GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé

Partagez

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyVen 2 Avr 2021 - 17:28

Cela faisait des semaines qu’elle ne lui avait pas donné de nouvelles.
D’ordinaire Samuel Shepherd recevait toujours des lettres de Meredith Hawthorne. Même si ces dernières étaient quelquefois laconiques. Surtout depuis quelques temps. Elle ne s’épanchait plus vraiment, alors qu’il était censé être son meilleur ami. Et ce, depuis des années. En étant toutefois Moldu, il ne partageait pas ce qui la caractérisait et la faisait exister. Durant l’enfance, il avait cru à un pensionnat en Suisse qui allait l’accueillir et l’ouvrir à la vie active. Mais, il n’en était strictement rien. Car en plus d’être une demi-Vélane de par une ascendance maternelle, elle était une sorcière. Celle-là même qui utilisait des baguettes pour jeter des sorts. Le pire étant celui qui l’avait rendu amoureux d’elle.

Alors qu’il participait à sa dernière heure de cours en ayant mordu son stylo plume de frustration et n’ayant pas écouté le cours sur le marketing international, le Gallois se dit qu’il était grand temps de remédier à ce qui lui tordait les tripes. A savoir : aller voir la belle blonde qui résidait à Londres et dont il avait conservé l’adresse sur un morceau de papier, qui trônait fièrement dans son porte-feuille. Le jeudi 03 Mai 1979, serait le jour où Samuel Shepherd quittera Cardiff pour rejoindre Londres, le plus rapidement possible. Jetant son sac en bandoulière dans l’entrée, dès lors qu’il était rentré, le jeune brun avait monté quatre à quatre ses marches d’escalier le menant jusqu’à sa chambre à coucher. Où prenant un sac de sport au-dessus de son armoire, il commença à remplir ce dernier. A la hâte, pour nullement rater le départ d’un éventuel moyen de transport.

Sa mère le vit passer dans la cuisine familiale, prenant un sandwich au fromage qu’il mit en bouche avant de devoir lui expliquer la raison de ce sac assez lourd qui s’était échoué entre ses baskets. N’ayant pas d’examen prévu le lendemain, l’étudiant eut dans l’idée de s’octroyer quelques jours à Londres dans la demeure victorienne Hawthorne. Embrassant sa mère sur la joue et laissant un mot griffonné à la hâte pour son père qui rentrerait après que le brun s’est éclipsé pour le climat londonien, Samuel Shepherd partit aussi vite que le temps le lui permettait. Buvant dans sa gourde d’eau, il voyait le paysage défiler dans les fenêtres du train, où le voyage n’était approximativement que de deux heures. Arrivant à Londres en début de soirée, il mit la main dans son porte-feuille et en extirpa le précieux sésame. Qui le conduirait jusque chez l’aspirante Auror.

Aspirante Auror, qui était sagement en train d’attendre son petit ami, un mug de thé vert entre ses mains. Assise dans le canapé, des grimoires ouverts devant elle, la jeune femme s’offrait un instant de répit dans ses révisions. Vêtue d’un ensemble d’intérieur à la teinte rose pâle et pourvue d’une queue de cheval haute, l’ancienne Serpentard avait hâte de retrouver Gauwain Robards. Soufflant sur sa tasse de thé, et regardant sa montre, Meredith Hawthorne était d’une impatience rare. Quand le Gallois, allait-il se manifester ? Néanmoins, ce furent quelques coups légers contre la porte d’entrée qui la firent se lever. Haussant un sourcil pour le moins interrogateur, la belle blonde n’attendait pas de visite prochaine. Perseus Flint s’annonçait toujours avant de venir la voir. Cole Bronson n’était pas encore là et sa Mère, fonctionnait comme son Parrain. Qui était-ce ?

Se déplaçant jusqu’à sa porte d’entrée, la Présidente du BDE l’ouvrit et fit face à un individu qu’elle connaissait particulièrement bien, pour l’avoir côtoyé depuis sa plus tendre enfance. Samuel Shepherd était là, devant elle, une main posée sur la nuque et un sac de sport présent entre ses pieds. Écarquillant son regard vert absinthe sous la stupeur, la bouche rouge resta interdite. Hésitant à faire pénétrer le Gallois dans son habitation. Mais, comme une hôtesse respectable qu’elle devait être, Meredith Hawthorne l’invita à entrer par un geste de la main cérémonieux et « amical ».

- Samuel ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ? Le questionnait la jeune femme, en reprenant son mug de thé entre les mains. Que me vaut cette si soudaine visite de ta part ?
- En fait, vu que tu ne m’envoyais plus de lettres et que je commençais à m’inquiéter, je me suis décidé à venir trouver les informations à la source. Une pause. Chez toi, en gros.

Ça, elle l’avait bien compris.
Tandis qu’il venait de prendre place dans le canapé, à quelques centimètres d’elle, l’étudiant de son regard sombre à la couleur d’onyx.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptySam 3 Avr 2021 - 20:55

La journée de Gauwain s'était grosso modo bien passée. Il avait encore dans les veines le regain d'énergie qu'avait amenée la fête du printemps. La nuit de Beltane.

Aussi, il lui semblait que tout bruissait de vie sur le campus, comme si le printemps avait attendu cet instant pour s'éveiller tout à fait. Il souriait en constatant dans les couloirs qu'il n'était pas le seul à être inspiré, pas vrai ? A en juger par les couples qu'il surprenait ici et là, bien plus que d'ordinaire. Ca se cherchait, les tenues se faisaient plus courtes, les belles étaient généreuses en sourires et les mecs pas avares en compliments. Comme si tout le campus se laissait inspirer par ce parfum de fleurs printanières. Jusqu'à la cafeteria, qui avait mis les pétales à l'honneur, des salades aux décors des parts de gâteaux. Oui, le printemps était là, et chacun cherchait à profiter de la vie.

Dans cette atmosphère, même le cours consacré à l'évolution des procédures d'espionnage à travers les siècles paraissait plus digeste, plus supportable. Et sans pour autant leur faire de cadeaux, on ne pouvait pas dire qu'on les avait fait suer en Magie Offensive Avancée.

La fin d'après-midi était venue facilement, et Gauwain transplana en direction de Londres en étant d'excellente humeur et en disposant d'excellentes réserves d'énergie. Ils se préparaient à un long week-end, et il comptait proposer à Meredith quelques siestes coquines, un pique-nique dans un coin de nature préservée, et peut-être une sortie dans Londres ? Elle avait au moins autant hâte que lui de se retrouver pour un week-end amoureux, à en juger par le petit mot qui lui avait été déposé à l'intercours.

A n'en pas douter, le week-end de détente commencerait dès qu'il aurait passé la porte de la résidence Hawthorne.

Et justement... Il sourit, ouvrant la porte.

« Seren ! J’suis passé chez le chocolatier sur le retour et- »

Alors qu'il était en train de déboutonner sa chemise, impatient de la retrouver... Il s'immobilisa à l'entrée du salon, son petit paquet à la main.

Meredith n'avait pas répondu.

Et elle n'était pas seule.

Le jeune homme était brun, compact, le cheveux dru et le visage à la fois poupon et rude, entre deux âges, comme eux tous. Ses yeux sombres venaient de se poser sur le nouvel arrivant.

Quant à sa main, elle s'était immobilisée sur la joue de Meredith, assise face à lui, l'air sur la défensive.

Gauwain se figea. Il y eut un terrible moment de silence, comme si le temps s'arrêtait, comme sous l'effet d'un sort. Les mâchoires du Gallois se contractèrent.

« J'interromps quelque chose ? »

Il posait la question dans un mélange de politesse et d'ironie, car la réponse était évidente devant l'hostilité soudaine de l'autre jeune homme. Qu'est-ce qui se passait ici ? Un regard contenant une question silencieuse à Meredith : 'tout va bien ?' C'était quoi, cette façon familière de la toucher, alors qu'elle ne semblait pas vraiment à l'aise ?

Qui était ce type ? Son visage ne lui disait rien, pas quelqu'un de Poudlard, donc : il semblait avoir leur âge, Gauwain l'aurait reconnu, à défaut de connaître son nom et son pedigree. Ce n'était pas plus un étudiant de l'ESM. Ou un des voisins qu'il connaissait.

….mais s'il était là, c'était que Meredith l'avait fait rentrer. Ou que le type était doué.

Instinctivement, il porta sa main à sa baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptySam 3 Avr 2021 - 22:36

D’ordinaire Meredith Hawthorne brillait par son flair.
Ainsi que par son esprit de déduction. Mais ici, rien n’avait prédisposé la belle blonde à accueillir chez elle, celui qui était son meilleur ami. Et qui en plus, à la vue de son sac, comptait rester quelques jours. Samuel Shepherd était là, dans son canapé et assis non loin d’elle. Son regard sombre à la couleur de la pierre précieuse aussi noire que ses pensées, quand il avait vu la bague pour le moins grossière ornant l’annulaire gauche de l’ancienne Serpentard. Fronçant les sourcils, le Gallois n’avait su poser aucun questionnement suite à cette vision pour le moins saugrenue. Même, s’ils étaient meilleurs amis depuis toujours et voire plus, il fut un moment, le jeune brun n’avait jamais osé lui offrir de bijoux. Surtout une bague. Car ça incluait une symbolique.

Le Moldu avait eu un mauvais pressentiment quand la demi-Vélane l’avait laissé pénétrer dans la demeure Hawthorne. Quand son regard sombre avait accroché quelques items disposés çà et là, dans l’immense maison. Comme un jeu de piste auquel il avait peur d’y apporter une seule et unique solution. Samuel Shepherd avait eu vent de Cole Bronson, ne connaissant pas encore sa cuisine, car il ne l’avait jamais goûtée. Mais, ce n’était nullement l’employé modèle qui vivait ici. C’était une autre personne. Fronçant les sourcils une nouvelle fois, l’étudiant en marketing voulait comprendre. Que l’aspirante Auror se trouvant à son côté, lui explicite certaines choses. A savoir ce long silence dont il avait été témoin et qu’il n’avait décidément pas souhaité. Qu’est-ce qui pouvait bien se tramer là-dessous ? Sans qu’elle ne lui ait rien dit. Leur relation était pourtant basée sur une confiance mutuelle, non ? Alors pourquoi, s’était-elle tue, du jour au lendemain. Sans aucune explication.

Meredith Hawthorne restait silencieuse face à l’avalanche de questions douces posées par son interlocuteur. Interlocuteur qui s’était même mis en tête de la rassurer tout en venant effleurer sa joue délicate. Avant d’être interrompu par une voix qui confortait son inquiétude sourde. Une voix masculine qui venait d’éclore dans le silence ambiant. Une main posée sur le canapé, et l’autre à quelques millimètres de la peau de la fille unique de la Comtesse de Vermandois, le regard noir s’était posé sur l’intrus. Alternant entre la jeune femme et le jeune homme qui tentait de rester calme mais qui n’y parvenait pas. Le nez de Samuel Shepherd se retroussa sciemment sous la vague de colère qui commençait à le submerger. Parce qu’il avait compris. Une main ferme empoignant le dossier du canapé avec une rage qu’il voulait contenue. Mais l’autre garçon était menaçant. La preuve en était le morceau de bois qui le mettait en joue.

- Gauwain, s’il te plait. Avait murmuré la jeune femme sur un ton las. Range ta baguette, Samuel n’est pas là pour me causer du tort. Le dit Samuel Shepherd hocha la tête, les mâchoires serrées à s’en faire péter l’émail.

Une longue pause. Un lourd silence.
Le Gallois fixant toujours l’Autre, sans rien dire.
Alors qu’une colère sourde naissait dans les prunelles à la couleur d’onyx.

- Je suis Samuel Shepherd. Le meilleur ami de Meri. Se présenta l’étudiant en marketing international, tout en se redressant doucement. Et toi, tu es qui ? Un questionnement lâché d’une voix atone. Et typiquement froide.
- Samuel Shepherd, voici Gauwain Robards. Samuel est mon meilleur ami. Et, Gauwain, mon petit ami. Le soupir était las.

Le regard vert absinthe venait de se poser sur celui qui partageait sa vie, lui signifiant qu’il n’y avait rien à craindre de cet « invité ». Juste que l’ancien Serpentard devait baisser sa baguette pour éviter que le champion de lutte et de boxe n’en vienne à le castagner.
Décidément, la belle blonde aurait préféré une sieste coquine tout en dévorant des chocolats sur le torse de son amant. Mais, ce ne serait pas dans l’instant.
Malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyDim 4 Avr 2021 - 18:55

On assistait là à une confrontation instinctive. Les signes ne trompaient pas, la colère et l'agacement montait de part et d'autre, chez les deux jeunes hommes, qui, sans avoir tous les éléments, percevaient assez l'un de l'autre pour comprendre qu'il ne s'agissait pas ici d'une rencontre habituelle.

Fort heureusement, au milieu de ce duel de coqs, il restait une jeune femme qui gardait la tête froide.

Samuel, huh ? Gauwain n'était pas stupide. Il se rappelait du prénom qu'avait mentionné Colin Hawthorne, et qui avait fait se tendre Meredith. D'accord, donc, c'était le fameux inconnu, qui avait ses entrées dans la famille.

Sans se dérider pour autant, vu la façon dont l'autre le fixait, le Gallois finit par ranger son arme, parce qu'il s'en remettait à elle. Et que les yeux verts le suppliaient, avec une certaine fatigue, de remballer son jouet. Il obtempéra, parce que c'était elle, et prit le temps de jauger le jeune homme qui semblait n'attendre qu'un signe pour se jeter sur lui.

'Meilleur ami', tu parles....

La jolie blonde joua les médiatrices, et présenta Gauwain. Pour souligner l'entrée en matière, et tenter d'aplanir les choses, il tendit une main à l'autre garçon. Une forme de paix dans une atmosphère chargée d'une tension à couper au couteau.

« Désolé, j'étais pas au courant que Reddy attendait du monde. »

Ni qu'elle avait un meilleur ami. Et c'était ça, sans doute, le plus bizarre. Il savait les soirées pyjama avec les filles, et désertait la demeure ces week-ends là, partant saluer ses parents à Saint Davids pendant que ça parlerait de sujets que des oreilles masculines n'auraient pas du entendre. Il savait les moments avec Amelia, sans qu'elle s'étende plus sur les détails et sans qu'il en demande davantage. Il savait le rôle de soutien de Cole, et sa présence précieuse aux côtés de celle qui était autant une employeuse qu'une amie.

….mais elle n'avait jamais parlé de Samuel.

D'où sortait ce mec ? Et pourquoi il n'en n'avait jamais entendu parler ?

Ca lui laissait un goût bizarre dans la bouche. Des questions non-formulées. Certaines implications.

Le gars était plus petit que Gauwain, mais il ne s'y trompait pas, il avait une carrure qui devait lui donner l'avantage en cas de confrontation physique. Et à moins que Gauwain soit complètement à côté de la plaque, on était plus proches d'une confrontation que d'une accolade, à en juger par son langage corporel.

L'autre mec c'était redressé, mais c'est bien de Meredith que Gauwain s'approcha. Une main au creux de ses reins, un baiser rapide. Et une question, dans les yeux bruns qui ne souriaient pas.

« Tu veux que je vous laisse discuter ? J'peux aller courir et vous laisser un peu de temps. Ou bien... tu veux qu'on prenne un verre ? »

Il s'était déjà entraîné ce matin, et sa compagne s'en rappelait sans aucun doute. Ca ne l'enchantait pas, de proposer ça, mais... Tant qu'à faire, il préférait laisser les choses se calmer, et reparler de tout ça à tête reposée. Et si l'autre avait menti, que tout ça était une sorte de guet-apens bizarre, il faisait confiance à Meredith pour lui envoyer un message discret, pour lui suggérer la marche à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyDim 4 Avr 2021 - 20:39

Il était facile de déceler une certaine tension dans la demeure victorienne Hawthorne.
L’atmosphère s’était largement refroidie, devenant électrique par moments. L’un comme l’autre ne cillait pas, se jaugeant ostensiblement. Comme s’il s’était s’agit d’un duel de regards où aucun des deux Gallois n’avait un cruel avantage. Meredith Hawthorne était au milieu, ne sachant que faire. Mais, faisant signe à son petit ami de baisser sa garde, car Samuel Shepherd n’était pas venu déclarer la guerre, mais seulement trouver quelques explications. La belle blonde l’avait soumis à un silence âpre, que ce dernier n’avait pas aimé. Broyé dans son égo, qui n’était pourtant pas démesuré. Le jeune brun avait été là, dans les instants les plus tragiques comme les bienheureux. Alors se faire évincer par cet Autre, dont il connaissait très bien l'existence, c’était simple : ça le rendait fou.

Les iris sombres se posèrent sur la main tendue, qui était apparemment un signe d’une éventuelle trêve. Haussant un sourcil pour le moins suspicieux, -car il n’avait pas oublié la baguette, le mettant en joue- l’étudiant en marketing s’en empara pour la serrer avec vigueur et fermeté. Toisant ce jeune homme qui devait bien faire une dizaine de centimètres de plus que sa propre carrure. Cependant, une chose était certaine : il était bien moins taillé que lui. Lui qui passait des heures à s’entraîner dans sa salle, pour pratiquer de la lutte et de la boxe, en tant que champion. Se destinant à une carrière florissante à l’internationale. Sauf s’il opte pour reprendre l’agence de son paternel. Fronçant les sourcils, cette fois-ci, Samuel Shepherd constata cette intimité posée avec ce délicat surnom. Si lui appelait celle qui était sa meilleure amie Meri, l’Autre s’octroyait le surnom de Reddy. Deux syllabes qui témoignaient d’un attachement plus qu’amical. Il n’était pas idiot. Il savait qui était ce Gauwain Robards et qui lui faisait bouillir le sang présent dans ses veines.

- Je suis venu à l’improviste. Meri, ne m’attendait pas. Entama l’étudiant de l’université avec une voix qu’il voulait être posée. On communique souvent d’ordinaire et là … elle est restée silencieuse et je me suis inquiété. Avait-il soufflé doucement tout en rivant son regard d’onyx aux prunelles d’absinthe pure.
- Samuel dit l’exacte vérité. La seule et l’unique. Conclut la demi-Vélane en scrutant les réactions de son petit ami.

S’ils ne s’étripaient pas au bout de quinze minutes, c’était un exploit.
Car Meredith Hawthorne connaissait Samuel Shepherd par cœur. Son meilleur ami était d’une nature typiquement sanguine. Démarrant au quart de tour et en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire. C’était un miracle, qu’il n’ait pas commencé à boxer Gauwain Robards, à peine ce dernier rentré. L’animosité était palpable, mais le regard ténébreux se raccrochait inexorablement à celui de la jeune femme. Lui aussi, savait comment elle pouvait fonctionner. Et si jamais, il franchit la ligne, il sait ce qui l’attend. Alors, l’Autre a un léger sursis. Qu’il le prenne bien en compte dans ses futurs agissements.

Il ne fallut pas longtemps pour que l’ancien Serpentard s’approche de la Présidente du BDE et en vienne à l’embrasser. Ce simple geste, fit crisper les mâchoires de l’étudiant en marketing international, qui fit craquer les jointures de ses mains en des poings fermement serrés. Poings qu’il rêverait de mettre en plein dans la figure de cet autre Gallois, s’il en croyait son accent. Ainsi donc, il voulait s’éclipser pour qu’ils en viennent à discuter ? Un regard en coin à la maîtresse de maisonnée qui s’était légèrement éloignée pour répondre simplement à la question de son amant. Prenant des verres d’alcool pour faire baisser les tensions. Ou au contraire, les exacerber. S’approchant de Gauwain Robards, Samuel Shepherd se mit à murmurer, pour que seul le principal concerné entende :

- Je sais pertinemment qui tu es. Sois-en certain … Commença-t-il tout en le fixant, avec un mince sourire, avant d’être interrompu dans sa tirade.
- Qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? Questionna l’aspirante Auror en venant déposer sur la table du salon, divers alcools. Plus ou moins forts.

Il ne manquait décidément plus que Fenella de Vermandois.
Et le tableau serait complet


Dernière édition par Meredith Hawthorne le Lun 5 Avr 2021 - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyLun 5 Avr 2021 - 15:33

La poignée de mains avait été franche et.... acceptée avec un rien trop de force. Pas question de céder un pouce de terrain, cependant : il garda une expression impassible, récupérant sa main sans trahir la moindre expression.

Chacun posait ses pions, affirmait sa place, ici.

Gauwain eut envie de prendre comme un bon point qu'il tente de défendre Meredith, en reportant sur lui-même la responsabilité de sa présence inattendue. Cependant, cela lui donna l'impression que l'autre mec s'attendait à ce que la jeune femme ait des problèmes. A ce que Gauwain lui tombe dessus pour ça. Le dit Samuel s'était précipité à sa défense comme pour prendre à sa place des coups, et Gauwain fronça les sourcils, luttant contre l'envie de lui dire que Meredith n'avait aucun coup à craindre et que, à n'en pas douter, c'était plutôt la jeune femme qui lui botterait les fesses, si conflit il y avait, et que par les favoris de Merlin, il n'était pas un conjoint violent, merde à la fin !

Au lieu de quoi, il hocha la tête, de l'air de celui qui comprenait.

Ce fut dans ce grand moment d'apaisement des tensions qu'il avisa ce qui ressemblait à un sac de voyage bien garni, qui n'était pas du tout à lui, et qui ne ressemblait pas vraiment au style habituel de Meredith. Le froncement de sourcils s'accentua. Okay, ça ressemblait un peu trop à un mec en transit...

« Et tu viens d'où comme ça ? »

Question posée avec une neutralité prudente. Si ça se trouvait, le gars venait juste de la banlieue sud de Londres, et c'était un sac de sport rempli de matériel. Ou bien il ne faisait qu'un petit arrêt chez eux, entre deux étapes. On allait éviter de s'énerver pour rien, et éviter d'agacer Meredith par la même occasion. Mais le type n'avait pas l'accent lourd de la capitale. Non, on distinguait dans sa voix des sonorités familières.

Et dans ses réactions à l'égard de Gauwain, il y avait un écho de sentiments que le Gallois connaissait bien. Pour autant, on ne pouvait pas dire qu'il régnait entre les deux une franche camaraderie.

Gauwain afficha un sourire, laissa sa main s'égarer sur la nuque élégante de sa petite amie. L'air faussement détendu.

« Du whisky pure feu, ce sera super, Enaid. On a des glaçons ? »

Tentative délibérée de distraire la maîtresse de maison, suffisamment longtemps pour répondre à l'intrus, d'une voix sourde et sur un ton bien moins amène :

« T'as un avantage sur moi, alors. Parce qu'en six mois j'ai jamais entendu parler d'un meilleur ami. »

Répondre au ton menaçant par une provocation n'était peut-être pas la plus sage des stratégies, mais c'était l'autre qui avait commencé, clairement ! Conscient que sa défense ne tiendrait probablement pas aux yeux de sa petite copine, il se força à un calme de surface, au moins lorsqu'elle le regardait. Jouant avec son verre.

« Et vous êtes amis depuis longtemps ? »

Avait-il oublié d'inclure le qualificatif de 'meilleur ami' ? Non. Non, il n'avait pas oublié par mégarde.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyLun 5 Avr 2021 - 16:50

Samuel Shepherd était homme de réflexion.
Du moins, jusqu’à ce que cela touche Meredith Hawthorne a raison, et impacte cette amitié qu’ils avaient entre eux deux depuis bien longtemps. Âgé d’une année de plus, le jeune Gallois avait été subjugué par la petite blonde qui avait emménagé dans la sublime maison à côté de la sienne. Depuis lors, ils ne s’étaient jamais quittés. N’avaient jamais haussé le ton plus qu’à l’accoutumée. L’étudiant en marketing la savait inatteignable et inaccessible. Encore plus, lorsqu’elle se mit à rejoindre les rangs d’une école pour le moins nébuleuse. Cependant, il avait compris qu’en plus de sa beauté exceptionnelle, la belle blonde possédait des dons. Et que ces derniers devaient être pratiqués dans ce mystérieux établissement. A chaque vacance, elle revenait. Et lui racontait tout. Même lui.

A quatorze ans, tout avait changé.
Les larmes avaient remplacé les sourires, quand elle se confiait sur ce mystérieux jeune homme. Qui n’avait potentiellement aucune idée des sentiments que la demi-Vélane pouvait avoir envers lui. Jusqu’au jour où Meredith Hawthorne avait cédé à Gauwain Robards en le tutorant, l’entraînant alors dans un tourment teinté de mélancolie et de tristesse. Car pour le préserver, il fallut s’en éloigner. Et ça, le Gallois a été l’affligeant témoin d’une telle perspective. En en voulant à cet étudiant qui se trouvait être dans la même Maison que sa meilleure amie et qui n’était même pas fichu de voir certains signes. Rendant Samuel Shepherd fou de rage.

Les iris sombres à la couleur d’onyx, virent le regard brun chocolat se poser sur son sac de sport bien rempli. L’étudiant en marketing s’était octroyé quelques jours pour aller voir l’aspirante Auror et comprendre ce qui l’avait poussée à lui offrir un tel silence. Désormais, il était assuré d’avoir compris le message. Le pire étant, lorsqu’il avait entendu cette identité qui avait fait naitre des larmes d’impuissance dans le regard aux teintes si vertes. C’était bien simple : si Samuel Shepherd avait eu Gauwain Robards sous la main ce jour-là, il l’aurait massacré. Lui faisant rentrer dans le crâne à force de coups de poings bien placés, ce que la jeune femme avait l’outrecuidance de ressentir pour lui. Dont il n’en avait cure apparemment.

- De Cardiff. Lâcha laconiquement Samuel Shepherd entre ses dents serrées. A s’en faire péter l’émail. A défaut de briser autre chose. Parce qu’honnêtement, là, il en crevait d’envie.

La Présidente du BDE était affairée à choisir divers alcools, tout aussi puissants que ces deux jeunes hommes présents en sa demeure. Malgré elle, Meredith Hawthorne avait sciemment retardé le moment où ces deux âmes se rencontreraient. Il fallait l’avouer : elle n’aurait jamais pensé que cela se produise après six mois, ce qu’elle jugeait être assez court. Mais, Samuel Shepherd avait tourné la roue du Destin un peu trop rapidement et s’était donc retrouvé devant sa porte avec toutes les bonnes intentions du monde. L’ancienne Serpentard aurait dû le voir venir, cet imbroglio gigantesque. Néanmoins, il était trop tard pour en avoir des regrets. Ça devait se passer comme cela, après tout. Il n’y avait pas d’autre explication à avoir, ni à chercher.

- D’accord Gauwain. Avait-elle soufflé tout en prenant des verres, présents dans une armoire au-dessus d’elle. Et des glaçons. Samuel ?
- La même. Avait dit en souriant, l’étudiant en marketing international. Soufflant quand l’Autre se mit à lui parler sur un ton qu’il désapprouvait totalement. N’avait-il pas senti l’envie de lui en coller une ? A fortiori renforcée par ce timbre de voix, où suintait une provocation malsaine. Il y a peut-être une raison simple à cela. Gau-wain. Avait grommelé le brun, tout en receptionnant le verre que l’hôtesse de la demeure lui tendait.

Cette dernière ne s’assit à côté d’aucun des deux, privilégiant le fauteuil. Afin d’avoir une vision d’ensemble, si par malheur, cela en viendrait à en finir aux mains. Silencieuse, elle but une gorgée de son alcool crémé et ambré, aux saveurs délicates et suaves de café, d’amande et de chocolat. Le tout auréolé de caramel et de noisette. Parfait pour elle. La question posée par Gauwain Robards fit raidir Samuel Shepherd sur sa portion de canapé. Tandis qu’il tentait de détourner son attention de cogner l’Autre et de lui faire ravaler sa condescendance. Mais soit.

- Avec Meri, nous nous connaissons depuis notre enfance. Je me rappellerais toujours de son emménagement dans l’immense demeure à côté de la mienne. Souriait l’étudiant en marketing international, tout en regardant l’autre Gallois. Vous vous connaissez donc de votre école, là. C’est ça ?

Il le savait pertinemment.
Alors, pourquoi procédait-il à un tel questionnement ?
Meredith Hawthorne les regardait tour à tour.
Assistant à un « combat silencieux ».
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyMar 6 Avr 2021 - 19:59

De Cardiff. Le mec était de Cardiff. La crispation de Gauwain égalait à n'en pas douter celle de leur invité. Un Gallois, c'était confirmé, et cette information ne l'enchantait pas. D'une part, parce qu'il devenait bien peu probable que le sac dans son champ de vision contienne des tennis et un jogging. D'autre part, parce que... …..Meredith avait un type, alors ? Une petite voix insidieuse le lui murmurait à l'oreille, jouant sur cette certitude qu'il y avait une raison derrière l'animosité du mec et derrière l'étrange silence de sa petite amie à l'endroit du gars.

Pour autant, il ne posa pas cette question à voix haute, optant pour une autre question, toute aussi cruciale. Son attention resta sur l'autre garçon, et sa voix resta prudemment neutre.

« T'es en transit sur Londres, alors ? Des vacances ? »

….il pouvait l'avoir renseigné sur ses origines mais habiter Londres ou sa proche banlieue, après tout, non ? Certes la formulation de Gauwain ne laissait que peu de place au doute mais.... si ça se trouvait... Combien de temps allait-il rester, c'était là la question essentielle, et son lieu de résidence impacterait ça. Qu'est-ce qui était préférable ? De multiples et courts séjours ou un long passage ponctuel ? Gauwain n'était pas certain.

Tandis que la maîtresse des lieux continuait de s'affairer, s'occupant avec verres, glaçons et whisky, le combat d'hippogriffes continuait de faire rage. Mais en sourdine. Le plus discrètement possible.

Il était impossible, cependant, de manquer que l'animosité grimpait, lentement mais sûrement. Le retour de Meredith l'empêcha de répliquer que lui-même voyait une bonne raison également pour le fait qu'elle n'aie pas pensé à mentionner Samuel: Meredith ne parlait à Gauwain que des choses importantes.

Il serra la main sur son verre, refusant d'écouter la petite voix pernicieuse.

La principale concernée choisit, avec sagesse, un fauteuil, qui lui évitait de prendre parti entre les deux belligérants. Elle avait déjà rejoint le camp de Gauwain devant sa mère, et il s'agissait ici d'autre chose, de sentiments plus complexes. Il l'aurait réalisé s'il n'avait été occupé à prendre une gorgée d'alcool, le regard brun s'assombrissant en entendant les explications du dit Samuel. Le sourire qui avait momentanément ramené de la couleur sur son visage, avant d'être remplacé par l'agressivité à peine voilée. Le sous-entendu qu'il en savait bien plus sur elle, qu'il avait été présent bien plus longtemps et qu'il partageait plus de souvenirs avec la belle blonde.

Il ne pouvait pas le concurrencer sur ce terrain, le combat était joué d'avance. Il lui abandonna le passé sans chercher à prétendre que lui et Meredith avaient été intimes lors de leur scolarité. C'aurait été vain et stupide. Alors, à la place, il attaqua sur le front du présent.

« On s'est retrouvés cette année, surtout. Elle a dû t'en parler, mais dans cette école, les élèves des différentes années suivent leur propre rythme. A l'Ecole Supérieure, c'est plus simple de passer beaucoup de temps ensemble. »

C'était anodin, et pourtant, il se doutait que cette seule notion enflammerait les yeux sombres. Il se doutait parce qu'il aurait ressenti, à n'en pas douter, la même rage. Qu'est-ce qu'ils étaient, lui et Meredith ? Est-ce qu'elle l'avait éconduit, préférant un ami à un compagnon ? Est-ce qu'ils étaient des ex ? Aux yeux de Gauwain, il était très, très clair vu le comportement du mec qu'il n'y avait pas que des sentiments fraternels là-dessous.

« Et toi ? Je sais rien de toi, ça m'intéresse. Tu bosses dans quoi, au juste ? »

Une nouvelle gorgée de whisky pur feu, qui vînt lui lécher les entrailles, incarnation physique de la jalousie.

Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyMar 6 Avr 2021 - 21:50

Meredith Hawthorne pouvait lui décerner une flamboyante médaille.
Samuel Shepherd avait résisté à l’idée pure et simple de cogner Gauwain Robards. Bien que tous ses muscles lui ordonnassent de le faire, la Raison elle, lui intimait de se stopper. Que ça ne plairait nullement  à la demi-Vélane, qui, bien qu’elle l’aimât d’amitié n’allait pas approuver pareil stratagème. Cependant, l’Ire l’avait consumé et le consumait toujours un peu. Parce qu’il avait été l’oreille attentive et l’épaule secourable, d’une belle blonde qui éprouvait des émois terribles. De nombreuses fois, le Gallois s’était mis en tête de venir trouver son homologue de contrée, mais à chaque fois, l’aspirante Auror l’avait arrêté dans ses démarches. Ne voulant pas causer du tort à cet ancien Serpentard envers qui elle vouait des sentiments profonds qui n’était pas partagés.

Le jeune brun avait obtempéré et obéi, offrant à l’étudiant de l’EMS un léger sursis. Lui offrant de précieuses journées de répit, avant qu’un jour, il ne lui tombe dessus. Et, ce jour était malencontreusement survenu. Les mâchoires serrées et les palabres acerbes, Samuel Shepherd avait de plus en plus de mal à se contenir. Cette même rage qui lui bousillait les tripes avant un combat, et qui ne trouvait son salut que dans la finitude de celui-ci. Or, c’était une rixe silencieuse et sourde, qu’il n’avait pas l’habitude de disputer, qui se jouait dans le salon de la demeure victorienne Hawthorne. Et l’Autre qui avait l’art subtil d’en rajouter une couche.

- Pas vraiment. Entama l’étudiant en marketing international. Je suis venu me poser chez Meri, je dois avouer. Comme je l’ai toujours fait. Du moins, jusqu’il y a six mois. En insistant sciemment sur les deux derniers termes.
- En effet. Conclut la belle blonde par un claquement de langue réprobateur qui ne souffrait d’aucune répartie.

Alors qu’il buvait une gorgée de son alcool délicieusement servi, Samuel Shepherd se fit la réflexion succincte qu’il était de trop dans ce tableau un tant soit peu idyllique. Qu’il n’avait pas sa place ici, son postérieur posé dans ce canapé confortable. Mais, en tant que meilleur ami, il devait jauger ce jeune homme qui avait rendu malheureuse celle qui était tout pour lui et qui semblait enfin heureuse cette fois-ci. S’il en jugeait les regards absinthe qu’elle adressait à ce Gallois présent chez elle. Cependant, l’étudiant en marketing attendait la réponse à son questionnement. A savoir ce rapprochement, comment s’était-il produit ? Son interlocuteur allait lui apporter des éclaircissements.
Qu’il n’aimerait décidément pas. Ceci étant dit.

- Je sais le parcours de Meri et ce qu’il engendre. Je sais qu’elle a fait preuve de mansuétude en te tutorant. Par deux fois. Une pause. Une gorgée d’alcool. Si elle est Présidente, qu’est-ce que tu es censé être ? Le questionna-t-il avec une once d’intérêt, jouant à faire bouger le liquide ambré dans le verre transparent.

Meredith Hawthorne quant à elle, attendait le retour providentiel de Cole Bronson. Ce dernier connaissait les deux jeunes hommes et aurait un jugement objectif. Sans préjugés. Si jamais tout finissait en pugilat, il serait là pour leur faire entendre raison. L’ancien Serdaigle avait quelques arguments pour se faire comprendre et se faire écouter, par la même occasion. Alors, silencieuse sa patronne l’attendait sagement.

- Moi ? J’entame ma troisième année en marketing international à l’University of South Wales. Destiné à reprendre la boîte de mon père. Comme tout bon fils en ce monde. Une nouvelle pause et une gorgée d’alcool bien plus longue. Accessoirement, je suis champion de lutte et de boxe, en régional. Me destinant à une carrière à l’international, si je refuse de reprendre l’entreprise de mon cher paternel.

Un long soupir.

- Et toi ? A part mettre en joue avec ta baguette des gars innocents, tu fais quoi de tes journées ? Un regard sombre teinté d’une lueur indéchiffrable qui vient de se poser sur l’autre Gallois. Alors ?
- On fait l’amour. Plusieurs fois par jour.

Ça avait le mérite d’être clair au moins.
Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyMer 7 Avr 2021 - 19:27

S'il y avait distribution de médailles, Gauwain en voulait une aussi.

Quel autre mec aurait réagit calmement en découvrant un type inconnu au bataillon, couronné du titre de meilleur ami de sa petite amie, et qui vous regardait de l'air du gars qui voulait vous dépecer, pour mieux récupérer votre douce dont il était amoureux depuis ses cinq ans ? Ouais vraiment, s'il y avait remise de prix, le Gallois se trouvait tout aussi méritant que son compatriote.

Compatriote qui venait 'se poser chez Meri', non mais Gauwain avait bien entendu ?? Meredith confirma, avec un claquement de langue mécontent, et son petit ami se persuada que l'agacement de la belle blonde n'était lié qu'au dit Samuel. Il haussa un sourcil.

« Et quand c'était comme ça, tu l'as jamais prévenue ? Envoyer un message pour s'assurer que ça nous posait pas de problème, c'était exclu ? »

Ouais, il avait corrigé le « chez Meredith ». D'accord, la maison était à elle, mais bon sang ils vivaient ensemble depuis plusieurs mois. Et cette demeure était, en quelques semaines, devenue un « chez eux », dans son esprit. Pas uniquement un « chez elle ».  …..et non, il allait pas foutre le type dehors. Cependant il lui semblait quand même que c'était cavalier, de débarquer ainsi sans s'annoncer. Même s'il n'avait pas été dans le paysage... Elle avait une vie, non ? Elle avait le droit d'être fatiguée, d'être occupée, de ne pas avoir envie de voir un ami débarquer à l'improviste, fusse-t-il son meilleur ami.

Le combat continuait à se livrer, coup pour coup. Sans pour autant que le sang coule. C'était à d'autres formes de provocations qu'ils se livraient. Gauwain eut un imperceptible tressaillement de mâchoire lorsque son compatriote fit référence au tutorat. Aux DEUX tutorats. Génial. Jusqu'où il était au courant, au juste ? Saloperie de Salazar, tu pouvais être sûr que ce mec s'entendait comme larron en foire avec Fenella.

Il déglutit et maîtrisa sa voix, ignorant le commentaire pour ne faire que répondre à sa question.

« Je suis au BDE également. Pôle sécurité du Campus. On mate les petits rigolos. »

C'était pas exactement vrai, mais l'autre n'avait aucune manière de le savoir.

Sans doute Meredith Hawthorne était-elle bien avisée de prier pour l'arrivée rapide de Cole Bronson, car le palmarès de Samuel n'avait pas calmé l'énervement de Gauwain. Tout au plus cela l'avait-il décidé à ne pas tenter une confrontation physique ; le gars avait non seulement la carrure, mais l'expérience et la rancune. En combat rapproché, il ne ferait aucun cadeau, et laisserait sa rage guider ses poings. Il faudrait l'arrêter avant qu'il n'arrive au contact, ou esquiver au maximum ses coups en essayant d'en placer un qui l'étendrait d'un coup.

Cela dit, leur petit combat d'ego fut stoppé net. Par une réplique bien placée de la sorcière qui déchaînait leur passion.

'On fait l'amour. Plusieurs fois par jour.'


Un silence assourdissant suivit cette déclaration sèche et crue.

Oubliant même de prendre ça comme une victoire, son petit ami la fixait, bouche bée, les yeux écarquillés de stupeur. Elle avait dit ce qu'il croyait ? Oh dieux. Il n'avait pas halluciné, clairement. Elle venait de remporter haut la main ce duel de mâles. Refermant son clapet, oubliant sa jalousie et sa colère, il prit une inspiration et vida son verre, d'un coup.

Comment enchaîner là-dessus ? Il n'allait pas en rajouter dans les détails, non ? Renchérir dans les détails salés, souligner les positions les plus adéquates ?..... Nan, ça ne valait plus le coup, le combat était plié. Il échangea un regard avec l'autre jeune homme, et cette fois-ci, il n'y avait pas de rage dans les yeux bruns. Juste une forme d'embarras.

« Et euh.... Je suis étudiant, dans la même filière qu'elle, d'un an son cadet. ….quelqu'un reveut à boire ? »


Dernière édition par Gauwain Robards le Mer 7 Avr 2021 - 21:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyMer 7 Avr 2021 - 21:09

Meredith Hawthorne ne serait alors pas avare de médailles.
Décernant aussi, celle du Mérite aux jeunes âmes masculines qui avaient pu faire preuve de jugeotte en ne s’étripant nullement sur le grand tapis du salon de la demeure victorienne Hawthorne. Tout comme à l’anniversaire de Fiona de Vermandois, cela aurait fait quelque peu mauvais genre, toute cette hémoglobine présente sur un objet de la vie quotidienne hors de prix. Alors, médailles, il y aurait. Rutilantes comme celles de Colin Hawthorne à la fête de la septuagénaire. La belle blonde saluait l’effort silencieusement, priant pour que Cole Bronson transplane et s’active en cuisine, nourrissant les ventres affamés à défaut d’autre chose.

Cependant Gauwain Robards rajoutait sciemment des étincelles à ce brasier métaphorique qui ne s’éteindrait jamais, s’il continuait sur cette lancée. A en croire les mâchoires toujours de plus en plus serrées de Samuel Shepherd, à chaque syllabe prononcée. Il fallut que ce dernier se retienne pour ne pas en venir aux mains, et prendre à parti son homologue Gallois. Qui aurait fini comme son sac de boxe. Inspirant et expirant, l’étudiant en marketing international pesait le pour et le contre pour affirmer une réponse qui ne se trouverait nullement émise sur le maxillaire de son interlocuteur. Pas de frappe ni de coups portés, sinon sa meilleure amie n’allait pas l’héberger. Et tout ce qu’il aurait fait jusqu’à présent, compterait pour du néant.

- Je ne l’ai jamais prévenue. Et je ne pensais pas le faire. Mais à croire que tout a changé, si j’en crois le parasite qui s’offre le luxe de dire nous. Minauda le boxeur et lutteur régional, regardant tour à tour de ses prunelles sombres le « couple ».

Les iris à la couleur d’onyx virent le mouvement sur la mâchoire de son homologue Gallois que sa tirade savamment placée avait su prodiguer. Un air fier et altier, était apparu chez Samuel Shepherd tandis qu’il prenait une gorgée avec condescendance de cette boisson offerte. Rien n’était laissé au hasard chez le champion de lutte et de boxe, car il assimilait cette joute verbale à ces rixes qu’il pratiquait quotidiennement. Alors l’Autre et ses tentatives d’intimidation, c’était de la roupie de sansonnet à côté. Rien qui ne lui valait le coup d’être inquiété, en somme. Plus grand mais moins fort. Moins de force brute et primale. C’était son désavantage. Et ça se disait : spécialiste en matage de petits rigolos ? Le Gallois fraichement arrivé, se mit à rire.

- C’est une menace ? Lâcha-t-il avec un petit rire mauvais. Parce que si c’est ça, j’en frémis d’avance. Un nouveau regard de tueur en devenir, un nouveau sourire en coin.

L’étudiant en marketing international avait dû expliquer son parcours et ce qu’il adviendrait de lui dans le futur. Questionnant par pure et simple politesse, son vis-à-vis masculin. Jusqu’à l’intervention de la demi-Vélane qui le laissa sans voix. Manquant de s’étouffer dans son verre d’alcool, en ayant pris une gorgée bien trop conséquente qui se mit à lui brûler la gorge et le restant de ses entrailles. Écarquillant ses prunelles sombres, il les riva à celle qui était sa meilleure amie. Meilleure amie, qui procédait à une moue des plus satisfaites tout en jetant une œillade à celui qui était son amant. Et qui, selon certaines légendes parvenait à lui donner un certain plaisir. Et ce, plusieurs fois par jour.

- Je reveux bien un verre de Baileys, Gauwain. S’il te plait. Avait dit la jeune femme comme si de rien n’était. Et toi Samuel ?
- La même chose qu’avant. Encore abasourdi l’étudiant en marketing international ne savait rebondir sur ses pas. Exit la colère et la rancune, il était estomaqué.

Et Gauwain Robards avait décidément bu une fiole de Felix Felicis.
Parce que l’Écossais venait de transplaner, avec tout son flegme légendaire.

- Miss Hawthorne, Monsieur Robards. Un haussement de sourcil interrogateur. Monsieur Shepherd. Je crois que je peux rajouter une troisième assiette.

Cette efficacité et ce pragmatisme, dans toutes les occasions.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyJeu 8 Avr 2021 - 21:36

On était passé à CA d'une catastrophe. Au mot 'parasite', le visage de Gauwain avait perdu toute couleur. Il aurait eu un verre, il lui en aurait balancé le contenu au visage, avant de se lancer sur l'autre garçon.

Qu'aurait-il perdu, dans l'histoire ? Une dent ou deux ? Un peu d'ego ? …..ou Meredith ?

Cette dernière éventualité fut la seule chose qui l'arrêta et l'empêcha de fondre sur son adversaire. Mais il était clair, si on lisait l'émotion qui vibrait dans les yeux bruns, qu'on était pas loin d'une convocation devant le Magenmagot.

Peut-être avait-on également été près d'une nuit au poste pour le Moldu, vu le regard meurtrier et le venin dans sa voix. Et cependant, des scrupules et une crainte comparables avaient aussi retenu son poing.

Jusqu'à ce que.... la principale concernée ne s'immisce dans le match pour leur couper la chique.

Un peu en pilotage automatique, il resservit sa compagne, en alcool crémeux et frais. Pour lui et Samuel, deux nouvelles doses généreuses de whisky pure feu. Ils en avaient besoin. Celle de Gauwain fut vidée presque dans l'instant, quasiment d'un trait.

L'alcool lui éclaircissait-il les idées, ou était-ce la façon dont sa petite amie avait clos le conflit ? Comme si elle avait maté deux hippogriffes récalcitrants. Quoi qu'il en soit, il lui semblait à présent voir la situation d'un autre œil. Comment aurait-il réagi, après tout, s'il avait trouvé Meredith avec un nouveau mec, après un silence de six mois ? ….La question ne se posait pas totalement ; lui n'aurait pas attendu six mois pour prendre des nouvelles. (Enfin quoi, SIX mois, qu'est-ce qui était passé dans la tête du mec ? ….ou bien Gauwain faisait-il erreur en supposant qu'il portait à Meredith des sentiments bien plus qu'amicaux?). Pour autant, si leurs places avaient été inversées, il n'aurait pas fait bon accueil au nouveau non plus.

Et à ce petit jeu d'échange de point de vue, Gauwain ressentit soudain de la pitié, pour le gars en face de lui.

Parce que Meredith avait mis un terme à la partie. Et que Samuel avait perdu.

Sur quoi l'employé modèle de la jeune femme débarqua, et, avec un flegme caractéristique, sembla à la fois comprendre l'ampleur de la situation et ne pas s'en émouvoir. Bornant les conséquences à un simple ajout d'assiettes.

Gauwain ne put s'en empêcher. Il eut un rire incrédule.

Il allait laisser Meredith dialoguer avec Cole Bronson, parce que non seulement, c'était son employé à elle, mais aussi parce qu'il se sentait moins légitime qu'une expatriée de Molière à émettre des recommandation sur les menus et le dressage d'une table. Et puis.... parce que, maintenant que l'envie d'avada kedavriser son interlocuteur était passée, il devait à Samuel Shepherd, sans doute, une véritable conversation.

« Ecoute, pardon. Je m'attendais pas à la trouver avec quelqu'un. »

Encore moins quelqu'un comme toi, s'abstint-il de préciser. Différent de Gauwain et pourtant il était compliqué de nier quelques similitudes entre les deux jeunes hommes.

« Meredith ne s'étend pas sur toutes ses relations amicales ; et j'avoue que je la presse pas non plus de questions pour avoir le listing détaillé et le pedigree de tout le monde. Mais elle et ses parents avaient parlé d'un Samuel. »

Son compatriote comprendrait-il les sentiments qui se cachaient derrière ces phrases ? Peut-être bien.

« Tu.... Elle t'a parlé de notre école, alors ? Et toi tu es- ? »

Moldu ? Cracmol ? ….avait-elle réellement expliqué la magie à Samuel ? …....Quel abruti d'avoir sorti sa baguette tout à l'heure. Si l'autre garçon n'était pas au courant de tout, et qu'il se demandait ce que c'était que cette attaque au bout de bois, Gauwain devrait jouer les abrutis finis. Il ne l'aurait pas volé, cela dit.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyJeu 8 Avr 2021 - 22:49

Samuel Shepherd était rationnel pourtant.
Mais pas quand il s’agissait du sujet Meredith Hawthorne. Ce dernier lui prenait aux tripes et lui donnait envie de cogner l’Autre en face, comme un vulgaire punching-ball. Un vulgaire sac de boxe sur lequel, il se serait entraîné des heures. Sans s’avancer pourtant, l’étudiant en marketing international aurait gagné. Pour ça, il en était persuadé. Cependant, il n’eut pas le loisir de le vérifier, car la demi-Vélane avait parlé. Ses paroles aussi tranchantes et vipérines que l’emblème qui l’avait suivie durant sept années consécutives. Et les deux égos masculins, n’avaient plus rien dit. Parce que l’aspirante Auror ne souffrait d’aucune répartie et ne voulait en entendre aucune. La belle blonde était obéie, et c’était tout ce qui importait. Pas de sang sur le tapis et pas de dents en moins à déplorer.

Tout comme Gauwain Robards avant lui, Samuel Shepherd but son verre d’une traite. Le déposant avec un bruit sec sur la table du salon. La fille unique de la Comtesse de Vermandois quant à elle, savourait sa boisson aux notes suaves de caramel et de chocolat, le tout agrémenté de somptueux glaçons qui ravivaient le goût de cet alcool pour le moins sirupeux. Non sans se départir de sa petite moue pour le moins satisfaite. L’ancienne Serpentard avait fait mouche. Ce qui la confortait amplement dans le sens où elle pourrait mener des troupes d’Aurors masculines à la baguette. Or, les deux hommes avaient certains atouts pour se défendre, mais face à la jeune femme, c’était perdu d’avance.

Avec un soupir teinté de soulagement, Meredith Hawthorne accueillit Cole Bronson. Ce dernier avait souri avec courtoisie en découvrant l’identité des deux jeunes hommes présents dans le grand salon de la demeure victorienne Hawthorne. Et, toujours avec expérience et finesse, l’Écossais eut un humour pince-sans-rire. En prétextant rajouter une troisième assiette et s’attelant prochainement à faire la literie de la chambre d’amis. Le regard vert absinthe de sa patronne était la confirmation silencieuse qu’il attendait. Néanmoins, il était temps de procéder à l’élaboration du repas et la belle blonde surveillait celui-ci avec un petit sourire. Adossée contre l’îlot central de la cuisine, et les bras croisés sous sa poitrine opulente, l’ancienne Serpentard scrutait l’échange qui se déroulait sous ses prunelles vertes acérées. A savoir : le rapprochement de son petit ami avec celui qui était son meilleur ami. Sans se cogner.

- Je m’excuse, j’aurais dû prévenir. Mais je ne m’attendais pas à la voir avec toi. Avant que ce dernier terme ne soit mal pris par son interlocuteur, Samuel Shepherd rajouta quelque chose. Enfin, un petit ami. Conclut-il avec un léger sourire.

Les iris sombres à la couleur d’onyx se posèrent sur le jeune homme plus grand que lui en taille mais pas en âge. Ainsi donc, la Présidente du BDE ne l’avait pas mentionné mais l’homologue Gallois le connaissait via les parents de cette dernière. Avec un large sourire, le boxeur et lutteur régional accusa le coup, mais toujours en rivant son regard à celui de son vis-à-vis. Regard qui n’avait plus aucune trace d’animosité. Juste une sincérité pure. Car les mots qu’il allait produire, il les pensait tous. Sans nulle exception.

- Meri, c’est un joyau mais il a perdu de son éclat quand tu étais trop aveugle pour le remarquer. Et, je t’avoue, ça m’a foutu en rogne de la voir comme ça. Une petite pause. Mais je remarque que ça va, maintenant. Un petit sourire.

Avant de se lancer dans un laïus qui lui coûtait cher.
Mais dont il fallait se confesser.
Car l’Autre devait savoir.

- Rends-la heureuse Gauwain. Parce que ça a toujours été toi. Et qu’elle le mérite amplement. Un sourire teinté de franchise et une tape virile et amicale sur le bras. Pour se concentrer sur la réponse qu’il avait à formuler à propos de ce qu’il était. Moi ? Je suis Moldu. Pas de pouvoirs. Pas de baguette. Ma seule capacité étant de cartonner à toutes mes interros. Mais à part ça, je ne vois rien d’autre.

Un petit rire de Samuel Shepherd pour détendre l’atmosphère.
Et une Meredith Hawthorne des plus soulagée.
Enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 669
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père qui le renie
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyVen 9 Avr 2021 - 17:58

Ils faisaient une belle paire, tiens, les deux coqs, penauds, au salon, tandis que Meredith Hawthorne continuait d'observer la scène, avec un sourire félin. Elle était, dans tous les sens du terme, Maîtresse de maison. Et s'il en fallait encore des preuves, elle venait d'établir de façon très claire que la jeune femme ne se laisserait pas impressionner par des déploiements masculins malvenus. Qu'elle en connaissait les signes et les codes, et qu'elle était plus que capable de remettre tout ce petit monde à sa place, avant que la confrontation ne vire au pugilat.

Merlin, elle n'avait même pas eu besoin de sortir sa baguette ! Il ne lui avait fallu que deux phrases. Sans même élever la voix, sans même se dresser entre eux.

Ahrem. Quand Gauwain y repenserait, d'ici 24h, il aurait un rire, pour lui-même, à la fois impressionné et toujours un peu estomaqué par sa petite amie.

Pour l'heure, il était occupé par une discussion imprévue, et, si chacun des deux garçons était conscient du regard émeraude qui observait.... ce n'était pas pareil que tout à l'heure. Elle n'avait plus besoin de s'inquiéter. L'animosité belliqueuse avait disparu, comme chassée d'un sort.

Il allait pleuvoir des gnomes : l'un et l'autre venait de présenter des excuses. Et des excuses sincères, encore. Pas des mots crachés dans le seul but de redorer un blason terni.

« Normal. Je veux dire... j'aurais probablement pas anticipé ça non plus, si.... enfin... »


Si leurs places avaient été inversées.

Et manifestement... oui, leurs places auraient pu être inversées, n'est-ce pas ? Samuel Shepherd le lui dit, implicitement. Par l'intensité de son regard. Par son sourire qui avait tressailli malgré une volonté de faire bonne figure. Et surtout par les mots employés. Un joyau.... oui, il comprenait la comparaison. Pour lui, elle était étoile, mais.... un diamant ou une émeraude aurait tout aussi bien pu la décrire. Rare, précieuse, éclatante.

L'aspirant auror fronça les sourcils, néanmoins. Parce que les mots impliquaient autre chose, du rôle qu'avait pu jouer l'autre Gallois. Et surtout.... de ce qu'avait pu causer Gauwain lui-même. De cela, il n'était pas fier. S'il devinait correctement, en tout cas. Pour autant, il ne semblait plus y avoir de haine chez son compatriote ; et il fallait sans doute une grande humilité et une certaine force de caractère, pour admettre qu'un autre la rendait heureuse.

Les yeux bruns dérivèrent vers la silhouette fine de sa petite amie, se rivèrent à elle, au moment où Samuel Shepherd le gratifiait d'une tape sur le bras. Il se reconcentra sur son interlocuteur, et, s'il était détendu, il resta sérieux. Sincère.

« C'est le plan. La seule envie que j'ai, c'est de la protéger et de la voir sourire. Là dessus, t'as pas à t'en faire. Elle.... elle perdra plus son éclat. Je me le suis promis. »

Peut-être avaient-ils besoin, à présent que l'abcès avait été crevé, de passer à autre chose. Du plus neutre, qui permettrait aux deux jeunes hommes de se juger de façon plus neutre, de se découvrir comme deux humains et non, injustement, comme deux rivaux. Merlin, ils étaient partis du mauvais pied.

« Ca me paraît déjà pas mal, comme capacité. Ca aide, quand on se fixe des objectifs, non ? Et puis si j'ai bien compris, t'es aussi pas mauvais sur une arène de combat ? »

Il eut un sourire, se resservant, mais cette fois-ci, optant pour quelque chose de plus léger, une bière, parmi l'assortiment de bouteilles que Meredith avait laissée à portée, la décapsula pour boire à même le goulot.

« Ta famille est de Cardiff même, alors ? Ou tu y es uniquement pour les études ? C'est quoi d'ailleurs, ce truc, Marketing ? »


Une pause, après le sujet études, avant de revenir à ce qui les liait, quelque part :

« …..Ma mère tient une boutique à Cardiff, des accessoires pour femme. »

Il eut un geste qui voulait dire 'ce genre de trucs un peu trop roses'.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 293
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - MADE BY SCHIZOPHRENIC
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Fenella de Vermandois tuant Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain EmptyVen 9 Avr 2021 - 18:48

Meredith Hawthorne avait fait en sorte de détendre cette atmosphère lourde de sens.
Lorsque Gauwain Robards était arrivé dans la demeure victorienne Hawthorne, tout aurait pu déraper en l’espace de quelques secondes. La main sur sa baguette, en guise de prémisse à une quelconque bataille, l’aspirant Auror aurait pu être mauvais. Et, Samuel Shepherd ne serait pas resté impuissant. Se jetant alors sur la grande silhouette qui le surplombait d’au moins dix bons centimètres. La tension avait été telle, que la belle blonde s’était attendue à sortir sa baguette elle aussi. Pour calmer les deux jeunes hommes en quête de rixe. Mais, rien de tout cela n’était arrivé. Parce que la demi-Vélane y avait contribué. Par des mots savamment placés. Qui eurent tôt fait de stopper des égos démesurés masculins, ainsi que des envies meurtrières. Cela valait pour les deux Gallois.

Toujours adossée contre l’îlot central, la silhouette sculpturale de la Présidente du BDE observait avec intérêt cet échange auquel, elle était en train d’assister. Dans son esprit, plus rien ne craignait. L’un comme l’autre, n’allait plus se sauter à la gorge pour en faire couler le sang. A priori, les paroles étaient cordiales et teintées d’une certaine « douceur ». De là où elle se trouvait, la jeune femme n’entendait pas ce qui se disait. Cole Bronson étant occupé à œuvrer tel un moldu sur le piano de cuisine, coupant des légumes. Les faisant rissoler dans une poêle avec un mince filet d’huile d’olive vierge d’Italie. S’occupant de parer des morceaux de viande, les débitant. S’armant d’un couteau de boucher qui pourrait faire peur aux deux Gallois, si ces derniers ne connaissaient pas la maîtrise de l’Écossais dans ce domaine où il excellait. L’ancienne Serpentard quant à elle, souriait. Tout en regardant alternativement son employé s’affairer à ses tâches consciencieuses et à cette saynète pour le moins saugrenue qui se déroulait sous son regard vert d’absinthe pure. Et qui parvenait à lui plaire. Considérablement.

- Heureusement que c’est dans ce sens, hein ? Questionna Samuel Shepherd avec un léger sourire. Je suis presque certain que tu m’aurais cassé deux ou trois dents, si on avait échangé nos places. Non ? Pour ça, il en était plus que certain.

C’en était même une évidence.
Néanmoins, le Gallois avait besoin de s’épancher. De dire ce qu’il pensait et ce que son homologue avait « fait ». Sans pour autant entrer dans les détails. Car ces détails, il appartenait à l’aspirante Auror de les dire. Le boxeur et lutteur n’avait été qu’un meilleur ami dans l’histoire. Celui qui était porteur d’une oreille attentive et d’une épaule secourable. C’était là, ce pour quoi il était fait. Parce que dans le cœur et dans l’âme de sa meilleure amie : c’était son vis-à-vis qui avait compté et qui compterait toujours. Ça, il l’avait bien évidemment assimilé et compris. Meredith Hawthorne eut un léger sourire quand elle sentit le regard brun la contempler. Un discret signe de la main en guise d’encouragement pour son petit ami. Signifiant aussi, qu’elle était fière de lui. D’eux.

- C’est la plus belle des promesses. La plus douce. Celle qui va de pair avec Meri. Et que celui qu’elle aime prend en considération. Une pause. Pour murmurer si bas, que celle à qui ces mots étaient destinés, ne les entende pas. Merci à toi de t’en être rendu compte. Vraiment. Un mince sourire sur les lèvres de l’étudiant en marketing international, ses orbes noires se parant d’une tristesse fugace.

Bien vite chassée par les questionnements de son interlocuteur. Auquel il répondit par un éclat de rire, et des petits mouvements de boxe dirigés vers son torse. Samuel Shepherd était le meilleur de sa région. Ayant remporté des championnats, à la seule force de son sang et de sa sueur. Avec en plus, des études qui le conduiraient à reprendre l’entreprise paternelle. Chose qui le faisait toujours tiquer lors des repas de famille. Parce que le père et le fils, ne se comprenaient pas. Et, ne se comprendraient jamais probablement. Là, était le problème épineux.

- Champion de la région depuis quelques années, oui. Mon coach veut me faire combattre dans la ligue nationale. Mais, mon paternel n’est pas de cet avis. Pour lui, ça reste un loisir de gamin où j’excelle pourtant. Un haussement d’épaules avant de prendre le pli sur une bière, comme son homologue. Croisant les bras sur son torse, sa bière à la main. Ma famille vient de Cardiff oui. Depuis des générations. Un petit rire et une gorgée plus tard. Pour faire simple, ce sont des études destinées à reprendre une potentielle entreprise, faire des études de marché. Œuvrer dans la finance.

Un petit rire agrémenté d’un petit soupir.

- Bien loin de vos sorts, potions et tout ça. Et des chiffres. Une quantité astronomique de chiffres. Meri m’a confessé un jour, que si j’avais été comme vous, je serais moi aussi allé à Serpentard. T’en penses quoi, toi ? Une nouvelle gorgée de bière prise au goulot avant d’avoir un léger gloussement. Quoi comme genre d’accessoires ? Des choses affriolantes ? Ou totalement obsolètes et surannées ? C’est sorcier ?

Quand il y avait autant de questions produites et à la chaîne, c’était que Samuel Shepherd était intéressé.
Ça ne faisait aucun doute.
Aucun.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain [Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain Empty

Revenir en haut Aller en bas

[Maison victorienne Hawthorne] Les méandres de la vie ... | Gauwain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Discussion à la maison (pv: Aisuru) (Hentaï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre :: 
Les lieux d'habitations
 :: 
Maison victorienne Hawthorne
-