatérait, mais manque de chance, il en comprenait une bonne partie, et son neveu le savait très bien. Archie s’était excusé pour la forme, mais ça ne lui suffisait pas. Elle continuait sur sa lancée. Il gâchait le paysage maintenant ? Il était bien élevé, mais il lui aurait bien dit le reste. Il préférait en rire. Après tout, ça réglait pas mal de choses.
- C’est bien dommage ! Il riait idiotement, puis reprenait - Je suis sûr que vous trouverez un endroit pour en profiter, où je ne serais pas là. Il avait parlé poliment, mais il se demandait bien d’où pouvait sortir une femme pareille, pour parler comme ça.

Les vacances commençaient bien. Lui qui était venu ici pour profiter du soleil et de la plage, était mal tombé. Enfin, au moins il n’avait pas tout perdu. Ca serait peut-être l’occasion d’avoir une explication avec Perseus, et rétablir la vérité. Il n’avait rien fait à l’époque, pour lui venir en aide. Et aujourd’hui, la situation recommençait. Il espérait que cette fois, il allait faire quelque chose. Nouvelle salve de la tante, qui tirait à bouts portants. Après le paysage, voilà qu’il lui polluait son air. Depuis le temps, il y avait prescription. Il tentait une autre blague, plus ou moins sérieuse.
- Il y a plusieurs choses qui peuvent polluer l’air… Et puis avec le vent, ça part vite !!!

Un silence pesait dans l’air iodé Méditerranéen, qui venait fouetter son visage. Le soleil brillait haut dans le ciel bleu, et les vagues faisaient entendre leur ressac. Un beau tableau, pour une franche explication. C’était paradoxal, mais il l’était lui-même. Alors pourquoi changer ? Le bord de mer se remplissait peu à peu de passants, mais Archie ne les voyait pas. Il était concentré sur les paroles proférées à son encontre. En temps normal, il n’aurait pas accepté qu’une femme osait lever le ton sur lui, mais à cet instant, il gardait ça pour lui. Peut-être était-ce du à la présence de son ancien camarade de Poudlard. Le jeune homme en avait marre, mais il savait qu’il en aurait encore pour un bon moment. Il attendait la suite. Ce dernier avait allumé une cigarette, comme s’il était au spectacle. Il conseillait néanmoins à sa tante de rentrer, retrouver ses amis. Initiative excellente. Elle obtempérait et Perseus rebondissait sur une remarque faite un peu plus tôt.

Guère amis, il ne se trompait pas. Mai sil l’avait dit, il y avait prescription depuis toutes ces années. Mais Archie n’avait pas oublié cette sombre histoire, qui lui avait valu une punition ferme. Et une beuglante envoyée à Beth et Holly. A nous deux, pensait-il.
- On était guère amis oui, c’est le moins qu’on puisse dire. C’était il y a longtemps, mais je m’en souviens encore. Les conneries d’adolescents tu sais !!! En tous cas, c’est très beau ici. Ta tante a de la chance d’habiter sous le soleil. Ca ne servait à rien de s’énerver. Il verrait au fil de la discussion.

Il mordait une nouvelle fois dans le reste de sa glace, pour intégrer tout ça. Il la regardait d’un air dépité, mais il faisait face. Puis il était connu pour son caractère joyeux et fantasque, mais qui pouvait se révéler d’un tout autre ordre, quand il était attaqué, ou lorsque des personnes auxquelles il tenait, l’était à leur tour. Les excuses qu’il avait attendues inconsciemment, venaient de faire leur apparition. Il retrouvait le sourire. C’était un pas en avant de fait, à lui de faire le prochain.
- J’accepte tes excuses, merci. Une harpie, je dirais que ça lui va bien !!! Désolé, je n’ai pas pu m’en empêcher. Il se taisait à nouveau, et tournait son regard vers la mer, et les vacanciers qui se faisaient bronzer. Il laissait son esprit divaguer au gré de ses pensées, et ne cherchait pas à anticiper la suite. Il respirait doucement.

Oublier ce qu’il venait de se passer ? Oui, il ne voulait pas gâcher davantage son séjour dans le sud de la France. Il avait espéré cette pause bien méritée, ça n’était pour la passer à se disputer, et garder des rancœurs. Il retournait son regard vers Perseus, à son invitation, de lui offrir une nouvelle glace, et de passer à autre chose. Il engloutissait le morceau restant, et lui donnait sa commande, en le remerciant.
- Je ne dis pas non va. Pour la peine, je te laisse choisir pour moi. Je suis sûr que tu vas me surprendre !!! Il lui lançait un petit défi, mais il savait qu’il serait à la hauteur. Il en salivait d’avance.

