GRYFFONDOR : 33 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 129 pt | SERPENTARD : 77 pt
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Nous vous informons que les inscriptions pour la première speed killing ont été lancé
Le Deal du moment : -38%
Ventilateur ultra silencieux Rowenta Turbo Silence ...
Voir le deal
74 €

Partagez

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyLun 12 Avr 2021 - 22:30

« Alleeeeeez, s’il te plait Neooo ! » Soufflant sur une des mèches qui lui tombaient devant les yeux, la roumaine poussa finalement un petit soupir qui trahissait sa résignation. « Bon, d’accord. » L’élan d’enthousiasme en face lui arracha un sourire, et déjà la jeune femme était partie chercher ses petites affaires pendant qu’elle terminait son thé avant que ses lèvres ne soit prises. Beth était une petite boule d’énergie qu’elle appréciait beaucoup, et leur amitié se créait doucement au fur et à mesure des goûters échangés chez l’une ou chez l’autre. Leur amour pour les frippes les avaient réunies un après-midi d’automne et Neo, avec sa facilité à engager une conversation, avait exercé sans le vouloir son charme désarmant sur la jeune femme qui était devenue avec le temps comme une petite soeur de coeur. Petite soeur qui étudiait l’esthétique dans une chic école moldue, et qui cherchait toujours des modèles pour s’exercer. Et après avoir bravement résisté plus de douze minutes, la roumaine céda finalement à ses assauts. « Ohlala, avec ton teint de porcelaine, par Merlin tu vas être aussi sublime que Marilyn ! » Pardon ? « Que Mari-qui ? » Beth, en sa qualité de née-moldu, lui sortait toujours des références improbables, et alors qu’elle commençait déjà à appliquer une base de teint, Neo l’écouta lui parler de ce sex-symbol d’Hollywood à l’histoire tragique. Voilà qui n’était pas pour la rassurer, elle qui était toujours adepte d’un maquillage bien discret ! « Doucement quand même, je préfère le naturel ! » C’était qu’elle avait la chance de pouvoir se le permettre, qu’on se le dise. « Laisse faire l’experte ! » répliqua l’apprentie maquilleuse qui sortit de son sac des teintes qui firent pâlir encore plus la slave au teint d’albâtre.

C’est qu’en plus, Neo dut se forcer à ne pas trop parler pour ne pas déconcentrer la jeune femme, qui la maquillait à des endroits où elle n’avait jamais posé un crayon. Ses sourcils par exemple, quelle curieuse idée ! Il lui tardait en tout cas de voir le résultat, et après une bonne demie-heure, Beth l’autorisa enfin à aller croiser son reflet. Et quelle ne fut pas sa surprise de se découvrir aussi… Les mots lui manquaient ! Ses sourcils dessinés rehaussaient son regard, tout comme le léger fard posé sur ses paupières et ce mascara qui lui faisaient de longs cils. Mais le plus étonnant, c’était sa bouche, qu’elle avait entrouverte sous le coup de la surprise. D’un rouge carmin absolument exquis, mais jamais teinte aussi voyante n’avait ourlé ses lèvres. Elle était belle, oui, c’était un fait. Une toute autre version de Neo qui ne lui déplaisait pas, mais qu’elle n’aurait jamais pensé voir de sa vie ! « J’espère que tu vois ton beau Razven ce soir ! » gloussa celle à l’origine du chef-d’oeuvre. « Razvan. » corrigea-t-elle mécaniquement. « Eh non, hélas, il est de garde cette nuit. » Beth fit une petite moue réprobatrice derrière elle. « Oh non… Je serais obligée de revenir exercer mon art alors ! » lâcha-t-elle avant de rire. Neo se garda bien de lui dire qu’elle n’avait pas besoin de pareils artifices pour séduire son roumain.

Ce beau maquillage donc ne profiterait qu’à son croup et Beth, qui fit la conversation pour deux tant Neo n’osait pas bouger les lèvres de peur de gâcher son travail. Le temps fila finalement, et la roumaine en oublia presque son nouveau look quand un pop caractéristique se fit entendre à l’entrée, suivi d’un coup sourd contre sa porte. « Neo ? Wow, tu es… » Michael, l’employé du Ministère qui venait troubler son après-midi de congé, avait les yeux aussi ronds que les soucoupes sous leurs tasses de thé. La roumaine rougit de se trouver dans pareille situation, mais n’eut pas le temps de tergiverser. « Bonjour Michael. Qu’est-ce qui se passe ? Un problème ? » le coupa-t-elle pour éviter une conversation embarrassante. « Urgence à Sainte-Mangouste. Une flopée de moldus sous crache-limaces, un enfer. » Sa conscience professionnelle reprenant le dessus, Neo prit congé de son invitée à qui elle laissa le soin de claquer la porte en partant, oubliant à nouveau en une seconde qu’elle semblait prête à aller à une soirée plutôt qu’au travail.

La petite blague d’étudiants qui se croyaient drôles avait effectivement pris de l’ampleur, et Neo oublietta des dizaines de moldus traumatisés par l’expérience, ce qui lui occupa une bonne partie de la soirée, voire de la nuit. Epuisée, la roumaine quitta finalement le service avec l’envie de faire un petit crochet par celui de Razvan. Tout de même, voilà qui serait bien dommage que de venir ici sans lui faire un coucou, non ? Le temps ayant fait son oeuvre, sa tâche l’ayant bien accaparée, Neo était donc totalement inconsciente du fait que son apparence avait de quoi surprendre son bel amoureux. Et on pouvait saluer la qualité du maquillage longue-durée, ainsi que le talent de celle qui l’avait réalisé, car rien n’avait bougé. Aussi, fraîche comme Marilyn au début d’un tournage, Neo avait l’intention d’aller attendre docilement le médicomage dans son bureau. C’était qu’elle n’aimait pas non plus le déranger en plein travail. Mais par la force du hasard, Neo le croisa dans un couloir et lui délivra bien évidemment son plus joli sourire, avec ce petit quelque chose en plus évidemment dont elle était tout à fait ignorante pour le moment. « Docteur Vacaresco ? » le salua-t-elle pour le taquiner un peu, avant de poser sa main sur son bras avec pudeur. Bien sûr qu’elle mourrait d’envie de l’embrasser, mais tout de même, elle ne voulait pas lui attirer d’ennui en ayant une attitude déplacée.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyLun 12 Avr 2021 - 23:16

Des journées comme on en faisait des dizaines, Razvan était de garde cette nuit-là, en plus de commencer sa journée en fin d'après-midi. En fait, il aimait bien les gardes à la base, c'était quand même souvent un moment calme, à moins tristement d'avoir un drame. Mais de façon générale, et même si son travail était étendu à plusieurs services du fait de la nuit, c'était quand même moins éprouvant qu'en pleine journée, où les patients semblaient abonnés pour se retrouver dans des situations improbables. Les cornes du la tête étaient devenues un classique absolu, à tel point que c'était maintenant une blague professionnelle entre les médicomages de son service. A croire qu'il y avait une nouvelle mode consistant à s'en faire pousser, c'était pas croyable. Mais encore, les cornes, il pouvait encaisser. Il appréciait moins de voir des Aurors se faire traiter en urgence parce que des gens qu'il connaissait bien les avaient envoyé sur ses brancards. Mais qu'y pouvait-il ? Il faisait déjà beaucoup en glissant quelques mots à Maugrey. Et il était occupé à s'occuper de la jambe d'une jeune femme dans la salle des urgence lorsqu'on lui amena un nombre beaucoup trop important de moldus qui crachaient des limaces. Mais vraiment.
Il lui fallu deux heures - DEUX HEURES - pour s'occuper d'un groupe de moldus qui s'étaient retrouvés à Sainte-Mangouste, le paquet divisé entre plusieurs de ses collègues et lui. Il dû se laver quatre fois les mains pour quelles ne soient plus poisseuses de la bave de ces animaux et trois infirmières en avaient fait la chasse dans tout l'hôpital. Razvan maugréa comme il avait rarement maugréé, car ce sortilège était d'une inutilité sans nom en plus d'être dangereux pour les moldus qui paniquaient naturellement en s'étouffant. Et que dire de voir un animal sortir de sa propre bouche ? Parmi eux, il y avait une jeune femme sans doute de même pas vingt ans qui pleurait des litres de larmes parce qu'elle ne comprenait pas comment c'était humainement possible de cracher des limaces. Et bien décontenancé, il passa une bonne demi-heure à essayer de la calmer avant qu'on ne l'emmène pour se faire oublietter.

La belle idée ! La nuit était tombée sur Londres depuis longtemps. Ils auraient du travail, les oubliators, vu le nombre effarant de moldus qui avaient subi ce qu'il avait compris être une blague d'étudiants. C'est que l'événement amusait du monde à la cafétéria où il s'était arrêté en remontant à son étage. Un café plus tard, il remontait les escaliers pour déboucher dans un couloir. Il vit marcher quelqu'un dans sa direction, quelqu'un que son cerveau ne sut pas faire autrement que de catégoriser immédiatement dans la catégorie des gens beaux. Il crut pourtant qu'il était en proie à une hallucination due au manque de sommeil en se disant qu'elle ressemblait quand même foutrement à Neolina, cette façon de marcher, ce sourire taquin sur ses traits... « Docteur Vacaresco ? ». Razvan s'arrêta devant elle alors qu'elle lui posait la main sur son bras et qu'il la regardait comme un moldu verrait pour la première fois une hallucination merveilleuse. « Oh Neo... » fit-il ouvertement surprit de la voir, mais surtout de la voir aussi bien pomponnée. Ses lèvres étaient si rouges qu'elles semblaient sincèrement l'appeler. Mais ils étaient dans un lieu public, quand bien même il commençait à se faire tard et qu'ils étaient tout seuls dans le couloir. « Je- hum » bégaya-t-il comme un adolescent planté devant son amour. Razvan avait toujours trouvé Neolina particulièrement belle et il le lui avait souvent dit, par ailleurs. Parce qu'il ne savait pas s'empêcher de lui avouer ce genre de choses, lui qui aimait tant la voir sourire. La flatter si ce n'était pas vrai n'était pas dans ses habitudes, mais elle était naturellement jolie. Mais alors en plus maquillée de la sorte... « Je ne m'attendais pas à te trouver là » dit-il en posant sa main chaude sur la sienne, « ni comme ça ». En fait, l'évidence était tellement violente qu'il ajouta juste après qu'un souffle estomaqué soit sorti de sa bouche : « Tu es vraiment vraiment belle ».


(678)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyMar 13 Avr 2021 - 12:43

Il y avait de jolies surprises dans la vie, et croiser Razvan dans sa tenue de médicomage alors qu’elle ne s’y attendait pas en était une. Le voir dans son environnement de travail déclenchait toujours chez la roumaine un sourire tendre, tant il semblait fait pour être ici. Certes, elle savait qu’il regrettait l’époque où il exerçait plutôt à domicile, mais Sainte-Mangouste avait de la chance de l’avoir, c’était un fait. La surprise en tout cas fut telle chez lui, qui ne s’attendait pas du tout à la voir ici, que Razvan eut presque l’air de ne pas la reconnaître. Voilà qui était curieux, et mignon d’ailleurs, car il était bien rare qu’il l’appelle ainsi par son prénom raccourci. Neo était touchée de voir qu’elle pouvait encore déclencher ce genre de réaction chez son bel amour qui pourtant la connaissait depuis bien longtemps. Son regard un peu fatigué semblait la détailler plus que d’ordinaire, et l’esprit tout aussi épuisé de Neo ne comprit même pas pourquoi. Voilà même qu’il bégayait, c’était particulièrement étonnant de sa part. Tombait-elle au mauvais moment ? Peut-être venait-il de soigner un patient difficile, ou bien pire, d’en perdre un après tout… Mais non, sa gêne - ou peu importe ce que c’était, semblait venir d’ailleurs.

