GRYFFONDOR : 36 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
-48%
Le deal à ne pas rater :
-48% sur le Compresseur digital programmable Michelin 12V – 6,9 Bars
41.88 € 79.90 €
Voir le deal

Partagez

Vol au dessus d'un nid de Baku

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Emily Pogston

Emily Pogston


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 16
| AVATARS / CRÉDITS : Luca Hollestelle
| SANG : Né moldue


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lucioles
| PATRONUS : Vache Highland
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Vol au dessus d'un nid de Baku Empty
MessageSujet: Vol au dessus d'un nid de Baku Vol au dessus d'un nid de Baku EmptyDim 18 Avr 2021 - 21:32

« Voyons voir... » Pogs marchait avec hâte scrutant les noms de rue. Soudain elle s’arrêta. « Gravel Row, c’est bien ça... » Elle détourna son regard du petit panneau blanc pour le poser sur une grande palissade en bois qui courrait sur plusieurs dizaine de mètre le long de la rue. Elle se trouvait dans une zone londonienne que l’on pourrait qualifier de suburbaine. Les immeubles avaient fait place à de petits lotissements aux jardinets étroits. Au milieu de ce formidable amas de niches pour chien et de barbecues se trouvait un ignoble terrain vague cerclé par une palissade en bois vermoulue. A l’entrée, un panneau métallique usé indiquait la futur installation de bureau, de quoi dynamiser le quartier. Vue de l’extérieur le terrain vague était repoussant : de nombreuses gerbes de pièces métalliques jonchaient le sol si bien que n’importe quel moldu aurait craint d’attraper le tétanos par une simple intrusion. Avec moins d’appréhension que son premier passage vers la voie 9 3/4, Pogs franchit l’entrée du terrain vague peu sure de ce qu’elle allait y trouver.

Elle sentit comme un léger courant d’air tiède s’engouffrer dans ses cheveux. Et à cet instant, le paysage se transforma. Le dépôt d’ordure métallique aux herbes folles se changea en un terrain propre à l’herbe entretenue où trois cerceaux triomphaient de chaque coté du terrain. Elle était arrivée au terrain de quidditch mentionné dans l’annonce de recrutement.  

De chaque coté du terrain, derrière les cerceaux se trouvait une tente qui faisait office de  vestiaire. Au centre trônait une tente plus grande où déjà s’affairait de nombreux sorciers. Pogs traversa le terrain et se dirigea vers la grande tente tout en prêtant attention à ne pas se prendre un cognard ou un joueur un peu trop distrait. Un sorcier d’une trentaine d’année ayant les sourcils aussi pointu que son bouc se tenait à une petite table. Il était accoudé la joue dans sa paume et lisait de manière distraite un magazine.  « Oui ? » Lança nonchalamment le sorcier sans détourner son regard des petites figurines se trémoussant sur les pages de son torchon. Pogs déposa avec la même froideur l’annonce sur la table. « Les essais des Baku de Soho. Je suis batteuse ». Le sorcier s’avachit un peu plus dans sa chaise, décrocha un ticket qu’il fit glisser vers la jeune fille. « Tiens ton numéro, attends sur le bord du terrain on t’appellera » ; « Je n’ai pas de balais… »« on t’en filera un, allez zou… Suivant ! »

Déjà légèrement échauffée par l’accueil chaleureux du sorcier, Pogs longea le terrain en direction des vestiaires.Une fois changée  Elle s’approcha ensuite du petit attroupement de sorcier qui patientait pour les essais et se planta là. Ils étaient une petite dizaine. Un gros costaud aux sourcils fournis et un petit boutonneux attirèrent son attention. Le gros costaud était sacrément intimidant et pas juste parce qu’il ressemblait en terme de carrure à l’armoire en bois massif de sa grand-mère. Il avait les yeux rivés sur les essais qui étaient en train de ce dérouler quelques mètre plus haut. A presque chaque erreur des participants il soufflait avec condescendance et levait les yeux au ciel. Si bien que Pogs évalua l’égo du gros costaud à géant sur une échelle de joncheruine à … géant. Quant au petit boutonneux il n’était pas en reste : malgré son physique peu sportif et son allure débraillée il semblait avoir un avis sur tout. Tel participant aurait du faire un revers plutôt que parer : c’était une ERREUR absolue, un vrai passionné ne s’y serait pas trompé. Tel autre n’avait rien à faire sur ce terrain pour telle ou telle raison. Après avoir déverser sa science du quidditch à qui voulait bien l’entendre il finit par souligner avec sa voix fluette « à voir les performances de ces participants je commence sérieusement à douter du sérieux des Baku de Soho. Faites que je ne perdre pas trop mon temps dans ce trou à rat. » Face à la condescendance de cette ultime remarque,  Pogs ne pu s’empêcher de lâcher un ricanement. Pas sourd, le petit boutonneux se retourna vers elle : « qu’est ce qui te fait rire comme une dinde ? 
- C’est juste que tu me semble loin d’avoir la carrure qu’il faut pour te permettre ce genre de remarques… nota-elle en croisant les bras avec un léger sourire en coin. Offusqué, il se retourna vers elle pour la dévisager de la tête au pieds :
- Et tu t’es vue  face-de-raie ?
- Moi au moins je me tais en présence des autre joueurs, petit dindon.
- T’as bien raison de fermer ta bouche d’égout, mais un petit conseil...faut pas t’arrêter… Aller laisse moi regarder les essais, va jouer ailleurs veux-tu ? »