Archie se dirigeait vers le stand du marchand de glaces, auquel il avait acheté la première. Il espérait qu’il serait de meilleure humeur. Sinon tant pis, il aurait gagné de quoi déguster et se faire plaisir. L’histoire de la tante était derrière lui maintenant, et il ne se gênerait pas pour la raconter à sa famille et ses amis. Une anecdote de vacances était toujours bonne à ramener dans ses bagages.
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 200
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (lovebug)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyMar 4 Mai 2021 - 11:32

Sa grande tante partie, Perseus se sentit déjà... plus léger. Le mot était sûrement fort et mal choisi, mais il n'en voyait pas d'autre pour exprimer le fait qu'il pouvait ressentir à cet instant. Il se retrouvait en compagnie d'un drôle d'oiseau qui sous les insultes avait préféré rire que de se défendre. Il fallait le reconnaître, sa parente n'avait pas lésiné sur les injures. Toujours plus créative. Et aux yeux de beaucoup, elle ne se serait trompée sur rien. L'auteur préférait croire qu'il s'agissait là davantage d'enthousiasme rageant que de véritable niaiserie. D'innocence peut-être aussi. Dans tous les cas, il était là à discuter avec lui dans le but de mettre fin à ce mauvais rêve et de retourner à ses activités rapidement. “Nous ne fréquentions pas les mêmes cercles.” Il préférait se dire cela qu'autre chose. Il voyait bien que si Archie se souvenait, il ne lui portait pas forcément de rancœur contrairement à ce qu'il aurait pu croire tantôt. “Elle en a les moyens surtout. Elle n'a pas d'attache à Londres. ” Pas d'enfants sur lesquels veiller, pas d'intérêt particulier pour les rejetons de ceux des autres... Quoique sur cette question, il devrait peut-être revenir dessus avec elle. Ne lui avait-elle pas demandé des nouvelles de ses frères et soeurs ? N'avait-elle pas mentionné ses livres ? En lisait-elle d'ailleurs ? “Si t'en as l'occasion, je te conseille de te rendre en Italie ou en Corse.” Il n'était pas très friand de ce pays qu'on appelait bien souvent "le pays des droits de l'homme". Non il préférait largement ses voisins, dont l'Italie. Toutefois s'il savait pourquoi il mentionnait l'Italie en particulier, il ignorait il le disait à lui en particulier, à Archie qui ne lui inspirait pas forcément une grande sympathie. Il en conclut qu'il s'agissait d'une manière de faire la conversation.  

Archie accepta ses excuses, et ensuite fit une remarque sur sa grande tante. Il approuvait en effet l'emploi du terme "harpie". Les voilà bien avancés ! Il haussa simplement les épaules en guise de réponse. Vu la situation et l'échange de tantôt, il acceptait la critique énoncée ici. Constatant à nouveau les restes de la glace, il se sentit presque obligé de proposer de lui en racheter une. Proposition sur laquelle le musicien sauta sans ménagement. Il le mettait au défi de choisir pour lui. Quelle bonne idée. “Très bien. Mais à tes risques et périls. ” Le prévint-il dans un haussement de sourcils. Il se demanda tout d'abord ce qu'un grand dadais comme Archie pouvait aimer comme parfum. Ne trouvant pas de réponse à cette question pourtant bien essentielle, il en vint à réfléchir à ce qu'il pourrait choisir pour lui. Le vide intersidéral. Car ô grand jamais, il ne se nourrissait de telle nourriture. Après une énième minute de réflexion, il pencha pour une glace aux fruits rouges. Ce que le vendeur avait en magasin, c'était fraise. Cela semblait bien suffisant. Cela lui rappelait bien évidemment où il avait dû accompagner sa sœur à ce genre de stands. S'il ne le disait à personne ou presque, Perseus avait dû, pour elle, la faire entrer dans le monde moldu. Il ne répugnait pas forcément à l'idée, mais en vieillissant, il se rendait bien compte qu'il ne les reproduirait pas s'il en avait l'occasion. Peut-être que dans le fond, Archie lui rappelait un enfant. Cela ne l'étonnerait guère. “Pourquoi avoir choisi Menton plutôt Nice ou Cannes ? Pour les citrons ?” Demanda-t-il à Archie en donnant au vendeur son dû. Pour lui, Cannes, Nice et Menton, c'était du pareil au même. Enfin à la différence près que sa grande tante avait choisi de poser ses affaires à Menton. Il s'était retrouvé ici plus par la force des choses que par sa volonté propre. Le citron, il était à peu près certain qu'il s'agissait de la spécialité de Menton. Non pas que cela l'intéresse, mais il ne comptait pas non plus s'enfuir comme un voleur et rejoindre sa grande tante. Il préférait la laisser respirer et surtout, il valait mieux que la pilule passe.      
Revenir en haut Aller en bas
Archie M. Davidson

Archie M. Davidson


| HIBOUX POSTÉS : 94
| AVATARS / CRÉDITS : Tyler Hoechlin
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Se réveiller dans un monde, où la musique et le succès, n'existent pas.
| PATRONUS : Un albatros
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptySam 15 Mai 2021 - 16:57

La harpie avait tourné les talons, et Archie se sentait plus léger. Il se demandait alors si cette femme ainsi avec tout le monde, ou si ce traitement lui été réservé.  Selon lui, elle devait l’être avec tous ceux et celles qui lui manquait de respect, ou qui n’allait pas dans son sens.  Le jeune homme se mettait un instant à leur place.  Mais il n’était pas là pour ça. Après tout, il était en vacances, et il comptait bien en profiter, grande tante ou pas.  

Perseus avait rebondi à sa remarque, sur le fait qu’ils avaient étudié ensemble à Poudlard.  Il avait rétorqué que les deux hommes ne fréquentaient pas les mêmes cercles alors. Bien évidemment. L’adolescent de l’époque passait la plupart de son temps avec son meilleur ami, et chanteur vedette des Croques Mitaines :  Stubby Boardman. Lui avait eu une éducation populaire, alors que son interlocuteur en avait eue une plus fine et pointue. A cet instant, il se replongeait quelques secondes dans ce grand château, et avant que la nostalgie, ou tout autre type de sentiments l’envahisse, il chassait cette idée de sa mémoire. Ils étaient là sur le bord de mer ensemble, signe peut-être que les différences s’étaient un peu effacées.
 -  C’est ça… Enfin, c’est différent aujourd’hui. Le jeune homme était une personnalité connue, et il vivait de sa passion. Alors ces considérations futiles, il préférait les laisser au placard, ou bien enfouies.  

Il ne doutait pas du fait que la grande tante de son interlocuteur avait les moyens, pour obtenir et faire ce qu’elle voulait. Et sans attaches à Londres, elle était libre d’aller et de s’établir où elle le désirait. Ce n’était pas un problème pour elle.  Pour lui non plus, avec la célébrité venait le budget qui allait avec. Mais il n’oubliait pas sa condition première, pour autant. Il le regardait d’un air amusé, pour continuer sur sa lancée.
 -  Je répète qu’elle a de la chance de vivre ici. Le coin est très beau.  Je suppose que son lieu de vie l’est tout autant, et de taille conséquente. Elle est libre en quelques sortes. Ce qu’elle pouvait avoir ne l’intéressait pas des masses, en fin de compte.

Des recommandations de séjours estivaux maintenant ? Cette conversation était pleine de surprises, on dirait. La Corse ou l’Italie ? Il ne connaissait pas du tout, mais il n’allait pas se gêner pour y poser les yeux et les pieds. Il n’aurait pas à utiliser une carte du monde, et à laisser le hasard décider pour lui.  Une bonne chose de faite ! Ces destinations sentaient le soleil et la plage, et bien sûr la gente féminine en maillot de bain, bronzant sur cette dernière.  Il ne demandait pas mieux. Il souriait à cette perspective, et remerciait Perseus pour ses sages conseils.
 -  Et bien merci, je crois que c’est pile ce qu’il va me falloir, pour mes prochaines vacances au soleil !!! Des bonnes adresses à me donner ? Il devait en connaître, s’il mentionnait ces lieux. Il riait un petit moment, et avait hâte de s’y rendre. Mais pour l’heure, il fallait poursuivre cet échange étrange.

Il ne restait au jeune homme, qu’un semblant de glace achetée plus tôt, qu’il terminait pour ne pas en louper une miette. Il acceptait avec joie la proposition de son interlocuteur de lui en rachetait une autre. Archie se prenait au jeu, en le mettant au défi de le surprendre, avec son choix de parfum. Il ne connaissait pas ses préférences, mais tout ça le rendait joyeux, et curieux. Tandis qu’ils s’avançaient vers le stand de glace, Archie constatait que le vendeur n’avait gère changé d’humeur. Avec ça, il n’allait pas faire beaucoup de ventes…  Il le remerciait encore une fois, en prenant son cornet de glace, au dessus duquel trônait une boule de glace rose, sûrement de la fraise. Ce choix l’amusait au final.
-  Merci encore une fois pour ça. Je reconnais que tu es doué pour dégoter une glace originale !!! Je suis sûr qu’elle sera bonne. A la suite de quoi il riait, en en avalant une bouchée. C’est pour les filles, il entendait ça d’ici. Mais lui avait eu une vision différente de la question du genre, même s’il la combattait aujourd’hui, et depuis la rencontre avec son père biologique.

La question à un million de galions était tombée !!! Pourquoi est ce qu’il avait choisi Menton, plutôt que les villes voisines, tout aussi touristiques. Il avait bien une explication, mais pour qui le prendrait-il à la fin ? Il sauvait cependant la mise, avec les citrons, et la commande de ses deux mères, qu’il ne manquerait pas d’honorer.  Il se lançait toutefois, il n’était plus à ça près, après ce qu’il venait de se passer auparavant.  Il prenait une respiration, et formulait sa réponse.
-  Pour tout te dire, je suis là par hasard. J’ai pris une carte du monde, et posé mon doigt dessus à l’aveugle. Le destin a voulu que se soit le sud de la France. Et puis mes parents m’ont commandé des citrons de la ville, il paraît qu’ils sont renommés.  Je n’y connais rien, mais eux oui. Alors me voilà ! Tout content qu’il était après ses explications, il omettait de parler de Beth et Holly. Ce sujet ne le dérangeait pas, mais il craignait la réaction de ceux qui recevaient le message. Il en avait eu un fort aperçu plus jeune déjà.

Archie attendait la suite, en espérant qu’une énième catastrophe ne se produise pas.  Il sentait la brise marine et le soleil sur son visage. Il reportait son regard en direction de la mer, et observait le manège des gens sur la plage, tout en dégustant sa glace.
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 200
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (lovebug)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyDim 27 Juin 2021 - 18:24

Perseus avait tendance à sous estimer ses interlocuteurs, tout particulièrement ceux comme Archie qui sortaient tout droit d'un sketch de mauvais goût. Il saisissait pourquoi sa grande tante avait été outrée par un tel individu. Mais le musicien l'étonna par sa mémoire. Il se souvenait de lui, de son altercation avec d'autres élèves qui avaient prétendu être ses amis. Des fréquentations positives par devoir familial. Des relations qui l'avaient séparé de camarades qui auraient pu l'empêcher de virer mangemort. Elles étaient à ce jour plus ou moins dissoutes et il se formait un cercle de proches différent. Mais se rapprochait-il de celui de Archie pour autant ? Laissez le en douter. “Différent ?” Répéta-t-il pour être certain d'avoir bien entendu. Il existait plusieurs sphères de la célébrité, les deux auxquelles ils étaient accoutumés se frôlaient ou flirtaient quelques fois tout au plus.  “Je n'ai pas souvenir de m'être illustré dans la musique. Peut-être devrais-je plancher sur une comédie musicale ? ” Il avait essayé, par un heureux miracle, un trait d'humour. Il grimaça alors à cette idée. La poésie demeurait pour lui une grande source de questionnements. “Après réflexion, je pense me cantonner à la prose. Les vers n'ont jamais été mon fort. ” Il ne se révélait pas réellement. Il avait lâché plus d'une fois en interview n'être guère doué pour ce type d'écriture. N'importe quelle personne s'informant un minimum à son sujet le savait. Sa tante par exemple. Il jugerait cela presque inquiétant si cette discussion ne lui occupait pas l'esprit avec autre chose.  En effet, Archie estimait que sa tante avait de la chance de résider ici. Il balaya la place d'un coup d'oeil. La Méditerranée avait son charme, il devait lui concéder. Il reporta son attention sur le vacancier et se rendit compte que ce débat ne l'intéressait aucunement. Ce que faisait sa tante ne l'affectait pas et les remarques à son sujet ne le perturbaient pas outre mesure. Aussi il conclut la conversation d'un haussement d'épaules choisissant de s'improviser guide touristique auprès d'Archie. Il ne jouait que très rarement ce rôle, ne s'imposant pas la lourde tâche de mener les autres dans des endroits qui puissent leur plaire plutôt que des lieux qu'il aimait lui-même. “je dois pouvoir retrouver l'adresse de quelques restaurants appréciables. ” S'il se penchait sur le cas dès maintenant, il y avait fort à parier qu'il lui en servirait bien cinq ou six.

Il arqua un sourcil à la réflexion d'Archie sur sa glace. Se moquait-il ? Il lui rappelait vaguement un enfant. N'en ayant peu connus qui se ne se tenaient pas à carreaux, il ne saurait dire si ce trait de caractère était caractéristique d'un adolescent ou propre au drôle de personnage qui lui faisait face. L'originalité de cette glace n'en était pas une. Il devait exister des milliers de personnes tout à fait désireuses d'obtenir cette même glace. Enfin, lui s'en fichait royalement. Le sucre, cela ne le fascinait pas tant que ça. Il avait eu une éducation très stricte dont les écarts étaient proscrits. Il ne prononça pas un mot jugeant qu'il valait mieux se taire une fois encore. Une question le titillait toutefois : la raison de sa présence à Menton. Il était à peu près certain qu'on se rendait plutôt à Cannes qu'à Menton pour les vacances. Pour sa part, il ne rêvait guère d'une telle destination pour ses congés. Il écarquilla les yeux quand ce dernier lui expliqua avoir pointé une carte au hasard. Décidément. Mais quel enfant... ! Il s'avérait, en vérité, qu'Archie avait plusieurs mois que lui. Il se sentait venu d'une autre planète, d'un autre espace temps peut-être en compagnie de celui-ci. Ils étaient aussi différents que la nuit et le jour. Cela s'entendait et se voyait. Inutile d'être Nicolas Flamel pour constater le contraste immense entre les deux hommes. Ce n'était pas un fossé qui se trouvait entre eux, mais un canyon. “Si tu étais tombé sur le Sahara ou la Banquise, y serais-tu allé ?” Demanda-t-il cependant en esquissant un sourire. Ce touriste jusqu'au bout des ongles piquait sa curiosité, étrangement. Il ne saisit pas la chance d'aborder la question de la famille d'Archie. Cela lui passait à mille lieues au dessus de la tête. Et alors qu'il allait s'engager sur une autre chemin, on l'interrompit. En un regard, il fusilla la pauvre femme. Elle parut hésiter un instant, passa une main dans sa crinière brune bouclée, et retrouva rapidement rapidement son aplomb, beaucoup trop tôt pour Perseus. “Messieurs, voulez-vous une prédiction ?” Un soupir s'échappa des lèvres de Perseus Flint. Mais la voyante à deux noises poursuivit sur sa lancée, toute pimpante. “Vous ne me croyez pas, mais je peux vous montrer que mes pouvoirs sont vrais ! ” Elle prenait un air outré, beaucoup trop pour que les deux hommes tombent dans le panneau.

1 - 2 :  “Vous, vous êtes...” Elle sembla réfléchir, laissant son regard se perdre dans le vague assurément pour se donner un genre.  “Archeus et vous Perchie.  ” Perseus jeta un coup d'oeil au musicien qui se retenait de rire. C'était donc à lui qu'il revenait de lui dire de foutre le camp. “Ah oui, vous en avez d'autres des comme ça ?!”  Le sarcasme était une seconde nature chez Perseus. Mais cette gourde le comprendrait-elle ?

3 - 4 : “Votre couleur préférée est le noir.” Dit-elle avec fierté en le pointant. Un roulement d'yeux de la part de Perseus et il répondit : “Ah quoi voyez-vous cela ? A la couleur de mes vêtements ? ” Cette rencontre était parfaitement inutile. Mais cette dernière poursuivit en s'adressant cette fois à Archie : “Et vous, c'est le jaune. Car vous aimez le jaune d’œuf.

5 - 6 : “Je peux dire des petits secrets de ces messieurs. vous, vous avez un sixième orteil à l'un de vos pieds. Le gaaaauche en l’occurrence.” Elle avait appuyé fortement sur la première syllabe du mot "gauche" avec un accent à trancher au couteau. “Et vous, vos cheveux sont naturellement roses. ” Elle avait assurément été torturée par des détraqueurs pour finir ainsi. “Ca tourne pas rond chez vous. Si vous vous figurez que nous allons vous payer pour de telles balivernes, vous vous mettez la baguette dans l’œil !


Dernière édition par Perseus Flint le Dim 27 Juin 2021 - 20:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6935
| SANG : Hasardeuse


Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) EmptyDim 27 Juin 2021 - 18:24

Le membre 'Perseus Flint' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 2
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty
MessageSujet: Re: Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Comment pourrir ses vacances en dix leçons (Flashback/Archie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Un croisement innatendu [Pv Yuko & Hideaki][Hentaï][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: A l'étranger :: 
Europe
-