Elle pourtant si habituée à le déchiffrer était perplexe pour une fois de ne pas bien saisir ce qui se passait. La tête un peu penchée sur le côté, la roumaine releva un de ses sourcils parfaitement dessinés, l’air de ne rien y comprendre. « Tout va bien ? » demanda-t-elle avec sa sollicitude habituelle, serrant un peu sur son bras entre ses doigts. Quelque chose clochait, mais quoi ? Heureusement, son roumain la rassura bien vite en exprimant un peu plus clairement sa surprise, mais aussi et surtout en renouant le contact avec elle - voilà qui suffisait, toujours, à la faire se sentir mieux. Le comme ça, en tout cas, aurait du la faire percuter, mai Neo étant Neo, elle se demanda surtout si elle n’avait pas une tache quelque part à cause de toutes ses limaces  qui avaient investi les lieux. Aussi jeta-t-elle un regard rapide à sa robe - bichette… - en se justifiant un peu. « Quoi, j’ai de la bave sur… » Mais finalement, Razvan lui coupa la parole et enfin, enfin comprit-elle de quoi il s’agissait. « Oh ! » Son regard remonta aussitôt vers les beaux yeux sombres de Razvan alors qu’elle affichait un énigmatique petit sourire. C’était qu’il n’était pas avare en compliments, certes, mais la franchise désarmante de celui-ci lui fit terriblement chaud au coeur, elle qui pensait n’être qu’une petite épave en forme de Neo vu la fatigue qu’elle ressentait. C’était donc vrai ce qu’on disait, le maquillage pouvait donc faire des miracles ! « Ça te plait ? » demanda-t-elle d’un petit air innocent. La question était bien inutile car enfin, enfin, le comportement de Razvan s’expliquait, et aussitôt, celui de Neo changea en miroir. L’expression dans le regard du médicomage l’amusait beaucoup, mais pas seulement. « Je n’avais pas prévu de passer, mais après tout… »  Joueuse, elle fit glisser son index sur ses lèvres dont il semblait incapable de se détacher et le fixa avec une intensité que l’ombre sur ses paupières ne faisait qu’amplifier. « Un maquillage est fait pour être éprouvé, tu ne crois pas ? » Sa voix s’était légèrement baissée au passage d’une infirmière qui ne leur accorda même pas une once d’attention, mais tout de même. Et puis vu le regard qu’il lui lançait, ça aurait tout de même été dommage de s’en priver, même si tout ça était en fait le pur fruit du hasard. Qui faisait parfois bien les choses, pas vrai ? « Mais je devrais peut-être te laisser travailler. Enfin, sauf si... » Volontairement, elle laissa sa phrase en suspens alors que ses yeux noisette se perdait dans son cou où elle avait bien envie de laisser une provocante marque rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyMar 13 Avr 2021 - 20:18

On pouvait aisément dire que Razvan avait vu Neolina Siankov sous toutes les coutures, désormais. Mais comme quoi, cela n'empêchait pas du tout les surprises, les bonnes comme les mauvaises. Voir Neolina était toujours une bonne surprise, car ils passaient bien peu de temps ensemble malgré ce que leur relation laissait entendre. Leurs emplois du temps étaient complets, et s'ils avaient partagé un charmant week-end ensemble, le fait est qu'il s'était bien assez tôt fini. A leur grand désespoir d'ailleurs. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, parait-il. Quoiqu'il en soit, alors qu'il savait qu'il allait passer une bien longue nuit ce soir-là, Neo sut le surprendre de la plus jolie des manières. Le cerveau du roumain, qui commençait à se fatiguer, ne réalisa pas qu'elle était sans doute d'abord venu pour le travail - tous les moldus à oublietter, quand même, étaient prioritaires par rapport à lui - et au contraire, il ressentit une vague de joie foutrement intense de la voir. Joie accompagnée par la surprise de la voir si bien apprêtée alors qu'il était si tard, qu'ils étaient dans un hôpital...
Le petit air innocent avec lequel elle prit soin de lui répondre, il l'avait déjà entendu dans sa bouche. Et ce petit regard, rendu d'autant plus profond par le maquillage, tant et si bien qu'il plongea dans ses yeux pendant quelques instants avant que sa bouche vermeille ne bouge encore pour continuer de lui parler - ou de le torturer... Son index posé sur ses lèvres lui donnait d'autant plus envie de l'embrasser furieusement mais Razvan avait de la retenue, c'était probablement même sa première qualité. Il s'humidifia ses propres lèvres sans même s'en rendre compte. Maquillage. Éprouvé. Le cerveau du roumain ne fonctionnait qu'à moitié, totalement détourné de la médicomagie, des limaces et autres joyeusetés que l'on vivait quotidiennement dans un hôpital. Neolina, aussi fine fut-elle, prenait toute la place dans ses yeux, tant et si bien qu'il ne fit même pas attention à l'infirmière qui passa à côté d'eux. A cet instant n'existait que sa petite amie, ses lèvres écarlates et son envie terrible de l'embrasser à pleine bouche. Le sens de ses paroles finales montèrent enfin à son organe intelligent et il répondit brutalement, d'un air presqu'outré : « Ah non ». Traduction : tu restes.

Le médicomage se repris pourtant en constatant sa propre attitude troublée et grossière et ajouta : « On a jamais trop de travail la nuit tu sais. Les urgences se font rares » - il fit une pause qui n'était même pas forcément voulue pour donner du style à la suite de ses propos - « mais tu peux bien être la mienne ». Razvan lui jeta un regard profond : « Cela dit, une urgence ne se traite pas dans un couloir, je me trompe ? ». Oh que non, il ne se trompait pas, c'était lui après tout le médicomage. Il aurait probablement été ébahi de sa propre attitude dans d'autres circonstances, mais ne pas pouvoir toucher Neolina était toujours terrible pour lui. Alors en plus dans cette situation, imaginez un peu la torture de ce pauvre homme qui ne pouvait, pour l'heure, que se satisfaire du contact de sa main sur son bras.


(539)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyMar 13 Avr 2021 - 23:48

S’il y avait bien une personne totalement inconsciente du charme qu’elle exerçait sur les autres, c’était Neolina. Et que dire de son potentiel d’attirance - comment dire… - physique. C’était dire si Neo donc n’avait à la base absolument pas l’intention de jouer les allumeuses en pointant son bout de nez ici histoire de torturer ce pauvre Razvan sur son lieu de travail - à vrai dire, elle n’avait pas besoin de maquillage pour faire ça, de temps en temps, quand l’humeur lui prenait. Parce que oui, elle n’en restait pas moins consciente de l’effet qu’elle faisait à son beau roumain, comme si une fois en couple, les oeillères sur le désir qu’elle éveillait s’évaporaient enfin. Il fallait dire que Razvan n’était pas du genre à se montrer indifférent, lui pourtant habituellement si réservé et tempéré. Alors maintenant qu’elle avait compris que l’art de Beth faisait des ravages dans le coeur, et peut-être pas seulement, de son médicomage amoureux, forcément, elle en jouait. Et n’eut même pas à en faire des tonnes pour attirer sur ses lèvres le regard de celui qui aimait la dévorer toute entière d’habitude mais là, il n’avait d’yeux que pour sa bouche. Rouge et provocante, désirable probablement, et celle de Razvan rendue interdite pour le moment l’était tout autant. Surtout quand il passait sa langue dessus comme ça, petit effronté.

Mais là où d’ordinaire, il répondait à ses provocations en surenchérissant, l’expression tout à fait spontanée de son envie qu’elle reste là, soumise à son regard, lui arracha un sourire de victoire, mais pas que. Le voir comme ça, comme semblant perdre tous ses moyens, la rendait d’humeur à ne pas rentrer chez elle tout de suite. Oh ça non, et peut-être même n’aurait-elle pas tout à fait le coeur à le rendre dingue avant de céder, s’il continuait à la regarder de la sorte. Incroyable. Il faudrait qu’elle demande à son amie la référence de ce rouge à lèvres. Parce que même si elle plaisait à Razvan au naturel, et qu’elle n’avait pas l’intention de jouer les Marilyn tous les jours, que ne ferait-elle pas pour ravir son amant ? Le pauvre n’était pas au bout de ses surprises - ni de ses peines. En tout cas, il y avait urgence, oui. Urgence à ce qu’ils se retrouvent en privé pour que Razvan puisse enfin goûter à ce que ses yeux réclamaient. Et Neo ne se priverait pas pour laisser la marque de son passage sur quelques endroits qui pour l’instant étaient bien à l’abri sous sa blouse. En tout cas, cette façon de faire d’elle sa priorité lui déclencha, comme souvent, une sensation électrisante et douce, qui se diffusa dans son corps qui commençait déjà à s’impatienter. « C’est toi le médicomage. » surenchérit-elle pour valider son propos. « Si tu estimes que j’ai besoin d’une consultation privée, qui suis-je pour contredire le corps médical ? » Ravie de son trait d’esprit, Neo lui fit un léger clin d’oeil avant de mordre sa lèvre très légèrement, mais suffisamment pour qu’il le voit.

C’était sans compter sur le destin qui s’en mêla, sous la forme d’une bonhomme encore plus petit que Neo qui visiblement ne voyait pas qu’il débarquait au milieu de quelque chose. « Docteur Vacaresco ? » demanda-t-il d’une voix haute perchée, avec bien moins de douceur que quand elle avait prononcé ces exacts mots une minute plus tôt. Ne souhaitant pas se mettre en travers d’une urgence plus importante que celle qui occupait leurs esprits, la roumaine s’écarta un peu et se servit un gobelet à la fontaine à eau tout à côté. C’était que toutes ses oubliettes à répétition et le bla-bla qui allait avec lui avait donné soif. Derrière le collègue envahissant de Razvan, elle but une bien longue gorgée en fixant son petit-ami droit dans les yeux. Avant d’attraper de son doigt une goutte restée sur le rouge mat de sa bouche, dont elle se débarrassa en glissant son index entre ses lèvres, avec un peu trop de gourmandise pour une boisson non sucrée. Et son regard, toujours, ne se décollait pas de celui qui lui faisait face et qui, semblait-il, n’était pas très attentif à ce qui se disait.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyMer 14 Avr 2021 - 0:59

Avec Neo, Razvan avait tendance à montrer l'expression la plus simple du désir qu'il ressentait pour elle en répondant du même ton, pour la provoquer encore plus loin et, il fallait le dire, les faire monter tous les deux en pressions. Ça allait des bassesses évidentes à base de mots mais également à des coups bas plus fourbes, à base de gestes. En général, il ne faisait pas grand cas du lieu où ils se trouvaient, laisser balader ses mains sur ses hanches était chose aisée, lui glisser un mot à l'oreille tout autant. Mais à Sainte-Mangouste, les choses étaient autrement plus délicates, les couloirs, certes rendus plus sombres par la nuit tombée, n'en restaient pas moins parcourus d'infirmiers et d'infirmières pour des soins qui ne pouvaient attendre le petit matin. Et sachant cela, pour Razvan qui n'était pas un Gryffondor, ça le faisait réfléchir à deux fois avant d'avoir un geste intime envers Neolina. Que des ragots se propagent dans l'hôpital à propos de ses gestes qui pourraient paraître déplacés pour quelqu'un d'extérieur ne l'enchantait pas.
Pourtant, Ô pourtant qu'il était dur de se contenir quand elle le regardait comme cela, avec son regard profond et ses mots qui tapaient justes. Le roumain aurait pu en croiser les bras si elle n'en tenait pas un, rare contact qu'il appréciait, ne pouvant avoir plus. La jeune femme lui donna un coup de chaud tellement violent en lui demandant une consultation privée que ça n'aurait étonné personne de voir ses joues rougir un peu sous sa peau tannée. Son clin d’œil et sa lèvre qu'elle se mordillait, allait lui faire avoir un léger geste d'autorité pour la prendre par le bras et l'emmener à son bureau, lorsqu'ils furent interrompus. Et il adapta son geste pour mettre sa main dans la poche de sa blouse, comme un gamin pris en faute alors qu'elle se mettait derrière l'intrus pour le torturer davantage.
Razvan essaya sincèrement de se concentrer sur ce qu'il lui disait. Mais son regard était nécessairement attiré par elle, et il posa brièvement ses yeux sur elle alors qu'elle se suçotait l'index avec son air de ne pas y toucher. Putain.

« ...Et donc nous aimerions savoir si vous pourriez travailler deux heures de plus demain » ; « Hum hum oui, pourquoi pas » ; « vraiment ?! ». Devant l'expression de pure surprise de l'homme, le roumain reposa correctement son regard sur lui alors qu'il lui attrapait la main pour la serrer vivement : « Ah merci merci, Docteur Vacaresco, vous nous enlevez une énorme aiguille du pied ». Humpf, qu'avait-il fait seigneur ? L'homme était particulièrement ravi en rebroussant chemin, salua Neolina au passage. Le médicomage s'avança vers elle et son petit air triomphant pour se fendre d'une remarque : « Désolé du délais Mademoiselle Siankov » fit-il d'un ton tout professionnel, « il semblerait que vous soyez pour l'heure ma dernière patiente de la soirée ». Oh, il savait bien combien le vouvoiement avait son petit effet sur elle. Sans la toucher - parce qu'il en aurait bien l'occasion après... - Razvan ouvrit son bras en direction du couloir pour l'inviter à le suivre, enfin, jusqu'à son bureau. « Alors, qu'est-ce qui vous amène à Sainte-Mangouste par une heure si tardive ? » - à part moi ? Le médicomage lui jeta un petit regard en coin qui traduisait très bien la fin de sa phrase, accompagné d'un sourire. Elle n'allait pas regretter son crochet par son service.

(574)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyMer 14 Avr 2021 - 17:45

Si vous demandiez à n’importe qui qui connaissait un tant soit peu Neolina de lui associer un mot, provocante serait sans nul doute le dernier qui surgirait dans la conversation. Pourtant, oh pourtant, il fallait la voir, là, s’amusant aux dépend de la seule personne qui connaissait cette part de sa personnalité. Le sérieux de Razvan avait beau être légendaire ou presque, il semblait que cette conversation lui était bien difficile à suivre et Neo prenait un bien malin plaisir à voir son regard sombre faire des allers-retours entre le petit médicomage et elle. Pour une fois que c’était elle qui le faisait languir… à vrai dire, elle lui avait déjà fait le coup une ou deux fois en passant après ses heures de boulot, lui susurrant qu’elle l’attendrait patiemment chez lui après avoir soufflé le chaud et le froid dans un contexte qui ne permettait pas d’assouvir quoi que ce soit. Mais cette fois, les choses étaient différentes, et la détermination dans le regard de Razvan lui donnait bien l’impression qu’il comptait braver quelques interdits professionnels pour s’occuper très personnellement de son cas. Mais d’abord, il fallait se débarrasser de son interlocuteur qui, heureusement, n’était pas insistant. Neo lui rendit son salut avant de reporter son attention sur le plus séduisant des médicomages de cet hôpital.

Evidemment, elle savait bien qu’il allait exercer une douce vengeance sur elle. N’était-ce pas comme ça qu’ils fonctionnaient tous les deux, surenchérissant à chaque fois jusqu’à ce que l’autre craque ? Le vouvoiement était un grand classique, mais qui faisait toujours son petit effet sur la roumaine. Mais ce soir, il n’y avait pas que ça. Le contexte, ce ton professionnel qu’il adoptait. Ce faux-semblant qui cachait leurs véritables intentions, dans les couloirs à demi-éclairés de Sainte-Mangouste, voilà qui réveilla chez Neo une envie incontrôlable de jouer plus encore. Pourtant habituée des hôpitaux, cette visite là allait sans nul doute être la plus mémorable qu’elle ait connu à ce jour. « J’espère ne pas vous donner trop de travail. » poursuivit-elle d’un ton qui se voulait compatissant alors qu’elle marchait tranquillement à côté de lui, le regardant à la volée plus souvent qu’elle n’aurait du si elle avait été, effectivement, une simple patiente. « Qui sait, peut-être que quelqu’un vous attend chez vous ? » Mais pourquoi attendre, finalement, alors qu’elle pouvait venir chercher ce qu’elle voulait, hein ?

Décidément, Razvan ne semblait pas prêt à délaisser le vouvoiement, et puisque c’était ainsi, puisqu’il voulait la jouer comme ça, alors Neo allait lui en donner de la politesse. Avec peut-être une pointe d’impertinence, tout de même. « Hum, sans doute le plaisir de croiser un inconnu au détour d’un couloir. » Est-ce que Neolina était en train de faire monter sa propre impatience en agissant de la sorte ? Tout à fait. « Il parait que les médicomages ont un certain doigté. » ajouta-t-elle avant de se taire parce que si elle continuait comme ça, il lui serait bien difficile de résister à la tentation de le plaquer contre un mur de ce couloir. Mais heureusement, la porte du bureau apparut à l’angle, et le calvaire allait pouvoir prendre fin. Ah, vraiment ? L’attente touchant à sa fin, Neo décida d'en rajouter un peu. « Attendez. » dit-elle d’une voix plus autoritaire que d’habitude, sa main se posant sur celle de Razvan qui allait enclencher la poignée, s’interposant entre lui et la porte. « Je crois que le mal dont je souffre est extrêmement contagieux. Enfin, loin de moi l’idée de poser un diagnostic toute seule, mais… » Sa main glissa jusqu’à la peau fine de son poignet, où elle sentit son pouls qui trahissait sans nul doute son impatience. « Êtes-vous sûr de vouloir prendre un tel risque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyMer 14 Avr 2021 - 18:43

Le bonhomme, qui n'avait absolument rien compris à la situation et qui ne semblait capable que de parler d'heures de travail supplémentaires, ne se fit heureusement pas attendre pour décamper une fois qu'il eut obtenu ce qu'il désirait. En fait, il avait probablement peur que le roumain revienne sur son accord, mais c'était finalement assez mal le connaître, parce que de toute façon, il aurait accepté de travailler quelques heures en plus. Le moment pour le demander était simplement mal choisi, peut-être même révélateur d'une certaine perversité s'il pensait qu'il acceptait parce qu'il était trop fatigué pour faire les bons choix professionnels. Quoiqu'il en soit, qu'il soit payé ou non, qu'il fasse des heures supplémentaires ou pas, Razvan était bien bien réveillé. Le rouge vif sur les lèvres de Neolina aidait aussi à le maintenir alerte, car la jolie couleur était bien visible malgré la luminosité tamisée de Sainte Mangouste de nuit. Et alors qu'il marchait à côté d'elle, en la vouvoyant de son ton de médecin comme s'il ne la connaissait pas, le médicomage faisait un grand effort sur lui-même pour ne pas déraper en plein couloir. L'envie était très présente dans sa tête de l'emmener dans une pièce vide pour leur donner ce qu'ils attendaient tous les deux. Mais à quoi bon, puisqu'ils avaient son bureau...? Son bureau dans lequel personne ne venait jamais la nuit serait pourtant le lieu d'une auscultation toute particulière ce soir.

Neolina lui renvoya habilement la balle en le vouvoyant puisqu'au théâtre des coups bas, ils semblaient tous les deux être les têtes d'affiche. Mais le vouvoyer finalement, c'était l'étape 1. Neo le mis K.O net en lui parlant de ses mains alors qu'il lui jetait un regard indéchiffrable. Ils parlaient certes roumain dans un hôpital anglais, lâcher ce genre de sous-entendus à voix haute était tellement excitant que ses cheveux se dressèrent sur son crâne en même temps qu'un frisson dévalait son dos. Il aimait cette femme et cette femme le rendait fou. « Vraiment ? » fit-il d'un ton ingénu, « je serais curieux de savoir où vous avez entendu ça ». Ou bien avec qui vous avez vécu cela. Le bureau apparaissait enfin et le roumain réalisa que son coeur battait un peu plus vite à mesure qu'ils se rapprochaient. C'est qu'il anticipait, il anticipait beaucoup trop. Et puisque Neo voulait jouer avec lui elle s'interposa entre la porte et lui non sans lui prendre la main. « Je suis à jour dans mes vaccins Mademoiselle Siankov, comme tout bon professionnel de santé ». Ses yeux glissèrent de nouveau sur ses lèvres vermeilles avant de se détourner pour regarder à droite et à gauche, le couloir était vide. « Personne après vous comme promis » lui dit-il en se rapprochant d'elle pour qu'elle sente chaque relief de son corps contre le sien, « nous avons donc tout notre temps pour traiter de votre urgence ». Razvan envoya la main vers la poignet pour ouvrir la porte et la pousser à l'intérieur. Ils avaient à peine fait deux pas qu'il avait posé ses lèvres avec urgence sur les siennes avant de la pousser contre la porte de son bureau qui se referma sur eux.
Les baisers étaient brûlants, intenses, hâtifs. Mais Razvan était un pragmatique, aussi sortit-il sa baguette de sa poche pour tapoter la poignet de la porte : « On ne sera pas dérangés » affirma-t-il alors que sa main baladeuse venait de se poser sur sa cuisse qu'il aimait tant redécouvrir encore : « C'est délicat de faire un diagnostic correct » fit-il entre deux baisers, ses propres lèvres teintées de rouge, « lorsque le patient est trop habillé ». Il lui jeta un regard profond avant que ses yeux ne descendent un peu et qu'un sourire naisse sur son visage : « Laissez moi vous aider un peu ». Le médicomage lui embrassa le cou avant de descendre lentement dans une course insupportable, en même temps que ses mains qui se promenaient bien plus pas que ce qui était autorisé par l'Institut International des Médicomages.


(678)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyMer 14 Avr 2021 - 20:56

C’était excitant, terriblement excitant que de prétendre ne pas se connaître alors que pourtant, ils se connaissent par coeur, et à tous les niveaux. Malgré ses talents de comédienne, Neo se prêtait bien peu à ce genre de jeux pour pimenter ses moments d’intimité, mais il semblait qu’avec Razvan, les règles avaient changé. Et ça n’était clairement pas pour lui déplaire. Peut-être était-ce justement parce qu’ils se connaissaient si bien qu’ils osaient se montrer ainsi à l’autre, et emprunter une personnalité qui n’était pas tout à fait la leur pour le plaisir de mieux se redécouvrir ensuite. Et par Merlin, Neo en crevait d’envie, ses pas se faisant plus pressés à mesure que la porte s’approchait - c’était qu’elle connaissait le chemin. « Entendu ? Quelle drôle d’idée ! Il y a des choses que les mots ne savent pas décrire, vous savez… » Oh, en tout cas elle, elle le savait très bien, et son esprit la torturait en la faisant se remémorer de délicieux instants qu’elle avait bien hâte de revivre.  Même si au fond, elle prolongeait le supplice avec son petit cinéma qui semblait rendre fou Razvan. Après un coup d’oeil jeté qui laissait entendre un acte bien déraisonnable, le médicomage vint plaquer son corps contre le sien, lui faisant lâcher un souffle qu’elle ne parvint pas à retenir, ses lèvres rouges à quelques centimètres de celles qui n’allaient pas tarder à le devenir. « Faites donc. »

A peine si elle eut le temps de lui ordonner que déjà, la porte s’ouvrit et Neo se laissa porter par le tourbillon de l’instant, sentant bien vite le bois plaqué contre son dos alors que Razvan enfreignait la bienséance médicomagique pour s’emparer de ses lèvres qui n’attendaient que ça. Incapable de résister, Neo se laissa fondre dans le moindre de ses baisers, se moquant bien de sa gentille précaution car à cet instant-là, il semblait que rien ne pouvait plus les arrêter. Elle sentait sa main, et ce fameux doigté dont elle parlait, contre sa cuisse qui vint longer la sienne avec sensualité alors que les siennes plongeaient déjà sous sa blouse, sentant sa peau chaude réveiller la sienne qui n’allait pas tarder à atteindre une température similaire. Empressé, oui, mais toujours joueur, Razvan semblait vouloir continuer à prétendre que tout ça n’était qu’un examen très, très particulier. S’il l’avait ausculté à cet instant, nul doute que le stéthoscope aurait explosé sous l’assaut des battements frénétiques de son coeur. Le nouveau vouvoiement la rendit folle, déclenchant chez elle un furieux besoin de lui rendre la pareille alors qu’il commençait déjà à délaisser ses lèvres pour explorer de nouvelles parties de son corps d’une façon bien peu professionnelle. Maintenant sa bouche était libre, et c’était une grossière erreur, monsieur Vacaresco. « Un examen debout ? » dit-elle de sa voix déjà essoufflée. « Voilà qui est bien peu conventionnel. » l’acheva-t-elle avant de se dérober avec une volonté qu’elle ne pensait pas avoir, se dirigeant vers son bureau sur lequel elle s’allongea avec lenteur, son regard rivé au sien. Peu importait les dossiers qu’elle envoya valser au passage, après tout, rien d’autre ne comptait à ce moment là que l’envie de l’attirer à elle après l’avoir repoussé de la sorte. « Vous avez un peu de rouge, là. » le provoqua-t-elle finalement en désignant la commissure de ses propres lèvres, où le rouge était devenu un peu plus flou.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyMer 14 Avr 2021 - 21:49

Nul doute que Neolina et Razvan savaient vivre les choses et non pas forcément en parler. Pourtant, ils étaient particulièrement doués avec leurs mots à ce moment-là, capables de s'envoyer les pires provocations dans l'attente du meilleur qui se faisait attendre. Le lieu public faisait qu'il fallait se tenir, là où l'intimité du bureau devant lequel ils se tenaient les appelait. Il ne lui fallut certainement pas une heure pour qu'il se décide à la pousser dans ce bureau et assouvir enfin son envie de poser ses lèvres sur les siennes. La sensation était toujours profondément grisante, et ce n'était pas seulement une question d'hormones, de sensualité ou de sexe. C'était ce qu'on ressentait quand on savait que la personne d'en face était la bonne, celle qui nous donnait envie de nous lever le matin et celle qui nous faisait sourire simplement en pensant à elle. Razvan affichait souvent un léger sourire lorsqu'il pensait à sa roumaine. Comment ne pas sourire, elle qui était si belle ? Mais voilà, voilà, là aussi ils étaient occupés à se provoquer encore, à coup de vouvoiement qu'ils s'envoyaient comme on se reverrait une balle de ping pong. Le médicomage n'aurait peut-être pas dû délaisser ses lèvres d'ailleurs, parce que cela lui donnait l'opportunité d'enfoncer le clou et pire, de s'échapper à son étreinte. Razvan devait ressembler à un alcoolique à qui on aurait volé sa bouteille, alors qu'il la suivait du regard, elle qui grimpait sur son bureau. Au diable les dossiers, au diable tout le reste, il n'avait plus la patience mais il faudrait se montrer brave.
Le roumain s'approcha d'elle lentement alors qu'elle le provoquait sur le rouge. Le bureau n'était éclairé que par la lueur de la lune, aussi ne pouvait-elle pas voir à quel point ses yeux étaient noirs. Pétris d'envie comme si cela ne se sentait pas déjà. Razvan, une fois devant elle, prit soin de remonter sa jolie robe à laquelle il accordait en général plus d'intérêt, pour poser sa tête entre ses seins et l'embrasser. Lentement, pernicieusement. Il continua sa course de baisers fiévreux avant de relever brièvement la tête une fois le visage au dessus de son bas-ventre pour lui jeter un regard, somme toute, tout équivoque.

Appuyé contre le bureau parce qu'il tenait à peine debout, Razvan peinait à reprendre son souffle après ce qui venait de se passer. Maintenant que son cerveau n'était plus tourné vers la seule envie de satisfaire un désir trivial, il réalisa qu'il était de garde, qu'il venait de coucher avec Neolina dans son propre bureau parce qu'il était incapable de se tenir. Non mais vraiment ! Pour autant, ce n'était pas un sourire en colère mais bien un sourire ravi, un peu estomaqué qui s'étirait sur son visage alors qu'il regardait celui de Neo dont le rouge à lèvres avait été fondu sous la frénésie des assauts de sa bouche. Il leva une main pour la passer au bord de ses propres lèvres et constater qu'en effet, il était marqué au rouge à lèvres. « Navré d'avoir éprouvé ton si beau maquillage ». Il lui caressa doucement la cuisse avant qu'un souffle rieur ne s'échappe de ses lèvres pour souligner encore la plus belle nuit de garde de sa vie.


(541)

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 440
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyJeu 15 Avr 2021 - 3:36

Cette façon qu’il avait de la regarder… Comme si elle était le centre du monde, et sans doute était-ce vraiment le cas. Elle était le centre du sien, de ses désirs, ses passions, son amour. L’obscurité qui les entourait l’empêchait de déceler ce qui se cachait dans ses yeux sombres, mais Neo n’avait pas besoin de ça pour savoir. Entre eux, c’était l’évidence, c’était ainsi. Sentir qu’il la désirait comme ça alors qu’elle était là, à portée de ses doigts, à portée de lui malgré sa dérobade, ne faisait qu’exacerber tous les sens de Neo qui se languissaient de retrouver son contact. L’attente ne fut pas bien longue car déjà, avec un certain empressement, Razvan réduisait drastiquement la maigre distance qui les séparait pour la couvrir de baisers et cette fois, elle n’eut pas la force de le torturer plus, se laissant tout au contraire emporter par celle qu’il lui imposait du bout de ses lèvres, oubliant tout du vouvoiement, du petit jeu. Mais certainement pas de l’endroit où elle était, qui lui imposait le silence et ça, pour Neo, c’était un supplice. Et si elle esquissa un mouvement pour lui ôter cette blouse qui était de trop, elle n’en eut pas le temps car déjà, Razvan était hors de portée de ses doigts. Mais tout proche, si proche que c’en était un délice.

Le rouge à lèvres de Neo avait effectivement été bien mis à mal par tout, oui tout ce qui venait de se passer dans l’intimité de ce bureau, sous la lune silencieuse. Toutefois, sa bouche conservait une teinte différente tant elle avait du la mordre pour contenir ses soupirs qui n’auraient fait qu’éveiller les soupçons. Rajoutant à sa frustration, et donc, cela allait sans dire, à son désir. L’endroit ne se prêtait pas aux habituelles étreintes d’après, malheureusement, mais Neo se délectait la vision de son superbe amant dans le clair de lune, sans doute plus fatigué qu’elle mais  après tout, n’était-ce pas la meilleure des fatigues ? « C’est surtout dommage pour toi, tu ne pourras plus en profiter. » ajouta-t-elle dans un rire à son pragmatisme désinvolte, qui ne faisait que continuer une conversation démarrée un peu plus tôt. Se redressant doucement, elle déposa un tendre baiser sur ses lèvres avant de poser son front contre le sien, le surplombant un peu pour une fois. « Je n’aurais pas pu rêver de plus jolie façon de m’en débarrasser. » Ce qu’elle l’aimait, par Merlin. Chaque fois, ça lui apparaissait plus clairement que le jour précédent, c’était impensable d’aimer aussi fort. « D’ailleurs… » commença-t-elle en effleurant sa joue mal rasée sur laquelle on pouvait encore apercevoir les traces écarlates de ton passage. « … tâchons de te rendre un peu convenable pour la fin de ta garde. » Tout ce dont elle rêvait pourtant, c’était de repartir avec lui dans un nuage de fumée sombre pour aller se coucher près de lui, et finir de la plus jolie façon qui soit cette surprenante soirée. « À moins que je ne sois vraiment ta dernière patiente ? » demanda-t-elle, une lueur d’espoir perçant dans sa voix, avant de dévorer à nouveau son cou de baisers peut-être moins fiévreux, mais pas moins dénués d’amour. « En tout cas, j’en ai connu des examens médicomagiques, mais jamais des comme ça. » dit-elle avec malice une fois repue de sa peau brûlante et légèrement salée. « Je t’aime. »
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1025
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | mathy
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan EmptyJeu 15 Avr 2021 - 11:53

Dommage qu'elle n'ait plus son rouge à lèvres mais vu l'effet que ça lui faisait, c'était probablement mieux pour tout le monde qu'il se soit effacé pendant leur incartade fiévreuse dans l'intimité de ce bureau. De toute manière, Neo n'avait jamais eu besoin de pareils artifices pour être belle et pour réveiller chez lui des envies autrement moins chastes. C'était un peu son super-pouvoir, et à en juger par l'air qu'elle affichait, elle était au moins soumise aux même choses que lui. Appuyé contre le bureau, il la regarda se redresser en affichant un petit sourire qu'elle vint voler par son tendre baiser. Il plongea son regard dans le sien avant que ses yeux ne se posent sur ses lèvres sur lesquelles il voyait toujours un peu de couleur. Le roumain comprit vite que c'était parce qu'elle se les était mordues trop fort. « Je compte sur toi pour effacer toute trace de ton passage sur moi » lui dit-il gentiment alors qu'il levait sa main pour passer son pouce à la commissure de ses lèvres à elle, afin qu'elles soient parfaitement dessinées. Inutile de préciser que Razvan n'avait pas trop la tête à la médicomagie à cet instant, qu'il faudrait une urgence pour qu'il se décolle immédiatement d'elle, parce que tout ce dont il avait envie, c'était d'enfouir son visage dans son cou pour respirer son odeur et de ne plus bouger pour le reste de la nuit. Le médicomage lui embrassa le front tendrement, puis la tempe, puis la joue avant de la prendre dans ses bras. Hélas, elle n'était sans doute pas sa dernière patiente de la soirée et il lui faudrait encore errer dans l'hôpital pour... Une heure et des miettes, à en juger par l'heure qu'affichait sa montre à son poignet.

« J'ai encore une heure trente de garde » fit-il contre sa peau, « mais ce serait très réconfortant pour moi de rentrer et de te rejoindre dans le lit ». Pas pour réitérer ce qu'ils venaient de faire, qu'allez vous croire ! Mais simplement, c'était terriblement agréable de s'endormir aux côtés de la personne qu'on aimait et Razvan en avait besoin, vraiment. Il avait envie de la sentir contre lui et de calquer sa respiration sur la sienne. Quoi de mieux pour finir une journée pareille qu'avec la promesse d'une si tendre étreinte ? Les quelques baisers qu'elle lui dispensait dans son cou le firent sourire. « Je t'aime aussi » avoua-t-il naturellement en se détachant un peu d'elle. Que fallait-il ajouter d'autre ?

______________________________
Le poison des remords

I was twenty, I won't let anyone say those are the best years of your life | Paul Nizan.  

@okinnel.
@jenesaispas
@Ethereal
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan Empty

Revenir en haut Aller en bas

Chaque femme mérite un homme qui ruine son rouge à lèvres w/Razvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-