Les oreilles fumantes, elle le prit sans ménagement par le col et lui aboya « Tu vas fermer ton clapet à limaces et soit content que je n’ai pas encore une batte dans les mains » puis comme on se débarrasse d’un sac d’ordure trop encombrant, elle le poussa loin d’elle. Déséquilibré, le petit gros fit quelques pas branlant en arrière avant de tomber sur  le gros costaud toujours absorbé par les essais. « Eh là ? Faites gaffe ! ». Le rock humain s’était retourné et foudroyait du regard tel un dragon celui qui venait de le déranger. La queue entre les jambe le petit gros s’excusa platement. Une fois le danger passé il fixa Pogs avant de décider qu’il était temps pour lui de partir.  « Complètement hystérique cette petite gnome pustuleuse !» Lâcha t’il en s’éloignant comme s’il lui fallait justifier son départ. A ces mots Pogs se retourna. Furieuse, elle le rattrapa afin de lui régler son compte « Nan, mais t’en veux encore ? Je vais t’écla...»
« Le numéro 12 !!! on attend le numéro 12 !!!! » Pogs se figea le poing levé vers la limace humaine qui venait de l’insulter. Mince, c’était son numéro. Elle lâcha maladroitement sa proie et se retourna mine de rien tout en signalant sa présence. Super, maintenant tout les participants et les examinateurs la regardaient. Elle coupa à travers le petit attroupement pour s’engager sur le terrain. Quatre hommes siégeaient sur une plateforme en bois flottante dans les airs. C’était des joueurs de l’équipe.  Il devait y avoir le capitaine parmi eux ainsi que l’entraîneur. La plateforme descendit vers le sol, presque à hauteur de Pogs. Elle pu apercevoir chaque visage des hommes qui étaient il y a quelques secondes de simples silhouette. Rapidement son regard passa sur le second. Un homme grand, blond aux traits familièrement agaçants. Moran J Powell! . Instinctivement son sang ne fit qu’un tour, ça y est elle était énervée et ce, sans même qu’il n’ai fait quoi que ce soit. C’était le pouvoir magique de quatre années de rivalité sportive et pas que. Pogs pris le balais qu’on lui tendit en rugissant intérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 1401
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Vocivus.
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Vol au dessus d'un nid de Baku Empty
MessageSujet: Re: Vol au dessus d'un nid de Baku Vol au dessus d'un nid de Baku EmptySam 22 Mai 2021 - 19:26

Le temps passant, Moran commençait à mettre sa vie un peu plus en ordre. L'adolescent qu'il fut un jour était maintenant loin derrière lui, il devenait un adulte avançant lentement mais sûrement sur le chemin de la maturité - miracle s'il en est ! Aedhan commençait à être moins difficile à vivre, Gardenia et lui mettaient leurs affaires en ordre. Et dès la fin de l'année, il serait journaliste, enfin. Le métier, le travail et non plus les études et les devoirs, les mémoires et autres bêtises théoriques à rendre pour des professeurs gâteux qui ne connaissaient pas le terrain. De ses études, l'écossais ne retenait que le bonheur de travailler à mi-temps pour la Gazette, avec son petit encadré auquel il avait le droit une fois par semaines. Pas encore de grand rapport journalistique pour lui, pas encore de grande enquête. Mais cela viendrait bien un jour, et sans doute plus rapidement qu'il voulait bien l'admettre.

Et pour relâcher de cette pression de père, étudiant, bébé journaliste, Moran avait le Quidditch, sa passion depuis toujours et à jamais. Il avait bon espoir que son fils emprunte le même chemin que lui, et comme batteur, ce serait tout de même merveilleux. Quoique puisse dire sa femme, c'était le meilleur poste, comme Serpentard la meilleure maison. Et puisque c'était le meilleur poste et qu'il était batteur, il était chargé de s'occuper de faire passer les essais pour l'équipe sacrément amateure dans laquelle il jouait pour décompresser le week-end. Perché sur une plateforme dans les airs, Moran observait d'un air un peu agacé les prétendants se disputer en contrebas. Ils n'avaient pas l'air très futés, tous autant qu'ils étaient. Et pour lui qui était batteur, il se demandait bien quelle énergumène allait être son partenaire. A tous les coups, il allait finir assommé et allait tragiquement mourir avant l'heure. Une fois la plateforme en bas, l'écossais eut le merveilleux bonheur de voir qu'il connaissait l'une des participantes. « Tiens, Pogston, tu as fait ton deuil du Quidditch professionnel ? » lui demanda-t-il en croisant les bras sur son torse, « je serai ton coéquipier si tu es sélectionnée ». Et ça devait l'enchanter tout particulièrement... Le jeune homme prit son balai pour grimper dessus et s'envoler de la plateforme, batte en main. A quelques dizaines de mètres du sol, il ajouta : « T'attends la pluie ou quoi ? ». On ne se refait pas, hein.
Lorsqu'elle l'eut rejoint, Moran sortit la baguette de sa poche pour faire apparaître des cibles, d'abord immobiles. « Lâchez les cognards ! ». Deux boules de plomb vicieuses s'envolèrent d'en bas pour se promener dans le terrain de Quidditch : « Tu sais quoi faire, hein ».
Revenir en haut Aller en bas

Vol au dessus d'un nid de Baku

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres-